Skip to main content

Full text of "Revue celtique"

See other formats




>r s*. 



--fk*' 



'>i^->'ilHil',Uil>y. 



mm 



ver. .-■• 



V V. 



-■ -■ >r.j\' '?? 



-y. '.^^r-^ .^- 



et : /^ fi 



1 



REVUE CELTIQUE 



9k 






<) 



^ c£i:^ 



/ 



o 






^.. 






FONDÉE 

PAR 

H. GAIDOZ 

CONTIKUHK PAR 

H. D'ARBOIS Dl' JUBAfNVlLLH 
1886-1910 

DMUGKR PA K 

J. LOTH 

Professeur ;>ii Collège de fVaiice 
AVEC IF. CONCOURS DF, 

G. DOTTIN H. ERNAULT J. VENDRYES 

Doyen de la Faculté des Professeur à l'Université Chargé de cour; 

I-ettres de Rennes de Poitiers à l'Université de Paris 

ET DE PLUSIEURS SAVANTS DES ILES BRITANNIQUES ET DU CONTINENT 



Années 1915-1916. — • Vol. XXXVI 



'h. BAAUt: 



;r ;w C/vV;.-^ 1 Ji 



^; /^f^^ 




PARIS 

LIBRAIRIE ANCIENNE H. CHAMPION, ÉDITEUR 
Edouard CHAMPION 

5, QUAI MALAQUAIS ( 6^ ) 

I 9 I 3 - I 9 I 6 

Téléphone . Gobelins 28-20. 



581490 

6^T 5-4 



THE FOREIGN NOTES 
IN THE THREE FRAGMENTS OF" IRISH 

ANNALS ". 



In niy dissertation on thc Harliest Celtic and Anglo-Saxon 
historical sources ^ , I devoted a spécial study to the origin of 
the Anglo-Saxon notes in Irish annals. Then it was my object 
to trace the mutual influences of the earliest Irish and Anglo- 
Saxon chroniclers and their works in both countries. It has 
been asserted that, apart.'from the purely religious intercourse 
which is frequently mentioned by Bede and other authorities 
of that period, there also existed among the Anglo-Saxons a 
certain interest in Irish literary culture. This statement, of 
course, must be accepted, if we take it with Alexander Bugge 
that « elegiac U^rical descriptions of nature in Anglo-Saxon 
poetry were borrowed from Irish poetry 5 », It is impossible, 
however, to discover in Anglo-Saxon poetry any direct allu- 
sions to Irish poems, nor does Bugge's theory find any support 
in the facts in other respects. In the same way there is no 
proof that the Anglo-Saxons were acquainted with the 
Irish prose-taies. Thus another question arises : did the 
Anglo-Saxons perhaps follow the historical e vents in the 
neighbouring island with a certain interest, and did they en- 
ter in their chronicles passages or notes borrowed from the 
Irish annals? If even in thèse no trace of Irish influence on 
Anglo-Saxon writings can be found, Bugge's theory must be 

1 . The manuscript of this paper was lost when returned along wiih the 
proofs. When correcting the author had not ail the works he made use of 
at his disposition. Thus the reader will perhaps discover errors in quota- 
tions or numbers that could not possiblv be removed. 

2. « De oudste Keltische en Angelsaksische Geschiedbronnen ». Mid- 
delburg, 191 1. 

3. Alexander Bugge, Vesterlandenes Inflydelse paa Nordboernes ydre 
Kultur, etc., p. 51. 

Revue Celtique, XXXVI. i 



2 A. G. van Hamel. 

dismissed once for ail as a mère fable. This reasoning led me 
to a comparison of the Irish annals with the Saxon Chronicle 
and Bede's Historia Ecclesiastica, the results of which are 
found in the work quoted at the beginning of this paper. It 
appeared that neither Bede and his precursors nor the scribes 
of the Chronicle from the earliest period down to the day of 
its complction, ever had a look at an Irish annalistic work. 
In this respect the resuit was purely négative. The absolute 
silence of those Anglo-Saxon works as regards Ireland renders 
Bugge's hypothesis untenable. The proof is the more con- 
clusive as the resuit was not négative on the other side. Every 
reader of Irish annals knows that the makers of those huge 
stores of curions information were not so blind for what 
happened in the world outside Ireland. They had the chro- 
nicles of Prosper, Orosius and Jerome's version of the 
Eusebean Chronicle at their disposition, and many notes in the 
annals show their origin from those compendia. A stilll 
more important fact is that in ail those Irish annals there also 
occurs a list of entries relating to Anglo-Saxon history, 
which manifestly forms a unity in itself. This shows that ail 
those passages were introduced at the same time and were 
takenfrom the same written source. The works I made use of 
for my investigation were the Annals of Tigernach, the Annals 
of Ulster, the English translation of the Annals of Clon- 
macnoise, the Cronicon Scotorum and the Annals of the 
Four Masters. Ail thèse works are compilations; as to their 
sources much is still obscure'. 

A superficial comparison of the Annals of Tigernach and the 
Ulster Annals led me to the conclusion that an older annalistic 
work, now lost, has been embodied in both. The other 
Irish chronicles are for the main part built upon thèse two, 
so that the same historical matter recurs there, though often 
in a slightly embellished form. Eoin Mac Ncill, in his mas- 
terly article on Tigernach just mentioned, has traced in the 
two oldest annalistic works an 'Old-Irish Chronicle', begin- 

I . Sec on the sources of the Annals of Tigernach Eoin Mac Neill's 
article in Eriu VII, 30 sqq. 



Foreign noies in Irisb annah. 3 

ning with A. D. 431 and compilée! about 712'. It contained 
the 'Irish Chronicon Euscbii' (down to A. D. 606) and began 
to rely on contcmporary testimony from about 668 onwards. 
I do not liesitate to identify this 'Old-Irish Chronicle' with 
the annalistic work which 1 regarded as the common basis of 
both the Annals of Ulster and those of Tigernach. The Anglo- 
Saxon notes in thèse two chroniclcs are identical. Hence it 
may be inferred that thèse Anglo-Saxon notes, too, formed 
part of the 'Old-Irish Chronicle'. The parallelism of the 
Anglo-Saxon notes in Tigernach and the Ulster Annals, howe- 
ver, runs farther downthan A. D. 712. Consequently, if this 
date be true, they were embodied in the 'Old-Irish Chro- 
nicle' at a period posterior to its compilation. And if Eoin 
Mac Neill is right in the assumption that before 974 there 
existed two distinct versions of the 'Old-Irish Chronicle', 
each of them must even hâve embodied later Anglo-Saxon 
notes on its own account, for we find new allusions to 
Anglo-Saxon history after that year. However, I would not 
press this argument too much, as after Eoin Mac Neill's révé- 
lations concerning Stokes' édition of Tigernach, a single 
quotation from that édition has no value as a proof; it might, 
for instance, only occur in an interlinear or marginal note in 
the manuscript. 

The Anglo-Saxon material thus collected from the varions 
Irish annalistic bodies even allowed of some farther conclu- 
sions. Of course, it is not my intention to repeat hère the 
whole argument, it w'ûl suffice to indicate succinctly the 
resuhs. The first portion of Anglo-Saxon notes in the Irish 
annals only alludes to Northumberland, of the other king- 
doms only Mercia is mentioned occasionally ; w^hen there is 
spoken of rex Saxonum, the king of Northumberland is 
understood. In the portion after 795, on the other hand, the 
king of Northumberland is called ;/ Saxan tuaiscirt or rex 
Saxonum aquilonalium, whereas rex Saxonum has become the 
attribute of the kins ofWessex. 



I . As to this date, I doubt whether it is sufficiently founded. See 
p. 8. 



4 A. G. van Hatiicl. 

Besides, in thelaterpart Northumberlandis only mentioned 
thrice,while Wessex figures in almost every entry.Consequently 
the Irish annals contain two différent Anglo-Saxon lists. One 
of them was composed in Northumberland at a- very early 
period, as it runs no fartherthan utterly A. D. 795. The con- 
tents render it impossible to identify the source of this Hst with 
eitherthe Historia Ecclesiastica or the Saxon Chronicle, for it 
préserves notes that are not found there. Butit may hâve been 
one of Bede's sources of which he speaks Hist. Ecd. III : 
unde cimcfis placuit regiim tempora computaiiîibus, ut, ahlata de 
niedio reguni perfidoruni memoria, idem anniis sequentis régis, 
id est Osualdi, iiiri Deo dilecti, regno adsignaretur (cf. also 
III 9). In that case we may gather from the Irish annals a fair 
idea what thèse early computations were like. They were 
very sober and only contained the years of the king's reigns 
with the most important events that happened in them. The 
next Anglo-Saxon list, which begins with 795 and may be 
styled the West-Saxon list, must hâve been borrowed from 
a chronicle that was much like the well-known Saxon Chro- 
nicle. It was not identical with it, for the Irish Annals pré- 
serve a few Anglo-Saxon entries that do not occur in the 
Saxon Chronicle. But if it may be inferred, from the pathos 
the Ulster Annals show in speaking of the battle at Bru- 
nanburh (936) and the death of Adelstan (938), that this lost 
chronicle even contained poems, the resemblance of the two 
must hâve been pretty strong. 

So far the results of my former investigation into the 
Anglo-Saxon sources of Irish annals. One remarkable work 
was left out of account, namely the so-called « Three Frag- 
ments' ». Whether thèse three fragments that were brought 
together by Dubhaltach mac Firbisigh originally belonged to 
one and the same work, is a question that has to be left 
open ; it is closely connected with the problem as to the 
sources (synchronisms, annals or chronicles) that underlie 
our présent annals. This paper is only meant as a completion 

I. Annals ofireland. Three Fragments copied from ancient sources 
by Dubhaltach mac Firbisigh. VA. by O'Donovan, Dublin, 1860. 



Foreign noies in Irish auiuils. 5 

of my former investigation and it only deals with the 
various foreign, especially Anglo-Saxon, notes ofthe Three 
Fragments. In the meantime tlie solution of that other 
problem will be in some degree furthered by it. For if the 
lists of Northumbrian and West-Saxon entries are found 
in the Fragments also, the proof will be furnished that 
the work, of which they once were a part, was modeled 
upon the same original body of annals asTig., A. U., A. Cl. 
etc. 

The first fragment runs from 573 to 628 and from 713 to 
735, the second fragment from 662 to 704, the third from 
851 to 913. Nothing prevents us to regard the three frag- 
ments as a whole, the second fragment filling up a considé- 
rable portion ofthe gap ofthe first. The gênerai character of 
the two first fragments, however, differs much from that of 
the third. The latter consistsof long entries with more or less 
detailed descriptions of the battles with the Danes, whereas 
the former hâve the same short notes as Tig. and A. U. in 
the earliest centuries, only extended by a few taies, which 
may be considered as interpolations in the original body of 
annals. As regards thèse interpolations, the Annals of Clon- 
macnoise may be compared, where the same kind of orna- 
ments is found. In the différence of character between the 
third fragment and the two others there is nothing strange, 
as it exists in ail the Irish annals we know. In the earlier 
centuries thetexts consist of short notes on battles, obits etc.. 
while later on they assume the character of chronicles in an 
annalistic form. Thus even this différence does not com- 
pel us to regard the third fragment as a work by itself. Still 
it will be more convenient to examine the firstand the second 
fragment first, and then the third separately, as the foreign 
notes, too, will necessarily be of a différent kind in those 
two portions of the Three Fragments. A priori it is probable 
that Anglo-Saxon notes of the two first fragments will corres- 
pond to the Northumbrian list of the other annals, which 
runs down to the second half of the eighth century, while 
those of the third fragment will be the représentatives of the 
West-Saxon list, of which traces are found in Tig. and AU 
from the eighth down to the eleventh century . 



(, A. van Hatnel. 

In the first place the second fragment contains three entries 
referring to Bede : 

AD. 728. In hoc amw composuit Beda opus suum magnum, hoc 
est in nono anno Leonis. 

AD. 729. Beda in chronicis cessât. 

AD. ']T,/\.Beda sapiens LXXXiii anno aetatis suae quietiit. 

The Annals of Tigernach hâve some more notes on Bede. 
His birth is recorded therein the year 64e with thèse words : 
Beda tune natus est. Three other entries in Tig. refer to his 
Works : AD. 690 : In hocc anno Beda fecit Jibrum [De Natura 
Rerum] et Tcmporihus et in pagin et [injigell] ; AD. j 12 : In hoc 
anno fecit Beda librum magnum .i. Berba Beid, AD. 729 : 
Andsa bliadain si roscuir Beda don croinic .i. lebur oirisen doscri- 
bad. In 735 there is a note ofhisdeath : Beda sapiens Sdxonum 
quievit. The Ulster Annals hâve two entries commemorating 
Bede's birth (649, 653), one on the « great book » (712), 
one on his death (735). Except the last one, however, they 
hâve ail been added there in a later hand, so that they do not 
belong to the body of AV. This makes it probable that only 
the entry of Bede's death belonged to the chronicle that 
underlies both Tig. and AU, and that the other entries were 
added in Tigernach independently ' . Another circumstance con- 
firms this hypothesis. In ail the notes on Bede, except that of 
his death, we find in Tig. expressions as tune, in hoc anno, 
andsa bliadain si. This is not the style of a man who is com- 
posing an annalistic work from varions sources, but of one 
who has it ready before him and only makes glosses for his 
own memory. A glance at the annals shows that this tufic etc. 
is of very rare occurrence in Tig. and A. U ; thus it cannot be 
a mère accident that it is found four times in connection with 
Bede. We may fairly assume that only Bede's death was 
recorded in the Northumbrian list, which was incorporated in 
the 'Old-Irish Chronicle', and that this entry involved at a 
later period the introduction of some other notes on Bede. 

Returning to the second fragment, we notice a close rela- 

I . Eoin Mac Neill (Eriu, VII, p. 77)onlv adopts this view for Tig. 690. 
He attaches no importance to the fact that in AU thèse notes are added 
aJia manu. 



Foreign notes in Irlsb an nais. y 

tionship with Tig., though a few entries hâve been omitted 
The entry of Bede's death recurs in a somewhat amphfied 
form (cf. AU. where Bede's âge is also mentioned), and the 
other notes are also represented. Hence it may be inferred 
that the Fragments are nearerrelated to Tig. than AU. Ofthe 
two références lo Bede's works the second is clearenough ; it 
obviously represents Tigernach's entry of 729. The other one 
offers a serious difficulty. The opus magnum ofthe second 
fragment must be the liber magnus of Tig. 712. This liber 
magniis was called according to a gloss in Tigernach, Berba 
Béid, what seems to be an erroneous writing for Berhi Béid (or 
as Mac Neill prefers Uerba Béid) — Bede's De Orthographia'. 
The fragment, iîowever, adds /// 7iono anno Leonis. Hère only 
Léo III can be understood, who was emperor of Byzantium 
716-741. Thus the chronological indication of the fragment 
malce it impossible that there also De Orthographia should 
hâve been understood by the opus magnum, this work being 
one of Bede's earliest productions. The gloss of the frag- 
ment at once becomes clear if we hâve a look at Bede's Chro- 
niconsive De Sex Aetatibus Seculi. This work was composed 
in the ninth year of Leo's reign, for its concluding passage 
begins thus : Léo annis IX. One of ■ the scribes of the Frag- 
ment, no doubt, identitîed the opus magnum of his exemplar 
with the Chronicon. Subsequently he removed the entry from 
712 10729, but it escaped his attention that now the Chro- 
nicon was mentioned twice in thèse annals without good 
reason.The two remaining entries on Bede kept their original 
position. It should be noticed that the gloss in nonoanno Leojiis 
in the passage on the opus magnum, shows that the scribe who 
added it had Bede's Chronicon before him. This will prove 
an important conclusion as more independent borrowings 
from this work may be expected now in the Three Frag- 
ments. 

Before proceeding to the Anglo-Saxon notes of the Frag- 
ments let us review those referring to the history of the 



I. According to Eoin Mac Neill (Ériu, VII, 77) this entry wasoriginally 
intended for Bede's £>« Natura Keruni and De Temporibus. 



8 A. G. van Hamel. 

world. The first and second Fragment hâve only a few men- 
tioningsof Byzantine rulers : 

AD 671 Constantin H s Augustus nioritur. 

AD 673 Constantinns filins Constantini imperavit XVii annis. 

AD 689 Constantinns imperator moritur. 

AD 698 Justinianus Angustns pellitur. Léo inipcrat annis iii. 

AD 702 Tiberius imperat annis vii. 

AD 717 Anastasius Augustus pellitur. 

A D 7 1 8 Theodosius ■ uno anno. 

AD 719 Léo imperat annis ix. 

AD 728 Léo Augustus moritur. 

This Hst provides a good succession of the emperors, only 
a few of them hâve been omitted, if compared with Bede's 
Chronicon, namely the second reign of Justinianus together 
with his son Tiberius after Lco annis iii (six years) and Phi- 
lippicus aîler Justinianus secundo {one year, six months). 

In his often mentioned article (Eriu VII 73-89) Eoin Mac 
Neill has elaborated a very ingenious theory in order to explain 
the deficiencies of the corresponding list in Tigernach. There 
the last Constantinns is overlapped, and between Léo ajinis iii 
and Justinianus secundo anoiher reign of Justinianus is wrongly 
inserted, while at the same time Tiberius is left out; at the 
end of the list, after the last Léo, Justinianus secundus (sic) 
cum Tiberio and Theodosius reappear. The annalist does not 
seem to hâve been conscious of the fact that he was recording 
the same events twice or even thrice over. This anomaly is 
explained by Eoin Mac Neill in the foUoving way. The Ulster 
Annals do not provide a list of emperors so far down as 
Tigernach. Hère are only mentioned after the last Constan- 
tinns -.Justinianus, Tiberius, Justinianus secundo anà. Theodosius. 
Thus two reigns are omitted between 'Justinianus secundo' 
and Theodosius, namely that of Philippicus and Anastasius. 
Hence it is inferred that in the original 'Old-Irish Chronicle' 
the list was concluded by the second reign of Justinianus, 
while Theodosius was only entered by a later chronicler, 
when the news of his déposition reached Ireland. Thus it 
would be probable, according to Eoin Mac Neill, that the list 
of Byzantine emperors was borrowed from a work that 



ForelgH noies In Jrisb aiituth. 9 

stopped itself at the second reign of Justinianus, that is tosay 
from Bede's De Tcmporihtis and not from the Cbronicon. Tiger- 
nach's text, on the other hand, would hâve been corrected at 
the hand of the Chronicon, what was a necessary opération 
after the introduction of a severe mistake, owing to the 
omission of the hist Constantinus. This omission is held res- 
ponsible for the fact that ail the reigns mentioned in the'Old- 
Irish Chronicle' were antedatcd inTig. by some seventeen years. 
When subsequently the chronicler borrowed further informa- 
tion from Bede's Chronicon, his inattentiveness had the effect 
thatalong with the reigns of Anastasius and Philippicus, those 
of Justinianus (secundo) and Theodosius were introduced 
for the second time. 

Eoin Mac Neill's argument is based upon two principles : 
the reliability of the Ulster Annals and the shortcomings of 
the Tigernach version. The assumption that the entry of 
Theodosius was inserted independently is not sufficiently foun- 
ded. It is a fact that in the Ulster Annals much less attention 
ispaidto non-Irish events than in those of Tigernach. Com- 
paring, for instance, the notes on Anglo-Saxon history under 
the years 613, 625, 629 ',629% 631, 632,634, 639, 649 etc. 
in both Works, we are struck by a remarkable différence in 
this respect. From the very beginning the Annals of Ulster 
impress one as bearing a stronger national character. Thus it 
seems probable enough that a few of those Byzantine empe- 
rors were omitted there, and in that case the entry on Theo- 
dosius need not be separated from the rest. At the same time, 
if the redactor of the Tigernach version, who omitted the 
last Constantinus, really completed his text by searching for 
fresh information, could he, with the Chronicon before his 
eyes, be so unattentive as to insert another reign of Justinia- 
nus and Theodosius after Léo ? In fact, some doubts regard- 
ing the above theory will be justifiable. Then there is also 
the évidence of the Three Fragments. But for a few omis- 
sions the Three Fragments hâve none of the deficiencies of 
Tigernach. At the same time the list of the Fragments is 
compléter than that of the Ulster Annals, and even Anasta- 
sius is mentioned. There are three possibilities. The Three Frag- 



10 A. G. van Haniel. 

ments may préserve a better version of the text that was 
entirely upset in Tig. and somewhat abridged in A. U., they 
may préserve the original recension of theTigernach version 
that was an enlarged form of the 'Old-Irish Chronicle' as it 
is embodied in A. U., or they may contain an emendated 
recension of the Tigernach version, corrected in accordance 
with Bedé's Chronicle. The last supposition would be unte- 
nable, as in that case the chronicler of the Three Fragments 
niust be a genius, what he doubtless was not ; even the inde- 
pendent use he made of Bede's Chronicle (see p. 7)^ would 
not enable him to find his way through the chaos ofTiger- 
nach's mistakes. Ifwetake the Three Fragments version as the 
original form of the recension represented b}^ Tigernach, agap 
is established between the Three Fragments and the Annals of 
Ulster. And why ? Only because the latter lack a few entries 
on Byzantine emperors and because the text was upset in 
the Annals of Tigernach. But the Ulster Annals make more 
omissions, especially in the matter of non-Irish events, and 
the shortcomings of 'Tigernach' will be accounted for with 
less difficulty if they are not attributed to direct influence of 
Bede's Chronicle, but to scribal or rather glossatorial careless- 
ness. Thus only the first possibility remains. The Fragments 
préserve a recension that is nearest to the original' 'Old-Irish 
Chronicle'. In the Ulster Annals it appears in a slightly cur- 
tailed form, in those of Tigernach it was altogether upset. If 
this conclusion is accepted, the Three Fragments obtain a 
prominent position in Irish annalistic literature. 

As to the mistakes of 'Tigernach', which did not creep in 
until a comparatively récent date, I find it difficult to offera 
more satisfactory explanation than Eoin Mac Neill's. Under 
the year 641 the first Constantine was mentioned. A copiist, 
finding two other Constantines entered succéssively in 642 
and 672, omitted the latter. At the same time he put by 
carelesness Justinianus Minor in stead of Tiberius. The resuit 
of thèse altérations was that the list lacked two items. Inorder 
to fiU up the gap a Justinianus Secundus was fabricated out of 
the entry Justinianus secundo cum Tiberio filio and Theodosius 
was entered once more, probably from a gloss. It is but natu- 



Fotrign notes in Irish annah. ii 

rai that a list with so many anomalies and on upset chrono- 
logy attracted glosses from chroniclers who were acquainted 
with Bede's works. Of course this supposition can only be 
accepted, if it is proved that the final redactor of the Annals 
ofTigernach had a copy of Bede's Chronicon before him. 
That this \\as a fact is shown by many passages in Tig. that 
hâve no équivalent in any other body of annals and whose 
wording is exactly the same as that of the Chronicon, for 
instance in the years 584, 661, 681, 684, 692, 700, 703, 
704. Thèse passages take a particular position in Tig. as there 
elaborateness is altogether contrary to the usual succinctness 
of the annalist's style in those early times. Thus a double useof 
Bede's Chronicon is to be discerned in Tig., one made by the 
compiler of the 'Old-Irish Chronicle', and another made by 
some later chronicler. For that the Chronicon was the real 
source ofthe original body of annals, at least for the period 
when Prosper, Isidore or Jérôme could give no further infor- 
mation, is manifest from the note Léo annis ix. Hère 
Léo III is meant, who reigned twenty-four years ; it was in 
the ninth year of his reign that Bede finished his chronicle 
De Sex Aetatibus Seculi. 

Let us return to the Three Fragments now. Another ques- 
tion offers itself. Are there any traces in the first and second 
fragment also, pointing to an independent use made of Bede's 
Chronicon, as was the case in the Annals ofTigernach ?From 
the notes on world history no évidence can be obtained to 
this effect, but the Anglo-Saxon notes seem to point in this 
direction. They will be examined now. 

In the following list ail the allusions to the histor}^ of the 
Anglo-Saxon kingdoms are reproduced, as far as they occur 
in the first and second fragment. Those ofthe third fragment 
will be dealt with later on. 

AD. 671. Ossii ri Saxan luoritur. Cf. Tig. 671 : « Mors 
Ossu maie Etilbrith righ Saxan » . 

AD. 685, Saxones Caïupuvi Breagh deuastant et plurimas 
ecclesias. Cf. Tig. 685 : « Saxones Campum [Breg] uastave- 
runt et eclesias plurimas in mense luni. » 

AD. 687. Cath Duin Neachtain ittir mac Ossa j Briiite mac 



12 A. G. vnii Haniel. 

Bile uictor fini (sic). Cf. Tig. 686: « Cath DuinNechtain vice- 
simo die niensis Maii, sabbati die factum est, in quo Ecfrith 
mac Osu rex Saxonum XV° anno regni sui consummato 
magna cum caterva militum suorum interfectus estlaBruidhi 
mac Bili régis Fortrenn a. 

AD. 687. A note on iEdelthryd, which is notfound in the 
other annals. See p. 11. 

AD. 687. Cuthbdrtiis episcopus quieuit. Cf. FourMasters 686 
« S. Cutbert epscop Fernaa Saxoibh décc ». 

AD, 704. Mors Flainn Fîona mie Ossa ri Saxan, in t-egnaidh 
amra dalta Adamnâin, de quo Riaguil Benncuir cecinit etc. 

Cf. Tig. ^04 V AJtfritb mac Ossa .i . Fland Fina la Gaedhelii, 
ecnaidh, rex Saxonum fuit ». In the fragment this entry is 
followed by a quotation from Riagail Benncair and a taie of 
Adamnân's mission to England, which will be discussed later 
on. 

AD. 729 .Ecbertus sanctus Christi miles iu Hi Coluim Cille 
quieuit 

Cf. Tig. 729 « [EicberichtJ Ridire Christ do éc la case». 

AD. 732. Princeps îio poniifcx Maighe Eo na Saxan Garait ohit. 

Cf. Tig. 732 « Pontifex Muighe hEô Saxonum Garailt 
obiit ». 

In my former treatment of this matter I concluded that of 
ail thèse entries only three were borrowed from an Anglo- 
Saxon annalistic source, namely that of Oswiu's death (671), 
that of the battle of DûnNechtain (687) and that of Aldfrid's 
death (704). The « rest » of S. Cuthbert was probably 
mentioned from a Vita Cutberti, perhaps that by Bede. The 
remaining notes of the above list are of Irish origin. Thus 
the material is scanty enough. Still it enables us to discern in 
the Fragments also the Northumbrian List as it has been traced, 
in a better preserved form, in ail the other annals. 

Do the hrst and second fragment contain any additional 
Anglo-Saxon notes, not occuring in any other body of Irish 
annals and borrowed independently at a later period ? There 
are two curious passages pointing in this direction, one on 
./Edelthryd and one on Adamnân. 

AD. 687. Sancta Edeldrida, Cbrisli regina, filia Annae régis 



Forelgii noies lu Irish atiiiah. 1 3 

Anglorum,et primo et (sic) alteri uiropermagtiifico, et poslea Edel- 
frido (sic) régi, coniux data est ; postquam xii amn^^s] thoriiin 
incorrupta sernauit maritahni post reginam sumpto uehnnine 
sacro uirgosanctifuonialis efficitur, quae post xvi [annos\ sepiiltiirae 
cmn ueste qita inuohita est incorrupta reperitur. Of this passage 
there is no trace in the other annals. It is perspicuous that 
it cannot hâve been borrowed from the same source as the 
Northumbrian List, for the différence in style is too striking. 
Moreover, we could never be induced to beheve that it was 
omitted by ail other annalists, what would be an inévitable 
conclusion, if it did occur in the original. Thus we must look 
for a spécial authority for this entry. The idea obtrudes itself 
that it should hâve been taken from Bede's Chronicon, as 
traces of the same influence were already discovered in the 
Fragments' list of Byzantine rulers. And, in fact, the Chro- 
nicon tells exactly the same things in the same words, AD. 
688 : 

Sancta et perpétua virgo Christ i Aidilthryda , filia Annae 
régis Angloruni, et primo alteri viro permagnifico, et post Ecfrido 
régi conjunx data, postquam xii annos thormn incorrupta servavit 
maritalem, post reginam, sumto velamine sacro, virgo sanctimo- 
nialis efficitur ; ncc niora etiam virginum mater et nutrix pia 
sanctarum, accepto in construendo monasterium loco, quem Elge 
vacant ; cujus mérita vivacia testatur etiam mortua caro, quae 
post xvi annos sepulturae cum veste, qua involuta est, incorrupta 
reperitur. 

Thus the significance of Bede's Chronicon for the Frag- 
ments has beenshown once more. The passage on Adamnan's 
mission to England is equally remarkable in this respect. In the 
year 704 AD it is related that the Irish consented to adopt 
Adamnan's rule respecting the célébration of Easter and the 
tonsure. Up to that time there existed in Ireland three par- 
lies with différent practices as concerns thèse points, what 
afterwards led to serions battles and other evils. It happened that 
Adamnan was sent to England in order to demand back a 
booty that had been carried oft" by the Saxons. The bishops 
« of ail Europe » assembled to condemn Adamnan « for cele- 
bratinii; Easter after the manner of Colum Cille and for havinç 



14 A. G. van Hamel. 

the tonsure oî Simon Magus upon him ». Adaninan, howe- 
ver, pleaded that he had the tonsure of S. John the Apostle. 
Still, at the end Adamnan yieldcd and was tonsured in the 
assembly. Subsequcntly the booty was restorcd to him and 
he returned to Ireland. The Irish monks, however, notwith- 
standing Adamnàn's request, were not willing to takc the 
Roman tonsure, and expelled him from the convent. Bede's 
History {Slair Béid) is named as the authority ofthis relation. 
Still in this form it is found neither in the Historia Ecclesias- 
tica nor in the Chronicon. 

In the taie of Adamnan three éléments are distinguished : 
the exposition of the Paschal Controversy, the story of 
Adamnàn's mission to England in order to demand the booty 
from the Anglo-Saxons, and the legend of the discussion be- 
tween Adamnan and the bishops, which ended in his giving 
way. Thèse three points do not occur anywhere else so clo- 
sely connected with each other, not even in elaborate tracts 
about Adamnan and his life, so that the story in its présent 
form seems to hâve been patched up by a redactor or a 
glossator of the First Fragment. The way in which heachieved 
this is still perspicuous. Bede is mentioned in the fragment 
as an authority for the story, so that it is best to search his 
Works for its germ. As concerns the Paschal Controversy and 
that of the Tonsure Bede gives a clear exposition of it in the 
Historia Ecclesiastica V 21 (Ceolfrid's letter to Nechtan, king 
of the Picts). There it is said that Colum Cille's tonsure was 
reported to be that of Simon Magus, and that it was Adamnàn's 
practice to celebrate Easter on the fourteenth of April, in abso- 
lute agreement with the words of the fragment. If this pas- 
sage is really the source of this portion of our entry, the 
annalist has extended it a little by adding romantic détails, 
such as the battles that arose from the controversy, etc. But it 
is also possible, of course, that the taie in this form had 
already been fabricated out of Bede's history by some Irish 
scribe from whom our annalist borrowed it again. The second 
élément of our passage, that of Adamnàn's having been on an 
embassy in England in order to get back the bootv, is un- 
knowntoBede. Hère \ve hâve the Irish share in the tradition, 



Forelgn notes îii Irish aniiaîs. 1 5 

for it occurs in an Irish Life of Adamnan (éditée! by R. I. 
Best, Anecd. from Ir. Mss. II, p. 15) : Dolotar Saxain tuais- 
ceirt dochnm n Erenn... et berail hratgabhail moir do feraibh et 
mnaibh ko. Gadatar fir Erend Adamnan techt jor iarrair a 
mbraitte dochum Saxan . Ltiid didiii Adamnan do iârrair ] na 
braille, clc. Hère again this tradition is not connected with the 
third élément of the passage in the fragment, that of Adam- 
nan's adventures in the assembly of bishops. In Hist. Eccl. V 
1 5 it is stated that Adamnan adopted the Roman rules of the 
célébration of Easter and the tonsure of S. Peter in England, 
but the curious détails connected with the conversion in 
the annals are not found there. They agrée however exactly 
with the relation given by Bede (Hist. Eccl. III, 25) of the 
synodof Whitby (A D 664) and the discussion between Wil- 
frid and Colman on that occasion. There S. John is named 
as the originator of the Irish tonsure, there the authority of 
Colum Cille is rejected by Colman himself in opposition to 
that of S. Peter, there, at last, we read of a formai assembly 
where Colman is challenged by his English opponents. AU 
thèse détails, which Bede mentions nowhere in connection 
with Adamnan, recur in our entryofthe fragment. Evidently 
the annalist quoted from his memory and thus forged a story 
out of incongruous éléments. So far ail the Anglo-Saxon élé- 
ments in the two first Fragments hâve been scrutinised. It has 
been shown how the Northumbrian List, which we know 
from the other Irish annals, underlies them ail, while at a 
later period both Bede'sChronicon and his Historia Ecclesias- 
tica provided a certain number of glosses. 

Only the third fragment remains. Hère no Byzantine 
emperors are recorded, what is but natural, as the last set of 
thèse was entered from Bede's Chronicon, which breaks off 
at 729. As concerns the Anglo-Saxon notes, they are found 
in this part of the Three Fragments also. In the first place 
there are a few entries proving that the West-Saxon List had 
no less than the Northumbrian List been embodied in that ver- 
sion of the ' Old-Irish Chronicle ' upon which the third Frag- 
ment in based. That there are only a very few of thèse notes 
is but too natural, if it is taken into account that the third 



i6 A. G. l'an Hameï. 

Fragment only runs from 851 down to 913. Fortunately ihe 
two only entries that belong to this categor}' agrée absolutely 
with their équivalents in the Annals of Ulster, while the cor- 
responding portion of the Annals of Tigernach is wanting, 
owing to a gap in the manuscript. 

AD 858. Adidph ri Saxan moritiir . Cf. AU 857 (Cinaed mac 
Ailpin rex Pictorum et) Adulf rex Saxan mortiil sunl. 

AD. 913. Etalbh ri Saxan tuaisgirt moritur. Cf. AU 912 
(Tipraiti..., ^ATLeXmmro) Etulb ri Sâxan Itiaiscirt moriuntitr. 
In the Annals of Ulster the West-Saxon List is' during the 
period 852-913 represented by four entries, so that there is 
even no reason to accuse the scribe of the Fragment of parti- 
cular carelessness. The first of the two entries quoted doubt- 
less alludes to the death of King iEdelwuIf of Wessex, which 
according to the Saxon Chronicle took place in 858. The 
identification of Etulbh, king of the « Northern Saxons », 
who died in 912 or 913, involves more serious difficulties. 
According to Hennessy (in his édition ot the Annals of Ul- 
ster, vol. I, p. 212, note 8) the entry refers to « ^thel- 
woldjking of Northumbria,\vhose death (in battle) is record- 
ed in the Anglo-Saxon Chronicle atthe year 905 ». Unfor- 
tunately this iEthelwold, who is styled « a^deling » in the 
Saxon Chronicle, never was a king ; it seems that he had 
taken the side of the Danes against his own countrymen in 
order to occupy his father's throne. Besides, although the 
chronology of the Irish annals is not altogether reliable, a 
différence of seven years could never be explained and it ren- 
ders Hennessy's hypothesis quite untenable. Nor did the 
Anglo-Saxon names come down to the Irish annalists in such 
a corrupted form that they would hâve changed AithehuoJd 
into Etulbh. In this form the name can only correspond to an 
Anglo-Saxon Adulf or Eadwulf. In the year 924 the Saxon 
Chronicle mentions Eadulfes suna and in 926 the same prince 
is called Ealdred Ealdulfing froni Bcbbanbyrig. Of the father, 
Eadulf, the Chronicle gives no particulars, but in Ethelwerd's 
Chronicle his death is recorded in 912. He was king of Ber- 
nicia, so that he is justly styled ri Saxan tuaiscirî. It was not 
until the reign of his grandson Oswulf that, according to 



Foreîgn noies in Irish aiinals. 17 

Henry of Huntingdon, « Nordanhymbrorum provincia pro- 
prium regem habere cessavit ». 

Of another note it is less certain, though vcry likely, that 
it was borrowed from the West-Saxon List : 

AD 852. Cath do bhrisedh do Saxanaibh forsna Normannaibh. 
The battle hcrealluded to is not commcmorated in the other 
Irish annals. Still this does not prove that there was no men- 
tion of it in their common original. The Anglo-Saxon notes 
in the Annals of Ulster show that several battles outside Ire- 
landwere recordedin the ' Old-Irish Chronicle ', and that this 
was a work of the same kind as the Saxon Chronicle. The lat- 
ter speaks of a battle at Ockley in Surrey in 851, where king 
^thelwulf and his son ^thelbald « made the greatest slaugh- 
ter of the heathen host that we heard speak of up to the pré- 
sent day. » No doubt this important battle was also recorded 
in the exemplar of the West-Saxon List, from whence it 
found its way in to the third Fragment. At the same time the 
Ulster Annals lost the entry along with so many others. 

In the last passage I would assignto the West-Saxon List, 
the Saxons are indicated by the name ' Bretain '. Still, there 
can be no doubt that it is they and not the Britons who are 
meant : 

A. D. 869. Isin aiiiislr si tangattur Aunites^ j. net Dainfir 
go sliiagaibh diainnidhibh ko go Caer Ebroic, gur rotoghlatturan 
cathraigh 7 go ndechatlur fuirre, 7 ba tosach imriidh 7 docrach 
jHÔir do Brethnaibh sin. Thèse words are followed by a curions 
relation of a Norwegian expédition to Mauritania and by a 
number of short entries referring to Irish history, after which 
the sack of York is recorded once more in somewhat more 
effective terms : Sin bliâdain si dochnadar na Danair go Caer 
Ebroic 7 doradsat cath cruaidh do nà Saxanaibh ami. Romaidh Jor 
Saxamiibh 7 romarbadh righ Saxan ami À. Aille tre brath 7 
mcabhail gioUa ôig da nihnintir féin. Tugad tra âr môr isin cath 
sin, 7 racuas iar sain for Caer Ebroic 7 ttigadh iomad gach mai- 
thiiisa ciste, uair ba saidbhir an tan sin I, 7 marbthiir na jjrîth 

I. I would not venturcan expUmation of this désignation of the Danes ; 
the dérivation from Ha/nia = Copenhagen is quite unsatisfactory. 

Revue CeUique, XXXJ'l. 2 



i8 A. G. van Hamcl. 

do dheagh dheroine innte. As as sin rofhàs gach docrach 7 gach 
imncadh d'innsi Breatan. The concluding words of the two 
passages show that hère the same event is recorded twice 
over. The mention made of king iîille of Northumbria proves 
the identity of this entry with that of AU 866 : Belhim for 
Saxanu tuascerta i Cair Ebhroc re nDub Ghallaib, in qiio cecidit 
Alli rex Saxan aqnilonaliiim. In my former trcatment of this 
entry in AU^ I accepted an Anglo-Saxon origin for it and con- 
sequently assigned it to the West-Saxon List. The Fragment 
confirms this view. The interest, one might evcn-say sympa- 
thy ofthe chronicler ison the side of the Saxons, and he has 
even spécial information about the way in which the king 
was killed. Neither the Saxon Chronicle, where the event is 
commemorated under 867, nor Asser, who speaks of it in 
the 27th chapter of his Life of Alfred, know of the particu- 
lars the Fragment tells us, and the passage in the latter is so 
detailed that it might beasked whetherits direct source should 
not hâve been a poem. On a previous occasion the note in 
AU 936 on the battle of Brunanburh led meto the same sug- 
gestion. The Saxon Chronicle gives évidence that poems were 
current in those early records. The term innis Breatan ' the 
Isle of Britain ' does not speak against Anglo-Saxon origin ot 
our passage ; in the Saxon Chronicle, too, the désignations 
'Brytteii, Bryten, Britten, etc., are common enough . 

A few passages remain, that cannot be of purely Irish ori- 
gin, as they ail deal with the history of the neighbouring 
island, and where at the same time no conclusive proofs can 
be adduced to show their Anglo-Saxon origin. 

In 864 the third Fragment has an entry, which one might 
at fîrst be inclined to regard as of Anglo-Saxon origin, howe- 
ver without sufficient reason : AD 864, San bhliadhain si 
J. in tertio anno regni Aodha Finnléth, tangatur Saxain i 
niBreatnaibh Gainiud [leg. Guiniud?] 7 ra inarbaid na Saxain 
Bretain asan tir. The same event is related in AU 864, where 
we learn that the Britons were kept in bondage in Anglesea. 
Although the opening words stamp this entry as an intercala- 
tion, it is not likely that it was borrowed from an Anglo- 
Saxon source. Nothing points in this direction ; the scène is 



Forcigii noies tu Irish miiuih. 19 

the liind of the Bntons,the names of places are Welsh (Gwy- 
nedd, Maen Conain), no particulars are given about the 
Saxons on this occasion. Thus the question arises, whether a 
Welsh source should be accepted hère for the Irish annals. 
Though the entry in hand does not force this hypothesis upon 
us, it isworih while to consider it. The unusual chronologi- 
cal addition « in the third year of the reign of Aodh Finn- 
liath » stamps the whole passage as a gloss, added by a con- 
scientious computist. We hâve hère a passage, not belonging 
to the original body of annals, and of expressed Welsh cha- 
racter. If more material may be collected, corroborating the 
'évidence furnished by this passage, nobody will hesitate to 
assign the présent entry to a Welsh annalistic source. The next 
passages to be considered in this respect are those on ifEthel- 
fled, lady of the Mercians. 

AD 909 the ' Lochlannaigh ' were expelled from Ireland, 
with their prince Hingamund. From yîithelfla;d or, as she is 
styled in the Fragment, Ethelfrida Queen of the Saxons, 
they received land near Chester. When this Hinga- 
mund afterwards met an other chieftain of the invaders, he 
gave them the advice to take Chester and possess them- 
selvesofits lands. The queen, however, received intelligence 
of their design and collected her hosts in Chester. At this 
point the narrative suddenly breaks off, but is continued 
shortly afterwards. Seeing the invaders coming up close to the 
town, the Saxons send messengers to the king of the Saxons 
(se. iEthelred the alderman of the Mercians) to ask his advice 
and that of his queen. By a succession of siratagems, which 
are dwelt upon with évident préférence and one of which 
consists of bribing the men of Irish descent among the pagans, 
the besiegers are warded off. They desist and leave Chester. 
Hère the taie is interrupted once more with the words : ni 
cian iarttain co Itàngatar arisi do cathughadh. Several notes of 
Irish origin follow and the story of ^thelfla^d is only conti- 
nued at AD 913. In this year the Black Strangers and the 
White Strangers revisited Saxonland under their king Sitriuc 
hua lomhair. The Saxons came to meet them and in the fierce 
battle which ensued, the king of the Pagans had to be carried 



20 A. G. va II Hanicl. 

to a neighbouringforest, where he died. Their most influen- 
tial larl, Otter, also flcd to the forest with the men around 
him. Queen iï!thelfli\;d had ail the wood eut down with her 
soldiers' swords and axes and thus ail the surviving enemies 
were killed. Afterwards the queen made a treaty with the 
men of Alba and the Britons, that if the Pagans should 
return once more to the Island of Britain, both parties should 
défend each other against their attacks. 

Aglance even at the above succinct survey suffices toshow 
that this is not an Irish tradition. That it was notdrally trans- 
mitted by some champion of the Norsemen appears from the 
lact that the Saxon queen is at the centre of the interest. It 
cannot be assigned to the West-Saxon List, for the other 
annals hâve no trace of it and that list does not contain any 
other taies of such a detailed nature. Thus only two possible 
conclusions remain : it is either an isolated Anglo-Saxon tra- 
dition that was introduced into our Fragment by a glossator, 
or it is Welsh. The introductory sentence points to Wales : 
Racitadar ira na Lochlannaigh a hEirinn amiiil adubhramur 7 
ba tâoisioch dôibh Hinganmnd, 7 as ann rachuadar a n-inis 
Breatan. As é ba ri Brelan an fan sin .i. mac CaitiU mie Rua- 
drach. Rotionôilsid, Breatan dôib 7 tugadh cath cniaidh sonairt 
dôibh 7 racuirid ar éigin a criochaibh Bretan iad. The rest of 
the taie appears to be a sequel to this introduction, it culmi- 
nâtes in the alliance of iïithelfled with the men of Albu and 
the Britons. Hingamund, the pagan chief, is known in no 
other source except our fragment and the Annales Cambriae, 
where it is stated at AD 902 : Igmunt in insuJa mon nenit et 
tcniiit viaes osmcUaiin. Thus he had elected Wales as the spé- 
cial field of his opérations, what caused his being ignored in 
Anglo-Saxon history. The principal figure of the narrative, 
-lïlthelflied, is styled rioghan gà ffuil iiilc nert Saxan. In the 
Saxon Chronicle she does not play a prominent part and her 
title is only Miercna hlaefdige ' lady of the Mercians '. The 
Annales Cambriae, on the other hand, call her regina (AD 
917). Her last battle against Otter is not recorded in the 
Saxon Chronicle, but the Annales Cambriae hâve an entry at 
AD 913 : Otter uenit. Thus Wales doubtless is the starting- 



Forcign notes in Irish uiiiuih. 21 

point of the passage, which even shows a near rclationship 
to the Annales Cambriae. It seems, in fact, that Aithelflaed 
had become a héroïne in Welsh tradition, probably because 
of the protection she gave to her Ceitic neighbours and the 
aUiance they concluded with her. AU thèse arguments urge 
the conclusion that for this passage the Irish annalist was 
indebted to a Welsh chronicle, possibly written in Latin, as 
the city of Chester is called Castra hère, not Caer. This 
Welsh work may also hâve served as an example for the 
Annales Cambriae, for thèse annals are obviously only an 
extract from a more copions body. 

Was this Welsh chronicle only used by the compiler of 
the tbird Fragm.ent, or did it already exercise its influence in 
an earlier stage of development of the Irish annals, namely 
at the period when the ' Old-Irish Chronicle ' was com- 
posed? An answer to this question can only be given by a 
comparison of the Fragment with the Annals of Ulster. At 
917 the latter hâve an entry : Eithiiflcidh famosissima regina 
Saxomim moritur. The term regina points again to our Welsh 
source, and thus this entry contains an indication that the 
Welsh notes were already introduced into the comnion origi- 
nal of the Irish annals. But ail further détails on the famous 
queen and her battles against the Norsemen were dropped. 
This is but natural as the Ulster Annals show no particular 
interest in no-Irish things. The note on the expulsion of the 
Britons from Gwynedd to Anglesea, which occurs both in 
AU and the fragment (AD 864), may now also be assigned 
to the same Welsh work (see p. 14). Thus a list of entries, 
ail of the 9th and loth century, which refer to Wales, 
would look like this : 

AU 855, Fr. 853 : Horm toesech na nDubgennti iugiilatiis est 
la Riiadhraigh mac Miiirminn righ niBretan. 

AU 864, Fr. 864 the expulsion of the Britons from Gwy- 
nedd (see p. 19). 

AU 876 : Ruaidhri mac Muirminn rex Brittoniimdo tuidhccbt 
docum nErend for teiched re na Diibgallaihh. 

AU 877 : Ruaidhri mac Muirminn rex Briionniun a Saxoni- 
bus interempîiis. Cf. Ann. Cambr. 877 Rotri et filius eius Guriat 
a Saxonibus ingulalur. 



22 A. G. van Hamel. 

Fragm. 909: Caitill mac Rutrach ri Bretan ... moritur. Cf. 
Ann. Cambr. 909, Catdl rex moritur. 

Fragm. 909: Note on ^thelflœd. 

The material is indeed scarce enough and it is almost impos- 
sible to draw definiie conclusions from it. Rhodri's flight to 
Ireland, for instance, would not be out of place in an Irish 
chronicle either, and thus the passage at 87e might hâve 
attracted the others on Rhodri's further adventures. But on 
the other hand, even for thèse very scanty détails -information 
from Wales was necessary; therefore it must be assumed that 
they were borrowed from the same Welsh source that has been 
traced in the story of ^Ethelfl^ed. It is impossible to make out 
for every référence to Wales whether it belongs to the Welsh 
List or not. We must content ourselves to hâve established 
the présence of such a list in the Irish annals, or rather in 
their common original, and its close agreement with the 
Annales Cambriae. Thus some new vestiges hâve been disco- 
vered of the lost Welsh annalistic body of which the Annales 
Cambriae are an extract, and we hâve learnt something more 
about its nature. A comparison of Nennius' Historia Britto- 
num and the Annales Cambriae tells something of its contents 
as regards the earlier centuries. For that period the Irish 
annals teach but very little about the Welsh annals. Twice 
a burning down of Bangor of the Britons is recorded (AU 
631, 671), whatdoes not necessarily point to a Welsh source. 
Twice Welsh events are alluded to in entries that are in sub- 
stance Anglo-Saxon (AU 612, 631), but where additions from 
a Welsh authority are possible. Only one note has a purely 
Welsh appearance, namely Tig., AU 632 : Bellum ludris régis 
Britonum, cf. Ann. Cambr. 632 : Strages Sabrine et iugulatio 
Iiidris. Hère the same agreement with the Annales Cambriae, 
hère the same scantiness of détails. It seems as if our know- 
ledge of the earliest Welsh historiography will never extend 
beyond thèse few scattered facts. But for the Three Fragments 
it would not even hâve been possible to corne so far. 

A. G. VAN Hamel. 



AVANT-PROPOS 



Cette étude a pour sujet le système verbal des traductions 
de la littérature latine en moyen irlandais. Ces traductions 
paraissent dater à peu près de la même époque — la première 
partie de la période du moyen irlandais — , et comme il est 
vraisemblable qu'elles reflètent mieux que les sagas et les textes 
religieux le langage parlé du temps de leurs auteurs, elles se 
prêtent davantage à une recherche sur l'état de la langue. Il 
faut pourtant s'attendre à y rencontrer un certain nombre 
d'archaïsmes ; l'influence du style des sagas s'y trahit en effet 
de temps en temps. 

Pour des raisons pratiques, j'ai d'abord entrepris le dépouil- 
lement du plus considérable de ces textes, In Cath Catharda, 
la traduction en moyen irlandais de la PharsaU de Lucain 
(publ. p. Stokes, Irische Texte, W, 2). Je traiterai plus tard 
des systèmes verbaux des différentes versions de Togal Troy, 
de la saga d'Alexandre et de l'Enéide. Comme pour In Cath 
Catharda, je donnerai pour ces derniers textes le relevé sys- 
tématique de toutes les formes. 

Il est inutile de dire que j'ai utilisé la littérature qui a trait 
à mon sujet ; j'ai cependant tenu à me limiter strictement 
à mon texte et ne me suis servi de matériaux étrangers que 
lorsque ceux du texte étaient insuffisants. 

J'ai entrepris ce travail sur la suggestion de M. le professeur 
Cari J. S. Marstrander, qui ne s'est jamais lassé de me pro- 
diguer ses précieux conseils avec une amabilité rare. — M. 
Strai, cand. mag., a bien voulu me prêter une partie de ses 
matériaux tirés de Acallam na Sénorach, ce qui ma considé- 
rablement facilité la fixation de la date du texte. 
Kristiania, 29 octobre 19 14. 

Alf SOMMERFELT. 



LE SYSTEME VERBAL 



DANS 



IN CATH CATHARDA 



CHAPITRE PREMIER 

PROTOTONiaUES ET DEUTEROTONiaUES. 

§ I. — Au cours de la période du moyen irlandais, la 
différence qui existait en vieil irlandais entre les formes pro- 
totoniques et les formes deutérotoniques disparaît, comme 
on le sait, les prototoniques se substituant de plus en plus 
aux deutérotoniques. Les formes nouvelles sont traitées comme 
des verbes non composés : elles prennent les désinences per- 
sonnelles absolues, ont le type relatif en -^5, -as et emploient 
la particule verbale m à l'imparfait, au subjonctif du prété- 
rit, au futur du prétérit, etc. La disparition des formes 
deutérotoniques a été facilitée par la conformité de l'accen- 
tuation des prototoniques avec celle de l'infinitif, ce qui 
donnait plus de résistance aux dernières. Dans beaucoup de cas 
la forme prototonique semblait être dérivée directement de 
l'infinitif, prés. sg. 3 ni coisci H2577 : inf. cosc ; v. irl. prés. sg. 
3 ad-slig, con]. •aslig : CCath. prés. sg. 3 noco n-aslaigenn 4616, 
inf. asJach (d'où, avec désinence absolue, aslaichid 223 en 
regard de noco n-aslaiqenn cité ci-dessus). Les exemples 
suivants montrent le mieux que les faits ont été compris de 
cette manière par les sujets parlants, imparf. sg. 3 no digladb 
53, fut. prés. sg. 3 na digéla 5152. Ces formes sont dérivées de 
l'infinitif dicral et se sont substituées aux formes du vieil 
irlandais do'fich: inf. digal ; de même pour tOglaim (v. irl. 
dû'fich: inf. togaï). En outre, les formes prêt. sg. 3 ro coniét 
321 1 , fut. prés. pass. sg. ni coinietfailhcr 1049 ; prêt. pass. sg. 
roni-gairnicdh 4224. impér. sg. 3 ditncd 4598 montrent éga- 



Le Système Verbal dans lu Calh Calhurda. 



-) 



Icment que les dérivés des infinitifs coniét, ^airm et diliu ont 
remplacé les formes anciennes con'eim, gairid, et clo 'eim. 

§ 2. — Les premiers commencements du phénomène 
apparaissent déjà dans la période du vieil irlandais proprement 
dit: prés. pass. pi. càisclir, cbiscitir Wb. 31 b 25, 22 c 10, vis- 
à-vis de la forme régulière du sg. du prés, passif con'sèchthar 
Ml. 57 d 14 ; noter également la place de ro dans prêt. pass. 
sg. ro 'coscad Ml. 49 aj et prêt. pi. 3 ru'luirsct Ml. 44 d 23. 

§ 3. — ■ Les formes suivantes sont prototoniqites da.ns notre 
texte, tandis qu'elles auraient été deiilérotoniqiies en vieil- 
irlandais. 

ad- 

Prés.sg. 3 asiaichid 223, pi. i assiaiginit 3306. 
fo-ad- 

Prés. pi. i fâcinaid /^6o,p\. ^facbhaid 1892. 
to-i?î-ad- 

Prét. sg. 3 t eue ai s 6062, tincais 4037. 
to-ad- 

Fut. prés. sg. rel. taisealhahas 1125. 

Prés. sg. 3 rel. taihies (F) 362, 3813, 4126, pi. 3 laiînit 

3933- 

air- 
Fut. sg. 3 rel. airisfes 5163 
Prés. sg. 3 fitrailidh 2715, subj. prés. sg. 2 furâla 650. 

ind-air-od- 
Prés. pass. pi. iudarbtar éoo. 

/o-rt/r- 
Prés. sg. 3 rel. tircanus F 1038, prés. pass. pi. tircantar, 
988, 1047. 

Prés. pi. 3 toirnit 2502, prés. pass. pi. tairntir S tairutar F 
2502. 

Fut. pi. 3 taire jïdit 2']i<). 

Prés. sg. 3 rel. tair mises 264. 

Prêt. pi. 3 tairtetar F 2086, tairredar 2404. 

Prêt. sg. 3 tarrasair 47 etc., tarrastair 1745. 

frilh-to-ûir- 
Prés. sg. 3 rel. frilhtairises S 1695. 

io-ailh- 
Prét. sg. 3 taidhris 2931. 



26 Alf Sommerfeli. 

coni- 
Prés. pi. 3 conghat 1337. 

to-in-com- 
Prés. sg. 3 intan teccaim 1971, rel. intan iecmiis 1238. 

di- 
Prés. pi. 2 /«'Z'/; dibraicti-si 2184, prés. pass. sg. intan 
dhihraicther 3650. 

Prés. sq. 3 rel. wm discailcs 2610. 
Fut. prés.sg. 3 rel. diuJtfas 1021. 

Fut. prés. sg. 3 rel. eireochus 1655. 

to-ess- 
Prés. sg. 3 rel. theprims 3834. 

Prés, pi. 3 faemait 3 loi . 

Fut. prés. sg. 3 rel. fuikngus 4538. 

Prés. pi. ■^ fuirmit SF 2025. 

£^/-/(?- 
Prés. pi. I duthraic7Jiii^i^<). 

for- 
Prés, sg. I forclim-si 4579. 

Prêt. sg. 3 freccrais 2883. 

Prés. pi. 3 /w^af/ SF 1892, prêt. sg. 3 impôis 193. 

/o-m- 
Prés. pi. 3 tescaid ^i^'^. 

ind- 
urés, sg. 3 rel. innres 2610. 

di-od- 
Prés. sg. 3 rel. cia dusces 3328, prêt, sg, 3 ^«/jcw H 1469. 

Fut. prés, sg, I uair toduiscfet-sae 4079, 

fo-od- 
Prés, sg. I fiiacraim-si 4600, prêt, sg, ^foccrais 2937. 

Prét, sg. 3 //wrrrrt/W; 2811, 4164. 



Le Système Verbal dans lu Qith Calharda. 27 

Subj. prés. sg. 3 rel. résiu thinoiles 549, prêt. sg. 3 tinoilis 

3735- 

lo-od- 

Prés. sg. 3 toccbaiilh 2983. 

Prés. sg. 3 tiismid S 1140. 
/o- 

Prés.pass. pi. tochailter 2508. 

Prêt. sg. 3 larlaic 561 1. 

Prés. pass. sg. trascurthur 238. 

Prêt. sg. 3 taifnes (taifiiig S) 194. 

Prés. sg. 3 lairrngid 3662. 

§ 4. — La disparition des formes deutérotoniques devant 
les formes prototoniques s'est presque entièrement accomplie 
dès la première partie de la période du moyen-irlandais. 
L'ancien état de choses s'est conservé pour une catégorie de 
verbes jusqu'à une époque assez récente du moyen-irlandais ; 
il a même survécu dans certains verbes jusqu'à ce jour ; cf. 
en irl. mod. 1' « absolute » do-ghnm et le « dépendent » 
deunaim. 

§ 5. — Dans notre texte l'ancienne distinction s'est main- 
tenue dans : 

A. Les verbes composés qui ont un d intercalé entre la 
préposition et le verbe. Ce d qui originairement était un pro- 
nom infixe s'est en moyen-irlandais soudé au verbe. L'accent 
( )porte, comme dans tous les verbes avec des pronoms 
infixes, sur la syllabe qui suit immédiatement le d. 

Fut. prés. pi. 3 atbèlat 889, (noter cependant aibelat S) : 
imparf. pi. 3 co n-àipiltis 3480 ; subj. prêt. pi. 3 acht na 
hàbaldais 2487 ; fut. prés. pi. 3 go n-àibelat 1022. 

Prés. sg. I atbhrim-si 4285; pi. 3 atbèrat 4533; fut. prés, 
sg. 2 atbèra 654; prêt. sg. 3 atbcrt (à côté de asbèrt), pi. i 
atriibarhnar 2865 : prés. pi. 2 in àbraid 601; impér. sg. 2 
àbair 4520; subj. prés. sg. 2 dia n-àpra 4209 ; prêt. sg. co n- 
èpert. 

Prés. sg. I atclm 5121; fut. prés. sg. 3 atchifi 3576 ; prêt, 
sg. 3 adcbndaire 403 ; imparf. pass. sg. atcite 898 ; prêt. pass. 
atçèas 849 : prés. sg. 2 nach faki2^^6 ; pi. 3 nifàicet 3813 ;prét. 
sg. 3 ni fàcca F 1494 ; pi. 3 cofàcadar 3108, confàcatar 4924 ; 
imparf. pass. sg. cofaicthc^^^i ; prêt. pass. sg. canna fàccas 1964. 



28 Alf Sommer fell. 

■ Prés. pi. 3 atrâghat 1886 ;subj. prêt. pi. 3 atreistis 1093 ; tut. 
prés. pi. 3 atrèisset 5 F 1655 ; prêt. sg. 3 atràcht 226 : prés, 
sg. 3 conachèrigh 436; impér. sg. 2 mV/; 1295; subj. prêt, 
sg. 3 ^0 n-èirsed 357 ; prêt. sg. 3 co n-èracht 671. Ce dernier 
verbe a pourtant en même temps subi l'évolution ordinaire, 
comme s'il n'était pas composé ; cf. fut. prés. sg. 3 rel. èireo- 
chus H 1655 ; imparf. do èrgedh 357 ; prêt. sg. 3 ro erig 86 1. 
Prés. sg. 3 fodèra i^^j (cf. la graphie plus técente/ô Jmr). 
A ce groupe s'est joint at-cbhiinim, forme analogique rem- 
plaçant V. irl. ro 'cluiniur. 

Prés. sg. atclidnini 4051 ; fut. prêt. pi. 3 intau atclninfitis 
6165 ; prêt. sg. 3 atcùala 2615 (cependant ro-cùala conservé 
3013); pi. 3 atcùalatar 3129 ; imparf. pass. sg. aichMutea 894; 
pi. 3 atclùinlis 895; prêt. pass. sg. o'/doj- 3040 : prés. sg. 3 ni 
clùinenn 3934; imparf. sg. 3 ^0 clùinedh 3290; prêt. pi. 3 
co cùaladar 113 3 ; prêt. pass. sg. i:o f/tw 4330. 

B. Les verbes composés avec pronom infixe. L'accent frappe 
la syllabe qui suit le pronom. 

Prés. sg. 3 dos-fic 620, 674; fut. prés. sg. 3 do-for-ficfa 
3579; fut. prêt. sg. 3 dos-fkfad 5342; prêt. sg. ^ dos-fa'mic 
419; pi. 3 dos-fàncadar 313 : prés. sg. 3 //r 194, etc. 

Prés. sg. 3 dos~fêcaimS 1321 ;prét. sg. 3 dos-fèccaim-si 3661 : 
prés. sg. 3 fO tècaim 1240, intantècaim 197 1 et rel. /«/a?z /^r- 
wîM^ 1238 ; subj. prêt, no tècmadh 5166. 

Prés. sg. 2 cotn-ici S, cotn-k F 566 ; fut. prés. pi. 2 co/«- 
zVte7/ 2412 ; pi. 3 cot-icfat F 634; fut. prêt. sg. 3 cotn-kfad 
1182 : subj. prêt. sg. 3 w cocmsadh 5224; rocùmaing 5477» 
pi. 3 «fr cùmciset 2099. 

Prêt. sg. 3 dosn-ïmaire T)i6^ ; mais en même temps prêt, 
sg. 3 guros-limairc 2475. 

Prêt. pass. sg. don-àrfas 901, 1070 : prêt. pass. sg. / tàrfas 
1057 ; tàrfas 4367, tàdbas 4JC)^. 

Prêt. sg. dûs-rhla 2106 : prêt. sg. 3 /^r/rt 2970 (voy. sous C). 

Prés, pers, sg. atn-hgar SF 1828. 

C. Les verbes suivants composés avec : 
a) la préposition do : 

Prés. sg. I dobèrim-si 3312, dobmr-sa 1298 ; sg. 3 dobèir 633 ; 
imparf. sg. 3 dobèredh 2446 ; fut. prés. sg. 3 dobèra 1122 ; 



Le Sysicme rcrhal dcuis In Culh (Àtlhtirda. 29 

prêt. sg. 3 dobèrt H 107 ;prés. sg. 3 ni tàhair 5083 ; impér. sg. 

2 làhair 1350 ; imparf. sg. 3 ni tàhrad 2831. 

Fut. prés. pi. 3 dogèbhait 1702 ' : près. sg. i ni fagbaim-si 
4286. 

Prés. sg. 3 cfc)o-;î/ 438 ; imparf. sg. 3 dogmdh 907 ; fut. 
prés. pi. r dogciiitiii-ne 6yy, prêt. sg. 3 dorôine 282, donghne 
216; pi. 3 doràiisat 1362, dongnisct ^ji : impêr. sg. 2 ^t'wa 
548; pi. 2 dènaidh 5053; subj. prés. sg. 3 ^a ndèrna 3340: 
subj. prêt. sg. 3 acht iniîti dèrnad 1323 ; fut. prés. sg. i nidin- 
gén-sa 3781 ; prêt. sg. 3 co ndernai 977 ; pi. 3 »/ dernsal <)']i. 

Prés. sg. 3 dcmèil 3668 ; fut. pi. 3 /«//rtj" donièlal 890 ; à 
côté du prêt. sg. 3 rotàmail 5200, forme qui suppose un pré- 
sent toiinlini. 

Prés. sg. 3 ^o/<:p/ 1707; pi. 3 dotœgal (doleccatF) 3095 ; fut. 
prêt. sg. 3 dodïcscdh 392 (originairement subjonctif du pré- 
térit) ; fut. prés. sg. 3 doraga 1019 ; fut. prêt. sg. 3 doràghadh 
465 ; prêt. sg. 3 dodechaid S6i8 : impér. pi. 2 /«îVy (ï«é'^ C) 
3678 ; fut. prés. 3 ;// targa 4264. 

Prés. sg. 3 dorbich 2055 j imparf. sg. 3 dorbichedh 1985 ; 
subj. prêt. sg. 3 doràisedh 2304 ; fut. prêt. sg. 3 intan dorbised 
F 1232 ; prêt. sg. 3 doràcht 2936, diiruacht 5427, donacht 1 106. 
pi. 3 dorbchtatar 3030 : prés. sg. 3 n? tbôraig 4790 ; prêt, sg; 

3 a) tbracht 2882 . 

Imparf. pi. 3 ^io thiiitidis 1871 ; fut. prés. sg. i dofàethus 
3578 ; sg. 3 dofaèlh -1245 ; prêt. sg. 3 doràchair 2193 ; pi. 3 
dorochradar 2122 : imparf. pi. 3 /// thiiitidis 2007 ; impér. sg. 
2 /(?// 2982; fut. prêt. sg. 3 fo taêtsad (S¥) 341; prêt. sg. 3 
«a tôrcairSj^ Çnach drochair S, forme hybride); pi, 3 co târcra- 
tar H 2122 (condrbchradar S, de même). Les verbes cités 
dans cet alinéa sont en même temps traités comme des verbes 
simples. Ex. imparf. pi. 3 ;/f thiiitidis 1848; fut. prêt. sg. 3 
no tiiclsadh SF 1282 ; pi. 3 no taèthsaidis 3170; prêt. sg. 3 tbr- 
cair 281$ ; ro litit 2216. 

Prés. pi. 3 dotennat 3096 {docenccat F, docengatt C). 

Prêt. sg. 3 doràitne ¥ 841, dorciit)ii 841, doràitin S 1168. 
Dans le reste des exemples ce verbe est traité comme simple : 
prés. sg. 3 rel. tàitnes ^81^ ; prêt. sing. 3 ro tàitin, 1199. 

I . Cliangtmciu de préfixe. 



50 Jlf SommerfeU. 

Prêt. sg. 3 doàrrasair 2592, doàrrastair 2')26, ailleurs prot- 
tonique, imparf. sing. 3 no tairised 5253 ; prêt. sing. 3 tàrras- 
sair ^j, tàrrastair S 1964. 

Prêt. sg. 3 dochùaidh 2368, docbidh 3256 : co ndècbdidh 
2194. 

Prêt. sg. i dorhla 182 : prêt. sg. 3 /or^^ tàrria 1378. Pro- 
tonique : tarla 2970, 3045. 

Prêt. sg. 3 donnnscann 956, 980. Prototonique : rotmdscan 

745- 

Imparf. sg. 3 do-lèiceadS 2164. Prototonique :notêlgedb^S4}, 
ro teilgedh 2164. 

Prêt. sg. 3 do-fhinic F 2130 ; voy. sous B. 

Près. sg. 3 intan doèccaim SF 1971 ; prêt. sg. 3 doècaitn 
SF 2178 ; voy. sous B. 

b) La préposition /o : 

Subj . prêt. sg. I fogàbaind 2725 ; sg. 3 foghbad 3702 ; 
fut. prés. pi. 3 dogèbhait 1702; fut. prêt. pi. 3 fogèbtais 
3266; prés. pass. sg. fogàbar 2990 : imparf. sg. 3 «^ fôg[b]- 
adh 3993 ; pi. 3 conà fàgbbadis H 2579 ; prés. pass. sg. «â! /(2- 
^aibtear 4404. 

Prêt. sg. 3 forràccaib 3004 (forfàccaibb C) : impér. sg. 2 
fàcaibh 1666 ; ailleurs traité comme simple : prés. pi. i fàc- 
maid 460 ; imparf. sg. 3 nos- fàcbadh 2163 ; subj. prêt. sg. 3 
no fàcbad S 392; prêt. sg. 3 fàrccaib F 2041, ro fàcaibb 144. 

Fut. prêt. sg. T) folMsadb 11 14, 5334: fut prés. sg. i «/ 
rofàelusa (saeliisa S) 11 17; dans les autres exemples traité 
comme verbe non composé; imparf. sg. 3 no fùilngedh 2901 ; 
fut. prés. sg. 3 re\. fiiikngus 4538; prêt. sg. 3 mr' fùlaing 

3193- / 

c) La préposition /n. 

Prêt. sg. ^frisccàrt 3327 : ni frcccart 4037; ailleurs traité 
comme verbe simple : imparf. pi. 3 no frèccratis 2834. 

d) La préposition /;;/i'. 

Prés. sg. 3 /;;/m' 385 etc„ imsàei 2818 etc., prêt. sg. 3 imsœ 
2799 etc.; pi. 3 tnisàisct SF 2306 : impér. pi. 2 }mpaidb 2731 ; 
mais également comme verbe simple : prés. pi. 3 \inpait 
1892; imparf. sg. 3 no'mipodh 1986; prêt. sg. 3 /w/)W5 193 ; 
ro hnpo 1706 etc. ; pi. 3 ro inipaiseal 2465. 



Le Syslèine Verbal dans In Cath Catharda. 31 

e) La préposition ro. 

Prés. sg. 3 rosàich H 1460; imparf. pi. 3 rosbichlis 5683 ; 
subj. prêt, cîa roso)sedh 1680; pi. 2 rosoistis 3054; fut. prés, 
sg. 3 ros]a 5086, 5172; rosb {ilo F) 1460; fut. prêt. sg. 3 
rosàisedh ^o<^G \ prêt. sg. 3 rosuichl 5628; prés. pass. sg. 
intan rosàichter 121 3 : prés. pi. 3 cein co rbicheat 2648; im- 
parf. sg. 3 cona ràiched 3606 ; pi. 3 ton/w rôichtis 2629; fut. 
prés. sg. 3 aT/a 1464 ; pi. 3 ro rô/j^/ 4276; fut. prêt. sg. 3 
rîfi'rt roisedh 1861 ; prêt. sg. 3 co rôacht S 1795 ; pi. 3 noco ria- 
chtatar 5424. 

f) La préposition com. 

Prés. sg. 2 r/V//; connàige 3342 (?). 

§ 6. — Il ressort de ces exemples que la distinction entre 
les formes deutérotoniques et les formes prototoniques n'a été 
maintenue d'une façon complète qu'avec les verbes suivants : 
atbeir, atci, dobeir, dogni, fogaib, dotéit, rosaig (rosoich), doroich, 
dochuaid et dorât. Au cours de la période du moyen- irlandais 
ce groupe a été réduit à ne comprendre que : atbeir, atci, dobeir, 
fogaib, dogni, dochuaid. 



CHAPITRE II 
Particules verbales. 

§ 7. — A. no-. La particule verbale no ne s'employait 
en vieil-irlandais que devant le verbe simple, et alors seule- 
ment dans les cas où le verbe n'était précédé ni de la parti- 
cule conjointe ni du préverbe ro. Sauf dans les cas que je 
viens de mentionner, il s'employait 

1° toujours devant l'imparfait, le subjonctif du prétérit et 
le futur du prétérit. 

11° devant d'autres formes verbales 

a) à fin d'appuyer un pronom infixe; 

b) devant des formes non relatives, à fin de former des 
propositions relatives'. 

I. Cf. Thurneysen, Handh. I, § 538. 



32 A If Soiiiiiwrjell. 

§ 8. — Cette règle générale reste encore en vigueur dans 
notre texte : no ne s'emploie qu'avec les verbes simples (y 
compris ceux qui sont traités comme tels) et seulement dans 
les cas où le verbe ne dépend pas d'une particule conjointe, 
ni de ro. Toutefois l'emploi en a été un peu simplifié en 
tant que les cas 11° b) ont disparu de l'usage : prés. sg. 2 
in calh cuirisiu 7 Cesair 1460, pi. 2 cia leth berthai iiio meirgi 
lib 414. Inversement no sert d'appui à un pronom infixe dans 
les exemples suivants : prés. sg. 3 no-s-toccdihh 2979 ; fut. 
prés. sg. 3 no-d'fuirega 3349 ; pi. 3 no-t-lenfiit-sa 638 ; prés, 
pass. pi. iutan n\o-n\-indarbtar 606. 

§ 9. — Contraire à la règle 1° semble être l'imparf. pi. 3 
langnathaighilis jii '(en position relative). Cette exception, 
est-elle due à la composition avec hhi- ? Autres exemples qui 
semblent se soustraire à la règle : imparf. sg. 3 téighcdh 2144, 
teged-si (jcgad C) 3990; pi. 3 teghdis S 1575 j probable- 
ment sous l'influence de tic. — rie et tic prennent no dans 
les exemples suivants: imparf. pi. 3 amail no rictis ^^iS; 
fut. prêt, sg. 3 no ticfadh S 392; pi. i do ticfaniais 16S2 {do au 
lieu de «0). 

B. ro ^ I. La place de ro avec le verbe composé. 

§ 10 (a). — D'après la règle la plus ancienne, qui en vieil 
irlandais avait gardé sa vitalité dans bon nombre de cas, ro 
était placé immédiatement devant le radical verbal, après les 
particules (lero" fixe » (feste) de M.Thurneysen)^. Des traces 
en ont persisté jusque dans notre texte. Ex. : prêt. pi. 3 atru- 
bartmar 2865 ; prêt. pi. 3 atruUadar SF 2225 ; prêt. sg. 3 
atrocair 4366, dorochair 2i<^'^, na torcair F 879, dorala 182, 
00 tarrla 1926, doroine 282, go ndcrnai 977 ; prêt. pi. 3 conuar- 
gaibhsett 5636, Inargabsat 3096; subj. prés. sg. 2 da nderna 
3340; sg. 3 co nderna 1 391 ; pi. 2 cenco nderntai 3568; pi. 3 
na dernat 2732; prêt; subj, sg. 3 achl mini dernad 1323 ; pi. 
3 co nderad'is 1415; prêt. sg. 3 farccaibb F 2041, forraccaib 
{forfaccaib C) 3004 K 



1. tasin gnalliigidis S. 

2. Handb. I, § 520 b). 

3. Cf. Pedersen, Vi^l. Giwiini., II p. 268, 1. 1-5. 



Le Système Vcrhid dans In Caih Caiharda. 35 

§ 10. (b). — Plus fréquent était toutefois en vieil-irlandais 
le ro dit mobile (Thurneysen) qui se plaçait toujours après 
le dernier préverbe proclitique, que ce préverbe fût une pré- 
position ou une particule conjointe. Quelques exemples sont 
là pour attester la survivance de cette règle dans des cas par- 
ticuliers : prêt. sg. 3 doraitni S41 {dorait ne Y'), doriniiscaïui ^'j6, 
980; pi. 3 iinrnlaiseht 2653. 

§ 10 (c). — En moyen irlandais le ro se place en règle géné- 
rale cà l'initiale comme il était d'usage avec les verbes simples, 
ce qui du reste était la conséquence nécessaire de la victoire 
des formes prototoniques. Ex. prêt. sg. 3 roforcongarl 945, ro 
taitin 1199, etc., etc. (Déjà en vieil-irlandais on trouve le 
prêt. pi. 3 ru tnirset Ml 44 d 23 ; voy. ci-dessus), ro ne porte 
jamais l'accent, même après une particule conjointe. Cela res- 
sort clairement du fait que le ro se réduit souvent à r en 
cette position (ex. prêt. sg. 3 cor lin 452, nir leicc 3729, etc., 
etc.) et que les pronoms se sont infixés après le ro dans le 
groupe particule conjointe + ro (ex. prêt. sg. 3 ni ro-s-foilc,ni 
ro-s-fothraic 1170). L'ancien usage, ro accentué après par- 
ticule conjointe, se trouve conservé dans un exemple d'allure 
archaïque : prêt. sg. 3 cnr raemid 3061. 

II. Sens de ro. 
a) A l'indicatif. 

§ 1 1 (a). — ro donnait en vieil irlandais au prétérit la valeur 
d'un parfait et établissait ainsi la différence entre le prétérit 
narratif et le prétérit parfait. Notre texte ne distingue plus 
ces deux prétérits. Les formes avec ro servent pour l'un et 
l'autre. Ex., avec le sens d'un parfait : prêt. sg. 3 ro scâiglj 
1145, ro tairbir 5032 ; pi. 2 ro sirsiubair 5483 ; avec le sens 
d'un narratif: prêt. sg. 3 ni ro an 2449, ro cetaigh 1161, 
cnr raemid 3061. Inversement les restes de l'ancien prétérit 
sans ro ont aussi pris le sens d'un parfait : prêt, pi . i ;// 
tartaniar-ni ^SiS,frisi n- nrnaigsiiun-ni 5047. 

§ II (b). — A l'imparfait de l'indicatif ro servait à marquer 
que l'action exprimée s'était accomplie à plusieurs reprises 

Revue Celtique, XXXVI. 5 



34 '^?/ Sommer] elt. 

dans le passé. Trois exemples de notre texte sont là pour 
montrer que regardait toujours la même fonction : sg. 3 ro 
ordaighed 5680, ô doerghed 357 {do au lieu de ro). 



b) Au subjonctif. 

§ II (c) . Comme avec le prétérit de l'indicatif ro donnait 
en vieil-irlandais au. prétérit du subjonctif la valeur d'un 
parfait. Vu la confusion des particules proclitiques, et les 
matériaux faisant défaut, nous sommes hors d'état d'affirmer si 
ro dans notre texte a gardé un tel emploi. Quand on consi- 
dère le cas du prétérit de l'indicatif on est porté à supposer 
le contraire. 

§ II (d). — ro donnait en vieil irlandais au subjonctif le 
sens d'optatif, ce qui a lieu encore dans notre texte. Ex. subj. 
prés. pi. 3 ro-t-bennachat 4036. De l'idée de désir on passe 
aisément à l'idée d'intention . Aussi, le ro s'est introduit en 
grande partie dans les propositions subordonnées finales avec 
co et na (emplois très rares en vieil irlandais '); ex. : subj. 
prés, sg. I co ro dibraicer 218^, co ro tochaithiur S 2184 ; sg. 2 ro 
nderna 1391, co ro idighea 2493 ; prêt sg. 3 na ro eirged 6164, 
cor hncuiredh 160 ; pi, 3 ^?( ro taisilitis 3093 ; prés. pass. sg. 
co derntiir 1667, na ro-t-facbaiter 4564, co ro tocbaither 2184 ; 
prêt. pass. sg. co ro cumscaigthi 1797. Inversement sans ro : 
subj. prés. sg. 3 co n-innisi 4081 ; pi. 3 na cuiret 2733 ; 
prêt. sg. ^ co congnadh 3235, co nditned 5277; subj. prés. 
pi. I dép. co cloaniar 4520. De même dans Passions and 
Homilies : co ro air Hier « donne, pour que je mérite » en 
face de esti frin-ne co n-aicilleiii thn colh'ic « écoute-nous, que 
nous t'adressions la parole à présent » - . 

Rem. rose trouve également une fois après ro « explica- 
tif » (Thurneysen) : guro iinoiltis 3266. 



1. arna de-r-lind gl. ne scandalizem Wb. 10 c \^(sluind-), condid-t-a- 
r-ilbœ « damit du es iibergebest » 29 c 2 (to-ad-selb), cf. Pedersen. Fgl. 
Gramvt. II, § 564. 

2. Cf. Dottiu, Manuel, I, § 388, 2. 



Le Système Verbal dans lu Calh Catharda. 55 



C. La confusion des particules proclitiques . 

§ 12 (a). En moyen-irlandais on trouve les particules ver- 
bales proclitiques constamment confondues : ro s'emploie au 
lieu de no et de do, do à la place de no et de ro, etc. D'après 
Quiggin, Die lautliche Geltung der vortonigen W'ôrter nnd Silben 
in dcr Book of Lcinsler- Version der Ta in bb Cualnge ' , cette 
confusion serait due au fait que toutes les particules procli- 
tiques se sont réduites au môme son indécis J. Toute diffé- 
rence phonétique se serait donc effacée et cette altération 
aurait entraîné un trouble au point de vue de l'emploi syn- 
taxique. Mais, en réalité on ne peut citer à l'appui de cette 
thèse aucun exemple tiré des manuscrits de l'époque en ques- 
tion ; et la disparition même de Vr et de Vu à l'initiale de ro 
et de m est contraire aux lois phonétiques de l'irlandais. 

§ I2(b). — La cause de la confusion doit probablement être 
cherchée dans l'analogie. On avait en irlandais deux séries de 
verbes, qui étaient composées l'une avec ro, l'autre avec do : 
prés.sg. 3 ro'sâig,do'tiag,do'beirQtc. ; prêt. sg. 3 do' chiiaid , do 
'dechaid. A l'imparfait, au prétérit du subjonctif et au prétérit 
du futur, ro et do, et au prétérit de l'indicatif, do ont été pris 
pour des marques à valeur temporelle à l'égal de no et de ro . 
Aussi ont-ils été remplacés quelquefois par les marques tem- 
porelles ordinaires. Ex. imparf. sg. 3 no soiced h 280^, (tio pour 
ro) ; fut. prêt. sg. 3 no diccsedb F 392 (no pour do) ; prêt. sg. 
3 ro caidh 2^S<),rocoidh ^2^6,ro cuaidb 2097; P^- 3 rocotarY 
1079, ro ciiadar 1079, /'o bertsat SF 1236 (ra pour ^0) . En 
même temps ro et do se sont étendus à d'autres verbes . C'est 
ainsi qu'on trouve 

§ 1 2 (c) . a) ro = no 

imparf. sg. 3 ro beredh H 2162 ; ro cosnadh (no F) 2241 ; ro 
imredh H 2130 ; ros-linadh 5023 ; ro teilgedh 2164 ; ro tobruch- 
tadh H 2 112 ; pi. } ro ascnaitis H 2309 ; ro claidis H 2507, 
ro dibhraicdis H 2135 ; ro scenndis 1876, 1879 (710 S) ; ro snigh- 
dis 2000; ro soillsighidis 2333; ro tairngidis H 2135; ro 

I. Dissertation, Greijsuald, 1900. 



3é A If Sominerfcli. 

tescdais H 2134; ro tuitidis H 2007; subj . prêt. sg. 3 resiu 
ron-suidighcadh S 505 ; pi. t, suro {sîn no F) scardais 2527; 
subj. prêt. pass. roadharthea 343; fut. prêt. sg. i ro inneo- 
sainn 2891 ; ro clofinn-si 4581 ; sg. 3 ro fcifad 1502; rosii- 
iniluaidfed 1157; pi- i ro faemomais-ne 1682; fut. prêt. pass. 
ro scribahtha (ro scribtha F) 1 1 5 2 . 
b) do 

§ 12 (d) l) = WO 

imparf. sg. 3 cred'do foillsigedh 4816; do mûiredh 1859; 
intan do lecmadh 2541 ; do tairistis H 2015 ; ifo lititidis 1871 ; 
imparf. pass. pi. do gnatbaigbidis 141 3 ; fut. prêt. sg. 3 
do cloidfedh 2553 ; Jo Uiicfead S 1502 ; pi. i doiicfàviais 1682 ; 
fut. prêt. pass. sg. do (no C) fetfaidlbe 5764. 

§ 12 (e). (2)=ro 

imparf. sg. } ô do érgedb 357; prêt. sg. 3 ^0 as 1301 ; do 
cing SF 1489, 2641 ; do derscnaig 4713 ; î/o deisidb 4751 ; 
d'fizen (d' aen SF) 2310; dofiiacair 571 ; dogbabb 6, 1301 ; do 
(ro C) siiidbigh 3286 ; do tarraing 2085 ; do teglaiin 3963 ; do 
tbinoil ^^6^ ;p\- 2 dofuilngebhair ^j^; pi. 3 do fritbcbatbaidb- 
set H 2368; do (ro F) sàilsat 1777; do (ro S) .fa^i^/ 2579; 
prêt. pass. sg. 3 do benad (sic leg. ?) 4318. 

§ 12 (f). — Sur le modèle de ad 'condairc, ro Ywa/â! devient 
ad'cuala, puis au présent ad'cluinim d'après ad'ci. Ad gagne 
également du terrain swr do : prés. sg. i atcuirim 4600; fut. 
pi. 3 atragat 1047; prêt. sg. 3 atrocbair 145 1. do s'est substi- 
tué à/o dans un exemple : fut. prés. pi. 3 dogébbait 1702. 

§ 13. — D. Autres particules dans la fonction de ro. 

En vieil irlandais certains verbes employaient dans la fonc- 
tion de ro d'autres particules comme ad, coni etc. Nous en 
avons encore des exemples dans notre texte, mais ce ne sont plus 
que des formes figées. Ex. : prêt. sg. 3 delligb 4099, deisidb 
1292 et passim avec de- en- ', et avec encore une marque de 
iprétént do deisidb /{j^i ; pi. 3 docomortatarGoi'^ (où ^0 mani- 
festement a été pris pour une marque du prétérit) à rattacher 
au vieil-irlandais fi?o-/Maîr^ « écrase ». 



I. Cf. Thurneysen. Handh. l 528, 3, en opposition avec Pedersen, 
Vi!;}. Grainvi. II ^ 569 ; cf. en outre le compte-rendu de Thurnevsen,/. F. 
Jti^. XXXIII. ^ ' 



Le Système Verbal dans In (lall) (Mll)arcla. 37 

CHAPITRE III 

Les déponents. 

§ 14. — Strachandans son mémoiresur The Déponent Verb in 
Irish, affirme que le déponent était une formation mourante 
au x*^ siècle. On ne s'attend donc pas à en rencontrer dans notre 
texte (sur l'âge de celui-ci, cf. t)ifra). Et, en effet, ils ont dis- 
paru, à l'exeption de deux formes archaïques : prés. pi. i 
atfmdhaniar 2263 (v. irl. hd 'fiadanî) et sub. prés. pi. r co 
cloaniar 4520, et de quelques formes isolée's du prétérit fort 
qu'on rencontre aussi dans les textes postérieurs au nôtre : 
sg.'3 atacaomnacairV , atacaejuhnacàir S 347 ;ni rodamhair 2^20; 
ro genair 3862; doarrasair 2592; tarrasair, tarrusair 12 etc. 
En même temps les formes déponentes se sont étendues par 
analogie à la f^ personne du subjonctif présent, et dans le pré- 
térit sigmatique (cf. infra). 



CHAPITRE IV 

Le Système du Présent. 

§ 15. — On peut, avec M. Thurneysen ', compter en vieil- 
irlandais trois classes de thèmes du présent pourlesverbesfaibles 
(A, MI-III) et cinq pour les verbes forts (B, I-II-III-IV-V). 
— Déjà en vieil irlandais les diverses classes de thèmes tendaient 
à se rapprocher ^ et dans notre texte le système apparaît beau- 
coup simplifié. En vérité, il ne reste guère des verbes forts 
que la classe B, i, et celle-là même en un état très réduit. Le 
reste des verbes forts ont, abstraction faite de quelques 
exemples isolés, été englobés dans les verbes faibles, de façon 
qu'il ne subsiste guère que deux classes verbales, l'une à radi- 
cal avec consonne finale de position antérieure, l'autre à 
radical avec consonne finale de position mo3^enne sur la base 
des classes de radicaux A, I et A, II du vieil irlandais. 

1. Handh. § 542 et ss. 

2. Cf. Thurneysen Handb. § 547-49. 



38 Aîf Sommer felt. 

§ 1 6. — A, I. Comme les verbes faibles prennent souvent à la 
3*= personne conjointe du singulier au présent la désinence -ajin, 
les matériaux nous font défaut dans notre texte pour affirmer 
si la désinence -a s'est conservée en cette position. Le seul 
exemple est /o^^m, -mais ce n'est là qu'une forme figée. Dans 
SR. les formes en -a sont encore les seules existantes. Dans 
PH., où les matériaux sont très clairsemés pour la même rai- 
son que dans notre texte, on trouve avec -a : amal for-t- gella 
4007, -54, -60, 4754, 6225, 6970, 7096 ; et sans -a : in fhrem 
ô fhâs in uli oJc 7603 ; in niar Mariniis (de maraid) 1069, En. 
BB., a un exemple, ni thalla 825, qui se trouve aussi dans 
Tog. T. LL. 569. Al. BB. nochotalla 488 a 7. 

§ lé (a). — Pour cause de syncope de la voyelle verbale dans 
les formes prototoniques^ des verbes composés, qui en vieil 
irlandais étaient des verbes en -â, peuvent adopter la flexion 
des verbes en -/. Ex, : 

prés. sg. 3 ni coisci H 2579; imparf. sg. 3 ni coisceadh 2577 : 
v. irl. con 'secha Wb. 7 d 10. 

prés. sg. tairngid 3662; imparf. sg. 3 no tainigedh 3842; 
pi. 3 no tainig[i](iis 2135 : v. irl. do-srenga-soni Wi-Tâin 
p. 1047. 

imparf. sg. 3 nothaidhledh 2898: v. irl. prés. sg. 3 do-da- 
aidhlea Wb. 9 d 5. 

prés. sg. 3 rel. taitnesSV 362; pi. 3 connu taitnit 3809 (to-ad- 
tenna- ?). 

§ 16 (b). — Quelquefois un verbe en -î dérivé de l'infini- 
tif peut remplacer l'ancien verbe en -à. Ainsi : 

imparf. sg. 3 ce titioiledh 3972; impér. sg. 2 tinàil 1349; pi. 
tinoilid 1358 ; inf. tinôl: v. irl. do-in-ola Ml. 26 b 3 . 

prés: sg. 3 dïiinidh 2979 : inf. dun ; de l'autre côté imparf. 
sg. 3 no dnnadh 2 161 conforme à dunaim (Wi. Wôrterbuch 
PH.). 

prés. sg. 3 rel. tnirmisces 264 ; imparf. sg. 3 no tairmisced 
^66 ; pi. 3 no tairmmiscctis 3925 ; impér. sg. 2 na tairmisc 3 3 1 1 ; 
inf. tairmescc Wh 10 b 15 : v. irl. cf. subj. prés. sg. 3 arna tar- 
masca Thés. II 253, 2. 

Dans le prés. pi. 3 intirit S en regard de murait F 2512 
nous sommes également en présence d'une dérivation en -/ à 



Le Système Verbal dans In Cath Catharda. 



39 



côté d'une dérivation en -â (de mnh). Doit-on y rattacher do 
miûredh 1859 ? 

§ 16 (c). — Des compositions de scar- se trouvent : prés. 
pâss. sg. tiirscairther S 2^S( trasciiribur H) ; imparf. pass. sg. 
trascairti 2S^2; dans les autres exemples elles sont traitées 
comme des verbes réguliers en -a : imparf. sg. 3 ni trascradh 
1772; etc. 

§ 16 (d). — Le prés. sg. 3 co todûiscenn H 441 Qo-di-od-sech-') 
en regard du prés. pi. 3 du vieil irlandais to-ddiusgat Sg. 7 
a 10, inf. to-diusgiid Wb. 4 d 27, 12 c 39 a été attiré par do 
usci (di-od-sech-^ ; ex. : prés. sg. 3 do-Jûsci LU. 130 a 31 s. ; 
ni diuschi Sg. 6 b 27 ; imparf. sg. 3 do-s-fuisced Thés. II 316, 
2. 

§ lé (e). — Notre texte ne connaît que crothaim: prés. sg. 
3 crothaidh 3651, etc. On a relevé par ailleurs une dérivation 
en-I : prés. sg. 3 no-s-croith SR. 3863 '. 

§ 17. — La liste suivante contient les verbes faibles régu- 
liers en -à de notre texte. Les verbes sont citésà la 3* personne 
du singulier, que ces formes existent dans notre texte ou non. 
Pour les renvois cf. infra. 

anaid fostaid obatd 

ardaid frestlaid rebaid 

âsaid (Jàsaid) frithardaid salîraid 

atrebaid gellaid scaraid 

bregaid glacaid scibaid 

cenglaid gressaid scomaid 

clannaid iadaid seolaid 

clechtaid iarraid snadmaid 

crinaid imscothaid sochtaid 

crothaid labraid (dép. en v. irl.) speJaid 

daeraid lassaid sinaglubaid 

dechaid linaid tennaid 

dedJaid locaid tescaid 

diglaid logaid tescad- scomaid 



I. Le prêt. sg. 3 gor ro-s-croith 5599 pourrait indiquer qu'il a existé égale- 
ment pour ce verbe une dérivation en -7. Il se peut pourtant qu'il doive sa 
consonne finale antérieure à l'influence des verbes forts et des verbes faibles 



40 Jlf Sommer fell. 

doîenna hibhîd tînnscnaid 

feraid maclaid tohruchtaid 

felaid ' marbaid tostaid 

muchaid triallaid 

§ i8. — A, IL Pour les mêmes raisons que dans la classe 
A, I. il est impossible de déterminer d'après les matériaux de 
notre texte si V-l final s'est conservé à la 3* personne du sin- 
gulier conjointe. Le seul exemple est ni coisci H 2579. Mais 
d'autres textes, antérieurs et contemporains, montrent qu'en 
réalité il était tombé. Déjà SR. en a plusieurs exemples : nos- 
croilh^S6^; no-da-foilcc 251; tharic 6741 (do-airct); nos-air - 
brig 271 ; 7io-d-\f'\ossaig 2079 ; nim-lïic 4795 ; nâd-leic 1428 en 
regard d'un exemple avec -f : ar-tiiaissi 2<^'y<); dans PH. la 
moisson est plus riche: in-airig 4222; nach airig 7733 ; no-s- 
aithig 7078; n/ bâid J2jj; ni fhergaig 5919; nachus faillsig 
6oSj;diafhoiîlsig y 10^ ; no-s-fortachtaig 4926; no-s-inislig 
4601, 5606 ; co nu-s-leic 7184 ; no-llesaig 4973 ; ni loiscjijS ; 
co sanntaid (leg. -aig^ 7095 ; nachiis-tocràid 8092 ; tochoisc 4844 ; 
i n-a toltanaig do 4006 à côté de atoibe 1863 et passini ; dorôisce 
3577 et passim ; dorôisci 3609 ; dofairce 8378 ; ni thairce 8385. 

§ 18 (a). — La classe A, II a exercé une grande influence 
sur la classe B, I (voy. § 25). Le cas inverse a en lieu dans quel- 
ques exemples: prés. pi. 3 ni légat lyij ; prés. pass. sg. legar 
2697 ; prés. sg. 2 beiri = léici et sg. 3 beirid =léicid ont fait 
naître lécat = beral. Dû également à l'influence de B, I est le 
prés. pi. I sàilemait-m 547 (^saiimit S). 

§ 18 (b). — En vieil-irlandais des verbes comme loiscid et 
ràid'id ont perdu phonétiquement leurmouilluredansquelques 
formes. Dans notre texte la mouillure a été réintroduite dans 
toutes les formes par l'analogie : prés . pi . 3 loiscid (Joisceat S) 
1696; imparf. sg. 3 niloisced 1772; prés. pass. sg. co loiscther 
4160; imparf. sg. 3 no comloisced 3602; imparf. sg. 3 no rài- 
dheadh 915. 

§ 18 (c). — L'imparf. pi. 3 no doilbtis 767 aurait eu pho- 
nétiquement la même forme en vieil irlandais (par analogie 

I. Formation développée des formes prototoniques de ad-cota, ex. -.nad 
fta SM. V 292, 3. 



Le Système Verbal dans lu Calh Call.unda. 



41 



iw dolhtais Ml. 54 c 12) en regard du présent dolbaid (origi- 
nellement un verbe en -/, cf. doilbtbid M.), de façon que l'on 
ne puisse rien conclure de cette forme. D'autres textes montrent 
que la mouillure avait été généralisée également ici : inf. dol- 
biitd PH. 6553. 

§ 18 (d). — Par syncope de la voyelle du radical dans les 
formes prototoniques et par la généralisation de celles-ci un 
verbe en -/ peut passer dans les verbes en -à : imparf. pi. 3 co 
ndibdaitis 3441 ; cf. inf. dibdiid Ml. 

§ 19. — Comme pour les verbes en -â, § 17, la liste sui- 
vante donne les verbes faibles réguliers en -; de notre 
texte : 

ordaigid 
aimsid dilnid ordiiid 

aipgigid druidid ordnigid 

ainnid eiscid oslaicid 

ardnigid ercoitigid saidid (« percer ») 

oithid faiscid saiiilaigtd 

aithigid feodaigid scailid 

athraigid fogluaisid scithaigid 

baidid foiUsigid silid 

brissid folartnaigid sirid 

brostaigid forci id\ ' snahnid 

biiaidrid fortuigid soillsigid 

cairigid fossnigid spraicid 

cetaigid fostaigid srainid 

cinnid fuathaigid suacentaigid 

comaeniaigid fuinid snidigid 

comarléicid fuirmid taethenaigid 

coirigid gérai g id tairnid 

crechlnaigid glinnigid iathaigid 

cretid gnathaigid iebersinnid 

cmnbrigid iinainid telgid 

cutruniûigid imliiaidid tibid 

dailid lànmàthai^id tochlaidid 



I. Dcrivé de/orcY//, l'infinitif du vieil irlandais /ci;--o"i'//f/w]Sg. 21 b 12, 



42 J]f Sommerfell. 

daingnigid Uicid tomaithîd 

dibraicid metaigid urailid 

discailid . mndaigid nrnaidid 

§ 20, — A, III. Cette classe a en partie gardé les particula- 
rités du vieil irlandais. Ex. : 

prés. sg. 2 gni-si 4555 ; sg. 3 dogni 438 ; pi. 3 dogniat 2819 ; 
imparf. sg. 3 dognith 897; pi. 3 dognitis 3928 ; prés. pass. sg. 
dognither 1015. 

prés. sg. I atcim 5 121 (v.-irl. at-ciu) ; sg. 3 at-cî 438; pi. 
3 itciat 1288; prés. pass. sg. atcither 12 14; pi. 3 atciter 190; 
imparf, pass, sg. atcite 898, atcithea 902; pi. «toV/j 873. 

prés. pi. 3 /»'/ 5068. 

prés. pi. 3 m^rt^ 385. 

prés, pi, 3 «/ cnaieat S. cnaied F, cnaighid H 1696. 

imparf, pi, 3 «0 /rt^/zV 4778 ; imparf. pass. sg, no laitea 

1855. 

imparf, pi, 3 co combrutis 3598; prés, pass. pi. combruiter 
1886, 

§ 21, — Déjà en vieil irlandais les formes enclitiques des 
verbes appartenant à cette classe avaient pris la forme des verbes 
faibles des classes A, I, et A, IL Ex. : prés. sg. 3 ni aicci Ml. 
94 c 3 (mais pi. i ni accam Ml. m d i) ; imparf. sg. i ad- 
cosnainn Thés. II, 2, 26. 

§ 22. — Cette ressemblance était le point de départ de déve- 
loppements analogiques, par lesquels les verbes composés 
adoptaient la flexion des verbes en -ci et en -/" . Les données 
sont malheureusement trop rares pour que l'on puisse décider 
s'ils sont tous passés dans ces classes verbales. 

(i) Les compositions de -ci- : 

prés. sg. 2 nacl) faici 2996 ; sg. 3 nach faicenn 1382 ; pi. 2 
nach faicthi 5133; na faicet 1584 (v. irl. nad-n-acat Ml. 93 d 
14); imparf. sg. 3 co faiced } 2^0 ; pi. 3 conâ faicdis 2^^2; 
imparf. pass, sg, cofaicthe 3941. 

V,-irl. do-ecai, do-eici semblent être traités de même : impér. 
pi. 2 décidh ')i44 (v. irl. décith Wb. 20 c 18, décaid Ml, 55 

CI). 

(2) Les compositions de -gui- : 



Le Système Verhal dans ht Cnlh Caiharda. 43 

impér, (sg. 2 demi 548); pi. 2 denaid 2696 (v. irl. dénid 
Wb. 25 c 17); imparf. pass. su,, i iidenta 3213 ; cf. en outre 
PH. : prés. sg. i deimiin 6634 ; pi. i dénmait 2057; pi. 2 
dent ai 985. 

prés. pi. I ni con^namb 1657; imparf. sg. 3 lasa congnadh 
4498 (conforme au v.-irl.) ; cf is kis cofir chungnas DiaMK. 
40, 16. 

prés, pi. 3 da fognaid H725 ; imparf. sg. 3 ni fognadh 3949 ; 
pi. 3 ^a fognattis 725; impér. pi. 3 fognat éii (tous les 
exemples en des positions qui auraient voulu les mêmes formes 
en vieil irlandais); cf prés. sg. 3 ara fogna Trip. Life, 441 . 

(3) Les compositions de -sli- : 

un seul exemple imparf sg. 3 ;;/ tuille\d] 354, qui aurait 
présenté la même forme en vieil-irlandais. 

(4) Les compositions de -sni- : 

imparf. pi. ^ roascnaidis 2^0^ ; impér. pi. 2 ascnaid 241 1. 
imparf. sg. 3 rocosnadb 2241 ; impér. pi. 2 cosnaid 2/[iï . 

(5) Les compositions de -sô- : 

se traitent, à l'exception des formes deutérotoniques, 
comme des verbes en -à : 

prés. pi. 3 impait SF 1892 ; imparf. sg. 3 no impodh 1986; 
pi. 3 no impaitis 1969 ; impér. pi. 2 impaidh 2731. 

imparf. sg. 3 ni tintadh 2902. 

-B, L 

§ 23 . — Prés. sg. I berim 5034 ; sg. 2 nocomberi-siu 4076 ; sg. 3 
comheir SF 1240; pi. 2 berthai 414; imparf sg. 3 nobhered2i6^; 
impér. sg. 2 beir (sicJege) 42JI ; prés. pass. sg. berair F 413. 

Prés. sg. I alberim-si 4285; pi. 2 inabraid (abnrthiW) doi ; 
pi. 3 atberat 4533; aderaid 1700; imparf. sg. 3 atbered 762; 
pi. i atbertis 72e; impér. sg. 2 abair 4^20; prés. pass. sg. 
atberar 730. 

Prés. sg. I doberim-si 3312; dobinr-sa 1298; Jo/'e/V 633; 
Wflîr/; /rt^â(/r 5 1 15 ; pi. i doberuni 645 ; pi. 3 doberat 2944; imparf. 
sg. 3 dobeired 3587, cf labradb ^^66 ; pi. 3 dobertis S 16^6^ da 
tabratis 3954; impér. sg. 2 to^a/r 1350; sg. 3 tabrad 3569; 
pi. 2 tabraidh 3675; pi. 3 /a^/vxf S 598 prés. pass. sg. doberar 
607; imparf. pass. sg. dobertJjea 4S8 -/impér. Tpa.ss. sg. tabur 
tbiir 598. 



44 ^(/ SoniiiierfrJt. 

Prés. sg. I âiiinil tcigini 6067 ; sg. 3 /«^ 1697, ^^' t^^^^ 
2186 ; pi. I tiaghmaid 613 ; pi. 3 liagail 1077, co tiaghaid 2290 ; 
impart", sg. 3 teged-slQégaâC) 3990; pi. 3 co teigtis 3442, coiéigh- 
dis 2155 ; impér. pi. 3 tiagat 4578 ; prés. pass. sg. tiaghar 
(tiagairS) 413. 

Prés. sg. 3 fi?o/a?^ 1707; pl- 3 dalaegat 3095 ; impér. pi. 2 
/flî/J (to/ C) 3678. 

Prés. sg. 3 rel. imaiges 3562 ; prés. pl. 3 adaghat 2120 ; 
prés. pass. sg. atnagar 1828. 

Prés. sg. 3 domeil 3668. 

Prés. pass. sg. nidhgur 415. 

Il ressort de ces exemples que la qualité de la consonne 
finale des radicaux est venue à dépendre du nombre : consonne 
antérieure pour le singulier et consonne moyenne pour le 
pluriel. Sg. i herim, teigim en regard du vieil-irlandais ^cm»», 
tiagaim sont donc dûs à l'influence des 2^ et 3^ personnes du 
singulier qui en vieil-irlandais avaient la consonne antérieure, 
pl. 2 berthai(y. irl. *beirthid^ ' d'après les i^ et 3^ personnes dont 
la consonne était en vieil-irlandais la position moyenne. — 
Les classes A, II et A, I n'ont peut-être pas été sans influence 
non plus -. 

§ 24 (a). — can- était en vieil-irlandais traité au présent par- 
tie comme un verbe en -à, partie comme un verbe thématique. 
Ex. : prés. sg. 3 rel. canas Wb. 27 b 27 et prés. pass. sg. 
canir Thés. II 249, i. Dans notre texte nous n'en trouvons que 
le premier traitement. Ex. : prés. sg. i canaini S 990; pl. i 
canain 990 ; imparf. sg. 3 no canadh 3999. Ainsi prés. sg. 3 
rel. tircanus F 1038 ; prés. pass. pl. tircantar 988. 

§ 24 (b). — Le même traitement double est observé pour 
mar- impér. mair en regard du prés. sg. 3 maraith'^. L'alternance 
persiste encore dans notre texte sous une autre forme. Le trai- 
tement comme verbe thématique a été remplacé par le traite- 
ment comme verbe en -i : prés. sg. 3 mairid 5257 ; rel. niants 



1. Cf. Thurneysen, Handh.^ 555. 

2. Cette répartition des consonnes antérieures et moyennes paraît être 
connue déjà dans SR. : prés. sg. i atierim 1875. 

3. Cf. Thurnevsen, Handh. 5 548. 



Le Syslcmc Verbal thiiis In Qtlh Catharda. 45 

257; imparf. sg. 3 no mairedh 270 ; pi. 3 nô mairdis 1644; 
cf. prêt. sg. 3 ro viair. Cf. en outre prés. sg. 3 ni nuiirend-se 
PH. 8382 ; prés. pi. 3 mairil SM. V 504, 4. 

§ 25. — Les verbes en -/~ ayant perdu leur -/ final à la 3' 
personne du singulier présent conjointe, la ressemblance des 
verbes forts thématiques avec les verbes faibles en -ï favori- 
sait dans une large mesure des développements analogiques, de 
façon que bon nombre des verbes forts du vieil-irlandais 
sont venus se joindre aux verbes faibles en -/ et doivent être 
regardés comme tels au point de vue du moyen-irlandais. 
Pour quelques verbes composés à voyelle antérieure ce chan- 
gement de flexion est en partie dû à des altérations purement 
phonétiques, puisqu'ils devaient, par la généralisation des 
formes prototoniques avec syncope de la voyelle du radical 
dans beaucoup de formes, prendre la forme des verbes en -/. 
Ex. : prés. pi. 3 nos- iiiibrct PH. 4105 ; cf. v.-irl. iiiiiim-iii-bcrat 
Ml. III b 17; imparf. sg. 3 ô do érghcdh 357 ; cf. v.-irl. prés, 
pi. 3 a-ta-regal FB. IT. I p. 258, 24. Pour quelques cas par- 
ticuliers, il est toutefois difficile de trancher la question, puisque 
les formes caractéristiques font défaut. Ex. : 

imparf. pi. 3 nô idhnaictis 1636 ; cf. prés. sg. 3 rel. idnaices 
PH. 4001, oé. 

imparf. sg. 3 nô îDiredb 2130; pi. 3 110 iiiibritis 3916 ; 
impér. sg. 3 inihredh 2803 ; pi. 2 imridh S 2803 ; imparf. pass. 
sg. ni himmiribe 3994 ; cf. prés. sg. 3 ro inibir 958. 

imparf. sg. 3 no cinged 4712 ; pi. 3 for a cingtis 4778; cî. 
subj. prêt. pi. 3 mani cincctis F 31 16 et prêt. sg. 3 ro cing 

47.38- 

impér. sg. 2 coiccill 4053 ; cf. en outre prés. sg. ni choiclend 

PH. 4222 ; rel. choides ih. 4216 et prêt. sg. 3 nir coicill 356 '. 

prés. sg. 3 kngidh 4159 -; imparf. pi. 3 co llingtis 5729; 
cf. en outre prés. pass. sg. lingthcr PH. 7728 et prêt. sg. 3 ro 
ling 2073. 

imparf. sg. 3 nô tonnaighedh 358 ; cf. en outre prés. pi. 3 



1 . Ce verbe a pu être regardé comme le dénominatif de cocill. 

2. La différence entre le sing. ling- et le pluriel le)ig- a donné naissance 
à deux formes de présent coexistantes IciigiJ et lingid. 



4^ Aîf Sommer feU. 

tônnaigit Çrel.) PH. 3528 ; nitormaigd ib. 6366 (v. irl. dofôrm- 

^af Sg. 53 a ii'O- 

prés. sg. 3 co n-essaircenn F 669 ; imparf. sg. 3 «0 comtuairc- 
ced 3600 ; cf. prés. pi. 3 ro comtiiairgset 1938. 

prés. sg. 3 fo n-erigh 440, ro n-ergend 2454 ; imparf. sg. 
3 d ^0 érghedh 357 ; impér. sg. 2 mo'/? 1295 ; pi. 2 eirgid 5092; 
prés. sg. 3 dà conibérigh 228 ; pi. 3 / comerget 2605 ; cf. en 
outre sub). prêt. sg. 3 /«/^w ^/Vo^^i/ C 3202 et prêt. sg. 3 ro erig 
861, ro comérigh 304. Inversement prés. pi. 3 atraghat 1886. 

prés. sg. 2 aW/; inuna fuirgi 3300 ; impér. sg. 2 fuirigh 
2980 ; cf. en outre subj. prêt. sg. 3 da fuirgedh 1266 et prêt, 
sg. 3 cor fJniirig PH. 2529. 

prés. sg. 3 rel. /;mr« (iiid-reth-) 2610; imparf. pi. 3 /or^a 
ritl^ytis {ixitiis F) 2509; cf. en outre prés. pass. sg. indrither 
a Uiatha PH. 4237 et prêt. sg. 3 ro reitb 2079. 

prés. sg. 3 tîismid S 1140 (v. irl. prés. pass. sg. du -n-csmar 
Ml. 44 d i); imparf. pass. sg. ni tuismitea 1137 ; cf. en outre 
prêt. sg. 3 ro tiisini F 1140. 

prés. sg. 3 aslaichidh 223, noco 11-aslaigenn 4616; pi. i ass- 
laigmit 3306 ; impér. sg. 2 asslaigh 4054 ; imparf. sg. 3 no 
asslaighedh 5995 ; cf. prêt. sg. 3 ro aslaigh 1291. 

imparf. pi. 3 co snightis SF 1743 ; cf. prêt. pi. 3 ro snigset 
963. 

prés. pi. 3 teclhlid 2473 ; imparf. sg. 3 ni teichead 11 82 cf. 
prêt. sg. 3 ro toV/j 5764. 

prés. pi. 3 imtighid 1892 (v. irl. imme-e-tiagat Ml. 45 c 9); 
cf. en outre prés. sg. 3 ;mf/; inunthigendPH.. 4668; rel. imthiges 
ib. 6809 ; prêt. sg. 3 ro imdig ib. 93. Inversement prêt. sg. 3 
imteitt 3471. 

imparf. pi. 3 tto ibhdis 2523 ; cf. prés. pi. 3 //'/f PH. 7459, 
en face de ebait YBL. 1 18 b 6 et SM. IV 356 . Mais PH. a con- 
servé l'ancien subjonctif en -â : prés. sg. i co n-ehar 2995 etpassim. 

§ 2 3 (a). — fo-em- a adopté la flexion des verbes en -à : prés, 
pi. ^faenmit 3101 ; imparf. sg. 3 ni aeniad S 127 ; cf. prêt. sg. 
3 nir fiiein I2j ^. 

1 . toniidii^nd a pu être considéré comme le dénominatif de lortnach. 

2. La différence entre prés. sg. i faeniaini ; pi. i faemmaii et sg. 2 *jaivii ; 
sg. 3 *fiiimid et pi. 2 *faitiiiil ne pouvait être maintenue et la diphtongue ae 
a pénétré dans toutes les formes. 



Le Système Verbal dans In Cath Calhàrda. 47 

§ 25 (b). — Le cas parait être le même ^onr fo-cerd- : prés. sg. 
3 focerd F 2190 ; cf. prés. sg. 3 focerd PH. 6304 ; mais théma- 
tique /omVrf 2189, S 2190. 

^ 26. — B^ II. Ce groupe se conjuguait en vieil-irlandais 
comme la classe B, I, à cela près qu'il avait une n intercalaire 
dans lethème du présent. Le seul exemple qui s'en rapproche dans 
notre texte est le vieux fo'loing ou Vn apparaît dans tous les 
temps et qui s'est joint aux verbes en -ï (cf. B,L]. Ex. : 

imparf. sg. 3 no fuiîngedh 2901 ; pi. 3 no juilngitis 5872; 
impér. sg. 2 fulaing 4533 ; cf. prêt. pi. 2 do fiiilngehhair 574 et 
en outre dansPH. : prés. sg. 3 fulngid 5921, ni fuilngcnd 86 ; 
XQl.fuilngcs 1608; prêt. sg. 2 ro failn^is l'jG. 

§ 27. — B, III. En vieil-irlandais, les verbes de cette classe se 
conjuguaient en position absolue, le plus souvent comme les 
verbes faibles en -î, mais se distinguaient nettement des verbes 
faibles parla forme de la 3'-' personne du singulier présent con- 
jointe : 'gaib en regard de 'léici. La barrière entre les deux classes 
tomba quand les verbes faibles perdirent leur -/ final en cette 
position, et les verbes en ie-io se traitent désormais comme 
les verbes en -/. Ex. : 

imparf. sg. 3 no niaidedh -^6^4. 

prés. sg. 3 seuil id 1890 (v.-irl. prés. sg. 3 scurid PB. IT. I 
272, 18; pi. 3 scorit ib. 294, 18); cf. en outre subj. prés. sg. 
3 nii-na sciiire PH. 7772. 

imparf. sg. 3 no nihuinedh 5993 ^. 

§ 28. — En même temps, quelques verbes de cette classe 
adoptent la flexion des verbes en -à sous l'influence du subjonctif 
en -cl. Le radical du prétérit peut également avoir influé sur -gab. 
gab- et ses composés se distinguent toutefois des verbes faibles 
par la forme du singulier du présent passif, puisqu'ils prennent 
en général le -ar des verbes thématiques (pour l'usage du 
vieil-irlandais; cf. Thurneysen Handb. § 591). Ex. : 

prés. sg. 3 nàch danih ^ 612 ; impér. pi. 2 nadamaidb ^0^2; 
prés. pass. sg. ô nach dàmthur (damair S) 609. 



1. Le futur sigmntique est une forme archaïque. 

2. V. irl. dép. vndnethar . 

3. Ces verbes nouveaux en -à ne prennent pas de cf final en cette position. 



48 Âîf Sommerfell. 

prés. sg. I ni gabaiiii 4601; sg. 3 gahaid 2934; rel. gahas 
4618 ; pi. 3 gahnit 5006 ; imparf. sg. 3 nogahad 3979, congahad 
5265 ; pi. 3. «0 gabhdis 2540^ ro ngabtais 4663 ; impér. pi. 2 
gabaidh 5487 ; pi. 3 ^rt/;^/ 2715 ; prés. pass. sg. gabhar 14. En 
même temps se trouvent des formes du verbe faible en -l, 
geibim ' : inipér. sg. 2 geib 4563 ; pi. 2 geibidh 5163. 

prés. pi. I fâcinaid 460 ; pi. 3 facbhaid 1892 ; imparf. sg. 3 
nos-fàcbadh 2163 ; «oro bfaccbadh 6134 ; mais l'impér. sg. 2 
fâcaibh 1666 a gardé la vieille forme. 

prés. pi. 3 congbat 1337 ; imparf. sg. 3 no conghadh 59 ; prés, 
pass. sg. nicongabur 5259. 

prés. sg. I nifagbaiiii-si ^286; imparf. sg. 3 nafa^^dh 3993 ; 
pi. 3 i faghdais 2520 ; a)«;m fagbaidis 2612 ; prés. pass. sg. 
fogabar 2990^ ni fagh[abb^r 'y^^, nafagaibtear j^^O/i^\ imparf. 
pass. sg. ni fogbaifbe 2900, ni fagbaiti 5958. 

prés. sg. 3 toccbaidh 2983; prés. pass. sg. cusa tocaibther 
(joccabur C) 5259 ; imparf, pass. pi. no toccbatis 4783 ; mais 
prés. sg. 3 no-s-toccaibb 2C)j^ . 

imparf. pass. sg. connargaibthc ^y 1 $ . 

imparf. pi. 3 wo tiircbaitis 3440 ; mais prés. sg. 3 / tiirgaibh 
291. 

imparf. sg. 3 no ghonadh 2833 - ; cf. en outre impér. pi. 2 
gonaidPH. 8144 ; prêt. sg. 3 rt) o^o« ib. 673,700 ; pi. 3 ro ghonsat 
ib.2276. Maisnotre texte n'aque co ro gninsct (^geogninsai S) 163. 

prés. pi. I 0-0 na laminait 987 ; imparf. pi. 3 «/ Jaintais 
3968 ; imparf. pass. sg. «^ lamta 2903 5, 

§ 28 (a). — Par syncope de la voyelle du radical dans les 
formes prototoniques les compositions de gair- ont passé dans 
les verbes en -â . Ex . : 

prés. sg. I fuàcraim-si 4600 ; imparf. pi. 3 no freccraiis 
2834, nafreccratais 5989. 

§ 29. — saig- et ses composés se conjugaient en vieil irlandais 
au singulier d'après cette classe . Dans notre texte ils se sont 
joints aux verbes en -t. Ex. : 



1. Forme analogique, beirid : héra demandait ^eibid : géha (?). 

2. Originellement un verbe en io? Cf. Pedersen, Vgl. Giamtii.^ 746, Rem. 

3. V. irl. dép. : laiinethar. 



Le Syslcmc Verbal dans In (lalh lÀilhaiila. 49 

prés. pi. 3 ciisa saiget (saigid S) 2413 (v.-irl . arna segat 
SM. I 23e, II); imparf. sg. 3 no saigedh 3613 ; impér. pi. 
2 na saigid 5173. 

imparf. sg. 3 ni cuingcdb 3966, mais prés. sg. 2 coimaigi 
3341, amnaigc 3342, cf. v.-irl. chondaigiThcs. II, 23e, 11. 

prés. sg. 3 «rt hindsaigh S 439 ; imparf. sg. 3 ro indsaighid 
H 2306 ; impér. pi. 2 iiinsaigid 5168. 

prés. sg. 3 rosoich H 1460 ; pi. 3 co roicheat S (^0/ r<^/V/;^/ C, 
cciii co roicit F 2648); imparf. sg. 3 noco ;w[/.7]rt/ 5986 ;;w jo/c- 
\h]ed 2809; pi. 3 rosoichtis 5683, co«;/rt roichlis 2629 ; prés, 
pass. sg. /;//^7;/ rosoichicr 121 3 (v.-irl. rosegar Ml. 14 c 13). 

prés. sg. 3 doroich 2055 ; ;// îhoraig. 4790; imparf. sg. 3 
doroichcdh 1985 . 

§ 30. — Les compositions avec -ic- se ftéchissaient au sin- 
gulier également d'après cette classe. De ces compositions rie 
et tic ont gardé leur flexion ancienne . Ainsi : 

prés. sg. /// ricciui-si 5169 ; prés. sg. 3 rie 1144, tic 194, 
dos- fie 620; pi. 2 nV^//;/' 5036; pi. 3 co na tccait 2^i},coteecait 
4144, asa ieecat 5185 ; imparf. sg. 3 ;// riccedh 2900, ticcdh 
1635 ; pi. 3 mnail norietis 3918, //Vûfw 882. 

§ 30 (a). — Les autres compositions ont au contraire subi 
diverses transformations : 



(i) v.-irl. con-ie-. 

Ce verbe paraît s'être transformé d'après la forme prototo- 
nique du vieil-irlandais, partie en verbe en -.', euinigim, par- 
tie en verbe en -â, cunigaiin. Ex. : 

prés. sg. 2 ni eunigi 565 ; imparf. sg. 3 ni cuingadh 2310, 
nieiiimgedh 2313 ; pi. t^ co nach cuinigidis 2005 ; mais aussi les 
formes anciennes (avec pronom infixe), prés. sg. lUotnici, S, 
cotnic F 566. 

(2) iuib-to-ad-com-ic- : 

imparf. pi. 3 co n-intacmaictis ^'^2^ ; cette forme paraît sup- 
poser un verbe en -â, iintacmaieim. 

Revue Celtique, XXXV 1. 4 



50 A If Sonimerfelt. 

(3) to-in-com-ic- 

ci. prés. sg. 3 do-nd-ecviaing Ml. 54 a 7. 

Ce verbe a pris phonétiquement la forme des verbes en -à, 
excepté pour prés. sg. ^ co tecaim 1240, intan tecaim {doéc- 
caim S) 1971, qui a gardé l'ancienne forpie. Ex. : prés. sg. 
3 rel. intan tecniiis 1238 ; imparf . tecinadh 2iGo,no îeccmadh 
5296 ; pi. 3 tecmhaitis 2152, co iecmaitis 5730. 

(4) com-ro-ic- 

Cette composition prend phonétiquement la forme des 
verbes en -i. Ex. prés. pi. 3 icoinraicit 1340, î coniraicet¥ 2605 ; 
imparf. pi. 3 / comra[ictis] 2600. 

§ 30 (b). — scnich- ' avait en vieil irlandais perdu phonéti- 
quement sa mouillure dans quelques formes . Les formes sans 
mouillure sont, dans notre texte, les seules existantes, et le 
verbe se fléchit comme un verbe régulier en -rt . Ex . : 

prés. sg. '^ co sciich SF 441 ; imparf. sg. 3 no sciichad 308 ; 
impér. pi. 2 scuchaidh 1784 ; cf. prêt. sg. 3 ro sctich 4217. 

§31. — B, IV. Dans cette classe, le thème du présent avait à la 
finale une n moyenne (le suffixe indo-européen nâ^ qui ne se 
trouvait que dans le système du présent . La flexion de ces 
verbes était donc pour le système du présent, abstraction faite 
du prés. sg. 3 conj. 'ben, celle des verbes faibles en -^7. 

§ 32. — Cet état de choses s'est maintenu pour un verbe : 

imparf. pi. 3 ar ni /imitais 600^ ; prés. pass. sg. i finntar 
4221 en regard du subj . fes- et prêt. -prés, rofetar . 

§ 32 (a). — Inversement dans benaini Vn a été introduite 
par analogie dans tous les temps, et ce verbe a par conséquent 
complètement pris la forme des verbes en -â . Ex . : 

prés. sg. ni benand 3812 ; rel. bmas S 506; pi. i ro nibenum 
611; imparf. sg. 3 co mbenad 780; pi. 3 ni bendais 1869; 
prêt. sg. 3 ro ben 2439. 

§ 32 (b). — C'est le même cas pour to-ess-brcnn-; mais ce 

I. Cf. pour cette classe : prés. pL ^fo-scoichet Ml. 36 a 8; en outre ib. 
1113 4, Sg. 215 a 7. 



Le Syslciiic Verlnil dans lu (jilh Cttlharda. 51 

verbe s'est assimilé phonétiquement aux verbes en -î ; cf. 
déjà en vieil-irlandais prés. sg. 3 do-n-eprinn Sg. 145 a 4; pi. 
3 do-n-eprcnnet ib . 209 b 20 en regard de pi. 3 do 'eprannal 
Ml. 39 d 2. Ex. : 

Prés. sg. 3 rel.tbeprincs 3834 ; cf. prêt. pi. roteprinset SF 2343. 

§33. — B, V. Cette classe se conjuguait en vieil-irlandais 
comme la classe B, IV, mais Vn y était ou postérieure ou 
antérieure. 

§ 34. — cluin- en regard du prétérit -cuala-, montre encore 
l'ancienne conjugaison. Mais Vn a été introduite dans toutes 
les autres formes, et le verbe a pris la forme des verbes faibles 
en -î. Ex . : 

Prés. sg. I atcluinim 4051 ; prés. sg. 3 ni cliiimnn 3934; 
imparf. sg. 3 co chiinedh 3290 ; imparf. pass. pi. atcluintis 895 ; 
cf. en outre subj. prés. sg. 3 dia cluine PH. 779; pi. i co 
cluinem ib. 24; fut. prés. sg. i ro-s-cliiineb ib. 143 1. 

§ 34 (a). — V.-irl. aith-gni-n- paraît être transformé en un 
verbe faible aithgnim (cf. l'infinitif ailhgnc) : 

Imparf. sg. ■^nâ baitb[g]ncdh 2052; cf. prêt. pi. 3 oroaitgne- 
tar 2419, ro aithgcnsat 5560. 

§ 34 (b). — scendim {(\M\ appartenait originellement à cette 
classe?) se fléchit dans notre texte comme un verbe régulier 
en -/' : 

Imparf. sg. 3 noscended 211 1 ; pi. 3 ro scenndis 1876, 1879 ; 
cf. prêt. sg. 3 ro sceinn 2344. 

§ 34 (c). — De albûill, qui historiquement appartient à 
cette classe, mais qui se conjuguait en vieil irlandais d'après 
B, I, se trouvent les formes suivantes : 

imparf. pi. 3 co n-aipiltis 3480 ; cf. en outre fut. prés. pi. 3 
atbclat 889 ; subj . prêt. pi. 3 acht na habaldais (babiltis F) 
2487. 

Les désinences personnelles. 

Présent actif. 

Sg. I. -/w : aini. 

§35. — Cette désinence s'est introduite en position con- 



52 Alf Soiiimerfell. 

jointe également dans la classe B, I. Il n'existe donc plus de 
différence entre les désinences en position absolue et en posi- 
tion conjointe. 

atberim-si 4285 ; aniail atheirim-si 5089 ; atciin 5 121 ; adchn- 
sea 10 12; atcim-sea. 1008; atcim-si 5 118; atcJuinim 40^1 ; 
atcutrim 4600; is frib berim 5034; canaim S 990 ; doberim-si 
3 3 12 ; «/ fagbniin-si 4286 ; forclim-si 4579 ; fostaini.-[si] 5130; 
fuacraim-si 4600 ; ar ni gabaiiii 4601 ; ar ni riccim-si 5 169 ; 
sâilim-si 5108; amail teigim 6067. 

§ 36. — La vieille forme de la classe B, I se trouve attestée 
dans deux exemples : 

dobiur-sa 1298 ; aifiadnsa 4518- 

Sg. 2. -i,-c:{-a).^ 

§ 37. — En vieil irlandais ce n'était que la classe B, I qui 
faisait des distinctions entre le -/ en position absolue et le thème 
nu en position conjointe. Tous les autres verbes prenaient le 
-/ dans les deux positions. Par analogie avec ceux-ci le -/ s'est 
également étendu dans notre texte aux verbes thématiques en 
position conjointe. 

noco mbcri-siu 4076 ; cidh coiinaige 3 342 ; anni connaigi 3 346 ; 
cotuici S (leg. cotnici cf. cotnic F et cotuicfet 634, leg. c. F cot- 
nicfet) 566; ni cuiiigi 565; ciiiri-siu {ciiirid-siu H) 1460; nach 
faici22^6; cidh imma fuir gi }^oo; g ui-si 4555. 

Sg- 3- 

§ 38. — Les désinences longues et les désinences courtes 
alternent à la 3^ personne du singulier et à la 1"= du pluriel, 
dans les verbes non composés et dans les verbes composés dont 
la forme prototonique s'est généralisée, d'après les mêmes lois 
qui existaient en vieil irlandais pour les verbes non composés : 
eirgid : 7ii cirig = v.-irl. beirid : ni beir '. 

(i) Abs. -id : -aid. 

a) identique au vieil-irlandais. 

fàssaidh (Assaidh SF) 222 ; crothaidh 3651 ^cuirid 2933 ; cui- 

I. La leçon nd fachaidh H icSo6 est impossible. Il faut lire avec S et F 
nd fcuhad. 



Le Système Verbal dans In Cath Cal ha ni u. 53 

ridh $66^; diïinidh 2979; faisccid 2983; fearaidh C 2970; 
gabaid 2934; glacaid 3086 ; Jeiccid 2972 ; lengidh 4159 ; mairid 
5257; seolaid 464; téid 1697, 1891; toY 2933, 2934 ;^g/^ 
1806; tennaid 2404, 

b) dans les verbes composés. 

fur-aiîidh 2715; aslaichidh 223; toccbaidh 2983; tescaid 
4143 ; tiismid S 1140 ; tairrngid 3662. 

(2) conj. thème nu. 

/ïto' 438, 4597 (atchisi C) ; oVa 3085 ; ac?/^^ SF 69 ; co rnbeir 
SF 1241 ôni coisci H 2579 ; rfâ coiiihérigh 228 ; cocnir'^66<) ; mk/; 
n»V 1320; nâch dainh 612; ^o/'fî/r 633, 1689, 2975, 3085, 
3665 ; nach tabair 5 115, (»/) 5083 ; nos-toccaibh 2979; / ^/o- 
gaibh 291 ; t%«/ 438, 4158 ; tic 194, 505, loii, 1576 ; co ticc 
4044 ; û'^rc tic 590; dos-fic 620, 674; triasa tic 364, {tresa) 
1024; /«/fl« tecaim {cloécaim S, doeccaim F) 1971; co tecaitn 
1240; rw^rt teccaim 4614 ; /?//rt« dos-fecaim S 1321 ; dos-fecaim-si 
3661/ domeil 3 6 6 8 ; doroich 2055; w / thoraig 47 90 ; dotxt ijoj;co 
n-erigh 440 (conacb) 43 6 •,foceird S (focerd F) 2 1 89 ; fodera{foatera 
S) 1497; conacb frithairis 366; /w^ac; 385, SF 1707, SF 1806, 
2413, 2445, 4789; imsaci 2818, 3067, ^oj i ; iînteitt 3471 ; «û! 
hindsaigh SF 439 ; nV 1 144; conacb rie H 437 ; rosoicb H 1460; 
co scucb SF441 ; ami tairis 3708 ; ni théit2i86. 

(3) -enn : -ann. 

Cette forme — qui ne se trouve qu'en position conjointe 
avec les verbes faibles et les verbes qui se sont joints à ceux-ci — 
paraît renfermer un sens d'habitude. Elle sert pour exprimer 
ce qui a coutume d'arriver' et dans des comparaisons-. La 
forme demande à être examinée de plus près. Pour son ori- 
gine, voir les hypothèses deM.Thurneysen, JF.,I, p. 329 ss., 
et de M. Pedersen, Vgl. Gramiii. II, § 598, Rem. 4. 

co n-âsaun 4160; noco n-aslaigenii 4616; ni benand 3812; 

I- 291, 437, H 441, H 442, 1382, 1587, 3812, 3934,4160. 
2. 359, F 669, 789, 1241, 2454,4616. 



54 ^If Sommerfelt. 

co mberend (mheir SF) 1241 ; ni cluinenn 3934; co crinann 
339; co n-ergend 2454; co n-essaircenn ¥ 66^ ; nach fakeiin 
1382 ; co féodbaigham 339; co foghiaiseand 789 ; conas frithar- 
dann 437; i fuinenn 291; noco furailenn ^616; co sraoinennF 
66^ ; usa leb[ryjin'i')Sj ; co todûiscenn H 441 ; <:o toimdenn H 
442. 

(4) rel. -es, -is : -as. 

Cette désinence ne s'employait en vieil-irlandais que dans 
les verbes non composés. Dans notre texte elle a été intro- 
duite également dans les verbes composés dont les formes 
prototoniques avaient été généralisées. — téit sert de forme 
relative (v.-irl. tête conservé dans Tog. T.). 

a) identique au vieil irlandais. 

inîan aipgiges 414^; amail arditighes 568; bcnas S 506; 
ercoitiges 3947 ; fàsus 5 50 ; cipefasiis 45 99 ; folartnaighes 5513; 
gabas 4618; iarrus 5486 ; kiges SF 2520 ; ainail leiccius 4624 ; 
i céin marits 257 ; cia sailes 3329 ; gach aen sailis 3686 ; scailis 
3718 ; siles^â^G ; sires io^^\tacthmaighcs (leg. taetheuaighes, Sto- 
kes) 1694; amail tostas 1694; trial lus 430. 

b) dans les verbes composés. 

cuires 1582 (v.-irl. dép.) ; iniii dîscailes 2610; ci a âusces 
3328; innisis H 381 ; innres 2610 ; iiuaiges 3562 ; amail tair- 
misces 264; taitnes SF 362, 3813, 4126; intan tectnus 12^8; 
theprines 3834 ; tircanus F 1038 ; frithtairises S (-/^ F) 1695 . 

(i) abs. -///// : -))iait '. 

§39. PI. I. — asslaigmit 3306; cinnmit 643; diithraicmit 
5135 ; /rtcmfl/J 460; ierr niait 4052; leirci)iit-:ie ^oji; iiair sài- 
lemait-ne 5 47 ; tiaghmaid 613. 

I. Pour la forme, cf. Pedersen, F^/. Gramm., II. § >)98. Rem. o. 



Le Sysiènie ]''erhtt} dans In Qilh Calharda. 55 

(2) conj. (-(';//) : -am. 

co mhenum 61 1 ; canam (rel.) 990 ' ; co ngabam l'jii ; ni coii- 
gnamh i(>'^'j;âobenim 645 ; ni étiiim 331/I. 

(3) o'o na lammait 987. 

Cette forme est trop récente pour qu'on puisse la citer à 
rencontre de la loi formulée ci-dessus § 38. 

(4) déponent ; 
atfiadhamar 2263 (cf. supra § 14). 

PI. 2. (i) -ihi, -the (-//) : -thaï (^-tai). 

§ 40. — Cette désinence originellement absolue a fini 
par remplacer la désinence conjointe et s'emploie dans 
toutes les positions. L'accent abiirthî H 601 et de riccthi 
5036 paraît accuser un z long, comme en irlandais moderne. 

in abiirthi H 601 ; atcithi-si ^ooj ; afcithe 5077; berthai 
(rel.) 414 \feibh dibraicti-si 2184 ; nachfaicthi 5 133 ; nachfaicti- 
si 5509 ; ni he riccthi 5036 ; in sailti-si 5 100 ; trialltai 3563. 

(2) La vieille désinence conjointe a pourtant été conservée 
dans un exemple : 

in abraid {aburthi H) éoi . 

PI. 3. -it, -et : -ait, -at. 

§ 41. — Les anciennes désinences absolues et conjointes 
s'emploient sans distinction en position absolue et conjointe. 
La désinence relative du vieil irlandais -te a disparu et a été 
remplacée par les autres désinences. 

(i) -it : -ait = v. irl. -// : -ait ou -te. 

clechtait 5107; cnaighid 1696; cuirit SF 1890; /ûJi-âf// 4146; 
fossaigit 3099; fostait S 1438; /05/a/^ ^i^o; fitathaigit 3848; 
gabait 5006, 5194; gabhait 2 121; gnathaigit S 3878; liit 
5068; loiscid 1696; ar sailit 4236; sciiirid 1890; snadmait 

I. La désinence relative -W(? du vieil-irlandais s'est perdue. La désinence 
absolue s'emploie le plus souvent en position relative : uair sailemait-ne 
547 ; tiaghmaid 613 . 



5 6 Alf Sommer felt. 

2943 ; sochtait 3 118; tecid 2473 ; intan tiagait 1077; Haghait 
1575, C 3095. 

(2) -et : -at = v.-irl. -et : -at . 

adaghat 2120; atberat 3349, 4423, 4533, 4.'i}6;itdat 
1288; atraghat 1886, F 2120; atrehat 1599; aitrebat l'^^'j; i 
coviriiic\et\ 713 ; i comraicet F 2605; ; comerget 2605; conghat 
1337; doberat 2<)^4; ' dogniat 2819; dc{g]nîat 126S; dotaegat 
3095 (doteccat F); dotemiat (docenccat FC) 3096; na faicet 
1584, («/) 3813, 4527; ni legùt 2727; m/7 fo roicheat (ccin co 
reichct C) 2648; ciisa saiget 2413; a^a /^cm// 5185. 

(3) -H : -ait : v.-irl. -et : -«^ 

aderaid 1700; attrehhait 1350; aittrebait ^811 ; i coim-aidt 
I ^^o; facbbaid 1892 ; faeiiiait ^101 ; da fognaid H 725 ; foniit 
2025 {furmid S, fuirmit F); [wa] gnathaigit 3032; impait SF 
1892 ; imthigid 1892; innisit 295, 436, 3833, 5579; co mûchait 
2512; ro nimudaighit 4148; co niûrait F, co mûrit S 2512; 
«7« co ro/r/7 F 2648; o^^j^. ^ûî/o-/^ S 2413 ; tel{ersinn\it 12 10: 
co «a toa/7 2513; co i'cccrtïV 4144; fo «fl!^/? taitnit 3806, Çcoiia) 
3809, {conid for) 3933 ; co tiaghaid 2290; /o/nzzV 2502. 

(4) -c^ = v.-irl. -/c. 

cnaieat S 1696 (cnaied F, cnaighid H); Joisceut 1696 (Jdsced 
F, loiscid H). 

Présent passif. 

Sg. § 42. — (i)-air,-ar. 

Cette désinence servait en vieil-irlandais pour les verbes 
forts thématiques. Les verbes qui dans notre texte main- 
tiennent encore la flexion thématique (cf. plus haut) prennent 
-a//', -rtr, et cette désinence s'est en outre introduite dans les 
verbes de l'ancienne classe B, III Çgab- et dam-, cf. supra) où 
elle se trouvait enclitiquement déjà en vieil irlandais. — La 
distinction du vieil-irlandais entre -ar conjoint et -air absolu 
n'existe plus. 



Le Système Verbal ilan^ In Cal h Cathanhi. 57 

a) -air. 

berair F 413 ; tiagairF Qiaghar H) 413. 

b) -ar. 

atberar 730, 2913, 2988, 3284; iderarj22; atjjadur ^$10; 
alnagar SF 1828; ;// dlegur 415 ; doberar 607, 1828, C 3797; 
rofetariojj; gon ua Jeta r 24') 4; tiaghar 413 (rel.), 426 
(rel.), (forsa) 149 1. 

c) -air 3= v.-irl. tJier . 

ô nâch damair 609 . 

d) -ar = v.-irl. ther (enclitique -ar, d. plus haut). 
ni congabur 5259; ni fagJ^abh]ar ^^4; jogabhnr 1561 ; ioga- 
bar 2990; gabhar, 4 (rel.); Icgar 2697 (rel.); ciisa toccabiir C 
5259- 

(2) -ther : -thar {-Un). 

Cette désinence servait en vieil-irlandais pour les verbes 
faibles et les verbes en -io et s'emploie dans notre texte dans 
ces cas, et en outre avec les verbes qui ont adopté la flexion 
des verbes faibles : rosoichter 12 13 (rosegar Ml. 14 c 19); ling- 
ther PH. 7728. L'ancienne désinence absolue ne semble pas 
avoir subsisté. La résolution que Stokes a faite de l'abrévia- 
tion /c/'thair est probablement arbitraire. 

a) -ther (-ter' : -thar (-tar^ identique au v.-irl. 

amail arduighter S 570: nach ainnither 4002; atcither 12 14, 
5120, 5123; bregthar 3088 (rel.); dia gcrechtnaigter 3669; 
{co) cuirter SF 1888; ô nâch danithiir (damair S) 609; intan 
diubraicther 3650; dognither 1015, 2385, F 2396, 3081, 
'^4'^T,;na fagaibtear 4404; / finntar 4221; gnàthaigtlmr 2380 
(rel.), 25 II (rel.); amail in }ies ter ^64^; innister, indistcr : 381, 
886, (amail) 2364, (amail) 2821, 3667, (amail) 5955; fo 
hisccther 4160; marbtar 42^1 (rel.); meduigter S 570 (rel.); 
na scithaighter 3706; airin a siiidhigter 2996; ô tairnither 237; 
ô trascurthiir (turscairther 8)238, trialltar 4043 (rel.); cusa 
Iflcaibther 5259. 



58 Alf Sommer fel t. 

h) -tbar = v. irl. -ihair. 
/tT/hair 3060; marhtar e 4241. 

c) -1er = V. irl. -ar. 

intan rosoichter 121 3. 

PI. 3. tir, -ter : (jtair),-tar. 

§ 43. En vieil-irlandais -//;■ : -lair s'emploient en position 
absolue et -ter : -tar en position conjointe. Cette distinction 
n'a pas été maintenue. 

(i) -tir. 

scaihir icS8é (sic Stokes) ; sc'tihai^htir 1890 (sic Stokes). 

(2) -tir ^ V. irl. -ter. 
comhrnitir¥ 1886; tairntir S 2502. 

(3) -ter: -^«r identique au vieil irlandais, 

atciler 190 ; comhruiter 1886 ; dobertar 3707; d(^g^uitcr 2376; 
indarbtar 600; intan n[on]-indarbtar 606; marbtar 4232 
(rel.), 4238 (rel.); tairntar F 2502; tircantar (tircâdar S) 
988, 1047; tochailter 2508. 

Sg. Imparfait -ed : -ad 

§ 44. — atbered 762, 3403; atberedh 4086 ; no aited ¥ 
53; «rt hait])[g]nedh 2052; m) aiuised '^G'j^ ; ni anadh ^^1^ ; 
ni ardadh 359; «/ ^5^^/; Çfasadh F) 3966; /w asslaighedh 
5995; no aisnedeadh 765; i:o mbenad jSo, ij 2^, co mbenadh 
5689; 0^// mbenadh B 2670 ; w W;m'[^/;] 2164; w /v/;r^ 3614; 
wo ^^m//; 3978; ro beredh H 2162 ; flf/^/ co mbcircd F 2156 ; ro 
mberedh 2162; «0 hrostaigedh 5988; /w canadh 3999; nocairigedh 
4500; 770 a;;j^''fJ 47^2; rt77/rt7î 7/0 chJandadh 5738; 7/0 clechtadh 
2i()0;co clninedh 3290 ; i cluinedh 2<^22 ; noco comarleicced 4296 ; 
770 comeloisced 3602 ; no comtuaircced 3600; 770 congbadh 59 ; /fl5â' 
congnadh 4498; 77/ coisceadh 2577; 7-0 (770 F) cosnadh 2241 ; 77/ 
cumgadi) 23 10 ; 77/ cuimgedh 2^1 3 ; 77/ cumcedh 2896 ; <:o7777â( r7f7777- 
^m^/; 2^78; a) 77rt cumgadh 3162; ^r ;// cnuigad 2514; 777 



Le Syslèinc Verbal dans ht Calh Catharda. 59 

cuiiigcdJ) 3966; no ciilriuiiaighedh 482_| ; no daeraâb 4500; no 
dhailcdb 5 982 ; nô dighladh 5 3 ; in)ii discaileadh S 26 10 ; co nditned 
3265; no diiibraiced ^')S^; dohcired -^^Sj, 5022, 5025, 5739, 
6000; doheircdh 6151; dobcrcdh 2446; dobered 76e; co tabradh 
5966 ; ni labrnd 2831 ; dognidh 907, 3619, }<)jo;doghnidh 600; 
(%;;//[/; I 897 ; dognldsiF 3956; dognîedh 79; doni\c{] 1855 '■> 
donilh 1S60 ; doroichedh 1985; dos-roiched 5985; «0 druidcdh 
598) ; no di'inadh 2161 ;ô do érgedh 357; co n-csairged 66^; co 
n-eiscced 5740; nos- fâcbadh 2163; na fao[b]adh 3993; noco 
bfaccbadh 6134; cojniced 3290 lifaiccd^éi} ; niacmad S 127 ; 
/w fcrad 5 977 ; co fcradh 666; ni fognadh 3 949 ; cr^r/ do foillsigedh 
4816 ; nô frithardad ^jo;conas frithardhadh H 43 7 ; no fuilngedh 
2901 ; no f lirai led (no fhulairedh C) 3558 ; tio gabad 3979; 
5254; congabad 5265 ; i ngnathaigedh 4105 ; no ghonadh 2833 ; 
no gressadh-sum 5990; nô îadhadh 2154; no iadhadS 2161 ; no 
imàincdh 5991; no iniluaided 5 5 90 ; no impodh 1986; ar no (jo F) 
imredh 21^0; nahimred-si 3995; ni himred-si 3986; no imsco- 
thad^6oo ; ro indsaighid H 2306 '; ni lanihadh62^, i']6'], 1771, 
nos-lcicced 2S^j ; do leiccad 216^; ni leicccd 5026; ros-linadh 
5023; co linadh 892; ni loisced 1772; no maidedh 3614 ; 
noniarbad2S}}, -noiimrbadh 2^06, ^<)<)^;nomaindh 2'jo, 1857; 
nô niétaighcdh 367 ; no mhninedh 5993 ; do mi'iiredh 1859 ; 
ro ordaigedh 5680; no foslaiccedh i<)<)% ; nô ràidheadh 915 ; 
ni ricced h 2Ç)00; noco roic[h]edh 3165, 3443, («/) 5738; cona 
roiched^6o6; conna roicheadh 2j\']')\no saided 2810; no saigcdh 
3 6 1 3 ; fora saltradh-si 3 965 ; no scaradb 1 1 83 ; no scended 2 1 1 r ; 
;/t) sccinnedh-lingedh 5 2 5 1 ; «0 scerded H 22 1 1 ^no sconiad C 3 977 ; 
no sciichad 308; co sloinded 3799; no soicedh 2809; ro soiccdh-si 
3 98 5 ; }ii soichedh 573 8 ; intan ro soi(\h\cd 6147; no spelad 3 99 5 ; 
co sràined 66ç) ; no sraineadh S 1859; no stuaglubadh 5250; no 
snaiccntaighcdh 5993 ; no taidhied 2^)02; no ibaidijlcdh 2898; 
na tailledh, (tuilledh'C) 5498; co na taircedh 3488; no tairi- 
scadb S 201^ ; no tairised 5253; cotai risedb 1790; «0 tairmisccd 
366, 5994 ; //o tairngcdb 3842; »o tairrngedb 3973, 3976,3992 ; 
»/ tatbaigedh-si 3961 ; niteicbcadb 1182, (teicchedC) 3997 ; f^c- 
inadb2i6o, {a) 201-1, (^? CF, /H) 2522, (/V/Za^? a'o) 2541; «0 

I . h/ =: iodb . 



éo J]f Sommer jeJt. 

tenuadh 5296; ieged-si (jcgad C) 3990; no te^hedh-si 3957 ; tei- 
ghcdb 2144; inlan téighedh 60, 3997, antan teiged 3442 ; ni téi- 
ghcdl; 2012; noielgedh 3843 ; ro tcilgedh2iG^; no tescadh-scomadh 
3977; no tcsccadh 3980 ; co tibead 5251; ticedh 1635^ 2069, 
2163, 2282, S 253-8, (ni) 2538; ticced 2898, 291 1, 2976, F 
^9^j;intan ticeadh S 1576; ticced-si 397^, 3997 j innuair ticced 
2897 ; iicid]} 21^6'; da tidnaicead S 5 3 5 ; co tinoikdh 3 972 ;co /mo?- 
ledh-si 3988; \6\iinnscnadh 2148; w/ tintadh 2902; wo(fO H) 
tobrûchtadh 2 1 1 2 ; ;w tômaithead 924 ; ?7o tomait\J]^d 3 587 ; wd /or- 
maighedh 358; ni trascradh 1773 •,no trasccradh 2832; w/(wrtS) 
/«///e[^] 354, ;/o uràiledh ^^Ç)6, foran-urailedh 3164. 

PL 3 -//jr : -/rt/5. 

§ 45. — L'accent sur 17 dans quelques exemples peut indi- 
quer que Vi était long, comme en irlandais moderne. 

co n-aipiliis 3480; ni andàis S12; no antais 6133; ar ni 
antais 3638; no artraigtis 4801; co n-artraightis 3931; 
ro (jîo S F) ascnaidis 2309; co n-ascnaitis ')S/\'^ ; athcrtis 
726 ; alcifis 4780, 4781 ; ar ni hendais 1869 ; ro (iio SF) 
claidis 2506; ardaigh na comaentaighidis 100; co combrutis 
3598; iiocnin[b]rigtis 3917 ; i C07?ir(i[ictis]26oo ; conach cuinigi- 
Jù 2005 ; fl/V «/ ciiiijigidis 3168; ?20 cuirtis 1968, 2137, 
2 141 ; coeur tis 2835 ; co ndibdaitis 3441 ; ro (»a SF) dibhraicdis 
21 ^y, cona dibhraictis 5673; no diiibraicîis 6001, 6147; «;■ ;zo 
ditniti<; 6004; dobertis (S) 1636, 3920, 3924, 3926, 3942, 
6154; dobeirtis 6005 ; Ja tabratis 3954 ; /or^â^ tahhradais 2235 ; 
^o^wï/i 3928, 3929, 3937, 3939, 3940, 3968; co «Jc??/mV 
883 ; «0 doilbîis 767; conà faicdis 2352 ; / faghdais Qfagbadis 
SF) 2520 ; ro faghdis 2010; co;/^ faghbadis H 2579 ; ro»/m /<7o^- 
^fl/W/^ 26 1 2 ; /w/rt« na faghbadais 2153; waî failhightis 3904 ; ;/o 
faisctis 4135, (fo) 2527, (co) 3943 ; nûfastaidis2i6S ; no f cariais 
884; ar nifinntais 6003 ; ^ia fognaitis J2y, cofortiiighiis 4785; 
arnofostatis T,^i^;no fotaightis 39 17 ; nofreccratîs 2834; mx/r^c- 
cratais "y^Si^; cona frecraidis 3137; nafres[l]laidis 1862; no fiii- 
Ingilis 5872 ; no fnirmitis 2834; no gabhdis 2540; co ngabiais 
4663, 5269, 5322, 6138; woco ngabtais 5991; "O gnàthaigtis 
725 ; ;?o (?za S) gnaithigtis 8ri ; /or^a ngnatbàighidis 336 ; «0 

I . /(//; 1^ -/o(//.i = ('</ dans H . 



Le Syslàiie i'erhal dans In (Ait h Calhanla. 6î 

ibhdis 2523 ; nô idhnaictis 16^6 ; ar îio inibrilis 3916 ; gen go 
n~ifu[b]ridis 3169; no iiiipailis (iiâ impogbdîs H) 1969 ; co 7i- 
iinlacniaiclis 4325 ; fora n-imlhightis 2639 ; no isligtis 3925, 
3930 ; no labraidis 885 ; nolâclis /\'jj8 ; ni laiiihdais 2423 ; ni lain- 
tais 3968 ; làngnàthaighitis (Jasin gnathigidis S) 721 ; uô lastais 
2 142 ; ni kicctis 3918; cona ïéigdis 2169; cona leicctis 3917, 4776 ; 
co llinglis 5729 ; co Iiiplais 5323 ; airet nô iiiairdis 1644 ; da mair- 
tis 5502; no lundhaigtis 5845 ; noraefis 2631 ; co reptdis 3987 ; 
amail no rictis 3918; fo?'sa ritlj{i]dîs (j-eitlis F) 2509 ; connu 
roicbtis 2629 ; ro soichlis 5683; 7io scaillis 3923 ; ni scartais 
2601; no scarlitis '^j^i; ro scenndis 1876, 1879; ro snighdis 
2000; co snightis SF {co snainidis H) 1743 ; ma ro soilhighidis 
2333 ; no spraictis 2422 ; no suightis 2575 ; do (no ¥S) tairistis 
2015; no tairniniiscctis 3925; no Çro H) tairng[i]dis 2135; 
tecmhaitis 2152; co tccmaitis 5730, (<?) 614; teghdhis S (leg. 
teghdis) 1575; /^/^/w 3442; a? léighdis 2155 ; «o(ro H) tescdais 
2134; ticdis 882, 2170, //a'//.î 2976 ; co ticdis 1392; fo dig- 
disS¥ 1952 ; guro tinoiltis 3266; no turcbaitis 3440 ;//o thai- 
tidis 1848, {ro H) 2007 ; do thuitidis 1871; ^0 tnititis 3596, 
5666, 5680 ; ni thnitidis 2907 ;rj n-iir.iiltis 3942. 

Imparfait passif. 

Sg. -//a', -//7m (/t?-, -fm) : -//;<^ (-/'O 

§ 46. — atberte j\^â^G; atcitc 898; atcithea 902; atcluintea 
894, 905 ; atchiinte 908 ; /// balhraighlhc {hathraighi H) 80 ; ;// 
hathraigthe {ailhrichtbea S) 81 ; ?Z() /'^v//// {nobaitea 8)2159 ; co 
uibristi 790 ; nobristc^^Si ; nô cengaltai{cengaltaighli,ceangailtea 
S) i<)8'j; coniiargaibthe {conuargaibti C^ z\'jiy, nociiirthe 5587; 
dobcrthca 488; doberta 3397; dognithi 54; ûf()^wî7[/;Jt' 3914; / 
ndenta 3213; co faicthe 39^1 1; ni faicte 897 ; ni faicthea 907 ; 
no fiafr aigle 4206 ; ni fogbaitbe 2900; ni fagbaiti 5958; «0 
foibrigti 5219; ;/c) fostaigbthi 1986 ; ;/rtc[/;] fuilngti {Julinngîi 
C) 2917; no fuirmbigbtbea H; «0 fiirmite S, no fuirmidtbe F 
2069 ; nofuirniitbi 2171; «0 o't^/Z/a 2525 ; m' bimmirthe 3994; 
«a /am/rt 2903 ; «0 /offert 1855, 1858; w /^i^/z C 5026 ; 
«/ leiccti 5731 ; fo ///«/a! 2898; «0 maelta 5981 ; no marbbtba 
2833: no ordnigbtbe {do bordnilhi H, no ordnidbibe F, 75; no 



é'2 Jlf Sowinerfelt. 

samhlaighthe 5587; no Irascairti 2832; lîi tuistnitea 1137. 

PI. -fis: -tais {-lis, -lais'). 

§ 47. — alcitisSj^jSj^, 880; alclui]itisS^)y, no hcrtis 5842; 
)to brislis 213 i, ^8^2; dognitis 3956; do gnâthaighiiUs 141 3; 
7K' idpraitis ']i^;co n-ordnitis 249 ; wo toccbaiis 4783 . 



LES DUSII GAULOIS ; LE CORNIQUE 
DUS, DIX. 



Les Dusiî gaulois ne nous sont connus que par un passage 
de la Civ. Dei xv, 23, de saint Augustin : Onosdam daeinones 
quos Dusios Galli ?iunciipant, hanc assidue imniHnditiam et len- 
tare et efficerc plures tahsque osseverant. Ce sont des 
incubes. Jusqu'ici on n'a pas trouvé dans les langues cel- 
tiques de représentant authentique de ce mot. En apparence, 
le breton Dii:^igou {ann Dn:(igoii 110:^, chez Luzel, GiL'er:;iou 
Brei:^-I:;el I, 134) le rappelle. Mais, comme le fait remarquer 
Ernault (Gloss. moy.-bret. II, p. 691), le c^doit provenir du 
pluriel. La forme habituelle du singulier est to;^, plur. teu:{ioH, 
tetiyOH, esprit follet, fantôme. A. Le Braz {^Ann. de Bret., VIII, 
226) donne la forme pluriel Tiisstd. Enfin, il v a à compter 
avec le haut-vannetais té, fantôme (donné par Troude), 
forme qui supposerait tôd : cf. gallois toddi, fondre '. Té sui- 
vant toute vraisemblance est à séparer de toq. 

Il faut aussi séparer complètement de leii:(^ aussi bien que de 
té, le vieux-breton tiithe démon, qui apparaît dans une vie de 
saint Mandez, composée d'après M. de la Borderie, vers la fin 
du xi^ siècle. A cette époque, e final ne peut être un e muet. 
Tuthe se trouve d'ailleurs dans une charte du ix^ siècle du Car- 
tulaire de Redon. C'est clairement un dérivé en -<j ou mieux un 
composé (v. J. Loth, Contrib. à Vét. des Romans de la Table 
Ronde, 1 9 1 5 ) : Tilt-he (race, descendant de Tut). 



I. Ce rapprochement est d'autant plus justitié que le gallois a llyiilawil 
dans le sens de disparition : Mabiii. du Livre Rouge, p. 169, 1. 19 : ryved na 
Ihodeis \n IhnntauJ, c'est merveille que je ne sois pas fondu de honte 
(J. Loth, Mabin.^ II, p. 14, 190). 



64 ]. Loih. 

Pendant un séjour à Saint-Just-en-Penwith (Cornwall), je 
fus très frappé par le nom de Polandis ou Pohndice (prononcé 
Pol en dî~), à décomposer en Pol an Di^, le trou du Di:^, et du 
sens attribué à Di~. M. Williams, town-councellor, natif de 
Saint-Just, me dit q-u'on appelait Polandis, le trou profond qui 
se creuse dans une mine d'étain, après'une explosion. Qiiand 
on chasse, ajouta-t-il, et que le gibier se réfugie dans ce trou, on 
dit qu'il est allé jusqu'au dt^, dans le sens de: à tous les diables : 
il est inutile de le rechercher plus longtemps. Il y a. des Pol andi:^ 
dans un bon nombre de paroisses de Cornwall. Il s'attache sans 
doute à ces lieux des légendes ou des traditions qu'il serait in- 
téressant de recueillir. L'Z long du comique moderne peut re- 
présenter ï vieux-brittonique ou li vieux et moyen comique. 
Deux chartes du moyen âge ne permettent guère de douter que 
di^ ne soit pour ^W5. Une charte de 141 5 {Catalogue of Ancient 
Deeds,p. 8499) donne pour le Cornwall, le nom propre Thomas 
Dus. Dans une autre du xiii'^ siècle ÇStapeldon Register,p. 394, 
dans la collection des Episcopal Registers of the Dioecesis ofExe- 
ter, publiés par Hingeston-Randolph), je relève : William 
Trevendus, c'est-à-dire William de Trev en dus, ou du village 
de en Dus : le Dus. On peut donc affirmer que Di:( remonte à 
diis. Le sens de démon, om personnage surnaturel paraît indiqué 
par la tradition que je viens de mentionner. Quant à la 
forme vieille-celtique, il faut supposer vraisemblablement dous- 
so-, deusso-. 

Diiss- à l'époque de saint Augustin, peut représenter diiss- 
ou dûss pour dôss, dos-, pour un plus ancien douss-. Whitley 
Stokes, partant de dûsio-s, en a rapproché le lit. d usas, vapeur; 
dvàsi\ esprit, fantôme; moy. h. ail. getwâs, fantôme. 

Des recherches seraient nécessaires pour préciser le sens du 
di:(, dus comique. S'il était établi par les traditions populaires 
de façon incontestable que ma supposition est fondée^ que 
di^ a le sens de lutin, personnage mystérieux et surnaturel, la 
parenté avec les Dusii de saint Augustin ne pourrait être niée. 

J. LOTH. 



NOTKS ET REMARQUES 

CONCERNANT LE 

« PETIT LAROUSSE 13RETOK » 



Sous le titre de Diclionnaire français-breton (le poche, Geria- 
iliir bihau nevex^ gallek-ha-l>re:(onek, M. François Jatfrennou 
vient de faire paraître à l'Imprimerie du Peuple, à Carhaix 
Finistère), un petit dictionnaire qu'il présente complaisam- 
(ment dans ses réclames comme le «Petit Larousse breton » 
La 38"^ édition du Petit Larousse illustré, abstraction faite des 
parties consacrées aux locutions latines et étrangères, à l'his- 
toire et à la géographie comprend 1.066 pages. Le «Larousse 
breton » de M. Jaffrennou n'en a que 3^4 . Il est vrai que ces 
344 pages contiennent, au dire de l'auteur, 25.000 mots. 
C'est possible. Et je n'ai pas vérifié. Car la question du 
nombre des mots est tout à fait secondaire. Ce n'est pas tant 
la quantité qui importe que la qualité. Or celle-ci, je regrette 
d'avoir à le dire, fait presque totalement défaut. 

Le nouvel ouvrage de M. Jaffrennou. comme tous ses pré- 
cédents écrits, surtout ses écrits en prose (thèse sur Prosper 
Proux, Brei~t:i iSio-i^io, nombreux articles publiés dans Ar 
Vro et Ar Bobl) trahit : 1° une méconnaissance volontaire ou 
involontaire (suivant les cas) du génie de la langue bretonne ; 
2° un parti pris de franciser à outrance la langue dans son 
vocabulaire ; 3° un parti pris de négliger presque tout ce qui 
a été tait jusqu'ici pour la culture et le perfectionnement du 
breton ; 4" une incapacité presque absolue de distinguer les 
formes altérées des formes correctes, les termes familiers, 
populaciers et bas des termes élevés; 5° une ignorance vrai- 

Rniif Cdlique. XX XVI. j 



66 René Le Roux. 

ment incroyable des ressources de mots et d'expressions 
qu'offre le breton moderne dans ses différents dialectes et 
sous-dialectes ; 6° une négligence dans la composition et un 
sans-gêne dans le maniement de la langue qui ont été rare- 
ment égalés jusqu'ici, même dans les publications breton- 
nantes qui pourtant ne brillent généralement pas par le soin 
et l'esprit scientifique; 7° un manque de travail à peu près 
complet. 

Je reprends ces diverses accusations avec de nombreux 
exemples à l'appui qui en montreront clairement, j'espère, le 
bien-fondé '. 

1° Méconnaissance (volontaire ou involontaire) du génie de 
la langue bretonne. 

Le Genadur ne donne pas d'exemples. Mais ceux qui ont 
lu la thèse sur la Vie et les Œuvres de Prosper Proiix et les 
diskkriadurc^ou qui accompagnent les Brei:{i:( iSio-i^io, ceux 
qui ont parcouru les collections d'Ar Vro et à'Ar Bobl savent 
jusqu'à quel point la syntaxe de M. Jaffrennou est antibre- 
tonne et anticeltique : c'est du français grossièrement habillé 
de mots bretons ou pseudo-bretons et rien d'autre. 

Dans le Geriadur, la méconnaissance du génie de la langue 
bretonne se trahit dans la dérivation p,ar : 

a) l'emploi, parfois à tort et à travers, des suffixes bretons ; 

b) le remplacement fréquent des suffixes bretons par des 
suffixes français. 

Dans le vocabulaire elle se manifeste par : 

c) l'abandon de l'usage de l'infinitif comme substantif; 

d) la désorganisation du système des prépositions. 
Voici quelques exemples : 

d) Emploi, parfois à tort et à travers, des suffixes bretons. 

I . Ce travail renferme un grand nombre d'exemples tirés de Kroa:( ar 
Vretoned, le journal dirigé avec tant de science et de dévouement par 
M. François Vallée. Il m'est malheureusement impossible de renvoyer à 
l'année et au numéro d'où ils sont extraits.. Lorsque je les ai notés, de 
1901 à 1910, c'était au fur et à mesure de la parution du journal de 
M. Vallée et pour mon usage personnel, afin de me perfectionner dans la 
connaissance du breton. Je ne prévovais pas que j'aurais à les utiliser un 
jour dans un article destiné à la Revue Celtique. 



Petit Imioiissc Breton. 67 

— Si l'on s'en tenait à de trop rares exemples, on pourrait 
croire que M. Jaffrennou n'a pas été sans tirer quelque profit 
du passage de la grammaire de MM. Guillevic et Le Goff 
consacré à la dérivation ainsi que des observations restées iné- 
dites de M. Vallée concernant la formation des mots nouveaux. 
C'est ainsi qu'il réserve parfois à -er le sens actif et à -ad, -iad 
le sens passif, procédé autrefois très usité en breton et qui 
permettait, entre autres choses, de différencier deux sens voi- 
sins de noms d'agents : « chantre » haniad (Jaffrennou, 
p. 49; Grégoire, Dict.fr. br. p. 151, donne ijinyad), « chan- 
teur » haner ; « donataire » doiie~oiiiad (Geriadur, p. 102, 
« donateur » done':^oucr (ibid. ) ; « cessionnaire » dileiiad 
(p. 48), mais M. Jaffrennou a oublié de donner « cédeur » 
dile::^cr (Le Gonidec, Br. fr. p. 257). 

On est vite désabusé par d'autres exemples tels que : parmi 
les substantifs, « conquête » honheraden (p. 62), « course » 
redaden (p. 69), « empierrement » meijiadeg (p. 116), <> con- 
cours ^-i henstrij {jp. 60), « divisibilité » diforchidige::;^{p. loi), 
« panthéïsme » hoU:{oueïdigei (p. 234), « maternité » inamîiii- 
digc:^{jç). 207), « climat y) ani:^crvL\ (p. 55); — parmi les 
adjectifs, « abbatial » abaliek (p. i), « amphibie » daoueJfennek 
(p. 15), « fluvial >) steriek (p. 144), « hépatique » aviek 
(p. 166), « conjugal » priediisÇp. 61). 

Koiikcradcn, redaden. Là où M. JaflVennou, à l'exemple du 
français et (sans aucun doute) sous son influence, ne donne 
qu'un mot, nos meilleurs écrivains d'accord avec l'usage en 
emploient trois, aloubaden, aloubere~, ahubidige~, redaden, reda- 
deg, redere^^, exprimant chacun une nuance que les équiva- 
lents français « conquête », « course », sont impuissants à 
rendre. Le suffixe -aden indique une action particulière, iso- 
lée : aloubaden (Vallée) « conquête bien déterminée », redaden 
« une course », nijaden (Vallée), « un vol (d'aéroplane) » ; 
-adeg indique l'action collective : kroa:{adeg (Le Clerc) « croi- 
sade » ', redadeg ke^-ig-houarn {K. ar F.) « course de bicy- 



I. Abbé Le Clerc, Ma heaj Jeru^attui, p. 87, 257, etc. (Saint-Brieuc, 
Prud'homme, 1903). M. |affreniiou, toujours sous l'influence du français, 
donne (p. 72) l; roa:^iad qu\ ne vaut certainement pas /i-roa^(i</f^. 



68 Rtiié Le Roux. 

dettes », nijadeg (Jhid.^ « course d'aéroplanes » ; -ere~^ (mas- 
culin, 2) indique l'action en général : aloubere:^^ (Vallée) 
« conquête, action de conquérir en général », redere:(^ (ibid.^ 
« la course, l'exercice de la course », nijerc- (jhid.') « avia- 
tion » ; -idigc:;^ indique généralement le résultat de l'action : 
aloubidige^^ eur vro (Vallée) « la conquête [effectuée, réalisée] 
d'un pays. 

Remarque additionnelle. — De même, M. Jaffrennou ne 
paraît faire aucune distinction entre les suffixes -der, -ded, -oui. 
Pour « amertume », par exemple, il donne c'houervder, 
choiiervente, chouervoni. Il y aurait pourtant une nuance à 
observer entre les substantifs ainsi formés. M. Vallée, dans ses 
Remarques sur la formation des mots nouveaux, p. 7, fait obser- 
ver : 1° que -der (masculin), qui se prête bien à la formation 
du pluriel, a un sens moins abstrait que -ded (féminin) qui 
n'a pas cette faculté; 2° que -oui se prête mieux au sens 
moral que -der. Et il donne les exemples suivants : gwande- 
riou « infirmités », giuandcd « faiblesse », ar giuanderiou a :(eu 
eus ar luanded « les infirmités qui viennent de la faiblesse » ; 
kemeret brasoni oii~ brasderiou e garg « prendre de l'orgueil 
(grandeur dans l'esprit) des grandeurs (dans les choses) de sa 
charge » ; kemeret c'bouervoni oii~ chouervderiou ar vm\ « con- 
tracter de l'amertume (dans l'âme) des amertumes (des 
choses) de la vie. » — « Le breton », dit M. Vallée, « permet 
l'expression de nuances que le français ne peut rendre. Le 
large emploi de ces suffixes donnerait plus de vie et de préci- 
sion à la langue ; il permettrait jusqu'à un certain point de 
naturaliser les mots étrangers qui se sont introduits. » 

Meinadeg. L'emploi de ce mot ne saurait être justifié que 
dans un seul cas : si l'on a à parler d'une nombreuse équipe 
d'ouvriers travaillant à empierrer une route, on pourra appe- 
ler meinadeg le travail.auquel ils se livrent. Mais si « empier- 
rement » désigne le résultat du travail, c'est-à-dire la partie 
empierrée de la route, ou encore si par « empierrement » on 
veut dire l'action d'empierrer considérée en elle-même, dans 
sa nature et ses procédés, l'emploi de meinadeg serait une 
faute de breton tout à fait grossière. Il faudrait dans le premier 
cas se servir de nwinadnr (-adiir indique le résultat de l'ac- 



Pelil Liiroiissi' Bidon. 69 

tion) et dans le second avoir recours à nieitwre^. M. Jaffrennou 
ne donne ni l'un ni Tautre. 

Keiislrif. Si c'est concours dans le sens d'« effort commun, 
coopération », le mot est bon ; il a été employé dans ce sens 
par M. Vallée, Notennou diwar-benn ar Gelled ko^, ch. vi, 
p. 42 : a-drus;are~ du <^enstriv ciin leskadig lud kalonek « grâce 
aux efforts d'une poignée d'hommes de cœur. » Mais pour 
concours dans le sens de « lutte entre concurrents » kenslri- 
vadeg était meilleur. M. jaffrennou ne le donne pas. Et pour- 
tant ce mot a été employé maintes et maintes fois, depuis 
quatorze ans, dans K. ar V. à propos des concours àcV Union 
régional iste bretonne et de la fédération '. 

Diforchidigt'i. Il est impossible que ce terme ait le sens de 
« divisibilité » que lui donne M. Jaffrennou. Il ne peut vouloir 
dire que « séparation, division, différenciation », diforchidi- 
gei-kredcn (Vallée) « schisme ». Pour « divisible », M. Jaf- 
frennou donne rannabi, diforchabl, mots hybrides formés 
d'un radical celtique et d'un suffixe français. Il aurait été 
plus breton d'employer le préfixe he- « bien » et de former 
ainsi berann, d'où l'on aurait pu tirer, à l'exemple du gallois, 
le substantif dérivé herannder « divisibilité ». 

HoJI~piieidige:{. Ce serait plutôt « pandéification » que 
« panthéisme ».A «athéisme », M. Jaffrennou donne i/z-oz/r- 
/i'~ qui est encore moins satisfaisant, bien qu'il ait été souvent 
employé dans ce sens, doiielc^ signifiant non pas « théisme » 
mais « divinité, état, nature divine », ce qui n'est pas du tout 
la même chose. C'était le cas, semble-t-il, de se servir du 
possessif -eh et de former un ?ià^]Qcnî doueek « qui a un dieu », 
d'où on aurait pu tirer les dérivés doueege~ ou douege^ 
(( théisme », di^oiiegei « athéisme », hoIl::^ouege:( « pan- 
théisme », etc. 

Mûininidigc~. Le breton moderne a : doue!e:{ « divinité », denele^ 
« humanité » (Geriadur, p. 170), santeJe:^ « sainteté », rotiele^ 

I . Kenshivadei^ war c'hoaii ar :;ac'h-lnniou « concours de binious. » Kens- 
iriver « concurrent, compétiteur dans un concours » a été aussi employé 
dans le même journal : Ical; ii heligenta a yoa être ar geiistrivericii « la plus 
2;rande émulation régnait entre les concurrents. » 



yo René Le Roux. 

« royauté », faikle:( « paternité » (Le Gonidec, Br.-Fr. 
P- 555)5 nianifuelei « maternité » (Jbid. p. 429), intanvele:;^, 
a viduité, veuvage », etc. On se demande ce que vient faire, 
dans une série aussi homogène, une formation hétéroclite telle 
(\Memamniiâige^. Pourquoi M. Jaffrennou, donnant plusieursde 
ces termes et entre autres tadek^ qu'il emprunte probable- 
ment au Br.-Fr. de Le Gonidec, se refuse-t-il à insérer aussi 
mammelei que donne ce dictionnaire ? 

Ai)i:{erve:(. Le suffixe -vei indique la durée : curve:^, beurevc:(, 
dervc:^, wo^î'^^, si:(uuve:(, nii^vc^, bloavei, etc. « la durée d'une 
heure, d'un matin, d'un jour, d'une nuit, d'une semaine, d'un 
mois, d'une année. » Amxerve:^ ne peut donc pas vouloir dire 
« climat » et ne peut signifier que « durée » en général. C'est 
le sens qu'il a en moyen-breton où M. Jaffrennou a été le 
chercher. Pourquoi lui en attribue-t-il un autre qu'il n'a 
jamais eu et pourquoi ne donne-t-il pas pour « climat » temps 
an car, teinps-am:(er qui a été souvent employé dans ce sens ? 

Abahek, daouelfennek, steriek, aviek, priedus. Les suffixes -ek, 
-ik indiquent la qualité et la possession : (adjectifs) ute^ek 
« honteux » (qui a honte), kalonek « cordial (qui a du 
cœur)», spontik, aoriik « peureux », Manvidik « maladif »; 
(substantifs) marcheg « cavalier (qui a un cheval) », kroa:(eg 
« croisé (revêtu d'une croix') ». Le suffixe -us, surtout après 
un radical verbal, a le sens actif : me^us « honteux (qui fait 
honte) », kalonus « cordial (qui fortifie le cœur) », spontus 
« effrayant », nie^viis « enivrant », yac'hus « salubre (qui 
rend sain, yacli) » klauvus, klenvedîis « insalubre (qui rend 
malade, klanv, qui donne la maladie, khnved') », etc. Sans 
doute, il y a de nombreuses exceptions-, mais est-il judicieux 
de travailler à en accroître le nombre et à priver ainsi peu à 
peu la langue bretonne d'une de ses ressources ? Abatiek, 
daouelfennek, steriek, aviek signifieraient « qui a un abbé », 
« formé de deux éléments », « arrosé de rivières » {eiir vro 
steriek^, « qui possède un foie », et non pas « abbatial », 



1. Le Clerc, Ma heaj Jeru:^alem, p. 122, etc. 

2. Ner^us « fort », sentus « obéissant », haranteius « affectionné », etc. 
A noter que Grégoire donne aussi seutecq, carantecq. 



Petit Larousse Breton. 71 

« amphibie », « fluvial », ,« hépatique ». Il faudrait dans ce 
cas abadel, daouelfennel, steriel, avuel. De même priedel serait 
meilleur pour « conjugal » que priedus. A côté de ces adjec- 
tifs défectueux, le Geriadur en renferme d'autres très bien 
formés tels que c^nchel « marital », niorel « maritime », 
enreudel « nuptial », manac'bel « monacal », beJe^el « hiéra- 
tique », etc. Mais un Breton au courant des habitudes de sa 
langue ne se servira guère de tous ces adjectifs; pour traduire 
« des coquilles fluviales », « le commerce maritime », il dira 
kregin-sler, ar chemiuerxrvior et non pas kregin-steriel, ar chem- 
iver^^ iiiorel. 

b) remplacement fréquent des suffixes bretons par des suf- 
fixes français. — Je me réserve de traiter cette question en 
détail dans le paragraphe consacré à la francisation du voca- 
bulaire. 

c) Abandon de l'usage de l'infinitif comme substantif. — 
M. Vallée dans ses Retiiarqiies sur la formation des mots nou- 
veaux fait observer (p. 7) que cet emploi des infinitifs comme 
substantifs est courant, surtout avec eun, et il cite l'exemple 
oher eun ao^a d'eur benveg « faire une réparation à un outil » ; 
la collection de K. ar V. en fournirait un grand nombre 
d'autres : an adneve^i promesaou ar vadi^iant « le renouvelle- 
ment des vœux du baptême », an emouestla d'ar Werc'hei « la 
consécration (de soi-même) à la Vierge », an digrei::^a, an 
digrei^enna, an digerbenna « la décentralisation », etc. Dans le 
Geriadur de M. Jaff"rennou, 'iauï araokaat « progrès » (qui est 
un néologisme de M. Ernault '), je n'ai pas vu un seul de ces 
infinitifs employés substantivement. A « réparation » par 
exemple, il donne raparidige:^ qui est du charabia et non du 
breton; à « décentralisation », il domiQ digr et :{adeg qui n'est 
pas satisfaisant, et à « consécration » il donne kensakradure^ 
dont on peut se contenter pour « consécration en général » 
mais qui ne peut pas aller pour la « consécration volontaire 
de soi-même », an emouestla (Viûlée). 

d) Désorganisation du système des prépositions . — C'est, 
avec les suffixes, une des principales et des plus précieuses 

I. GwerTJou Bar^ ar Gouet^p. x. 



72 René Le Roux 

ressources de la langue bretonne.. « Le breton, de même que 
l'anglais, peut rendre à l'aide de ses prépositions une foule 
d'idées que le français doit exprimer à l'aide de verbes ou de 
mots abstraits. Cette faculté du breton permet de l'alléger de 
beaucoup de termes abstraits inutiles sans que l'expression 
perde quoi que ce soit de sa précision et de sa clarté. » (Val- 
lée, Remarques, p. 8). 

M. Jaffrennou donne quelques-uns de ces bretonismes 
mais il en passe sous silence des quantités d'autres parmi les 
quels je citerai : be^a da « devoir, falloir » ', be^a dindan 
{ao)i) « être sous l'empire de (la peur) », be^a dioH~ 
(f dépendre, être en accord, harmonie, rapport », be:(a diwar 
« provenir », be:(a en ht-all da « l'emporter sur », be^a evit 
« être capable de », be^agant, a être occupé de », be::a ou:^ 
« convenir», beiawar «être sur le point de % avoir l'intention 
de, devoir ^^has etidro « renvoyer >),kas ivar -raok « faireavan- 
cer », dastmn dhoar « conclure », lahaat da « employer, 
consacrer, changer + », mont da « devenir, se faire, se chan- 
ger, se transformer, se métamorphoser > », mont ebar~ 
« entrer », inoîit en-dro « fonctionner (en parlant d'une 
machine) », mont war raok « avancer », ober diou:;^ « suivre, 
imiter », en cm oher diou^ « s'accommoder, se conformer ^ », 
ober eus « appeler, nommer», o^^r evit « remplacer », ober gant 
« se servir de », ober ou:^^ « venir à bout de », ober luar-dro 
« soigner », rei:{a diou:(^ « s'accommoder ^ », r«:^a gant « adap- 

1. Voir les exemples donnés par M. Vallée dans ses Leçons éJcmeutaires 
de grammaire hretonne publiées dans le Clocher breton, p. 163 (Imprimerie 
Saint-Guillaume, Saint-Brieuc, 1902). 

2. An Ik'ol a oa iuar ^evel « le soleil était sur le point de se lever « (Le 
Moal, Pipi Gonto, I, p. 100). Voir Vallée, le brehm en quarante leçons, 
p. 140 (de la première édition). 

3. Vallée, Leçons élémentaires, p. 163. 

4. An arc'hant-ie a ve^o lakaet da «^cet argent sera employé, consacré à 
(K. ar V.); an ili-ou laket da varchosiou « les églises changées en écuries » 
(ibid.). 

5. Dilavar eo aet <( il est devenu muet » (ibid.), mont da ::^oudard, da 
leane^ « se faire soldat, religieuse » (ibid.) etc. 

6. Eni em oher diou:( an am^er « s'accommoder au temps, prendre le 
temps, comme il vient » (ibid.). 

7. N'bellan ket rei^a dioullhin « je ne puis m'accommodera son humeur n 
(Le Gon. Fr.-Br., p. 8). 



Prlil Larousse BicUni. 73 

ter "', sta^a da ou f;ant « commencer- » ; tenna digant 
« enlever, arracher, priver (quelqu'un de quelque chose) », 
tenna endro « retirer », teurel luar « attribuer à. », tremen hep 
« s'abstenir de, se priver de », etc., etc. 

2° Parti pris de franciser à outrance la langue dans son 
vocabulaire. 

La francisation de la langue bretonne se manifeste dans le 
Geriadur de trois façons différentes : a) par le remplacement 
pur et simple des termes bretons par leurs équivalents fran- 
çais ; — It) dans la dérivation, par la substitution fréquente 
des sufhxes français aux suffixes bretons ; — c) par la non- 
bretonisation d'un certain nombre de termes empruntés au 
français. 

i{) Remplacement des termes bretons par leurs équiva- 
lents français. — C'est par centaines que se chiffre le nombre 
des mots bretons que M. Jaffrennou omet de donner dans 
son Geriadur. Parmi ces mots il y en a un grand nombre qui 
sont encore d'un usage général ou peu s'en laut, d'autres qui 
se trouvent conservés uniquement dans tel ou tel dialecte ou 
sous-dialecte, enfin un certain nombre qui ont disparu de 
l'usage populaire mais qui ont été notés, avant leur dispari- 
tion, par les lexicographes des deux derniers siècles (Grégoire, 
Le Pelletier, Le Gonidec, Troude, Du Rusquec, etc.) et qui 
continuent à être employés sporadiquement dans la littéra- 
ture bretonne moderne, par les écrivains qui se piquent de 
purisme (Alan Durand, Henry, Vallée, Le Clerc, etc.). 

Tous ces termes^ — et il y en a, je le répète, des centaines 
— sont systématiquement remplacés par des mots empruntés 
au français ou au jargon franco-breton. Voici des exemples 
que je donne aussi copieux que possible, mais il est naturel- 
ment impossible de tout citer. A la suite de chaque exemple, 
je mets entre crochets les termes bretons omis par M, Jat- 
trennou. 

Page 19, appentis, apennti \lah, hardi, skiher]. 

1. Dlei e ve:[o relia an dra-i^e gant ar vogcr « il sera difficile d'adapter 
cela à la muraille » (ibid. p. 12). 

2. Staga da skriva « commencer à écrire » : staga gaul cal lahour « com- 
mencer un travail ». 



74 /?<';/£ Le Roux. 

P. 20, armoiries, armoriou [arâamc~wii\. 

P. 44, caractère, haraher [teinps-spered, K. ar V., tro-spered 
ibid. neui-spered ibid.]. 

P. 47. célébration, soJenniei \lidere(\. 
« , célébrer [une fête], solenni [lida\. 

P. 49, changement, chenchamant \kemmaden, kemmadur 
neve~adur, kildroad]. 

Ibid. changer, troka, chencha\eskenima, kemtna, trei, mont da, 
neve^i]. Le verbe kemma vit encore dans le proverbe suivant 
de Cornouaille qui m'a été signalé par M. Vallée, Doue a 
gemm an dilhad (pe ar gwiskaviant) dioch ar yenien. Trei et 
inofit da sont employés couramment dans le sens de « chan- 
ger, se changer, se transformer, se métamorphoser » : an 
doiir a droas e skorn « l'eau se changea en glace », trei furm ar 
gouarnamant « changer la forme du gouvernement » (K. ar 
V.), mont da gi pe da vran « se changer en chien ou en cor- 
beau », ibid.] 

P. 73, crucifier, kriisifia ]^staga ou:( ar groa:^, staga e kroa^, 
kroa:(siaga. Même les écrivains qui ne se piquent pas de 
purisme emploient généralement staga ou^ ar groa^ de préfé- 
rence à krnsifia. Ainsi l'abbé Morvan, Histor an Tcslamant 
roi ^}og an Testa niant neve~ (9^ édition, 1905), écrit : he staga 
OUI ^^' gfoaK « 1ê crucifier » (p. 247), ra ve^o staget oii^ ar 
groa:( « qu'il soit crucifié » (p. 248), Jésus staget ou~ ar 
groa^ « Jésus crucifié » (p. 250). De même l'abbé Caer, ar 
Pevar Aviel lakeat en unan, Brest, 1904, p. 321, 322, 324.J 

P. 84, déjà, dija [abenn-vreinan, abenn-neu':{e\. 

P. 85, déluge, diluch [livaden, livaden-venr : arc h Noe ne 
hensea:^ ket e livaden ar bed « l'arche de Noé ne fit pas nau- 
frage dans le déluge du monde )),(Alan Durand, Ar Fei^ hag 
Vro, p. xxi) ; tremenet 'neui^dreian livaden no spontu^ « il a livré 
passage à d'effrayants déluges » (Le Clerc, Ma beaj Jeru:{alem 
p. loi) ; relcgou eur sort aneval a :^o bet distrujet ar oiienn ane- 
:;rtn abaoue al livadenn-veur « les restes d'une espèce d'animal 
dont la race a été détruite depuis le déluge » (K. ar V.). De 
ce mot livaden, M. Jaffrennou aurait pu tirer un dérivé iiva- 
dennel « diluvien » et un composé raglivadennel « antédilu- 
vien » plus satisfaisants que diluchek (p. 97) et ragdichlaniad 
(p. i6)l. 



Pi'lil Laroif^sc Brclon. 75 

P. 89, dérailler, dirailla\diroudenna, diroudenni. Ce mot a été 
employé maintes et maintes fois dans K. ar V. colonnes Keleier 
eusar Fro, Keleier eus ar Bed boHn nouvelles du pays, nouvelles 
du monde entier. » Exemples : être Plougonver ha Kallak, e::^ens 
bel Iakael, a-dreu:^ d'an henl-houarn, eiir /)t'~ hoat da glask dirou- 
denna an Iren « entre Plougonver et Callac, on a mis en tra- 
vers de la voie terrée une pièce de bois pour essayer de faire 
dérailler le train » ; eun tren, oc'h ohcr eun ampron eus eur pont, 
a :^o bel dirondciinei « un train, faisant l'essai d'un pont, a 
déraillé ; eiir clnirr-traniiue, goiide diroudenni a-:{iwar e hent, 
a goue^as er ster Loar « un tramway, ayant déraillé, 
tomba dans la Loire ». On dit aussi, avec moins de précision, 
mont diiuar e hent : ar marc h du, aet diiuar e hent, a cachas 
en douar « la locomotive ayant déraillé, s'arrêta en terre 
(ibid.)J. 

P. 90, dérouler, diroula [dirolla, dirode}la\. 
P. 97, diffamation, ifamere:;^ \giuallvriidere:(, duere^]. 
P. 99, disparaître, disparisa [« disparaître » dans le sens de 
« s'évanouir », se dissiper », s'effacer », c'est steu^ia et teu:(i 
teu\ia a ra pep tra en dreimuel « tout disparaît à l'horizon » 
(An Hirvoudou, p. 95); ar furm a deu^as en er « la forme dis- 
parut en l'air » (K. ar F.) ; — « disparaître » dans le sens 
de « se cacher » c'est ku^a : an heol a giiy^as « le soleil dispa- 
rut (ibid.) ; an heol a guzas en dremwell « le soleil disparut à 
l'horizon » (ibid.). Enfin « disparaître » dans le sens de 
« s'anéantir », se perdre », « cesser d'exister », c'est mont da 
get, mont da netra. Par exemple, « les animaux disparus », en 
parlant des espèces fossiles » se rendra en breton par al loened 
aet da get, ou encore al loened aet diivar au douar, aet diwar ar 
hed, ou kollet ar ouenn ane:(0 (Fei:{^ ha Breii, 1907]). 
Ibid. dispos, dispo^ [diskui:(, yach, bagoï]. 
Ibid. disposer, dispo::i [Dans le sens « de préparer quel- 
qu'un à quelque chose, donner une propension vers ceci ou 
cela », tua et trei sont universellement employés. Exemples : 
ouspenn ma tenue ar saut (5. I^idor) benno~ Doue war an trevaj- 
ou, e tue ar goueriaded da ~evel entre^p breurie^ou-labour hanvet 
skodadon « non seulement le saint (saint Isidore) attirait la 
bénédiction divine sur les moissons, mais encore il disposait 



7é keiic Le Roux. 

les paysans à fonder des syndicats appelés skodadou » ; {K. ar 
V.) ; redeo lakaal eve:^ out, ar gerioii a implijer : dam a ■:^ehlant 
reduet da ampresta geriou i^allek « il fliut faire attention aux mots 
que l'on emploie : certains semblent trop disposés à emprun- 
ter des mots français » (ibid.) ; tuet mai evil ar ye:;^ « bien dis- 
posé pour la langue » (ibid.) ; tuei da labourât « disposé à tra- 
vailler »(ibid.); ne oan ket tiiet ka-er da boaniaJ « je n'étais 
pas très disposé à travailler rudement » (Y. Le Moal, Pipi 
Gonto, II, p. 33) ; troet da choarxin, d'en eni ganna (disposé à 
rire, à se battre » {K. ar F.) — Disposer, se disposer » dans 
le sens de « arranger, préparer, se préparer » se rend par ao:(a, 
rci:{a, pricnli, dan~en : d'ar c'houl:^ ma oa ar hotred yaouank tan- 
:;en mont 'tre^eJcKerwen « au moment où les jeunes garçons se 
disposaient à aller à Kerwen » (Y. le Moal, II, p. 33)]. 

Ibid. disposition, dispo^idigei [Dans le sens d' « aptitude » 
danve^: danve^ a :^oennan « il a des dispositions ; u une bonne 
disposition naturelle » se rendra par /// mat dre natur: mireî 
ha giueJlaat hement tu mat dre natur a gaver en ene ar Vretoned 
« conserver et cultiver toutes les bonnes 'dispositions natu- 
-elles que l'on trouve dans l'âme des Bretons » (A^. ar F.) 

P. 100, diversité, gwariantcd, variant [di~nnvanded : di~!in- 
vanded ar poblou dastumet dindan an hevelep gco « la diversité 
des peuples rassemblés sous le même joug » (Vallée, Notennou 
diivar-benn ar Gelted ko::;^, ch, I, p. 21)]. 

P. 102, dôme, dom \bol^, bol^enn, toeyi vol^ennet : ivar an tu 
deo, e welomp bol~ ili^ ar Be Santel « à droite, nous voyons le 
dôme de l'église du Saint-Sépulcre » (L. Le Clerc, Ma Beaj 
Jeru~alem, p. 156) ; ou:( bol:^ moskcen Omar hag ou^^ hini ar Be 
Santel ech omp sellet « nous contemplons le dôme de la mos- 
quée d'Omar et celui du Saint-Sépulcre » (id. p. 265); ar 
gaer sanlel a :i^iskoc d'in, en tu-all da draouieu Jo:{afat, be mogerio 
uhel, be bol^io hag be ^ourio kelchet « la ville sainte déploie 
devant moi, de l'autre côté de la vallée de Josaphat, ses hautes 
murailles, ses dômes et ses tours circulaires » (id. p. 280)]. 

P. 103, doubler, doidda [« doubler un nombre » daougemen- 
ti ; « doubler un cap » Irenwii cur bcg-douar, Grégoire, Fr.-Br. 
p. 304.] 

P. 104, dresser, dresa[<.<- dresser (lever, tenir droit) » sevel. 



Pelil Larousse Bit: ton. 77 

soiiiiiia; « dresser (dégauchir) » eiina, kompe:[a ; « dresser (ar- 
ranger) )j ao^a, keinpenn ; dresser un animal, embreger, diski 
eul loen, Greg. p. 307.] 

P. 106, échange, trok, chench [eskeinm : ar Maroh a on bel 
roét da ren d'ar Fraiisi^ien en eskemm da Zouar-Nevc~ a :^o aet 
gant ar Zoo^on « le Maroc avait été abandonné à l'influence 
française en échange de [Terre-Neuve laissée aux Anglais « 
{K. ar V.)] 

P. 112, embarquer, rtw/'âîr/a [leslra, baga], 

Ibid. embarquement, ambàrkamant [lestrere~, bagerei]. 

P. 117, encourager, rei konracb [rei kahn, kahvwkaat, ken- 
Iraoui, brouda, mr:^a\. 

P. 120, enterrer, inlerri [donara, berfdi]. 

P. 122, entreprise, ciitreprena)i~ \taol krog, cmbregerei: eni- 
bregere:^ioHbras a gcnwer:;^ a rac ber:^ luar bon aochou « de grandes 
entreprises commerciales prospéraient sur nos rivages » (/f. 
ar r.)] 

Ibid. entrer, antrcal [mont cbar:{, doit ebar~, mont tre, dont 
tre\. 

P. 130, étourderie, intonrdiri [dieveited : niouget e oant bet 
holl, c-krei:; chonsk, gant nioged eur jorni^el doa le^et war 
eluni dre ■^ie.ve:{tcd « ils avaient été tous asphyxiés, au milieu de 
leur sommeil, par les émanations d'un poêle qu'ils avaient 
laissé allumé par étourderie » (A", ar V.y\ 

Ibid. étranger, csfren, estranjonr [Il n'y a pas moins de cinq 
mots, en breton moderne, pour dire « étranger ». Pourquoi 
choisir les moins bretons et passer sous silence divroad, dia- 
ve^iad, ernie~iad ?]. 

P. 135, exprimer, esprhna [displega : lieokct mat lavaret eo 
ar bre:(oneg re verr evit tapout da :^isplega an holl venno:(iou « il 
n'est pas vrai de dire que le breton ne peut arriver à exprimer 
toutes les idées » (Abbé Le Clerc dans K. ar F.) ; eur bre- 
loneg rei:{ hag uhel, gouest da :^isplega kenkouli hag ar gallegy 
holl venno:^wn an am::er-vreman « un breton correct et élevé, 
capable d'exprimer aussi bien que le français toutes les idées 
modernes « (F. Vallée dans K. ar F.). On se sert encore de 
liva, splanna : liva nienno:(ioH diniver ar spered « exprimer les 
pensées innombrables de l'esprit ^'i (Notennou, ch. \'I, p. 20); 



78 kciié Le kotix. 

splanna a reas he laouenidige:^ « elle exprima sa joie » (id. ch. 
X, p. 16)]. 

Ibid. expulser, diloja [argas : krog e ver da argas dion^Fran^ 
an holl relijiii^ed a rae an deskadurei « on commence à expul- 
ser de France toutes les congrégations enseignantes » {K. ar 

^•)] 

Ibid. expulsion, dilojidigi\ [argasade)} : argasadennou leane^ed 

« des expulsions de sœurs >i{K. ar F.)] 

P. 137, fait, /^^ [«fait (événement, circonstance) » dar- 
voud; « fait (action) » oher, taol. Oher kacr, taol kaer, taol har- 
di^ « haut fait » ; n'eo ht cnn taol soue:{Us « ce n'est pas un fait 
extraordinaire » (K. ar F.) ; paka eu! laer e gwall-ober « pren- 
dre un voleur sur le fait » (Vallée, Notennou, II, p. 19)]. 

P. 143, flanc, kroa~ell, flanJi [liroar^ell est breton mais signi- 
fie « rein, lombe, hanche » et non pas « flanc. » Le flanc d'un 
homme ou d'un animal, c'est koslc^ ou encore, au pluriel, 
koslou : marc h a rend ouch ar c'hentron, a rà gaou hra:;^ d'e gos- 
tou « cheval qui résiste aux éperons, fait grand tort à ses 
flancs » (Alan Durand, Ar Fei:^ hag ar Vro, p. 71); le flanc 
d'une montagne, d'une colline, etc., c'est tor, bri, krab: brian 
tornaod « le flanc de la falaise » (Goulven Morvan) ; le flanc 
d'une vallée, c'est pantenn eun draouienn (Tréguier)]. 

P. 145, {ondaieur, fonda tour [dia^cier : giuir dia:^e:^erien Brei':^ 
« les vrais fondateurs de la Bretagne » (TT. ar F.) ; iinaji eus 
dia:;;e:;;erieii Kevredige\ broadel Brei^ « un des fondateurs de 
l'Union régionaliste bretonne » (id.)] 

b. 146, format, funnent [C'est du jargon. Pour « format 
d'un livre », un Breton dira tout simplement ment eiiJ levr\. 

Ibid. fortune, fortnn [« fortune (richesse) » danve^, niadou, 
glad ; « fortune (succès) » fer- ; « mauvaise fortune (mal- 
heur) » droug-enr, ren::^ ; « bonne fortune (bonheur) » eur, 
eurvad ; « fortune, (cas fortuit, hasard, destin^ » digoue:^, chans, 
darvoud, tonkadii?-]. 

P. 154, géant, jigant [ramps, ram\, langouineg '] . 

P. 156, girouette, jilouet [^KÀblenn]. 



I. On pourrait aussi se servir du moyeu-brctou eiiqucle^r qui serait eiik- 
der en breton moderne. 



Pli il Larousse Ihcloii. 79 

P. 172, hypocrisie, impohrilach [Pourquoi ne pas donner 
pilpou:(ere:( qui est connu et tout de même un peu plus breton 
que hupokritach ?] 

Ibid. icône, lii)tach [skcndoiii : speurm ar skeudenno « l'ico- 
nostase » (Le Clerc, Ma Beaj jL'ru::aJem, p. 279)]. 

P. 199, liquidateur, Ukidaloiir \arcbanier (K. ar V.y\ 

P. 207, matière, maleri [danve:{\. 

P. 220, naturel, nainral [Emprunt inutile. Une caverne 
naturelle, un goût naturel se diront enr cheo-nalure, eur vla^ 
dre natur. Natur s'emploie aussi adverbialement : nalnr eo 
d'e:(a7i he~a pi::^ « il est naturellement avare. »] 

P. 224, nul, niiill Ididalvc::^, didalvoud : pa vtT^ didalvoud ar 
votadeg « lorsque l'élection est nulle » (A", ar F.J] 

Ibid. nullité, mnUeulc \didalvoiidcge~\. 

P. 225, obstination, oslinaiiiant\pennege::;]. 

P. 226, oftenser, ofansi [dismcgansi] 

P. 237, partir, partial [mont huit, iiionl en hent, mont eus a, 
dilechia ; en parlant d'un coup de feu, mont eniiea:(, iar^a]. 

P. 255, postal, postal [Emprunt inutile. On dit nnvanie'^ 
post ar hed « l'union postale universelle », karten-bost « carte 
postale », pahaden-host « colis postal », servij-post « service 
postal ». Meneg a ^0 d'ober enr servij-post tieve:(^ dre nijere^fd « il 
est question d'organiser un nouveau service postal par aéro- 
roplanes » (A^ ar V.)\ 

P. 269, rabais, rabad [digresk, diskar, distol, diskenn a bri:( 
{K.ar F.), diskenn-pri:{{\\i'n\..^\ 

P. 278, réduire, renti [« réduire (contraindre) " redia, la- 
kaat da ; « réduire (soumettre) )) trechi, kabestra, penvestra ; 
« réduire à néant » lakaat da netra, kas da netra, da get ; 
« réduire à l'aumône » kas d'an aln:;en, lakaat da vont da 
glask evoued ; « réduire (diminuer de volume) » bihanaat , 
disteraat, koa:(a; « réduire (abaisser le prix d'un- objet) » i:(- 
elaal; prix réduit, pri:(-i:(elaet, hanter-bri:{ (A. ar V.); enr pri^ 
i:;^elaet eo, groet hepken evit an daon chant prener kenta « c'est un 
prix réduit, fixé seulement pour les deux cents premiers ache- 
teurs » {id.^; beachon hanter-bri^ evit ar gouelioii « des voyages 
à prix réduit pour les fêtes » (/J.) — « Se réduire (se sou- 
mettre) » plega da.'\ 



8o René Le Roux. 

P. 282, remplacer, ràmpJasi [oher evit:an tioter a raio evi- 
doiiip « le notaire nous remplacera « (Vallée, Leçons élémen- 
taires de grainnunre bretonne, p. 179)] 

P. 296, salon, salon [Emprunt inutile ; sali est presque par- 
tout employé dans -le sens de « saloii ».] 

P. 303, servir, servija [L'emploi de ce verbe ne peut guère 
se tolérer que dans le sens de « être à un maître comme domes- 
tique ». Pour rendre les autres sens du français « servir », 
un Breton un peu au courant des ressources de sa langue 
aura recours à d'autres mots. Exemples : « servir » dans le 
sens de « tenir lieu, faire l'office de » se rendra par ialvont, 
talve^out; la phrase donnée par l'abbé Morvan à la page 188 
de son Histor an Testaniant co^hag Testaniant neve:{, etir ve^en a 
hehini ar scourrou a ■^^ervich da clolud d\il lahonsed « un arbre 
dont les branches servent de perchoir aux oiseaux », est un 
bon exemple de ce que les paysans bretons du temps de Gré- 
goire de Rostrenen appelaient bre^onec beleien, bre:^onec tud- 
jentil « du breton de prêtres ou de gentilshommes » : on dira 
d'une façon plus bretonne et plus correcte eur ive^enn e talv ar 
skourrou ane^i da glud d'aï labonsed, « Servir les bouches à 
feu » se dira ober cfi-dro d'ar chanoliou. « Se servir de (em- 
ployer, faire usage de, utiliser) » se rendra par ober gant, ober 
e vad eus, lakaat da dalvexput. Etc. 

P. 304, signification, sinifians, ester [talvotidegei, ster (Tré- 
guier). Le gallois yslyr existant en trécorois sous une forme 
authentiquement bretonne, les mots fantaisistes ester eienebes- 
ter (p. 65) sont inadmissibles]. 

P. 304, signifier, sinifia, [talvout, lalvouf da lavaret, tairont 
kement ha. Voir Vallée, Geriou keuniraek ha bre:^onek dastunwt ha 
lakaet kenver-ha-kenver (Saint-Brieuc, 1903) p. 8, note i ; 
p. 13, note I ; Notennou, ch. X, p. 4, note]. 

P. 306, sobre, moderet [dilontek]. 

P. 317, taciturne, soured[tavedek.] 

» tailler, tailla [tronc ha, bena ; « un homme bien 
taillé « se dira eun den a drouchad iinil, enn îrouc'had mal a 
;^£« ; « tailler la pierre » bena mtin\. 

P. 320, tempérance, temperanxXdilontege::^]. 

P. 322, tumulus, tnninlns [knig, krngel]. 



Pelil Larousse Bidon 81 

b) Emploi poussé jusqu'à l'abus, dans la dérivation, des 
suffixes français -a/;/, -ach, -ans, -ant, -amanl -ard, -ente:(, -ente '. 
— Depuis un siècle, lexicographes et écrivains bretons s'ef- 
forcent de limiter l'usage de ces suffixes à un petit nombre de 
mots et donnent, autant que possible, la préférence à des suf- 
fixes vraiment bretons, M. Jaffrennou fiiit tout le contraire. 
On pourrait citer des centaines d'exemples. En voici quelques- 
uns seulement : 

-abl . M. Jaffrennou donne : « divisible « rannahl, « inabor- 
dable » diahordabl, « inaccommodable » diakoinodabl, « inac- 
cordable » diahordabl^ « inadmissible » diresevabl, « inalié- 
nable )) dhucfxabi, « inapercevable » diwelabl, « incalculable » 
digalkulabl, « indicible » dilavarabl, etc. 

Le Gonidec donne : rannu\, dinesaii^, (et didostauz), diaoïux^, 
di:(tinvanui, di^igenierUy, diweriu:^, diveriit:^, diniverUy, dilava- 
ru:^, etc. 

Assurément l'emploi du suffixe -us pour rendre le français 
-able, -ible, prête à critique. Néanmoins il aurait encore mieux 
valu s'en servir que de créer, comme l'a fait l'auteur du 
Geriadur, des kyrielles d'adjectifs qui sont du vrai charabia. 
A l'insuffisance de ce suffixe on pouvait d'ailleurs suppléer 
dans une certaine mesure par l'emploi du préfixe he-. Des 
néologismes tels que herann « divisible », heiuer:^ ^ « vendable », 
hewel « visible » seront compris, sans trop de peine, de tout 
le monde ; ils se prêtent en outre à la formation de substan- 
tifs dérivés tels que herannder « divisibilité », hciverT^der « ven- 
dabilité », hewelder « visibilité ». 

-ach. L'auteur du « Petit Larousse breton » donne : « abâ- 
tardissement » bastardiach, « absolutisme » pcurvesîroniach, 
« affilage » lemmach, « bornage » bounach « crénelage » kranel- 
lach, « doctorat » doktorach, « épiscopat » eskobiach, « esclavage » 
sklavach, « forage » tonllach, « glanage » teskaouach, tochaîach, 
« graissage » lardach, « hersage » ogedacb, « intimité » migno- 

1. « -ciiU-(7.) est, au moins en partie, celtique. 

2. M. Ernault, qui a eu la bonté de relire les feuilles manuscrites de cet 
article, me fait remarquer que heweri existe (cf. Gloss. 315), avec son con- 
traire dihewer:;^. 

Revue Celtique, XXXV l. 6 



82 Hciié Le koux. 

fiiach, (f lambrissage » « lambruskach, « papauté » pabach, « par- 
tage » lodetinncb, « patronat »paeronncich, « pilotage » lonmnach, etc. 

A ces mots s'opposent les formes suivantes données par nos 
meilleurs lexicographes et écrivains : gwastere^ (Le Gon . et 
gwastadur), nicstroiiiei (id.), lemirtidige- (Grégoire, aussi letn- 
madnr, leniniadiire:^), bevennere^ (Le Gon.), kranelkre^ (i*^-)? 
dohorelei(y2L\\éé), eskopded ÇGrég.^, sklavere^ (Le Gon. Vallée, 
etc.), toulhrei (Le Gon., et toulladiir), teskaouerei, tochatere\ 
(id.), /arrft'rr'^ (id.), ogederei{\à.^, 7;«V;/o;//V~ (Ernault), lam- 
brushaditr (Le Gon. addition de La Villemarqué), pabeh^ 
(Vallée), raunidigei (Le Gon. Vallée, Le Moal, etc.), paeroniei 
(Vallée), lomaniez^ (Le Gon.) ^llomanere^ (ibid.), etc. 

-ans. On trouve dans le Gcriodur : « incrédulité » diskredan::^, 
« indépendance » di::;epantan^, « insouciance » di::^oursian::;^, 
ft insoumission » disoiimetaff:^, « entremise, médiation » han- 
leronran:;^, « oisiveté » diokHpcni:^, etc. 

au lieu des formes connues et employées qui suivent : 

diskredoni, frafiM^, dibreder, di:;^entîdige/^, hanterotirie:(, le:(irege^. 

-ant, -amanl. Le Geriadur donne . « difficulté « die:^amant, 
« errant » baleatit, « externe » diavaeiand, « indépendant » di^e- 
pant, « intempérie» direi:(amant , « observance » miramant, etc. 

au lieu de : 

diêsder (Vallée), haher (La Vill.), diavi^iad (Le Gon.), dis- 
tag, direi;^der, miridige^. Il faut reconnaître cependant que le 
suffixe -ant peut parfois être celtique. 

-ard. « grognard » skragnard, au lieu de skragner. 

-entci, -ente. M. Jaflrennou donne : « antiquité » ko^cnte^ 
« avarice » pi:{enk, « hérédité » herente, « impureté » diburente, 
« inaliénabilité » dnuet^abJenie, « indifférence » divanierente, 
« relâchement » laoskenle, etc. Quelques-uns de ces mots (par 
exemple, laoskente^, usités en moyen-breton, sont acceptables; 
mais diburente, diweriablenie sont des monstres. On peut pré- 
férer : 

koT^der (\'allée), pi:;^der (Le Gon.), /;tTt'/t'~ (Vallée), dichlan- 
ded (Le Gon.), dkuer:{idigei ou diroïdige:^ (i^O? di\eb]anler ' 
(Vall.). 

I. L'«( inditlérencc passive » se dit en trécorois a! h-~-ol>cr. 



Prlll L(iioii>.St- Breton. 83 

c) Non bretonisation de certains termes empruntés au fran- 
çais. - A côté de bon nombre de mots correctement et régu- 
lièrement bretonisés, tch que loiipi'ii « loupe » Çïnsir.),iiioskt'en 
« mosquée » (Le Clerc), pamhileii « pendule », on s'étonne 
d'en trouxer d'autres qui n'ont subi aucune bretonisation. 
Tels sont, par exemple, karavan « caravane », koi/iiiiiiii «com- 
mune », jilouel « girouette », au lieu de karavancn (Le Clerc, 
Ma bcaj Jcni:{iih'i)i, p. 103, etc.), konmioi (pclra eo cl)Oiiec'h 
kani koniiiHCHn (•-sko{i~ iFcnrJra-i'tni gner} « qu'est-ce que six cents 
communes à côté d'une belle phrase ? » Tanguy Malmanche, 
Spered ar Vro, p. m), jiloueU'u (d'oîi, en trécorois, le verbe 
jilouelcnni : jUaucImni t)//~ an avcl « tourner comme une 
girouette auvent », K. ar F.). 

Signalons aussi, p. 104, ihvmcdal « dromadaire » au lieu de 
drciiiedal . 

Par contre M. Jaffrennou a eu raison de donner, p. 334, 
la forme trécoroise bagon « wagon », plus bretonisée et par 
suite meilleure que le léonard vagon '. 

3° Parti pris de négliger presque tout ce qui a été tait jus- 
qu'ici pour la culture et le perfectionnement du breton. 

La Villemarqué dans ses additions aux Dictionnaires de Le 
Gonidec, M. Vallée dans les nombreux articles qu'il a publiés 
dans Kroa^^ ar Vretoncd, d'autres écrivains encore tant du 
xix'^ siècle que des premières années du xx.'-' siècle, ont créé 
un grand nombre de néologismes destinés à combler les 
lacunes que présente la langue bretonne actuelle. Parmi ces 
« mots nouveaux » Çgcrioii )ic'vei), il y en a beaucoup d'excel- 
lents qui mériteraient, non pas seulement d'être signalés, 
mais encore d'être définitivement adoptés. M. JafîVennou en 
cite quelques-uns, un très petit nombre; par exemple: aerbouc- 

I. A propos du trécorois bagou, M. iM'uault m'envoie la note suivante : 
« La bretonisation est souhaitable en elle-même, mais elle a quelquefois 
des inconvénients, et bagon en offre un exemple. L'hésitation entre eur 
bagon et eur vagon produit nécessairement une incertitude sur le genre. Il 
résulte aussi de ce système, qu'on confondra deux emprunts français, l'un 
ayant originairement b-, l'autre l'ayant pris par analogie, au lieu dez'-. Et 
puis, si V- est déclaré instable, ce n'est pas seulement /'- qui est appelé à le 
remplacer, c'est aussi m-, et (en Léon) gia. » 



84 ^''»^' Le Roux. 

ler « baromètre » (La Vill.), hnganei « allitération » (id. 
imité du gallois), la^di « abattoir » (Le Clerc), mirdl 
« musée » (id.), Judii-men " phosphate fossile » (Bourgeois), 
knn-plen « plaint chant » (Henry), chonaticrc; « chouannerie » 
(Vall.), aerkslr « aérostat » (id.). Les autres, le plus grand 
no.mbre, il les passe sous silence et les remplace, la plupart 
du temps, par des néologismes de son cru qui sont bien loin 
de les valoir. 

Parmi les néologismes de La Villemarqué, ou catalogués 
par La Villemarqué, dont je ne vois pas trace dans le Geriadur, 
je citerai (les mots des listes qui suivent sont classés autant que 
possible d'après le sens) : 

arclmnti « banque » (édifice), soudarîi «■ caserne », leordi 
« bibliothèque»', kelcheiiva « amphithéâtre », post-arone^ 
« obélisque », gwer:;di « factorerie», rann-ti « appartement», 
bar^ennen- spagn « espagnolette », tan-hari « garde-feu », dista- 
ncr « écran », gourve:;^-vank « canapé », hantolor-harreh a can- 
délabre », hantohr-skûiirrct « lustre », hmedou-barreh «besicles», 
traou-netra (■<■ bagatelles », berlinen, karrous a Ferlin «berline», 
karr-skanvek «char-à-bancs», lestr-taner « brûlot »,diaraoger 
« éclaireur », hùbregoner « cuirassier », bnrhivisk « brassard » 
(armure), taol-gan, skeiil-gan « gamme », da)ievell-gan « réci- 
tatif», chan-arvest « entr'acte », skeudeim-leac'bioii « décors » 
(de théâtre), iaolenner « décorateur » (de théâtres, d'apparte- 
ments), Iredan « électricité » (emprunt au gallois), iredana 
«< électriser », keitgornck « équilatéral », hirgeJc'h ellipse » 
(géométrie), kenson « consonance », tro-goant « galbe », tro- 
lincn « calque », trolineinia « calquer », pellaen « aberration» 
(astronomie), hueldad «patriarche », rodig-heol «auréole », 
marcheg-baleer « chevalier errant », den-inarch « centaure », 
pcrchen-aoïir « capitaliste », pren-ba-gu'ery « spéculation », 
gu'er:(-archant « banque » (commerce), iechedonrici « hygiène», 
breac'hidigey « vaccination », bircljorto:(idige:;^ « longanimité », 
kcnii'allerc:^ «complicité », gwadgi « limier » (imité du gallois), 

I. M. Jaffrennou donne /é-o/v//' à « librairie ». Par suite, il se croit obligé 
de forger pour « bibliothèque » un leoivirJi « musée de livres » qui n'a 
guère de chances d'être accepté. 



Priil J.aioiissc Breton. 85 

milgî « lévrier >> (emprunt au gallois), blei:^brorh « hyène », 
karo-inenr « élan », etc. 

Néologismes de M. Vallée. — pondalei a-~iavac::^ « balcon », 
solieradur « étage », slal-diskoiiei « boutique d'exposant », 
diskoue::^adeg « exposition », bodadcg, enivodadeg « assemblée, 
réunion, meeting », dilennadeg « élection », trcvadenn, advro- 
adenn « colonie, entreprise décolonisation »,votadenn « vote », 
votere:;^ hollek « suffrage universel », enebere:^ « résistance », 
en:^eUere~ » contrôle », cniretwie::, cnirciyerei^ « autonomie », 
emrenadur « home-rule », emla:^en\ « suicide », oberere:^, oheri- 
dige^ " fabrication », niinistrere- « ministère » ', le-enn-reti 
« constitution », hryei:^adur « police », soncre:^ « musique », 
nijerc- (masc.) « aviation », )i!/en\ (fém.) « aéroplane », karr- 
dre-dan « automobile », peUenn-droad « foot-ball », skriverc::^ 
« machine à écrire ", nioue:{skrivere~, kancrc:;^ « phonographe », 
letern-skcudoiHerc:;^ « lanterne à projections », gh\en}iere{ « pul- 
vérisateur », karr glaon-douar « tender », tren herriek « express », 
haix penn-linenn « buttoir », lestr-hohregoii « cuirassé », lestr- 
morreder « croiseur », lestr-splnjer « sous-marin », lestr-mor- 
drei^er « transatlantique », bag-iiioruere::^ « morutier », bag-Ie- 
gestrere':^ « bateau pour la pèche aux homards », pistolenn-dro 
« revolver », kkmvdi-red « ambulance », orfalenn-gm^eà! 
« fil téléphonique »,orjaknn dindan-nior a câble sous-marin », 
aroue^^ere:^ diorjalenn « appareil de télégraphie sans fil », reola- 
diir metrek « système métrique », ira-eiivor « souvenir » 
(objet), taoknn-envor « plaque commémorative », aroiie~-trec'h 
« trophée », lechiadur « emplacement, situation », klo:;adur 
« conclusion », taolenn-îusk « marbre mobile » (de la presse 
à imprimer) Ji\ereiinaditr « composition » (imprimerie), poue^- 
)iione~ " accent », lieskciiienli « multiplier », iinanivregiex^ 
« monogamie », rai-eskern « phosphate », den-meur, brexelour- 
meitr « héros », bekg louer « prêtre assermenté », broadeler 
(c nationaliste », kevredeJer « unioniste », gwerineler « démo- 
crate », perchenn-Diadoii « capitaliste », den divadon « prolé- 
taire -, diskrog labour, diskrogadeg-labour, distagadeg-Iaboiir, 



1. Ar iiiinistrere:;;^ d'an traou « chute du ministère » (K. ar V.). 

2. Eiiebadeg an diui divadou ou^ ar herc'henned-vadou « la lutte du prolé- 
tariat contre le capital » (A', ar V .). 



86 Rciié Le Roux. 

dik^adeg-Jabour « grève », diskregi diou:( e labour, diou^ al 
labour « faire grève », boutineler « socialiste », hréi':^enner « cen- 
tralisateur y>, tredaner « électricien », nijer « aviateur », kela- 
ouemier « journaliste », en:^eUer /< inspecteur », diskoiie~er 
« exposant », etc. - 

Autres écrivains. — stcren-red « planète » (Le Gon.), steren- 
diloch « étoile fixe » (id.), henblanedcn « satellite » (id.)> bron- 
neg « mammifère » (id.), horolach-dourn « montre » (id.), 
eurier « montre » (G. Le Prat ?), horolach-simiual « pendule » 
(iT. ar V.\ aradennad-mene:^iou « chaîne de montagnes » (G. 
Milin), hnipredad « contemporain » (subs. Combeau), karr- 
stlejer « locomotive » (\d.^, goitlakadtir ' « hypothèse » (Le 
Fustec })la~-kaiia « chœur » ^ (T. Le Garrec), barner-cnklas- 
kcr « juge d'instruction » (Bourgeois), leour « juré » (id.), 
holen-treinp « nitrate de soude » (id.), delouen > « statue » 
(Herrieu), liiiennekaat « styliser + (Ernault), bag-sachere:;^ 
« remorqueur » (Le Clerc), luneden hir-ivel « longue-vue » 
(id.), aotreeg « licencié » (id.), kroa~eg « croisé » (id.), kroa- 
ladeg « croisade » (id.), toiill-diskarg (ettr i)iene:^-tan) « cra- 
tère » (d'un volcan, id.), pilligou-diskoueg (eun hent-houani) 
« disques à signaux » (d'un chemin de fer, Courrier du Finis- 
tère, K. ar F.), karr-avel, karr-nij « aéroplane » {Fei~^ ha Brei:^, 
1907), bol^-efwr « arc-de-triomphe » (ibid.), karo-erch « ren- 
ne » (ibid.), dourvarch « hippopotame >> (ibid.), frikorneg 
« rhinocéros » (ibid.), olifant hirvlevek « mammouth », oli- 
fant amerikan, olifant an Ohio « mastodonte », etc. >. 

1. « GoHÎakadnr esl d'une hardiesse excessive, o-o»- n'étant plus vivant, 
ni lakaetur usité. » (Note de M. Ernault.) 

2. M. Jaffrennou donne Ia~-kana à « orphéon », mais Ja^-kana anele:^ 
signifie « le chœur des anges » et non pas « l'orphéon céleste. » 

3. « Delouen n'a, je crois, aucun appui réel dans la langue vivante, ni en 
moyen-breton. Il peut cependant être utile, mais sous la forme deliuen. » 
(Note de M. Ernault.) 

4. Ce verbe a été employé pour la première fois dans les Notennou, ch. 
vu, p. I). 

5. Pas plus que les deux précédentes, cette liste n'a la prétention d'être 
complète. Telles qu'elles sont, elles suffisent cependant à donner une idée 
des lacunes que présente le « Larousse breton ». 



Pi'lit hirnnssc Breton. Sj 

A tous ces mots qu'il ne donne pas, et à bien d'autres 
encore, M. Jaffrennou supplée de trois façons : 

1° en faisant appel au français : hanq « banque », kuraser 
« cuirassier », gamin « gamme », clips c ellipse », kalk 
:< calque », paladin « paladin », koloni « colonie », niitiistaer 
« ministère » aksent « accent », keur u chœur », lisansict 
« licencié », rcnn « renne », etc. 

2° en recourant au patois franco-breton : hre^'hard « bras- 
sard », dcmcuian~ « appartement », paradiir, dchyran- « décor, 
décoration », parer, dckorer « décorateur », fahrikere:;^ « fabri- 
cation », baJean:(^ kJanvouricn « ambulance », plasamant « em- 
placement », kewpo~adcn « composition », diskiie~ant « expo- 
sant », romiiueu, pladien « disque », etc. 

3° en forgeant des néologismes tels que : tanhiched « feu- 
éclairs », c'est-à-dire « électricité », aeniijere^ « machine pour 
voler [admirons la précision] dans l'air » autrement dit « aéro- 
plane », konergarer « amateur de paysan » c'est-à-dire « démo- 
crate » dit M. Jaffrennou, koiicria « démocratiser » et kouerio- 
«/V^« démocratie » (toujours de kouer « paysan » ; lesouvriers, 
qui sont l'élément le plus intelligent, le plus instruit et le plus 
actif des démocraties modernes, en sont exclus par l'auteur 
du « Larousse breton »), hcdoni « géographie ' » (de bcd 
« monde » ; comment dira-t-on alors « cosmographie » ?), 
cimiilonie' « entomologie » (de chouil « scarabée »), unau- 
benuagie- « individualisme » de unan-bennag « quelqu'un »), 
tadiouach « patriarcat » (de tad-iou « trisaïeul - '»), etc., etc. 
Tous les néologismes de M. Jaffrennou ne sont pas aussi 
divertissants que ceux-là. Mais presque tous sont aussi défec- 
tueux. C'est un sabotage à peu près complet de la langue. 

Dans bien des cas l'auteur du Gcriadur ne supplée pas du 
tout aux lacunes que lui vaut son ignorance volontaire (ou 
involontaire) des travaux de ses prédécesseurs et de ses con- 
temporains. C'est ainsi que dans un ouvrage qui a la prétention 

1. M. Vallée, dans A', ar. V., s'est ser\i de douaronie:^. 

2. Pourquoi ne pas adopter hiuUad (Le Gon. Br.-Fr. addition de La 
Vill.) et en tirer le dérivé hiieUadeh':;;^ ? « Hueldad est une heureuse imita- 
tion du gallois tuheldad » (E. Ernault). 



88 René Le Roux. 

bien injustifiée d'être le Petit Larousse breton, on s'étonne de 
ne point trouver des centaines de mots très importants qui 
figurent dans le Petit Larousse français et qui ont^ bon nombre 
d'entre eux, des équivalents bretons, soit dans la langue popu- 
laire, soit dans celle des lettrés. N'y cherchez pas, par exemple, 
les noms des machines agricoles, « faucheuse » tronc here^, 
« moissonneuse » niedere^, « semeuse » haderCy, « écrémeuse » 
digoaveiinere:^, etc.' ; n'y cherchez pas l'automobile, harr- 
dre-dan (Vallée), karr-dige^ek (Pronost), ni la locomotive qui 
a, en breton populaire, au moins trois noms march du, ka:;eg 
du, march-tan, sans compter ceux qu'elle porte dans les 
ouvrages des lettrés, karr-stkjer (Combeau), stJejerei (Vallée^). 
N'y cherchez pas non plus les noms de l'autruche, de l'hippo- 
potame et du rhinocéros, bêtes de poids cependant, et juste- 
ment célèbres. En revanche, M. Jaffrennou mentionne un 
animal beaucoup plus léger et de moindre réputation, le chacal, 
qui est, suivant lui, eul louarn goue:^^ « un renard sauvage » ! 

Remarques additionnelles. — M. Jaffrennou n'hésite pas à 
créer des néologismes là où le besoin ne s'en fait pas sentir. 
C'est ainsi, par exemple, que pour « doctrine » il forge givi- 
:^iegoni alors que c'est un des sens de kelennadurc~, que pour 
« maternité », « microscope », il fabrique mamuiidige::^, bihan- 
lueîaouer, au lieu de noter simplement mammelei (donné par 
Le Gon.), luneden-grcski (employé par l'abbé Caer, Fei:;^ ha 
Brei:^ 1907). 

A d'autres endroits au contraire, l'auteur du Petit Larousse 
breton se refuse à créer des néologismes, là où il aurait pu le 
faire sans inconvénient et même avec avantage. Pour « poly- 
chrome», « polygonal », « polypode » il donne a vêtira Hou, 
a veur a gorn, a veur a droad alors que des composés tels que 
liesîwek, lieskornek, liesiroadek auraient été facilement compris 
de tout le monde. 

4° Incapacité presque absolue de distinguer les formes alté- 



1 . On trouvera un grand nombre de ces noms de macliines agricoles 
dans la collection de Kroa:( ar Vretoned. 

2. Stlejere'-sikoia- « locomotive de secours » (A', ar V.). Dans ces derniers 
temps stlejere:^ a été employé plusieurs fois dans ce journal avec le sens de 
« moteur ». 



Priil Larousse Breton. 89 

rces des formes correctes, les termes populaciers et bas des 
termes élevés. 

Il y a quelques exceptions. C'est ainsi qu'à « écureuil », 
M. Jatfrennou donne gwinvcr qui est, en effet, plus ancien et 
meilleur que gwiber. Mais à « nébuleux », « récif », il don- 
nera goabrek, garrek, au lieu de koabrek, karrek. Mais c'est d\ir- 
goiiIoH, forme défectueuse, qu'il tirera les dérivés argoulel 
« dotal », argonladiir « dotation », argoida « doter ». A 
« humble », « humilité », il donnera vuel, vneîder ' qui 
n'ont jamais existé que dans l'imagination de La Villemar- 
qué, au lieu des véritables formes iivel, uveJdcr qu'il n'ignore 
pas cependant puisqu'on les trouve ailleurs dans son dic- 
tionnaire. Il donnera des termes triviaux tels que pitoch « pu- 
tois », hahosat « renfoncer », joet-boiilik « dissipé », au lieu 
de pitdask, koaga, beve^er, tre:;er ou tre^enmr. Etc. 

5° Ignorance à peu près complète des ressources de mots 
et d'expressions qu'offrent les divers dialectes et sous-dia- 
lectes. 

On peut et on doit féliciter M. Jaffrennou de savoir (sans 
doute par le Lexique étymologique de Victor Henry) qu'il y a 
en vannetais un mot koarch qui est le vrai nom breton du 
chanvre, et d'avoir appris qu'il existe en dialecte K. L. T. 
une forme me:^even « juin » dont /y//~ Even n'est qu'une alté- 
ration. Il n'y a pas encore bien longtemps qu'il reprochait à 
M. Vallée « d'emprunter Meieven au gallois ! » Ce sont là 
des progrès dont il faut savoir gré à notre premier docteur es 
breton. Mais que de lacunes encore dans sa science! Et ce 
qui les rend impardonnables, c'est qu'il ne s'agit pas, les trois- 
quarts du temps, de mots inconnus, inédits, mais de termes 
déjà catalogués dans les dictionnaires et lexiques des deux 
derniers siècles, ou qui, recueillis durant ces vingt dei- 
nières années ont été publiés soit dans la Revue celtique, 
soit dans les journaux et revues de Bretagne, Fei:{ ha Brei~, 
Kroa:^ ar Vretoned, le Fureteur breton, les Annales de Bretagne, 
etc. Voici quelques exemples. Comme de juste, les mots 



I. ï'iu't, vuelded sont de Le GoniJcc, qui a cru les voir dans Grégoire. 
Ce sont de mauvaises lectures. 



90 René Le Roux. 

omis par M. Jaffrennou sont généralemeut au nombre des 
meilleurs, des plus bretons et des plus celtiques. 

ahretaat .(f^ avancer » [abrctaat ar gouspero « avancer les 
vêpres », abretnat a ra an horoJach « l'horloge avance »), 
advot « ballottage » (Treg.), advragou « caleçons » (ibid.), 
amdronch « circoncision » (Le Gon.), amJiva « pâlir » 
(Goëlo), amskoucr « qui n'est pas d'aplomb » (ibid.), a)ine- 
~adeg « emménagement » (Treg.), anoedadur « refroidisse- 
ment (ibid.), aradurex^ « terre arable », archantus « qui rap- 
porte de l'argent » (Treg.) argar~i '.<■ abhorrer », astenn 
« élasticité » )Treg.), bann « colonne » (d'un journal, d'un 
livre. Le Gon.), « rampe « (d'escalier »), « bras » (de 
civière), « aile » (de moulin à vent), « pousse » (d'arbre), 
belost, bilost ( Le Gon. Br.-Fr. p. 141) « pénultième » ', 
kantûl « cadre » (Treg.), kelan « cadavre » (Vannes), ken- 
forn « four banal » (Grégoire), ken-vcva « vivre en commun » 
(id.), ken-vilin « moulin banal (id.), ken-giuir « droit com- 
mun » (Le Gon), kevanne^iis « fréquenté » (Corn.), kila 
« reculer » klota « adapter, joindre » (Treg.), kouigna « se 
plaindre (ibid.), krankal (Bourgeois) « baleine » (et iiiorvarc'h, 
Le Gon. M. Jaffrennou omet l'un et l'autre et donne baletn), 
danien « préparer » (Treg.), dareden « éclair de chaleur, 
sans tonnerre », dianne^a « déménager » (Le Gon.), dielbed 
prodigue » (Trég.) divi épuisé » (Treg.), disivoiid « hérésie » 
droiik-kcineret ^ « confondre », Treg. eilgeria « répliquer, 
répartir, répondre », emchloar « vanité » (Batz), eneben 
« page, recto », erien « bord », fer « lentille » (légume, Cro- 
zon), goubenner « oreiller », goiienna « reproduire », gourda- 
dou « ancêtres, aïeux », gour:xe::a « retarder, différer », gwa- 
lenn-vougere::^ « éteignoir d'église » (Grég.), giuana « punir » 
(Léon), givign (Treg.), dispach (Grég.) « geste », hag ail 
« et cœtera » (Léon), holenni « cristalliser » (Treg.), choui- 
bon « cigogne » (M. Jaffrennou donne sikog}i\ rhapel-vade^ 

1. Mot précieux puisqu'il permet de former le composé ragbilost « anté- 
pénultième » . 

2. Sant fgneuk, ermid iïuer:(otnad, a :^o het drouk-ketneret evit Sant Ignas 
« Saint Igneuc, ermite irlandais, a été confondu avec saint Ignace » (A', ar 
F.) ; Saint luniaw (Ignaw) a été aussi confondu avec saint Ignace. 



Pclil Larousse Breton. 91 

(( baptistère » i:;;elege;^ « Iiuinilité », loes « douleur » (Trég.), 
inivrh-hoiiarn, « vélocipède, bicyclette. w«^ « pensée » 
(Corn.), niorga:^ « pieuvre » (M. Jaffrennou donne pieur), 
nao:^ « lit » (d'une rivière), paperen-arc' hanl <( mandat- 
poste », pennad-skrid « article » (de journal), plegenn « cir- 
constance » (Treg.) pluen-bloiii « cravon » (Grégoire), rege:;^ 
« braise » (Le Gon.), n'hoterc:^ (Morlaix) « l'ensemble du pis- 
ton et de la tige du piston » (machine à vapeur), rod-avclere:;^ 
« roue à palettes » (d'un ventilateur), rod-lans « volant ' » 
(de machine), skonien « glaçon, surface glacée (d'un étang, 
d'une rivière), ice-field >> selled « considération, condition », 
ser:;^ a escarpé » (Treg.), a-:^erch <■ à pic » (Goëlo), sler « sens, 
signification » (Treg.), ti-dishnn (eun hent-houarn) « gare » 
(de chemin de fer ), îra-dibaot « rareté, curiosité » (objet), 
IrcutidigCy « atrophie » (Le Gon.), Iro-vicher « procédé, tour 
de main », tus « trot » (Treg.), zueU-wa:^^ « en moyenne '* 
(ibid.), etc. etc. 

Le dictionnaire de M. Ernault, dont la publication est im- 
minente, rend inutile une plus longue énumération ; il mettra 
admirablement bien en lumière les énormes lacunes que pré- 
sente le Geriadiir de Taldir. Je veux cependant signaler 
encore ici les deux suivantes. Dans un ouvrage que l'auteur 
décore modestement du nom de « Petit Larousse breton », 
on ne trouve ni- les noms bretons des nuages, ni ceux des 
principales pierres : (nuages) malken « nimbus », koumoul 
« cumulus »-, koumoul-led, li::^en « stratus », kog-env, lostou- 
ki:^ier, denvedigoii , tar:[iou-mor « cirrus », etc. — (pierres), 
mean-gran, niean-greunek, mein-chrcun, grenit « granit », kouai\ 
(dissyll.), kailh « quartz » (la forme men-gaille:;^ citée par 
M. Jaffrennou est défectueuse), kailhastr « silice » mean-tan 
« silex », tuf « schiste », kailhastr-glas « diorite » (Goëlo), 



1 . Rod-nij donné à la page 342 du Geriadur est un mot fabriqué par 
M. Jaffrennou d'après le mot français. 

2. M. Jaffrennou donne bien Icoiimout mais c'est à « nuage en général ». 
Or ce mot désigne aussi l'espèce particulière appelée cumulus par les 
météorologistes. Le mot breton et le mot latin n'ont d'ailleurs aucune 
parenté. 



02 Roié Le Roux. 

haiJh rii:^, kûil /c~ « feldspath », mean-rn:^ « calcaire », ra::eh 
« calcaire » (adj. Fompéry), mean-pJastr « gypse » etc. '. 

6° Négligence dans la composition et sans-gêne dans le 
maniement de la langue. 

Le Geriadur fourmille d'à peu près, d'inexactitudes, d'in- 
conséquences, de bévues et de fautes grossières dont voici 
quelques exemples : 

P. ro, affluent, keniper [C'est « confluent >k M. Vallée, 
dans les Noiennou, ch. I, p. 5, note 2, s'est servi, pour « af- 
fluent », de henster qui est formé régulièrement sur le modèle 
kenbJaneden « satellite »|. 

P. 12, alcôve, givele klo^ [Un « lit-clos » n'est pas une 
alcôve. A ce dernier mot Le Gonidec donne speuren-ivele. 

P. 23, Arabe, Morian; Arabie, Bro-Vorian; — P. 218, 
mulâtre, Morian [Morian n'est bon ni pour « Arabe » ni 
pour mulâtre » ; un mulâtre n'est pas un vrai nègre, et 
Morian signifie « nègre »] : c'est dans ce sens qu'il a été em- 
ployé par tous nos bons auteurs, M. Vallée entre autres (voir 
par exemple les Leçons élémentaires de grammaire bretonne, 
p. 190). Quant à « Arabe », pourquoi ne pas donner Arab. 
pi. Arabed, qui se trouve déjà dans Grégoire, et a été employé 
depuis, bien des fois, par nos meilleurs écrivains, notamment 
par l'abbé Le Clerc dans son Beaj Jerii-alein ?) 

P. 22, assainir, iecheda [Dérivé de ieched « santé » ce 
verbe ne peut signifier que « donner, rendre la santé, gué- 
rir ». « Assainir » c'est yachitsaat (àe yac'bus « salubre, qui 
rend sain ») qui a été employé par M. Vallée dans K. ar V. : 
yaclmsaal ar vro « assainir le pays »]. 

P. 28, banquise, banh-trae:;^ [« banc de sable » !!! 1. 

P. 41, calibre, ment [Signifie « taille » en général et est 
insuffisant pour « calibre ». Ment-diabar:;^ serait plus précis]. 

P. 51, chirurgien, nie^ek [C'est « médecin » en moyen- 
breton, du latin niedicns. Pourquoi ne pas donner sour::iien ou 
môme le snrjian de Grégoire qu'il écrit surgyan ?] 

I. Les noms bretons des nuages et des pierres, recueillis principale- 
ment par M. J. Le Page, instituteur libre au Folgoat, ont été publiés dans 
le Fureteur breton, numéro de décembre 1906-janvier 1907, pp. 65-66 ; 
juin-juillet 1907, pp. 204-205. Aux noms des nuages cités dans le Fure- 
teur, ajouter har^edenn « petit nuage devant le soleil ». 



Petit Larousse Breton. 93 

P. 57, collision, stronsaden [Sirons, stronsaden « secousse » 
« ébranlement » produit par un choc, un tremblement de 
terre », et non pas « collision ». Ce dernier se dit stokaden, 
slokadcg : cnr stohàdci^ listri « une collision de navires » \K. 
ar F.). « Encrer en collision » (en parlant de trains, de che- 
mins de fer, de navires) inoiit abenn an cil 011:^ cgile, mont an 
eil oii::^ egile : al li'str-:^c' a :^o ad abenn oiitan eul lestr-all « ce 
navire est entré en collision avec un autre » (^K. ar V.y\. 

P. 74, cure-dent, rinser-dent [ce serait rince-bouche » plu- 
tôt. Skarr^-dent, donné par Grégoire, est meilleur]. 

Ibid. cure-oreille, rinser-dioiiskouarn [Grégoire donne skar:^- 
skotiarn qui est plus court et prélérable]. 

P. 103, doubler, doubla; — P. 225, octupler, ei:;^giuecha ; — 
P. 267, quadrupler, pevarche menti; — ■ P. 330, tripler, iridoii- 
bla. Il y en a pour tous les goûts ! N'aurait-il pas été préfé- 
rable de s'en tenir à la composition avec kement qui est la 
meilleure et de donner daoïigementi « doubler », tric'hementi 
« tripler », ei::J;cme)iti octupler » ? 

P. 126, érudit. bolliui~iek [ce serait « omniscient » et les 
érudits n'ont jamais eu la prétention de l'être.] 

P. 128, est, saV'heol, sud-est, reter \rctcr, c'est !'« est », 

r« orient » et non pas le «sud-est». Ce dernier qsi gevred\ 

P. 140, (écal, fankus [De fa)ik « boue ». Kaochel tradui- 
rait exactement « fécal »]. 

P. 153, gangrène, Â'r4'-;/-/76'o [C'est le « cancer >•. La gan- 
grène se dit breiii-krigji]. 

P. 159, granitique, benek [De bena a tailler » parce qu'on 
donne souvent au granit les surnoms de niean -ben, mean-be- 
nere:^ « pierre de taille » !!] 

P. 206, marmotte, hunegan [C'est le « loir ». Pour « mar- 
motte », il faudrait autre chose, hiinegan-mene::^ par exemple]. 

P. 218, mule, mul \Miil en breton est du masculin et dé- 
signe le mulet. La femelle du mulet porte le nom de tnule::^. 
A « mulet » M. JafFrennou donne miiled qui n'est pas breton 
mais français]. 

P. 229, oreiller, pluek, peiin-wele [Penn-iuele, c'est le « tra- 
versin ». Le nom breton de Y oreiller est goiibener et M. Jaffren- 
nou ne le donne pas]. 



94 Rt'ix' l^c Roux. 

P. 234, panorama, giuelvaii [Signilierait « belvédère «^ 
« observatoire ». « Panorama » serait plutôt hollwel. On dira 
très bien en bretoiv an hollwel eus kear « le panorama de la 
ville » et on sera compris]. 

P. 235, paragraphe, pennad [A le sens de « chapitre, pas- 
sage (d'un auteur, d'une lettre), article (d'un journal) ». 
« Paragraphe » serait pennadig]. 

Ibid. paraphernal, niadon ar wreg \i( les biens de la femme ». 
MM. Vallée et Ernault, dans le ch. X des Notennoii, se sont 
servi de dreist-argouraoïiiis qui traduit « paraphernal » avec 
toute la précision désirable]. 

P. 245, phoque, dourgi [C'est le nom de la « loutre ». Et 
M. Jaftrennou le sait puisqu'il la page 201 il donne « loutre, 
dourgi ». « Phoque » se ô\lreunig\ 

P. 252, pôle, a/jé'/ [Inexact. Ahel au douiir,ahel-bed ne peu- 
vent pas signifier autre chose que « axe terrestre ». « Pôle » 
serait pemi-abel ^^^^ qui a été employé par M. Vallée dans les 
Nolennou, ch. I, p. 15]. 

P. 257, précurseur, hentdonedig [C'est un bon exemple du 
danger qu'il y a de fabriquer ex abrupto des mots nouveaux ; 
kentdouedig est, dans bien des cas, inutilisable pour un Breton 
qui sait sa langue. Voici, à titre d'exemples, trois phrases dans 
lesquelles il est impossible de traduire « précurseur » par le 
terme imaginé par M. Jaffrennou : a) les précurseurs de 
l'homme, le pithecanthropus et l'anthropopithecus, suivant 
les hypothèses et les doctrines des incrédules ; — b^\e mam- 
mouth est, en Grande Bretagne, le précurseur des grands gla- 
ciers ; — c) des signes précurseurs du soulèvement des Alpes. 
On dira en breton : at) ragfurniou an den, an den-niarnioii^ 
hag ar niarmou:(-den, herve:^ goulahaduriou ha kelennadure^ioti an 
dud di~oue ; — b) an olifant hirvlevek a ^0 ragkannad ar skorne- 
gou bras e Brei^-Veur ; — c) aroue^iou ragreder eus ar sevel eus 
an Alpou. Là où le français se sert d'un seul et même mot, le 
génie de la langue bretonne exige du traducteur consciencieux 
l'emploi de trois termes différents' : ragfnrni, ragkannad, 
ragreder, dont les deux premiers au moins (ragfiniii <' pré- 

I. Qui sont des néologismes. 



Petit Îji rousse Breton. 95 

forme,forme antérieure », ragkannad « envoyé devant, en 
avant, avant-coureur ») ont une propriété que n'a pas le 
français « précurseur «J. 

P. 297. sarigue, //wr/»OM:(d;( [Signifie « guenon »!!!] 

7° Manque de travail. 

De la première page à la dernière, le Geriadur porte les 
traces d'un manque de travail évident. C'est ainsi que, huit 
ou neuf fois sur dix, l'auteur ne donne en regard d'un mot 
français qu'un seul mot breton, en tout et pour tout. Il 
néglige ainsi les synonymes que ce mot breton peut avoir, 
et, ce qui est plus grave, il ne tient généralement aucun compte 
des nombreux sens secondaires ou dérivés que peut avoir le 
mot français et qui se rendent la plupart du temps en breton 
par des termes complètement difterents de celui qu'il donne. 
Ainsi rédigé le Geriadur n'est plus à proprement parler un dic- 
tionnaire, mais une simple liste de mots. Voici des exemples 
à l'appui : 

P. 15, amorce, /^omcc? [Dans le sens d'appât pour prendre un 
animal. Il aurait fallu donner aussi kranipinell « amorce (dans 
le sens d'attrait) » et c})iors « amorce (d'arme à feu) »]. 

P. 21, arrêter (s'), dibana [«s'arrêter (cesser de faire quelque 
chose)» paoue:{ci, ehana, arsavi ; « s'arrêter (suspendre sa 
marche) » chom a :^av, po~ ; « s'arrêter » en parlant de l'eau qui 
cesse de couler, d'une charrette qui reste dans l'ornière, d'une 
machine à vapeur qui cesse de fonctionner par suite de grip- 
page ou insuffisance de pression, d'une montre, stif'ha]. 

P. 34, borne, bonn, beveu [Et inean-bonn, niean-hmw borne 
kilométrique, macn-kilouietr, pi. mein-kilonictroit {K. nr 

P. 59, com\ràYQT,be)ivchiat [Manquent : heirvelekaat, hevekbc- 
kaat, lakaat c ketiini, lakaat c skoa^, keida. An Aotroii G. a :^o 
bel heiiveh'kael ou:{ Sienkiauici « M. G. a été comparé à Sien- 
kiewicz » (iT. ar F.) ; dispach Bro-Zao~ hag hini Bro-Chall 
hevekbekaet an cil gant egilc « la révolution d'Angleterre et 
celle de France comparées Tune à l'autre » (Alan Durand, ar 
Feiz^hag ar Vro, p. 320)]. 

P. 61, conférer, aotrea [dans le sens de « donner », « accor- 
der », mais « conférer avec quelqu'un » c'est diviz^ gant eiir re\. 



96 René Le Roux. 

P. 62, coiiseatif, asanti [plega, rei e aolreadiir, rci e chrad, 
rei e chrad vat\. 

P. 65, copier, /a)/)/a [«copier quelque chose d'écrit » diskriva, 
adskriva ; « imiter '» henvelotit, henvckhaat, heiilia, ober dion^, 
mont dioii-, taoknni iuar\. 

P. 68, couler, redeh, bera |en parlant d'un liquide, on dit 
encore divera ; « couler » (passer par dessus bord) skuilha ; 
« couler » (en parlant d'un navire) mont d'nr strad, kas d'ar 
strad, d'ar i^onelcd, d'ar sol, goneledi. Aet eod'ar strad en enrober dioii 
■vnnutcn bepken « il a coulé en deux minutes seulement » (À". 
ar V.) ; cnr chrogad a ^0 bct war vor hag eul lestr-hobregon eus ar 
Russianed kaset d'ar strad gant Japani::^ « un engagement a eu 
lieu sur mer et un cuirassé russe a été coulé par les Japonais » 
(ibid.);fl'r inadouaoe koUeter bloa" i82j,paoe goneledet sci::^<uar- 
nugent lestr turk karget a goiifron archant v les richesses per- 
dues en l'an 1827, lorsque furent coulés vingt-sept vaisseaux 
turcs chargés de coffres remplis d'argent » (ibid.)]. 

P. 71, crédit, kred \Kred traduit « crédit » dans le sens de 
réputation de solvabilité. Mais dans celui de « délai pour le 
paiement », on dit termcn ; faire crédit, rei ternien ; acheter, 
vendre à crédit, prena, gwer~a war dermen. Enfin « crédit » 
signifiant « autorité, influence, considération »se dira galloud, 
bri (Vannes), ano-niat\ 

P. 76, débarquer, douara [dilestra, divora, dont en aod, dis- 
kenn en aod. On peut même dire diskenn tout court dans ce 
sens : choant d\'~o {da JapanÎT^ diskenn sondarded er Gorea 
« désireux (les Japonais) de débarquer des soldats en Corée » 
{K. arV.)\. 

P. 77, déborder, dichlanna [Et dinao^ia « sortir de son lit » 
en parlant d'une rivière. E Redon, ema ar Vilen tinao^ia ivar 
he chaeon « à Redon, la Vilaine déborde et envahit ses quais» 
{K.ar V.)\ 

P. 100, distribution, rann [Le Gonidec donne rannere-, 
kevrennere:;^, lodennere^ qui valent mieux dans ce sens que rajin 
qui signifie « part, portion ». Il aurait fallu noter également 
roïdigei: roi'dige::^ ar prijon « la distribution des prix » (/\. ar 

P. loi, diviser, rainia, diforc'ha, hanleri [Ce dernier terme 



Pi'lit FMroiisse Bielon. 97 

signifie « diviser par deux ». Il aurait fallu l'indiquer et aussi 
noter trederenni « diviser par trois », pcvarenni, palejar:{i « divi- 
ser par quatre », etc. ] 

P. roy, échouer, pen~ea, skei oh:{ [Aucun de ces termes ne 
rend le français « échouer » : pcn:iea c'est « faire naufrage », 
et skeioii^ « c'est heurter contre ». « Echouer » se dit sac ha : 
al lestr-bre^el Jean-Bart a ::p act war cnn drac^en ha choiiiel sac'hct 
enni « le navire de guerre Jean-Bart est allé sur un banc de 
sable (ou une plage) et y est resté échoué » {K. ar F.). Dans 
le sens de « ne pas réussir », on dit choiiila, chouita luar c 
daol, choin berr, oher taol giuenn, oher tro luenn]. 

P. iio, égal, henvel, par, ingal\l\ aurait fallu citer aussi : 
kevatal « égal » (dans le sens de pareil en quantité, en valeur), 
kdt-ha-hil (surtout en parlant de la longueur), kciiwnt-ha- 
keincnt (volume), iinvaii (« égal » dans le sens de « semblable 
en quantité, en valeur » et aussi dans celui d'« indifférent «), 
hevclep, digcmni (« égal » dans le sens de « toujours le même, 
invariable »), konipe^inm). — Exemples: ar bre:^oneo en deiis 
giuiriou kevatal da re ar galleg « le breton a des droits égaux à 
ceux du français » (K. ar V.) ; be:{a kelt-ha-keit dirag al le:;en 
« être égaux devant la loi » (id.) ; enrcbeiiieiit-ha-kement « une 
valeur égale » (^Nolejiiion, X, p. 8) ; iinvan eo al lodennoii « les 
parts sont égales» (Le Gon, Fr.-Br. p. 263, édition de 
1847); unvan eo d'in « cela m'est égal » (id. Br. Fr., p. 591)]. 

P. iio, égaler, dont henvel o//~ [keida, hevelebekaat , s'égaler à, 
e}icm lakaat kevatal gant. Biken na geido he vreiir « jamais il 
n'égalera son frère » (Le Gon. Br.-Fr. p. 183); ar Itc^evieno 
■velet e (elle d'e~ban en em lakaat cavatal gant Doue « les Juifs 
voyant qui'il voulait s'égaler à Dieu » Morvan, Histor an 
Testament co::^ hag an Testament neve~, 9" édition, p. 184)]. 

P. 135, explosion, sfrakaden, strak [tar:^adenn, tar::^. Ner{ 
an tar^ « la force de l'explosion » (i^. ar F.) ; an dnd ne oant 
ket cvit tostaat gant an tart^adennou na baoue::^ent ket da strakal 
« les explosions qui retentissaient sans cesse empêchaient les 
gens d'approcher » (ibid.). 

P. 142, figurer, fur m [« figurer au moA'en d'un dessin, 
d'une image quelconque » se dit skendenni ; « figurer, repré- 
senter au moyen d'un signe conventionnel », aroHe:^ia. Le:{el 

Rrviw Celtique, XXXVI. 7 



98 René Le Roux. 

a reont, hep aroiu\ia, iiieur a :;on eus ar )'r^ « ils laissent sans 
les figurer plusieurs sons de la langue » {K. ar F".)] 

P. 162, guérir, iachaat, giueUaai, parea [givellaat « aller 
mieux » et non pas « guérir ». On dit encore pour ce der- 
nier o/jg;' /j^z/ï' dioif:{, rei ou digas ar parc da, digas vac'h, dont 
yach. I 

P. 171, humilité, vueJder, hninldded [Le premier terme est 
erroné ; le second est du brcxpncg hcleieu. I:^ekge^ a humilité » 
et i-elek « humble » sont employés par tous les écrivains qui 
ont le respect de leur langue. Ar chardinaJ Raiiipolla a roas 
neu::c. ar zuella shoncr a i^cJege::^ hrislcn « le cardinal Rampolla 
donna alors un excellent exemple d'humilité chrétienne » (iC. 
ar V.). 

Tclen ar Bar:^, 
Eun Iredeiiiar:^ ! 
Pche~ li'ii:^or ' 
Pa ve-^ diiintck 
Hag i-elek 
An Iclenor. 

« La harpe du Barde, une merveille! Quel trésor! quand 
est pur et humble le harpiste » (Abherve). 

P. 195, lancer, lansa, sirinka, teiilcr [ha>ina, sllepcl. — Saul 
a vannas adarre be lans outhan « Saùl lui lança de nouveau sa 
lance » (Morvan, Histor an Tesl. a)- hag an Test, neve::^, 
p. 81). Pour « lancer des flèches à » on dit aussi bien leuskel 
tennon bir gant {K. ar F.) que strinka hirou gant. Me eo ani 
eus laosket an taol bir « c'est moi qui ai lâché le coup de 
flèche » (Klaoda ar Prat. Bue:^Ar^/ira Vrci:^, p. 82 ; Guened, 
i908)|. 

P. 205, marcher, kcr:;ed, baie [« marcher (s'écouler en par- 
lant du temps) » mont en-dro; « marcher (progresser ) » nuvit 
luar raok ; « ^larcher (fonctionner en parlant d'une machine), 
mont en-dro, labourât ; f;iire marcher (une machine) lakaat da 
vont en-dro, kas en-dro, kas luar raok; laire marcher une roue, 
lakaat eur rod da drei, lakaat tro en eur rod (^Fei\ ha Brei:{, 
1907). — Annekanik-man a ya en-dro gant eun ti:^ eus ar hrasa 
« cette machine marche avec une très grande vitesse » {K. 



Pi'lil Larousse Bnion. 99 

(ir F.); ar skorn hag an erch a vire oii^ piUigou-dislaie:{ ayi 
hciil-honani da vont en-dro « la glace et h neige empêchiiient 
les disques à signaux du chemin de fer de marcher » (ibid.); 
//(• lid'oiirc ken ar slaideri\ « le frein ne marchait plus » (ibid.); 
an trcdan eo a gas ar rharr-:{e cn-dro « c'est l'électricité qui fait 
marcher cette voiture » (ibid.); ar rod a ve lakacl da drei gant 
cun herdcr vras, chouech mil a droioii dre vunutcn « la roue 
marche avec une très grande rapidité, six mille tours par 
minute » (ibid)J. 

P. 225, occuper, se:;i7:a, implia [« occuper (un lieu) » der- 
chel(eiil lec'h) ; « s'occuper de » plcustri gant ou war, pleal 
gant, prcderia oii:{. — Plcustri gant ar c' banaouennou poblus 
« s'occuper des chants populaires « (/v. ar F.); pleal gant eur 
garg « s'occuper [des devoirs] d'une charge » (ibid.); 
prederia oui a ^'^'-^^ " s'occuper de son prochain » (ibid.)|. 

P. 237, parvenir, en em gaoïit [ti:'^out, dirae{a. Ti:^out penn- 
ahel an douar « parvenir au pôle » (K. ar F.)J 

P. 263, prononcer, Javaret frae- [Il est fâcheux que 
M. Jaffrennou ait oublié de nous donner ici le verbe pro- 
nonsa qu'il a emplo3'é jadis dans Ar Vro, dans un article farci 
de mots et de constructions françaises, et où, avec un à-propos 
remarquable, il reprochait à M. Ernault de « latiniser notre 
langue de plus en plus » en y introduisant le //; provençal. 
Quant à lavaret frea~ {frae~ est moyen-breton), c'est bien 
plutôt « parler distinctement » que « prononcer ». Pour ce 
dernier, on dit généralement distaga]. 

P. 284, renverser, diskar, taol d'an douar [et douara ', skci 
d'an douar, d'an traon, didroada ; « renverser (tourner, mettre 
à l'envers) » trei tu evit tu, lakaat, ivar an tu gin, war an tu 
encp, cilpenna ; « se renverser et renverser (en parlant d'une 
barque) » nwnt luar he genou (d'une voiture), cilpenna, troc 
holia, banna, tunipa]. 

P. 284, renvoyer, disteuler, distacl [C'est renvoyer à la 
façon d'un réflecteur qui repousse la lumière » . 11 aurait 
fallu donner encore : kas aclarre(.i renvoyer (envoyer de nou- 

I. Douara a aussi le sens de « enterrer » et de ce se terrer (lapin, lièvre, 
blaireau, etc.) » 



100 René Le Roux. 

veau) », kas luar e gi:( « renvoyer quelqu'un un à l'endroit d'où 
il vient », Ms endro (eiil Ji:{ei-) renvoyer (une lettre », kaskiiit 
« renvoyer (congédier un domestique) », kàs ciinca:^ {cas eut 
gcirg) « renvoyer (hors d'un emploi, destituer)]. 

Conclusion. 

On peut faire d'autres reproches encore au Dictionnaire de 
M. Jaffrennou. C'est ainsi, par exemple, que le genre des 
substantifs est systématiquement omis et que les sources ne 
sont pas indiquées. Je n'appelle pas en ejffet, indication des 
sources, les six lignes de bibliographie qui terminent le Dic- 
tionnaire, à la page 344, et où se trouvent mentionnés en 
tout et pour tout cinq ouvrages. 

Le Dictionnaire français-breton de poche de M. Jaffrennou 
n'est pas seulement, comme je crois l'avoir démontré dans les 
pages qui précèdent, un mauvais livre ; c'est aussi à l'égard 
de la langue bretonne, une mauvaise action. Sauf de rares 
exceptions, si rares qu'on pourrait facilement les compter sur 
les doigts de la main, les écrivains bretons modernes, à 
quelque classe qu'ils appartiennent, savent infiniment mieux 
le français que leur idiome national. De celui-ci, ils n'ont 
qu'une connaissance tout à fait superficielle, et ils ne savent à 
fond (quand ils le savent!) que le dialecte plus ou moins 
altéré, mutilé et incomplet en usage dans leur paroisse ou leur 
canton. Or, ce n'est pas dans le Geriadur de M. Jafi"rennou 
qu'ils trouveront les ressources de mots et d'expressions qui 
leur manquent et que les autres dialectes pourraient leur 
fournir. Tel qu'il est, le Geriadur n est propre qu'à achever de 
leur désapprendre leur langue et qu'à augmenter l'anarchie et 
la confusion où se trouve celle-ci, faute d'enseignement et de 
culture. M. Jaffrennou ignore volontairement ou involon- 
tairement à peu près tout ce qui a été fiiit pour le breton 
depuis un siècle. Par là, il combat les efforts, isolés, non- 
coordonnés, mais réels, de tant et tant de lexicographes, de 
grammairiens et d'écrivains bretons vers une connaissance 
plus parfaite du vocabulaire et de la syntaxe, vers plus de 
pureté et de correction. Bien loin de la panser, il contribue 
à élargir la plaie de la francisation, de la déccitisation pro- 



Pelit Larousse Brcloii. loi 

grcssive de la langue. Pour tout dire en peu de mots, le nou- 
veau dictionnaire est un coup de plus porté à cet arbre 
ébranchc, branlant et à demi-déraciné qu'est le breton 
moderne. 

René Le Roux. 



NOTES ÉTYMOLOGIQUES 
ET LEXICOGRAPHIQUES 



71. Vieux-gall. leteinepp, irl. moy. lethenach. Leteinepp, 
glose pagina dans la glose à Martianus Capella : or bardaid 
leteinepp, epica pagina {or est 'à décomposer en 0, prépos. -|- 
r reste de l'article). Le sens de ce mot a besoin |d'être pré- 
cisé. Il s'éclaire par l'irlandais auquel il est visiblement em- 
prunté. Le foJio, en irlandais, était traduit fort exactement par 
duiJk, feuille. La page, une page, était traduite par leth-enecb, 
comme le prouve clairement ce passage de 2hc vision of Mac 
Conglinne (éd. Kuno Meyer, p. 53) : Figlis in mac legind in 
lethenach bôi ar a héJaib. Féih rosiacht in lethenach do figled , 
sinis a thengaid d'inipod na dnille. a L'étudiant examina la page 
qui était devant lui. Quand il eut fini d'examiner la page, il 
avança la langue pour tourner la feuille. » Leth- a couram- 
ment en irlandais moderne même le sens de un en parlant 
de deux objets naturellement accouplés : leath-shiiil, un œil, 
leath-ghlnn, un genou, etc. Let- en gallois, a bien un sens 
péjoratif, comme je l'ai montré dans la Revue Celtique, pour 
llet-vryded équivalant à Uaw-vryded, mais il n'a jamais le sens 
de un. L'emprunt est donc certain : c'est une transcription 
brittonique d'un vieil-irlandais leth-enech. C'est un emprunt 
fait dans un monastère, ce qui n'a rien de surprenant : il n'v 
avait guère de monastère hritton où on ne trouvât des Gaëls. 
La graphie ei en est vraisemblablement un autre indice. Elle 
dénote probablement le caractère palatal de Vn irlandais dans 
enech qui devait être sensible en gallois dans la prononcia- 
tion : cf. irl. moy. ainech ; irl. mod. einech et eineach chez 
O' Donovan, Suppl. C'est d'autant plus frappant qu'une autre 
glose d'Oxford donne enep : ham bol enep, et totam faciem 



Note!; élyniolo^iqucs et lexicographiqiies. 103 

mcam. La palatalisation est indiquée également, semblc-t-il, 
dans le vieux-breton aww//ï/^, gl. collegain ; meic Çpour )iieich, 
cautions), gl. ratas. 

Il va sans dire que -einepp ne saurait expliquer wyneb qui 
montre une vraie diphtongue : il faudrait dans ce cas, sup- 
poser une faute du scribe : Jct-einepp au lieu de Jel-oinepp. Le 
mot étant emprunté à l'irlandais, il est impossible de s'arrê- 
ter à une pareille hypothèse. Reste l'hypothèse de Pedersen 
(Vergî. Gr. I, 38) pour ujneh : c'est que e initial aurait été 
allongé à une période ancienne et que cet e long aurait évo- 
lué comme e long latin accentué en brittonique. L'existence 
d'eiiep en vieux-gallois rend cette hypothèse peu plausible. 

72. Gallois LLOER, breton loar, loer, lune ; irl. mod. 

LÂIR. 

L'expression an lâir bhàn m'avait arrêté dans un passage du 
recueil de contes irlandais de la province de Munster, publié 
par Patrick O'Leary en 1895 : Sgcidiiidheacht chnige Mum- 
han. Il se trouve dans le conte intitulé : Oikàn na ^Cûio- 

o o 

mBeann : l'île des cinq Promontoires (ou Pics), p. 44. 

Le héros du conte se livre k une randonnée fantastique 
pendant la nuit ; pendant qu'il vole (c'est un fils de roi sous 
la forme d'un corbeau), le conteur donne ce détail : an lâir 
bhàn ag dul faoi sgàth na cupôige, agiis an chnpôg ag teichiodh 
roinipi, « la lâir blanche allant s'abriter sous la patience et 
la patience s'enfuyant devant elle. » Lâir n'a d'autre sens 
connu que celui de jument. O' Lear}'' dans ses notes n'en 
souffle mot. Dans la réédition qu'a donné de ce conte Joseph 
Lloyd en 1906, on lit dans le Glossaire au mot cupâg : an 
lâir bhàn désigne les fées qui, montées sur des chevaux 
blancs, vont chercher un abri, au crépuscule, sous la patience, 
au moment où la patience se replie sur lui-même. L'explica- 
tion est évidemment forcée et insuffisante. 

Mon ami Tadhg O' Shea, professeur de "gaélique à Ballin- 
geary, comté de Cork, natif des environs, qui connaît à 
fond la langue populaire de cette région du Munster, m'affirma 
en 191 3, que dans le parler populaire, an lâir bhân désignait 
la lune ; c'était pour lui, mot à mot : la jument blanche. 
Aucune tradition populaire, à mon avis, ne justifiant l'assi- 



104 /. Loth. 

milation de la hnu à une jument blanche, je ne doutai pas 
qu'on ne fût en présence d'une confusion entre làir, jument, 
et un équivalent irlandais au gallois lloer, lune. Je me pro- 
mettais, au cours 'd'un autre voyage en Irlande, de chercher 
la clef de ce mystère. L'amitié de notre |collaborateur, le prof. 
John Fraser, d'Aberdeen, me l'a fournie plus tôt que je ne 
pensais. Il me communique le passage décisif suivant tiré 
d'une collection de proverbes irlandais recueillis par le père 
O'Nolan de Shiwan an t.sagairt, près Ballingeary, dans The 
Cclumban Record (Jrisleabhar Muighe Nuadhad, Annales de 
Maynooth), 19 14, p. 9 : 

an làir bhan sa loch 
's na jliuchann si cos 

« La làir blanche dans le lac, et elle ne mouille pas son 
pied. » 

C'est une devinette. Elle est ainsi expliquée : is si an ghea- 
lach « an làir bhân » agus chitear sgàil na gealaighe sa loch 
agiis ni fliuchtar an sgdil, « C'est la lune qui est la làir bhân; 
on voit l'ombre de la lune dans le lac, et l'ombre ne se 
mouille pas. » Il est donc évident que làir signifie lune. 
Dès lors, il n'y a plus qu'une question à résoudre, c'est de 
savoir si le mot làir est indigène ou emprunté au britto- 
nique. A moins de séparer complètement làir des formes brit- 
toniques, on est forcé de conclure à un emprunt. Dans làir, 
en effet, il saute aux yeux qu'on n'est pas en présence d'une 
diphtongue : le génitif est làrach ; il y a aussi le dérivé vieil- 
irl. laréne, gl. eqnula. Stokes tire lâir de larcx. Au contraire, 
dans lloer, bret. loar, vannet. loer, on a affaire à une diph- 
tongue, quoi que l'on puisse penser de l'origine du mot. La 
forme du voc. corn, luir indiquerait pour / une origine spi- 
rantique. Le moyen-cornique a lor qui est très régulier. Il 
me paraît très probable que Uoer, qui eut été loir vraisem- 
blablement, d'après le comique, en vieux-gallois, remonte à 
lug-râ par logrâ, log-r, loir {hlg-, doublet de hic-, lumière). 

Ldtr aurait été emprunté à l'époque où le g spirant tour- 
nait à jod, et où la terminaison vocalique était tombée, c'est- 
à-dire entre le vii^ et le ix-x^ siècle. 



Woh's i'h'nioliwl(jii('s cl Icxicographiiiiici. 105 

73. Le vieux-breton annaor. Ce mot apparaît dans les gloses 
de Berne, glosant ijiiaiidoqiiidcni. On y voit l'article breton, 
plus aor du latin Çh)ôra. C'est impossible. Aux'-' siècle, on n'au- 
rait pas eu l'article sous les formes ann-, ni en breton, ni en 
comique. La seule forme habituelle de l'article, en breton, 
jusqu'à l'époque des textes est en. An, mais avec un seul n, appa- 
raît dans le Cart. de Quimperlé et aussi dans une charte du 
Cart. de Quimper, du xiii*^ siècle. En comique, dans les chartes, 
la forme presque uniquement employée jusqu'au xv^ siècle est 
en ; en se montre assez fréquemment encore dans les textes. D'ail- 
leurs, en vieux-breton, une forment/m d'un vieux-celt. (/)cndo-, 
est anormale. Il me paraît certain que annaor est à décom- 
poser en a préposition, -nn, reste de l'article plus aor. Pour la 
composition, on peut comparer le moyen-irl. ô-nd nair, depuis 
que. Pour le sens, annaor répond exactement à l'expression 
française : du moment que, puisque. Annaor est un développe- 
ment avec préposition de l'idée contenue dans le vieil-irl. ôre, 
nare, primitivement génitif du substantif uar, hôr, heure. 

La présence du double -nu- pour un plus ancien -ud- est 
remarquable. Elle rappelle les formations de l'article en vieil- 
irlandais précédé d'une préposition à terminaison vocalique, 
devant un mot commençant par une voyelle ou une consonne 
adoucie : o-nd, do-nd : dondalhir au père, Mb. 13 '' : dondmacc 
(filio), ihid. 7". En breton, c'est la forme usitée devant les 
consonnes et uniformisée en, an qui a prévalu au moven âge, 
tout au moins . 

En comique, il y a un écho de l'ancienne prononciation de 
l'article devant les voyelles. Il n'est pas rare de trouver un 
double nn devant un mot commençant par une voyelle Ç-nn-^ 
yn nascra, dans le sein (v« = î -\- n : Res. D. 486) ; Â^en ne^yn, 
aux oiseaux {ibid. 206) ; ^eu nempynyon, au cerveau (Pascon. 
634.8); :(eu ne:iyn gitylls (^ibid. 206-3); ^"^'' ^^'^^^ «^'^ ^'"'5 si 
l'heure est venue (Bevn. Mer. 764) ; han uohen, et les 
bœufs (Gwreans 1069). 

Il est vrai qu'en comique, entre deux voyelles, le double- 
ment d'une nasale ou liquide peut avoir d'autres causes. 

Ce phénomène du double nn de l'article n'a rien à faire 
naturellement avec le doublement parassimilationdu d du sub- 



io6 /. Lolh. 

stantif avec Vn de l'article qui se produit régulièrement en cor- 
nique pour cior, terre. Ce substantif est féminin en gallois, mas- 
culin en breton et en comique. Il n'est guère douteux que le 
mot n'ait été neutre et que primitivement // final de l'article, 
soit que l'on suppose sa n-, soit un neutre hystérogène formé 
d'après le masculin et le féminin (*seniIon), n'ait été en con- 
tact direct avec le d initial. Il est très frappant, en effet, que k 
pJus souvent, l'assimilation n'est pas faite quand le substantif 
est au datif ou à l'ablatif, c'est-à-dire précédé d'une préposi- 
tion : Res. D., 46: then dor; ibid. 2090 yn mes an dor, hors 
de la terre ; Beun. Mer. 1278 ihcn doyr ; in dor 4528 ; Gwreans : 
1902 than doer ; mes a'n dore (2083); in docr (1856). 

74. Le comique preytha. 

Whitley Stokes traduit cette expression qui paraît deux fois 
dans Beun. Meriasek et trois fois dans Giureans par : good time : 
Beun. Mer. 1410 : 



Ibid., 1417 



laver lljymo in prc\tha 



bakcheler Jenkyn in prextba 
heth ov h'fcr a fysek 

Whitley Stokes ÇA Glossary to Beun. Mer., Archiv, p. 130) 
décompose preytha en preys, moment, et da, bon : in preytha, 
in good time. C'est phonétiquement impossible; on eût eu, 
dans tous les cas : preyta ; ou si le composé a été fait après 
l'assibilation du t deprys (preys) : preys ta ; ou, dans l'écriture, 
preys da. L'expression est anglaise et usitée dans un sens explé- 
tif, dans plusieurs comtés. Wright la donne dons son English 
Dialectal dictionary, sous la forme prithee dont il figure la pro- 
nonciation ainsi : pri.âp, pre. cfo. C'est clairement, comme il 
le dit, une forme de / pray thee. Cela ressemble bien à l'ex- 
pression française explétive aussi dans certains cas : je te prie, 
levons prie. In da.nspreytha paraît bien être le pronom neutre : 
je te le demande. 

Dans Gwreans, la forme est y praylha : 

609 : y praytha lavar fetla « je te prie, dis moi pourquoi ». 

1242 : rag henna saf, y praytha « c'est pourquoi lève-toi, je 
te prie ». 



Notes étymolo(ri(jiies cl Icxicoo^niphiqiics. 107 

2348 : V praylha ihyiitina Invar « je te prie, dis-moi », on 
prononçait predJ, avec j ouvert. 

La forme //;rt se trouve ailleurs : Beun. jMer. 145 1 : 

a\ lok lip, byschcrev iha 
« o look up, beslirew thee ». 

75. Le breton ambreg. Ce mot ne se trouve, à ma con- 
naissance, dans aucun dictionnaire. Il est en usage à l'île de 
Sein et m'a été signalé par mon ami M. Cuillandre, professeur 
au collège de Morlaix, originaire de l'île Molènes. Il se dit, 
en mer, m'écrit-il, de l'endroit où le courant est le plus vio- 
lent : Vaiiibreg est produit par un resserrement brusque du 
courant entre deux extrémités de plateaux, ou par une brusque 
dépression sous-marine. C'est ce que les marins, en français, 
appellent la décharge. Le mot est isolé, semble-t-il, dans les 
langues celtiques. Il paraît composé de andn- et de la racine 
rcc; vieux-breton rec, gl. sulco. ; ro-ricseuti, gl. sulcavissent ; 
vannelais rec, so\, partage pour semer les différentes espèces ; 
réga, faire des petits sillons et des rigoles ; régnenn, raie (des 
cheveux) : cf. Ernault, GJoss. moy. bret., p. 566. Rie est une 
forme réduite de la racine qui a donné en gallois rhwygo et en 
breton-moyen, roegaff, déchirer. On fait venir le gallois rhych, 
sillon, d'une forme indo-europ. Çp^rk- : l'aspiration serait 
un résultat de la présence de r devant e : cf. drycb. Cette 
loi de Zupitza ne repose que sur un nombre insuffisant 
d'exemples : le breton 7'ec pour rie suffirait à la ruiner. Le 
gallois rhyeh suppose *prikko- ou *prik-s-. Le ^ dans *ainbreg peut 
être hystérogène et ambreg a pu être précédé par amm-rec ; 
a)n = ambi, peut avoir un sens intensif, mais aussi avoir ici 
son sens primitif : (//// se rompl, éclate des deux côtés. 

J. LOTH. 



REMARQUES ET ADDITIONS 

A LA GRAMMAIRE GALLOISE HISTORIQUE 
ET COMPARÉE 

DE John Morkis Jones '. 



Cet ouvrage a déjà été l'objet d'un compte rendu sommaire 
dans cette revue (fascicule 2 de 1914, pp. 216-224). Il m'a 
paru nécessaire de le soumettre à un examen plus détaillé, en 
raison de l'importance qu'on lui a attribuée dans le Pays de 
Galles et surtout de l'effet qu'il peut avoir sur la direction des 
études celtiques dans ce pays. Son apparition, en effet, y a été 
saluée comme un événement national et le début, en quelque 
sorte, d'une ère nouvelle. Au commencement de juillet, nous 
apprend avec une louable précision notre secrétaire, VHonou- 
rable Society of Cymmrodorion offrait à l'auteur à cette occa- 
sion, un grand banquet (Trocadero Restaurant, Piccadilly 
Circus) ; le 4, de 8 h. 1/2 à 11 h ., réception et garden-party 
à Whitehall, Downing Street, chez le chancelier de l'Echi- 
quier, Lloyd Georges, député deCarnarvon Borough. 

Il était assurément très désirable qu'un Gallois de naissance 
et de langue nous donnât une grammaire complète de son 
idiome national, résumant avec critique tous les travaux 
parus, et y ajoutant les résultats de ses recherches et de ses 
propres observations. On savait que John Morris Jones n'avait 
cessé depuis de longues années de travailler avec acharnement 
à cette œuvre. Aussi était-on disposé de tous les côtés à l'ac- 
cueillir avec sympathie. 

Ce premier volume, de beaucoup le plus important de 
l'œuvre, méritait-il l'accueil enthousiaste dont il a été l'objet 
chez les Cymry ? 

I. A JVi'Isb Giiviiniar historical and comparative,!. Phcnwhgy aiiâ AcciJevce, 
Oxford, Clarmdon Press, 191 j, XXFn-4jj p., S, ij sh. 6 d. 



Remarques et additions. 109 

Au courant de l'énorme labeur dont il est le fruit, j'aurais 
voulu sincèrement répondre par Taflirmative, mais après avoir 
parcouru l'ouvrage d'un bout à l'autre, je croirais, en le fliisant, 
manquer à mes devoirs de critique. Si on ne considère l'ou- 
vrage que comme un répertoire de formes galloises de diverses 
époques, on ne peut que louer l'abondance des renseignements 
de toute espèce, puisés dans des textes en partie nouveaux, 
ou basés sur des observations personnelles souvent fort utiles. 
C'est assurément le plus copieux arsenal de matériaux sur la 
langue galloise qui ait été réuni jusqu'à ce jour. Et cependant, 
mênie à ce point de vue, au point de vue de la grammaire 
galloise pure, sans préoccupation étymologique, il y a des 
erreurs, et de nombreuses et importantes lacunes. L'auteur 
aurait pu, en partie, les éviter, si sa documentation avait été 
plus complète et sa bibliograph/e plus consciencieuse. Il ne 
suffit pas de citer une revue comme Xtl Revue Celtique parmi ses 
sources : il faut l'avoir lue et sérieusement dépouillée et étu- 
diée. 

Mon collègue, M. Vendryes, a reproché à l'auteur d'avoir 
passé systématiquement sous silence, en grande partie, mes 
recherches et mes travaux. Ce n'est qu'en partie juste. J'ai eu 
la preuve, çà et là, que J. M. J. en avait profité tout en ne 
me nommant pas. Mais ceci paraît faire partie de son système 
bibliographique. Dans beaucoup de cas, il en use de même 
avec d'autres celtistes. D'ailleurs il s'est sans doute cru quitte 
envers moi, du moment que Pedersen me citait consciencieu- 
sement. Je ne cacherai pas d'ailleurs à l'auteur que je suis 
tout consolé de jouer un rôle si effacé dans sa Grauiinar, occu- 
pant une place d'honneur dans la Vergleichcnde Grammatik du 
savant Danois. Je lui pardonnerais très volontiers ses omis- 
sions en ce qui me concerne, s'il ne mettait ma modestie à 
une cruelle épreuve : je me vois, en eff"et, trop souvent forcé, 
en lui signalant bon nombre de lacunes et d'erreurs, de me 
citer moi-même : rôle ingrat et quelque peu ridicule, quand 
on n'y est pas absolument contraint. L'auteur, je crois, eût 
été, en particulier, bien inspiré en tenant compte de mes tra- 
vaux de la Revue Celtique de ces dernières années, réunis en 
deux fascicules : Questions de gramuuiire et de linguistique hrit- 



îio /. Loth. 

toniques : I, La particule ro dans les langues hrittoniqucs — 
Remarques et additions à Fintroducfion lo carly Welsh de Stra- 
chan. Pour m'évjter des redites, voici une revue sommaire des 
questions qui y sont traitées et n'ont été exposées qu'im- 
parfaitement, ou même d'une façon erronée chez l'auteur. 

Pages 89-93. Les phénomènes de changements de voyelle 
désignés sous le nom trop vague d'infection vocalique sont 
mal exposés et d'une façon incomplète. La distinction entre 
les voyelles brèves et longues n'est pas indiquée. L'auteur 
aurait dû distinguer nettement entre l'action de t long final 
disparu et dejod. La nature du phénomène que l'auteur qua- 
lifie de non-ultimate affection (je laisse de côté les phénomènes 
comme ceryd:^::: cariio-), c'est-à-dire l'influence exercée par jod 
ou / suivie de voyelle et précédé d'une autre consonne dans 
l'intérieur du mot, sur la consonne ou les consonnes précé- 
dentes, n'a pas été comprise (cf. J. Loth, Remarques,^. 8-13)'. 

L'auteur, en maints passages, montre clairement qu'il ne 
connaît pas les variations vocaliques dues à la dérivation et à 
la composition amenant un changement dans la nature et 
l'énergie de l'accent, aussi bien dans les diphtongues que dans 
les voyelles simples. Sur ce point et d'autres, son livre est un 
xtcwX snr \q?> Lectures on ÏVchh Philology de John Rhys. De 
là des étymologies complètement fantaisistes (voir anikeudant, 
p. 378 ; eiithum, p. 338, 360, -4, -7; cyngheussaeth, p. 106 ; 
deuaf, p. 99; deuthant, p. 344). Pour l'auteur, le change- 
ment de ae en ei est toujours dû à / ou jod suivant : drainiog 
à côté de draen. J'ai démontré depuis longtemps que dans la 
dérivation et la composition, ce phénomène se produisait régu- 
lièrement, chaque fois que la forme positive n'empêchait pas le 
libre jeu des agents phonétiques : la forme galloise braenar est 
faite d'après hraen ; la forme régulière est le breton brcinar, 
gallois moyen brynar, par hreinar (Ane. Lav^s I, 180); 
drein-berth, drein-lliuyn est plus régulier que draen-herth, 
dracn-lhuyn. Le dialecte de Glamorgan Ouest met en pleine 
lumière cet important phénomène : en monosyllabe accen- 
tué ac devient ^7 : gwâd, sang, au lieu de giuaed ; T// sourcil, 

I. Voir plus bas notes à la p. 38. 



• Reiiiarques et (uhlilioiis. 1 1 1 

au lieu de (wl ; au contraire : îlod = aeloil, membre; ilwil, 
foyer = aehvyd ; slthi = saelhii, lancer de flèches. Ai en 
monosyllabe, devient l en dérivation : dail feuilles, dlhn, 
feuille etc.. 11 est clair que i représente un ancien ai, ei : sur 
ces questions, cf. J . Loth, La niclathésc de ae en breton, Revue celt. 
XXVIII, 57 ; Remarques, p. 14-17. 

Sur l'évolution des groupes consonantiques nip, ne, nt dans 
l'intérieur du mot entre deux voyelles, et sa signification au 
point de vue de l'histoire de l'accent, peut-être l'auteur eût-il 
pu profiter de mes Reuuircjues (17-21). 

11 en est de même sur certaines exceptions à la loi d'adou- 
cissement des consonnes en construction syntactique et en 
composition, quoique l'auteur ait apporté d'utiles contribu- 
tions cà cette intéressante qucsùon (Remarques, p. 24-32). 

Une incroyable lacune, c'est celle de la mutation des con- 
sonnes initiales, notamment de leur adoucissement en cons- 
truction syntactique. Il n'y en a pas de plus importante à 
tout point de vue, puisqu'elle domine tout le mécanisme 
des langues celtiques, même au point de vue de la syntaxe, 
et qu'elle constitue le caractère le plus original de ces langues : 
elle est à peine touchée (p. 161-176), Il est inconcevable 
qu'un poète comme J. M. J., qui attache, avec raison, une 
grande importance aux indications de la cynghaned, n'ait pas vu 
l'importance capitale de ce phénomène et son énorme exten- 
sion en poésie (Remarques, p. 36-50). 

Le chapitre Comparison (p. 241) est une utile contribution 
au sujet. L'auteur discute la théorie de Zimmer, se rangea mon 
avis, réfute Zimmer avec mes arguments et adopte ma théorie, 
sans le dire, sans doute pour ne pas blesser ma modestie (J. 
Loth, Le comparatif d'égalité en gallois. Revue celt. XVIII, p. 
362). Je l'ai rectifiée et complétée dans mes Remarques (p. 54- 
60). Ici encore, quoique copieux, le travail de l'auteur est 
incomplet . 

Il l'est également en ce qui concerne les pronoms infixes 
(cl. Remarques, p. 62-65 ; la particule ro, p. 110-118). 

Quant au pronom jr, son rôle, ses composés or, dr ; y-r ; or 
a ; ara, et autres, c'est à peine s'il en est question (cf. J. Loth, 
Remarques, p. 68; Particulero, p. 150-159 ; p. 107-108 ; 138, 
144). 



112 /. Loth. 

Le chapitre sur les particules verbales y, yt, yâ, yr, sur les 
formes du relatif, est tronqué, quoiqu'il y ait d'utiles 
remarques (d. Remarques, p. 69-73). 

Les diverses formes de la particule r\- n'ont pas appelé l'at- 
tention de l'auteur (J. Loth, Parlirulc ro, p. 137 et suiv.). 

Les erreurs sont graves dans le chapitre consacré aux préfixes 
verbaux (p. 263-270). L'auteur n'a pas compris le jeu de l'as- 
piration et de l'adoucissement des consonnes initiales suivant 
ces préfixes, et donne comme des exceptions ce qui était 
régulier à une période ancienne de la langue. Cependant pour 
la négation (p. 423), il paraît enfin avoir profité, toujours sans 
le dire, de l'étude de Strachan, dans Eriu, m, part. I, p. 20, 
note 2 : On sonie mutations of initial consonanls in ihe old welsh 
verb. Strachan ne s'est occupé que des conditions dans les- 
quelles ny, ry, provoquent l'aspiration ou l'adoucissement. 
J'ai montré que la loi qui régissait le phénomène s'appliquait 
à d'autres particules, et sans doute anciennement à toutes les 
particules verbales, qu'on était en présence des ruines d'un sys- 
tème analogue à celui du vieil-irlandais {Remarques, p. 73-83. 
Cf. Particule ro, p. 1171-1374. 

Le chapitre des composés avec le verbe substantit (p. 351- 
353) est fort incomplet. L'auteur paraît ignorer la composition 
du verbe substantif avec un pronom infixe Çam oes ; ny-m-oes ; 
a-m-byd ; am bu •,ae dyvyd etc.), si intéressante, comparée à la 
construction similaire beaucoup plus développée en comique 
et en breton {Remarques, p. 98-103). En renvoyant à mes tra- 
vaux, inutile de dire que je n'ai aucune prétention à l'infaillibi- 
lité, et que sans doute quelques-unes de mes liypothèses 
peuvent être critiquées, mais il est incontestable que l'auteur 
eût été bien inspiré en s'y référant et en en faisant son profit^ 
même sans le dire . 

Cette grammaire, d'après le titre, serait une grammaire his- 
torique. L'auteur l'a cru sans doute de bonne foi : n'a-t-ilpas 
donné pour chaque catégorie grammaticale, pour les mots 
types étudiés, des formes galloises de diverses époques avec 
plus d'abondance que ses devanciers ? Or, ce sont là simple- 
ment des matériaux épars pouvant servir à l'édification d'une 
grammaire historique. Si l'auteur avait eu la moindre idée des 



Remarques et additions. 1 1 3 

conditions essentielles d'une grammaire historique, il se serait 
inquiété de l'état social du peuple gallois aux principales 
périodes de son existence. Tout le monde sait que l'histoire 
d'une langue ne se comprend pas sans l'histoire du peuple qui 
la parle : une langue évolue différemment suivant qu'elle est 
celle d'un peuple libre ou d'un peuple conquis. Non seulement 
le vocabulaire en dépend, mais, dans une certaine mesure, la 
structure même et l'économie de la langue. Je l'ai montré 
dans la Revue Celtique, l'an dernier, pour le comique moderne. 
Il n'est pas douteux que la civilisation romaine en Bretagne 
ait non seulement pénétré le vocabulaire indigène, mais modi- 
fié sensiblement le système linguistique, tn général, si on le 
compare à celui de l'irlandais même au xi'^-xii'^ siècle. 

Personne ne doute que la perte totale de l'indépendance 
galloise n'ait pesé gravement sur les destinées de la langue et 
de la littérature du pays. La Réforme a été aussi clairement le 
point de départ d'une ère nouvelle pour la langue ; tout cela 
pouvait être exposé en quelques pages, sommairement, mais 
il était indispensable de le faire. 

L'auteur croit avoir esquissé ÏHistoire du gallois, quand il 
nous dit f» une page, qu'elle se divise en quatre périodes : 1° 
Early Welsh, depuis f époque où le hiittonique devient du gallois 
jusqu'au viii^ siècle ; 2° vieux gallois, du ix'' a la fin du xi^s. ; 
3° gallois moyeu, du xii^ à la fin du xiv= siècle et un peu plus 
tard ; 4° gallois moderne, de Dafydd ab Gv;ilym jusqu'à nos 
jours. On remarquera le vague de la première division. L'au- 
teur aurait dû aussi justifier les limites qu'il impose au moyen- 
gallois, d'une façon plus convaincante. Quant aux caractères 
propres de ces périodes, quant au lien entre elles, quant aux 
raisons et à l'histoire de ces évolutions, il n'en est pas ques- 
tion : aucune vue d'ensemble, aucune tentative de systémati- 
sation. Les grandes périodes de l'histoire du gallois se pré- 
sentent cependant comme celles des autres langues de cette 
famille, avec assez de netteté. Le brittonique apparaît nette- 
ment séparé du vieux-celtique insulaire commun dès l'époque 
de la domination romaine, lorsque l'accent se montre réguliè- 
rement sur la pénultième brève ou longue et commence à exer- 
cer son action sur les finales (v. note à la page 89 de la Grarn- 

R,'vue Cflliqiu-, XXXri. 8 



114 /• Loih. 

mar, plus bas). Les voyelles finales longues sont atténuées ; 
les brèves perdent leur timbre propre. C'est pourquoi à bref 
final latin exerce la même influence que a long final celtique, 
tandis que à bref final indigène ainsi que t bref sont sans 
influence sur la voyelle de la syllabe précédente ; cet effacement 
des voyelles brèves finales est la cause principale des profondes 
différences qui séparent la déclinaison et la conjugaison des 
langues brittoniques et goidéliques, à l'époque néo-celtique. 

Le gallois proprement dit (on peut en dire autant du cor- 
nique et du breton) commence avec la cbute des voyelles 
finales, sous l'influence déplus en plus énergique de l'accent, 
c'est-à-dire dans le cours du vii^ siècle, comme le montre la 
charte de 682, concernant le Somerset {Revue Celt.,XX, 340 '). 
Par les gloses et divers documents, il est aisé de se rendre 
compte des caractères distinctifs du vieux-gallois, en y compre- 
nant la période de transition si instructive du xi*^ siècle. En 
complétant les documents dont il disposait, il eût été facile à 
l'auteur, de suivre l'évolution de la langue à partir du xii^ siècle 
jusqu'à nos jours, et notamment de préciser la place et la 
nature de l'accent, le principal facteur de cette évolution. 

Dans le détail, la méthode historique fait aussi trop souvent 
défaut. Souvent les formes anciennes ou les formes essentielles 
et caractéristiques des mots pour l'étude de leur origine sont 
omises. Leur filiation n'est pas établie, soit que le côté lexico- 
graphique gallois n'ait pas été suffisamment étudié, ce qui est 
fréquent, soit que la comparaison indispensable avec les formes 
apparentées des autres langues celtiques ait manqué (voir entre 
autres exemples, les notes à : scipaiir, p. 14 (il s'agit des pages 
de la Gramina)-) ; huai, p. 13 ; Paivl, p. 105 ; aivr, ibid. 
ysgzvn, ysgawn, p. 109; huan, lluossanc, p. léo ; ffcirn, p. 136 
carrai; Kaer-lHon, p. 163 ; gwaeret, p. 166 ; keimal, p. 169 
denuydd, p. 224 ; ithr, p. 267 ; meuedd, p. 284 ; se, p. 298 
pronom de la 3^^ pers. du sing. suffixe, p. 404 ; inytun, p. 416 
aiiigén,p. 243 ; naniyn, p. 446 ; uogyl, p. 416 ; pp. 107-108 



I . Dans les noms composés, la finale vocalique du premier terme est 
parfois conservée sous une forme atténuée, en vieux-gallois, comme en 
vieux-breton . 



Remarques el aâdUious. 1 1 5 

diverses terminaisons nominales, etc. Souvent le sens des 
mots est donné sans précision et insuffisamment étudié : v. 
les notes à -.ffreu, p. 156 ; gttiron, p. 178 ; glaif, p. 180; cyjred 
et cyffird, p. 265, etc. 

L'auteur a fait assez souvent appel, avec raison, à la cyngba- 
nedd et à la métrique. Sur ce terrain même, il y a de graves 
lacunes : v. les notes aux pages 26, 34, 40, 42. 

L'auteur n'a guère tiré parti des gloses ni des documents les 
plus anciens du q;x\\o'\s {Généalogies, Annales Cambriae, Gildas, 
Nennius, hiscriplious chrétiennes, chartes et surtout délimitations de 
terres du Bookof Lhnidav). 

Ce qui a hypnotisé l'auteur, et lui a fait perdre de vue son 
véritable rôle de grammairien, ce qui a faussé son œuvre et 
gâté cet énorme labeur, c'est l'étymolo^ie. Il est littéralement 
possédé du démon étymologique. Rien ne lui résiste ou plu- 
tôt rien ne l'arrête. Il ne doute de rien. Cependant les juges 
les plus autorisés, les celtistes qui pourraient en parler avec 
le plus de compétence, sont tous d'avis que l'étymologie 
celtique est hérissée de difficultés et que la lexicographie des 
langues celtiques en était encore aujourd'hui le point faible. 

Je n'étais pas sans appréhension en ouvrant cette grammaire 
en raison de son caractère étymologique : le nom même de 
l'auteur n'était pas fait pour me rassurer. Tout en faisant preuve 
d'une érudition galloise étendue, il s'était fait remarquer par 
une imagination plus que hardie et un manque de mesure 
regrettable dans ses publications, aussi bien dans la forme que 
dans le fond' ; mes craintes n'étaient que trop justifiées. Son 

I. Je ne voudrais pas que l'auteur pût croire que j'aie conservé la moindre 
rancune de la critique fort détaillée qu'il a faite du premier volume de ma 
Métrique dans le Z . f. C. L. Le ton agressif et déplacé de cette élucu- 
bration n'a fait tort qu'à lui-même ; pour le fond, le posl-scriptiiiii auquel 
l'a obligé ladeuxième partie de mon œuvre, m'adonne entière satisfaction. 
Il ne m'en coûte pas d'ailleurs de reconnaître que pour la métrique du gal- 
lois moderne, que l'auteur connaît bien, il n'ait plus d'une fois raison 
contre moi ou plutôt, contre les nictria'cns Gatlois, mes autorités. A pro- 
pos de cet ouvrage, je crois devoir signaler une singulière erreur ou inad- 
vertance qui s'est glissée dans un compte rendu de l'ouvrage de Kuno 
Mcyer, Primer of Irislj vielrics, dans le Bulletin de la Soc. de liiig.de Paris 
1910. Il est dit que j'avais exposé déjà la métrique irlandaise d'une façon 
consciencieuse mais superficielle dans l'appendice au tome II, 2<^ partie de 
ma Métrique galloise. Or j'ai simplement reproduit dans cet appendice la 



ii6 /. Lolh. 

œuvre, telle qu'il l'a conçue, était d'ailleurs vouée d'avance à 
l'insuccès. Vouloir remonter directement du gallois à l'indo- 
européen, est une ^entreprise aussi paradoxale que de bondir 
du français à l'indo-européen sans le secours du latin et des 
langues romanes. Voyez-vous, par exemple, la forme indo- 
européenne de donnerai, reconstituée dans ces conditions ? 
Mon collègue, M. Vendryes, a justement reproché à l'auteur 
de ne faire que trop ■ rarement appel à l'irlandais, au breton 
et au comique. Il est, en effet, de toute évidence qu'on ne 
peut songer à retrouver le prototype indo-européen d'un mot 
gallois qu'en s'assurant d'abord de sa forme brittonique, ce qui 
est très hasardeux et souvent même impossible sans l'appui 
du breton et du comique; puis, chaque fois que c'est pos- 
sible, il est nécessaire de comparer cette forme à la forme goi- 
délique correspondante, si on veut arriver jusqu'au type vieux- 
celtique. C'est alors seulement qu'on a chance de remonter 
du celtique à l'indo-européen. A chaque instant, l'auteur 
tombe dans l'erreur ou se lance dans les étymologies les plus 
invraisemblables, par ignorance de la forme irlandaise, cor- 
nique ou bretonne. Il a d'ailleurs une excuse : sa science de 
ces langues consiste en citations empruntées à des manuels 
ou à des dictionnaires. 

Il n'a étudié personnellement aucun texte. Il est trop évi- 
dent qu'il n'a de ces trois langues qu'une idée fort superfi- 
cielle. Pour l'irlandais, voir en particulier les notes aux pages 
80, 136, 139, 178, 154, 107, 151, 149, 128,283,434 etc. Il 
ne distingue pas entre le vieil-irlandais, l'irlandais moyen 
et l'irlandais moderne. 

Il ne connaît le comique que par le Lexicon de Williams 
dont il reproduit l'orthographe fantaisiste. Il n'a aucune idée 
de la valeur de l'orthographe comique ni des particularités 
phonétiques de cette langue (voir en particulier les notes aux 
pages 86-87, 246, 250, 271, 319, 392, 336, surtout p. 368 
Çdus, dues, des^ Il en de même pour le breton. Il ne le con- 
naît que par les dictionnaires et non toujours les plus sûrs. 



métrique irlandaise en latin d'O'Molloy faisant partie de sa grammaire 
aujourd'hui fort rare, parue en 1677. Je renvoie donc le compliment aux 
mânes d'O'Molloy : siinvi cuiqtie. 



Renia rtiues cl iidili lions. 117 

Il ;i fiiit de fâcheux emprunts à celui de {Victor Henry. En re- 
vanche, il ignore le Glossaire moyen-breton d'Ernault. Pour le 
breton, voir les notes aux pages 108, 193, 150, 94 ; 81, 143^ 
146, 150, 392, 386, 410, 415, 433 etc. 

La plupart du temps, dans la morphologie, déclinaison et 
conjugaison, prépositions, conjonctions, les formes comiques et 
bretonnes sont absentes. 

Pour n'avoir pas étudié d'assez près le sens précis des mots, 
l'auteur se laisse entraîner à des étymologies sans fondement 
(v. notes aux pages 75, 78, 105, 109, 130, 162 etc.) 

Le contexte eût été absolument nécessaire dans des cas où 
l'auteur était tenu de justifier le sens imprévu qu'il attribue à 
certains mots : on ne le trouve pas (en particulier, note àffreu, 
à la page jy,giuas, p. 139). 

J. Morris Jones a évidemment lu et relu les ouvrages les 
plus réputés sur l'indo-européen. Il a compulsé non seulement 
Brugmann, mais encore Hirt, Meillet, Pedersen. Les bases 
monosyllabiques, dissyllabiques, longues ou légères, les degrés 
réduits jusqu'à zéro, n'ont pas de secrets pour lui. C'est sur- 
tout Walde avec son Lateinisch-Elyinolooisches Wôrtùrhiich, qui 
est son grand fournisseur : je le soupçonne d'avoir catalogué 
toutes ses bases, ses formes de racines ou thèmes à différents 
degrés, et d'en avoir fait pour les mots gallois une sorte de 
lit de Procuste (voir par exemple le gallois ejfro, éveillé, en 
face du him cxpergiscor^. La multiplicité et la variété des for- 
mes en présence desquelles l'ont mis ses lectures, ont eu sur 
son esprit ce résultat que pour lui tout est possible en étymo- 
logie et que les mots les plus divergents pour la forme et le 
sens sont réductibles à l'unité. Si un mot qu'il a résolu de ra- 
mener à un type indo-européen résiste, il le retourne: c'est 
ce qu'il appelle une métathèse: andaiu est pour a du aw, p. 104; 
audwyo pour adniuyo, p. loé, 160; -teg (gwartheg,béiâ\Y)cst 
pour un indo-eur. pek, p. 125; brig est pour prik, métathèse 
de krlp, p. 157-158 ; goh- et bog sont identiques et expliquent 
gob-, forgeron, et Tallemand backen. On a ainsi, la satisfaction 
de rapprocher gob- de focus, p. 160, etc. 

Si le mot ne cède pas à la métathèse, la dissimilation vient à la 
rescousse: c'est ainsi o^e ejfro, éveillé, est composé de^^^- prog-. 



ii8 T. Loth. 

par dissimilation de ex-pro-gr- : expergiscor ; myned, aller, vient 
de )iinnii, métathèse de hanii- : cï. venio, p. io6; lipyn, un 
peu, menu objef, vient de dimmyn, dérivé de dim, rien, par 
dissiiiiilalio}! : niiii a donné ff, ce qui dans la phonétique 
particulière de l'auteur donne pp, p. 315. 

Si le jeu de la métathèse et de la dissimilation n'a pas rai- 
sonde la résistance d'un mot récalcitrant, il y a eu addition de 
consonnes ou suppression: c'est ainsi (p. 159) que l'irl. 
scamàn, le gûW. y sgyfaint, poumon, se ramènent au latin /)«/- 
;//() : vous avez d'abord un s prosthétique ; puis / disparaît, et 
vous avez constitué ainsi le type indo-européen s-quium- {e 
réduit) ; par leskr. klôman- vous arrivez à piihm {pour pliimo). 
Les deux formes du même verbe dichon, digon, qui s'expliquent 
parfaitement par les lois de la composition avec préverbe 
(J. Loth, RcDiarques, p. 77-83; pour ces verbes, p. 80-81) 
sontexpliquées ainsi : dichaïun, dichon remonte à unbrittonique 
dï-gegâne par dï-g'gaîvn{zvec deux g spirants) ; dîgawn = britt. 
dï-g'gàiie : aryen gegône (voir note à la page 374 '). De même 
pour dyvii et dybii, p. 368. 

Enfin, quand la métathèse, la dissimilation, la prosthèse et 
l'apocope ne se recommandent pas, il y a le jeu de l'accent 
qui, dans la phonétique de l'auteur, devient d'une extrême 
mobilité en celtique. Tri, trois, est expliqué (p. 100) par 
trei-es. Cette accentuation anti-indo-européenne est néces- 
saire à l'auteur qui a développé la théorie que -ei-es accen- 
tué sur -ei- donne en gallois le pluriel -ocdd. Treics aurait suivi 
l'analogie de tlsor-és. Ail, second, pour les besoins d'une 
autre théorie, reçoit l'accent sur la dernière: aliôs (-p. 90). Un 
mot qui signifie descendance, se présente sous trois formes : 
edryd, edrydd et edryv. Il est clair que edryâ et edryv sont 
identiques et qu'il y a là un fait d'échange spontané entre la 
spirante labiale sonore et la spirante dentale (Caer-dyv, Caer- 
dyd). L'auteur pose comme démontré que le mot signifie des- 
cendance paternelle (voir note à la page 124): edryd vient de 
pHf-t- ; edryd de pJtriw-et edryv de p.Hr-in. En revanche, l'auteur 
ignore que les formes gauloises aiide, atc à côté de ainbi- s'ex- . 

I. Il s'agit des pasj;cs de la Gramniar. 



Remarques et atldilions. 119 

pliquent par le jeu de l'accent indo-européen (v. note à la 
page 89). 

Quand un mot se présente avec une voyelle différente, il 
ne vient pas à l'idée de l'auteur de se demander si cette dif- 
férence n'est pas due à la différence de situation ou si une des 
formes n'est pas plus récente que l'autre : c'est pour lui l'oc- 
casion d'établir une nouvelle loi. C'est ainsi que Va de loyitab- 
(visage) en composition, pour lui est primitif et est resté parce 
qu'il est prétoniqiie (*eiiiaq!i-). Or luynab- est une forme de moyen- 
gallois récent, car dans les Lois (T. Lewis, Glossary of Mediae- 
val Laïus), on a tiynep et giiynep-iuerth ! La forme de 
la glose let-einepp gl- pagina ne l'arrête pas : a est devenu e, 
parce qu'il est posttonique et situé après i : *cni-aqii- ! (v. 
note à la page 88). Inutile d'ajouter qu'il ne tient aucun 
compte de l'irlandais. 

Parfois une évolution de sens dans un composé lui fournit 
l'occasion de traiter avec dédain une opinion bien établie et 
de lui opposer la plus invraisemblable des formations. Dans 
des composés comme le gall. triigar, rhyvelgar, belliqueux, 
tout le monde a vu un composé en -car, qui aime : iriigar, 
compatissant, qui aime les malheureux. Cette explication de 
Stokes, dit l'auteur, est fancifnl. Il s'appuie sur des mots 
comme epil-gar, prolifique: qui ne voit que c'est là une évo- 
lution des plus naturelles ? Pour l'auteur, -gar est un 
double suffixe : ^ -âk-aro-s. L'irl. trocaire, gall. trugaredd 
remonte à troiig-âkariiàl (v. note à la page 256). 11 y a 
d'autres trouvailles aussi inattendues : c'est ainsi que marchoc- 
kaaf, je vais à cheval, remonte à markâhos agâme, je vais 
comme cavalier ; marchogaetb, action d'aller à cheval, = *mar- 
kâko-aktâ (v. note k la page 384). Paratoaf, je prépare, a une 
origine encore plus imprévue : paratoaf a été précédé pa.r par- 
ûd-hod-af, qui vient de parato-sod-, set ready : du latin paràtus 
-4- sod: racine sed- (voir note à la page 385). 

L'auteur partant de possibilités phonétiques générales, ra- 
mène des racines séparées et divergentes dans les différentes 
langues indo-européennes, notamment en celtique, à une unité 
de sens, et se livre en faveur du gallois, aux combinaisons les 
plus variées et parfois les plus inattendues. Les racines pel-. 



120 /. Lolh. 

quel-, gel, speJ, sgijel, sqel, sqer- ont le sens commun de tourner 
(p. 159). L'auteur en extrait respectivement : yiii-yl, bord; 
ol-iuyn, roue ;dy-chwel-nf, je retourne ; cor, cercle •,fflochen, éclat 
de bois ; hollti, fendre ; chwalii, éparpiller ; (breton shuld); ys- 
glyfio, ravir, enlever Çq en gallois; p en latin: spoliare^; llii- 
man, bannière (par une évolution de sens qui n'est pas indi- 
quée : = pJeus-men: lat. pulmo) ; ysgyfaint, poumon ; y sgwn, 
yss!afn, léger; cychwyfan, flotter (au gré de la brise). 

Les échanges les plus paradoxaux de consonnes initiales 
permettent des rapprochements saisissants: p. 125, nous ap- 
prenons que, par anticipation de k on q, l'aryen p devient / 
en celtique : irl. tore, gall. tivrch atporcus ; tanc, paix = pax, 
pan go ; teg,hQ2.\i: d. xxéil-^ingl. faegr,fair ; -teg dans gwar- 
theg, bétail =^pec-us; talch, flake = plancns ; tzuJJ trou, (*^//- 
kslo-s) : pungo, pnnctnm. A la fin d'un mot commençant par 
une gutturale, le même phénomène se produit : pryd, forme, 
aspect, irl. crnlh'. corpus (^*qnrp-); caivad, ondée = aryen 
qenêp- ; caled, dur = yaKzT:ô-:. 

B initial s'échange avec p sans motif (p. 157): baïuhoue: 
lat, pus (p. 104), yd, blé, et Inuyd, nourriture, ont la même 
origine : yd: pitn-; huyd = bbei-t-; de même rhann, partie, 
et barfi, jugement {perô : bharn -.e réduit) etc. 

Page 156, brcvis, 3pa-/jj-ç sont réconciliés a.vecberr, byrr;bec(c), 
bach : vous supprimez r de la racine, et vous avez : 1° byrr, 
berr de *bek-s-ro-; 2° bec(c), = -beggos ; bach :=begb(n)so- (e ré- 
duit); 3° bychan, petit, = biksogno- (brlJcs- de brgh{n)so-) ; be- 
chan, = begh{n^so- ! 

Je ne crois pas cependant qu'il y ait d'exemple de florai- 
son aussi touflue que celle de la base bhnerc, par extension 
blmerê-g-l-gh-l-q-, (p. 145-146) signifiant originairement i. 
hurl, 2 . sniile : d'où de i . sprinkie, roar, snore, rattle, talk ; 
de 2. break, crash, bnrst, sniell. Ceci dit, nous voyons 
éclore : 

I" avec bh: bivnu : bturw glaw, pleuvoir : frango ; brych, bri- 
th, bigarré. 

2° sph-: hwrdd, heurt; chwyrn, rapide; chiuyrnn, ronfler: 
sperno, spargo ; fraeth, éloquent, ffroen, narine. 

}°pih): erch, brun, sombre; ar ch-f a, pu^^nitur; a rogku, 
odeur {*paroqo-prâg-): avec e réduit. 



Rcimirijucs cl iiilillltovs. 121 

4° avec changement de p en /: Inuyn, nez (pnig-iio-) ; tra- 
ïuaf, je frappe : pnigâiiii . 

5" sprde sr- : rhiio, rugir ; rhoch, ronflement. 

La question de Vablaut ou alternance vocalique indo-euro- 
péenne si complexe, avec les modifications de timbre et de 
quantité et le jeu de l'accent, si obscure, parce qu'elle touche à 
un point de la préhistoire linguistique, devient chez J. 'M. J. 
d'une merveilleuse simplicité : le vocalisiiie de la lan^tie-mère 
varie suivant les circonstances et c'est ce ijuon appelle gradation 
vocalique ou ablaut (p. 78). Puis en huit lignes, tout le sys- 
tème des voyelles suivant les degrés est expédié. 

Les notes qui suivent achèveront d'édifier le lecteur. J'ai 
dû me borner, notamment en ce qui concerne la conjugaison, 
car si j'avais dû relever toutes les erreurs ou les hypothèses 
plus que hasardées de cet ouvrage, le compléter par l'addition 
des formes irlandaises, comiques et bretonnes, j'aurais abouti 
à un volume plus considérable que celui dej. M. J. 

Il n'est que juste de reconnaître que même dans le domaine 
étymologique, au milieu d'un fatras affligeant d'hypothèses 
injustifiées, il y a de temps en temps des vues ingénieuses et 
suggestives. Malgré tout, cet ouvrage, consulté avec prudence, 
peut rendre de véritables services. Il est assurément indis- 
pensable à tous les celtistes. 

P. 3. 2. J. M. J. ne veut pas de la division en celtique 
insulaire et celtique continental. Cette division, d'après lui, a 
pour origine la théorie de J. Rhys suivant laquelle la langue 
des inscriptions oghamiques dans le pays de Galles serait un 
stade archaïque du gallois, théorie (//y'^wt^// adoptée Thurneysen ! 
Pour Thurneysen, c'est exactement le contraire, et Thurneysen, 
ajoute que Rhys lui-même admet que les inscriptions ogha- 
miques en question sont goidéliques '. La véritable raison de 
ette division géographique, c'est que nous avons toute une 
ttérature nous permettant d'étudier le celtique insulaire, tan- 
dis que les documents du celtique continental se composent de 



I. Ketloroiiianisctics, pp. 7-8. Le passage concernant Tluirnevseu est un 
tisvu de contre-sens. C'est à se demander si l'auteur a lu Touvrage qu'il cite 
ou s'il est incapable de comprendre un livre écrit en allemand. 



122 /. /.()//'. 

rares et courtes inscriptions, de noms d'hommes et de lieux. 

La division en celtique à qii et celtique à p a. deux 
graves inconvénients : d'abord c'est attacher trop d'impor- 
tance à un seul foit de consonantisme et s'autoriser de ce seul 
fait pour unir deux groupes dont un nous est autrement 
inconnu, et séparer deux autres groupes qui nous sont au 
contraire bien connus et ont ensemble des traits communs très 
nombreux et d'une importance bien plus grande. 

En second lieu, l'existence même du groupe continental à 
q est problématique . Le séquanicn est un mythe. J'ai démon- 
tré que le nom de Seqnani ne prouvait rien, et que la langue 
parlée sur le territoire de ce peuple était du pur gaulois à /> '. 
L'existence du ceJlican de Rhys, avec son p et qii indo-euro- 
péen, est également improbable. Quant aux inscriptions de la 
Gaule cisalpine et de la Ligurie même, Rhys vient d'essayer 
non sans succès de démontrer qu'elles sont celtiques et pure- 
ment gauloises. 

On peut cependant, raisonnablement, faire un groupe du 
gaulois et du brittonique, et un autre du goidélique, en don- 
nant au mot gaulois un sens linguistique précis. 

P. 4. 3. Le langage des Gallois, Cornishmen et Bretons 
viendrait d'une forme hritto)ukâ. C'est vrai pour le gallois; le 
breton, léonard bre^onec, vannet. brehonec, île de Sein, breâo- 
iiec, est masculin, et suppose briltonico-s ou brittonico-n. C'est 
un adjectif : en gallois, il a été vraisemblablement rattaché à 
inith, qui est féminin, Quant à brelhonec on ne le trouve 
pas comme désignant le comique (Pryce donne Brethonec Cam- 
brian, gallois) : la forme connue est Kernûak, Curnooack (pro- 
noncez K^rtûpc), dérivé de Keruoiv, forme relativement 
moderne de Ceniew (gallois Ceruyiu, breton Kerneo). 

Suit une longue dissertation assez enchevêtrée tendant à 
prouver que la forme Pritaiiia a précédé Britaiiia, que celle-ci 
et les formes parentes montrent simplement une évolution de 
p initial en b ; de même pour Brilto qui serait sorti de Pritlo. 



I. J. Loth, L'inscription latine de Gélignieux et le prétendu ligure ou 
celtican du Calendrier de Coligny {Bulletin de VAc. des Inscr. et Belles- 
Li'tlrcs, 1909). 



Remarques ci additions. 123 

L'invraisemblance de cette thèse, à tout point de vue, saute 
aux yeux. La forme Prelania est à séparer nettement de Bril- 
lania et de Brilloncs. Elle est la plus ancienne appliquée aux 
habitants de l'île de Bretagne. Il est difficile de la séparer du 
nom des Pietés en irlandais et en gallois. Je renvoie pour l'his- 
torique de ces formes à l'article de M. d'Arbois de Jubainville, 
L'île Prélanique, les lies Prctauiqiics, les Brittoncs ou Brillani 
(Revue Cell., XIII, p. 398, 519). 

J. M. J. nous dit que \\pi--iy. désigne la Bretagne armori- 
caine et a dt)nné Brei~. Cette forme est léonarde et a besoin 
d'être rapprochée du vannetais Brecb, Breh, pour être pro- 
bante ; mais l)p'.x-[a est empruntée à Procope et, chez lui, 
désigne une île qui serait entre Thule et la Bretania {De hello 
gotb. lib. IV, 20). J'ai, le premier, expliqué son erreur, et 
l'étymologie Breix = Britiia est également de moi'. 

Prilamîia signifierait, comme Albion, nie aux blanches 
falaises, et viendrait d'une racine *qurêi commune aux Celtes 
et aux Italiotes, et ayant donné, d'un côté crêta, et de l'autre, 
l'irlandais crc, gallois pridd. L'irlandais cré, gén. criad, n'est 
déjà pas facile à concilier avec prid, breton pri, corn. pry. 
Crèta est encore plus embarrassant. 

Pour Cymry, on peut admettre Coui-brogi, en ayant soin 
toutefois de faire remarquer que c'est une forme hystérogène, 
comme ceraint au lieu de carant ; mais pour Cymro, il est inu- 
tile de recourir à la forme barbare Com-brogo- : *Com-brox 
suffit : -brox est traité, d'après l'accent vieux-brittonique, 
comme le monosyllabe brox, qui nécessairement gardait 0-. 

P. 6-7. Sur l'histoire de la langue galloise, expédiée en 
quelques lignes, voir plus haut, p. 5-7. 

P. 9-11. La question de l'alphabet est tranchée en deux 
pages. Elle eût mérité un sérieux examen. 

P. II- 18. L'exposition des sons vocaliques présente d'utiles 
remarques, mais il eût fallu donner les lois régissant le timbre 
des voyelles : il dépend et de la quantité et du nombre des 
syllabes et des consonnes environnantes. La description des 

1. J. Loth, L'émigration brel. en Arrnorique, pp. 169-170. 

2. J. l^oxh. Le nom national des Gallois (E.ev.Celt.,W\\ 384). 



124 /. Lcth. 

sons est trop sommaire et parfois peu précise. Pour cette 
question, je renvoie à la Revue de phonétique qui publiera l'an 
prochain, avec tracés à l'appui, une étude sous ce titre : Les 
sons fonduiucutaux du dialecte de Glaniorgan, par J. Loth et 
Morsjan Watcvn. 

P. 14. ii. Comme preuve de la tendance ancienne de ii 
gallois à se rapprocher de /, le vieux-gallois scipaur, gl, horrea, 
est donné en exemple. La connaissance des formes comiques 
et bretonnes eût évité à l'auteur cette erreur. La forme corres- 
pondante du moyen-cornique est shyher (^y = /), hangar, 
chambre spacieuse (Passio Dom. 648, 679) : au contraire, voc. 
corn. scuHIen, flagrum vel flagellum. Le breton skiber qui est 
également identique à scipaur et skyber, a le sens d'appentis, 
remise, hangar. Ernault (G/cj^. moyen-bret.) le sépare avec rai- 
son de skuba, balayer, gall. ysgubo, dont j'avais eu le tort de le 
rapprocher ' . L'étymologie en est douteuse. Victor Henry 
propose d'y voir un dérivé d'un emprunt anglo-saxon scyf-en, 
de même famille que sceoppa, d'où anglais shop, français échoppe. 
C'est peu vraisemblable. Le gallois ysgubor, grange, a été 
remanié d'après ysgubo. 

P. 15 (2). Dans les niss. de YEarly Middle Welsh, par 
exemple dans le Black Book, d'après l'auteur, y et / sont usités 
indifféremment pour exprimer le son z et les sons de y. Dans 
quelques niss., e représenterait le son de y. L'emploi de y 
méritait d'être relevé ; c'est, au point de vue alphabétique, un 
des traits qui séparent le vieux-gallois du moyen-gallois II appa- 
raît dans la période de transition du xi" et du xii'-' siècle. C'est 
un emprunt à l'anglo-saxon. Dans le Black Book, i long est 
généralement rendu par i ; il y a cependant quelques excep- 
tions : Skene, F. A. B. : enuuyret 5. 14; tryganet 6. 8; bryger 
15. 28 ; )' gnyf 43 . 29 ; ar gnyverj. 1 5 ; aerllyf 24. lé. Dans 
le BL B. e représente, en effet, parfois z bref, mais ï bret non 
accentué, ce qu'a oublié de dire l'auteur pour ce manuscrit. De 
plus, son emploi, dans certains cas, mérite l'attention. Comme 
je l'ai fait remarquer (^Remarques et add . à l'Introduction to 

I. Mon J'oùi}>ultnie vieiix-hrettm est une œuvre de début, où les erreurs 
ne manquent pas. J'espère le refondre et compléter prochainement. 



Remarque!: et ciddîlioiis. 125 

early Welsh, de Strachan, p. 3), e est de règle dans les notae 
aiigentes : pour les exemples, je renvoie à mon opuscule, ISJe 
pour ny est particulièrement frappant, et appelle le rapproche- 
ment avec la nota aicgens de la 1'''= personne du pluriel en 
moyen-irlandais '. 

P. 16. Grand nombre d'exemples d'alternances de c? et y. 
L'auteur ne nous dit pas quelle valeur il attribue à e, quel est 
son timbre. Dans caiilaf pour cxntaf ci autres, a serait du à la 
nasale ; il est dû tout autant à la prononciation de la guttu- 
rale devant c ; dans kafreiht pour kyfreiih, il n'y a d'ailleurs pas 
de nasale. Dans iiianach pour mynach, on a affaire à un fait 
d'assimilation : haut-vannetais iiienach Qii^nach), ailleurs 
inanach (bas-vannet. iiionach). 

Pp. 18-30 : prononciation des consonnes. Ce qui m'a vérita- 
blement étonné, c'est que J. M. J. ne paraisse pas soupçonner 
la véritable nature des occlusives galloises-. Pour moi, j'avais 
toujours été frappé tout particulièrement de la prononciation 
des occlusives sonores initiales : j'avais souvent l'impression 
que j'entendais des sourdes. En quoi j'étais d'accord avec Sha- 
kespeare, quand il fait prononcer plood pour blood à un Gal- 
lois. J'avais aussi des doutes au sujet de la pureté des occlu- 
sives intervocaliques. Des expériences nombreuses poursuivies 
deux années de suite au laboratoire de phonétique du Collège 
de France, m'ont prouvé que je ne m'étais pas trompé. J'ai 
opéré, il est vrai, sur le dialecte du Glamorgan. Il y a incon- 
testablement dans ce dialecte des particularités qui ne se 
trouvent pas ailleurs, mais les traits essentiels de sa phoné- 
tique, au point de vue de l'articulation des consonnes, se 
retrouvent dans le Nord. Les occlusives sourdes initiales sont 
des aspirées ; les occlusives sonores initiales sont très voisines 
des sourdes (en initiale réelle). Les occlusives sonores intervo- 
caliques des autres dialectes, précédées immédiatement de l'ac- 
cent sont, en Glamorgan, des occlusives sourdes pures, laplu- 



1. Cf. Dottin, Manuel il'irî. moyen, Grammaire,^. 220,222. J. M. J. 
cite, il est vrai, les formes des nolae augiisles, comme ne, p. 280. 

2. D'après une remarque qu'on trouve plus loin, il paraît s'être ravisé 
et avoir enfui entrevu, en partie, la vérité. 



126 /. Lolh. 

part du temps sans aspiration'. Ce dernier trait paraît parti- 
culier au Glamorgan. En un mot, les occlusives actuelles sont 
sensiblement dans le même état que les occlusives en pays de 
langue germanique. La Revue de phonétique donnera les tracés 
à l'appui des expériences. On trouvera dans la même revue 
une étude très importante de l'abbé Rousselot sur les con- 
sonnes irlandaises, complétant celle qu'il a publiée en 1899 
dans la Parole, sous le titre de : Les articulations irlandaises étu- 
diées à Taide du palais artificiel. 

P. 19. VII. La description de l'articulation de // est incom- 
plète et inexacte en un point : ce serait un son unilatéral. Or, 
l'air s'écoule des deux côtés, mais plus du côté droit. Ce son 
est parfaitement décrit par John David Rhys dans sa Gram- 
maire- : Cymraei hoc elementum proferunt, linguae maiore 
cuspidis parte in eam palati regionem, quae primoribus denti- 
bus, iisque supernis vicina est, valido nisu impulsa, ita intérim 
parce diducto rictu, ut obscuram rotunditatem prae se ferat, ac 
quodam deinceps veluti ex anserum serpentumque quasi sibili 
commistione veluti per crasin conflato halituose densissimo 
brutinoque sono, et per maxillares dentés utrinque, veruni 
niagis dextrorsuui, operoso conatu, emisso. 

Il est remarquable que les petits Gallois jusqu'à l'âge de trois 
ou quatre ans prononcent s ce son. Le début du tracé rap- 
pelle celui de s. Kuno Meyer, le premier, je crois, a justement 
relevé le fait que les Gallois, au xii'-" siècle, ont transcrit le 
nom de la rivière d'Irlande Sifion (écrit auj. Shaunon^, par Lli- 
non. 

Rh n'est pas non plus composé de r -\- h. C'est un son 
simple, une sorte de r spirant. J'en ai fait prendre plusieurs 
tracés d'après la prononciation d'une Galloise de Llanrvvst, 
miss Gwladys Williams. Aucun doute n'est possible. D'ail- 
leurs, il est bien évident que si rh avait été un son composé 
de r 4- h, on n'aurait pas attendu le milieu du xvi'^ siècle pour 



1 . Jolin Rhys dans ses Lectures ou IVclst) Phit. avait constate que les 
occlusives intervocaliques en Gwent n'étaient pas encore des sonores. 

2. CamhroJyrytauukae Cyinraecaeve linguae lustitutioues et ruiUmeuta, 
Londini, 1 392, p. 24. 



Ri'inuf(jue.< cl udJilionS. liy 

rexprînier ainsi. A une oreille mal avertie, il peut donner 
aujourd'hui cette impression. Ici encore, John David Rhys 
s'est montré bon juge (p. 29) : rh et r niillo alio interslitio a se 
invicejn ahjunguntiir, tiisi sala densi spiritus adjectione et abla- 
tione . 

Ibid. : h serait la forme sourde de la voyelle qui le suit. — 
J'aurais voulu que J. M. J. s'expliquât : j'avoue ne pas bien 
comprendre surtout l'expression forme sourde de la voyelle. La 
valeur de /; doit différer suivant le son qu'il représente; c'était 
le cas en moyen-gallois. En vieux-gallois, en dehors des cas 
où il représente s ou -es-, h n'a qu'une valeur graphique ; il 
apparaît devant la voyelle surtout des monosyllabes : 

ha hir eteni, gl. inslita longa\ (Gl. Oxf. i); 

hac crip, cum pectine (Oxf. 2); 

hair (air) : (Oxf. 2); 

baui bol e)tep et totam faciem meam (Oxf. 2) ; 

hi hestaiir, in sextario' : (Oxf. i) ; 

hinmap di Job -, Jove dignus (Oxf. 2); 

hint, sont (Oxf. 2); 

birunn, quem {yr Invmi), honit naiiiniiii, tantum ne unquam 
(Juv.); 

heitham, Oxf. 2 (gall. mod. eithaf). 

H est aussi employé pour indiquer une prononciation diph- 
tonguée : gurebicK Vh initial non étymologique a disparu en 
gallois ; il est resté figé en breton et en comique, dans : hag, 
et ; bano, nom, etc. — C'est un son faible et sonore. D'ailleurs, 
même h sorti de s, en breton, est généralement sonore, d'a- 
près les graphies qui en ont été prises à la Faculté des Lettres 
de Rennes. En vieux-gallois même, quand /; sorti de s n'était 
pas soutenu par l'accent à l'initiale, il disparaissait : par 
exemple dans la conjonction accentuée sur la dernière : anial 
Çsainal), devenu fal (Gloses à Juv.) ; anter-metetic, semiputata 
(Gloses à Juv.). 

1. Cf. vicil-irl. hi-lahiiii, en terre. 

2. hiii est probablement pour /«^ (cf. Poèmes à Juv. in t g roisatic); ce serait 
aujourd'hui : ynfab. 

5. Cf. yn luhxn (llwvn) dans les Privilèges de Vêglise de Lîaiidciv (the 
Book 0/ LIaii Dav, p. 120). 



128 ;. Luth. 

P. 20. iii. A' apparaît, en effet, dans le Black Book, et \eBook 
of Chirk. Auparavant, il ne figure que dans l'alphabet dit de 
Nemnivus. Son intrusion est due à l'influence française. K, 
dans le BI.B., est employé devant des voyelles palatales, con- 
curremment avec c. Il est remarquable que c'est c qui est en 
usage devant il. A la finale, k n'est pas employé. 

P. 22. iii (2). Dans certains mss. dont le plus important est 
le Bl. B., d spirant est représenté au milieu du mot et à la 
fin par /, ralhr illogically. Or le scribe a voulu éviter la confu- 
sion entre £^ occlusive et ci spirante. Cet emploi est également 
caractéristique du Foc. comique composé sûrement au xii^ siècle, 
quoique le )iis. ne soit, semble-t-il, que du commencement du 
xiii*^. C'est encore un trait français : le / représentait la spirante 
dentale qui a disparu à la fin du mot {chariteî, citeî') dans le 
premier tiers du wv siècle ; on le trouve conservé dans des 
mots français passés en anglais, en comique et en breton 
(anglo-normand airitcd ; corn, bolongcth. volonté, bret. bolotite- 
(= boloutcd). L'emploi de lu, dans le Black Book, pour exprimer 
le son bilabial v est également dû à l'influence française. Ces 
faits seront mis en lumière par M. Morgan Watcyn : je lui 
dois l'explication du / =1 d. 

P. 24. ii (i). A ajouter comme graphie pour l'expression 
de la spirante dentale sourde : dt dans Iiiidt (Ihvyth), à côté 
de liiith dans les Gloses marginales à l'Evangéliaire de saint Chad- 
A signaler aussi td exprimant la spirante dentale •sonore dans 
luitdauc (Elen) : Généalogies. Il eût fallu dire que la forme papcth 
est due à une correction, le ms. portant le iboni anglo-saxon. 

Ibid. iii. (i). Pour la spirante gutturale sourde, l'auteur ne 
donne que ch (avec la graphie isolée -rgch- dans iurgchell, gl. 
caprea, Gloses à Mart. Cap.). On peut signaler c : Brocniail 
ÇAiin. Cambr. à Tannée 662); Broceuianc {ibid. 148); Mcr- 
ciaiiii ÇCod. Lichï.); merc Loiiinaïc; Morcant Bulc; Ciiiinarc 
(Généalogies). Anbiic guell, gl. âne, est probablement à corri- 
ger en anbicc guell, Les petits poèmes à Juvencus n'ont que c. 
i/ apparaît après ; : Moruiarb (Cod. Lichf.). 

P. 25-22 (i). En vieux-gallois // serait écrit / à l'initiale, // 
au milieu et à la fin du mot. Il va des exceptions en position 
médiane et finale : Gloses d'Oxford : 



Rf marques et iidditions. 129 

elinn (ellyn') gl. novacula ; i^niapeli, sudaria (guopell); hum 
hol encp et totam faciem suam ; poèmes à Juvencus : patel, 
calaur. En revanche ^o^t'^s//, dolabra (gefail). 

P. 26. 23 c. Comme le dit l'auteur, s intervocalique est 
généralement doublée en moyen-gallois. On trouve ce 
doublement dans le Bl. B. à la fin du verbe suivie dune nota 
augens : gveleiss e 16, 26 ; kisceiss e 19, 6. On trouve ce double- 
ment dans le groupe j- + co»5. -rs-,-ms.- :diJisscî(Bl. 5.22-12) 
isscereint 33, 26; in wissc ^3. 3 ; passe 47. 5 ; kisscaud 47. 18 ; 
amsser 11. 28 ; masswet 11. 7 ; ith orsset 60. 15. 

Ibid. 3 3 . Dans les plus anciens vers, )• prothétique ne comp- 
terait pas pour la mesure : c'est le contraire qui est vrai, avec 
quelques exceptions. Il y a accord complet entre lesFo//r ancienl 
Books et les poèmes de la My. Arch. du xii"^ au wx" siècle. Y 
peut être élidé en liaison avec un mot précédent terminé par 
une voyelle ou svncopé après certaines finales consonantiques '. 

yn, préposition, v;/y jusqu'à ce que, ont également leur voyelle 
initiale syncopée i/rt//5 la prononciation - ; de même j dans y gaii, 
yriung, y dan '. 

P. 28. 26. I. w consonne est écrit o^// envieux-gallois : c'est, 
en effet, la graphie habituelle en tête du mot ou de la syllabe 
dans l'intérieur du mot, mais à partir du ix*" siècle. Au viii^ s., 
on a encore nn. Dans le nis. le plus ancien de Bède (Bibl. 
nat. mss. lat. 5226, 1. 13 '■°), on lit Uiirtigerno. De même 
dans les Inscriptions latines du vii'= et du viii^ siècle : Vendnma- 
gli, Valci, Velvor. En Armorique gu ne se trouve guère avant 
la fin du ix^ siècle et le commencement du \^. En Cornwall, 
on trouve lu- etgiu- au x^ siècle. 

A la fin du mot, après consonne, il y a à noter la graphie 
'gu : Généal. duX^ s. : Elbodgu, Arthodgn, Popdelgii. 

P. 28, VI (i) : Ce serait lu sourd, prononcé d'une façon 
intense, qui aurait donné un ch arrondi. Il est exagéré d'appe- 
ler u> sourd hiu représentant sij- vieux-celtique. Quant à la 
transformation de bw en cbw, c'est dû, en effet, à l'intensité de 

1. J. Loth, Métrique i^atlûise, II, 2, p. 126-127 ; p. 101-107. 

2. J. Loth, Métrique gatloise, II, 2, p. 121-124. 

3. //'/(/., p. 124-125 . 

Revue Celtique, XXXI'l. ,) 



130 /. Loth. 

l'aspiration. Appeler (Jbid. 5) -wch, ch rounded, dans welewch 
me paraît quelque peu pédant et inutile, 

Dans la Phonology, l'auteur a oublié le son semi-vocalique 
y, a provenant de g spirant précédé de /, r. Le son a le carac- 
tère spirani : y; a, ne compte pas le plus souvent pour la 
mesure dans les vers (daly, dala, gwyry, llwry, llory). Cepen- 
dant gwala (breton giualcJj) compte pour deux syllabes, ainsi 
que cywalha, pour trois, en moyen-gallois. Pour eiry, cira, il 
y a flottement dans le Livre noir ' . 

Enfin, il y a un son particulier, une sorte d'affriquée 
dont l'auteur ne parle pas, son représenté en comique et en 
breton comme en gallois. J'ai consacré quelques pages à ce son 
dans mes Contributions à l'étude des Romans de la Table ronde, 
p. 24-27. Ce son apparaît clairement dans les graphies des 
noms d' EssyJlt et Elissed. Dans les Généalogies galloises du x^ s. 
j'ai relevé la forme Etthil (pour Eitbill) : Rotri map Mermin 
et Etthil merch Cinan. Le ms. 20 du Collège de Jésus qui est 
du xiv" siècle, mais nous conserve des formes à peu près aussi 
archaïques que l'Harleian contenant les Généalogies du x'= s. 
donne EthclU. La vie la plus ancienne de Gruftydd ab 
Cynan porte Etil. Partout ailleurs, on a Essyllf. Pour Elissed, 
on a£'//~a/ dans les Ann. Cambr. à l'année 814 ; dans les Généa- 
logies : Elitet et Eli:(ed. Sur le pilier de Valle Crucis, c'est 
Elise.g, Eliset. Les notes marginales au Cod. de Lichf. ont Eli- 
sedi .au génitif (Asser a Helised). En Armorique, en breton 
moyen, le son provenant de / (d) + s, en composition, s'écrit ce, 
c:^ et se distingue à la fois de j-et ~ doux. Ce son était voisin de 
la sifflante provenant de //; sourd : gotic:^, pire (gallois 
gwaetl]).. Ce son est aujourd'hui 5 dur: hxxion moyQw dac:{orch 
(dat-sorcl)), auj. dassorch; dac^on, écho {diitsoii), auj. dasson. En 
comique, même phénomène ; à côté de dasserby {Res. Doni. 24), 
datherghyÇibid. ^j)etdatbserghy{ibid. 475). AuWcu de La nsalwys 
qui est la graphie ordinaire : Lantbaliuys {Eeiidnl Aids 1 303) : Lan 
pour liant. Le son ts ts, est également traduit par//;, fréquem- 
ment, en comique ; cniytb, béquille, représente l'anglais fn//f/>; 
latbye, clouer (Pascon, strophe 179) représenté latcb ; spatb = 

I. J. hoûx, MiHriijHC, II, 2, p. 114-I15. 



'RemarqUi'<i el iiihlilioii<.. 13 I 

spacc{^cun. Mer. 942. 3) etc. 11 semble qu'à toute époque, 
les Celtes aient eu certaine difficulté à exprimer l'afFriquée 
provenant de Is, ou niâne de st ' . 

P. 30. 27. /■. D'après l'auteur, une consonne simple entre 
deux voyelles appartient à la première. J'ai quelque doute à ce 
sujet quand il s'agit d'une occlusive : à l'oreille, il me semble 
que, par exemple, dans la prononciation de ladc ou lada, plu- 
riel de làil, l'implosion et même la tenue appartiennent plutôt 
à la première syllabe. C'est difficile, je l'avoue, à décider d'après 
l'oreille. 

D'après l'auteur^ lorsqu'il y a deux ou plusieurs consonnes 
entre voyelles, la première appartient à la première syllabe. 
C'est vrai dans certains cas, mais la règle me paraît fausse dans 
les groupes anciens «/-, -nd- ; -inp-, -mb. Dans cymher comparé 
au breton keniper, il me paraît certain que la coupe de la syl- 
labe a été après les consonnes, ce qu'indique la graphie h et 
l'assourdissement du /' en breton. De même dans canhwyll, 
chandelle, breton cantocl, comique canlidbrm (chandelier). 
Ce trait est frappant dans le gallois Nanhyver, envieux-gallois 
Nant-nimer (Ann. Cainbr. à l'année 865). 

Ibid. 15 27. ii. L'étymologie de Q'my/;/, familier avec, habi- 
tué à, est caractéristique. Cynefin viendrait de koii-doni-ino- : dont 
serait identique au latin doiiiiis. Il n'y a à cela rien à objecter, 
au point de vue phonétique, mais il serait singulier qu'un 
mot de cette importance fût isolé dans les langues celtiques. 
L'auteur ne s'en est pas préoccupé. Or en irlandais moyen, 
on trouve dam dans le sens de maison avec variante dom- : air- 
dam, prodomus ; dam-liac, domus lapidum ; mais on peut se 
demander avec Thurneysen si le mot n'a pas été emprunté^ 
comme la chose elle-même ~ ; car il n'y avait évidemment, dans 
l'ancienne Irlande payenne, m prodomus, ni domus lapidum. On 
pourrait tout aussi bien voir dans cynefin, la racine da}n- sup- 
porter : con-dam-ino. A propos de cynefin, l'auteur pose en prin- 
cipe qu'une consonne double étymologiquement est simplifiée 
après une syllabe inaccentuée. Je suppose qu'il s'agit de la 

1. J. hoxh, Contributions à Vétihle des Romans de la Table Ronde, p. 24-27. 

2. Cf. le niaendy, gallois et breton. On trouve Daiviliac dans le ms. de 
Bcde de Carlsruhe {Thés, pakoh. II, 285, 1. 17 ; il se trouvait aussi prob. 
dans le Livre d'Armagh : ibid. 266, 1. 11). 



132 y. Loth. 

prononciation moderne. L'exemple qu'il cite de cynefin est du 
xviii^ sièle. Or, la forme habituelle du moyen-gallois tsicynne- 
fin, en prose comme en vers : Livre rouge, ap. Skene, F. a B.^ 
II, 241, 5 '.cyjinevin. 

P. 31. 29. ii (i). En vieux-gallois, les diphtongues m, oi, 
ni restent intactes, dans l'écriture, comme le dit l'auteur. 
Cependant, il y a déjà des exceptions : cimmaeticion, gl. con- 
qneslos (Mart. Cap.) ; ceroenhoii,Q}. dolca{doUa : Juv.). 

La graphie l'y que l'auteur signale en moyen-gallois et qui 
se montre dans la langue de transition du w" siècle, par 
exemple dans les Privilèges de l'église de Llan Dâv, se montre 
aussi en vieux-gallois : Généal. : Co\l, Nougoy ; Ann. Cambr. 
Conguoy, Cocboy. 

P. 32. 31. i. Aux exemples de réduction de la diphtongue, 
ae non accentuée à la finale, en moyen-gallois, il eût fallu 
joindre ceux de la réduction dans la même position, de -uin à 
-acn, -en : Cod. Liclif. maharuin, bélier ; Ane. Laivsoj Gwynedâ, 
maharaeji. C'est ainsi que le corn, du xii^ siècle haloin est 
devenu balen. 

P. 34. 33. Les règles qui président aux contractions sont 
donnés d'une façon incomplète. Je renvoie là-dessus à ma 
Métrique galloise,\\. 2, pp. 106-113. 

P. 36.111.(1). Les contractions comme rhoi pour rho-i se 
placent, d'après l'auteur, au xiV^ siècle. Or, on trouve rhoi 
monosyllabique dès le milieu du xiii'^ siècle (Mvz'. Arch. 274. 
2 ; 276. 2 '). 

Il y a dans ce domaine des faits intéressants à relever : ainsi 
âewr compte toujours pour une syllabe, tandis que ry-iur, 
héros, by-iur, vaillant, comptent pour deux. J'ai donné la raison 
de cette différence en me rangeant à l'opinion deThurneysen : 
que dewr venait de l'anglo-saxon deor ; forme qu'a d'ailleurs 
ce mot dans le Gorchan Maelderiu (Revue Celt., 191 1, p. 28 : 
denrr gl. acri doit avoir une autre origine). Il y a aussi un 
grand nombre de mots isolés que la métrique seule permet 
d'étudier au point de vue de la diérèse ou de la contraction. 
On les trouvera réunis dans ma Métrique I, 2, p. rio-113. 

I. Métrique giitt.,\\, 2, p. IIÛ, 



Kc mit )■(/ lies el acldilioiis. 133 

La catégorie des vovellcs cii hiatus par dérivation ou compo- 
sition méritait l'attention ; on trouvera la loi qui y préside dans 
le même ouvrage Çibid. p. 109-110). 

Ibid. L'auteur fiait venir rhoi de rboddi. C'est peu probable. 
Rhoi est fait sur ro qui a sûrement existé, comme le prouvent 
le comique et le breton. On a d'ailleurs ro à l'impératif, 2" 
pers.du sing. dans le Bl. B. (Skene, F. a. B., II, p. 44, 16). 
Dans les Afic. Laws, on a des formes sans d : roes, roet, etc.. 
L'infinitif comique est ry (cf. dry, apporter). L'inf. breton est 
rei. Ro, en comique et en breton, a le sens de don. Quant à 
rhoddî, Walde, d'après Thurneysen, semble-t-il (à m), le ferait 
venir de pro-dJk\ Ro-di eût donné rhydi ou rhyd. D'ailleurs, il y a 
un substantif /7.W(/, don. Il me paraît impossible de séparer rod. 
de /'(?, quelle que soit l'origine du ^/gallois : peut-être n'a-t-il 
appartenu d'abord qu'au thème du présent. Quoi qu'il en soit, 
il faut s'en tenir à un thème ro. Sous une forme vocalique dif- 
férente, on a, delà même racine^ en gallois, rci, biens (J. Loth, 
Mélanges d' Artois, p. 214. 

P. 37. 34 .ii. Quand / ou lu se trouve devant une vraie 
diphtongue, la combinaison qui en résulte serait une triph- 
tongue niixL'd : uicddyliwyd, il fut pensé . Il fallait ajouter que 
souvent jod a été introduit indûment devant les terminaisons 
des prétérits en -luyd et ivys. Cet v ne compte pas pour la mesure 
(J. Loth, Métrique, 11, p. 130-156). J. M. J. donne m//;/ît'v;', 
hier au soir : la forme la plus ancienne est neitbwyr, (v. la 
note à la page 146). En revanche, neithiaiur dans le Livre de 
Taliessin (Skene, F. a. B. II, p. 117, 18) compte pour trois 
syllabes. 

P. 38 .ii, (i). L'auteur touche àla question de /absent ou 
présent, après une syllabe contenant ei, c'est-à-dire présentant 
une épenthèse. J'ai montré ' que les phénomènes comme hein- 
hauc, penny, auj. ceiniog; meibon,^h, sont des phénomènes de 
mouillement : / palatalise la consonne ou les consonnes précé- 
dentes, et le résultat est le développement dans la syllabe qui 
précède d'une diphtongue (7 . / a été souvent rétabli par raison 



Rt'iihirqiies, p. 9-1 3. 



134 /• Loth. 

d'analogie, mais le phénomène persiste encore en Sud-Galles. Le 
processus est des plus clairs dans les formes comme teirw = tar- 
noi (comique ierw '). A remarquer aussi que quand la voyelle 
de la syllabe précédant /' est i long, il y a fusion entre l'élément 
palatal et l : cristaivn, chrétien ; de même en breton cnsten de 
Cristiânus. 

Ce genre de phénomène a au fond la même cause que 
ceux du type saint. Seint a passé desantià snnV avec / con- 
sonne ; la syllabe a sûrement été mouillée, puis l'élément 
palatal s'est dégagé et a amené une diphtongue. En même 
temps la consonne s'est dépalatalisée. Il y a eu avant cette 
diphtongaison une époque où le mouillement seul était senti. 
D'où des graphies nombreuses en vieux-gallois où on 
trouve simplement e au lieu de ei : arcihrcnou gl. sepiiUi. 

Les phénomènes indiqués p. 41. v, vu (ceidwad, geirwon, 
(^garivion^ relèvent du même principe. 

P. 40. 36. iii. En gallois moyen et moderne, w disparaîtrait 
devant 0, par exemple, dans les préfixes go-, gor. C'est trop 
absolu . Il y a des exemples de guo-, giior- dans les Livres d'A- 
neurin et Taliesin, et même dans des poésies du xii"^ siècle 
{Remarques, p. 7). 

De plus, au xii"^ et même dans une partie du xiii'', la muta- 
tion de gu'o- en 0-, n'est qu'apparente : Xz cynghaneâ montre 
qu'il faut rétablir wo- (J. Loth, Métrique, II, 2^^ p., p. 4). La 
mutation de goJchi en givylch (de wolch-, cf. breton gwelc'hi) 
n'est pas un fait isolé; cf. gu'ere?ideu {giurandaiu'), gwerescyji 
{gorescyn). 

P. 42. 37. ii. Comme contre-partie à /W donnant uwd, il 
eût été bon de citer iaïun où jod représente vraisemblablement 
e : breton eeun (eôn), Voc. corn, eun-hinsic, justus; camhinsic, 
injustus (Pedersen, VergJ. Gr., I. 92). 

Ibid. IV : iiu est dissyllabique, quand il est formé par l'addi- 
dition d'une syllabe commençant par w à une syllabe finissant 
par / : gweddî-u'r, giueddi. C'est un fait entre beaucoup 



I. Ct. corn, aiin hobyl a verow (Or. M. 1803) : oii.' =^ o.Cf. gall. : vieirw ; 
beinv, il bout, ^= heru-ie-t. 



I 



Remarques et addilions. 1 5 5 

d'autres relevant d'une loi générale que j'ai formulée ainsi 
{Mclr. i^all. II, 2, p. 109) : les voyelles, quelles quelles soient, en 
contact par composition ou dérivation, quand la composition ou la 
dérivation est sentie, ou que le simple existe à l'état indépendant, ne 
forment pas diphtoui^nie : tcithi-aivc (teithi) ; meiri-eu (meiri) ; 
golo-cd (golo) ; cadfa-oii (cadfa) ; JJo-iuch (ffo) ; bore-eu (bore) ; 
lli-ant (lli), etc. 

P. 43-45 . Sur la distinction de wi vraie diphtongue (falling 
diphtong) etît'/ diphtongue impropre (rising diphtong), il y a 
d'utiles remarques au point de vue pratique. La comparaison 
avec le breton eût été très désirable et fort utile. C'eût été un 
critérium plus pratique que celui qui est indiqué p. 45. vu. 
Wy diphtongue viendrait aussi non seulement de ê long latin, 
ce qui n'est pas douteux, mais encore de ig ou / latins : swyn 
de signiim; synmvyr de sentirel siuyn représente non signuni 
mais segnum (J. Loih, Mots latins, p. 1 193-1047; d. Grôber, 
Archiv, 1883, p. 68). Synnwyr {synhwyr^ est difficile à expli- 
quer. Il est probable que ce mot est une forme hybride, tirée 
de séntio (breton senti, obéir), gall. moy. synnyaiu : sentio a 
le sens d'entendre; pour le suffixe, cf. v. gall. pressuir, adfixa. 

Dans le chapitre de l'accentuation (pp. 47-65), il y a beau- 
coup de bonnes remarques de détail. Mais ce qui est dit de la 
nature et de la place de l'accent est insignifiant et insuffisant 
(voir plus haut, p. 14-5); cf. Revue de phonétique, 1915 : Les 
traits fondamentaux du dialecte de Glamorgany 

P. 49. 40 (4). Ysbryd est expliqué d'une façon arbitraire. 
Je renvoie là-dessus à mes Mots latins, p. 217. Pour dyly et 
taraw, v. les notes aux pages 379 et 386. 

Ibid. IV. En brittonique, l'accent aurait été libre comme en 
aryen primitif. C'est absolument le contraire^ dès que nous 
pouvons constater son existence. Quant à la préhistoire du 
brittonique, elle se confond avec celle du celtique et je me gar- 
derai bien d'y pénétrer. L'auteur cite comme exemple broder, 
venant de brâtcres. Il est obligé d'admettre lui-même pour l'ex- 
pliquer, que l'accent s'est reporté sur -er. Ce serait à l'époque 
du vieux-gallois. C'est peu vraisemblable, puisque le breton, 
comme le comique, conserve -er. Si on suppose une forme 
bnlter-es, à l'époque de l'unité brittonique, il est très probable 



I3é /. Lolb. 

qu'elle eût évolué en brnir-es\ En tout cas, l'auteur commet 
une erreur très grave, lorsqu'il avance que â accentué don- 
nant aiu, il faut pour qu'il y ait o que l'accent se soit porté 
sur er à l'époque du vieux-gallois. En vieux-gallois, l'accent 
étant, en général, sur la dernière syllabe, au moins au ix^- 
x^ siècle, il est difficile de trouver des exemples probants. 
Cependant, on peut poser en principe pour le gallois de toutes 
les époques, qu'en dehors des syllabes finales, dans les poly- 
syllabes. Cl long vieux-celtique même accentué, ne donne que 
o: Gloses, nnolion, dèccolion : ringuedaulion, refait sur le posi- 
tif r/;7_o-//t'^rtw/, montre clairement que, même en vieux-gallois, 
l'accent n'était pas sur -ion; cf. Poèmes à Juvencus : Skene, F. 
a B. II, p. 1-2 : d i canes ; niolim. En moyen-gallois, c'est indis- 
cutable (Bl. B. : hrodorion, kertorion, coti (codi); hrodic; eirio- 
lei ; fonogion ; arllaw, arllofi . Ce fait n'est d'ailleurs qu'une 
conséquence de la loi générale qui régit les voyelles et les 
diphtongues en dérivation et composition (J . Loth, Remarques, 
p. 14-17). Ce qui est plus grave encore, c'est qu'il en ressort, 
que l'auteur ne soupçonne pas Vaction de la quantité sur h 
timbre, en dehors de l'accent. L'a long celtique, comme Va long 
latin, à l'époque de la domination romaine en Bretagne, a pris 
le timbre 0, même quand il n'avait pas l'accent principal : le gal- 
lois nadolyg, noël, a été précédé par Notolic, comme le prouvent 
l'irlandais notlaic, et le vieux-breton Notolic ; Ceredig, vieux-gal- 
lois Ceretic remonte à Cârâtîco-s et a été précédé par Corotic 
(cf. VEpistola de S' Patrice : ad Coroticuni^. Dans la suite, 
sortant de â, non accentué, s'est affaibli et a pris le timbre a : 
parawt = parât us, mais paratoi; pcchawt, mais pechadur, etc. 

P. 55. 44. VI. Dans namyn, l'auteur confond deux formes 
différentes, une forme avec voyelle de résonance : namyn pour 
nanin, et une forme namyn réduite du vieux-gallois namuin 
(J. Loth, Remarques, p. 105 ■,Métr. gall., II, 2'-" p., p. 129- 
130). 

P. 59-60. Les règles données pour les noms propres de 
lieux composés peuvent être justes. Il me semble cependant 

I. Il est probable que hrdteres avait suivi l'accentuation d'autres noms de 
parenté accentués sur -ter-. 



Remarques cl iidililioiis. 157 

qu'il }• aurait lieu de distinguer entre les composés où le sens 
des deux termes est senti, et ceux où la fusion est complète. 
Une étude minutieuse sur cette question serait nécessaire. L'ac- 
centuation de ce genre de composés, en comique comme en 
breton, présente avec celle que nous expose l'auteur, de singu- 
lières divergences. 

P. 68. 51. IV. L'auteur constate que Va allongé de tdl, 
front, s'abrège actuellement dans la composition : Tàl-y bônt. 
C'est un fait général pour toutes les voyelles, dès l'époque du 
vieux-gallois. C'e.st ainsi que hen, vieux, où 1'^ était prononcé 
long, se montre sous la forme heiin (avec e bref) dans Henn- 
rit, Hen-lann, Heun-pont ' (TheBook ofLlandav, p. 73, 80, 208). 

P. 71-72. Ce que dit l'auteur de la quantité de Va decalon, 
cœur, est juste. Il a raison aussi de dire que la graphie cation 
ne présente pas // sourd : c'est une conséquence de la quantité. 
En revanche, un composé kahiond- me parait bien hasardé. 
On eût eu vraisemblablement en gallois cakvu . De plus, en 
breton, Va de calon est long, même en bas-vannetais. Le cor- 
nique a toujours cohv!, sans exception, ce qui indique un 
degré différent de la vovelle et rappelle cohuecf, cité par l'au- 
teur. 

P. 75. 58. VI. L'irlandais^;////; n'aurait plus comme corres- 
pondant le gallois j^nc/^, breton /;w/^, Voc. corn, frot, alveus ; 
pages 156, i6r, ffrwd est tiré de spni-t, allemand spnidel, et 
séparé de l'irlandais sruth. C'est probablement le sens d'eau 
courante (cf. hveion f rond, torrent), qui l'a influencé, mais 
c'e.st là le sens primitif de cette racine, comme il est aisé de le 
voir par la comparaison. En breton moyen friit, frot est plu- 
sieurs fois qualifié de rivulns ÇCbrest. pp. 204, 205). C'est le 
nom d'un certain nombre de ruisseaux ou de petites rivières 
en Bretagne. Frouden-avel, vent impétueux, ferait pencher 
pour sprul- (cf. gallois ffnost). Il semble bien que les groupes 
spr- et sr- se soient confondus. Quoi qu'il en soit, il y a un 
rapprochement avec srutJ}, fait par l'auteur, parfaitement in- 
vraisemblable, ne fût-ce que pour le sens, sans parler de la 
phonétique : le gallois rhad, dung-water, serait identique à 

I. Cf. Le nom de lieu breton Hcn-bonl {Hciinehont, Morbilian). 



:vS /. Loi h. 

srnth. Rhiud, par lui-même, a le sens général, d'après les dic- 
tionnaires gallois que je connais, de sédiment, r ouille . Owen 
Pugh à rhwd . donne : rhwd haiarn, rouille, rhwd lli, sédi- 
ment laissé par un courant ; rhwd îomydd, purin. Cette éty- 
mologie est donc à rejeter. Dans le même paragraphe, p. 156, 
freu est traduit ^ix fruit, et à l'appui, un seul texte est cité, 
celui du Black Book (éd. Gw. Evans, p. 37). Il s'agit de Dieu : 
a wnaeth fruith a frcii a fop amrifjreu. L'auteur ne s'est pas 
donné la peine de vérifier le sens : il tenait une étymologie 
nouvelle! Ce qui liii a fiiit supposer que//'^M était parent de 
fruith, c'est que parmi les créations divines mentionnées dans 
le poème, des objets similaires sont accouplés; maiirth a llmi, 
mardi et lundi ; heul a lloei , soleil et lune. Mais des objets 
opposés sont également associés : tiiiiii ne oer, chaud et froid ; 
basacanotun, bas-fond et abîme. Il y a vraisemblablement 
opposition entre fruith afreu. Freu a le sens général de cou- 
rant, même de courant d'air : freu, c'est la condition atmos- 
phérique qui peut favoriser ou contrarier fruith. Ce sens 
est aussi certain dans les autres langues brittoniques qu'en 
gallois ; par exemple dans le comique froîu cité par Lhwyd, 
nom de lieu breton Frou; mais il entre dans le système de l'au- 
teur de ne pas s'inquiéter des mots comiques et bretons. 
Ffreu = srow-, n'a jamais que le sens de courant (d'air ou 
d'eau ; peut-être aussi d'effinve) : 

L. Tal. 133. 4 : 

ystyrywyt yn llyfreu 
Pet wynt pet ffreu. 

« On a examiné dans les livres, combien il y a de vents, 
combien de courants. » 

Ibid, 146. 14 : Pyparth pan dineu 

ry luynt a ry ffreu. 

211. 17 : ... mynut ryffren 

Prit myr ryverthwy ar warr tonneu 

Cf. Myv. Arch. 231. i : 

Dniu an giunel gochel ffraïut oervel ffreu, 
Ffnud ujjcrn. 

« Que Dieu nous fasse éviter l'impétuosité du courant glacé, 
le torrent de l'Enfer. » 



Rcmariiiics et additions. 139 

J. M. J. tire son f]reu de *spnh^-, et l'identifie avec le latin 
fragum, fraise. 

îbid. 59. ii. Il eût été nécessaire de citer à côté de brawd, 
le breton moyen btruir, corn, broder, bruder (avec e de réso- 
nance : plur. brudereth ^n broder ed ; cf. opxipix) ; de même 
pour modryb, le vieux-bret. motrep, bret. moy. vw^rep, étaient 
tout indiqués (Voc. corn, modereh). De pareilles omissions 
seraient à signalera chaque page. 

P. 76. éi. i. L'auteur nous révèle que /, r aryens restaient 
tels en celtique primitif; il a oublié de nous donner ses preuves. 

p. 77. 61 .i. L'étymologie de arniel, the second milch, avec 
mel venant de melg- est ingénieuse. Mais l'auteur aurait dû 
donner des exemples. Je n'en vois que de modernes. Or les 
lexicographes, Silvan Evans, O. Pughe, Thomas Richards, Wil- 
liam Owen, donnent aussi anuael, qui paraît appuyé par 
arnieiliad. 

p. 77. 61 (i) Cru- irlandais vient de quri devant/', e ou u, 
dit l'auteur en renvoyant à Thurneysen, Gr. p. 135. La cita- 
tion est inexacte : Thurneysen dit que l'élément labial de qu 
changer/ en ;/( devant des consonnes palatales et des consonnes 
à couleur u. 

p. 77. 61 .ii. Il est véritablement illogique de donner la 
forme vieille-celtique de blazvd, farine (bret. bleud.; Voc. corn. 
blot), nilât-, sans citer le vieil- irl. mlâithzizmlâti, mou. Plus 
haut, pour grawn, l'irl. grân est donné mais le breton grenu, 
omis. Il en est d'ailleurs ainsi pour tout le chapitre des voyelles 
et consonnes aryan in Keltic. 

Ibid. 62 .2. Erenn, génitif d'Eriu viendrait comme Iwer- 
don d'une forme avec î long initial. C'est le contraire (cf. 
Stokes, Urk. Spr.). La règle donné par l'auteur, que» voyelle 
quand il suivait l'accent devenait -unn, en celtique, est de la pure 
fantaisie. L'accent n'a rien à voir en cette affaire. Dans les cas 
où on trouve en irlandais -un au lieu de -«, régulièrement la 
dernière syllabe commence par r, l, n. C'est ce que John Mac 
Neill a établi d'après les inscriptions ÇThe Irish Oghàm Inscr. 
p. 347, Proc. of the R. /. A. XXV, C, n-" 15 ; cf. Pederserr, 
Vcrgl. Gr. II, 109 ; Thurneysen, Gr. p. 203-4). Le thème 
gobnmi- pvètc toujours à discussion. Le nom plur. irl. anman 



140 /. /-('//'. 

aurait dû être cité à côté lïanmann. Dans les Gloses, ce sont 
les plus récentes qui ont, à la finale, les graphies, -mm et -un 
(Thurn. Gr. p. 86). Quant à une finale réduite à-c/;/ et sur- 
tout à -<7,.cela ne vaut pas la peine d'être discuté. 

p. 78. 62 .ii. L'auteur, entraîné par la passion étymolo- 
giane, tire )';wi. juge, de hyu-piat =*scno-gnat-, elder, en 
donnant un pluriel hygneid qu'il aurait trouvé dans le Black 
Book, éd. G. Evans, p. 10, 84. Le vers de la page 10 doiine, 
en effet, Kighor bigneid ' mais celui de la page 8^ ne prouve rien : 
miae gowinneiss y offereid 
bid, aehcsgip ae bigneid 

« Je l'ai demandé aux prêtres du monde, à ses évêques et à ses 
juges », Il saute aux yeux que /.; est dû au pronom comme 
dans (b)csgip. La forme constante de ce mot est ynad, ygnat 
(/,. Talap. SkenG F. a. B. 11, 130-29; 174-19;!. Rouge 
290-8.) Dans le Black Book ofCbirk (T. Lewis, Gloisary, p. 299), 
les formes du pluriel, fort nombreuses, ainsi que celles du sing. 
ne montrent jamais h : eneyt, yneyt, egneyt. V elder est le byneif. 

p. 78. 63 .ii. Le gallois sytb viendrait de 5/-~r/- (même racine 
que dans sedéo). Les deux sens ne concordent pas : si-::^d- latin 
sida, comme la racine sed-, a nettement le sens de s'asseoir, être 
assis ; sylb, au contraire, signifie droit, dressé, raide, rigide. 
S initial est, en outre, une présomption de plus contre cette 
étymologie. 

p. 79. 63. ii. En celtique, e réduit devient a devant les 
explosives aussi bien que devant /, r, m, n, d'après l'auteur. 
Cette loi est basée sur adar, oiseau, adaned, ailes, auxquel il 
eût pu ajouter le vieux-breton attanoc, le moyen-bret. adan, 
indiquant un certain oiseau (Ernault, Gl. p. 18). C'est insuf- 
fisant. Il y a, dans des cas semblables, flottement d'un groupe 
celtique à l'autre: v. gallois etein, gall. mod., edaf,^\, trame, 
gaélique d'Ecosse, rt/Z/jiWwZ;, fothom ; gallois et breton alarch, 
cygne; voc. corn, elerhc, irl. cla. Pour aitbeamb, le latin patere 
montre un a ancien. Il semble bien, comme le fait remarquer 
Pedersen {Vergl. Gr. I, 40, 8, rem.) que l'entourage de la 
voyelle soit pour quelque chose dans cette évolution. 

I. H se trouve indûment assez souvent à l'initiale, en nioycn-gallois: 
nydhyn hoes dyn nac oes deil « la vie de l'homme n'est pas plus longue 
que la vie des feuilles. » (Myv. Arch. 210, i). 



Rcnuirqiia: cl (UÏdilioiis. 141 

Ibid. .iii. viodryh viendrait de niù-lr-jqm. Il est fort possible 
que }' soit dû au report de l'accent. Le v.-gall. donne modrebed 
(vieux-bret. inotrep). A côté de cymryd, il eût été nécessaire de 
citer le moyen-breton coin prêt, et à côté de cxmeraf, le breton 
kemeran {quemcraff, moyen-bret.). 

Amitb, discours, et l'irl. airecht viendraient de «r^^-/ (avec t' 
réduit); v. bulg rekq, je parle (degré nul), Il eût fallu, en tout 
cas, donner le sens de l'irlandais aircchl (airect, gl. ciirid), qui 
signifie non pas discours, comme araiib, mais réunion. L'étymo- 
logieest celle de Whitley Stokes. Elle est fort douteuse. Airecht, 
gaël. d'Ecosse = ci reachd, usité en irl. mod. surtout dans le 
dérivé oireachtas, paraît devoir être rapproché de l'inf. airec 
{yo'ix -icc chez Pedersen, Ver^j^l. Gr., 11, p. 552). 

p. 80. 63 .iii. Un manque absolu de précision dans l'éty- 
mologie se fait remarquer un peu partout. J'en citerai encore 
un exemple : l'irlandais tûfia, corn, tanoiv, gall. tencn, mince, 
latin /(7ZZ//3", sont tous ramenés à l'^y/t'// /c«//-, avec c réduit. Cha- 
cune de ces formes aurait dû arrêter l'auteur. Le vieil-irl. tanae, 
qu'il ait précédé ou non tcina, suppose taimui-. Le moyen-bre- 
ton taiiaii, vannetais, teiiaw {toiiàû'), supposent tanauo- (ou 
tanain-). Le comique tanoiu est également et régulièrement 
évolué de lanaiu, comme le léonard et cornouaillais /^/io. Tenen 
n'est pas d'une explication facile". Voir un degré réduit dans 
niyned et le tirer de ham-i- pour mami- est par trop para- 
doxal : voir d'ailleurs la note zmyned p. 154 '. 

Ibid. IV. Pour duiu, l'auteur se contente de le tirer d'une 
forme antérieure *diuyiu sans se donner la peine de la justifier 
par la comparaison avec les autres langues celtiques, qui 
donnent les formes probantes. 

Clod, gloire, est tiré de *kliito-m. Or, clod, aujourd'hui 
masculin, a été féminin, ce que montre avec évidence, pour 
une période ancienne, la glose bretonne cloi. o\, rumoris, en 
face de gur-clut, gl. evidenlis. L'auteur a confondu ici la phoné- 
tique irlandaise et la phonétique brittonique. En vieil-irl., en 



I. Peut-être /('«('!< est- il le rcBet d'une forme primitivement féminine 
en -7. 



142 /. Loth. 

effet, cloth, gén. cluith, renommée, est neutre et remonte à klu- 
to-n. Un bref final en irlandais, aussi bien qu'un a bref ou 
long, change un /, // précédent en e, o. Les inscriptions ogha- 
miques nous montrent cet ô devenu à. En brittonique, rien de 
pareil, comme je l'ai indiqué plus haut. D'ailleurs, u bref 
indo-europ. devient o en irlandais, s'il n'est pas influencé par 
u ou /de la syllabe suivante (Pedersen, Vcrgl. Gr. I, 35; § 
252). 

p. 81. 6^ V. Comme exemple de diphtongue ai-, donner 
aelwyd à côté de l'irl. ancien et moyen aed., feu, sans autre 
explication, est d'une mauvaise méthode. Il fallait au moins 
citer le breton ociled, et le comique (Vocab.) oilet, corn.-mod. 
olas, conservé dans l'anglais du Cornwall dans men-olas. 

Le gallois Qj)agr est rapproché de accr, oiy.poç, tandis 
que ocJyr, l'est de ocris, à^ù^ : sans aucune explication sur 
l'évolution si différente des formes galloises. Mais ce qui est 
encore plus surprenant, c'est que l'auteur paraît ignorer la 
forme bretonne. Le vieux-breton ar-ocrion gl. atroces, eût dû 
entrer en ligne de compte. Il y a plus : hagr, laid, existe en 
breton, avec h initial, et Victor Henry a eu grand tort de le 
donner sous une forme akr,qui n'existe pas '.h est très net dans 
la prononciation. C'est confirmé parle comique hager (hagr), 
hactcr. Ce mot, comme nom propre, existe dans l'ouest de la 
France : Le Hagre. De plus Imcr eût donné régulièrement en 
breton haer (en moyen-breton on eût eu peut-être hadr : cf. 
dation, larmes, ViQwx-hreiondacr-JongX.nvidns^. Un emprunt 
français me paraît à peu près sûr. 

A côté du gallois da, il fallait citer le comique da (breton 
da dans certaines expressions). Il eût fallu citer l'irl. deg, 
variante, de dech superlatif, d'autant plus que deg- alterne avec 
dag- en composition. 

p. 82. 63. VI. Pour rhod, gallois, v. plus haut, p. 26. 

Ibid. VIL Pour la plupart des mots gallois cirés, les formes 
bretonnes et comiques eussent été très utiles, parfois néces- 
saires. Il eût été logique de citer à côté de gallois gwlad le 
breton gJoat (gallois giuledig, breton gJoedic), et d'appuyer 
gwaladr sur les noms bretons composés en -walalr. 

p. 83, 63. (4). Citer -glasos (Gildas), sans le contexte est 



Remarquas et additions. 143 

encore insuffisant : il fallait donner Cuneglase, lanio fulve, et 
expliquer l'évolution du sens par des exemples irlandais et 
même gallois, car glas n'a pas seulement le sens de green 
que lui donne l'auteur (J. Loth, Revue Cell. 1912, p. 429- 
430). Glakt-s est une forme arbitraire qui eût eu besoin d' ex- 
plication et de justification. 

Parmi des étymologics hasardées, une des plus fâcheuses est 
celle de buan, rapide, qui viendrait de bi-vo-no-s. L'auteur l'a 
prise (en en modifiant la dérivation) à Victor Henry qui y a vu 
une forme correspondante à un latin *viv-aniis. Le breton a 
non seulement buan mais encore bon nombre de dérivés de 
ce thème toujours avec il ; on a le pluriel vieux-breton 
buenion. Comme justification, p. iro. 77 (2), il n'3' a que 
IJuossawc pour lliossaïuc, (û est évidemment relativement 
récent : cf. v.gall., mor liaus, breton lies), et huai qui vien- 
drait de fliiol =fîbula, par *ffual. L'auteur ignore le vieux- 
gallois fual des gloses d'Oxf. et eût dû citer le breton huai. Il 
saute aux yeux que ni flbula, ni flbola ne peuvent expliquer 
ni il ni a de huai. L'irlandais a, en revanche, une forme sio- 
bhall -i. dealg, qui représente jibula (Pedersen, Vergl. Gr., 
p. 221). Sur huai, cf. J. hox.\\,Mos latins,^. 178. 

Garr, jambe, viendrait d'une forme réduite d'une base 
*geneu-cr-, par *ganr \ (la base geneu, p3.T gjuni a donné glni, 
genou): c'est de la haute fantaisie. L'auteur aurait dû, au moins 
se référer à V Urk. Spr., de Stokes, et citer les formes bret. 
corn, et le vieil-irl. gairri gl. sur ras (suras) : le français jarret 
est un emprunt celtique. 

p. 85. 65 .i. Pour Cymro = Com-brogo- et les formes 
anciennes et apparentées, V. plus haut, p. 16 et note. 

ii. /;w^ viendrait de Irôget-iir, traed de trogei-ass, accus, ou 
du pluriel gén. //-oo-t'/-ô;/. C'est parfaitement arbitraire. Le bre- 
ton ^luv.treid, comique /rm étaient à citer. L'irlandais nom. 
sg. traig (*traget-s), indique une forme avec a; le sing. 
britt., une forme avec : c'est à peu près tout ce qu'on peut 
dire de certain. 

p. 86. 65 .ii. achub viendrait d'un latin occilpo. La quantité 
de u à'occupo est certaine : u est bref. Sur la prononciation û de 
certains û latins, v. J. Loth, Mots latins, p. 107, 130. 



144 /• Loi h. 

(3) Ici, une règle parfaitement arbitraire : e, en brittonique, 
devient / quand if est suivi d'une voyelle. 

L'auteur cite à l'appui ty = tegos et g-wc-ly où ly représen- 
terait h'gio-n, irl. lige. Or, à ty par / bref, le breton répond par 
// avec / long (le comique, de même, comme le montre l'é- 
volution moderne en chey^ et au contraire, à giuely, par gwe- 
Ic. Il me paraît probable que ty ne vient pas directement de 
tegos pas plus que le breton ti : cf. breton tiern à côté de 
teyni ; brientin-ior: à côté de brecnhin. A côté de ty, il eût 
fallu étudier teu-lu pour tei-hi ; he-n, semer (^scg-^ etc. 
Tail, fumier viendrait de tegl ; l'auteur renvoie au §§ 104 // 
(r) où tegJ est tiré d'une racine {s') theg, couvrir, ce que le 
sens ne justifie pas. Le breton teil avec son / mouillé ne de- 
vait pas être laissé de côté. Le gallois moderne gîvriaith, 
manure, qui est cité à l'appui, doit avoir une autre origine. 
Il a le sens de répandre du fumier ; dans gwrteithio cwaratmii, 
il a celui d'assouplir des souliers par de l'huile. La racine 
serait peut-être celle qu'on trouve dansl'irl. tais, mou(* taxi-): 
-taith aurait dans ce cas une dérivation en -io ; tnil, bret. 
teil supposeraient *tagl-io-. 

Ibid. loi (i) : pont, pont, viendrait de '^pontam {pont-in) 
pour le latin pontenr. j'avoue ne pas comprendre. Si le mot est 
devenu féminin (probablement à cause de son 0), pont en 
breton et en comique est masculin et a la même origine que 
le français pont. Pont vient d'un cas régime ponteni. Les 
langues romanes supposent ^ô;//('//^ 

P. 86 -65 (3) : e + liq. + e.xpl. deviendrait en gallois, v : 
kyinyrth, il prit, et giuyllt, sauvage. Le cas de kymxrtb, ne 
prouve rien, car on a aussi bien kymerth ', comme diffyrth à 
côté de dijferth (sur ces prétérits, cf. Pedersen, Vergl. Gr., II, 
372). Giuyllt peut très bien venir de veltio-s ; d'ailleurs l'auteur, 
dans le même paragraphe, reconnaît que e habituellement est 
intact: nerîh. Mais il essaie de rattraper malgré tout sa loi : per- 
thyn (pertineo) devrait son e à la préférence pour la suite 
vocalique c : y. Giuellt, herbe, est probablement un thème en 
-/ (l'elli-') d'après le dérivé vieux-breton: i gitelliocion, in fenosa. 

I. Cf. Kymerth, /.. de Tut. (F. w Ji . II, 177, 27). 



Remarque!; et additions. 143 

Pour prouver que dans le groupe -\- liq. -f- e.xpl., en 
gallois, remonte à û, le comique yorch, chevreuil, est cité à 
côré de yiurch. Le fait est hors de doute, mais le comique 
ne prouve rien : l'évolution de // en (> est un des traits cons- 
tants du vocalisme comique. Torch et yorch sont donnés 
commes old-cornish : ce sont des mots du Vocabulaire corniijue 
du xii= siècle. 

Asgiurn viendrait de asl-korn- : c'est de la fantaisie. Le léo- 
nard ascoiirn, comme le gallois, suppose asciuno- : ce suffixe 
-urtio- est largement représenté en brittonique. De plus, il 
me paraît probable qu'un composé avec ost- eût maintenu 
intacte l'explosive sourde : anciuyn = aute -cèniiiiii. 

(4). Dans beaucoup d'emprunts latins, c et devant r -\- 
cons. deviendraient ^7 (D'après l'analogie du degré réduit dans 
sarti). Les deux phénomènes ne se ressemblent pas et sont 
d'époque très différente. ]Sa dans carrai, lacet, parahl 
parole, est postérieur à l'emprunt latin de plusieurs siècles. 
Carrai ne vient pas directement de corrii^ia, comme l'avance 
l'auteur, mais a évolué du vieux gallois corruiii ', gl. corrigiuui 
(y. plus bas, la note à carray à la page 160). Le changement 
n'est donc pas antérieur au x^ siècle. ParchcU, indique que l'ac- 
cent est resté sur l'ancienne pénultième plus longtemps qu'en 
breton (porchell) et en comique Çporhal). Sarff peut venir 
d'une forme populaire latine sarpens ou sarps (français dialectal 
sarpeiit^, ou peut-être avoir été refait sur une forme dispa- 
rue, ùréQ de serpentem^. Tafarn paraît une forme commune à 
toutes les langues brittoniques ; Padarn est gallois : le breton 
a Padcrn : Lan-hadcrn en Plabennec ; Zaïii Pcdcrn (Saint- 
Patern en Saint-Tugdual, Morbihan). 

5) £" devant ss donnerait y; deux exemples seuls sont don- 
nés : ys, est, et ys, il mange. Y dans ys est un fait goidélo- 
brittonique et qui n'a pas encore été expliqué ; ys, il mange, 
n'est pas probant : ce peut être une forme analogique d'après 
les formes diss3dlabiques (^yssu'). Quant à tyst, que l'auteur au- 

1. J'ai démontré que les gloses de l'O.v. post . sont galloises et non 
comiques. 

2. Bot-sarplùn (Chresl., p. 164). 

Riviir Celtique, XXXI'l. lO 



146 /. Lolh. 

rait dû appuyer par le comique du vocabulaire tist, son y peut 
s'expliquer par les formes du pluriel en vieux-gallois (tistoiî). 
Cette hypothèse est confirmée peut-être par le 'mot du voc. 
corn, tistuni, testimonium ; cf. bret. tesleni, forme savante, il 
est vrai, et relativement récente (v. fr. testimonié). 

P. 88, 65 V. L'auteur est incomplètement ^documenté. Il 
fallait à coté de giuared, citer le moyen-breton goret (Ernault, 
Gl. I, 279-280). Sur gwas etfoss. v. J. Loth, Revue Celt. XXX, 
p. 67-69). Il y aurait à distinguer en outre l'usage gallois 
dans l'interchange wo.-, wa-, et l'usage pan-brittonique. 

Quant à un changement ancien de ^ en après /;/-, c'est 
encore une supposition sans base sérieuse. L'étymologie de 
myned de mam'iet pour haniiet de gnemi- avec e réduit, lat. 
venio, est quelque peu ridicule (sur la forme irl. correspon- 
dante, cf. Strachan, S tories from Tâin, p. 122). 

L'étymologie de niorwyn est douteuse. En tout cas, ut n'y 
est pour rien, ni sa place non plus (et. Pedersen, I, p. 32): 

Ibid. VI. Après i, a posttonique deviendrait e : wyneb 
y isage, ^^ éni-aqu- (racine ôqn = skr. amkatn. Mais prétonique, a 
reste : zuynab-en composition (eniaqii). On reste confondu devant 
de pareilles imaginations. Il suffisait à l'auteur de consulter les 
formes anciennes, de comparer au breton, à l'irlandais, pour 
éviter d'aussi extraordinaires erreurs. Le vieux gallois a leteinepp 
gl. pagina ; le vieux-breton a enep-uuert(Jj). Les Lois galloises 
donnent régulièrement giuynepiuerth et giuynepivarth (T. Lewis, 
Glossary, p. 182). L'irlandais ancien et moyen aenech, enech-lçg, 
Giuyâyat, il savait, comme atiuaoïat, ne doit pns le maintien 
de son a à l'accent : c'est un a pan-celtique régulièrement 
maintenu; c'est un imparf. moyen en -a-to (Pedersen, Vergl. 
Gr. II, p. 348). Supposer une forme eni-nqn-, est également 
surprenant, comme suffiraient à le montrer le skr. an-ika et le 
grec £v-(.')zta (sur l'élision et l'hiatus, respectivement dans les 
composés propres et impropres avec préverbes, cf. Pedersen, 
Vergl. Gr. I, 305 ; II, 243). 

Let-einepp glosant pagina est un emprunt irlandais. Le folio 
en irlandais, était traduit par duillc ; Jetb-enech avait le sens 
d'une page, comme en témoigne clairement ce passage de The 
Fision of mac Conglimic (ad Kuno Meycr, p. 53) : Figlis in 



keniiinjiics cl (uhlilious. I47 

mac legind in lethenach bai ara bclaib. Feib rosiachl in IftJk'iutch 
do Jligled, sinis a tbengaid d'iinpod na diiille . » <' L'étudiant 
examina la page qui était devant lui. Quand il eut fini d'exa- 
miner la page, il avança la langue pour tourner la feuille ». Le 
sens de un pour Iclh en parlant de deux objets est probant : 
cf. en irl. moderne : leaih-sbiiil, un œil; Icalh-ghliin, un 
genou, etc. Lcl- en gallois, a bien un sens péjoratif (v. la 
note à la page 262) mais non ce sens de //;/. 

La graphie ei dans eincpp est vraisemblablement une façon 
d'indiquer le caractère palatal de 1'// de l'irlandais enech : cf. 
einech et eineach (O' Donovan, Snppl.-). C'est d'autant plus 
frappant qu'une autre glose de l'Oxf. 2 porte cncp : bain bol 
enep, et totam faciem meam. 

Quant à luyncb, sa diphongue reste inexpliquée, à ^noins 
qu'on n'admette avec Pedersen un allongement brittonique de 
c initial, lui donnant la même valeur qu'à f long latin (^Vcrgl. 
Gr. I, 38). 

Ibid. 66 .ii. swniwl, aiguillon, ne vient pas de siinibnl, 
sliinulus, mais du latin vulgaire i///m////5 ; v. gall. suinpl. Dans 
kwmwd, kymiud, y ne vient ni de / ni de u : cf. v. bret. coni- 
pot, et breton moderne comboiit (le b s'explique par des dérivés 
du même composé : Combodec, nom propre qui a le sens de 
voisin, gall. cymmydog : Ernault, G/. I, 114). 

P. 89, 66. .iii. (2, 3) : iji- ou ne- à l'initial, deviendrait tan- 
tôt û, tantôt plus régulièrement givy- : c'est encore arbitraire. 
UgeintnQ peut être identifié avec fiche et ne saurait remonter à 
nikantî. J'ai essayé de l'expliquer parle composé tri-ugeinl pour 
tri-nigeint, mais c'est une hypothèse saiis fondement. Le van- 
netais ivigent est lui-même pour ugent : cf. wenec, onze, pour 
nnec ; cf. le comique luonon pour onon {imm). Ucber ne saurait 
non plus venir directement de nisqer, forme arbitraire d'ail- 
leurs. Pour ces deux mots la théorie de l'allongement de 
l'initiale de Pedersen, ÇVergl. Gr. I, 255) n'explique pas ïL 

IV. î aryen à la finale, ou terminant le premier élément 
d'un composé, donnerait en gaulois et britt. e : exemple are, 
ani en gallois = ainbe = iijbbi ; nior ■=- more, gaulois more = 
mori. L'auteur encore ici n'est pas documenté. D'abord ambe 
est une forme sans fondement : le gaulois montre anibi- dans 



148 /. Loi h. 

de nombreux composés. Aude, are, ate et ombi- sont des formes 
qui reflètent un phénomène d'accentuation indo-européenne 
des plus intéressants : ande, are, ate répondent aux particules 
sanscrites accentuées sur la première syllabe ddln,pâri,âtt, tan- 
dis que ambi répond à abbî, grec à;xsi (mais -épi, ï-i) : cf. 
Pedersen, Fergl. Gr., I, 40, 256. Quant à l'affaiblissement de 
la finale î en brittonique, ce phénomène n'est pas isolé : il a 
atteint toutes les voyelles brèves ou longues finales. Les brèves 
ont perdu leur timbre (rt comme 7), ce qui a empêché que t 
final n'exerçât la même action qu'en irlandais ; les longues 
ont été diminuées dans leur quantité, d'où l'équivalence, au 
point de vue de l'effet, entre h long celtique et à bref latin 
{Mots latins, p. 97-98). More est sans autorité pour le gaulois. 
Il est tiré du traité connu sous le titre: De noininibiis gaUicis 2 : 
Aremorici antemarini, quia are ante, more mare, morici niarifii. 
L'auteur du traité gaulois n'est évidemment pas grand clerc en 
eaulois ; il a été amené à donner more à cause de mare. C'est 
en tout cas, une forme tardive. 

V. Bon, base, doit être rapproché de l'irlandais biin, et ne 
peut venir de */'//t/-w-: .bud -no- a donné, en irlandais bond, 
bonn. Quant à bon, irl. bnn, il suppose plutôt *bonu- (cf. Pe- 
dersen, Vergl. Gr., II, p. 21). Four clod, v. plus haut. 

P. 90, 69 .ii. (i). — ail, second, viendrait de aljôs. J'ai émis 
cette supposition à cause du mouillement de / en breton {Revue 
Celt., XVII, p. 437). Mais c'est invraisemblable et arbitraire. 
Le mouillement de / entre de même dans teil, fumier, et ne 
saurait s'expliquer ainsi. Pour deigr = dahrfi, v. note à la 
page 200, 121, III. 

Draen, ronce, viendrait de dragnos, neutre, et drein de dra- 
gnesa. L'auteur oublie l'irlandais moyen draigen, génitif drai- 
gin, = drageno- : drein remonte à drageni. 

P. 91, 69 .iii. (2). — Llith vient, non de lectio, comme 
l'avance l'auteur mais de lëctio : j'ai supposé {Mots latins, 
p. 109) que l'intermédiaire avait pu être une forme lectio; 
mais lectio eût donné régulièrement leith {nilh, nièce, ne peut 
être invoqué, car il remonte à nept-î par neytl, niyti). On 
peut supposer que e est arrivé à une prononciation / sous 
l'inllucnce de -io. 



Rriiiiiii/iies cl iiJdilioiis_ 1-19 

L'irlandais liacht suppose c lon^ mais c'est un emprunt sa- 
vant. Le latin de Gauleavait, semble-t-il, une tendance à pro- 
noncer S latin, t. C'est un fait établi après l'occlusive gutturale 
sourde initiale: irl. cls — census ; dp = cëpa, civette (Thur- 
neysen. Gr., p. 5 18). 

P. 92, 70. — L'auteur, au sujet de l'influence de /conservé 
sur la voyelle de la syllabe précédente, devait indiquer que cette 
influence n'est pas ancienne (elle ne s'exerce en vieux-gallois 
que sur a^ et que si elle existe en comique ', elle est inconnue 
du breton : c'est la diflerencc la plus notable qui existe entre 
le breton d'un côté et le gallois et le comique de l'autre au 
point de vue du vocalisme (J. Loth, Revue ceJt., XIV, 70). 

L'auteur ne s'occupe pas de la question de Vît bref final 
{carantiià donnant cere)ihycî), ignorant l'existence des thèmes en 
-m que j'ai démontrée ^ 

Ibid. Aï. — Surles formes du vieux-gallois et du moyen-gal- 
lois du type mepiou, meiboii Çiiieibion^, l'auteur est dans l'erreur. 
(Cf. J. Loth, Remarques é^, p. lo-ri). 

P. 93. (2). — Pour e devenant t'/ devant j, cf. Ibid. p. 9-13. 

IV, Il eût été indispensable pour éclairer les formes comme 
cemuch 2'^ pers. plur. impér. d'en rapprocher les formes cor- 
niques similaires. 

Meinoeth, meinyoeth viendrait de iiieda-niokte : pourquoi, et 
d"où uiokte ? lueindyd serait fait sur meinoeth: c'est à la rigueur 
possible, mais hasardé. 

P- 95> 71 (3)- — '^^ serait devenu aw en gallois dans iimu'J à 
côté de molaf: l'auteur en donne pour preuve l'irlandais uio- 
lim. Le breton lueuli prouve que maïul est régulier, et qu'il 
faut admettre l'alternance ô : ô. 

.iii. — Pour givau)!, marais, il fallait citer la forme vieille-gal- 
loise guoiu, le breton geun, le comique gou, goon : Victor Henry 
suppose, avec raison, semble-t-il, uâg-nâ (cf. latin vagus). 



1. Dans mes Mots latins (p. 47), j'ai avancé que ce phénomène était par- 
ticulier au gallois, ce qui est erroné. 

2. Méiii. soc.liiii!;. de Paris, XVIII, 54. J'ai donné (Revue Celt., 191 5, p. 
45) un exemple indiscutable de ce thème eu gallois et en comique. Si on 
suppose un neutre il faut que ce soit un pluriel neutre en -iil. 



150 /. Loth. 

IV. ffynhaivn suppose plutôt fontâna mais les formes cor- 
niques et bretonnes indiquent sûrement fôntaml. 

P. 96, 73 .ii. (2) : û bref, britt. et latin devant /; donne- 
rait // : du, noir, de dub par diiv. Comme c'en serait le seul 
exemple en brittonique, il est beaucoup plus logique de tirer 
le britt. did^ de douho- {*dhoubo-) et l'irl. dub de dûbo-. Le bre- 
ton a conservé dialectalement le f final (moy-bret. duffdunsdes 
mons de lieux; breton d'Ouessant : diifa, le plus noir; à Sein, 
diisny 

Pour ciifygl, cubiculum, la variante cudygl, indique l'in- 
fluence de cud, cacher ; mais ce n'est pas le seul exemple de û 
latin, devenu û en brittonique : ciifyd, coudée, achiip; ufyll. 
L'explication de ce .phénomène n'est pas facile. En tout cas, 
achiip ne saurait s'expliquer par la loi fantastique, une entre 
cent autres, inventée par l'auteur : // serait allongé en û parce 
qu'il a été accentué, comme eti brittonique ! 

P. 97, 74 (2). Pour les extraordinaires reconstitutions 
Uiaius = lios-tdts, et Uitosog = li-os-tahos, voir plus bas note à 
la page 311. 

P. 98, 75 (2). caro, subjonctif, viendrait de f^roc = haraset : 
je ne discute pas, je signale. 

(3) SMX achos, achwyson, v. J. Loth, Remarques, p. 10. 

.ii. (i). — Pour la stupéfiante étymologie gwaethaf = upo- 
pedisemo- (t' réduit), v. la note à la page 246. 

(2) -oian donnerait -wy-n, -lun, exemple p. 335 : i pers. sg. 
cymerwn pour cyinerwyn = com- beroi-an(ji) ! Passons. 

P- 99> 75 (2)- deuaf, je viens, viendrait de dau, lequel 
remonte à dô esô pai" dôiii, dol, dôii\; daw, y pers. sg. vient 
de do eset par doîet, doet, douet ; moes vient de moi eslô par 
mo estî, 1)10 ys ! 

P. 99-100, X. L'auteur suppose pour expliquer -oed, uneforme 
post-tonique -iia, ce qui est parfaitement arbitraire : moroed 
viendrait de mâriia. Post-tonique, un suffixe -ià est seul vrai- 
semblable : maria a donné myr. Pedersen, pour -oed a supposé 
une dérivation du suffixe du nom. plur. des thèmes en -/ : -ei-cs. 
Ce suffixe était accentué sur -ei. Il n'y a en breton que 
deux exemples certains, du pluriel en -oed : PJebs nova in Porthoed 
(v. Chrest. bret., chartre du xiii" s.), aujourd'hui Plounevez 



Remarques cl addilious. 1 5 1 

Porzay,Fin,etlemoycn-bret.ri{//W(':^, lamentations. Il est remar- 
quable que Porthoed est un dérivé du latin /)t>r/z^-5: porln- a dû 
être traité comme les thèmes indigènes en -n-, -ou-. Il en a 
été de même \>o\w cafiioc:;^, vraisemblablement. Cela tendrait à 
indiquer que ccscollcctifs en -//Jsont partis des thème^en -u,-oij. 
V. Tri, trois, viendrait de triiés, accentué sur la dernière ! 
Tri, gall., brit., cor., irl. (nom. ace. masc.) remonte à un 
vieux-celtique *lris ; c'est tout ce qu'on peut dire de sûr. 
Supposer une forme accentuée sur la dernière est contraire à 
toute vraisemblance : skr. trày-as, grec (Gortyne) Tp;^;. L'ana- 
logie de lisor-és ne suffit pas. 

(4). Pour justifier-//^, donnant ai, (encore un accent placé 
arbitrairement), l'auteur cite pour le vieux-gallois giiarai, 
mais ne cite pas : guaroiou, guaroi-iuaou ; il ne donne que la 
forme du moyen-gall. giuariuy. 

P. 100, VI. (i) Il eût été utile de citer à côté de ghiiamo- 
la forme du voc. corn, kyniaf, autumpnus, qui suppose gia- 
1110- : cf. goyf, hiver. De même Isarno- donne en vieux-breton 
hoiarn, mais toujours iarn, quand il forme le premier terme 
d'un composé (Chrest. p. 140, note 6). La remarque sur 
-isa-, -csa- est donc incomplète. 

Partout, l'auteur pour justifier ses hypothèses étymolo- 
giques, fait jouer à la place de l'accent un rôle que rien ne justi- 
fie. Le même mot, nepôs, est accentué népos pour expliquer le 
mot du voc. corn, noi, mais il est accentué nepots pour expliquer 
le gall. moy. nei: le breton 7ii est oublié ainsi que le viei-irl. 
niae, gén. niad. Avant de hasarder une étymologie àtdoe, hier, 
il fallait étudier le breton dcch et le vieil irl. in-dhe (/; est une 
erreur de scribe), voc. corn, doy, heri '. L'étymologie de ces 
formes est encore à trouver. Pour withizvyr, voir plus bas, la 
note à la page 146. 

P. 103, 76. Pour l'étymologie stupéfiante de nieii, teu de moi, 
toi, non-accentués , voir note à la page 283. 

P. 104, 76 .ii. L'irlandais ôthad, nathad viendrait de au- 
tât-; gallois odid ^ o-tût^ ou-tut ; or le vieil irl. nathad, est 
un thème en 0- comme le montre le génitif 7m///;/J(Thurn. Gr., 
102). 

I. Laformcffene reposeque surletémoigage de Lhwy à^Arch., p. 249, i). 



152 /. Lolh. 

iii(i) niidaiu, écouter, serait pour adnaiu = ati-gnâ-u- {ht. 
nâvits, irl. ûithgne, cognitio). Une pareille métathèse est ce 
qu'il y a de plus invraisemblable, le groupe ad-n- étant fami- 
lier aux oreilles galloises (pour andaiu, cf. J. Loth, Rcv. ccll. ; 
cf. pour ta, îaiu, Pedersen, Vergl. Gr., p. 54-55)- 

bmu viendrait d'une forme avec p initial : latin ptis ! 

(3) L'iicin viendrait de lonânnes par lOaniies, : leiian existe en 
vieux-gallois, sous la ïorme louan, dérivé louananl et loguanaul 
(Cart . de Llan.). Ioiianesndenûquea.\i\'\.eux-hret. louuaiî.Iohancs 
a donné en breton lehan et lahan (d'où le moderne Yami). 

P. 105, 76(4). Prtu'/ serait la forme régulière de Paulus : 
Paul serait biblique et représenterait la forme anglaise. Il est 
vraiment étrange que l'auteur ignore la forme vieille-galloise 
Poul (B. of Lland. p. 227), aussi bien que Moiiric, gall. 
moy. Mcnric. Poul donnait régulièrement en gallois moderne 
Paul. Quant à Pôl, ce peut être, en effet, une prononciation 
anglaise. 

(5) hn, fut, ne peut venir àthone (beyhâue. Vu est dû clai- 
rement à des formes bou {bbeii-), suivies de consonnes 
c'est-à-dire aux formes du pluriel, Cf. la forme bretonne du 
sg. boe. 

IV. (i). La diphtongue f// (0/,/) reste en pénultième sous 
la forme ew : newyd, breton nevci. Il eût fallu distinguer : le 
vieux-breton a la ïorme nouuid. La forme avec e est plus récente 
{ua niguid doit s'expliquer autrement). Ewythr, oncle, suppo- 
serait aijon-têr, ce qui est possible, tandis que le breton eoutr 
aurait eo pour^w. C'est un fait de phonétique bretonne: eontr 
revient à auontr- régulièrement. Cf. eost ^^ aust ; tcod 
pour tauot, etc. 

Ibid . (2): âiu indo-europ., devant /, deviendrait en gallois 
eu: i est perdu: breuan, moulin à main, serait pour breuon, 
hroiiion. Il n'y a aucune raison de supposer / dans ces formes 
pas plus que dans l'irlandais brô (brâu) génit. broon. Le brou 
du Voc. corn, est identique à breu- dans breuan, qui eût été 
brou envieux-gallois. Le hrttonbreo a été très vraisemblable- 
ment remanié d'après /rm (vannetais ^mt/««), moyen-breton 
breauya^' . 

I. Briu'o doit être séparé de hrei'i (irl. conj. ro-hria (bhrciisât) : Peder- 



Remarques et nihlilioiis. I5Î 

P. io6, 76 (2). Z)/5/nwm/r viendrait dedJ-stroijiamc. Distryiu, 
corn, destrezay vient clairement de «'«/r^w. Le sens de détruire ne 
permet pas de supposer une formation dedî-strou-. Il existe, 
en bas-vannetais, un verbe, tiré de ce thème : distrcivein (stré- 
iuein, distreû'ebi), mais avec le sens d'éparpiller. 

Ibid. (4). Encore une métathèse: andzvxo =admvyo^rz ati- 
nCiH-i- ; niiued, dommage, = nwyet = nâii-iat- !! 

Il y a d'ailleurs d'autres composés 2iVQc-tiuy, -tiuyo : Silvan 
Evans, Welsh. Dict. : an-dwyo, to put out of order ; di-diuy, 
sans ordre, di-divyad. 

Pour l'étymologie de tau, il se tait, v. plus haut à andaïu. 

Dan, deux, viendrait de doui, indo-europ . dunô(^ii). Il est 
de toute évidence que 1 eût infecté la voyelle également en 
breton, et que nous n'eussions pas eu don, daoïi. Il est clair 
que dan, v. gall. don est identique à la forme indépendante 
du vieil-irl. dan, dô, skr. dvaÇn^. 

Ibid. (2) Tencn est expliqué par lanani- avec / bref accentué. 
C'est contraire à la loi certaine et hors de discussion qu'un i 
bref final, quelle qu'ait pu être son accentuation indo-euro- 
péenne, ne produit aucun effet sur la voyelle précédente dans 
les langues brittoniques. Il en est autrement, si on suppose que 
l'adjectif gallois est un reste de féminin en-/. 

Ibid. (3). Enr, anr, or, ne viendrait pas d'auruni, parce 
qu'on aurait, en gallois-moyen, aiur : enr =r anrios de anreus. 
Je me vois obligé, à regret, de relever ici un procédé que j'ai 
constaté ailleurs. L'auteur avance hardiment que la forme du 
gallois-moyen est aur : or, il n'en peut citer qu'un seul exem- 
ple dans un pasage du Livre d'Anenriii. Il sait cependant, à n'en 
pas douter, que enr est la forme régulière du moyen-gallois aussi 
bien dans l'ancienne poésie que dans les Lois. Je ne puis croire 
qu'il ait voulu tromperie lecteur : non, il a fermé les yeux à l'évi- 
dence, séduit par la nouveauté : enr =^aureus. En yieuK-gâWoïs 
our-, se montre dans des noms propres composés : Ourdeguein, 
Ourdolat (Cod. Lichf.) Le bret. aour est identique à eur : 

sen, Vergl. Gr., 1, 547)- Pour l'reo, brou, cf. breton /Vo, joug, en face du 
gallois iait. Cependant, v. Pedersen, Vergl. Gr., II, 109 ; v. aussi plus 
bas, la note à haid, soleil, hëot. 



1)4 /• J^olh. 

vieux-bret- (wr-^a/J;, gl. aurichalcitm. Les emprunts latins les 
plus anciens dVn/ latin supposent une prononciation ow : au 
latin est traité comme oiu indigène : v. gall. Poiil = Paidiis ; 
Moitric = Manricius. Des emprunts plus récents transcrivent 
au par aiu : cawl. bret. caoJ, choux = caulis. L'exemple awr 
est non pas moyen-gallois mais vieux-gallois : il est tiré du 
Gorchan Macldenu (F. a B. II, 107, 8) : 

efgnisgus^ 
anr ig cinnor gaiir ig cinvaran. 

Il est fort possible que anr (et non pas aiur^ soit à corriger 
en our ; la rime est peut-être nvecgaur, mais ce n'est pas sûr, 
et de plus, il est très possible, qu'à une époque ancienne du 
vieux-gallois la prononciation de ou ait encore été très voisine 
de oïv, aw (Thurneysen a supposé au dans ces emprunts). Si 
on suppose que le Gorchan remonte au vii^ siècle, à cette épo- 
que on n'avait par gaur, mais o-ô;'(irl. gàir'). 

P. 107 (i). Dlhivinm explique parfaitement dilyw. Il 
faut à l'auteur une forme invraisemblable *dilduio- ! 

(3). Je ne sais où l'auteur a pris Cornwy, qui représenterait 
Cornâiji-Ça). Il n'y a aucun doute que le nom vieux-celtique 
du Cornwall n'ait été Cornovia. Si Corniuy désigne réellement 
le Cornwall, ce que je ne crois pas, c'est un doublet comme 
l'auteur en signale p. 108, 76 (6) : henyiv et baniv pour banivy. 
Dans ce paragraphe, l'auteur cite comme doublet de Connuy, 
Corneu. Or, il existe dans le B. of Ll., une forme Cornou (Brin 
C. ; CrucC), qui sûrement ne désigne pasle Cornwall. L'auteur 
pour justifier son étymologie de luy, œuf, venant d'un aryen 
ou om, démontre une fois de plus sa remarquable incompétence 
en irlandais par l'étymologie inattendue du vieil irl. augairc 
et ugaire\\)Owr ùgairc), berger; irl. mod- aoghaire. Il n'hésite 
pas à inventer à l'appui une nouvelle loi celtique : sous certaines 
conditions (expression vague et commode qui revient souvent), 
ni devient en irlandais une spirante écrite o^ ; ugairc, berger= 
oui-ârius \ Or le g est tout ce qu'il y a de plus étymolo- 

I . Je me suis demandé comment l'auteur avait été amené à une aussi 
étrange étymologie. Il me paraît très probable que c'est le vieil-irl, oo-, 



Reuiartjiics cl dildilions. 155 

gique: aiigatre= oni-gario-s. Cf. le vieil-irl. angaire, irl. mocL 
ionghnirc, action de garder le bétail (pour ind-gaire). A l'appui 
de cette abracadabrante imagination, Fauteur en ajoute une 
autre non moins forte : irl. mod. nghachd, testament = *07«'- 
akl, racine auei-. Le moindre dictionnaire irl. mod. l'eût 
arrêté : Dinneen, à nghachd, renvoie à nadhacht, (et 
iidhachl). Les formes connues sont antérieurement edocht, 
audacht, idachi, qui viennent de ed ictit ni ÇPedcrsen, Vergl. Gr., 
I, p. 209, 229, 3^1). 

Il est clair que l'auteur n'a aucune idée de l'histoire des 
spirantes irlandaises. 

Ibid. (5). ânî-, ân'i-, âni (avec accent après !), devien- 
draient, en gallois, -oc, puis -0 : Ind-noe, Giueithgno. Avec 
accent sur r/, on ^-gnoc^= gnânio-s, et -nnwy : Gromuy : ce -nzoy 
s'affaiblit aussi en ncn- : Guidncn. L'auteur avance que le 
breton et le comique ne connaissent pas -oc, mais -on,. C'est 
encore là une assertion, entre cent autres, qui caractérise sa 
légèreté et son manque de documentation. Le breton a beau- 
coup de noms en -oc : Noininoe, Winwaloe, Erispoc, Mat-ganoe, 
Aer-noune. Ces formes en -oc ont évolué en -on, ou en -e, 
dialectalement. Elles subsistent en vannetais : Mat-Udoe est 
devenu Madc~o, Madc~on, en Cornouaille, et Léon, mais 
Madehoc {Kcr-vadehoe^ en vannetais. Nomenoe ÇNoniinoc) est 
devenu en moyèn-breton Neveiioc. Winwaloe a donné par- 
tout Gwenole. Gnitnen ne vient pas de Guid-gnoe : cf. v. 
bret. Gur-gnon, Carant-nou. L'auteur eût dû citer aussi le 
suffixe -oeiv qui alterne avec -ce, -oui, -ou en vieux-breton : 
lani-haithoiii , larn- haethon, larn-hatoe, variantes du nom du 
même personnage (Chrcst. hrct., p. 135, note 7). 

Il y a eu dans certains cas évolution d'une forme plus an- 
cienne en une forme plus moderne ; dans d'autres il y a eu 
échange de suffixes : B. ofLl. : Indnoc, 176, 187, Itid-nou 174 
(même personnage) ; Elguarui 190 : Caîgnare 149 ; Guennonoe ; 
Gninnonni ; Gnerngalni : Gntrngiûe ; Gnorhaboe : Gnorabni : 

œuf, génitif ttgae, ancien thème neutre en -s, qui en a été l'occasion. Or, 
il est impossible de ramener og àifv, à moins de supposer avec Pedersen 
que c'est un emprunt de l'irlandais au brittonique : g spirant représenterait 
dans ce cas un jod brittonique (Veigl. Gr., I, 66). 



1)6 /. /.()//;. 

Morceniu 223 : Morcmoid 276; Morcenoii 144. Pour le nom de 
Gronwy v. plus bas la note à la page 113. L'auteur suppose 
pour -/Wf, -;////, second terme de bon nombre décomposés, une 
forme plus ancienne -guoe. Pour quelques cas, c'est sur. Pour 
d'autres, c'est inexact : on trouve comme nom simple, Noe, 
Nouy, Nogui, Nougni {B. of Ll. 143, 217-222 ; 245, 219- 
230) : cf. V. breton Aer-nouue (mot lu : Aernonne). Gn se 
conserve parfaitement à l'initiale, aussi bien en gallois qu'en 
breton: GnauanÇB.Ll. 180) ; Giiiioii-uiael {Cari. Redon') : cf. 
moyen bret. _^;/g///^, apparaître- ; gnou, manifeste; gall. gnawd ; 
moy. gall. gnaws. 

P. 108, note. L'auteur tient à démontrer qu'il ne faut 
décidément pas prendre ses assertions au sérieux, quand il 
parle de breton : le breton ne connaîtrait pas 1'/- aflection pro- 
duit par ô (non-accentué). Comme exemple: deux, dao 11. Daou 
coirespond à deu, vieux-gallois don, comme le pluriel -ou cor- 
respond à -eu, -an Ç-ou), Il n'y a là rien à invoquer pour -ô 
atone. L'absence d'influence de -ô atone n'existe en breton 
que pour les emprunts latins comme lairô (Ja:{r, laer), ce qui 
n'est pas difficile à expliquer : c'est une forme modifiée d'a- 
près d'autres cas '. Il y a des exemples d'infection par ô, en 
revanche très nets : enef-=. anami = anaiiiô ; plur. moy. bret. 
anaffon = aiia-mon-es (cf. ana:;}, haleine == anàtla) ; kiri::^, 
j'aimai, gall. cerais, corn, kerys, irl. -canis =^*carassô ; f/:^ huit 
■= oktô. 

Heol, soleil, viendrait de sau'Uos, dont la terminaison 
expliquerait sans doute, dans la pensée de l'auteur, Ye du mot 
breton. Il faut certainement partir d'une forme avec à. Les 
groupes a -\- à, a -\~ u,a -\- 0, a -\- iâ, séparés en brittonique 
anciennement par une consonne, aboutissent en breton à eo : 
teod 2, langue, gall. tafod (pour taïuawt) : cost, août, gall. awst. 



1. Le nader An Voc. corn., breton mov. (»)i7~/-, bret. mod. aer, cou- 
leuvre, montre en face du gallois ncidr et l'irl. notîi. iiatbir, génit. na- 
trach, le mélange de déclinaisons différentes. 

2. En vannetais, cet a aboutit en général à (• ; /j-J, en bas-vannetais 
(tead en haut-vannetais); (st; vieg pour ituvc, dans Lesmaec (pron. Ldi,i- 
îw^), anc. Lesmaioc, en Locmalo, Morb. 



Remarquer et addilions. 157 

de a(it)<^ustns; Meoc, da.ns Lan-veoc, Tre-ineoc, vieux-bret. Maioc 
=^ Mûgiâco-, nom de saint; beol, cuvier, gall.-moy. haiol = 
bajohi, bajula. Heol, devenu /;/('/ en vannetais, suppose sâiwl- 
(cf. latin soi). Brco, meule, vis-à- vis de brau, est à ranger 
probablement dans cette catégorie de mots '. 

P. 109-76 .i. Pour taraïuaf, trawaf, je frappe, que l'auteur 
tire de '*triigami remontant h*prug, fnirg, w . plus bas, note 
à la page 186. 

Go-len, lumière, brillant, ne vient pas de uo-liigu, qui eût 
causé infection en breton, ou réduit eût abouti, en gallois, à 
lyw, et en breton à lew, leo Qeiu, épais, irl. tiug = leg/i-s). 
Goleii, breton de Léon goulou pour goloii, bas-vannetais golow, 
suppose ijo-lotj ; cf. le nom propre breton du vi^ siècle : Louo- 
catus. 

P. 109.86. .vii. (2). Safu, bouche, viendrait de stoni-n-. 
Le gallois, comme le breton-moyen sîaffn, bret. mod. staon, 
vannetais saii, exigent *stam-n-. 

Ibid. (4) : uni deviendrait aiu, af ou w dans ysgaïun, ysgafn 
et 3'50'U';/. D'après le § loi, IV (3), irl. scaniân, gall. ysgy- 
feint, bret. skcveiit, poumon, aussi bien que ysgafn (auquel 
il eût fallu ajouter lemoy. bret. scajf, léger, corn, scaf) : 
tout cela vient de * s-qitmen- {a.\ec e réduit). On a la même 
racine que dans le latin puliiio- : s- est prothétique et / dispa- 
raît ! Par je ne sais quel miracle de sens, que l'auteur n'ex- 
plique pas, le gallois Uuman, bannière, vient de la même 
racine, d'un thème Çpyeiis-men-. Tout cet amas d'invraisem- 
blables fantaisies a été accumulé à cause de ysgiuii, qu'il iden- 
tifie sans avoir étudié les textes, avec ysgafn : 

L- Noir (Skene, F. a. B. II, 32, 28) : 

Bct Eidal tal yscwii. 
« La tombe d'Eidal au front fier. » 



1. XcOy auge, est à signaler à côté du gallois iioc : irl. iiau, gén. iioe. Le 
thème primitif est difficile à déterminer. 

2. J. M. J. pour la comparaison a\Qc piihiio, s'appuie sur le skr. Idôvian. 
Ce rapprochement a, en eftet, été tenté, mais ceux qui Font fait ont 
supposé que kloiinui venait de plônian par dissimilation due à la nasale 
labiale (Waldc, Lil. Et. W'.). 



1)8 . /. Lolh. 

Ce qui a probablement influencé l'auteur, c'est un autre 
passage du Livre noir (ihiil. 4, 8) : 

Llu Maelgun bii yscun y doethan. 

« Les guerriers de Maelg\v;z, ce fut fièrement qu'ils vinrent. » 
J. M. J. a probablement compris rapidement. Pour le sens, d. 
L. Tal. 150.15; Myv. Arch. 1501-2 etc.. Iscun remonte 
probablement à *ex-cuno- (cu)io-, élevé). Le Livre noir, ce 
qui eût dû retenir l'auteur a, dans le sens de léger : yscaïuin 
(J de résonnance); Vt Livre de TaL : yscawn {ibid., 150, 20, 
213, 19). 

p. iro-77 .ix. (2). iiio- donnerait -iïo ou iia: hiian, vhe,=bJ 
= uo-no- : voir plus haut la note à la page 83. 

P. 113-78, À. creto, conj. serait pour cred-hoe. 11 est clair 
que t) représente l'ancien subj. en -à- {0 conservé par les per- 
sonnes du pluriel). Il y a eu échange entre la terminaison 
-oe (wy) et -0. Le fait même qu'on a continuellement des 
formes en -0 dans le Livre noir, à côté de formes rares comme 
creddoe suffit à faire justice de cette hypothèse. La forme en 
-0 est pan-brittonique et s'appuie sur les formes du conj. ir- 
landais. Amdo serait aussi pour anidoe : voir la note à la page 
165. Heno, cette nuit, de même, serait pour henoeth\ Pour 
les noms propres en lu, voir plus haut, note à la page 107. 

Groniuy, Gronw viendrait de uiro-guânio-, par *Guronwy. 
Inutile de supposer cette dernière forme : elle existe dans le 
B. of Llandav, p. 270-3 : Giironui, et p. 222, Giior-gonni, 
ce qui ne recommande nullement, bien au contraire, l'éty- 
mologie proposée. 

Ibid. .ii. Pour nanien, v. la note à la page 442. 

P. 114-78 .ii. (2) : giuayiu, lance, serait pour *goyw : cette 
forme existe dans le vieux-breton giiugoiiiou gl. spicida. 
Une forme bretonne goed, sang, n'a nul besoin d'être suppo- 
sée : elle existe dans le vannetais goed. Il follait y ajouter le 
comique goys, gos. 

P. 124-86 (i). Pour edfryd, v. plus bas la note à la 
page 134. 

P. 125. 86 .ii (3). Ici toute une série de p indo-europ. deve- 
nant / par anticipation de q ou /e ! : twrch, irl. lorc à côté 



Rt'iiuirqiics cf[(Hldiliou<i. î)9 

de orc : porcus. Orc et tore sont non seulement de forme 
différente, mais ne paraissent pas ètreéquivalents(Sommer, Ind. 
Forsch. XI, 917; Vendryes, Rei>. Celt., 1914, 220). Tout au 
plus, pourrait-il y avoir eu danso/r et lorc une contamination 
de mots différents (Heury, Dict., 268, note 4). De même taiic, 
paix, est pom- pang ; teg , beau, pour pek : angi. faire; talch 
vienide pelâg- : plancus; twll, trou, a pour racine p^«/c : pungo; 
pryd, irl. cruth: corpus: inutile de discuter. Gwartheg, bétail, 
contiendrait /r^'- : latin pecus. Il est de toute évidence que givartheg 
appartient à la racine iiert- valeur : pour le sens, cf. solidus deve- 
nant *jc//, et saouty vaches, en breton. Pour talch, v. note 
à la page 186. 

IV. Devant s, p devient q, ijk : siipii- (mieux sopn-) donne 
suijkn d'où hiin, siian. On eût eu sivyn (cf. dwyii)'. il faut 
supposer sonno-. Tiith, trot, ne peut venir de lupt- (t-jztoj) qui 
eût donné tiuyth : le traitement eût été le même que pour kt. 

P. 127. 87. L'auteur identifie ciuys, sillon, avec un irlan- 
dais dis. Le rapprochement est emprunté à Whitley Stokes, 
Urk. Spr. Ce qui eût dû mettre l'auteur en garde, c'est que 
Stokes cite le dict. d'O' Brien, avec une forme qui n'a pas le 
signe de la voyelle longue : ceis. C'est bien la forme qu'il faut 
adopter. Le mot chez Dinneen, a le sens de chaussée à travers 
un ruisseau ou marais; dans le sens de sillon, il désignait sans 
doute la levée de terre entre les deux tranchées. 

P. 128. 90 .III. Penn, a'w/2, remontent, ce qui est sûr, à 
*qucuno-. Quanta son origine, en général, les étymologistes les 
plus hardis se récusent. L'auteur, lui, n'hésite plus. Il le rattache 
à capitt Çqapuet-^ et reconstitue pour quenno- une forme vieille- 
celtique qijept-sno-, got. haubip, base qauepet- pour qapeijet-. 
Inutile de faire remarquer qu'une (orme quept-sfto- n'est nulle- 
ment justifiée par ce rapprochement. 

Mab remonterait à mak-uû-s, ce qui se dit couramment, 
mais Diacc qui est cité à l'appui ne peut s'expliquer ainsi. 
C'est mach- dans le gaël d'Ecosse mach-lag, utérus, dans la 
torme dialectale irlandaise mach-tire à côté de mac-tire, loup, 
qui répond à luap. 

Dans la période romaine, dit l'auteur, il n'y avait plus de 
qii- ou qu- britt., ce qui est sûr, et qu latin donne k-, ce qui est 



i6o /. Loth. 

faux. Les deux exemples donnés sont gara-wxs eicegin, cuisine. 
Cegin est tout d'abord à éliminer : la forme française cuisine suf- 
firait à prouver qu'il faut partir de cocïim (Mots latins). L'irl. 
corgas, breton /,wrt/^,vannetaiscoflrai', suffit à prouver l'influence 
de qn- latin. Il est probable qne caraïuxs a passé par cwarawys. 
Chiuarthaïur en est un autre exemple . De même sans doute 
relyiu de reliqniae. Cwsg, breton couse viennent sûrement de 
qiiicsco : le comique a généralement u dans ce mot ; or, à 
l'époque moyenne et moderne, le comique ne montre u que 
dans de rares formes en général contractées (/î^//^, tromper, gall. 
huyllo). 

P. 130-131. — L'auteur ne comparant pas les formes parentes, 
et ne serrant pas d'assez près les textes, commet souvent des 
inexactitudes de sens. Ainsi le gallois baer signifierait impor- 
tiinate. Haer n'a, essentiellement, aucun sens péjoratif : 
L. Tal. (Skene, F. a. B. 11, 156. 27): 

awen huawdyl haer 

Cf. les noms bretons : Haer-c(Ji)oniaych ; Haer-nuiu 
Haerniacl, Hacr-ven (Chrest. p. 213; cf. beirgiior dans DiJes 
Heirguor Che\Jn^}v■e p. 115). Le sens ordinaire de haer-u est 
affirmer, maintenir. Ainsi Stokes qui tire aussi haer de sag-ro- 
lui donne le sens de fort : c'est une forme de la racine seg-, 
tenir (gallois haedel, manche de charrue = sagellci). Sagro- 
se trouve dans le nom oghamique : Netta-sagru, Sagramni. 
Enfin il a donné le préfixe intensif irl. sâr-. 

P. 130.92 .ii. - — Bliu, aurait pourpluriel hn, irl. bôel xïen- 
drait de o'/zô/^. D'abord /'/ic est un pluriel, un collectif (v. 
Silvan Evans, WeJsh Dicl.). Cette étymologie est d'autant plus 
inexcusable que Whitley Stokes a clairement et correctement 
montré que hhu = *gniuo-s et que le mot équivaut à live stock 
(biicheâ, vie, est dérivé de hnch, vachej. J'ai montré que hliu 
existe en comique dès le x^ siècle. Le mot est connu dialec- 
talement en breton, avec un sens pluriel (J.Loth, Revue Celt., 
1913, 144). 

.iii. gwanu, piquer, percer, est rapproché à tort, de l'irl. 
gonim{xàcme guhen). Gwan-u, comme giuenynen, abeille, bre- 
ton gwenanen, est à rapprocher du got. ivun-d-s (rac. iien-)y 
luinn-an, souftrir (cf. Wh. Stokes, Urk. spr., p. 259). 



Remarque!: el addiliom:. lél 

P. 131. 92. IV. L'irl. tiug^t le gall. /<?tf épais, remontent régu- 
lièrement à legiï- et non à *legiios donné par l'auteur (par 
*tewii-: cf. pydeiu =piitcits). Il est clair que givyllt, sauvage, 
(vieux-breton giidd-enes, insula indomita) estde mèmeorigine 
que le got. luilfcis: l'irlandais gcill, comme le dit avec raison 
Pedersen (Vergl. Gr. I, 96) ou doit en être séparé ou est 
emprunté au brittonique. L'auteur, pour sa thèse, invente 
une forme indo-eur. *ghijcll-. 

v. Tafod {pas de formes bretonnes citées), irl. tcnge sont 
tirées de *cijjgl}ij(i, sans autre explication. /./v/'?/, lécher, et l'irl, 
ligiin sont tirés de Icig- sans que Uyaiu, moyen-bret. leat, 
soient cités, et sans la moindre indication (cf. Pedersen I, 107, 
100, pour tafod et lly/ic)'. 

P. 132. 93 .iii (i).— techii, en gallois, aurait le sens de skulk, 
ta lie hiddcn, et viendrait de {s)theg- Qego), couvrir. C'est un 
des exemples les plus frappants de l'état d'esprit de l'auteur. 
Il récuse — car il ne peut l'ignorer — le breton techel, fuir, 
l'irl. tcchim (formation sans -s-), je fuis. Il ne cherche même 
pas à savoir, si en gallois techii n'a pas un sens plus rapproché 
des mots irlandais et breton. Le gallois est clairement arrivé au 
sens indiqué par l'auteur, par celui de se retirer : le sens de 
to skiilk est une conséquence de la fuite ; le sens de fuir est 
d'ailleurs manifeste en poésie galloise : 

L. Aneurin (Skene, F. a. B. 11, 67, 10): 
byth hwyr e techei 

« Il se retirait toujours tard. » 
Cf. ibid. 102, 27 : 

gwyr ny thechyn. 
L. Rouge, /^/^. 263. 18: 

Dunawt vab Pabo ;/}' thech, 

308. 15, ny rydecho rydygir 

« qui n'aura pas fui, sera porté (sur une civière). « 

I. Pedersen suppose que dans lafod, v est pour iv. Il y a eu influence 
peut-être de /a/(JU'. tâter, essayer, bret. tanva, goûter, corn, tara (J. Loth, 
Rei'ueCelt., 191 1, p. 19-20). 

Revue Critùiur, XXXJ'l. Il 



i62 /. Loi h. 

p. 133. 94 — Pour fl- dans des formes comme a-dysg, cf. 
J. Loth, Remarques (p. 21, 22). Addef, demeure, ne peut 
venir de ad-dem- ; cf. irl.-moy. adba, irl.-mod. adhbha ? 

(2) ach, généalogie, descendance, remonterait à accâ, skr. 
akkâ : ce serait la descendance par la mère: la neuvième mère. 
Rien, dans aucun t£xte, ne justifie ce sens. De plus, l'auteur 
oublie l'irl. aic-me, race. Le sens du gall. ach-fen, v. gall. 
ach-nion-ou gl . inguinihus, suffit à faire rejeter une étymologie 
qui d'ailleurs ne repose sur rien. 

Quant à edryd, sort sens précis me paraît obscur. D'après 
J. M. J. si ach a le sens de descendance par la mère, edryd, edryd, 
edryv a le sens de descendance par h père : edryd = patrl- ; 
edrydd = pair Ho- ; edryv =pPtr-m. Il me paraît sûr qu'il y a 
eu évolution spontanée de la spirante dentale sonore en spi- 
rante labiale ou réciproquement {Caer-dyd et Caer-dyv, Car- 
diff). Quand à edryt, sa dérivation est différente. Il est 
même possible qu'il y ait là un mot différent. On trouve, en 
effet, au lieu de a^h ac edryt, parfois ach ac ed-vryt {ed-fryd 
rapporter, rendre) '. Il y aurait donc à séparer edryd de edryd, 
edryv. Si edryd avait réellement le sens que lui attribue J. M. J. 
ce qui est possible, il faudrait lui comparer l'irlandais moyen, 
athre, parents du côté paternel' . 

P. 135, 94. iVj Haivdd, facile, viendrait par h-waivdd, de 
*sundû. Hawdd est une forme de la même racine que hedd, 
paix, comme le prouvent la forme et le sens des mots 
comiques correspondants : /;//('//; {])dd^, tranquille, huthyc, 
satisfait, joyeux; huthys, rendu tranquille, paisible (J. Loth, 
Revue CeJt., 1908, p. 280). Pour le degré â, cf. ÏY\.con-sàdu, 
gl. compono; pour le degré ë, cf. sid = sèdos : Stokes, Urk. 
Sp>-., à sed. Il n'est pas sûr que le gallois an-sawd cyfansodi 
composer, ait la même racine. 

Pour rhwd, v. plus haut la note à la page 75. Srohi, 

1 . Il y a un autre edryd qui apparaît dans le Livre Rouge {F. a. B.), 11, 
260. 2. 

Etr\t yni ediych yth yltiin 

2 . Pour et-ryt, on pourrait peut-être y voir une racine ///- appa- 
rentée à ;7;7(f, semen, skr. n'/i(5, semen virile (cf. Stokes, Urk.Spr. à.rei). 



Renianjiics cl adilitioiis. 165 

explique parfaitement l'irl. snhi, nez, gall. Jjroen, bret. froen, 
froiiu, vannet. freiin, narine, mais rhoch ronflement, ne peut 
sortir de srokn- : rhoch, breton roch-a, ronfler, suppose race- de 
ronc- : il y a en eff'et, des doublets bretons sortant direc- 
tement de roiic- : vonhcJl, râle ; moy- bret. ronqai, roiiqucUat 
râler (Ernault, Gloss., p. 578). L'irlandais i/t;;/;/////, sterto, sup- 
pose une formation différente. 

Le breton silienn, anguille, est un singulatif tiré de selli, 
comme le montre seUi gl. angnillaàu \oc. corn., forme qui est 
essentielle pour l'étude des mots apparentés. Stlaoh, petites 
anguilles indiquant un m étymologique ne peut être rapproché 
du gallois llysiven, slywen que J. M. J. tire de la même 
racine : yslywen pourrait bien être pour llys-w-eii, comme le 
ditPedersen, {Vergl. Gr. \, 84). 

Pour s -initial conservé devant certaines consonnes (^Vj-/W(it;//, 
yslalli) le phénomène repose sur la phonétique de phrase 
{Ibid., l, 333)- 

P. 136. 95. I. Le gallois 3'w, nous sommes, l'irl. aiumi 
remonteraient à ésnicsi accentué sur la première syllabe. J'avais 
pensé d'abord à une inadvertance, mais c'est répété à la 
page 335. Il est clair que dans rt;//;»/, am, je suis, a pour (î est 
dû à la proclise : c'est une des lois les plus élémentaires de 
l'irlandais qui est encore ici ignorée. Aiiitni a été refait sur 
la i""^ pers. du sg. : a;//, (copule) =: *esiiii : comme l'indique 
Pedersen {Vergl. Gr., 1 1,430), yni, gallois, a pour correspondant 
le vieil-irl. -cm Ç-d-eni : présent composé de la i'''^ pers. du 
plur.) : oire nn-n-d-eiii, parce que nous sommes : (ibid. 
p. 425) : amtni a un pronom sujet suffixe (double dans ain- 
min, âmniinn : ibid. p. 430). 

tferrtù, geler, viendrait de *spis-r- : lat. spissns. La forme 
ferru, avec deux rr, est donnée par quelques dictionnaires_, 
mais, en général, il n'y a qu'une seule r*. fferu, fferedig ; le 
double rr a peut-être été amené par les dérivés fferdod, jjerder ; 
ce mot a proprement le sens de solide, fort : L. d'Aiienrin 
(F.ciB., II. 74, 2) : 

Ffcr y law « à la main solide » 

L. Rouge (Ibid . 265.13) : 

Briwyt Pyll pengloc ^]er 



164 /. Lolh. 

Ibid., 405, 5. 

Pob Uyfwr llemyttyor arnaw, 
Pob ffcr dy atter heibiaw. 

Silvan Evans dans son glossaire de Lh'thyracth yr îailh 
Gymreig, donne ^^r, -gelée, eifferu. 

V ir\. fâir eût dû être cité à côté de qiuaiur, car il permet 
de reconstituer le thème ms-ri- (3). Il fallait en comparant 
tclui, snare, à l'irl. îailm, gén. tehna, ne pas se contenter de 
les tirer de tel-siii- : le nominatif irlandais montre l'échange e : 
a qui se trouve dans d'autres mots. C'était d'autant plus 
nécessaire que a apparaît dans l'adj. : talniaide, soudain, dans 
le breten talm, fronde, en vannetais, coup de tonnerre. 

L'irlandais inU\ morceau (de viande), et le gallois mvmryn. 
petit morceau, sont tous les deux tirés de mèms-ro-ni : i serait 
abrégé en britt., et /;/ perdu en irlandais ! L'abrègement de 
Vï serait inexplicable (cf. m'is) ; ;// a disparu en irlandais : 
il eût disparu, en britt., aussi, si le mot celtique avait sur- 
vécu : nous aurions eu rnir, comme en irlandais. Il est de 
toute évidence que niymr-yn est emprunté. L'irlandais mem- 
bur, l'irl. moderne meamar, parcelle, membre, sont comme 
myuir- tirés du latin iiieinbriim (cf. J. Loth, Mois latins'). 

P- Ï37-95 (i) ^'"-^5 ii'l- "'h gén. mis = niênsis. Non : ;/// 
= mens ; gén. nits = mèns-os. 

(4) cyntefin, printemps, viendrait de kiulii-sannno-, ce qui 
est plausible et connu ; mais cyssefiu viendrait aussi du même 
thème, en supposant kint'samîno : pourquoi ? L'auteur a oublié 
de le dire . Il me paraît bien probable que cysscfin que Silvan 
Evans traduit p:ir iJjat stands Jirsi, est composé de con-samino- 
(siam-: saf, sejylï). 

IV. (2). craig -=^ l^'oqi-. L'auteur oublie le breton cragy 
grès. * 

Gwarthaf viendrait de ijartenio- Ça réduit), latin vortex ; mais 
gzcarth-af comporte clairement une idée de superlatif. Le cor- 
nique gwartha aurait dû être cité (cf. Pedersen, Vergi. Gr., 
II. 123). L'irlandais /rt/r, colonne de lit, eût dû être cité à 
côté de gwarr, nuque. Pour l'étym. cf. Pedersen, Vergl. 
Gr. I 74 ; et Stokes, Urk.-Spr. : celle de Pedersen est préfé- 
rable. 



Rcnuirtjucs cl aihli lions. 165 

P. 138, 95. (3). Torlh, tourte de pain, irl. lort, viendrait 
de iorst- : il est évident que ces mots, comme la chose, sont 
tirés du latin tôrlti. 

Pour garth : horttis, voir la note à la page 151. 

96. [[.Pour safn. à côtédestaon, il fallait citer le vannetaisjûw. 

Serch, en breton, aurait le sens de concubine. C'est exact, 
mais le sens d'amour se retrouve dans les noms propres 
Giien-serch, Gorscrch (^Chrest., p. 209, 211). L'auteur à propos 
de st, s, signale le son spirant du gaulois ÇDirotm, Sirond). Il 
eût pu comparer au breton Gorserch le gallois gordercb 
(Ernault, G/., p. 623 ; cf. J. Loth, Contributions à l'ét. des 
romans de la Table Ronde, p. 23-26). Ce son a existé en gal- 
lois, comme en breton et en comique. 

P. 139. 96. 2. : L'auteur a découvert un giuas gallois 
qui serait identique à l'irl. foss, stay, rest. Ce serait dans le 
Livre de TaJiessin, dans un vers qu'il cite d'après la future édi- 
tion de Gw. Evans. On ne saurait trop blâmer cette façon de 
procéder. L'auteur, à l'appui d'un sens inconnu, devait citer 
le passage in-extenso, pour justifier son interprétation. Le voici 
(Skene, F, <7. B. 11. iio. 16) : 

Le poète, en parlant de Dieu qu'il invoque, dit : 

yn tragywyd yg kynted 
}'// gwas nef nym gomed. 

« Pour toujours, au premier rang, il ne me refusera pas 
comme serviteur du ciel? » 

Quoi qu'il en soit, un seul passage de ce genre ne suffit pas. 

(3) Cystal, aussi bon, viendrait de cystadl =*kom-slha-dblo- : 
latin stabuUim. D'abord cystadl et cystal se trouvent à la même 
époque et avec un sens différent : Black Bookof Chirk (T. Lewis, 
Gloss.) : cystadylhau, partager en parties égales ; cystal, aussi 
bon que. Le simple ystadyl existe dans le Livre de Taliessin 
(Skene, F. aB. i. 94. 31) : 

ystadxl tir penprys a Gwallawc 
Ibid. 183. 7 : 

Gzcenystral ystadyl kat kynygyd. 



i66 /. Loi h. 

Le sens n'est pas clair. Dans le second exemple, il s'agit 
d'Urycn. Il semble analogue à celui de kysledlyd dans le 
même Livre (178. 26; 199. 20; 185. lé), avec la comparai- 
son en moins : 

1878. 26 ygystedlyd ny ryanet. 

« Son égal (qui puisse rivaliser avec lui) n'est pas né. » 

Le Livre de Taliessin connaît aussi cyslal, dans le sens de 
valant autant que. 

(Jhid. 218. 30) :, 

ny dyfu ny dyvyd 
nch kystal a Dovyd 

« Il n'y a pas eu, il n'y aura pas quelqu'un valant Dieu. » 

Isiedlit dans le Black B. existe (Ibid. 7. 12; éd.Gw. Evans, 
p. 21). Il y a un composé opposé àcystadl : disladl : distadlaf 
(Myv. Arch. 272. 2). Tant qu'on n'aura pas découvert des 
formes équivalentes dans les autres langues celtiques, l'origine 
de ces mots restera obscure. 

Pour le sens de cysial, cf. breton kcvatal, équivalent. 

Lliisgo, traîner, viendrait de lop-sq-; de la même racine, 
viendrait l'irl. loss, gall., bret. lost, queue (Jomp-st-'). Lop-sq- ne 
pouvait donner qus .losc, et n'explique ni Vil de llusgo ni celui 
du breton /«5/M,7»5fe/7<7, bercer, agiter (v. bret. liiscou, oscilla), 
irl. luascaim. 

Gast, chienne, viendrait de ganst- qui serait pour kan-st- 
qui viendrait de k{ii)en-, avec e réduit. Le mot gast existe en 
breton, avec le sens de prostituée. L'étymologie ne repose sur 
rien, 

Clust, oreille, irl. duas serait une formation celtique. Or 
une formation analogue existe en vieux-norrois : hliist, oreille 
(Pedersen, I, 80). Clust, chas viennent de *cloustâ ; clus- 
existe dans Viû.cloor (cluso-r), j'entends. Inutile de recourir 
à kh'ut-st-. 

P. 140. 96. (5). Blys, strong désire, viendrait de mlït-s 
(racine 7nel, miel). Le sens est trop différent. Le breton bliiic, 
épicurien en fait de nourriture (t ou / au lieu de e à cause de 
le), en est un dérivé : gall. blysig. 

nos viendrait de not-s ; tes, chaleur, viendrait de tep-t-s ; ce 



Rvniarques cl luldilioiis. i6j 

seraient des nominatifs. Régulièrement on eut eu //o(heno)et 
/{'. Nos suppose iioqt-slu- ; tes ^- *lcp-slii- : l'irl. less, gén. Icsu, 
est ici décisif. 

P. 141. 96. I. Hci^l, shiuic, viendrait de skek-l (sbank de 
skeqÇcry En tète du paragraphe, il est dit que sk aryen, donne 
se ou /; en gallois. Mais ce changement est inconnu à l'initiale 
et n'existe qu'à l'intérieur du mot, entre voyelles. Cette éty- 
mologie ne repose par ailleurs sur rien. 

A ce skck-, est rattaché le gallois ysgogi, remuer : shake. Il 
fallait citer ici le breton diskogella, ébranler, et vraisemblable- 
ment l'irl. scuchim, je m'éloigne (Pour l'étym. cf. v. Peder- 
sen, I, 125 ; pour scuch- et ses composés, ihid. 11. 617). 

Le breton skuilla, renverser, répandre (et non skula, comme 
récrit l'auteur), avec / mouillé (moy.-bret. scuyllajj, comique 
sciiJlye et scoUyc avec = 0, ce qui dans ce groupe de con- 
sonnes, n'a rien d'arnomal en comique), est identique à l'irl. 
scAilim pour scôilini, irl. mod. sgaoiUni. Le sens et la forma- 
tion sont d'accord. Quel est le rapport de ces mots avec le 
gallois chwûlu, éparpiller, je ne me hasarderai pas à le dire. 
En tout cas, le vocalisme est différent ; -chw- également, en 
face du breton, n'est pas sans difficulté. 

Il faut séparer ces mots de boUt, bret. faoïit {foIt\ fente, 
corn. mod. feJdj-a (Lhwyd, Arch. zfindo :feld~a : ^Z; = y), 
irl. moy. et mod. scoiltim, sgoiltim, je fends : la racine cel- 
tique est évidemment *sqoh-. Vb de boUt n'est pas facile à 
expliquer ; on pourrait y arriver par hvolt- ;/ breton, serait dû 
à une évolution spontanée, dont il y a dialectalement des 
exemples dans le groupe biO- : cinvi, vous, bret. du Cap, Ji. 

Dans dy-cbwel-af, je retourne, dwi-cbiuel-af, la racine serait 
sqtiel-. L'irl. sel, bel Çvel) indique évidemment suel : sur les 
composés verbaux de cette racine, v. Pedersen, Fergl. Gr. 11. 
621-623. Le gû\o\s clmyl n'a rien à faire avec le vannetais a- 
boel : boel ne peut s'accommoder de snêl (\vl\ eût àonné a-lribel. 
On prononce a-(b)ivel. Le sens est péjoratif : an moins, en méfiant 
les cboses au pis. Je crois que a-boel remonte à a-iuael (gall. 
gzvael). L'/; très faible n'a, je crois, rien d'étymologique 
et indique nettement le début de la seconde syllabe. L'accent 
est naturellement sur le second terme. 



i68 /. Loth. 

P. 142. 96 (5). L'étymologie de hi'sg, lèche, bret. hesc, irl. 
sescen, de seq-sq- : lat. seco, est sûre. L'auteur me permettra de 
la revendiquer. 

A propos de hysp, à sec, il fallait citer les deux formes bre- 
tonnes hesp et hesc. 

Faire sortir trais, oppression^ de *trcks- est contraire aux 
lois les mieux établies du brittonique : on ne pouvait 
avoir que trech. Trais est peut-être apparenté à l'irlandais tress, 
irl. mod. Ireas ', bataille, escarmouche, coup. Il est vrai que s 
irlandais peut venir de -ks-. 

P. 143. 96 (6). spina ne peut être rapproché de ysbydaâ 
(breton spe^aà^, irl. scé, gén. sciad : p dans spîna est indo- 
européen (v. Walde, Làt.-élym. W. piniia). Sur ysbyâad, 
--=-- *sqhwija-t~, v. Pedersen, Vergl. Gr. I, 68). chuynn, weeds, 
ne peut davantage être rapproché de spinna, cela va sans dire. 
Il eût fliUu citer le breton choiienna, sarcler. Chwydii (bret. 
chonéda, vomir), ne peut pas davantage, pour le même motif, 
être rapproché de spiis. Il eût fallu citer l'irlandais scéim, scei- 
ihini, je vomis. 

Le breton sparr, avec ses deux rr est sûrement emprunté 
au français esparrc et non à spams. 

Ihid. (2) iijfarn, bret. ufern, cheville, serait de la même 
racine quérir; il représenterait ni-, ce qui est inadmissible. 
Le rapprochement avec l'irl. odhranu eût dû, au moins, être 
discuté ; odh est sûrement identique au gallois oddf {odv) : sur 
d-\-v, dans l'intérieur du mot, cf. Pedersen, Vergl. Gr., 39. 
295. «initial est, malgré tout, difficile à expliquer; l'évolu- 
tion de -dv- en / n'est pas sure non plus ^ 

Ihid. 96 (2). L'exemple de l'étymologie de effro, éveillé, est 
typique. Effro viendrait de ex-pro-gr- par dissimilation, ce qui 
àonnQ ex-prog- . Sans m'arrêter à discuter une pareille étymo- 
logie qui ne s'appuie sur rien et outrage plusieurs lois phoné- 
tiques, je me bornerai à fliire remarquer que effro est pour 

1. On peut en rapprocher le moyen irl. liesse, \-\g\xtnr (The vision of 
tiiac CongUnne, 71, 70). 

2. L'exemple du breton ^oiifenn, je saurais, donné par Pedersen, n'est 
pas probant : goufenn vient, non de gond-venu, mais de gouv-henn ;/est 
dialectal comme celui de effeio-, il sera -- * ed-vedo. 



Renia rijiii's et iulilitiotis. 169 

cffraw, ainsi que dejfm est pour dcffraiu, comme suffirait à le 
prouver le vers du Livre de Taliessin (Skene, F. a B. 11. 

132, m) : 

aiveii pan dejjréit, l'inspiration quand elle s'éveille (cf. 
cyjfmw, cyffro). 

(3). -Ps- deviendrait-/- et -ch-, en gallois. 11 est reconnu 
que -ps-, entre deux voyelles, donne bien -ch- en gallois, 
comme en breton et en comique, mais il n'y a aucun exemple 
de son évolution en /. Les deux qui sont donnés par l'auteur 
sont à récuser. Craff, rapide, prompt, viendrait de *qrdp-s-, 
isl. sktirpr, angl. sharp : pas d'autre justification. Craff, rapide, 
est difficile à séparer de craff', qui tient ferme, breton craff, 
prise, action d'agripper. Whitley Stokes le tire de *krappo- = 
*krap-nô-. Cryf, fort, viendrait de krp-mo. Craff, dans le sens de 
rapide, rappelle singulièrement le grec/.ca-.-vc-;. Crafii, gratter, 
doit vraisenblablement en être séparé et n'a pas, en tout cas, 
le même consonnantisme. Ce qui est vraiment déconcertant, 
et montre bien l'absence de principe chez l'auteur, dont l'esprit 
flotte au gré des nuages de son imagination, c'est que ce même 
thème *qrap-s qui donne craff, donne aussi crach, scabs. Ici 
encore le breton eût été nécessaire : il répond à crach par crac ; 
krak-hoitad, sarcelle, gA\.crach-hiu\ad. Il y a d'autres composés 
en crac- répondant au gallois crach. La racine avait donc à la 
finale un h et non un p. 

Praff, corpulent, viendrait de qijrp-s-, laûn corpus : l'étymo- 
logie n'est appuyée sur absolument rien : on eût eu évidem- 
ment prach. L'auteur eût dû au moins supposer qiirap-uô-. 
Inutile de s'arrêter kcah-el, caff-eJ, qui tous les deux viendraient 
de qap-s-. 

p. 144. 97 .ii. syth, dressé, droit, viendrait de si^il-, latin 
sida, ce que le sens ne justifie pas. En tous cas, l'auteur a tort 
de le rapprocher de l'irl. seta, grand : seta a e long : irl. moy. 
sèta (The Vision of mac Congliune, p. 57, Gè) : irl. mod. séada 
(O'ReiUy). 



I. A rapprocher de l'irl. moven (•/(J/'^/Zw, j'enchaîne, je lie étroitement. 
Pour craff, rapide, l'irlandais, crip, même sens, supposerait Inp-nô-, mais 
il y a un doublet crib, avec un b qui n'est pas clair. 



ijo /. Lolh. 

L'étymologie de l'irl. _^nîe/, blessure, n'est pas claire. Givxlh, 
colère, ne serait-ce qu'au point de vue du sens, ne saurait 
sortir de la même racine. L'étymologie du participe goite, 
blessé, donné par Whitley Stokes {Urk. Spr., p. 113) et 
adopté par J. M.J., paraît peu probable (cf. Pedersen, Vergl. 
Gr., I, 49; II, 548 : 3.goniin{d. Thurneysen, Gr. 405). 

Elhol, choisir, viendrait de eks -j- dol. Ex- suivi d'une explo- 
sive sonore, comme en irl., perd son s, et la gutturale s'assi- 
mile à la sonore suivante (J. Loth, Revue Celt., 191 1, p. 301- 
302). Pour J/-J0/1, séparer, l'auteur commet la même erreur 
que Silvan Evans, avec cette circonstance aggravante que je l'ai 
relevée dans Archiv. f. Celt. Lexic. I, p. 502. Il rapproche -dol 
du skr. dàla))i, pièce, lith. dalis, part. : or, di-doli est composé 
de di -j- ioli, to curtail, to diminish. Le substantif taïul 
existe (v. Archiv.^. Di-doli, renferme daiul, irl. dàl, partie. Il 
faut ajouter que dans ethol, paraît bref. 

p. 145 . 97 .ii. haidd, orge, (bret. heiz) viendrait de se-7,g- : seges ! 
Le texte de Pline disant que lesTaurini appellent le seigle asiam 
est décisif. On est d'accord pour Xuesasiam. Haid^ sasio- : 
(Urk. Spr., p. 232), cf. skr. sasyâ, céréale. 

gwdf, gzi'dzt'g, cou, viendrait de *gu:{g, de ghu-s {fances)-\- 
g{mun-g^ : ce qui n'explique rien. Giudwg est assuré par le bre- 
ton gouiouc. Quanta gu'df, dont il n'y a pas, je crois, d'exemple 
ancien, sa formation paraît différente. Gwdw est venu de 
gwdu'f, avec ii de résonnance (cf. avriu'). 

p. 14e. 98 : trwyn, nez, viendrait de *pnig-no- par une loi 
qui admet l'évolution de/) initial en f par anticipation de k ou 
q. De même pour tra-waf, je frappe : il vient de prug- : voir 
plus bas, la note à la page 386. 

85. 98 .i. (3). Neithiwyr, la nuit dernière, viendrait de 
neith-diwyr = *nohi-dieserâi (locatif) ! D'abord la forme la 
plus ancienne est neithwyr : Livre Noir {E. a. B. II, 3-5 ; 26- 
4): Livre Rouge {ibid. 263. 51) : cf. breton neiior, nei^our, 
hier au soir, vann. nihour ; corn, nehuer. Ui de neithiwyr vient 
de l'influence du gall. moy. neithawr, neithiaivr où il est éty- 
mologique : neithwyr est clairement composé de nocti ou nocte 
sera. Nokti-gestro- de Victor Henry est inadmissible à cause de 
la diphtongue du second terme. 



Rcmaiijues el addilioni. 171 

//;/(/. (3). Tydd\n, parcelle de terre, petite ferme, serait 
composé de /y, maison, -\-'*'dyn comme giucly-cîyn. Dymieii dans 
le plur, tydynneu, serait pour -dynieit : domi- : latin hmiiiis, 
aryen *ghdem-, terre. Le nom pour l'homme dans le sens de 
terrestre seraitapparenté : dyn,duine ^^donio-:^*ghifoini -: homo : 
ar. ghdeiii- ! L'auteur, avant de se livrer à cette débauche 
de savantes identifications, aurait dû s'assurer du sens 
exact des mots qu'il cite et voir aussi s'ils n'ont pas de parents 
chez les autres membres de la famille. Or, gioelydyn est iden- 
tique au breton giuele^en, lie, sédiment, dépôt, limon. Troude 
dom'iQ goele:;;en}i. Ce mot a un rapport soit a\ec giuaelod , bret. 
gojieleî, soit comme l'a supposé Ernault, avec gwaeled : gall. 
giuaelodion , sedïmemum (ap. Stokes, Urk. Spr. p. 259; irl. 
fâel 7; cf. Pedersen, Vergl. Gr. I, 57). Ce sens est précisé 
dans le Livre Noir (F. a B. 29, 16). 

Bet gur guaud urtin, 
iîi ne bel tytin 
in îsel guelitin. 

Il est clair que guelitin (gwelydyn) indique une terre basse, 
un bas-fond. 

Tydyn paraît bien désigner une habitation avec une pièce de 
terre plus ou moins étendue (T. Lewis, Glossary). On trouve 
dans les Lois txgdyn. Pour le sens, cf. ce passage de Dafydd 
ab Gwilym (éd. de Liverpool) : 

aiun i 'redig y iyddyn 
sy rhiung y ty ar odyn 

« allons charmer h pièce de terre qui est entre la maison et le 
four. » Le breton goele:^enn montre que la forme à reconsti- 
tuer a deux -un. Le second terme de tydyn a / bref et deux 
-nn sans doute. A tout point de vue, l'étymologie est à 
repousser ' . 

I. L'expression de Livre Xoir : iicljel trttii, tait songer pour -dinn àl'irl. 
mov. iiind, colline, et aussi court. (Kuno Me\'er, Coiitrib.). Ty a pu, en 
gallois, joint à dinn, prendre avec plus de précision, ce sens de cour, 
puis de feriiie. 



172 y. Lot h. 

p. 147. 99. (4). Dar-fod, périr, dépérir, serait composé de 
dar- qui remonterait à guhâer- (gréduit): o-Oetpw ! Il est de toute 
évidence que dar-fod, comme le breton dar-voiit, contient le 
préfixe ^«r + le verbe substantif (cf. derytu, bret. -dareo,dare, prêt, 
cuit). Là-dessus, tout le monde est d'accord. 

Dyddfii, dépérir, viendrait de di-d-m-, avec redoublement et 
suffixe- w-j et est rapproché de sfKw.C'estmoinsinvraisemblable, 
mais l'auteur aurait dû encore ici faire des recherches dans les 
langues celtiques. Le thème est dydj- comme le montre le déri- 
vé dyâfiog. L'irlandais possède un thème ded- avec le sens de : 
evanescere, iahescére (Pedersen, Ver cri. Gr. II, 504-505). Ce 
thème verbal est redoublé. Quelle que soit la racine, dydf-ii 
peut s'expliquer à côté de ded- par un redoublement parti du 
présent et un suffixe -1110- : di-dd-nw-, 

P. 149, 99. Le vieux-gallois amcihret supposerait h et non 
m : il viendrait de aiiibi-koiii- Çp)ro-ret-. B indique simple- 
ment ici que m était spirant. Quant à cet extraordinaire com- 
posé, V. plus bas, la note à la page 265. Sabriua, renferme- 
rait aussi sam, ce qu'a supposé Stokes : pourquoi? L'auteur 
ignore sans doute que la rivière la Lee, sur laquelle est bâtie 
Cork, s'appellait Sahrann, gén. Sahrainne (Kuno Meyer^ The 
Vision of Mac Conglinne, 17, 24; 19, 12; 25, 10. 

Ibid. 14 (i). D'après l'auteur, l'aryen -?//«- reste en irl. (ou 
avec une voyelle épenthétique !); en gall. la forme muée de 
111 est f ouw : cyf-nessaf, voisin, de koin-nessam- . On a peine à 
comprendre une pareille erreur. L'adoucissement de ni dans le 
groupe nin, est commun à l'irl. et au britt. ; c'est une loi 
banale en irlandais. L'irl. moy. coinue:>sam, voisin, économi- 
sait une reconstitution de cyfnessaf; le représentant 
moderne (côimhneasaim, j'approche, côimhneas, voisinage (con- 
fondu avec l'irl. moy. coibues) l'auraient arrêté. Page 135, 
il cite l'irlandais slemnn, gall. Uyfn, sans connaître la valeur 
de m irlandais (irl. mod. sleamhain). De même pour defnyd, 
ir\. danitiae, p. 109 (irl. mod. danih}ia,quQ l'auteur eût trouvé 
dans Pedersen). La remarque sur la voyelle épenthétique est 
vraiment déconcertante. 

Pyihefnos, pytheianos, quinze nuits (quinzaine) est pour 
pempe- de {k)ni-noktes : m de -de{]i)m- devient spirant. Pourquoi 



Remarques et additions. 173 

dinii pour âehn- et comment deh)ii celtique, peut-il être pour 
dehin ; pourquoi et comment/)}'-//;- ? Comment -noktcs se serait- 
il mué en -nos} Pourquoi aussi ce nominatif pluriel latin 
noktcs, quand l'auteur tire lui-même -ocd de -ei-cs, à tort ou à 
raison' ? 

Perth, buisson (qui existe en breton) viendrait de 
qnerqn-l- : latin qnercus, ^=*pt'rqijiis. Lesens est trop différent 
pour qu'un pareil rapprochement soit vraisemblable. 

Cellt, silex, est un mot savant, bien connu en archéologie, 
qui n'a rien de celtique. 

P. 1)0. 99 (4) 'aethnen, tremble, viendrait de *a^f«, 
*/ip-tn, : V. h. -àW.apsal latin pôpulus ^^ ptoptol- (pris dans 
^FrtWc). Sans m'arrêter à discuter cette invraisemblable éty- 
mologie, je ferai remarquer que aethncn devait être rap- 
proché du mot du Foc. corn, aidleu, abies,* breton e~len. 
Ces mots ne peuvent guère être séparés du breton ae:(eii, 
c:^cn, vent- doux, comique cth, soutfle, exhalaison. 

adref viendra de ad-fr- : ad-treb a donné afhref. Adref ne 
peut s'expliquer ainsi (cf. J.Loth, Remarques, p. 22-23). 

VI. (i). Le breton entre, être, tre, dre' ne devait pas être 
assimilé au vieux-gallois ithr : on eût eu eutr. 

L't' final a une valeur étymologique et indique une dériva- 
tion différente ; il y a probablement influence de la préposi- 
tion tre. 

Pour atl.inigar, le sens de sans pitié est justifié, quoiqu'il 
ait souvent plutôt celui d'effrayant, énorme, qui en est d'ailleurs 
dérivé : l'auteur propose, avec raison, peut-être, d'y voir 
une forme évoluée d'an-trugar {n-trougâkaros, d'après lui !). 

L'étymologie d'alhvedd, clef, est bien invraisemblable. All- 
wedd serait pour alchiuedd, tandis que le breton alchoue^ 
serait pour achlweâ, et le tout remonterait à n-qlJij-iia : claiido, 
clâvis. 

P. 1 51-100 : (Igor, ouvrir, viendrait de n-gher (n néga- 

1. Xi la terminaison irl. du nom. plur. ni les suffixes -oeâ, -yJ nQ sont 
clairs. 

2. J. Loth, Rev. Celt., 1901, 331. Le rapprochement avec le gaélique 
aiteal brise, est impossible. 

3. être, /«, tient à l'accent -.d. eta pour ('///a, et ta. 



174 /• Loi h. 

tif) et agor viendrait de eggor (ek-goi-), racine gher-^ 
enclore : latin hortus, garth. Ici encore, il eût fallu faire 
appel à l'irlandais. Il est de toute évidence que l'irl. eochair, 
clef, est identique à agor (avec un échange e : a qui n'est pas 
bien rare). Egor me paraît être venu des formes infectées : 
ce n'est cependant pas sûr. Le comique cgory, ygery vient 
iïa^or, comme le montre le prétérit agorcs. 

Le breton digor, comme l'a supposé Pedersen {Vergl . Gr. 
I, 123) peut contenir di-, par étymologie populaire, ou est 
formé différemment. A côté de garth, enclos, breton gar:(^, 
haie, talus planté, vannt. gorh (anc. garib'), le breton possède 
gorth dans le moyen bret. Buorth' (vieux-corn, Biiortblel-), 
V. irl- gort ; composé lub-gori, corn. luworth, breton liori, 
vannet. liorb. Quant au gallois garth, promontoire, ce peut 
être un sens dérivé ; le vieux celt. dûnos, qui a donné l'irl. 
diïn, gall. dln^ a eu d'abord le sens ^'enclos, comme l'in. 
dique clairement l'irl. diinaiiii, je ferme, qui est le sens 
actuel. En revanche, le vieil-irl. gart, qui a le sens de tête, 
dans Cormac, indiquerait une origine différente. 

L'irl. moy. cobrith est rapproché, ce qui n'est pas sans diffi- 
culté, de cymryd : dans le mot irlandais le b est spirant. La forme 
qui répond exactement à cymryd^ est le moyen-bret coiiipret. 

152, 100. Ion, seigneur, de lud-nos est invraisemblable, (cf. 
Pedersen, I. Vergl. Gr. I, 160). lor, de iiid-ro- ne me paraît 
guère plausible >. 

Quoi que l'on puisse penser de Tétymologie de giuuio, 
coudre, à côté de griat, en breton, il fallait citer groiiiat, 
et le vannetâis goiiriat ; à côté du comique gzcrx, point de cou- 
ture, le breton gri et groui (v. bret. gritiaiii, gl. sno^ 

P. 153. 100. Dedwydd, viendrait de do-tiriios : liieri. et signi- 
fierait heureux. Ce n'est pas le sens primitif. Le sens propre a 
été sage, qui réfléchit et sdit. Ce sens est encore marqué dans 
certains textes : L. Rouge (Skene, F. a. B. 11, 144, 20). 



1. Chrest., p. 113, 131, 205. 

2. ].Loth, Rev. Celt., 191 3, 143-144, 

3. Au point de vue hypothétique, cf. J. Loth, Kev. CelL, XXVIII, 336, 
Jura). 



kciiuirqiie!: el (uldllloiis. 17) 

ny chcrda dcliuyd ar tnuch 

« Le sage ne marche pas avec le violent ». 

Ibid. 250, IV. Ny ihwyll dryc anian detiuyd. 

« Une mauvaise nature ne trompe pas le sage. « 

L. Tal., Ibid., 158. Detiuxd Dovyd nuy gorèii. 

« C'est le sage souverain maître qui l'a fait. » 

Cf. le proverbe : Dysg detwydd a gair ; dysg ddiriaid a 
g-wiaiJ. « Instruis le sage avec un mot, instruis le méchant avec 
la verge . » 

Dans un autre proverbe cité par Silvans Evans à.dinaid, on 
a l'exact équivalent de dcliuyd dans le proverbe du Livre Ronge 
cité plus haut. 

Doi'lJ) a diridid nid \iugar 

« Sage et méchant ne s'aiment pas. » 

Dedwyâ est clairement .composé de dci{do-atc, ou do-eli-) -\- 
ijid, qui sait, réfléchit: une ïonnedo-liiiio- eût, de plus, donné 
dydwyd. Dcdiuyd entre en composition de noms propres vieux- 
bretons : Dctuiiid-imei ; Hacldcluiiid, biiordclniiid ; Gurdetgited 
(Chrcst., p. 123). La graphie -uuid est à elle seule pro- 
bante. 

Ibid. III (2) : Inurdd, poussée violente, viendrait de 
spiiri, racine sphiterè- ; de même, peut-être : g-ordd (avec g 
excroissant !), maillet, v,-gall. ord, bret. oix=*pHri-â : a-i^upa. 
La première étymologie est contraire à la loi qui veut que l'ini- 
tiale sp- indo-europ. donne/ (pour le skr. sphHrâiiti,et le lith. 
spiriii, voir le rapprochement avec^cr : Pedersen, Fergl. Gr. 
I, 75). Il va sans dire que ord est encore plus impossible. La 
forme arménienne citée par Pedersen, Vergl. Gr., i, 114, 
est décisive (Arm. uni de *ôrdhin). 

P. 154. 100.4 • myned, bret. nionet viendrait de -luomi- 
pour mami- lequel serait pour bam-i- =: *gnemi Ce réduit) : 
lat. vcnio. Ici encore, il fallait consulter l'irlandais. Strachan, 
Storics froin TiVin,-^. 122, a signalé une forme verbale équi- 
valente à inyned, dans ce passage : ianid ... ima-muinither 
mer g, « fer ... autour duquel vient la rouille » (Cf. Vendryes, 
Rev. CeJt. ,1^1^, p. 223). 



176 /. Lolh. 

Ibid. V. Ce paragraphe sur une prétendue métathèse de jod 
est bien un des plus déconcertants de l'ouvrage. Je n'en donne 
qu'un échantillon: l'irl. 5///(/<', suie, viendrait desodio-, etle gal- 
lois biidd- dans huddygl, suie, du même thème, par 
métathèse : soid-!. Tout le monde sait, à moins d'içno- 
rer la loi fondamentale de ce qu'on a appelé l'infection, que /, 
dans suide, indique le mouillcment de la consonne. Si on sup- 
pose le même phénomène en gallois, on aura le même mouil- 
lement de la consonne, avec dégagement d'un jod de la 
consonne mouillée, et de plus modification de la voyelle : 
on arriverait à seid- (^vspeii = spolia ; ccirch, irl. coirct ; 
cf. Pedersen, Vergl. Gr., I, 336; J. Loth, Remarques, 9-14). 
En ce qui concerne le vieil-irl. suide (qui est féminin), à en 
juger par l'irl. moderne et le gaélique, // est long ; moyen-irl. 
sûithe, irl. mod. siigha, snitchc, gaël. siïith. Comment expli- 
quer u irl, en face de // britt. ? Pedersen a conclu à un em- 
prunt de l'irl. au brittonique. 

IVyneb, face, viendrait de eni-aq-, par einep-, einap- (qui 
n'existe pas). La forme du vieux-gallois einepp (let-eincpp, pa- 
gina), serait une forme non niétathésée ! sur la prétendue 
forme -wvnab- en composition, voir plus haut la note à la 
page 88, vi. Je n'en vois pas d'explication certaine. 

P. 15e. 101.(2). Four craff, voir plus haut. Pouv byrr, 
bach, bychan, v. plus haut, p. 13. 

Le comique bichan, petit, n'existe pas sous cette forme. Un 
fait d'orthographe comique constant, qui s'explique par le fait 
que cette orthographe est, en substance, l'orthographe anglaise, 
c'est que la spirante gutturale sourde s'écrit ^^/;, quand elle ne 
subit pas des altérations secondaires. Williams donne bien 
bechan, mais les textes qu'il cite ombeghan. Il y a d'autres formes : 
byhan, byan. La forme bretonne bichan n'existe pas non plus. 
On a toujours biha)i, ou bian. 

Trwyn, viendrait de prugno-s, changeant p initial en / 
comme traïuaff : v. plus bas la note à la page 380. 

Freu signifierait fruit d'après un passage du Black Book, p. 
37 dans l'édition de G. Evans (Stokes, F. a. B. II, 13, 11) : 
voir plus haut, p. 31-32. 

Ibid. III (i) : talch, fragment, morceau, viendrait d'une 



Remarques et additions. 177 

base mdo-eur. pc là q : ht. plaiicus, pied-plat. Ici encore joue la 
fameuse loi du changement imûai de p en t^âr anticipation delà 
gutturale finale ! Il saute aux yeux qu'il n'y a pas la moindre 
ressemblance de sens entre talcbet plaiicns qui comporte, com- 
me tous les mots de cette famille, l'idée de plat. Pcdersen 
{Vergl. Gr.,l, 126) rapproche talch du russe loloi:!, broyer; 
tolokno, farine d'avoine préparée en pilant les grains dans un 
mortier : sens très voisin de celui de talch, glosé par fiirf lires 
dans le Foc. comique, que J. M. J. ignore. Une origine com- 
mune est sûre. 

P. 157. 105. Pour twrch : porcus, v. note plus haut à la 
page 125. 

Ibid. (2): ici bon nombre d'e.xemples d'alternances de h 
initial avec p, sans aucun motif invoqué. En voici un mémo- 
rable exemple : \'d. blé et bivyd viennent de la même racine 
à degré différent : yd, irl. ith = skr. pitti-h (^T.x-io\j.ai, pasco) ; 
hwyd = bQ])ei-t ! Le suivant ne manque pas non plus de pi- 
quant : rhann, partie, harn et brazud, jugement, sont extraits 
également de la même racine par le même mécanisme, rhann : 
pars : *perô ; harn = b(J})e'rn- (avec e réduit) ; braivd = *b{h')- 
'rt-. Bai, faute, est identifié 3.vec piget : le mot remonte à b(h)i- 
giuj, accusatif! 

P. 15 7- 1)8. Il y a aussi eu tendance à substituer une moyenne 
à une ténue, à rinitiale : toujours sans la moindre raison. 
Un des exemples les plus saisissants de cette catégorie 
est : brlg, sommet, extrémité: il est pour prïk-, métathèse de 
*krip: gall. crib, crête, irl. crich, limite! 

P. 159. ICI. L'irl. /;//, gall. byl, bord, semblent bien indi- 
quer que yinyl. irl. iiiibel ne contiennent pas une racine y/, el. 
Cyfyl, bord, voisinage, est à la vérité embarrassant. 

Pour l'étymologie de Ihiinan, ysgyfainf, ysgafn, voir plus 
haut la note à la page 109. 

P. 160. 102. III (2) : llefrith, lait nouveau, serait à cou- 
per en lle-frith, lequel serait pour lo-vlith, calf-milk ! L'auteur 
eût évité cette fantaisie inadmissible en consultant les autres 
langues celtiques : Voc. corn, leverid, lac dulce (c réduit n'est 
pas étymologique) ; bret. moy. liiifri:^, mod. livrii ; v. irl. (Cor- 
mac), lemlacht (lait chaud), Icmnacht ; irl. mod. kainhnacht. 

Revue Celtique, XXXVl. 12 



178 /. Lolh. 

Le sens de lait nouveau existe ; mais la comparaison avec le s 
autres langues celtiques prouve que le sens primitif est lait 
doux. 

1 1 1 (2) Ce paragraphe de la métathèse des consonnes sé- 
parées ménage de curieuses surprises au lecteur. Taranis, irl. 
torann,'oa\\, taran et le nom de fleuve Tanaros sont identiques 
avec un simple échange ; on arrive ainsi par Tanaros à ré- 
concilier taran avec tonitru, angl. thundcr. 

Il y a plus fort : goh- dans irl. goba, forgeron, gall. goj, est 
pour hog = *bhog, ail. hachn ; et on arrive à l'équation inat- 
tendue de goba et fociis. 

Archen, chaussure, a la même origine que crydd, cordonnier ; 
ce qui apportera une satisfaction réconfortante aux cordon- 
niers : n'est-ce pas le cryd qui fait Varchen ? arch-en tout sim- 
plement vient de *park-, Qtpark- est pour karp- {cryd = karpi 
io-s). Le breton archen que cite l'auteur, n'existe que dans le 
composé di-archen, pieds nus (sans chaussure) et les dérivés : 
archenat, moy. bret. archenajj, chausser. 

Eiddil, faible, serait pour eilid = ed-Ud- = ad-lêd-, rac. lèd: 
latin lassus (p. 263). C'est la même racine que dans ym-laâ, 
to tire one's self: cet ym-lad est séparé de ym-laâ, se bat- 
tre, par l'accent ; l'auteur le tire de qolâd- (p. 156, 10 1, ii (3). 
Je consulte le paragraphe auquel il est renvoyé et je trouve ce 
qui suit : cledyj, dais (*qlad-ti-) viennent de qolâd- ; lladd, irl. 
slaidim, viennent de slad-,sqlad-\ 

P. 161. 103. 1(2). Le principe des mutations sonores est 
exposé d'une façon insuffisante. L'auteur se contente de dire 
que la consonne initiale d'un mot subit la mutation sonore, 
quand le mot précédent est terminé par une voyelle. Il oublie 
la condition essentielle : c'est que le mot qui précède forme 
avec le suivant une étroite unité grammaticale. 

Il invente en revanche (p. 192) une règle de son crû : c'est 
que, lorsque la syllabe finale du premier mot était accentuée, 
son -s se combinait avec la ténue initiale du second, qui deve- 
nait une spirante. C'est parce que y possessif féminin était ac- 
centué sur la dernière syllabe que son s (skr. asyalf) change 
la ténue initiale en spirante. 

Rien de plus insoutenable, même pour le brittonique. 



Rciiiiiripu's cl (lihlilioiis. ijy 

Pour tri, trois, à l'appui, il invente une accentuation indo- 
europ. qui est en contradiction formelle avecce qu'on en con- 
naît : treiésl L'aspiration 2iprès pevar, peder, en breton, ne l'ar- 
rête pas; suppose-t-il pour pevar, une forme accentuée (jijcl- 
iuarés}\l supposerait donc aussi que dans Pagiis-Casiri, don- 
nant Pozz/jâter, Poher, -us dt pagus était accentué? 

P. 162. 103. (5). Esgiui, rapide, viendrait du latin 
exsecûtiis : pas d'autre explication ! L'origine celtique du 
mot n'est pas douteuse, quoique les formes apparentées ne 
soient pas claires. Il fallait rapprocher «o'/^c? de l'irl. éscid, infli- 
tigable (Cormac's Transi. : escith, impiger), irl. mod. éasgaidh, 
rapide. Le breton eskiiit, agile, semble bien apparenté : 'skuit 
paraît bien répondre à l'irl. scitb, fatigué : avec une dérivation 
différente, il rappelle skiOi:( (vann. shiuich et siOich), skivi:(, 
comique sqiiyih. Vu du gallois esgud reste énigmatique. 

P. 163. 102. Bore, matin. L'auteur donne pour le vieux 
gall. une forme more tiré duGorchan Maelderw, Livre d'Aneu- 
riii, 17, 1. 2o(Skene, F. a B. II, 105, 6). Or on y lit : 

Moch aruireit / mon' 
De même dans le Gododin Qbid. 83. 29) : 
Moch dwvreawc y more. 

Inutile de dire que v more est pour yni bore. 

Canhorthiuy serait pour kanta-uer-teig-. Mor-dwy, naviguer, 
renferme bien -teig-, racine largement représentée en celtique. 
Mais le contraire paraît sûr pour canhortimy. Il y a, en effet, 
une forme cynnorth-, à côté de cynnorihiuy et cynhorthuy, dans 
une poésie du xii= siècle citée par Silvan Evans (/F^/iV; Z)/r/. 
à cynnorth, rime avec dygyvortl]). Cymhorth est courant et fré- 
quent à toutes les époques, a. côté de cymborthuy ;cf. nmmhorth 
(amporth ' dans le Brut Gr. ah Arthur), apparaît à côté de 

I. L. Tal. (F. a. B. II, 189, 27 : aviportlnvii ivyiieb : ce mot semble 
avoir le sens de présentons, opposons (atii = ainln-). Dans cyniljorlh,'û semble 
nien qu'on soit en présence d'un composé de port!}, assistance. C'est 
invraisemblable dans cynJiortJi et canlmrtlnuy, à moins qu'on ne suppose un 
emprunt récent de -bortli, sortant de cvniJiortl}. Mais c'est impossible pour 
anortimy. Il semble qu'on soit en présence d'un thème celtique -ort : con- 
fusion avec porto, et peut-être même origine ? 



i8o /. Lolh. 

amhorthvjy. Enfin, ce qui est décisif, c'est V2ià.]tcx.\î anorihwt, 
qui ne peut être supporté, où -wy est clairement un suffixe : 
Gorchan Maelderw (F. a. B. II, 97, lé) : ruthyr anorthwe, 
élan qu'on ne peut supporter. 

P. 164. 104. (i) : cefft =^' kebn- : Cehenna. Il fallait d'abord 
citer la forme la plus anciennement connue de ccjn : c'est 
ceiun, dans le Book of Llandav, p. 156. Déplus les variantes de 
Cchciiua sont intéressantes, parce qu'elles permettent de sup- 
poser que b dans le groupe -bn- était déjà spirant : mous 
Ceuenna (Caesar, De bello Gall. 7, 8, 2); cf. Dea ardbinna et 
arduenna. 

La forme •/.ÉiJ,tj.£v;v a été donnée comme ligure, ce qui parait 
bien hasardé. Elle n'apparaît que chez Strabon et Ptolémée 
(Avienus donne cimmicé). 

P. 165. 104 : -agno- dans les mots comme irl. becân, gall. 
bychan, serait pour -oo-;/^- : on aurait as pour en irl., et, par 
suite d'atonie, en britt. Ce sont là des assertions sans le 
moindre fondement. De plus, il n'est pas facile de concilier 
l'irl. -un avec le britt. -an. 

Le gallois carrai, lacet, est assimilé à lai, maison, pour la 
dérivation : tai = tigia pour ligesa, et carrai vient de corrigia. 
Or, la forme vieille gall. est corruui qui vient de corregia ; 
corruni a passé pour carrai et, avec recul de l'accent, a donné 
carrai. Le changement de en a indique un effet de l'atonie. 
Quant à la réduction de -/// en -ci, par retrait d'accent, elle 
est régulière : cf. Book of Llandav, p. 140; terra Convoi; p. 
32 : Llan Gemci, lisez (Gwenogfryn Evans), Llan Genvei. Ce 
dernier texte est de 1128. L'identification est certaine. Dans 
un texte, p. 140, on Ht : vi modios terrae Convoi, id est Llan 
Geniei. L'exemple de carrai, faux comme on le voit, était des- 
tiné à prouver que -igia affecté par a devient -ei, -ai. Quand 
ce même -igi n'est pas affecté, il donne / : brl, honneur, vient 
de brïgio-. Or, tout le monde sait que brl, honneur, dignité, 
corn. /;;■)', bret. bri, irl. brîg (ïém.'), remonte kbrJg-. Brlg-, 
avec? bref, se retrouve dans l'irl. nom. bri, gén. plur. breg, 
gall. bre ï., bret. bre; gall./ry, en haut, au-dessus. 

Un autre exemple serait Kaer-Uion où ///();/ aurait / long et 
viendrait de Ugion-os, génitif brittoniquc pour le latin Icgiônis. 



RcniiinjHCS cl ivUilioiis. i<Si 

Il y a eu simplement échange entre le suffixe latin et le suf- 
fixe indigène (cf. Iladron). Quant à Caer-llion, si son / est 
long, c'est une évolution qui n'est pas ancienne, car la torme 
Kaer-llion est relativement récente. Supposer Ligion-os est 
quelque peu ridicule. Chester et Caer-llion sur IVysg, dans les 
textes anciens s'appellent tous les deux C^/V-Zc^^ww (anglo-saxon 
Legacaestir, Lcgeceaster). L'/ développé de -eg-, -eg-, avec g 
spirant, est resté / ferme et accentué en hiatus (cf. v. bret. 
brieiitimon, gl. ingenui, en face debreenhin). 

Cette fois, pour le plaisir de concilier le gall. ta, toit (bret. 
/()) et l'irl. ttiige, l'auteur n'hésite pas à violer une des lois les 
plus indiscutables de l'infection vocalique,et tire to de *togio-. 
La seule forme irlandaise correspondante à to est -thach, -tach, 
dans les composés irl. tiiii-thach, é-tach, vêtement (Pedersen, 
Vergl. Gr. ii. 655). 

Même opération pour le gallois llw, serment, qu'il tire de 
lugiio-n, avec l'irl. litige. Il oublie le breton le qui seul peut 
être identifié avec l'irlandais au point de vue de la dérivation. 
Quoi que l'on puisse penser de Wu de llw, il est clair qu'il ne 
peut venir directement de *lugio-. De même que pour to, il 
faut, vis-à-vis de l'irlandais, ou supposer une dérivation dif- 
férente, ou une influence analogique, par exemple, celle de 
formes verbales disparues ' . 

iii (i). Le gallois croen, peau, vient de krokn-, comme le 
breton crochenn, et l'irl. crocenn. L'auteur n'explique pas la 
disparition de -ch-, en gallois, qui rend pour cette langue, 
cette étymologie difficile. 

giuaun, bas-fond (v. gall. gtkiiii\ auquel il faut ajouter le 
breton geiin, yeitn, marais, comique goen, gon, goon, ne peut 
s'accommoder, pour le sens tout d'abord, d'une étymologie 
no-ak-n : ijàkn (racine ak-, aigu). L'étymologie de Victor 
Henry me paraît plus vraisemblable ; il le tire de uàgnà, cf. 
latin vagiis. L'irl. fàii, pente, paraît bien avoir la même ori- 
gine. 



I. Pedersen, Vergl. Gr. I, 98, qui suppose pour ]lu% sans en donner la 
raison, et contrairement à ce qu'il a supposé pour to, une dérivation en -jod, 
p. 381, trouve w difficile à expliquer : ce qui est vrai. 



i82 /. Lotb. 

P. i66. 104 (c). Parfois kn deviendrait gn : gall. sugno, 
sucer, téter, qui viendrait de seuk-n-. Il fallait ici, pour expli- 
quer cette anomalie, faire intervenir les formes apparentées : 
irl. siigini, bret. moy. simaff, bret. moy. suna, simo. L'irl. 
sûgim ne peut venir d'une racine seuk-^ ni seug-. Il semble 
bien qu'il y ait eu là une influence latine. Il est difficile en 
revanche de supposer autre chose qu'une origine indigène à 
snna et sugno. La conservation de g en gallois me paraît 
expliquée par la forme du vieux gallois dissnnoietic gl. exa- 
nclata, que ne cite pas l'auteur. Il faut évidemment partir 
d'une forme avec -n- infixe. 

Dygn, pénible, dur, est rapproché, avec raison, de l'irl. diri- 
ghn, j'oppresse (^*dengô). Dygn paraît bien sortir de la même 
racine que den^yn, obstiné, inflexible, irl. daiugen ', solide, 
ferme (Stokes, Urk. spr. à dengo). A côté de dinge, oppres- 
sion, il y a aussi en moy. irl. denge. Le dérivé gallois dygnedd, 
rappelle pour la formation l'irl. moy. dangne, fermeté. Il me 
paraît certain que dygnedd est pour dyngneâ; ce serait de cette 
forme que serait sorti dygn. Supposer une forme *dyng-n 
est difficile. Pour l'évolution spontanée de -ng en -gn, il y a 
à tenir compte du vieux breton drogn, gl. cactus, en face de 
l'irland. drong'. 

Ibid. IV (i). Pour le gall. bon que l'auteur fait indûment 
venir de bud-no-, voir plus haut la note à la page 89. 

Ibid. (3). D'après l'auteur, dl-, dr après une voyelle d'ar- 
rière, deviennent dl, dr : d reste après l'accent, mais disparaît 
devant l'accent. Devant une voyelle de front, dl, dr sont 
traités comme gl, gr . Cette dernière règle est prise chezPeder- 
sen, Vergl. Gr., l, 112, qui l'étend à ce groupe de consonnes 
quelle que soit la nature de la voyelle qui précède. Il y met 
une restriction : c'est le cas de composition avec particule. 
L'auteur, dans tout le cours de l'ouvrage, ne paraît pas se 
douter que le cas de composition avec particule peut donner 

1. Daingin se trouve aussi : E. J. Gwvnn, Aiiirish p. Penit., 144, 25. 

2. Peut-être droiig, drogn se trouveut-ils dans le nom propre vieux bret. 
Dronuualoe, au xi^ s. Drongualae, Droaloi . Le groupe intervocaiique -«c'- 
est traité, en breton, comme -g~ : gall. ystumg : stoiii ; tivug, tyngu : 
toni; angell : ail, cal ; mwiig : moue. 



Reniai ijites et additions. 1S3 

lieu à des phénomènes particuliers, et d'époque ditîérente. 
L'exemple de eirif, irl, àramy nombre (ad-rim-), est un cas de 
composition, et ne prouve rien. Les étymologies de *î^agr^6? 
(/), downwards, venant de *itpo- ped-rcl-, et de !^u'ael, de : upo- 
*pedlos, ne valent pas la peine d'être discutées {ped- pied). 
L'auteur reconstitue un forme ^ivoiret: elle existe et se montre 
fréquemment dans les délimitations du B. of Llandav : dir guoi- 
ret, p. 73. Pour les traitements de dr, dl, après une voyelle 
d'arrière, en écartant w/- qui n'est appuyé sur rien, et hadl éga- 
lement, l'exemple de cadr, serait probant, s'il était démontré 
qu'on est en présence de -dr, mais il est très possible que ce 
soit tr- qui soit en jeu (cf. Pedersen, Vergî. Gr., I, 135). 

Aclwyd, cela va sans dire, ne peut s'expliquer par aidh-Ieti. La 
diphtongue -wy- ne peut s'en accommoder. Quant au comique 
oilet, qui n'est pas du vienx-corniqiie, mais du voc. comique 
du xii^ siècle, et au breton oakt, il est fort possible, probable 
même qu'Usaient sacrifié la seconde diphtongue à la première, 
et qu'il y ait là un simple fait de dissimilation. 

Comme exemple de l'évolution inattendue de gg en k, 
J. M. J. cite le gallois achreaiudyr qui viendrait d'aggregâtto, 
avec un renvoi au Livre de Tal. Voici le texte (Skene, F. a 
J5. II, p. 117, 33): 

arall atiuyn achreawdyr kerenhyd. 

Silvan Evans le iradu'ii par creator or maker, ce qui me paraît 
plus près de la vérité. Il renvoie à ce sujet à achre qui est tra- 
duit dans un manuscrit de Llanoverpar: initium, origo. Ce 
serait dans ce cas, un composé ad -f- cre : cre-ii, créer, cread, 
action de créer : augmentation ou qui accroît ?' Achreawdyr est- 
il simplement un composé de ad- et creawdyr ? Quant h cyn- 
greaiudyr, qui serait un nom propre ÇCyngreaicdyr Fynydd-^, 
le sens ne m'en paraît pas clair. Il apparaît dans un poème 
du xii^ siècle, dans la Myv. Arch., donné par Silvan Evans. Il 
semble en rapport avec cyngrc, auquel on donne le sens de 



1. A signaler ect}re auquel est donné le sens de ralher, yea nither. 

2. Ce suffixe en -awiir indique essentiellement un nom d'agent. Il me 
semble que cyiigreawdyr Fynydd peut signifier : la viontague qui rasscinhte 
les troupeaux ? où les troupeaux se rassemblent ? 



i84 /. Lolh. 

rassemblement. Il serait très possible ici — l'orthographe même 
y engage — que dans cyngre on ait affaire à un composé avec 
gre, troupeau. En tout cas, ces exemples ne prouvent rien 
pour la thèse de l'auteur. Ils auraient dû aussi être discutés 
en quelques mots. 

Parune violation flagrante d'une autre loi des mieux établies 
//tfo-r, corruption, dommage, llygru, corrompre, polluer, violer, 
est tiré de hlgr-, pour le simple plaisir de le rapprocher de 
Auypi-ç et lugeo. 

p. i68. io6 .ii (r). Cann, blanc, viendrait de *^anrf-, latin 
cartdeo ; etcynneu, allumer, cynmid bois de chauffage, irl, condud, 
viendraient de *<7(W-, même racine à un degré diff"érent. Il est 
de toute évidence que u de cynniid, comme le confirme le 
corn, kiinys (pour cônus^, breton keuneud (*kenud) représente 
une diphtongue vieille-celtique. Pedersen {Vergl. Gr., II, 39, 
508), fait remonter, avec raison, V'irl. connad {Cormac Transi. 
45: condud^ à. kom-dauto- : même racine que dans cx'.o); skr. 
du-nômi, je brûle. Cynneu est pour con-dou- : cf. corn, deioy, brû- 
ler, bret. dialectal deiui (ne pas confondre avec dei/îo, devï). 

Cyni, trouble, : il fallait citer kynbi du Livre noir ; egvi, 
eff'ort. 

p. 169. 106 (i). Kenglio-s ne peut expliquer l long de cilyd. 
L'irl. cèle, d'après Thurneysen (Gr., 89, 159) viendrait de 
kegliio- ce qui le séparerait du britt. Pedersen, déclare cette 
étymologie impossible et la tire de kêlijo-, ce qui est satisfai- 
sant (Vergl. Gr., I, 51) au'point de vue du sens (cf.y.ÉXs'jOsç, 
lit. kélias chemin), mais ne supprime pas toutes les difficultés 
provenant de l britt. et ê irl. 

La forme kengliio-s n'a été imaginée par l'auteur que pour 
établir un rapprochement avec l'irl. cingim, je marche, le 
gallois cam, pas, et le gall. keimat, mate. Or heimat n'a nulle- 
ment cette origine ; il est dérivé de camp-, comme camh-wr, 
champion (v.-bret. camp-gur) : forme plus ancienne keimbal, 
himhyat : (L. Aneurin, keimyat F. a. B. 11. 72. 4 ; L. Tal. 
184, 207) : keimhyat, dans une poésie de Bleddyn-Fardd, plur. 
keimbyeit chez Llywarch ab Llywelyn (cL Silvan Evans, IVelsh 
Dicl.). On a de même camhaïun et camawn, combat. 

p. 171. 107. ii. Pour _y//, men, cf. Pedersen, Vergl. Gr. II, 



Remarques cl addilions. 183 

401. Les différences signalées entre yn et *men pour le traite- 
ment de la nasale finale ne sont pas anciennes. L'auteur pour 
v« aurait dû se référer au vieux-gallois : il y aurait trouvé : 
Notes )iiar initiales à FEv.de S. Chad : ilaii Elcn; i ois oison; dans 
les Gloses : /;/ hestaiir. de mC'me dans la glose bretonne : / hep- 
coriin; i ^mltiocioji. 

p. 172. 107. IV. D'après l'auteur, fy possessif ayant perdu 
son -n de bonne heure, on doit s'attendre à ce qu'il change 
les moyennes, mais non les ténues : et de fait, c'est, dit-il, le 
cas en vieux-gallois et en gallois-moyen ancien. Les exemples 
cités ne me paraissent guère probants. Ce sont surtout des 
questions d'orthographe. Si réellement, ce qui est impossible, 
on a prononcé vy peu, vy tat, vy craïun, il est incompréhen- 
sible qu'on soit arrivé à : vy mhen, vy nhad, vy tighraicn. Le 
Black Book, d'où ces exemples sont tirés, présente vympechaud 
qu'indique l'auteur, mais pour lui, ce n'est pas une nasalisa- 
tion. Il y a eu certainement des degrés et des nuances dans 
l'évolution des ténues après vyn, mais supposer que -;/ final 
n'ait produit aucun effet sur elles, c'est méconnaître une loi 
phonétique des plus claires et des plus importantes ; c'est vou- 
loir ignorer la nasalisation en irlandais; c'est fermer les yeux à 
ses effets, précisément pour le pronom possessif de la i'^ pers. 
du sg. en comique et en breton. L'exemple du breton est 
particulièrement instructif. Jusqu'au xvii^ siècle, en général, 
on ne hiisait pas la mutation initiale dans l'écriture : on écri- 
vait wa. /d^i, mon père; ma penii, ma tête. Personne n'en a 
jamais conclu que le t ou le p, de tad et penn fussent traités 
autrement qu'aujourd'hui, où on prononce ma ou va ^ad, ma 
ou vafenn : ma ^ad a été précédé par ma dad, pour ma thad ; 
à l'île de Sein, on prononce encore ma dad ; à Belle-Ile (Mor- 
bihan), de même (wo dad). 

(A suivre.) 



LE MIROUER DE LA MORT 

(Suile) 



Yoa souueren da pep heny, 
2740 Eu Doc roe nouar, bet nary, 

Drez eu deffrv glorifiet. 

Hac è guelet louen en faç, 

So yoa muihaflF, à cafFaff aç : 

En è graç, gant soulaç placer. 
2745 En e sort gloar, me n goar ■ parfet, 

Nac ^ eno ne antreo quet : 

Nep so souillet gant pechedou. 

Quentse pep guis forbanisset >, 

Vezont anezy milliguet : 
2750 Da doen penet dre ho fetou. 
(f. 54) Sot ez caffaff, ne compsafFgaou, 

Eu map den en è termeniou : 

Ober eufFrou na traou vaen. 

Pe dre re à pell ez guell muv, 
2755 Lesel an gloar bete nary : 

Hep antren enhy + bizhuicquen. 
Da prezec au gloar man hanuet, 

Nedeu ma yngyn/; 5 quen pingnet : 

Maz galhen» quet he repetaff. 

1. Ecrit viengoar, v. 672, nie n goar 1902. Cf. w/c >i latiar je le dis 2825 
(/;/('« laiiar 3349); Roe n sler le roi des astres 2826, Roe n trou le roi du 
ciel 3230, etc.; n sans apostrophe ne se trouve que dans cette 4^ partie 
(Les notiv. signes orthogr. 12). 

2. Inversion peu commune : ce nac (1. neque) devrait être au commen- 
cement de la phrase. 

3. On n'avait que l'inf. forhany N 38, dont le part, devait être forbanet , la 
forme nouvelle suppose un inf. forluinissaff; cf. batm i s sa^ id., p. bannisset. 
Grég. a forbanna et forbanm\a, van. forbannein et forbanniç:^ein bannir, 
exiler ; /ortow pi. ed, idy banni, exilé; id. et prev:;^er-JorbiW p. -eryen-forban 
forban, pirate qui attaque amis et ennemis ; forbannidigue^, forbannére:;^, 
forbannadur bannissement, exil; Chîà. forbannein, forbannissein proscrire, 
Ch. ms. forbannein id., forban banni ; VA. forbannein bannir, for ban nereah 
m. pi. en bannissement; forban pi. -nnett forban; corsaire. Cf. Ztschr. f. 
celt. Phil., II, 398, 399. 

4. Ce mot montre que gloar était fém., genre donné par Grég., Gon., 
Trd. Dans le Cantique du Paradis, on lit ar c'bloar, Bar:^. Br. 515 ; Henry, 
Kanaouennoit santel 1842, p. 94, et Kantikou 1865, p. 75 ; Roux, Melleiour 
an eneou, 1845, p. 204, mais on prononce en haut Trég. ar gloar. L'A. 
donne gloére m. 

5. Cf. v. 386, Ecrit ailleurs inging, ingingn, ce qui justifie ces rimes 



Le Mi rouer de la Morl. 187 



Joie souveraine à chacun 
2740 Est Dieu le roi de la terre, à jamais, 

Comme il est sérieusement glorifié. 

Et le voir heureusement face à face 

Est la joie la plus grande, je crois bien. 

Dans sa grâce placé avec bonheur . 
2745 El dans une telle gloire, je le sais pertinemment 

Là n'entreront pas 

Ceux qui sont souillés de péchés, 

Mais de toute façon ils en seront 

Exclus, maudits, 
2750 Pour supporter la peine de leurs actions. 

Je trouve qu'il est sot, je ne dis pas de mensonge. 

Le fils de l'homme dans ses actes ; 

De faire des œuvres et des choses vaines 

Pour lesquelles il peut ensuite loin 
2755 Laisser la gloire éternelle 

Sans y entrer jamais. 

Pour prêcher la gloire ici nommée 

Mon esprit n'est pas si élevé 

Que je puisse la reproduire, 
2760 Nemet dre gret an Speret-glan, 



en -ign-, à côté de la variante ingiitn r. -in-, B 435. Maun. a itigiii engin ; 
ifigiii, igin, igign pi. on engin, machine ; igi>i pi. ou <f engein, petit vais- 
seau de bas bord»; giiéll eo igin eguidner:^ « mieux vaut engein, /que 
force »; igin da forgea, igin da invénti invention, facilité d'inventer; iigi- 
gncr, igigner p. igignéryen, van. igignour p. yon ingénieur; iiigignns, igi- 
gntis ingénieux ; Gon. ijin, injin m. adresse, industrie, ruse, artifice ; ma- 
chine ; invention; -u:( adroit, industrieux, ingénieux, rusé, artificieux ; ijinii 
inventer, ijinaat, rendre ou devenir fin, rusé, adroit (on attendrait ijinu- 
saat); ijigner, ijigiiour pi. ien ingénieur; entrepreneur; inventeur; Mil. 
ms. ///wr (/~?>7zgr) ingénieur ; iiigu, ijin m. adresse, génie, machine ; du R. 
ijin, i:^ign m. pi. ou adresse, génie ; ijinu~, i-ignui industrieux ; i:^inirt 
inventeur ; i:^ignu~ fin, rusé. On dit en Trég. ijiua imaginer ; stumniee 
ijinus façonné habilement ; et (selon M. Even) i:{igner intrigant. Sur i pour 
;', cf. Rev. Celt. XV, 589, 390; Notes d'étytn. no 5. Ch. ms. a ingen, 
angeiii engin; l'A. inginnour p. -nerion ingénieur. On dit en b. van. fal 
ijin enfant méchant, de mauvais caractère. 



iS8 E. Eniaiill. 

A roho dllï gnis on pia^--ni.iii : 
Du coinps glaii an dam*; bilianatV. 

Er bczcoaz calon he contaff '. 
Na lagat guelet à vTodari" : 
276) Xo gallas scart bihanaff voa. 

Xa scouarn»; niar drcu ô ' cloue 
So s^ant Dûo da don ordronot : 
Mar car é caret on bot ma. 

Xa negonn quet pari'et petra =. 
2770 AïKV.y à contirt "muyha 4 : 

Posot > noma oz oa ma lioam. 
Dre aniûUr ma neni sicour Doe. 
Da comps liep mar dam» an doaro 
Aoun amoux na ve pourneant. 
Cl. SI v"» .:77s Hoguon certen dro testonv. 
An scriptur glan hep iuiouzan muy 
DaniM anexy à studiari". 
Xonobstant da pronff nac oull' din 
Da comps an matory diuin : 
2 7v'^o A pleuyu na de terminari". 

En ùvçon vn dall ez gaHali". 
A lyu " auo pront ouz contatî : 
Hep è santali'n'o a/nauout. 
EueJse yscuit rocitart", 
278) DaniM au yoaou an ty muihari : 
A prederaff ne lacquari' dont. 

Nedou dan doar agoar par tout. 
Pe air pep tro ;\ die gouzout : : 
Hep ;\ se bczout * en doutanç. 



1 . Cette rime de -on à -ont est exceptionnelle. 

2. Il faudrait Iv. 

5. On a ajouté un tréma sur IV. 

4. Je n'ai jus note d'antre exemple do cotte variante sans /;. 
i. Ce mot ne se trouve que lA. et au v. 271)5. qui est moins obscur. Ce 
doit être le fnmç. /\w', d'où » supposé », étant admis que. 

6. Ecrit ailleurs Un, /\vm. etc. ; mot masc. comme on le voit au v. sui- 
vant, et". Ghvis. 56g. Maun, a lion couleur, encre, /kvj teindre ; Gr. lion p. 
/kwm. van. Ii:\ //m. /}"/»« couleur, anciennement lijf p. ou \ Jiou, !k- p. Ikvu, 
V.U1. /ic p. ni, liiim id.. /ww. van. /vii teint; //iw, van. /liiWù donner cou- 
leur à. colorer, teindre, peindre, aiic. lifof: ////i-/. Ikvi peint ; /vîmiVA. 
/vtY»r-, lv\\iiiiir,'i, /vjvj.JHr, van. Ih'irfh (Its. liùeirh^ teinture, action ou 
ta>,"on de teindre, liivJiire- coloris ; ln\hiiir peinture; h-irt p. -^i\fti. van. 
lytloiir p. -wmow teinturier t". Ivîyiys p. -^sfJ, « on écrivoit, /v//W-, Ivffour » 
(sur ces formes données comme anciennes, voir Gloss: XX, XXI); /kvt p. 
-fryfn peintre; liviis colorant, qui donne la couleur; Pel. lion, Jiw s., /iu\j, 
/n\{ V. ; /liiv/ teinturier, peintre (R*' ms. ikYui, /»\;w) ; /iu\i/ (et non -a,i. 



Le Miroiter de la Mort. 189 

2760 Sinon par l'inspiration du Saint-Esprit 

Qui nie donnerait la grâce en cet endroit 

D'en bien exposer la plus petite partie. 
Car jamais cœur ne put la conter 

Ni œil voir, je crois, 
2765 Certes, la plus petite joie 

Ni oreille si joyeuse l'entendre, 

(Elle) qui est par Dieu à l'homme réservée, 

S'il veut l'aimer en ce monde. 
Et je ne sais pas bien ce que 
2770 J'en conterai de préférence ; 

Qiioiqu'ici ce fût mon désir, 

Si Dieu ne m'aide, par amour, 

A dire, sans doute, une partie de la chose. 

J'ai peur que ce ne soit en vain. 
2775 Mais certainement, parle témoignage 

De l'Écriture Sainte, sans aucune erreur 

J'en étudie une partie ; 

Cependant, à l'épreuve je ne suis pas digne 

De traiter la matière divine 
2780 Avec garantie, ni de l'achever. 

Je puis, à la façon d'un aveugle 

Qui serait prompt à parler de couleur 

Sans la sentir ni la connaître. 

Ainsi rapidement décrire 
2785 Une partie des joies de la maison très grande 

Que je médite; je n'en fais pas de doute ; 
Non pas aux clercs qui sont savants en tout 

Ou qui sur chaque sujet doivent savoir 

Sans en être en embarras ; 



Glosi.), sing. Ikuadcii une couche de couleur, une teinture, une trempe (R'^^l 
ms. id.) ; llwoi;, //«.vc coloré ; Gon. lion, liv s. m. pi. livoii ; lii'iiii m. pi. (>// 
couche de couleur; Hiviiurf- f. action de colorer, teinture, peinture ;ltvek 
coloré, qui a un beau teint, adj. et s. m. pi. -eicn ; //tv/^ colorant; Trd. 
livi'k (étoffe) qui a bon teint ; du R. Jivadik m. pi. -igou petite couche de 
peinture ; D. Malgorn liouach préparation spéciale pour la teinture des 
étoties (cf. livach peinture d'un vaisseau, Bai:^. Br. 561). V.n Trég. Uvach, 
lioiiaj peinture ; lioiier, lioiiar peintre ; lion, li, pi. livio couleur ; ii\'iiiaù het 
cil e lion il n'a pas bonne mine, distrei d'e lion ou en e lion reprendre bonne 
mine, //:';'/,• petite couleur, teinte. Van.//», lihiie couleur, encre ; liliein 
leindre ; lii'tcreh teinture, linonr teinturier, f. lii'ionrcs Ch. ; libnc m. con- 
teur, teint ; Hbmioe p. -gcn teint; libnadnr, lihncreah m. teinture l'A. 

7. Cette rime suppose une prononciation *g^o{ont ou *i!'o:^vont (corniq. 
godbvos), cf. gaffe il saurait P 231. Cf. gon^iiff et o-o-rt//' souffrir ; Le Gon:^o- 
guec et Go~egec =: gon~ongiiec qui a un grand cou, Gloss . 291 ; Gotinidec, An 
Gonidec cultivateur 285, etc. 

8. Lis. hei^oiil. 



I 90 E. Ernault. 

2790 Hoguen dan tut lie replicaflf', 

Darn» an manier à prederaff : 

Rac maz desiraff ho auanç^. 
Poset ez eu 5 innumerabl, 

An yoaou parfet hac etabl : 
2795 So atestabl-» hep fabl a quen 5. 

Euyt se à try hep muy quet, 

Père do meuliff so scruyffet : 

Ez compsifFnet na doutet quen. 
(f. 55) An roantelez mau hanuet, 

2800 A comendaff an quentaff prêt : 

Dre he quenet meurbet crct plcn. 

Er he sclerder hep comps guer gaou, 

So muiguet an hoU planedou : 

Nac vnt en neffaou mar laouen. 
2805 Guenuidic splan vezo an den, 

De guelet hy hep sy dien : 

Ayelo laouen hep enoe. 

A meyn precius <> nedeux sy, 

Ez eo edifiet detry : 
2810 Ha pen» enhy ez edi Doe. 

Daouzec porz so rez oarnezy, 

Da nep à men?/ antren enhy : 

Gruet detri à mein preciux. 

Hac an plaç 7 yuez anezy, 
2815 So à aour fin dreist pep heny : 

Meurbet ez eu hy glorius. 

Dre'n porzou man hanuet hastus, 

Gruet detry à mein precius : 

Dan re squientus nedeux ^ sy. 
2820 Daouzec noman articl an pjez 9, 

Gant au euffrou mat dos ha dez : 

Hep esfreiz ententit dreizy'". 

(1. 55 v) A heaul na loar me n lauar scier 

Nedeux ober da reifï" sclerder : 
2825 Enhy nep amser na steret. 

1. Inf, d'un verbe qu'on a vu, v. 117. 

2. Premier exemple de cet inf. 

3. Prononcé ici f, à moins que ce ne soit une faute pour ve. 

4. Mot nouv., inspiré par le lat. attestantia, voir la note suiv. 

5. Lire prob. d pieu, comme l'indique la rime, et le texte latin, où notre 
auteur a pris plusieurs mots sans en reproduire la clarté : « quamuis in regno 
dei sunt valde multa vmmo innumerabiliaeius felicitatem tangentia, et glo- 
riam plenissime attestantia «.J'ai traduit atcstahl au sens passif, qui s'adapte 
le mieux au contexte breton. Voir v. 5068. 

6. Cette rime s'appuyait sur une variante plus française précieux, qu'on 



Le Mirouer de la Mort. 191 

2790 Mais expliquer aux gens laïcs 

Une partie du sujet, j'ai ce dessein, 

Parce que je désire leur Otrc utile. 
Bien qu'elles soient innombrables, 

Les joies parfaites et célestes 
2795 Qu'on peut, sans fable, attester sùremenl, 

Pourtant, de trois sans plus, 

Qui sont écrites pour les louer, 

Je parlerai nettement, n'en doutez point. 
Le royaume ici nommé, 
2800 Je l'exalte tout d'abord 

Pour sa grande beauté, crois-le bien. 

Car sa clarté, sans dire un mot de faux. 

Surpasse toutes les planètes, 

Si brillantes qu'elles soient dans les cieux. 
2805 Splendidement bienheureux sera l'homme 

Qui pour le voir, sans aucun doute. 

Ira, joyeux, sans chagrin. 

De pierres précieuses, il n'y a pas de doute, 

Il est édifié solidement 
2810 Et le chef y est Dieu. 

Douze portes sont régulièrement sur lui 

Pour quiconque veut y entrer ;• 

Faites soigneusement de pierres précieuses, 

Et la place en est aussi 
281 5 D'or fin plus qu'aucun (autre) ; 

Il (ce royaume) est très glorieux. 

Par les portes ici nommées, agréables. 

Faites soigneusement de pierres précieuses, 

Pour les gens sensés il n'\' a pas de difficulté 
2820 Ici les douze articles de la foi 

Avec les bonnes œuvres nuit et jour 

Sans crainte entendez-les par là. 

De soleil ni de lune, je le dis clairement. 

Il n'y a aflfaire pour donner clarté 
2825 Là à nul moment, ni d'étoiles; 

trouve peu de temps après, cf. Gloss. 511, et qui est cause de la graphie 
preciux, v. 2815. Voir v. 2841. 

7. Ceci rend « platea ciuitatis » de l'Apocalypse, XXI, 21 ; l'édition du 
Cordiale, Cologne 1485, porla platée. 

8. Faut-il, à cause de cette rime, admettre ici des variantes en eux, non 
seulement pour preciux, mais aussi pour i^'lorius, hxtus, squieiitus ? Ce der- 
sier seul n'est pas d'origine française. Pour glorius un cas semblable se 
présente, v. 2841. Sur diverses alternances de <;» et «,cf. Gloss. 163, 164. 

9. Il faut évidemment prononcer Jci:^, variante connue, et au vers sui- 
vant dei:(, cf. v. 90 et Gloss. 154. 

10. L'auteur a peut-être entendu ce féni. au sens du neutre : « par 
cela » ; car il faudrait le plur. drei'e. 



192 E. Eriiaiilt. 

Rac sclerder Roe n ster anterin, 

So enhy dicn lia quen fin : 

Maz eu diuin illuminct. 
Eff eu so golou enaouet, 
2830 Pe dre nerz qucrz ez guel querzct : 

An re so saluet en è tv. 

Pelloch cno ne vezo nos, 

Ha da pep, eff à ro repos : 

Dezaff hogos heruez ho spv, 
2835 Ha me lauar nep en carcrcff, 

Sclerhoch tro oar tro vezo eff ; 

Eguet héaul en neff à deffry. 

Er digant Doe roe auoueèt, 

Eu ho sclerder pep amser net : 
2840 He sort en Bet i)e caffet muy. 
Peguen glorius nedeux sy, 

Eu Roantelez auezy ' : 

Da bout enhy glorifiât. 

Peguen maruaillus dreist musur, 
2845 E n quenet anezy sigur : 

Mat dreist Natur ez voe furniel. 
(f. 56) Sanct Augustin à doctrin bras, 

He quenet detry à scruiffas. 

Hac à lauaras à tra sur. 
2830 He bezaff quen plen à quenet, 

Hac à joaou da pep caoudét = : 

Na guell quet bout estimet pur. 
Ha hoaz ez comps plen an den fur, 

Ez eu quen mat he pligadur : 
2855 Da pep croeadur den pur glan. 4 

Panaue leffues ' expresset, ■ 

Bout nemet vn heur -i assuret : 

Ouz he guelet dre'z eu ledan. 
Dreizy pep guis ez disprisshe 5, 
2860 Holl joaou an bet credet se ; 

Ha he vanité pour néant . 

He holl mat he holl pompadou, 

Dison he pouruisionou * : 

1. Ce pronom est explétif; voir D/t7. t'Iyiii., v. iiiie:(i. 

2. Cet accent, contraire aux habitudes de notre texte, se trouve encore 
dans Roé, v. 1755 ; den 3507 ; hep 3550 (Les nouv. signes orlhogr. 6). 

3. Le sens ne fait pas de doute ; le lat. porte : « etiam si non liceret 
ampli us in ea delectari quam vnius diei hora. » Leffues est parent de 
lafiiaei, laefuaei, que le Cath. donne comme svn. de licil, mais dont la 
finale est différente. Cf. Rev . Ce//., XXXII, 304, 305. Cette idée se trouve 
rendue en cornouaillais, A//-. Bi . 103, par //;■, mot dont la ressemblance 



Le Mirouer de la Mort. 193 

Car la clarté du Roi do tous les astres 

Y est pure, et si vive 

Que (le royaume) est divinement illuminé ; 
C'est lui qui est la lumière allumée 
2850 Par la force de qui, certes, peuvent marcher 

Ceux qui sont sauvés dans sa maison ; 

Désormais là il n'y aura pas de nuit, 

Et à chacun il donne repos 

Auprès de lui, selon leur espoir. 
2855 Et je dis que celui qui l'aime fort. 

Il sera de tous côtés plus clair 

Que le soleil dans le ciel, sérieusement ; 

Car de Dieu, le roi reconnu, 

Vient leur clarté en tout temps, certes ; 
2840 Ou ne trouverait point sa pareille au monde. 
Combien glorieux, il n'y a pas de doute, 

Est le royaume 

Pour y être glorifié. 

Combien merveilleuse outre mesure 
2845 Est sa beauté, sûrement : 

Il fut créé surnaturellement bon. 
Saint Augustin à la grande doctrine 

A décrit soigneusement sa beauté. 

Et il dit, pour sûr, 
2850 Qu'il est si superbe de beauté 

Et de joies pour tout esprit, 

Qu'on ne peut l'estimer justement. 
Et encore l'homme sage dit nettement 

Que son plaisir est si bon (que) 
2855 A toute créature, homme pur et saint, 

Quand il n'y aurait permission expresse 

D'être seulement une heure assurée 

A le voir, comme il est immense. 
Pour lui de toute façon il mépriserait 
2860 Toutes les joies du monde, croyez cela, 

Et sa vanité frivole, 

Tout son bien, toutes ses pompes. 

Sans peine, et ses richesses, 

est sans doute trompeuse ; serait-ce quelque méprise suggérée par l'angl. 
leuve} H. de la Villemarqué a ajouté au dict. fr.-br. de Gou. : licence, 
permission, congé, Uou m.; et à l'autre dict. : « Lion m. licence, permis- 
sion, congé. Deùd oitnn da chotilcitn Hou digaii-é-hoc'b, je suis venu vous 
demander la permission. Ce mot est du dialecte de Cornouaille ». 

4. Ce mot rime aussi en ur, N 15 19. Voir v. 5283. 

5. On attendrait <//5/'^/5/;('. 

6. Plur. de poiiiiiisioii V. 3202, du v. (r. poiirvision provision, mesure de 
prévoyance. On n'avait que le verbe : « nwux poiiniaeet ']q me suispro- 

Rn'ue Celtique, XXXVI. ij 



194 E- Eniuult. 

He liffreou ' he traou coant. 
2865 OU ho caffe chede néant, 

Follez bras pep vn pas passant ' : 

Dihoant meschant leun à scandai. 

En respit > net pcpret cret sur. 

Dan yoaou mat haznat natur : 
2870 A musur vn daz natural. 
(f. 56 V) O pebez roantelez net, 

Glorius dreist musur furmet : 

Maz eu cm caflFet liep quet sy. 

En vnan 4 an holl rouanez, 
2875 Da enoriff ha;l Roe'n œlez : 

Na nep lastez nodeues 5 muy. 
Goude bresel en bet chetuy, 

Dihegarat ha debaty 

Ez vezont y pacifiet : 
2880 Ha pep vnan dre comanant, 

Eno ho deuezo ho hoant : 

Maz vezont plesant contantct. 
Guelet visaig Doe ho croeèr, 

Vezo certes ho holl esper 
2885 Na quen mescher ^ ne prederhout. 

Ha dezaff scier en è seruig, 

Euel louen è guisien lig : 

Hep courrig ho em obligont . 
Yoa pep amser à quemcront, 
2890 Ouz guelet è faç maz placent : 

Na ne gallhe pront ho spontaff. 

Yoa pep quentel eu è guelet, 

Quen bras na guell bezafFtasset : 

Na prim estimet à credafF. 
(f. 57) 2895 peguen cuflFpeguen peufFer, 

Consolation dehoner : 

Esper ha douçder dan speret : 

curé ; provision provision paraît un peu plus tard, Gloss. 516. Gr. â pourri - 
syon p. on provision ; poiirve^ p. you, van. pourvô p. m id. ; ponrvisyon p. 
ou a provision, terme de matière fiscale et de Palais -> ; l'A. pourvxsion f. 
pi. -eu, poiirvx m. p. ïeu provision, pourvayei^i pourvoir , équiper (un 
vaisseau), pourvaiein fournir ; pourvayoïirr pi. -ycrion pourvoyeur, f. pour- 
véouréss p. -é::^êtt \pourvaiourr p. -ierion proviseur (v. fr. proviseur pour- 
voyeur, fournisseur God. Couip.); Ch. n\s. pouruc'ein pourvoir ; ilre broui- 
sion « provisionnellement )>; cf. Gloss. 509. Voir v. 2944, 3056. 

1. Premier exemple de ce plur. de Hure v. 3192, cf. Gloss. 370. Gr. a 
lyjfrœ, liffrae p. ou, liffreon livrée. 

2. Mot nouv., du fr. passant, cf. \:xr\. passant un passant Choxs a gan. 
62, passandourr p. -derion l'A., pasein passer Hist. saut. 1 16, passein passer, 
trépasser Chows 49, etc. 



Le Mironer iJe la Mort. 195 

Ses costumes, ses jolies choses. 
2865 II trouverait cela tout à fait nul, voilà, 

Grande folie à chaque instant qui passe, 

Indésirable, mauvais, plein de scandale. 

En regard, certes, crois bien toujours. 

Des bonnes joies évidemment excellentes 
2(S70 De l'espace d'un jour naturel. 
O quel beau royaume, 

Formé glorieux outre mesure, 

Où se sont trouvés sans aucun doute 

Ensemble tous les rois 
2875 Pour honorer généreusement le roi des anges, 

Et ils n'ont plus aucune misère. 

Après la guerre dans le monde, voilà, 

Sans pitié, et combattre. 

Ils seront paisibles, 
2880 Et chacun, régulièrement. 

Là ils auront leur désir, 

Si bien qu'ils seront heureusement contentés. 
Voir le visage de Dieu leur créateur 

Sera, certes, tout leur espoir, 
288) Et ils ne penseront pas à d'autre souhaia. 

Et à lui nettement à son service 

Gaîment, comme ses serfs liges 

Sans restriction ils s'obligent. 
Toujours ils éprouvent de la joie 
2890 A voir sa face là où ils (se) placent (?) 

Et il ne pourrait facilement les effrayer. 

Le voir est à tout moment une joie 

Si grande qu'elle ne peut être évaluée 

Ni vite estimée, je crois. 
2893 O combien douce, combien tendre 

Consolation heureuse, 

Espérance et douceur à l'âme 

5. On ne trouve par ailleurs en ce sens que la forme lespet, qui tourni- 
rait ici une rime de plus. 

4. Expression calquée sur le texte latin : « conuenerunt in vniiui ». On 
attendrait à viiau, comme au v. 3121, cf. Gloss. 733. Ch. ms. (inexacte- 
ment cité dans mon Dict. vann., 15), a : a-uiian guet d'accord avec ; ai'ieitan- 
ncin pacifier (avec la mention queru = Querviguac) ; lacat a viiaii, aïtiion- 
netuiciit rapatrier ; dispcimef eoi'ié en aUianç er c'hompht es er brincet anemis, 
lua'es lut ondes hiin vnisset hoiiak, int ondes honah bivi aïtnonnenet (= l'al- 
liance, la ligue des princes ennemis était rompue, mais ils se sont unis 
encore, ils se sont encore alliés), v. rallier. 

5. Lire nodeuei^. 

6. Premier exemple de cette forme, plus archaïque que viecher ; cf. Ghss. 
398, 399. Voir V. 3060. 






1^6 E. Er)iault. 

Da uep pep pas à caras Doe, 

Vezo peur louer» hep cnoe : 
2900 E guelet guir roe auoeet. 

Guelet dazprener an speret, 

Hac efF han corf à pep torfet : 

En faç soulaçet meurbet din. 

Vn joa quen dispar quen parfet, 
2905 Eu eff I en neff hep nep clefiet : 

Hac è bout pepret hep quet fin. 
Guen« è bet net plen an heny, 

Pan finuezo ayelo dy : 

Da gloar bét nary bizhuicquen. 
2910 Da quempret en Doe é croeèr, 

E voa, é gloar, dre'n lauarer : 

Hac è holl esper souueren. 

Da bout sclerhet à quenet plen, 

Yoaus ha ferni»» en pep termen : 
2915 Louen ha seuen hep enoe. 

Pan troy è enep en pep plaç, 

Guelet net chedc dreè graç : 

Sclerder ha soulaç à faç Doe. 
(f. 57 v) En eil poent bezaff comandet % 
2920 A guell pep quentel ha meulet > : 

An région hanuet detry. 

Dre maz eu pepret quarguet ■♦ teu«, 

A madaou real euelhenw 5 : 

Quement den à crenn so enhy. 
2925 Abundanç * lancet adetry, 

A pep sort mat hep debaty : 

Ha pep meuledv à dyus ". 

Enhy so leun hep vileny ^, 

Digant Doe roe nouar bet nary : 
2950 So da pep heny glorius. 

Eno en nep hent paourentez, 

A nep sort mat na nos na dez : 

Na nep lastez no deuezo. 

Nep trauell enhy manifest, 

1. Ce mot semble emplové ici au sens neutre. 

2. La rime demande comemlet. Nous avons vu comenchiffJQ loue, v. 2800 ; 
le latin a : « regnum dei », puis « regnum céleste » comnieiniatur. 

5. Cette rime intérieure doit-elle s'expliquer par une prononciation acci- 
dentelle w^'/e/ ? En van. Ch. ms. a iiieh'iii louer, l'A. messleiii id., meslahle 
louable, messlourr p. -îerioii celui qui loue, nieslatioii m. p. eu louange, 
niesslédigniab m. action et façon de louer (c'est ainsi qu'il faut lire, Gloss. 
411); ces 5 purement graphiques, semblent suggérés par l'ancien franc. 
tnesler. En moy. br. meukiidy louange, gloire, avait les variantes meuledy 



Le Miroticr de la Mort. 197 

Pour celui qui à tout moment aima Dieu, 

Ce sera, très joyeusement sans chagrin 
2900 De voir le vrai roi reconnu. 

De voir le rédempteur de Fàme 

Et celle-ci et le corps de tout crime 

Allégés, en face, très saintement, 

C'est une joie si incomparable, si parfaite, 
2905 Dans le ciel sans aucune maladie 

Et que cela soit toujours, sans nulle fin. 
Bienheureux pleinement, certes, celui 

Qui, quand il mourra, ira là, 

A la gloire éternelle à jamais, 
2910 Pour prendre en Dieu son créateur 

Sa joie, sa gloire, comme on dit, 

Et tout son espoir suprême ; 
Pour être illuminé de beauté pleinement, 

Joyeux et stable erf tout temps, 
291 5 Heureux et fort sans chagrin ; 

Quand il tournera sa figure de tout côté, 

Voir nettement, voilà, par sa grâce, 

La clarté et la félicité de la face de Dieu. 
En second lieu peut être exaltée 
2920 De toute façon et louée 

La région (ici) nommée, certes, 

Parce qu'ils sont toujours remplis entièrement 

De biens excellents ainsi 

Les gens, tous absolument, qui y sont. 
2923 Abondance extrême, certes. 

De toute sorte de bien, sans conteste, 

Et toute louange de choix 

Est là pleinement, sans affront, 

De la part de Dieu le roi de la terre, à jamais, 
2930 Qui est pour chacun glorieux. 
Là d'aucun côté pauvreté 

D'aucune sorte de bien, ni nuit ni jour 

Ni aucune misère ils n'auront; 

Aucun souci là, évidemment, 

(v. 2527), meJeudy (3217, 3233) et meledv ; cf. nebeiit peu, d'où neubeut 
d'où neuhet ; il v a eu aussi influence de melodi mélodie. 

4. Ecrit ailleurs car^itet. Cf. leun tenu tout plein B 259, etc. 

5. Prononcé ici ^»rt//;^««. 

6. Ecrit ailleurs abondance, etc. ; abundance Cnis. 

7. Cf. a choas de choix, distingué, excellent ; mod. tud diouc'h ar choas, 
lud diouc'h an dibab des gens choisis Gr., tud ag er choiss l'A. 

8. Prononcé ici *vileuni, cf. testeny, testeuny témoignage (van. testony, 
testany p. éït Gr., testant, testoni Ch., testant, testonni Ch. ms., txstani m. 
pi. eu l'A.); tristeuny tristesse. 



198 E. EinuuU. 

2935 Yucz ne vezo me so test : 

Na ne tra trcst ■ no molesto. 
Quentse pemdez ho deuezo, 

Pep joa haznat hac à pado : 

Na ne finuezo me so sur. 
2940 Hoguenhep goap ez eu da pat, 

Ho prospérité ho ébat : 

Ho mat ho grat ho pHgadur, 
(f. 58) En daou tra ez caffaff afltet, 

Ema ho lioll joa pouruaet ^ : 
2945 Clos composet ordrenet coant. 

Da comps seder en gênerai, 

Gant roe'n bet ordrenet detal : 

Deze en é sal peur galant. 

Dre'n pez hep goap maz eu absant, 
2950 Pep drouc pep langour pep tourmant : 

Anezy euidant antier. 

Hac enhy pepret ez edy, 

Presant pep mat hep debatv : 

Ha pep deduy enhy fier. 
2955 Da nep à cren« à goulenno, 

Eno noma pebez tra so : 

Respont à gallo bout roet. 

A vezaff ? a certen eno, 

Quement tra so mat à pado : 
2960 Na nep tro ne defio * quel. 

Ha tra drouc à certen en bet. 

En nep lech na bech à pechet : 

Eno ne caffet à credaff. 

Guenw bet à certen an heny, 
2965 Goude penet en bet chetuy : 

Ayelo dy da deduiaff. 
(f. 58 v) An nep pep tro ayelo dy, 

Pelloch tra en bet ne hoantay s : 

Na muy deduy heuizicquen. 
2970 Eno hep abaff ez cafo, 

Pep joa pep mat hac à pado : 

Na nep tro ne desiro quen. 
Na tra en bet gouzuezet plen, 

1. Forme nouvelle, qui reparaît v. 3208; cf. triste~, treste:^ tristesse. 

2. Ce mot doit rimer ici en a- ; dans les autres exemples il rime en ae 
ou e, même quand il est écrit de même : Qhe-àe te pourua[<;]-t'/ qufK/-afi 
B 30. Cf. V. 3036. 

5. Litt. « d'être... chaque chose », angl. of eirrythtvg's heing. Le lat. a : 
« aliter non potest responderi nisi quicquid boni est ibi est. » 

4. Cf. V. 3554; inf. defiaf, 3212. Les autres formes de ce mot corn- 



Le Miroiter de la Morl. 199 

2935 Ne sera non plus, j'en suis garant, 
Ht rien de triste ne les gênera. 

Au contraire, chaque jour ils auront 
Chaque joie évidente et qui durera 
Ht qui ne finira pas, je suis sûr, 
2940 Mais, sans plaisanterie, doivent durer 
Leur prospérité, leur bonheur, 
Leur bien, leur félicité, leur plaisir. 

En deux choses je trouve tout à fait 
Que toute leur joie est fournie, 
2945 Bien arrangée, ordonnée joliment. 
Pour parler sûrement en général, 
Par le roi du monde ordonnée excellemment 
Pour eux dans son palais très charmant ; 
Parce que, sans plaisanterie, est absent 
2950 Chaque mal, chaque infirmité, chaque tourment 
De ce royaume, très évidemment, 
Ht qu'en lui toujours est 
Présent chaque bien, sans conteste 
Ht chaque satisfaction en lui, sûrement. 
295 5 A quiconque demandera 
Là maintenant ce qu'il y a, 
Pourra être donné réponse 
Qu'il y a certainement là 
Tout ce qui est bon, qui durera 
2960 Ht à nul moment ne tarira. 

Et aucune chose mauvaise, certainement 
Nulle part, ni poids de péché 
On ne trouverait là, je crois. 
Bienheureux, certainement, celui 
296) Qui après la peine du monde, voilà. 
Ira là se réjouir. 

De toute façon, celui qui ira là. 
Ensuite ne souhaitera aucune chose 
Ni réjouissance, plus désormais ; 
2970 Là sans surprise il trouvera 

Chaque joie, chaque bien, et qui durera. 
Et en aucune façon il ne désirera davantage. 
Et aucune chose, sachez bien, 

mencent par di-, voir Dict. étyvi. v. difjiet ; Gloss. v. diffigo ; Loth, Mots ht. 
160. Ch. a dèhuiguein, dibuiguein déchoir, dépérir, décliner, perdre haleine, 
Ch. ms. dibuiguein déchoir, dehuigiiciu diminuer, dehuiguein ara en et le 
grain dépérit ; l'A. dihuiguiétt « épuisé, parlant de forces », dihuiguiadurr 
m. épuisement de forces. 

5. Il y a ici une assonance et une rime de ira à \\oanxay, quoique -ay 
forme diphtongue. 



200 E. Ernaulî. 

A quenient so cnhy dien : 
2975 Ne carhe plen na vc cno. 

Er pan vezo map den en knech ', 

Collocquet = vhel en è lech : 

Muy tra nen rech 5 na ne necho. 
Eno nep tro ne vezo muy, 
2980 Angoes nac esgoar bet nary : 

Na nep melcony mar bihan . 

Pelloch eno ne vezo quet, 

Riou 4 na tomder diseraperet : 

Elboet na sechet na quet poan. 
2985 Er eno splan ema an Oan, 

En è tron onest en fest man : 

Ho gouarn» glan en pep manier. 

Hac ho pasquo pep tro ho boet, 

Drez carhont v liac ho diet : 
2990 Gracius net meuibet seder. 
(t. 59) Peguen guenuidic binniguet, 

Eu an broman aman hanuet : 

Pe en htny net ez edy. 

En è Majestat Doe ha den, 
2995 Hon dazprener hon souueren : 

Ha Croeér certen pep heny. 
Hep défaut en bet en è ty, 

Nac ancquen da nep den membry s, 

Pridiry na confusion. 
3000 Na ^ paurentez vuez ne vez quet, 

Nane vezo da nep so aet : 

Parfet de guelet en é tron. 
An boet certen pe à heny, 

1. Je ne vois d'ancien exemple de cette expression que en kaiiech (yar. 
hiech) hi tnou là-haut et ici -bas P 48. 

2. Premier exemple de ce mot, qui revient v. 5415 ; du fr. coUoquer. On 
lit, D 23 : Goude cr Catlxihg via ■ve:iimp colloquet, lorsque nous aurons été 
mis au catalogue (des saints). 

3. Premier exemple de ce verbe, cf. Gloss. 564. R^' ms. a : « Reac'h 
Rec'h v : neacl} » ; « Recli v : Roc'h, crepitus ventris, bruit des intestins » ; 
« Rfc'hi, bruire comme les boyaux [cwec bruit, mots biffés] vuides ». Ces 
deux derniers articles paraissent inspirés par le rapprochement que fait Pel. 
de rec'h avec le gall. « Rhech, Crepitus ventris » ; l'auteur du ms. n'a pas 
bien compris ce latin qu'il reproduit, il l'a interprété d'après un autre mot 
moins suspect : « Rocl) sing : Rocliadeii » (= ronflement) ; « Roc'hat, 
Ronfler, faire du bruit par le gosier comme fait un homme en dormant. 
Râler, En faire en mourant. Ronfler est soufiler Ron i. e. faire en souftîant 
le bruit Ron et renifler marque un Ron moins rude, savoir Ren » ; « Rochat 
ara va Imi-eilou » (=1 mes entrailles ronflent). 11 y a encore ces articles (et. 
Pel. v. ronkcl) : « Roiikel, Roiili'n, Rouiikcl, le Râle, ou Râlement des mou- 



Le Ml rouer de la Mort. 20 1 

De tout ce qui est là, certes, 
2975 II ne voudrait point qu'elle n'y fût pas; 

Car quand le fils de l'homme sera en haut 

Élevé, logé à sa place, 

Rien plus ne l'afflige ni ne le chagrinera. 
Là en aucune façon il n'y aura plus 
2980 Angoisse ni douleur à jamais. 

Ni aucune tristesse, si petite (qu'elle soit) ; 

Désormais là il n'y aura pas 

Froidure ni chaleur extrême, 

Faim ni soif, peine non plus. 
298) Car là, brillant, est l'Agneau 

Sur son trône glorieux, en cette fête. 

Qui les gouverne tous de toute manière 

Et les rassasiera de toute façon de leur nourriture, 

Comme ils voudront, et de leur breuvage, 
2990 Bien gracieux, très sûrement. 
Comme bienheureux, béni 

Est ce pays ici nommé 

Dans lequel est clairement 

En sa majesté, dieu et homme, 
2995 Notre rédempteur, notre souverain 

Et le créateur, certes, de chacun, 

Sans aucune privation dans sa maison 

Ni douleur pour aucun homme, j'en réponds, 

Inquiétude ni confusion ! 
5000 Pauvreté aussi il n'y a pas 

Et il n'y aura, pour qui est allé 

Parfaitement le voir sur son trône. 
La nourriture, certes, dont 

rants » ; « Roiikal,Rounkal, Râler, faire du bruit parle gosier en mourant(,) 
souffler du nez comme un cheval effrayé »; Roiinkella, Râler, en mou- 
rant » ; « Ronchal Ronc'hal a ni ar marcb'Le cheval souff(l)edu nez et de la 
bouche, et se dit d'un cheval effrayé La nuit ». Cf. Sïir l'êtym. hret. 
XXXVIl {Rev. Celt. XXV, 417, 418); à Ouessant roiinkell ràlc de la mort ; 
bruit de la respiration d'un phtisique, D. Malgorn. C'est de R^' ms. que 
viennent les articles de Trd : « rcclK roc h, s. m. (anc.) Bruit des intestins 
en certaines circonstances » ; « rec'hi, rocln, v. n. (anc.) Crier, comme 
font parfois les intestins ». Ce fantastique roclii est né d'une combinaison 
du très suspect rechi avec rachat que Trd. écrit mieux roc' bat, en y associant 
un mot différent : « roc'hat, soroc'bat, v. n. Bruire, crier comme font les 
boyaux, grogner à la manière des pourceaux «.Cf. Méhtsine, IV, 495 ; Tré- 
védv et Ernault, Un proverbe sur les Roban, Nanterre, 1907, p. 19,20; 
Glo'ss. 578. Le premier article de Trd a engendré, à son tour, celui-ci de du 
R. : « Rec'h roc h, sm. Gargouillement, borborygme: pi. ou » 1 

4. Mal cité sous la forme riu au Dict. étyni. 

5. Prononcé ici tiieubry ; cf. v. 3054. 

6. Ce mot est de trop. 



202 E. Eruaiili. 

Ez vezo pasquet à detry : 
3005 Nep so set dy glorifiet . 

Vezo hep dont aznauout Doe, 

Guirionez louen hep enoe : 

Pegant diuoe ez int croeèt. 
Heman pep tro vezo ho boet, 
3010 Na ne mennhont quen tra en bet : 

Nemet è guelet vn quet moan ■ : 

Euel niaz edy vniet, 

Doe ouz den hep quen tra en bet : 

Pan voe è donet - en bet man. 
(f. 59 v) 301 5 Heman ho goalcho me so sur, 

A vezo mat do pligadur 

Doue dreist musur pur eurus. 

Hac à pep saour amourabl, 

En caffont hep bezaff spontabl : 
3020 Net procedabl ua bout cablus. 
Ha da pep heny gracius, 

Heruez ho grat hac ebatus : 

Hep esmae joaus dreist musur. 

Ha huec vezo heruez ho grat >, 
5025 YoHs •* fournis ha suffisant : 

Excellant oar cant auantur. 
An saour an boet man hanuet, 

He douçder heruez an speret : 

A procet 5 net hep contredy. 
3030 A carantez ouz Doe roe'n tron, 

Hac an soulaç en pep fceçon : 

E région dimelcony ^. 
An désir han guir pridiry, 

Da pep guir cristen me en bry 7 : 
3035 De guelet detry glorius. 

A vezo neuse pour néant ^, 

En è ty ent glorifiet 9 : 

1. Expression nouvelle, qui renchérit sur vn moaji « celui mesmes », cf. 
Rev. Celt., XX, 200, 201 ; Dict. étym., v. qiiet 2 ; GJoss. 484. 

2. Litt. « son venir », angl. his coniing. 

3. Lis. hoant. 

4. Ecrit ailleurs ioHsÇcî. \\4H8), jolis. Pel. w jolis, cite d'après « ses deux 
manuscrits » volis, et donne comme exemple « Cocint a Yolys, beau et 
agréable à la vue » ; v. côant, il dit : « Dans la vie de Saint Gwenolé il est 
écrit : Côaent ha jolys, beau et joli ». D'après lui « nos Bretons prononcent 
indifféremment /o//'5 ou YoUs,qX YouHs »,ce qui peut être une illusion pro- 
duite par son étymologie d'après ioul \'o\onxé. Rei nis. porte : « Jolis, Joli, 
beau, agréable, youlis. » Tout en n'approuvant pas Pel. d'avoir cru ce mot 
d'origine bretonne, Gon. l'écrit ioli:^ ou /o//:^. H. delà Vill., dans son édi- 
tion de Gon., compare ioli louer, mot qu'il a trop flicilement cru armori- 



I 



Le MiroHcr de la Mort. 203 

Seront rassasiés pleinement 
5005 Ceux qui sont allés là, glorifiés, 

Sera, sans aucun doute, de connaître Dieu, 

La vérité, heureusement, sans chagrin. 

Par qui, certes, ils sont créés. 

Ceci de toute façon sera leur nourriture, 
5010 Et ils ne voudront aucune autre chose 

Que de le voir, unique, 

Comme est uni 

Dieu à l'homme, sans aucune autre chose, 

Quand arriva sa venue en ce monde. 
501 ) Ceci qui les rassasiera, je suis sûr. 

Sera bon à leur gré. 

Doux outre mesure, très heureux. 

Et de toute saveur agréable. 

Ils le trouvent sans être effrayant, 
5020 Justement en règle, et sans être coupables. 
Et à chacun gracieux 

Selon son gré et agréable 

Sans émoi, joyeux outre mesure 

Et doux ce sera selon son désir, 
5025 Beau, abondant et suffisant 

Excellent plus que cent aventures. 

La saveur de la nourriture ici nommée, 

Et sa douceur suivant l'esprit 

Procèdent nettement, sans contredit, 
3050 De l'amour envers Dieu, roi du ciel, 

Et du réconfort de toute façon 

De son pays sans tristesse. 
Le désir et le vrai souci 

De chaque vrai chrétien, je l'atteste, 
3035 De le voir clairement glorieux 

Seront alors satisfaits 

Dans sa maison glorieusement 

cain, sous la suggestion du gall., et peut-être de l'étymologie arbitraire 
d'un nom propre (r/aow/o/î, cf. Bdr:^. Br. 173, 174). Cet adj. est à rétablir 
P 259, litt. : « Mille hommes sont, dans le pays, de belle façon (a tro g ol }'[$], 
r. is, cf. a tro mat de la bonne façon, a tro sclaer d'une manière claire, etc., 
D'ict. étyni. 595), amassant du bien par mauvaise inspiration, pour cher- 
cher une beauté comme épouse » (plutôt que « la parure à leur femme »), 
coantvs do queffrysa. Voir Rev. Celt., XXXIV, 249, 250. 

5 . Ecrit ailleurs proced ; cf. pet et ped il prie ; eni il croit, cred et cret crois. 

6. Composé nouveau de iiiekony chagrin, mélancolie, cf. Gloss. 401. 

7. Seul exemple de la séparation de ces trois mots, cf. Dict. étym. v. 
membry, hrxat. 

8. Lire pouruaeet (qui pouvait être écrit -ueet ou -uaet). 

9. Cf. eut c/^-r*^/ (faites-la venir) enchaînée B 535 ; voirv. 1562. 



204 ^- Ernaull. 

Ha goalchet net ha gruet hcctus. 
(f. 60) An Boct man habasq ez pasquer, 

Ha goalchet net ha gruet ha-tus. 
(f. 60) An Boet man habasq ez pasquer, 1 

3040 A Eternalement ' tout antier : 1 

Gant douçder ha guir reueranç. J 

Dyouguelroez ho deuezo, '■ 

Haznat hegarat à pado : 

Na no deuezo nep offanç. 
3045 An Boet man glan dre contananç % 

LoedafF na sechaffdiauanç > : ' 

Euyt nep abundanç lancet. 

Bizhuicquen ne ra à tra sur, 

Quentse doue ha glas do pastur : 
3050 Ez chomo sur à musur net. 

Honian e'n bro maz vezo den, 

Enhy goac maguet credet plen : 

Beu ha seuen hep vileny. 

Ha pep haznat de pligadur, 
305 5 Haetus en vso me so sur : 

Hep opressur nac Injury t. 
Eno Roe nefF gant audiuy 5, 

Aroy deze boet eu è ty : 

Drez hoantay ho Conscianç '. ^ 

3060 EfFvezo'n Maestre ho minister ', I 

En fest man glan en pep manier : 

O pebez cher pez reueranç ? 
(f. 60 V.) Ah boet en fest man damany 

Da pligadur den pep heny : 
3065 Pez eu eff à deffry dien. 

Nemert yoa spes so incessabl, 

1. Ecrit ailleurs eteniahrniant; la finale -ruant est ici nécessaire. 

2. Cf. V. 2043 • 

3. Cf. V. 1924. 

4. On n'avait que la variante injitr, iniur. 

5. Ecrit ailleurs audiui, aiidiffuy; la 2^ syl. de ce dernier rime aussi en 
eff, B 585. Di-vin divin rime en é-, J 41 b (dans Len à^tzy cxef an stat 
diuin, B 152, la rime peut être en /). On trouve priiie::;^ et preue:^ privé; 
priuilaig tl preiiileg privilège, etc. Voir v. 5060. 

6. Ceci rappelle une phrase qu'on dit familièrement en Tréguier, à 
quelqu'un qui est servi copieusement : P\' ton hènes ivar dé gonsyansl 
« quand tu auras ça sur ta conscience ! » 

7. 11 semble qu'ici nous ayons une rime de -estr à ist-. Mais je soup- 
çonne qu'au lieu de ';/ Maestre, l'auteur a voulu mettre viistr ou viist, =r 
il sera diligemment leur serveur; cf. Jesu Crist mistr an minù//- plen, B 
450. Le latin porte : « Tune enim prajcinget se... et transiens ministrabit 
illis ferculum sue glorie ». Minisicr est nouveau en ce sens : peut-être est- 



I 



Le Mi rouer de la Mort. 205 

Et rassasiés pleinement, et contentés. 

De cette nourriture tranquillement on s'alimente 

Et rassasiés pleinement, et contentés. 

De cette nourriture tranquillement on s'alimente 
3040 Eternellement tout entier 

Avec douceur et vrai respect ; 

Ils auront une assurance 

Evidente, aimable, qui durera, 

Et ils n'auront aucune offense. 
3045 Cette excellente nourriture, avec le temps, 

Moisir ni sécher fâcheusement 

Malgré son abondance extrême 

Ne pourra jamais, pour sur ; 

Au contraire, douce et fraîche pour les alimenter 
3050 Elle restera sûrement, de façon nette. 
C'est le pays où l'homme sera 

Délicatement nourri, croyez bien. 

Vif et sain sans misère ; 

Et chacun, évidemment, à son plaisir 
305 5 Gaîment en usera, je suis sûr, 

Sans violence ni tort. 

Là le Roi du ciel avec autorité 

Leur donnera de la nourriture dans sa maison, 

Comme le souhaitera leur conscience. 
3060 Ce sera le Maître qui les servira 

Dans cette fête sainte de toute manière : 

Oh ! quelle réjouissance ! quel honneur ! 
La nourriture dans cette grande fête, 

Pour le plaisir de tout homme, 
3065 Qu'est-ce, bien sérieusement. 

Sinon la joie ravissante, qui est incessable 



ce une altération accidentelle de *minislrer, par réminiscence de iiiinisler 
ministère (du prêtre) H 7. En tout cas, il répond au lat. niinistrator, échan- 
son, comique nienistror, id., van. iiieleslioitr administrateur, bret. mov. 
mecherour onvn^^r, mod. ?»/c/;t'ro»r, cf. /^t'i'. G'//. XXVIII, 52, 53. La res- 
semblance avec le gall. meneslyr, iiieiiestr échanson, gaU. moy. menestir 
doit être plus éloignée : ce mot est tiré par M. Lotli du v. fr. menestre. 
Mots lat. 186, et le moy. bret. ne présente pas de formes comme prenester 
fenêtre Bar;^. Br., 154. On peut même se demander si celle-ci est sûre ; la 
même pièce a ^;(';/('5//', p. 151, 152 ;Trd donne à preiiestr : « pi. prenes- 
troii, et mieux, prenester ». Cf. Ztschr. f. celt. PhiloL, I, 235, 235, 236. Les 
gloses à Smaragde ont un autre dérivé viistiriol « caupo » ; une contrac- 
tion semblable se montre dans mistret ministres Cathell 27, où malheureu- 
sement le texte en prose ne permet pas de vérifier le nombre des syllabes. 
L'accent sur Vi, Rev. Celt. VIII, 90 n'est pas un signe d'abréviation, mais 
une erreur de ma part. 



2o6 ' E. Ernaiill. 

Da Eneff den goude renabl • : 

Incstimabl hep fabl à quen ^^ ? 
Er Doe eno à goalcho dcn, 
3070 A yoaou hep bezaff caouhen "> : 

Maz vezont laouen hep enoe. 

Ne galbent nep stat hoantat niuy, 

Eguet an gloar so bet nan^ : 

Deze y en è ty diuoe. 
3075 O Doe œternal lealhaff, 

Peguen doue goalchet à credaff : 

Vezo scaff an guyr anaffon. 

Neuse gènet hep coutredy, 

Do désir ha do prvdiry 
5080 Abarz ez ty gant vnion. 
Deduy ha consolation, 

Eo bout pepret guenet è tron. 

Te re + garredon peur onest. 

1. Cf. V. 2087. 

2. Lire à pieu, cf. v. 2795 ? Il semble que bep fahl a quen soit une che- 
ville faite pour rimer en ac, et pouvant signifier litt. « sans un mot d'autre », 
cf. hep quen guer « sans plus un mot » 3441, hep cher qnen sans faire autre 
chose 3179, 3390. 

3. Ceci semble un emploi figuré de couhenn chat-huant, mod. caouen 
Maun., qaoiienn p. ecl, van. qohcui, qouhan pi. ed mots fém., chat-huant, 
caoïiënn, van. cohan p. ed hibou ; cavan, pi. ed chouette ; qaoiienuès p. -esed, 
van. qohanes p. ed femelle du chat-huant, qaoïtennecq « quartier plein de 
chats-huants » Gr., caoïten, caoïian van. id. chat-huant, « Le nouveau Dict. 
porte Ctwninet, des Chats huans » Pel. ; « kaoucn, kavan ; Daoulagiid kaotien 
veux de hibou (qui voient bien la nuit) » Mil. ms. ; en h. Trég. 17.' se pro- 
nonce : ivino kaoïihën des ongles de chat-huant, pointus. Van. cohanë t. pi. 
-net chat-huant, chouette, hibou Ch., cohann chat-huant, hibou, cavan 
chouette l'A. M. Pedersen, Vergl. Gram. I, 63, soupçonne dans ces 
mots l'influence de l'onomatopée. Le Dict. historique et géographique... de 
Bretagne, par Ogée, nouv. éd. Rennes, 1843, explique Cavan, ancienne 
commune des Côtes-du-Nord, par « chouette ou corneille » et Caouennec, 
dont « l'ancienne orthographe... était Cavoennec », autrefois trêve de 
Cavan, aujourd'hui commune, « lieu plein de corneilles ». M. Loth sup- 
pose que Cavan est le nom d'un saint, Rev. Celt. XXIX, 241; XXX, 311. 
Sur la possibilité d'une ancienne formation celtique voisine de qaoûenni'cq, 
d'où viendraient les nombreux noms de lieux, C/;('îv/ />»<•, Chevaguè, Cheva- 
gn\, Chevagnieu, Cavaignac, voir L. lieszard. Etude sur l'origine des noms de 
lieux habites du Maine, Paris, 1910, p. 65-67; cf. Bois Chouan, La Choua- 
naie, La Chouanière, La Cbouannière, Morbihan (Dict. topogr. deRosenzweig) : 
La Chouanière (et La Chouannerie}), Loire-Inf. (Dict de Quilgars) : ou peut 
comparer L'Alouette, Les Alouettes, Kercahélec, Kerhuidc, Kerhudè, en 1586 
Kerhuède-, L.-Inf., Kerhiquet, ibid., Kcrhiguet, Morb. (G/o5.s-. 90, 205, 487). 

4. On a vu cette forme v. 113, 11 58, également au présent. M. Peder- 
sen, Vergl. Gram. II, 473, suivant en cela la Gram. Celt.- 590, tout en 
citant mes rectifications, croit que re était aussi un imparfait, dans J 207 b 



Le Mirouer de la Mort. 207 

Pour l'âme de l'homme après le compte ; 

Estimable, sans fnble aucune ? 
Car Dieu, là, rassasiera l'homme, 
3070 De joies, sans être avare. 

Si bien qu'ils seront joyeux sans chagrin ; 

Ils ne pourraient à aucun égard souhaiter plus 

Que la gloire qui est éternellement 

A eux dans sa maison superbe. 
5075 O Dieu éternel très juste, 

Combien doucement rassasiées, je crois, 

Seront, certes, les âmes fidèles, 

Alors par toi sans contredit 

A leur désir et à leur idée 
5080 En ta maison, dans l'union. 
C'est plaisir et consolation 

D'être toujours avec toi dans le ciel ; 

Tu donnes une très large récompense 

{an pe:( a re an profecy) et N 15 12 ('/(^^a/T men re voar e le chef). H. de la 
Villemarqué avait traduit le premier passage « ce que les prophètes ont 
annoncé » ; cela est plus conforme à la source imitée (Saint Luc, XXIV, 
25) qu'au texte même, où il s'agit de la prophétie, qui demeure après les 
prophètes, et qui « donne », porte la parole qu'il faut croire. La première 
traduction du texte suivant a été « je les lui donnai sur son serment « . Mais 
ce qui suit montre qu'il s'agit d'un serment à faire : le sens est : « Je le 
lui donne (je lui remets cette dette) pourvu qu'il jure l'avoir payée, sur le 
tombeau de la sainte que j'ai chargée de mes intérêts » . Un passage paral- 
lèle, v. 1566 et suiv., est on ne peut plus clair : « Il ne fera pas de ser- 
ment, je crois ;.. . s'il le jurait, je le lui donnerais {luen rohe de^aff). . . «De 
même, v. 1628 et suiv., il est question d'un autre serment dans les mêmes 
conditions, et tous les trois sont en effet prononcés sur la scène. Rien 
ne montre donc que le van. rè remonte au moy. bret., qui devait dire plu- 
tôt roe. — L'explication de reont, J 112 b (pe:{respont. . . a reont y) par le 
même verbe (encore d'après Z^, 585), est plus spécieuse, le sens étant bien 
« quid responsi... dant illi ? » Mais mon explication par reont ils font, n'en 
reste pas moins préférable : on dit en bret. ober aussi bien que rei ur res- 
pomid (cf. Grég.), et au second sens reont est des plus douteux : on attend 
roont, comme aujourd'hui. — Une autre méprise relative au verbe «faire» 
se trouve dans l'important ouvrage de M. P., II, 374, 418, 546, où ho pas- 
caf e gre:;^ Moyses J 129 est traduit « M. hat euch ernàhrt »; ici mes recti- 
fications lui ont échappé (voir plus haut, fin de la note au v. 1373). 
D'après les faits mêmes exposés p. 374 et 546, gre:;;^ « il fit » devrait être 
grès; d'après ceux delà p. 418, le mot précédent devrait être a (cf. encore 
nierueU agraff^ i)40, col a gre^ 1562, caret a ry Gloss. 295 ; Rcv. Celt. IX, 
245-247, etc.). Si l'on examine le contexte de J 129, on voit que le sujet 
des phrases précédentes est « Dieu », et que dans la suivante il est question 
de « le » crucifier ; Moïse ne peut se présenter dans l'intervalle que comme 
accessoire; et e gre:^ MoyseiQsl le représentant exact du van. é-gré Moïse du 
temps de Moïse, Gloss. 293. — /Je; est donné ibid., I, 525, cf. II, 437, 
comme signifiant en mov. bret. « tu es (habituellement) », et abrégé de 



2o8 E. Ernaitlt. 

Da nep az car ha na vary, 
3085 Dyouzyt ' euyt ncp deduy : 

Gloar bet nary so manifest. 
(f. 61) Eno peuch yuez à vezo, 

Gant Doe guir roc neff en c bro -. 

Pep den eno à vezo hœl 
3090 En bet nac edy mar dices, 

He 3 princet peur expert certes : 

Alies ouz ren an bresel. 

Neuse guir Roe'n sent en quentel, 

Ho pacify defFry riel : 
3095 Nac oant mar contrel da guelet. 

Hac a lacay vnion, 

Entreze y pep nation : 

Hep disention 4 da donet. 
Neuse pep vnan dre manier, 
5100 A galio canaflF quentaff gucr ^ : 

A vn douçder insuperabl (>. 

Roantelez an neff deffry, 

Benniguet eo plen an heny : 

Az car bet nary amiabl. 
3105 Han re ho deues incessabl, 

Yoa pep amser innumerabl : 

Leal valabl ha renabl aç. 

Ouz guelet net hep contredy, 

Da peucli so mat hep débat}- : 
5 1 10 Na bede nary ne difaç. 
(f. 61 V.) An peuch man glan ameux hanuet, 

Dre nep squient comprehendet : 

Na bout ententet à detry. 

Ne guell dre rum natur humen, 
3 1 1 5 Na bout prederet à fait plen : 

Gant den mar seuen nep heny. 
Na nendeux quen bras fantasy, 

A gallhe scier è pridiry : 

Dre study na nielconiaff. 
3120 Er dreizaff hep esfreizaff 7 glan, 

Ez viher comun à vnan : 

Bras ha bihan disaouzanhaff. 

heiei. Cette dernière forme est seule attestée; l'autre n'existe pas. Dans les 
deux exemples di: pan ue:^^, pan ve:^ « si tu étais » cités au Dict. étyw., le :^ est 
une variante fautive de s (de même probablement J 92, cf. Z- 560) ; au pré- 
sent hc^ n'avait, comme aujourd'hui, que le sens de « il est ». 

I. Premier exemple de cette forme ; dioiiiil Maun., diouiid Gr., dioiii- 
-id Gon., h. Trég. diiiit. Cf. van. t/o/j-ù, Guillevic et Le Goff, Gratn. 2' éd. 
1912, p. 33.11 y a encore dioit^oud Gr., van doh ous, Guillome Giain. 1856, 
p. 90. Cf. oui\'t, v. 805. 



Le Miroiter de la Mort. 209 

A celui qui t'aime et ne s'éloigne 
3085 De toi pour aucun plaisir : 

C'est la gloire éternelle, manifestement. 
Là la paix aussi sera 

Avec Dieu, le vrai roi du ciel, dans son pays. 

Chaque homme, là, sera tranquille, 
3090 Si inquiété qu'il soit dans le monde, 

Même des princes très habiles, certes 

Souvent commandant la guerre. 

Alors, le vrai roi des saints, à propos, 

Les pacifie bien sérieusement, 
3095 Si ennemis qu'ils fussent à voir. 

Et il mettra l'union 

Entre eux, de chaque nation. 

Sans dissension à l'avenir. 

Alors chacun, de (bonne) manière, 
3 100 Pourra chanter d'abord. 

Avec une douceur insurpassable ; 

Royaume des cieux, certes. 

Il est tout à fait béni, celui 

Qui t'aime à jamais affectueusement. 
3 105 Et ceux qui ont sans cesse 

Joie de tout temps, incommensurable. 

Loyale, excellente et très juste 

En voyant clairement, sans contredit. 

Ta paix qui est bonne, sans conteste, 
31 10 Et qui jamais ne s'évanouira. 

Cette paix sainte que j'ai nommée. 

Par aucun esprit comprise 

Ni être entendue complètement 

Ne peut, par la race de nature humaine, 
31 15 Ni être méditée parfaitement 

Par aucun homme, si habile qu'il soit. 
Et il n'y a si grande imagination 

Qui pût clairement la concevoir 

Par étude, ni en réfléchissant ; 
3120 Car par elle, sans s'effrayer du tout 

On sera, en communion, unis 

Grands et petits, très imperturbablement. 

2. Voir V. 674. 

3. Lire sans doute ha. 

4. Ecrit dissenscion Crt; dlssantiûii m. dissension, dispute, l'A. 

5. Lis. i^ner. 

6. Mot nouv., du v. fr. insuperahk qui ne peut pas être surpassé. 

7. C(i xQiW'Qïc àcesfreiiaff À spoiilajj, <■ espouenter, auoir paour ». Voir 
V. 90, 1 362. 

Revue Cclliqiif. XXXl'l. 14 



210 E. Ernaull. 

An re oarse crenH à menno, 
Monet dezafF ha chanchafF bro : 

3125 Ha beuaff vndro en ho hoant. 
A rencq en bet man daman}', 
Lesel pechet lia contredy : 
Ha bout adeffry patiant " . 
Ha gouzaflf penet competant, 

3 1 30 Hep nep quentell bout rebeUant : 
Ha bout ardant en carantez. 
Hep quen enoe ouz Doe roe'n thron 
Ha deze ez roy vnion : 
En è Thron da comps guiriounez ^. 
(f . 62) 3135 DA diuezaff ez compsaflf neraff sy, 
Ez eu meurbet da bout meulet detry 
Gant pep heny an ty han région. 
An ueflf diuoe raedy Doe guir roe'n bet, 
Heruez an gloar me en lauar parfet : 

3140 Enh)' pepret so carguet en è Thron// 3. 
Hac an joa man heman eo an canon, 
Pepret ez pat gant majestat ha ton : 
Dre vnion â faeçon consonant. 
Guenuet ♦ an den laouen hep vileny : 

314$ Pan finuezo vndro ayelo dy : 

Gloar bet nary so enhy patiant s . 

Bezcoaz en bet ne voe croeèt sedcr, 
Den nep heny en study quen fier. 
A galse scier nep amser pridiry. 

3150 An joaou glan noman gant Roe an bet, 
Perpétuel ent ha;l ouz è guelet : 
Dre è caret ordrenet eu é ty. 

Guelet è faç so soulaç ha gracy *, 
Da pep speret quenet ha meuledy : 

3155 Hep santaflf muy à nep corruption. 
Entre n Aelez hep finuez ha bezafF, 
En gloar certen 7 bizhuicquen ouz renaff 
So joa muihaff ent scafF dan anaffon. 
(f. 62 V.) Yoa excellant triumphant discandal **, 

3 1 60 Hep quet à fin na ruin terminal : 



1. Cf. V. 3146, 3262, ^269 ; patient, r. eut, 5432; écrit ailleurs /la^aw/, 
pacieiii. 

2. Ecrit ailleurs ,t,'-M//'/o;/q ; voir v. 716, 1487 ; 30, 1718. 

3. Ecrit ailleurs trou, thron. 

4. Cf. V. 3171 ; écrit guennvel, J 174, ;^ucnn vet (var. gueii vd) B 184, 
cf. Gloss. 299. 

5. Emploi nouveau de ce mot. 



Le Miroiier de lu Mort. ii I 

Ceux donc qui voudront sûrement 

Aller à elle et changer de pays 
5125 Et vivre une fois à leur gré 

Doivent en ce monde, certes 

Laisser le péché et la révolte 

Et être sérieusement patients, 
Et souffrir pénitence convenable 
5 1 30 Sans à aucun moment être rebelle, 

Et être ardents dans l'amour. 

Sans plus de réserve, envers Dieu le roi du ciel ; 

Et il leur donnera l'union 

Dans son ciel, à dire vrai. 
3135 Enfin je déclare, je ne fais pas de doute, 

Qu'elle est beaucoup à louer, certes 

Par chacun, la maison et la région 

Du ciel béni où est Dieu, le vrai roi du monde, 

D'après la gloire, je le dis sérieusement, 
3 140 Qui y est toujours abondante dans son ciel. 
Et cette joie, ceci est la règle. 

Toujours elle dure avec majesté et éclat 

Par l'union, de façon honorable. 

Heureux l'homme joyeux sans tache 
3145 Qui lorsqu'il finira un jour ira là : 

Gloire éternelle est durable en elle. 
Jamais au monde, ne fut créé, sûrement, 

Homme d'aucune sorte dans l'étude si avancé 

Qui pût à quelque moment concevoir 
5150 Toutes les joies, alors avec le roi du monde, 

A le voir nettement, toujours, 

En l'aimant justement dans sa maison. 
Voir sa face, qui est un bonlieur et une grâce, 

A chaque esprit beauté et louange 
3155 Sans plus sentir aucune corruption. 

Et être parmi les anges sans fin 

Dans la gloire certaine à régner à jamais 

C'est la plus grande joie, certes, des âmes. 
La joie excellente, triomphante, sans défaut, 
3160 Sans point de fin ni ruine finale, 



6. Variante nouvelle de graç ; cf. iiijury. 

7. Prononcé ici çarten, voir v. 1656, 2709, 3304; rime en ^r-, 3185. 

8. Voir V. 868, cf. 578. Ce mot est cité Ghss. 158 d'après un passage du 
Dof/r/>w/ (p. 23) ; c'est la fin du premier cantique, sur le Symbole des 
Apôtres, où l'auteur s'est encore souvenu du Miroiier : 

En ur joa excellant, triomi)hant discandal 
Bemdez hep quet a fin na ruin terminal. 



212 E. Ernauli. 

Vniuersal so en sal cristalin '. 
Ha pep ébat haznat hac à pado, 
Gant Doe ha den so à certen eno : 
Nep ayelo pep tro en guelo din. 

3165 Leun à pep mat e'n stat dre'n rclataff, 
Hep drouc en bet na penet â credafF : 
Coant hep santaff nep anaff na caffaou. 
duenet detry meuleudy hep diuez, 
Da doe rôe'n sentso hent a largentez -. 

3170 Arer nos dez heruez é bonteziou >. 

Guenuet an den laouen hep vileny, 
So diuset choaset da monet dy : 
Da compret ty enhy ha heritaig. 
Peheny plen so certen ordrenet, 

3175 Gant roe'n nouar en è gloar preparet : 

Da chom pepret enliy net hep quet flaig. 

Eno an roe an guir doe an croeèr, 
Berr ^ hep error à cor à enorher : 
Hac d carher seder hep ober quen. 

3180 Dezaff hep sy an hoU melodiou 5, 

Attribuet ^ vezont net hep quet gaou : 
Euel autrou à pep golaou laouen. 
(f. 65) Eno cuyt franc dianc à pep ancquen, 

A hir remsv membry da bizhuicquen : 

3185 Viher certen pep termen ouz renaff. 
Hep ez duy muy da nep henv diuez, 
Goude cousent 7 an hent à paurentez : 
Pront en bornez eu leuenez dezaff. 
Peguen joaius glorius dreist musur, 

3190 Eo splan an ty pe en heny sigur : 
Pep croeadur so fur hac eurus. 
Ha Hure guen» oar è crochen»/ tennet, 
Da heul ho Doe an guir roe auoeèt : 
En gloar parfet da pep caoudet ha;tus. 

3195 Affliction en nep fseçon confus, 

Na bout nepret dre nep faet morchedus : 
Na caffaous poanius dre nep vsaig : 
Ne guell nepret gouzuezet naret mar, 
Dre maz ynt yach ober deze glachar : 



I. Mot nouv., du fr. crislaUhi.On ne connaissait que le nom cristal; 
mod . cn'staU, cristal, « cristal, corps factice, verre fort clair et fort net qui 
se fait dans les verreries » Gr. (le cristal naturel est rendu par striucqenn 
pi. slrinqennou, strincq ; strincq du cristal; strincqus « cristallin, ine, 
pur, et transparent comme le cristal»); cristah m. pi. -leu, cristal, 
« pierre ou verre » l'A. 



Le Miroiter de Ut Mort. 215 

Est universelle dans le palais de cristal, 

Et tout plaisir évident, et qui durera 

Avec le Dieu-homme est certainement là ; 

Celui qui ira, toujours le verra bien. 
316) Plein de tout bien est cet état, comme je le rapporte. 

Sans aucun mal, ni peine, je crois ; 

Beau, sans sentir aucun trouble, ni deuil, 

Charme ravissant, louange sans fin 

A Dieu le roi des saints, est le chemin d'abondance 
3170 Qu'on fait nuit et jour, suivant ses faveurs. 
Heureux l'homme joyeux sans tache 

Qui est élu, choisi pour aller là 

Y prendre la demeure et l'héritage, 

Qui est bien certainement arrangé 
3175 Par le roi de la terre dans sa gloire préparé, 

Pour y rester toujours, certes, sans en bouger. 
Là le roi, le vrai Dieu, le Créateur, 

Vivement sans erreur par tous sera honoré 

Et sera aimé sûrement, sans faire autrement ; 
3180 A lui sans doute toutes les louanges 

Seront attribuées nettement, sans mensonge, 

Comme seigneur de toute lumière joyeuse. 
Là affranchi, libre, dégagé de toute peine, 

Longuement, je l'atteste, à jamais 
3185 On sera certainement à régner toujours, 

Sans que vienne plus à chacun de fin. 

Après avoir souffert le chemin de pauvreté, 

Vive en largesse est la joie pour lui. 

Combien joyeuse, glorieuse outre mesure 
3190 Est brillamment la maison dans laquelle sûrement 

Chaque créature est sage et heureuse, 

Et une robe blanche mise sur sa peau 

Pour suivre leur Dieu, le vrai roi reconnu 

Dans la gloire parfaite agréable à chaque esprit ! 
319) Affliction d'aucune façon fâcheuse 

Ni être jamais soucieux pour aucune action. 

Ni chagrin, peiné d'aucune manière 

Cela ne peut jamais, sachez-le, ne faites pas de doute, 

Parce qu'ils sont en bonne santé, leur causer de la douleur, 

2. Lis. largue nte{. 

3. Premier exemple de ce plur., cf. v. 1608. 

4. Le premier r semble un T. 

5. Premier exemple de ce plur., cf. Gloss. 410. 

6. Ecrit ailleurs atrihuet. 

7. Ecrit de même, v. 3423, et D 165 ; j'ai eu tort de corriger ce dernier 
en consent, d'après NI 72. 



214 E- Ernaull. 

3200 Er roe nouar eu ho gloar diparaig '. 
Gloar an eneff eu efFen pep queuer, 

Pouruision ha sseson debounep : 

He holl douçder seder he esperanç. 

Nac en è bro ne maruo me so cret, 
3205 Den en bet man bras na bihan ganet : 

Nedeux muy quet nepret à repetanç 5. 
(f. 63 V.) Plen nep heny enhy aduersite, 

Na netra trest medest en molesthe : 

Ne gouzaffe na ne galhe bezaff. 
3210 Na nep ancquen na poen da nep heny, 

Quentse an gloar clouar bede narv : 

A regnw enhy membry hep defiaff. 
Na muy riel en nep quentel goelafF, 

Gouzaff cafFaou poaniaou na dazlaouaflf + : 
3215 Quentse canaffhep bezaff anaflfus. 

Araint haznat da doe, tat à natur, 

En meleudy dezaff defry sigur : 

Dre ho bout sur dreist musur eurus. 
O pebez joa hep esma na laur, 
3220 Vezo neuse euelse dan re fur : 

Hep nep ordur diobscur apuret. 

Corff hac Eneff gant roe neff adeffr}', 

Bezaff loget s asezet en è ty : 

Hac enhe y da bout glorifiet ? 
3225 Hac euit muy bezaff glorifiet, 

Ez roy fier vn sclerder do speret. 

Tan docaoudet ^ de guir caret 1 detry. 

Dre se chetuy vn consolation, 

Eo ho heny hep nep diuision : 
3230 Gant Doe roe n tron hep son à essony. 
(f. 64) Yoa à pep tu chetu distribuet. 

En Région pebameux ^ sarmonet : 

Larg so carguet pepret ha meleudy 9. 

Cleiz ha dehou knech ha tnou peur louen, 

i.Vo'u' Dict. étym., v. dispar ; cf. v. fr. parage égdWxè. de noblesse, des- 
parage, mésalliance, desparagier, mésallier. 

2. Ailleurs dehoner, dehoiiner. Le vers Oiier Autrou, Autrou dehoner ] 126, 
suppose la prononciation debou-ner. 

3. Repetancc, var. -eiitancc J 96 (r. et-) repentance ; reppentaiici H 17 ; cf. 
le traitement de sentence, voir GIoss. 624. 

4. On n'avait que l'autre forme da-{rouiff, da:(louifi, darhouyff ; mod. da^- 
laoui Maun., da^laouï, daelaouï, daëraoïiï, daraouï pleurer, daëlaouï, van. 
dareûein (et dareiù) répandre des larmes Gr. Pel. dit qu' « un ancien Dic- 
tionnaire porte... Dailaoïiiff » ; Re' ms. a « Da~laoui larmoyer, v : delaoui, 
daihoui », « Delaoui verser des larmes » (et « Daeloit larmes... », 
" Delaoïi, Delou, Larmes, pleurs...) »; Gon, daéraoui, daraoui, daelaoui 



Le Miroiter de la Mort. 



215 



3200 Car c'est le roi de la terre qui est leur gloire incomparable. 
La gloire de l'âme, c'est lui à tous égards, 
Son trésor, son aliment délicieux, 
Toute sa douceur, sûrement, et son espérance, 
Et dans son pays ne mourra, j'en suis garant, 

3205 Homme, grand ni petit, né en ce monde ; 
Il n'y a plus jamais de regret. 

Là absolument aucune espèce d'adversité 
Ni rien de triste, je l'atteste, qui le gênerait : 
Il ne le souffrirait pas et cela ne pourrait pas être ; 

3210 Ni aucune douleur ni peine à personne, 
Mais la gloire agréable à jamais 
Règne là, je l'affirme, sans s'épuiser. 

Et plus, certes, en aucun temps, gémir, 
Souff'rir deuil ou peines, ni pleurer, 

3215 Mais chanter sans être troublé. 

C'est ce qu'ils feront évidemment à Dieu, l'excellent père, 
Avec louange à lui, bien sûrement, 
Parce qu'ils sont assurément, outre mesure heureux. 
Oh ! quelle joie sans émoi ni souci 
■ 5220 Sera alors ainsi aux sages 

Sans aucune souillure, sans tache épurés, 
Corps et âme, par le roi du ciel, sérieusement. 
D'être logés, assis dans sa maison 
Et en eux (en corps et en âme) pour être glorifiés ! 

3225 Et pour qu'ils soient plus glorifiés. 

Ils donnera généreusement une clarté à leur esprit. 
Du feu à leur cœur, pour l'aimer vraiment, beaucoup ; 
.\ussi, voilà, une consolation 
Est la leur sans aucun partage 
5230 Avec Dieu le roi du ciel sans qu'il soit question de cesser. 
La joie de tout côté, voilà, distribuée 
Dans la région dont j'ai prêché 
Est largement remplie toujours de louange ; 
Gauche et droite, haut et bas très joyeusement, 

(H. V. ajoute le dim. daélaouenniga, daélouii^m pleurnicher, faire semblant 
de pleurer, donnés aussi par du R.) ; Trd renvoie de daeraoui à daehioui, 
qu'il regarde comme « ancien » ; du R. â daeraoui , daélaoïii .Ch. n'a que darein 
larmoyer, et l'A. darennein id. Les dict. Evans donnent en gall. dagreuo, 
dagru, deigro, deigrio pleurer ; deigrymt, tomber en larmes. Cf. caffaoïuiff 
déplorer v. 1216, 1845, à côté de caff[o]uiff, voirv. 3315, etc. 

5 . L'/ a été ajouté par un lecteur. 

6. Lis. do caoudet. 

7. Guir caret « vraiment aimer », est un composé d'espèce rare; ordi- 
nairement guir en ce cas est un adjectif. Cf. mod. guir relia « vraiment le 
mieux », « le mieux du monde » Rev. Celt. IV, 469. 

8. Exemple unique de cette expression, abrégée de peban ameux. 

9. Il faudrait, scmhlc-t-il. a Dieuledy. 



2i6 E. Erfiaiilt. 

3235 Abarz ha maes certes hep bout estren : 
Ez eo seuen hep sourpren pep heny . 
Abarz, quenet purtet ' net à detry, 
A pep pechet netet » hep contredy : 
Hep pridiry drouc muy en conscianç. 
3240 Ha diaues 5, ho deues ho esper, 
Er a corff net glorifiet seder, 
Gant ho croeèr ynt scier en reueranç. 

An tu dan tnou ez dleont bout laouen, 
Guelet quenet an neff de faet net plen : 
3245 En pep termen ha quement so eno. 
Gant Roe'n Aelez en diuez neuezhet, 
Dindan map den à certen ordrenet 
Dezaffsubiect guenw è bet en credo. 

Goude dan ■» knech nep sort bech nen necho 
3250 Meur leuenez nos dez en deuezo : 
Er pan sello eno ez guelo Doe. 
An joa muyhaff eo scafF ne lacaff sy, 
Hael è guelet à caoudet net detry : 
Na nep heny ne menno muy diuoe 
f. 64 V) 3255 A pep costez yuez en deuezo, 

Vn joa meurbet ouz guelet oar è tro : 
Certen eno an re so en ho hoant. 
Gant an ^lez ne vez nep dieznes, 
Gante eno ez vezo en ho grues : 
3260 Sanct ha Sanctes en vn pales plesant. 

Ouz ho guelet joa meurbet competant, 
Ha gloar aray pep heni patiant : 
Quen auenant quen plesant quen antier. 

1. Premier exemple de ce mot, cf. Gloss. 517. Ch. ms. donne purté ; 
l'A. pureté m. pi. yen. 

2. J'ai traduit ce mot comme variante du part, net tel Ch ; ce peut être 
aussi un premier exemple de nxdted netteté Gr., Gloss. 444. 

3. Voir, sur ce mot, le v. 2367, cf. Gloss. 162. Gr. a diaveas, diavœs, 
van. dianva's le dehors, l'extérieur ; a:^;. de dehors, par d. ; au d., extérieu- 
rement ; en diaveas,, en diavœs au d. ; a ^iavxs-hro étranger, qui est d'un 
autre pays, diavs^iad p. -^idy, van. diahvxiour p. yon,yan étranger, qui est 
d'un autre lieu ; Gon. diavèa\, dianvéa^ m. le dehors, l'extérieur ; diavésiad, 
diahvêsiad adj. et s. m., p. -sidi étranger, van. dianvé:{our p. ion, f. diavè- 
siade:^ p. ed, van. dianve\oure^. Trd attribue diaiivesiad au van ., sans doute à 
cause de la nasale ; mais M. Francès atteste à Beuzec-Cap-Sizun les pro- 
nonciations diannvé:;; et a-\ianve\, a-:{iafive::^-hro, et D. Malgorn à Ouessant, 
aiianveas du dehors ; dianvt'a:^, diavéafi^, dianvcani le dehors ; ttid dianvea:^ 
personnes du dehors, étrangères à la famille. Pel. donne diamaes de dehors, 
par d., extérieurement ; « On prononce communément Diavâes, Diaves, 
et en Léon, Diaveas. On trouve dans un Casuiste Diaves a priedele:^, hors 
le mariage. De-là... Diavesiat, étranger. PI. Diai'esidi y>.R^^ ms. a : « Dia- 



Jj Miroiter tic la Mort. 21? 

3235 Dedans et dehors, certes, sans être gêné 

Cliacun est vigoureux, sans accident. 
Au dedans beauté, pureté bien nette 

Nettoyée de tout péché, sans contredit ; 

Sans plus penser de mal dans la conscience, 
5240 Et au dehors, ils ont leur espoir, 

Car de leur corps pur ils sont glorifiés sûrement 

Par leur créateur, clairement, avec honneur. 
Du côté d'en bas ils doivent être joyeux 

De voir la beauté du ciel, certes, bien nettement 
3245 De toute façon, et tout ce qui est là 

Par le roi des anges à la fm renouvelé, 

Sous le fils de l'homme, arrangé certainement 

Soumis à lui, heureux qui le croira. 

Ensuite, par en haut aucune sorte de fardeau ne l'affligera, 
3250 II aura beaucoup de bonheur nuit et jour, 

Car quand il regardera là il verra Dieu ; 

C'est la joie la plus grande, certes, je ne fais pas de doute, 

De le voir bien, de cœur très pur, 

Et il n'en voudra aucune de plus, certainement, 
5255 De tout côté aussi il aura 

Une joie immense, à voir autour de lui, 

Certainement, là, ceux qui sont à leur gré, 

Avec les anges il n'y a aucune misère. 

Avec eux, là, sera dans leur compagnie 
3260 Saint et sainte, en un agréable palais. 
En les voyant une joie très naturelle 

Et la gloire, rendront chacun, de façon durable. 

Si charmé, si ravi, si transporté. 



veas... Diaves diannies, diavaes. tiul diaveas so. docli an deis il y a des gens 
de dehors à la Journée, ou, il y a du monde à la journée... lud Diaveas so 
doue'}} an deis ? y a-t-il du monde à la journée ? Eiir helec diaveas un prêtre 
étranger, de dehors, diavesiat, étranger, diavesidi, étrangers ». Ce dernier, 
s. V. cui, est écrit plus exactement : « ar vugale a ya da gu:(at pa velont 
diavesidi, les Enfans vont se cacher, quant ils voient des étrangers. » Trd 
a viarc'hadour diaveas marchand étranger ; Mil. ajoute la phrase de R^i 
ms : « tiid diavea:;;^ a ^o diocb an dei^, il y a des gens du dehors (étran- 
gers) à la journée », Ch. a dianves dehors, en d. le revers, l'envers, la sur- 
face \ a :{. par dehors, au d. ; dianve{our étranger, forain ; Ch. ms. en 
dianiies ac en doiirn' arrière-main ; l'A. écrit dianvxss va. l'extérieur, et 
dianvè^otirr m. p. -:^erion forain ; qui n'est pas de la maison. On lit en 
diafivéi au dehors Hist. s. 104, a 7^. de d. 62, dianvéïour p. --^erioû étranger 
25 (mot expliqué, p. 73) ; dianvè:(et ag Imn hro (nous sommes) éloignés de 
notre pays 64. On dit en Trég. choni diavea:^ ker demeurer hors la ville ; 
den diavéi ou diaveiour, pi. ien étranger, qui n'est pas de la famille ou de 
la paroisse. 

4. Le signe d'abréviation sur Va a la forme d'un accent aigu. 



2i8 H. Enuiull. 

Nac eux christen na den à nep licny, 
3265 A gouffe scier nep amser pridiry : 

Dre melcony na study mar fier. 
Yoa infinit dre merit euidant, 

Beatitud ' dan tut à voe prudant : 

Ha patiant ardant en carantez. 
3270 So en vn cern« hep huernw sempiternal % 

Ouz an guir Doe da nep à voe leal : 

Bout cordial hep scandai à taluez >. 
Chom en vn ty araynt y hep diuez 

Da bizhuicquen certen en leuenez : 
3275 Gant Roe'n aelez nos ha dez ez vezon[t] * 

Da pep repos hep bczaff nos obscur, 

Gant Doe roe'n bro eno à vezo sur : 

Na nep injur sigur ne murmurhont. 
(f. 65) Quement membry eo an Jocundite 5, 

3280 So leun en hy hac an suauite ^ : 

Han Majesté an tra se nende gaou. 

Pan nonbe muy da bout enhy fier 1, 

En graç saçun nemet en spaç un heur : 

Hoaz ez ve meur goude hon oberou. 
3285 Hac hon buhez yuez an holl dezyou, 

Hac an bet man noman ^ he holl yoaou : 

He deliçou » he madaou hep gaou quet. 

A disprisset pepret gouzuezet glan, 

Ho spaç saçun hac y quitibunan "> : 
3290 Dre an reman ameux aman hanuet. 

Er quement joa so en bet " men lauar, 

Comparachet dezy net naret mar : 

Queuz ha glachar dispar me ho goar aç. 

He holl douçder so fier ha hueruder creflf, 
3295 En respet plen da douçder an eneff : 

Rez pan vez eff dirac roe neflf en'^ faç. 
An bet man oll vn stroll ha he holl graç, 

He holl amour da quement he pourchaç : 

So dall fallaç '; digraç '1 ha difeçon '5. 

1. Mot nouv., du fr. 

2. Mot nouv., qui revient v. 3565 ; du fr. sempileniel. 

3. Premier exemple de cette forme, au lieu de laquelle on trouve ordi- 
nairement lai et (rie)ilel ; Gloss. 47, 674, 675. 

4. On ne voit qu'une partie de l'w. 

5. Mot nouv., du v. fr. joconditê. 

6. Mot nouv., du fr. 

7. Sur cette rime des syllabes er et eur, voir v. 537. 

8. Prononcé ici via novia. 

9. Mot nouv., du fr.; pi. ou, v. 3485. On n'avait que les dérivés Jeli- 
cius délicieux ; ileliciussal 1. delectare ; Gr. a delicius adj., delicynsded p. ou 



Le Miroue-r de la Mort. 219 

Qu'il n'y a chrétien ni homme d'aucune sorte 

3265 Qui sût clairement en aucun temps le comprendre 
Far réflexion ni étude, si profonde qu'elle fût. 

Joie infinie pour un mérite éclatant, 
Béatitude aux gens qui furent sages 
Ht patients, ardents en amour, 

3270 Sont à la fois, sans clameur éternelle. 

Pour ceux qui furent fidèles au vrai Dieu ; 
Etre de cœur irréprochable a son prix. 

Ils demeureront dans une même maison sans fin 
A jamais, certes, en joie, 

3275 Avec le roi des anges nuit et jour ils seront; 

Repos pour tous, sans qu'il y ait de nuit obscure. 
Avec Dieu le roi de la terre, sera là, sûrement. 
Et ils ne murmureront, assurément, aucun outrage. 
Si grande, je l'affirme, est l'allégresse 

3280 Qui est pleinement là, et la suavité 

Et la majesté, cette chose n'est pas mensonge, 
Que, quand nous n'aurions pas plus à être là, certes, 
Dans la grâce agréable, que l'espace d'une heure. 
Encore ce serait beaucoup, après nos œuvres. 

3285 Et notre vie aussi, tous les jours. 

Et ce monde d'ici-bas et toutes ses joies. 
Ses délices, ses biens, sans mentir. 
On les mépriserait toujours, sachez-le bien. 
Leur durée agréable et eux jusqu'au dernier, 

3290 Pour ceux-ci que j'ai ici nommés. 

Car toutes les joies qui sont en ce monde, je le dis, 
Comparées à cela, certes, n'en faites pas de doute, 
C'est regret et douleur extrêmes, je les connais bien. 
Toute sa douceur est puanteur et forte amertume, 

3295 Au regard, certes, de la douceur de l'âme 

Quand elle est, ravie, devant le roi du ciel, face à face. 

Ce monde entier à la fois et toute sa grâce. 
Tout son amour pour ceux qui le suivent 
Est aveugle tromperie disgracieuse et odieuse 

10. Premier exemple de la gutturale dure, qui est plus ancienne que^- ; 
cf. Dict. étym. 306 ; Gloss. 307 ; Etxm. bret. 9, V (Mèni. Soc. îitig. X, 541, 
342) ; Rev. Celt. XX, 246 ; Pedersen, Vergl. Gram. I, 286; II, 213. 

11. II faut prob. suppléer ici vm, qui pouvait être écrit mon. 

12. Prononcé ici c, cf. v. 38. 

13. Écrh/allacc C. 

14. Écrit ailleurs digracc ; mod. dichraç-{, dic'hracius qui n'est pas gra- 
cieux Gr., disgraciuss incivil l'A. ; tréc. dic'hras de mauvaise humeur. 

I). L"art. correspondant de mon Dict. étvni. est à rectifier ainsi : Dijac- 
con méchant N 1545, dif[aec.:^on sans égards, violemment, r. ace-, J 75 b; 
difxçoti odieux M 3299, r. aç- \ diffaecon NI 42; mod. difirçiouni, van. 



2 20 E. Hrtiaull. 

3500 Comparachet en rcspct i detry, 

Da vn joa net hep mu y quet en è ty : 

Gant Roe'n velly hac en è région, 
(f. 65 v) Doe aeternal leal hep contraly, 

A gloar certen aroy da pep heny : 
3305 Infinit ' muy eguet na studiont. 

Er nendeux quet en bct me'n bet ^ seder, 

Entendamant da entent an hanter : 

Ara ; Roe'n ster deze scier pan meruont t. 

difxçioneiii défigurer, difœciounet, van. difxi^onnet, difxnç:^on (homme) 
défiguré Gr., difaicon contrefait Ch. ms., difœçon, contrefait, difforme, 
-nnein défigurer l'A., \ou Rev. Celt. XI, 554; Gloss. 165. 

1. Ce mot est ordinairement adj. Gr. a iiifinit infini, innombrable; iiiji- 
nitei infinité (de Dieu), van. un enfin une infinité, multitude innombrable; 
l'A infini adj. ; nnn anfin à diid ou d hohle une infinité de peuples. Ch. ms. 
donne iir san fin a dut, foule, du fr. sans fin. 

2. Lis. cret. 

5. Litt. « que fait », pour « de ce que fait ». 

4. Premier exemple de cette forme. On dit auj. niarvont. 

{A suivre). E. Ernault. 



Le Miroiter Je la Mort. 321 

5500 Comparée en regard, sérieusement 

D'une seule douce joie seulement dans sa maison 
Avec le roi de la puissance, et dans son pays 

Dieu éternel, loyalement sans contredit, 
Ue gloire, certamement donnera à chacun 

3 50) Infiniment plus qu'ils ne pensent ; 

Car il n'y a pas au monde, je le crois sûrement, 
U entendement pour entendre la moitié 

De ce c|ue fait le roi des astres pour eux, c'est clair, quand ils 

[meurent. 



PÉRIODIQUES 



Sommaire. — I. Ériu. — II. The celtic Review. — III. Annales de Bre- 
tagne. — IV. Archeologia Cambrensis. — V. Zeitschrift fur vergleichenide 
sprachforschung. — VI. Indogermanische Forschungen. — VII. Rema- 
nia. — VIII. The scottish Geographical Magazine. — IX. Analecta Bol- 
landiana. — X. L'Anthropologie. — XI. Revue archéologique. 

1 

Ériu, vol. II. — Part. II (1914). 

E. J. GwvNN : An Irish Peniiential, p. 121. Ce traite est tiré du 
manuscrit 3 B 25 de la collection de la Royal Irish Academy, 
décrit dans un travail sur le monastère de Tallaght (Proc. of the R. 
I. J., July, 1911). Il a été écrit par Tadc Ua Rigbardâin, vers 
la fin du xv<^ siècle, et contient quatre documents de la période 
du vieil-irlandais, parmi lesquels le Peiiitciiiiaî. Le Penitential d'a- 
près lés emprunts qu'il fait au Penitential de Cummean (ou Cum- 
mine) ' ne peut guère être de beaucoup antérieur à l'an 800 : ce 
recueil de Cummine puise lui aussi dans celui de Théodore 
comme les Pénitentiaux du groupe irlandais. Or, d'après une opi- 
nion solidement établie, celle de Tévêque H. J. Schmitz (Die 
Bussbïicher und das kanonische Bussverfahren, 1898, p. 12 1-2, 128), 
les Pénitentiaux du groupe saxon, irlandais et franc, ont été com- 
posés après les synodes de Verberie (753) et de Compiègne (757). 
Gwynn conclut que le Penitential en question n'a pu guère 
être composé avant le dernier quart du viii^ siècle. 

I. Sur Cummine, le personnage bien connu, Ciitnmine Fota, Cummine 
le Long, V. Bernard et Atkinson, Liber Hymnorum ii. 108. Il est cité sous 
le nom de Cumoine Fota, dans le Den. ch. II, § 21 (/j Cumoine Fota ; 
ch. III, 9), {la Cumaine Fota) 12 (ta Cumainné), 15 (Cumaine Fota). Il 
n'est pas inutile de rappeler que le ms. lat. 12020 de la B. N., qui ren- 
ferme une collection de canons, porte la suscription : Hucusque Rubeus 
et Cu-cuiminiae et Diirinis. Nicholson a supposé une faute pour Cu- 
-Cuimni lae. Tliurneysen, Zur irisctien kaiionensammlung , Z. f. C. Pti. 
VI, p. i) propose Cu cuimne lae et Daurinis. La collection aurait été 
faite à Munster, serait passée au nord, puis à / ou lona. Un ms. écrit à 
lona aurait été la source de la collection dans le ms. de Paris. La correc- 
tion laisse malgré tout place au doute. Le ms. 12021 contient des 
gloses bretonnes, et a été écrit par le moine breton Arbedoc, avec l'autori- 
sation de son abbé Haclhuca-r. 



Périodiques. 223 

Ce document appartient clairement, d'après les formes verbales 
notamment, à la période du vieil-irlandais. L'orthographe a natu- 
rellement souffert entre les mains du scribe du xv siècle. L'au- 
teur énumère les principaux faits linguistiques qu'il a conscien- 
cieusement relevés. Le texte et la traduction sont suivis de 
copieuses notes et d'un court glossaire. C'est une utile contribu- 
tion à l'étude des canons pénitentiau.\ irlandais ; l'histoire reli- 
gieuse de l'Eglise bretonne y est également intéresée. 

Le début du traité manquant dans le ms. de la Royal Ir. Ac, 
Gwynn l'a suppléé par le début du ms. Rawlinson dont le texte a 
été donné par Kuno Meyer dans la Zeilscbrift f. CeU.-Pb., III, 
24. Un certain nombre de mots restent inexpliqués, les uns, par 
suite d'erreurs du scribe vraisemblablement ; d'autres, comme ce 
n'est pas rare dans les textes de la même époque, parce qu'ils sont 
d'un emploi très rare ou même ne se trouvent pas ailleurs. Peut- 
être Tpour aiifoiitai (^ch. II, i d), pourrait-on lire aufolta : fosla Jri 
aiifolla, endurance, fermeté contre les mauvais désirs ? Pour <in- 
folla, cf. Kuno Meyer, Contrib. (^Anfola, n. pi. anfolta). 

Anfoil, dans le catéchisme de Donlevv a le même sens ; Finck 
le traduit par evil désir, disorderly passion. 

L'auteur traduit littéralement duh-cibecb par black perjury et 
duh-throscud, par a black fast. 

Peut-être eût-il été bon d'indiquer le sens métaphorique de dub- 
que l'auteur connaît bien, puisqu'il traduit (ch. III, 15), dub- 
ethech par downright perjury. Dub- s'emploie d'ailleurs aujourd'hui 
couramment avec son sens intensif et d'ailleurs conforme à l'étymo- 
logie de profond (qI complet): dubh-chodladb, sommeil profond. 
Dubh-throscadb est employé encore dans le sens de jeûne rigoureux 
(catéchisme de Donlevy), 

R. Thurneysen. a tbirdcopy of ihe Guesting ofAthirne. C'est une 
simple transcription de cette saga contenue dans le ms. 23 N. 10 
(p. 15-16), de la R. I. A. Le texte a été publié par Kuno Meyer 
dans Ériu VIII, p. i et suiv., d'après deux autres mss. Thurney- 
sen ajoute à son texte quelques variantes tirées par lui du ms. 
Karl. 5280. 

J. Baudis. Càroi and Cuchulainn, p. 200, Thurneysen a établi 
{Zeitscbrifl f. C. L. IX, 189 et suiv.) que VAided Conrôi (mort de 
Conroi) de l'Egerton 88 est une des deux plus vieilles versions de 
cette saga et que cette version appartient au plus ancien slratum 
du cycle de Cûrôi. D'après lui, il aurait existé une saga se ratta- 
chant à Caber Conree. Là habitait un monstre possédant des pou- 
voirs magiques, CùRaui fils de Dàre. Il ne pouvait être vaincu qu'à 
l'aide de sa propre épée. Avec la connivence de la femme du 



224 Périodiques. 

monstre qu'il a enlevée, un jeune héros y arrive. Depuis lors, le 
château-fort reste désolé. Le rôle du jeune héros ne pouvait man- 
quer finalement d'être donné à Cûchulinn, le héros par excellence 
de l'Irlande de l'épopée. Le personnage de Cùroi a lui-même 
singulièrement évolué ; c'est à lui que vont même, par suite évidem- 
ment de confusions avec d'autres personnages, les sympathies de 
la légende, comme le montre d'une façon caractéristique le poème 
malheureusement fragmenté du Book of Taliiesin : Mariunai Corroi 
m. Dayry, la mort de Corroi fils de T)ayry (Skene, h. a B. II 
p. 198). Thurneysen incline à adopter l'opinion de O'Grady : 
le monstre magicien aurait été d'abord un démon des eaux. C'est 
l'avis de Baudis pour les raisons suivantes. Un personnage du 
Fled Bricrenn qui lui aussi est un grand magicien, et joue un rcMe 
analogue à celui de Cùrôi, Uath Mac Imomain, vit dans un lac. 
Dans un conte irlandais moderne qui appartient au même groupe, 
le personnage qui correspond à Cùrôi est un a^rr;;/ (une variante de ce 
conte a été publiée par Quiggin, A Dialect of Donegal, p. 200 : le 
personnage est le frère des trois géants). On avouera que c'est 
peu démonstratif. 

Dans son travail, le savant Tchèque se propose de rechercher les 
traces des éléments de folklore, conservées dans cette légende. 
Avec beaucoup d'ingéniosité, par des comparaisons variées avec 
des contes populaires irlandais modernes, il arrive à établir que 
le thème principal de VAided Connu est celui de Vânie extérieure. 
Dans la version de l'Egerton 88, l'âme de Cùrôi est cachée dans 
un saumon qui apparaît une fois tous les sept ans dans une fon- 
taine près de Slemish ; dans ce saumon est une pomme d'or, et 
c'est dans cette pomme d'or, qui ne peut être fendue que par la 
propre épée du héros, qu'est cachée son âme. 

Comme le montre l'auteur, c'est là un thème fort répandu chez 
les nations les plus diverses. Il est remarquable que c'est généra- 
lement par une femme qu'est trahi le possesseur de l'âme extério- 
risée. Généralement aussi, le héros est aidé dans sa victoire par un 
animal reconnaissant. Ce dernier trait n'apparaît pas dans VAided 
Conrôi. Les Folkloristes y voient un souvenir de la civilisation 
totémistique. La saga de Cùrôi a été rattachée à une époque fort 
ancienne au cycle de l'Ulster, au même cycle que celui de Cûchu- 
linn. Baudis fait remarquer l'importance du nom même du héros: 
cil, en effet, signifie chien. Il y a là, selon lui, un vieux stralum 
totémistique. Il rappelle que déjà M. Salomon Reinach dans la Revue 
Celtique, XXI, 286, a appelé l'attention sur un tahu de Cûchu- 
linn lui interdisant de manger la chair du chien. La légende qui 



Périodiques. 225 

lui fait tuer un chien a été sans doute imaginée pour expliquer 
son nom à une époque relativement récente. Un point restait obs- 
cur cependant : Cùchulinn n'est que le second nom, le surnom 
du héros. Dans son enfance, la tradition irlandaise constante 
est qu'il s'appelait Setanla. Baudis a trouvé lasolution du problème 
dans le Folklore des tribus sauvages encore au degré totémis- 
tique. Certaines de ces tribus ont un totem individuel, le mauilou. 
Or, ce manitou, le sauvage ne le reçoit pas à sa naissance, 
mais à l'âge de la puberté. Comme Cùchulinn n'est pas le 
nom de naissance du héros, on doit supposer que le manitou de 
Cùchulinn était un [chien. La conte intitulé : Comnieut Cùchulinn 
a lue le chien, n'est donc vraisemblablement qu'une transformation 
de l'ancienne tradition racontant comment Cùchulinn reçut son 
nmnilou. Il reste établi qu'un siraium folklorique des plus anciens 
a pénétré dans le cycle historique de l'Ulster, le cycle ayant pour 
fondement les luttes des gens de l'Ulster et du Connacht. Baudis 
nous annonce d'autres études de ce genre. Elles ne peuvent man- 
quer d'être bien accueillies. Celle-ci fait augurer très favorable- 
ment des autres. 

Lucius GwYNN, Cinâed ûa Harfacàins poem on Brugh )ia Bôinne, 
p. 210. Une lacune dans le Leahhur na h Uidhre nous a privés du 
début du cycle de récits concernant les aventures d'Étain et de ses 
amoureux. Stern ÇCZ. V., p, 522, Dus Marchen von Êlàin) a déjà 
montré que les récits perdus peuvent dans une certaine mesure 
être remplacés par les extraits qui en sont donnés dans le glossaire 
manuscrit du xv<= siècle portant le numéro H. 2, 17 dans la biblio- 
thèque de Trinity Collège. Une version en vers du récit du 
début conservé dans le Book of Leinster, a échappé à Stern et à 
d'autres. Il a été signalé et en partie résumé dans son commen- 
taire par E. J. Gwynn (^Melrical Dindshenchas, Todd Lectures, X, 
482 ; IX, 93, 85). L. Gwynn nous donne le texte de ce poème 
avec traduction et des notes. L'auteur est le poète et lettré Cinàed 
ûa Artacâin, mort en 987. Le sujet est à peu près le même que 
celui des fragments en prose publiés par Stern. Dagda, roi 
suprême d'Irlande, a jeté son dévolu sur Bôand, femme de Nech- 
tan, en résidence chez son frère Elcmaire, son vassal et ambassa- 
deur. Il éloigne Elcmaire en lui confiant une ambassade. Dagda 
qui est allé rejoindre Bôand à Brug na Bôinne, retient le soleil 
sur l'horizon pendant neuf mois, par ses artifices magiques. 
Au bout de ce temps, Bôand accouche d'un fils qu'ils nomment 
Oéngus In Mac Oc. Au moment où Elcmaire va revenir, Dagda 
et Bôand s'enfuient, laissant sur la route l'enfant qui fut 

Rnur Cflllqiir, XXXJ'I. 15 



22é Périodique!:. 

recueilli et élevé par lui comme un fils du roi. Un jour où les 
autres enfants se moquaient d'Oengus, 'à cause de sa parenté in- 
connue, Oengus force Midir à lui révéler le secret de sa naissance 
Midir l'amène avec lui au banquet de Dagda avec un don de 
bière pour le roi. Celui-ci veut les payer de retour. Ils demandent 
la demeure royale de la Boyne. Refus du roi. Midir se borne à 
demander le prêt de la demeure pour un jour et une nuit. Dagda 
consent, quitte la demeure. A son retour, Midir refuse de la lui 
rendre en disant que le prêt d'un jour et une nuit signifiait le prêt 
d'un jour et dune nuit à perpétuité. Lié par son serment, Dagda 
abandonne Brug à Oengus. L. Gwynn croit que le poème est une 
adaptation libre et simplifiée de la version en prose. Il me paraît 
plus probable que les deux remontent à une source orale très voi- 
sine. Il est remarquable que dans la prose, il s'agit de la femme 
d'Elcmaire, tandis que dans le poème, c'est sa sœur, la femme de 
Nechtan qui est en jeu. Ce poème se sépare complètement de la 
version en prose après l'épisode de la conquête de Brug na 
Bôinne. Il traite de la fin de la mère d'rOengus. Accusée par 
Elcmaire d'adultère avec Dagda, elle nie et offre de prouver sa 
chasteté en marchant trois fois par la gauche autour de Topuir 
Segsa, les sources de la fontaine enchantée de Segais, qui défigure 
ceux qui lui font appel pour prouver un mensonge. Bôand fait le 
tour des sources ; les eaux jaillissent sur elle, la noient comme elle 
s'enfuit, et entraînent le corps le long du fleuve qu'elles forment 
jusqu'à la mer : ce fleuve a, depuis, été appelé à cause d'elle, 
Bôand. Cette légende n'a naturellement rien à faire avec le Tocb- 
niarc Étaine. Gwynn fait remarquer que la rivière Sinand (Shan- 
non) doit son nom à une légende analogue. Il croit même que 
la légende de la mort de Bôand est dérivée de l'autre, ce qui me 
paraît fort douteux. 

Je crois avoir montré (^Contributions à l'étude des Romans de la 
Table Ronde, p. 8-107), que l'adultère était puni chez les Celtes, 
et notamment chez les anciens Irlandais, par la peine du feu. L'in- 
téressant poème que nous devons savoir gré à L. Gwynn de nous 
avoir fait connaître nous en apporte une nouvelle preuve . A l'ap- 
proche d'Elcmaire, Bôand dit à son complice que s'il la trouve, // 
la brûlera tête et pieds (p. 223, 34). 

Le texte n'est pas sans difficultés. L'auteur hésite (str. 25) à 
traduire tô par silencieux. Dans une note il ajoute à tô : sclnuei- 
gend. (Windisch ?). Le sens habituel de tô, gall. taiv, est des plus 
clairs. Je suppose qu'il a hésité à cause du contexte. Cependant 
on peut donner à tô le sens non seulement de silencieux mais aussi 



Périodiques. 227 

de tranquille; dans l'hymne du Fiacc (Thésaurus pal. vers 20), le 
génitif //i((?t' a le sens de silencieux (sur d'autres sens possibles, 
V. Strachan, Noies and Glosises ou ihe Liber ua b-Uidre, Arch. I, 
p. 28, cf. J. Loth, Notes, Rev. Celt., XXXI, p. 199). 

L'expression //> talmgaÇslr. 65)est plus embarrassante. L'auteura 
songé à Dagda, ce qui est impossible. Je me demande s'ilahnga n'est 
pas un génitif sg. d'un substantif /(i//«</r/; : tir talmga, terre de pro- 
duction ? Pour la dérivation, cf. ochlga, var. cf/j/^ae/, génitif de och. 
tach, pinus (Stokes, Hiberuica, KZ. XXXIII, 73 ; Strachan, Notes 
and Glossi's, Archiv I, p. 8, 43). 

Elean'or Knott. a Liue in Palrick's Hymii, p. 239. Il s'agit de 
la ligne : /// duleinaii dail (varninic duleniaiu : Thés, pala'eoh. 11, p. 
354). Les traducteurs paraissent avoir vu dans dâil le génitif d'un 
mot signifiant création ou univers, éléments, ce qui n'est appuyé sur 
rien. Dùl ne peut donner un génitif tf(/i7 ; miss Knott propose de 
lire : / nduleman dail, avec ou envers le créateur. En prose, l'expres- 
sion serait iiidail diilenian. Ces inversions ne sont pas rares en poésie. 
C'est, il est vrai, le seul exemple d'une inversion de ce genre dans 
l'hymne même. Si on admet l'inversion, ne pourrait-on pas voir 
dans dâil, le datif-instrumental comme dans les substantifs qui 
précèdent et traduire : par le jugement du Créateur ? L'article, il est 
vrai, paraît de trop. Dâl in Dulenian serait l'équivalent de : in dâl 
viôr, Dâl Brâtho} Si [miss Eleanor Knott préfère son hypothèse, 
qu'elle soit bien persuadée que je ne lui en voudrai nullement : 
elle pourrait bien avoir raison. 

D'' Osborn Bergin. The Lament of the mm of Beare. Kuno Meyer 
a publié le texte et la traduction, de ce poème dans les Otia Mer- 
seiana, I, 119 et suiv. ; la traduction dans son ouvrage, Ancient Irish 
Poetry, pp. 88-91. En raison du caractère unique de ce curieux 
poème dans l'ensemble de la poésie irlandaise*, Bergin a jugé, 
avec raison, utile d'en faire connaître une autre version, malheu- 
reusement incomplète, qu'il a découverte dans un ms. sur parche- 
min de Trinity collège. Bergin n'a relevé qu'une variante impor- 
tante, celle de ccn dans la première ligne : le sens en devient plus 
chïr (front the prosaic point of vieiv) mais le reste est altéré. Ce« 
me fait l'effet d'une glose reproduite dans le texte. 

Les deux courts morceaux suivants (The death of Conchobar's 
sons — li'hat hrought the Saxons to Ireland) sont tirés du même ms. 

I. Kuno Meyer, Otia Mersieana, I, p. 1 19, a fait remarquer la frappante 
parenté de sentiments de ce poème avec le poème si connu de Villon : La 
belle Heauhnieie fa parvenue a Viellesse. 



228 Périodiques. 

H. 4. 22, p. 45 ; p. 181). Bcrgin donne le texte et la traduction. 
Le second morceau n'est pas sans intérêt pour l'histoire des rela- 
tions de l'Irlande avec la cour de Rome. 

J. Loth. 

II 

The Celtic Review, 1914, n° 57. 

Rev. Donald Maclean, The Effects of the I/4J Risitig on the social 
and economcal Highlands, p. i. — The late Alexander Carmichael, 
The Gra:^ing and agresticCiisîonis of oïlier Hehrides, p. 40. 

Prof essor Mackinnon, The Gaclic version of the Thehaid oj Statius 
(suite). 

Tous ceux qu'intéresse l'avenir de la langue gaélique en Ecosse 
liront avec fruit l'étude que publie, dans ce numéro, sur la situa- 
tion de cette langue actuellement, W. J. Watson, successeur du 
Prof. MacKinnon danslachaire de celtique de l'Université d'Edim- 
bourg. 

Après quelques généralités sur la question de l'origine du gaé- 
lique d'Ecosse, ses vicissitudes au cours du moyen âge, l'auteur 
arrive à la situation actuelle de la langue. Il en établit l'aire : pas 
de gaélique sur le continent au sud du Forth et de la Clyde. on le 
parle encore quelque peu en Dumbartonshireet Stirlingshire autour 
de Loch Lomond. On le parle encore assez couramment dans le 
Perthshire, à l'ouest et au nord. Le gaélique s'est éteint depuis peu 
dans certaines parties de Kincardine ; il yen a des restes encore en 
Braemar et peut-être en Strath Don. Dans les hautes terres de Banff 
et d'Elgin, on rencontre encore des gens dont c'est la langue 
maternelle. Il y en a un nombre considérable dans la partie du 
Nairnshirequi va vers l'intérieur. Le gaélique est généralement parlé 
en Argyle, Inverness, Ross et Sutherland. Le bilinguisme est la 
règle : sur la côte ouest, on se sert du gaélique pour les choses 
usuelles, mais on peut 'parler et lire l'anglais ; sur la côte Est on 
est apte à se servir de l'anglais tout en pouvant parler gaélique. 
Dans les Iles, le gaélique est la règle. La langue est en général 
mieux conservée dans l'ouest. 

Le Gaël de langue paraît à l'auteur plus intéressant que le Gaël 
anglicisé ; celui-ci n'a pas l'héritage du Gaël et il ne s'est pas 
approprié encore celui du Saxon. La même chose a été dite des 
Gallois anglicisés. Il ne paraît pas en être de même des Bretons 
francisés, au moins de ceux du Morbihan et des Côtes-du- 
Nord. 



Fer ioJiij lies. 229 

L'auteur examine ensuite la situation du gaélique au point de 
vue littéraire et éducatif. La littérature gaélique n'est pas considé- 
rable, mais elle n'est cependant pas à dédaigner. Dans les Uni- 
versités de Glasgow et d'Edimbourg, le gaélique est admis comme 
sujet (for the Preliminary exawi nation). Il est loin par conséquent 
d'avoir la situation du gallois ou de l'irlandais. Dans la National 
Universify h Dublin, l'irlandais est obligatoire pour r/w/^rt/r/cu/fl/io». 
Le gaélique n'est pas enseigné dans les écoles primaires. Le gaé- 
lique est donc à peu près dans la même situation que le breton. 
L'auteur se prononce naturellement pour l'enseignement de la 
langue dans les écoles. Il faudrait tout d'abord former un corps 
d'instituteurs sérieux. Les livres aussi manquent ; ils sont rares, 
mal imprimés et chers : c'est le contraire en Irlande. 

On ne peut qu'applaudir à l'idée émise par l'auteur de rééditer 
le corpus de la poésie gaélique contenu dans les Beauties de John 
Mackenzie; les deux volumes des Reliquiae Celticx d'Alexander 
Cameron, ou tout au moins, ce qu'ils contiennent d'essentiel. Le 
contenu du Book of the Dean of Lismore devrait aussi, comme le dit 
l'auteur avec raison, être publié séparément avec une transcription 
en orthographe ordinaire. On pourrait aussi arriver à former un 
recueil de ballades héroïques sincères, d'un puissant intérêt, en col- 
lationnant les versions du Leabhar ne Féinne, des Reliquiae celtiav, 
de la Collection de Gillie et en utilisant les autres collections et 
même les sources irlandaises pour la comparaison. 

Si je ne me trompe, en enseignant le gaélique en Ecosse dans 
les écoles primaires, en le rendant obligatoire, on aurait plus de 
chance de le maintenir qu'en Irlande. Dans plusieurs districts gaé- 
liques d'Irlande, les parents parlent le plus souvent anglais à leurs 
enfants, de sorte que ceux-ci apprennent le gaélique, qui est obli- 
gatoire, comme une langue étrangère. 

A signaler dans le même numéro un article de Donald Maclean 
sur la vie et les travaux du Professeur MacKinnon, qui vient de quit- 
ter la chaire de celtique d'Edimbourg, pour prendre sa retraite. 

J. L. 

III 

Dans les Annales de Bretagne, t. XXIX, p. 285-322, 514- 
546, 657-678, M. G. Ernault a continué, avec la même précision 
minutieuse, l'édition des œuvres de Le Laé. — Dans le tome XXX, 
p. 71-81, M. François Vallée a publié une chanson bretonne sur 
la Passion. Cette chanson, qui commence par « Fructus ventris 
tui Jésus », — Kalon Mari oe truezus », se chante sur un air 
imité du Vexilla régis. — Dans le même volume, p. 214-253, a paru 



230 Périodùjtu's. 

la suite de l'introduction grammaticale à la Vie de Louis Eiiiiius, 
comprenant l'étude des pronoms et des verbes. — Signalons 
encore, p. i43-:64, une étude excellente de la langue de la Vie 
latine de saint Samson, vie composée au plus tard vers éio-615. 
Une revue attentive des vies de saints permettra peut-être de déter- 
miner l'influence que le celtique a pu avoir sur le latin provincial. 

G. DOTTIN. 

IV 

Archaeologia Cambrensis, vol. VII, 1907, p. 6é-i02, article de 
sir John Rhys intitulé Epigrnphic notes où sont reproduites et étu- 
diées des inscriptions funéraires récemment découvertes au Pays de 
Galles. Quelques-unes contiennent des oghams. — Vol. XIII, 
191 3, p. 165-172. Mr. John Hobson Matthews a relevé dans le par- 
ler populaire de Monmouth quelques mots et tournures grammati- 
cales d'origine galloise. — P. 376-390, Sir John Rhysétudie trois 
anciennes inscriptions dont deux en caractères oghamiques. 

G. DOTTIN. 

V 

Zeitschrift fur Vergl. Sprachforschung, XLI. Sous le titre 
d'Origine et Etymologie du mot Eiscn (Hcrkunft undEtym. des IVortes 
Eisen), p. 292, M. J. Pckorny, tranche en deux pages deux 
questionsfort controversées, une étymologique et une archéologique. 
Il pose d'abord en principe que les mots germaniques désignant 
le fer, got. eisarn, v. norr,, vha. isarn, viennent d'un vieux-cel- 
tique tsarnon. C'est en effet l'opinion la plus répandue, quoique des 
linguistes éminents soutiennent le contraire, parexemple Johansson 
dans les Be'^ienhergers Beitràge XVIII, 17. Suivant une opinion en 
faveur, Isariio- serait un dérivé d'une racine *ais- (skr. à\ah, latin 
aes = a[i]es-), Pokorny objecte que l'irlandais ne peut admettre la 
réduction d'une syllabe accentuée ais- kîs-. Mais il oublie la pos- 
sibilité de l'existence d'une racine ïs- à un autre degré que ais- que 
le celtique aurait hérité de l'indo-européen, ce qu'ajustement sup- 
posé Johansson. 

De plus, en niant la possibilité d'une évolution de ais- en is-, 
Pokorny est obligé de supposer que l'accentuation de l'irlandais 
était celle du vieux-ceitique, ce qui est loin d'être établi : à mon 
avis, le contraire est certain. Dès lors, si dans mcn/o- aisarno-,V3LC- 
cent n'était pas sur l'initiale, rien ne s'oppose à ce que ais- ait 
évolué en is-. Nous n'en n'avons pas d'exemple, mais nous avons 
l'analogie de ai- en syllabe finale, c'est-à-dire atone. 



Pcrioiliijttes. 251 

Pokorny pose en principe que / est long dans le mot celtique. 
Il paraît, au contraire, bref en brittonique. On peut, à la rigueur, 
il est vrai, admettre comme pour l'irlandais un abrègement pour 
la longue tonique en hiatus. 

Repoussant 1 étymologie usuelle, il rapproche le nom du fer de 
celui d'une rivière d'Illyrie Isarlws, aujourd'hui VEisack dans le 
Tyrol. On aurait la même racine avec le degré faible dans Isara, 
nom de plusieurs cours d'eau en ancien pays celtique : Isara a i 
bref, c'est-à-dire le degré fiiible de la même racine. C'est des Illyriens 
que les Celtes tireraient le nom du fer luirno-n. La civilisation de 
Hallstatt serait illyrienne. C'est une opinion qui a de sérieux parti- 
sans, par e.\emple Hbernes, et chez nous, notre regretté Déchelette. 
Quant à isar-, tsar-, ce thème aurait le sens du grec Utô-ç, skr. 
isira-s, fort : il aurait été donné au fer par opposition au bronze. 
On peut faire remarquer en passant que si le bronze est cassant, le 
fer non trempé est de son côté fort malléable. 

Pokorny n'ayant pour étayer sa thèse de l'origine illyrienne du mot 
désignant le fer chez les Celtes qu'un nom de rivière illyrien, je doute 
fort qu'elle soit prise au sérieux : il faudrait trouver autre chose. 
Ihid. p. 2^1. Der Gen. sing. der à-slàiume. 

Pokorny discute les opinions principales émises au sujet du gén. 
irl. des thèmes en (7 Qùalh, gén. tùaithe). Suivant Brugmann et 
Pedersen, -^ (= -/V75) serait un emprunt aux thèmes en l-, jâ- : 
mais la raison de cet emprunt n'est pas claire. Meillet (Mélanges 
d'Arhois, p. 229) a admis à côté du génitif ordinaire en -as, un 
génitif primitif en -yV?5, mais son existence n'est pas démontrée. Reste 
l'opinion de Thurneysen que Pokorny expose ainsi : -e supposerait 
•i's ou -jés, et non -jâs, d devant donner a devant une consonne 
tombée, ce que Pokorny n'admet pas. Outre des formes comme 
indarhe, 3'^ pers. du sg. du conj. présent {-hia de hhijât), il lui 
oppose les génitifs oghamiques comme Gosucitias (gén. xû.guasachtae, 
nom. guasacht, danger), forme plus récente Gosocleas. Ce nom se pré- 
sente aussi sous la forme Gosoctas. Si Ercias est un féminin, il n'est 
nullement prouvé que Gosucttias le soit. On peut bien avoir affaire 
à un thème en -/- comme l'a supposé Thurneysen {Handh., p. 185). 
L'auteur aurait dû tenir compte d'une forme de génitif très gênante 
pour sa théorie et que cite justement Thurneysen : c'est l'ogha- 
mique Aviltoriges, génitif de Aviioria : il n'en parle pas. Cet exemple 
semble bien prouver qu'il y a eu mélange des thèmes en /, ià, iê, 
amené probablement par le nominatif -ï qui paraît avoir été com- 
mun aux deux groupes. La terminaison -« aurait été introduite 
ainsi dans les thèmes en -iià- et -à-. Si le mélange entre les thèmes 



2^2 



Périodiques. 



en J, /(7,;> est certain et facile à comprendre, il faut cependant recon- 
naître que la raison de l'introduction du génitif -/« ou -jàs dans les 
thèmes en à- reste obscure. Pohorny la trouve dans l'influence de 
la déclinaison pronominale : ce serait l'ancien génitif du pronom 
possessif de la 3' pers. du sg. *esjàs joint à un substantit féminin 
en à qui en aurait été la cause déterminante : *esjiis toutâs {karant-s 
csjâs toutâs, un ami de sa famille), qui aurait amené esjâs toutiâs. On 
peut objecter que ce génitif, jouant le rôle de possessif, se trouvait 
joint à tous les cas du sing. et du pluriel, et non pas seulement au 
génitif singulier. Le génitif tnnà, nomin. ben, n'a d'ailleurs pas 
été atteint. La raison en est, d'après Pokorny, qu'un groupe *bnj- 
dans*biijâs, offrait des difficultés de prononciation : pourquoi ? 

Dans le fascicule 3, p. 308, Pokorny modifie son étymologie de 
léir, visible. Il le fait remonter non à *bg-ro-, mais à *legh-ro-. Il a 
déjà été question de léir dans la Revue Celtique et aussi de réil, clair, 
évident. Il me paraît bien difficile de séparer ce mot du gallois 
rhiuyU a net-work, rhivyll-waiih, fret-work. ; rhwyl-fatih , open- 
work. Or rhwyll ne s'accommode guère de l'étymologie de rev'elare 
adoptée par Pokorny après Thurneysen. 

J. L. 



VI 

IXDOGERMANISCHE FORSCHUNGEN. XXXIII (191 3), I et 2, p. I34. 

A signaler d'abord un travail de Scheftelov^-itz sur ig en vieil indo- 
européen ; suivant l'auteur, \g ne deviendrait jamais, dans cette 
langue, dg, mais bien;/. L'article copieux et sérieusement documenté 
intéresse naturellement les études celtiques ; à cet égard il ne contient 
rien de neuf ; mais si la théorie est fondée, certaines étymologies 
celtiques seraient à réviser. Page 145, l'auteur paraît adopter ou au 
moins admettre comme possible, l'hypothèse de Lidén tirant le gal- 
lois oddf, protubérance, vieil-irl. *odb de odh-ijo- , c'est impossible 
pour le gallois : "odh-uo- eût donné odiu. 

P. 171, Uhlenbeck, sous le titre Baskisch und ludogertmwiscb 
proteste contre une exposition erronée de ses idées sur cette 
matière faite par S. Feistdans son livre bien connu, Kultur, Ausbrei- 
tung und Herkuuft der Indogermaneu. Depuis 1890, Uhlenbeck n'a 
rien écrit qui puisse faire croire qu'il soit porté à rattacher le 
basque à l'indo-européen. Ses articles depuis 1900 n'ont nullement 
pour but de rattacher le basque à un groupe linguistique quel- 
conque : il s'est efforcé simplement d'expliquer cette langue par 
elle-même. 

J. L. 



Périodiques. 233 

VII 

ROMAN'FA, t. XI. III (19I4), p. 166. 

Philipon -.Suffixes romans d'origine pré-latiuc. Il s'agit des suffixes 
-ard- -ald-, considères jusqu'ici comme d'origine germanique. 
L'auteur croit les trouver (-fl/-(/o-; -al-do-) dans la toponomastique 
de l'Italie supérieure, de la France'et de l'Kspagne. Il semble que 
chacun des cas sur lesquels l'auteur s'appuie eût dû être examiné 
à la lumière des parlers locaux et qu'aussi la chronologie des 
formes eût dû être poussée aussi loin que possible. Rien de plus 
ardu qu'une étude de ce genre. Ce qui m'inspire de sérieuses inquié- 
tudes, c'est un exemple tiré du Morbihan : l'auteur voit le suffixe 
-ar-do- dans le nom de lieu Crenarth qui paraît dans une charte du 
ix= siècle du Cart, de Redon. C'est indubitablement un nom com- 
posé : frn; entre en composition de plusieurs noms de lieu et arth 
ou ard également. L'auteur oppose à l'hypothèse d'un emprunt ger- 
manique une objection de principe : c'est qu'on ne peut concevoir 
un emprunt portant sur un suffixe isolé du thème avec lequel il 
fait corps. Il est parfaitement évident qu'il ne saurait être question 
d'analyse grammaticale quand il s'agit d'emprunts populaires. Mais 
un peuple vivant au milieu de gens de langue étrangère peut par- 
faitement attacher aune terminaison de mots qu'il entend souvent 
répéter un sens suffixal et l'employer dans des mots indigènes. C'est 
ainsi que les Bretons insulaires à l'époque romaine ont emprunté 
le suffixe latin -ôsus, aujourd'hui en plein usage en gallois et en 
breton sous la forme -us sans qu'on puisse indiquer de quel mot 
latin il est parti. Le suffixe -ard est passé aussi du français en bre- 
ton dans des mots indigènes, comme krenard, adolescent', sans 
qu'on puisse indiquer le mot type duquel il a été séparé. 

Néanmoins l'hypothèse de M. Philipon mérite une sérieuse 
attention et vaut la peine d'être examinée en détail. 

Ibid.,p. 96. HuET : Deux personnages arthuriens. Il y a un 
Dodiniaus sans épithète dans le Chevalier au lion (éd. Foerster, 
vers 54). Il apparaît avec une épithète dans Erec : 
Dodiniaus H sauvage. Dans le Lanzelet d'Ulrich de Zatzikoven 
(éd. Hahn), il est rattaché en partie au cycle arthurien. Arthur 
parti avec Karjet, Tristan et Lancelot, à la recherche du château de 
Malduc le sorcier (personnage qui se montre aussi dans Erec), 
s'égare sur le marais qui crie ; un cavalier s'avance vers eux avec 

I . Krennani n"a rien à voir avec le Crenarth cité plus haut : au IX"^ siècle 
et bien plus tard, -uni eût donné -ard, et auj. -ar^, vannetais -arh. 



2 34 Périodiques. 

une telle rapidité que son cheval ne laisse pas de trace sur le sol : 
c'est Dodines der Wilde qui fait partie en hiver de la mesnie 
d'Arthur. Dodines reçoit Arthur dans son château. Dodines fait 
donc partit' de la classe des personnages hospitaliers, classe large- 
ment représentée dans les traditions folkloriques, chez les Celtes 
notamment. M. Huet voit trois périodes dans l'évolution du per- 
sonnage de Dodinel : 

i°il n'a aucun lien avec Arthur; 

2" (dans Lanzelet) : pendant une partie de l'année, il est de la 
suite d'Arthur ; 

3° c'est un banal chevalier de la Table Ronde. 

M. Huet ne me paraît pas bien inspiré quand, à la suite de 
Brown, il va chercher dans 'la saga irlandaise Tochmarc Einere, un 
exemple de personnage dit hospitalier. Il est bien vrai que Cùchulinn 
dans son voyage en Alba (Grande-Bretagne) reçoit l'hospitalité 
dans une maison située dans un vallon. Mais le cas est ici très 
particulier et unique. Quand il entre, une jeune fille le salue d'un 
air de connaissance. Cùchulinn s'étonne. Elle lui répond qu'ils 
ont été comaltai, c'est-à-dire nourris, élevés ensemble chez Ulbecan 
le Saxon où ils apprenaient ensemble la mélodie, c'est-à-dire comme 
l'explique Kuno Meyer, le chant et la récitation poétique. Cet 
épisode, comme je l'ai fait remarquer, après Kuno Meyer, est d'une 
très grande importance pour l'histoire des rapports des Celtes des 
Iles Britanniques avec les Anglo-saxons (J. Loth, Les études cel- 
tiques. Revue inlèrn. de l'Eus., 191 1). 

Le deuxième personnage dont s'occupe M. Huet, est Loholt, fils 
d'Arthur, que le Perlesvaus fait tuer traîtreusement par Kei. Dans 
Lanzelet, au contraire, il part avec son père pour un pays d'où les 
Bretons attendent encore leur retour. Zimmer est parti de la version 
de Perlesvaus pour soutenir que le personnage de Kei a été imaginé 
d'après celui de Ganelon. Le rapprochement est forcé et parfaite- 
ment invraisemblable. M Huet fait remarquer que la tradition du 
Perlesvaus doit être récente : Kei est un personnage grotesque, 
hâbleur, médisant, mais non un criminel. C'est en effet le carac- 
tère qu'il a dans les romans français ou d'origine française. Dans les 
traditions galloises, c'est un guerrier redoutable, le plus beau des 
cavaliers; il se livre parfois à de sinistres plaisanteries; un vers du 
Livre noir dit qu'il souriait quand il tuait (sur les traits caractéris. 
tiques du Kei gallois, v. J. Loth, Ma/'/;/. 2'' éd., I, p. 256, note i). 
D'après le Mabinogi de Kulhwch et Olwen, Kei aurait été tué par 
Gwyddawc fils de Mynestyr : Arthur, pour venger Kei, tue le 
meurtrier et ses frères (ibid., p. 275). 



Pêfiodiques. 235 

Il est donc certain que la version de Perlcsvaus est relativement 
récente. Comment s'est-elle tormce ? Dans le Livre Noir, un fils 
d'Arthur Lacheu, figure avec Kci comme un vaillant guerrier. Un 
poète du xiii'^ siècle, Bieddynt dit qu'il a été tué à Llcchysgar, mais 
malheureusement n'indique pas par qui ni comment. Il est probable 
que h version de Perlesvaus est partie de la brouille qui est signa- 
lée entre Arthur et Kei dans le roman de Kulhwch et Olwen. 
Après une épigrammc moqueuse d'Arthur, il est dit que les guerriers 
de Bretagne curent grand'peine à mettre la paix entre Arthur et 
Kei, et que dans la suite Kci ne vint jamais à son aide (sur 
Llachau, Loboi, v. J. Loth, Mab '. I, p. 374-375, note i). 

Ibid., n. 170, p. 238. C. DE BoER, Le laide Tisbé et le Tristan de 
Thomas. 

Dans le Tristan de Thomas, tel que M. Bédier l'a reconstitué, 
il est question de trois lais : le lai de Goron ; le lai de la fière amie du 
beau Graelenl (le lai de Lanval, d'après M. Bédier) ; le lai de la 
courtoise Tisbé de rancienne Babyloiic. Ce dernier, C. de Boer dans 
\ts dissertations de l'Ac. royale d'Amsterdam, 191 1, l'a rattaché au 
poème normand de Pyrame et Tisbé, datant du troisième quart du 
xiF siècle, au plus tard: l'auteur a très bien pu connaître un lai de 
Tisbé s'il en a existé un. Dans un article de la Zeitschiirift fur deutsches 
Altertum (antikeElemente bei Gottfried von Strassburg), M. W. Hoffa 
a essayé de prouver que la mention du lai de Tisbé n'a été intro- 
duite dans la légende de Tristan que par Gottfried. Chez Gottfried, 
Tristan mêle à son chant des paroles bretonnes, galloises, fran- 
çaises et latines. D'après M. Hoffa, les paroles latines se rapporte- 
raient au lai de Tisbé. Il n'a pu chanter en latin ni le lai de 
Goron ni celui de Graelant ; ce qu'il a chanté en latin, 
ce serait le lai de Tisbé, la légende latine contée par Ovide. L'argu- 
ment est vraiment bien faible. Comme le fait justement remarquer 
C. de Boer, un peu plus loin dans le poème allemand, Tristan 
étonne la cour du roi Marke en répondant dans leur langue mater- 
nelle à des Irlandais, Norvégiens, Allemands, Ecossais et Danois. 
« En rapprochant de ce passage ceux où Gottfried nous dit que 
Tristan a mêlé à son chant des paroles bretonnes, galloises, fran- 
çaises et latines, on voit clairement qu'il n'a mentionné ces quatre 
langues que pour exciter et légitimer l'admiration de Marke et de 
sa cour. L'innovation de Gottfried, ce qui l'intéresse, ce n'est pas 
de faire chanter à Tristan des lais, c'est de lui faire parler beau- 



I. Sur les Blanche Lande d'Angleterre et de France, v. J. Loth, Contri- 
butions, p. 78-79. 



^)(> Pniodiques. 

coup de langues et notamment le latin, et il n'y a aucune raison 
de lier dans son texte Tune ou l'autre de ces langues à l'un ou 
l'autre de ces lais (// y aurait d'ailleurs quatre langues pour trois 
lais). » Ce qu'il y a à retenir, c'est que Gottfried ne cite que deux 
lais authentiquement bretons : Goron et Graelent. 

P. 252. A. Thomas, Fragment de VÉrec de Crétien de Troyes. Ce 
fragment d'Érec est tiré d'un fragment de parchemin d'un manuscrit 
du xiiF siècle, trouvé dans les reliures d'un exemplaire de Silvius 
Italicus du xvi^ siècle. Il appartient à M. Leroy notaire à Laigle. 
Le fragment a été communiqué à M. A. Thomas par M. E. Picot. 
Il se compose de 27 vers correspondant aux vers 979-984, 1012- 
1018, 1036-1052, 1080-1086 de l'édition de Foerster. 

N° 171, p. 420, fessie Weston, The Perlesvaux andthe Histoire of 
Fulk-JVarin. L'auteur dtV Histoire connaissait le Graal : il parle du 
lyvre de le seint Vassal, et paraît bien avoir en vue un épisode de 
Perlesvaus, où il est question de Blanche Lande. Primitivement 
d'après miss Jessie Weston, il s'agissait de Blanche Lande en Nort- 
humberland. L'auteur de l'Histoire a identifié cette Blanche Lande 
avec un autre lieu du pays de son héros, le Shropshire : il y a une 
Blanche- Ville (Wytyntone) auj. Wittington, au N. N. E. 
d'Oswestry. Ce qui prouverait l'emprunt, et le transfert delà légende 
d'après miss Jessie Weston, de Northumbrie en Shropshire, 
c'est que l'Histoire parle d'une chapelle de Saint-Augustin dans 
cette région ; or, il n'y en a pas la moindre trace, tandis qu'en 
Northumbrie, sur les limites du Cumberland, à mi-chemin 
entre Carlisle et Newcastle, il y a une chapelle dédiée à saint 
Austin. Cela ne me paraît guère probant. Tout d'abord en 
Shropshire il s'agit de Blanche ville et non de Blanche Lande. De 
plus, l'auteur de l'Histoire connaît admirablement le pays de son 
héros ; on comprendrait difficilement qu'écrivant surtout pour 
la famille et les gens du pays de ses héros, il ait inventé une 
chapelle portant ce nom. Il est sûr qu"il n'y a plus trace de cette 
chapelle, mais combien d'autres ont disparu ! Il v a d'ailleurs une 
forte présomption en faveur de son existence . D'après Bède {Hist.Eccl. 
11,2) l'endroit où eut lieu la célèbre conférence entre les évêques 
Bretons et Augustin, l'apôtre des Anglo-Saxons, était : in loco qui 
usque hodie lingua Anglorum Augustines Acidesi, rohur Augustini in 
confinio Huicciorum et Occidentalium Saxonwn, appellàtur. L'endroit 
n'estpas nettement précisé. Mais il se pourrait qu'il ne fût pas loin 
de la chapelle mentionnée dans l'Histoire. Il paraît bien probable 
que le culte de saint Augustin a dû être fortement établi par les 
Anglo-Saxons dans cette région où il avait joué un rôle impor- 



Périodiques. 237 

tant, après qu'ils en furent devenus définitivement maîtres. Haddan 
et Stubbs(Cott'«a75, III, p. 58) traitant cette question, croient que le 
chêne a pu tirer son nom de Trajectns Aii^iisti; il est appelé Austin 
dans une charte de 691-692 où il est fait un don de terres là et à 
Hanbury à l'évéque de Worcester. L'hypothèse ne me parait pas 
très vraisemblable. Le chêne d'Augustin serait dans la plaine de la 
Severn . 

Page 401 du même auteur : So\ie de Naiisai, Puriivul and Perla- 
vaus. 

Miss Jessie Weston compare cet étrange roman, qui ne fait pas 
partie du cycle arthurien, à Parzival et Perlesvaux. Elle en tire des 
conclusions qui paraissent d'une grande importance pour la com- 
position primitive du Graal. L'auteur serait Néerlandais. On a 
depuis longtemps relevé les traits communs à Parzival et à Perles- 
vaus, mais avant miss Jessie Weston, on n'a pas remarqué que 
ces traits, avec d'autres détails caractéristiques, se retrouvaient 
dans Sone de Nansai. Ce dernier roman est une compilation du 
xiii<= siècle, conservée dans un ms. de la Bibl. de Turin, du xn"" 
siècle. 

J. L. 

VIII 

The scottish Geographical Magazine, XX\' (19 14) : a signaler 
dans le n" 2, p. 57, 294, 617, un important travail de G. Schûtte 
sur V Atlas de Ptolémée, son importance, et surtout sur ses sources. 

IX 

Anai.ecta BoLi.AN'DiAXA, .IX XXXIII (1914), fasc. I I. 

Ch. Plummer publie une vie de saint Laurent, archevêque de 
Dublin, né en 1123 et mort en 1180. Saint Laurent s'appelait Lor- 
can lia Tualhail (O' Toole). Son père était un chef des Ûi Muire- 
daig, tribu habitant le sud du comté actuel de Kildare. Quelques 
détails de son enfance sont intéressants au point de vue de l'édu- 
cation des Irlandais nobles et aussi de l'état de discorde des familles. 
Ses démêlés avec Henri II ne sont pas sans importance pour l'his- 
toire de l'Irlande. Il succéda sur le siège de Dublin à Gréine, d'ori- 
gine Scandinave et considéré pour cela comme évèquc des étrangers 
Çepscop tui nGalî). 

Parmi les comptes rendus, il y en a un de particulièrement inté- 
ressant sur un travail du bénédictin Bruno Albers : Zu den heiden 



258 Périodiques. 

ersten Lehetts beschreibungeu des Abtes Columba von îona paru dans 
les Stndien iind Mitteilungen ijur Geschicbte des Benedikterordens und 
seiner Zweigeti, t. XXXIII (1912, p. 406-20). Il paraît bien en 
résulter que les théories du savant bénédictin sont loin d'être 
démontrées. 

Le bénédictin, au terme de son étude, soutient que les rédacteurs 
de la vie de Columba se sont inspirés de certains événements mira- 
culeux et très extraordinaires de la vie de saint Benoît, par rivalité, 
pour prouver que les institutions monastiques de leur saint fonda- 
teur ne le cédaient en rien à celles du grand patriarche d'Occident. 
C'est possible, mais ce n'est pas évident. Les emprunts d'un hagio- 
graphe à un autre sont monnaie courante, et souvent sans qu'on 
puisse soupçonner la moindre pensée machiavélique. 

J. L. 

X 

L'akthropologie, tome XXV. Le numéro de mai-aoùt contient 
un important travail de M. Maurice Piroutet (p. 263) : Fouilleid'un 
tuiiiuliis de l'âge du bronze aux environs de Salins (Jura) et réflexions 
sur la région d'origine de la métallurgie du bronze. 

Les objets métalliques trouvés dans ce tumulus appartiennent à 
l'âge du bronze I. On y trouve un poignard en cuivre, et quatre 
autres objets en bronze. Ces faits, dit M. Piroutet, infirment 
totalement l'opinion reçue suivant laquelle les plus anciens bronzes 
ne contiendraient qu'une faible quantité d'étain. Comme c'est 
vraisemblablement par le mélange accidentel d'une certaine quan- 
tité de minerai d'étain à celui du cuivre que le bronze a été for- 
tuitement découvert, c'est ce procédé découvert, par hasard, qui a 
été employé jusqu'au moment où l'on a eu l'idée de traiter les 
minerais séparément et où l'on a pu fabriquer l'alliage avec des 
proportions un peu régulières. Ce mélange d'objets en cuivre ou 
très faibles en étain, avec des objets en bronze normal, je l'ai aussi 
trouvé en Bretagne. Il m'avait semblé que ces objets si disparates 
pouvaient provenir d'un stock de marchandises importées de valeur 
diverse, où la camelote n'était pas rare. M. Piroutet a jugé ces 
objets en bronze d'après la couleur. Il est certain que c'est un critérium 
qu'on peut jusqu'à un certain point admettre; néanmoins une analyse 
des objets eût été nécessaire, surtout pour étayer une théorie si 
grave de conséquences. 

M. Piroutet établit la provenance des premiers bronzes de l'est 
et du sud-est de la France. Ils proviennent de l'Europe centrale. Les 



Périodiques. 239 

épingles d'argent de Mouden-Bras (Côtes-du-Nord) appartiennent 
également à des types communs en Bohême, Moravie, Save. Je 
ferai remarquer en passant que M. Pirouteta été inexactement ren- 
seigné sur les haches en cuivre d'Armorique par l'ouvrage 
d'Aveneau de la Grancière {L\'ige du bronie eu Annorique, Nantes 
1898). On a trouvé, en Armoriquc, de véritables haches plates 
en cuivre, sans rebords. 

Sur le pays d'origine du bronze, la dissertation de M. Piroutct 
sera lue avec intérêt, mais ne parait pas convaincante. 

Pour prouver que le bronze a été découvert dans l'Europe cen- 
trale, avant son apparition en Egypte et en Chaldée, il bouleverse 
toute la chronologie jusqu'ici admise et fait remonter l'âge du 
bronze dans l'Europe centrale et occidentale à une invraisemblable 
antiquité. 

J. L. 

XI 

Revue archéologique, 19 14. 

Page 66 : de Lantivyetde laMartinière, Les poteries décorées de Meu- 
doii (près Vannes, Morbihan). Ces 'poteries paraissent d'époques 
diverses. Certaines rappellent par leur forme des vases delà Tène I 
et II. L'ornementation en est très variée. Plusieurs seraient de 
l'époque franque. Ce travail est agrémenté de eonsidération eth- 
nographiques dont le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elles sont 
parfiiitement oiseuses 

P. 129 : M. Salomon Reinach appelle l'attention sur une décou- 
verte imprévue: on avait trouvé d'après deux notes de H. R. HuU et 
A H. Sayce, parues dans VEgypf Exploration FundÇi" janvier 1914), 
à Stonehenge et dans des sépultures voisines, il y a longtemps, des 
perles de faïence. Or ces perles proviennent d'Egypte et sont 
même identiques à celles qu'on peut dater de 1500 à 1200 avant 
J.-C. Il est donc sûr que le monument de Stonehenge existait vers 
le xiv-xiiis siècle avant notre ère. Cela ne donne pas la date de son 
érection qui paraît remonter à l'époque de transition de la pierre 
au métal. Il eût été bon de donner des détails sur la structure des 
sépultures voisines de Stonehenge où ces perles ont été trouvées, 
M. Salomon Reinach se demande si la présence de ces perles se 
lie au commerce de l'étain ou de l'ambre, et par quelle voie elles 
sont passées dans l'île de Bretagne. Jusqu'ici on n'a pas trouvé de 
ces perles dans la vallée du Rhône ni dans la Gaule centrale. Il 
semblerait donc qu'elles y soient venues par la voie de mer. 

J. LOTH. 



240 



Pènodiques. 



ANNONCE 

La 2' édition revue et augmentée du Manuel pour servir à Fétude 
de Vantiquilé celtique vient de paraître à la librairie Champion. 



Le PropriHairc-Gàaiil. É. CHAMPION. 



MAÇON, PRO'JAT KKl-RIS, IMPRIMLUKS. 



THOR EX IRLANDE 



Les sources irlandaises disent peu de chose de la vie jour- 
nalière des Scandinaves en Irlande, de leurs croyances et de 
leurs mœurs et coutumes. Le chroniqueur ne raconte généra- 
lement que les événements principaux, et les chroniques rap- 
pellent la manière du barde et du narrateur des sagas : elles 
donnent à grands traits, comme appui à la mémoire, les faits 
saillants du poème. Nous devons nous-mêmes remplir les 
nombreux espaces vides; et ce n'est qu'en réunissant pénible- 
ment les matériaux ^éparpillés, que nous parvenons à recon- 
stituer l'histoire des événements et à nous représenter l'évolu- 
tion historique. Si cela est vrai en ce qui concerne l'organisa- 
tion politique des Scandinaves et leurs conditions sociales en 
Irlande, ce l'est encore davantage en ce qui concerne les 
choses de leur existence, passées sous silence dans les Annales 
comme étant en dehors delà sphère d'intérêt du chroniqueur, 
les travaux journaliers à la ferme et aux champs^ le commerce, 
les relations maritimes dans les eaux irlandaises, anglaises, et 
françaises et, par-dessus tout, leurs croyances religieuses et 
leurs coutumes tant à la maison que dans les temples des 
idoles. 

Mais beaucoup mieux que bien des annales, la langue 
irlandaise raconte elle-même l'influence que les Scandinaves 
ont eue sur presque toutes les occupations pacifiques en 
Irlande : elle est tout imprégnée de mots empruntés au nor- 
végien et se rapportant à des notions et idées les plus diverses. 
Il ne peut être question ici d'une influence de classe, s'exer- 
çant de haut en bas, comme en Angleterre, à la suite de l'in- 
vasion normande ; comme un courant puissant à marche égale, 
les mots norvégiens et les tours de phrases pénétrèrent dans 
toutes les classes de la société, depuis le roi jusqu'à ses plus 

Revue Celtique, XXXVl. 16 



242 C. Marslraiuler. 

humbles serviteurs. Toutefois, aucun de ces mots, autant que 
je sache, ne révèle le culte des idoles en Irlande. Il n'y avait 
pas dans le pays de terrain favorable pour de pareils mots. En 
effet, quand nos ancêtres, un peu avant 800^ débarquèrent^ 
pour la première fois, dans le port de Dublin, la doctrine du 
Christ avait déjà été prêchée depuis sept cents ans dans plusieurs 
centaines d'églises d'Irlande. Les vieux dieux étaient morts 
ou erraient sous des travestissements qui les rendaient mécon- 
naissables : tels les héros revêtus du haubert des vieux poèmes 
épiques ou les saints habillés de blanc de la grande troupe du 
Christ . Les Irlandais n'ignoraient pas cependant les vieux 
mythes de Thor et d'Odin, et il est incontestable qu'ils s'en 
emparèrent en partie et les incorporèrent si intimement à leurs 
propres légendes, qu'il est souvent impossible de déterminer 
ce qui a appartenu primitivement au monde de la légende 
irlandaise ou à celui de la légende norvégienne. Mais les 
noms des vieux dieux norvégiens tombèrent dans l'oubli. Les 
mythes se formèrent autour de figures familières, comme Fer 
na Firinne ou In Fer Môr. D'ailleurs la perte de l'indépen- 
dance politique, au début du xi^ siècle, amena la chute 
immédiate du paganisme dans les colonies Scandinaves 
d'Irlande. Ce que nous désirons connaître du culte des dieux 
norvégiens en Irlande, nous devons le chercher dans les 
allusions semées au hasard dans les vieux manuscrits irlan- 
dais et dans les vieux noms de pays et de famille. 

* 
* * 

Dans un vieux poème, attribué par anachronisme à saint 
Benén (f 468), mais qui, en réalité, a été écrit au xi^ siècle, 
il est raconté que saint Patrice, à l'époque de sa mission en 
Irlande, vint aussi à Dublin, où les Norvégiens étaient pré- 
pondérants. Le roi qui précisément pleurait la perte de son 
fils unique, promit de s'en rernettre en toutes choses à Patrice 
et de lui payer un tribut s'il rappelait son fils à la vie. Ainsi fut 
fait et Patrice réclama son dû : 

« Trois fois laisse payer les trois onces qui furent imposées 
aux fermes des Norvégiens (le mot norvégien garâr 'ferme' est 



Itior fil Jrhnulc. 24 5 

employé ici). Sinon, fais piller Dublin parles hommes d'Erin, 
aux boucliers norvégiens. Le château, d'où ils répandent la 
terreur, arrache-le des mains du Diable Noir. Ce sera le troi- 
sième et dernier bûcher en Erin'. » 

Il est clairement question ici de l'idole du temple, noircie 
par la fumée et le sang des sacrifices. Le Diable Noir estThor, 
l'adversaire du Christ en Irlande depuis deux cents ans, le 
dieu par excellence au temps des Vikings et aussi le dieu 
suprême des Scandinaves de toute l'Irlande centrale et 
orientale. Les idoles norvégiennes, ainsi que les temples, 
en tant qu'appareils extérieurs du culte ont été choses bien 
connues des Irlandais. Les textes chrétiens du xi'' siècle s'ex- 
priment avec mépris sur ces « dieux muets de bois et de 
pierre '>; de même parla saint Olav aux paysans, quand 
Kolbein Sterke brisa l'image de Thor à Hundtorp. Une épi- 
thète comme « Thor le Large « (i. e. au large flanc), qu'on 
trouve dans un essai métrique des x' ou xi^ siècles, est bien 
l'expression d'une chose réellement vue. 

Les idoles du dieu affectaient à peu près la forme d'un 
poteau. C'étaient des statues de bois aux angles non arrondis. 
Elles étaient parfois, en Irlande aussi bien qu'en Norvège , 
revêtues d'habits somptueux . Un texte irlandais du xi'^ siècle 
en employant ces métaphores stéréotypées si particulières à la 
prose irlandaise, dit du héros que « son flanc et ses mains 
transparentes et douces étincelaient comme de l'argent blanc 
incrusté dans la draperie qui entourait l'idole^ ». Ces draperies 
précieuses, tissées d'or et d'argent, que les Norvégiens suspen- 
daient autour de Thor, provenaient des églises et des cloitres 
irlandais où elles servaient à la décoration de l'autel et de 
l'image du Sauveur. Elles venaient à coup sûr de France, 



1. An dùn atdit co dreaman 
no scéararé duibhdheaman : 
bidh hé in treas Une nach tint 
bhiasfd dheireadh i nlirind. 

An dùn atdit co dreaman no scéara ré duibhdheaman : bidh hé etc. 
Leabhar na gCeart CLeabhar Leacain, Leabhar Baile an Mhiita), p. 228. 

2. Leabhar Laighean 258 a i ; mais ma traduction n'est pas certaine. 



244 C'. Marstrander. 

d'Espagne ou des pays baignés par la Méditerranée avec les- 
quels l'Irlande a eu des relations commerciales depuis les 
premiers siècles de l'ère chrétienne. 

La décoration ainsi que l'agencement du temple semblent 
■ — comme on pouvait s'y attendre — avoir été, en principe, 
les mêmes en Irlande que dans le Nord. Le temple était cer- 
tainement une construction en bois. Les Irlandais font sou- 
vent l'éloge des maisons de bois des Scandinaves et louent 
leur habileté à manier la hache. Dans chaque temple princi- 
pal — suivant les sources islandaises — il devait y avoir sur 
l'autel un anneau sacré, voué au dieu du temple. Sur cet 
anneau les témoins devaient prêter serment avant d'être 
entendus. Ils juraient le plus souvent par Thor, patron 
auguste de la paix du tribunal. Il en était ainsi dans les colo- 
nies norvégiennes en Irlande, ainsi que Steenstrup et notam- 
ment Alexander Bugge l'ont établi. En 994, racontent des 
annales irlandaites, le roi Maelseachlainn s'empara par vio- 
lence de c( l'anneau de Thor et de beaucoup d'autres trésors » 
appartenant aux Scandinaves à Dublin'. Or, comme ces der- 
niers, un peu auparavant, dans la même année, avaient pillé la 
cathédrale de saint Patrice, à Meath, il est évident que le récit 
des annales veut dire littéralement que Maelseachlainn, pour 
tirer vengeance de ce pillage, brûla et saccagea le temple de 
Thor à Dublin et emporta tous les trésors qui s'y trouvaient. 
Ainsi qu'on le sait, le culte de Thor avait un temple principal 
à Dublin. Il était situé près du château, à l'intérieur des rem- 
parts, sur la rive sud de Liffey, ainsi que le poème de Benén, 
cité plus haut, semble aussi l'indiquer. 

Dans une annexe du temple, s'élevait l'autel (en norvégien 
stallr ou stalli') ixvec son stalla-hringr (« anneau d'autel »). 
Un souvenir particulier de cet autel païen se trouve dans le 
stalla-phôsta écossais (« orig. mariage à l'autel »), nom qui 
désigne certaines cérémonies ayant lieu devant l'autel, après 
la bénédiction nuptiale proprement dite. StaJl n'a, d'ailleurs, 
nullement la signification d'autel ; pas plus en irlandais qu'en 
écossais. 

I. Annals of Cloumacnoise, Cf. Annals of thc Four Masters. 



Thor en Irlande. 245 

En ce qui concerne la cérémonie du sacrifice même, il y a 
plusieurs indices que dans le Royaume de Dublin, elle était 
dirigée en partie par le roi lui-même comme premier prêtre, 
et en partie par les hommes de confiance qu'il avait mis à la 
tête des différentes parties du pays. Un poème du xi' siècle 
dit que chaque année le roi de Leinster paiera comme tribut 
« 100 chevaux, 100 vaches, 30 femmes et 100 épées au noble 
représentant de Thor à Dublin ' ». On lit également dans ce 
même poème que, lorsque le roi de Munster est élu roi 
suprême, il a droit à « un mois d'hospitalité chez « les 
« illustres de Thor » {Maithi Toniaii-) à Dublin et à la suite 
du roi de Dublin quand il villégiature en Leinster »-. 

Ces qualifications données au roi de Dublin et à ses 
hommes de qualité sont plus qu'une formule poétique et 
dans la littérature profane irlandaise comme dans la litté- 
rature religieuse on chercherait vainement des parallèles 
correspondants. Elles montrent clairement un lien étroit 
entre l'aristocratie de Dublin et le culte de Thor. 

Dans d'autres poèmes du x* siècle, les Norvégiens sont dési- 
gnés sous le nom de peuple de ThorK En 912, un petit-fils du 
roi de Dublin, Ivar, partit pour Waterford. De là il pilla tout 
Munster et ne s'arrêta que quand il eut tué le roi de 
Munster, Gebennach, dont il trancha et emporta la tête. Cet 
événement, disent les annales, a inspiré le poème suivant : 

« Grand malheur, ô Dieu du ciel, que la tête de Geben-^ 
nach soit chez le peuple de Thor. Lui qui était le joyau étince- 
lant de l'occident — sans tête, il repose maintenant parmi 
vous. » 

1 . Céd neach'uadhsom do thuirc Thoihair 
céd mbo ar thuilleam tiiaristail : 
tricha ban réviéd is viiiirear 

céd claidheam is cruadh ascaidh 
(Leabhar na gCeart, p. 206). 

2. Biathud mis à l'iiaithihh Tomair 
do thii^'-hearim Caisil chais : 

Ri in 'Alha diltaigh nach daighhbeir 
do thichlain a Laignihh lais (Ib., 40). 

3. Irl. Muinter Tomair . Annals of the Four Masters, années 912. 942 
Cogadh Gaedhelre Gallaibh p. 30. 



246 C. Miirslratider. 

En 942, Dublin tut dévaste par le prince héritier d'Irlande. 
Les mêmes annales s'expriment ainsi : 

'^ Ruiné est Dublin avec ses épées, avec ses nombreux bou- 
cliers et ses nombreuses termes. Le jugement de Dieu s'est 
abattu sur le peupje de Thor dans le monde occidental. » 

Dans ces deux passages, Thor est opposé au Dieu des 
chrétiens. De même que les croyants d'Irlande étaient rangés 
sous le nom de peuple de Dieu ou du Christ (^Miiintir De, 
Crist), de même, par contraste, les païens du Nord en Irlande, 
au temps des \'ikings, étaient désignés sous la commune 
appellation de peuple de Thor ÇMuititcr To/nairy 

Ces faits montrent déjà clairement le grand rôle qu'a joué, 
dans la société norvégienne d'Irlande, le culte de Thor. Divers 
noms de pavs et de tamille auxquels se trouve accolé le nom 
de Thor, le confirment. Ils avaient supplanté les noms locaux 
irlandais, proscrits dès le début du temps des Vikings, ce qui 
prouve éloquemment la force de l'influence norvégienne en 
Irlande. 

Après que Brian de Munster eut massacré les Norvégiens et 
leurs alliés de Leinster. en Glenn Mama, il marcha contre 
Dublin, brûla le château et passa la Noël de l'an mille sur la 
terre norvégienne. « Il prit des otages », raconte un écrivain 
contemporain, « brûla la forêt de Thor ' et rasa toutes les for- 
tifications ». Quatorze ans plus tard, le 22 avril, se livra la 
bataillede Clontart", près de Dublin, qui mit fin pour toujours à 
notre domination en Irlande. Quand la bataille atteint sa plus 
grande violence, Brian tombe à genoux et prie. Autour de 
lui, des boucliers, élevés à la manière nor\-égienne, torment 
un rempart. Il demande à son voisin comment se déroule l'ac- 
tion. Celui-ci répond : 

u Aussi rapides et meurtriers, roi, tombent les coups, que 
dans la forêt de Thor, quand les sept bataillons l'abattaient -. » 
Et, comme le roi interrogeait encore : 

i.Irl. Coil Tomiir. Cog;idh Gaedhel re Galbibh, p. 116. Le texte porte 
bien Co»uir\ mais les allusions à Tincendie de la foret de Thor, p. i66 et 
19S, montrent que Conuir, au lieu de Toiuir, est l'etTet dune faute dans 
le manuscrit, attendu que c et / ont à peu près la même lorme en irlandais. 

2. /^.. p. 196. 



Thor en Irlande, 247 

" La bataille, roi, ressemble à la forêt de Thor, entourée 
de flammes après que les sept bataillons, durant trente jours, 
eurent déblayé le sous-bois épais, et abattu les jeunes arbres 
et que seulement demeurèrent debout les grands arbres et les 
chênes majestueux *, * 

Cette forêt de Thor, dont il est question ici, s'étendait à 
environ une lieue au nord-t^ de Dublin, sur la rive nord de 
Liffey, et s'avançait jtisqu'à la pointe de Hov^th et, à l'est, le 
long de Liffey où les plaines de Clontarf la divisaient en deux 
panies. Comme l'indique le texte, c'était une épaisse forêt de 
chênes. Elle était consacrée à Thor et contenait vraisemblable- 
ment un sanctuaire également consacré au dieu. 

La même source mentionne aussi que les Norvégiens, avant 
de livrer bataille à Brian en Glenn Mama, envoyèrent leurs 
troupeaux, leurs femmes et leurs enl^nis à Asscaill Gall. 
Ga//estb forme du gén. plur. aussi bien quedu nom sg. Ce terme 
désigne les Xorv^enset les Danois en Irlande. L'irlandais daill 
veut dire « forêt w. Mais Ass qui, d'ailleurs, ne se rencontre 
pas dans les noms de lieux irlandais ne s'explique pas au 
point de vue de la bngue irlandaise. Si Ton considère que la 
forêt, par l'adjonction de Gall^ est clairement associée aux 
Scandinaves et, de plus, qu'elle était située sur le sol nor%'é- 
gien. il n'est point invraisembbble de supposer que le pre- 
mier membre soit le norvégien âss. Thor esc le dieu par 
excellence, Yâss (« dieu «) tout puissant, Asa-Tbôrr comme 
il est nommé. Ce nom a donc la même signification que 
CaiU Tmtair « forêt de Thor ». Pour des raisons linguis- 
tiques, cette signification ne peut pas émaner des Irlandais, 
qui autrement auraient dit CaiU in Aiss, elle a dû naître 
dans les colonies norv^iennes bilingues de Aleath. Chez 
tous les anciens peuples, la forêt en quelque endroit 
qu'elle se trouvât, était le principal lien de refiige contre une 
attaque ennemie. Après la bataille de Glenn Mama, nous 
pouvons admettre que les Norv^;iens fugitif cherchèrent un 
abri dans Asscaill Gall, où ils se trouvaient sous la protection 
de Thor. Quand Brian brûla b forêt de Thor, près de 

î. th., j>- 198. 



248 



C. Mnrstratider. 



Dublin, ce fut avant tout pour des raisons de tactique : 
d'abord, parce qu'il désirait élargir les plaines de Clontarf pour 
avoir un champ de bataille plus grand et plus ouvert, avec des 
côtes libres; ensuite, parce qu'elle était pleine de fugitifs nor- 
végiens qu'il chassa de la sorte. 

Les vieux temples païens étaient, de préférence, établis en 
des lieux à large horizon, image de réunion des adeptes. Il 
en était pareillement en Irlande, comme l'indique le nom 
'Colline de Thor' {norv. Thôrshaug), qui se trouve dans les 
vers suivants, qu'un poète irlandais du x.* ou du xi* siècle cite 
en passant comme essai d'une versification particulière. 

« Le petit-fils de Brec de Lia Lebar marche contre Tara, 
suivi de nombreuses troupes. C'était comme une mer qui se 
serait déversée sur Munster. Ses pas le conduisirent par delà 
la colline de Thor'. » 

La suite du poème est perdue. Le Thorshaug irlandais se 
trouvait à coup sûr sur la route principale qui va de Munster 
à Tara. 

Les vieux temples norvégiens semblent souvent avoir pos- 
sédé de grands domaines. Des noms de lieux norvégiens 
comme Ulland, Thorsland, montrent bien que les fermes ont 
jadis appartenu à un vieux temple païen, consacré à Ull ou à 
Thor. Un poème irlandais du xi^ siècle dit, en parlant d'une 
localité de Meath du nom de Odba, qu'elle était située dans 
le pays de Thor^ Près de Odba, en 'Thorsland' par consé- 
quent, un grand nombre de Norvégiens furent massacrés dans 
les années loiyet 1072, de telle sorte que le nom et l'his- 
toire s'accordent bien sur ce point. Tir Tomair doit être 
regardé comme une traduction de Thorsland, comme Caill 
Tomair de TIjorsskog, et Tulaci) Tomair de Thorshaug. La tra- 



1. Ua Bricc Bregdin on Lie Lehair 
tic i Temair toraib : 

niuir dur Mumaindaig na dubaig 
traig dur TitJaig Tomair. 
Leabhar Baile an Mhiita 288 a 17, 290 a 15, coUationné avec H. 2. 12, 
Trinity Collège, Dublin. 

2. Irl. Tir Tomair (Leabhar Baile an Mhûta, 292 a 8). 



Thor eu Irlande. 249 

duction peut venir des Irlandais ou aussi des Norvégiens bi- 
lingues. On ne saurait présentement tranclier la question. 

Dans un autre tejite irlandais, qui probablement fut écrit 
au xi^ siècle, mais qui raconte des événements du 11' siècle, il 
est dit que le druide Dergdamsa offrit à Conn Cétchathach la 
moitié de l'Irlande et que Conn assembla ses conseillers, entre 
autres «... les chefs de Meath et de Breg, ceux de Odba, 
ainsi que les descendants (ou les familles ) de Thor' pour dis- 
cuter la proposition. Il y a plusieurs centaines de noms de tri- 
bus irlandaises avec Clann comme premier membre. Ledernier 
membre indique l'auteur de la race. Dans la plupart des cas, 
celui-ci est un personnage historique; mais parfois aussi, une 
figure divine ou mythologique. Le nom de tribu Clanna 
Toniair nous montre clairement que certaines familles nor- 
végiennes faisaient remonter leur origine à Thor, le dieu pro- 
tecteur de la race, dont elles honoraient l'image dan^ le tem- 
ple. Ces « descendants de Thor » étaient établis en Meath, à 
en juger par les autres noms de tribus avec lesquelles ils sont 
unis. 

* 

* * 

Il est évident que l'idolâtrie des Scandinaves en Irlande 
n'était pas seulement limitée au culte de Thor. Aussi, si l'on 
considère la grande influence, tant politique que sociale, que 
nos ancêtres exercèrent en Irlande, devons-nous penser que 
leur idolâtrie a dû également laisser des traces dans des 
noms de lieux autres que ceux accolés au nom de Thor. 

Dans un vieux tableau généalogique de Munster, conservé 
dans de remarquables manuscrits, j'ai trouvé le nom de tribu 
Clann Balldair, c'est-à-dire : la famille de Balder-. Il est dit qu'il 
descend de Finn, fils de Donchad, un cousin de Olav Mak- 
radsson, dont la mère était norvégienne ou danoise. La con- 
clusion à tirer est celle-ci : qu'une colonie Scandinave établie 
à Cork, et qui adorait Balder comme son dieu protecteur 

1. Irl. Clanna Tomair, Cath Muighe Léaua, p. 66. 

2. Geinealach Chorca Laidhe, p. 12 {Cland Bballdatr, Leabhar Lea- 
cain ; Clann Balldair, Leabhar Baile an Mhûta). 



250 C. Marsirander. 

entra, par alliance, au temps des Vikings, dans la famille des 
Ui Hedirsceoil et que, dans le courant du xi^ siècle^ après la 
chute du paganisme, elle fut admise naturellement dans la 
table généalogique de cette famille. Des manuscrits plus 
récents mentionnent un Baih Baldair ' également à Munster, 
correspondant au norvégien Baldersheim. 



Ce sont les noms de pays et de famille, associés à des noms 
de dieux, qui ont jusqu'ici attiré mon attention dans la litté- 
tature irlandaise. D'autres encore surgiront avec le temps. 
Néanmoins ce que j'ai mis en lumière plus haut, bien que 
modeste et succinct, a, toutefois, une certaine valeur pour 
notre vieille mythologie et pour l'histoire de notre peuple, au 
temps des Vikings. Cela montre bien que Thor et Baldr étaient 
les dieux souverains dans les possessions norvégiennes de l'Ir- 
lande. Très caractéristique est la présence fréquente de Thôr 
comme premier élément dans les noms de personnes nordiques 
du temps des Vikings. De 37 noms environ de ce type qui 
apparaissent dans le nordique, je n'en retrouve pas moins de 
14 dans les sources irlandaises : 

Tomrir, Tomrair (v. norv. Thârarr), Ann. Ul. 847. Four 
Masters 846. ThreeFragm. 144. Ann. Clonm. 922. 

Torolb, Torulh (v. norv. Thôrolfr), Ann. Ul. 932. Cogud 
Gaed. 80. Lee. 291^13.293^14. 

Tolb, Tob, Cog. Graed. 78 (v. norv. Tbôlfr, Thôfr). 

Tiirnmn, Toniinn (v. norv. Tboniiundr), Lenn-Th., Cella- 
chdn Cais. 140, Mac Firbis. 

Tuniiod (v. norv. Thonnôdhr), dans le nom de lieu Baile 
Thurmoid . 

Tuijéis (: éis, Cellach. Cais; v. norv. Thorgcstr), Ann. Ul. 
845. Four Masters, Cog. Gaed. 

Torbend (v. norv. Thorbiorn, -ioini) Cog. Gaed. 164 (deux 
MSS.). 

I. Leabhar Branach (H. I. 14 Trinity Collège, Dublin), 91 b. Leabhar 
Fear Muighei53; v. Hogan Ononiasticon Goid. Sml. Ccnsus of Ireland 

1901, Topog. Ind. 131.. 



Thor en Irlande. 25 1 

Thorfind mac Turcaill (v. norv. Thorjinnr) Ann. Ul. 1124. 

Torcadiiil (gén. sg.), A. Bugge, 'Toniorians and Norse- 
men', p. 6 (v. norv. Thorketill). 

Torcall, père d'Ascall (Hôskuldr ou Askell), v. norv. Tkor- 
kell, Ann. Ul. iiéo-1171, Cell. Cais. 

Torstain, Torstan mac Eiric(v. norv. Thorsteinn) Ann. Ul., 
Four Master 1103. 

ToDiralt (v. norv. Thôraldr^, Four Masters 923. 

Torgesli, epscop Luimnig, Four Masters 1167 (v. norv. 
Thorgisl, Thorgils, cf. ags. Turgisle). 

Torchair, Toroair, norvégien de Limerick (v. norv. Thor- 
geirr), Four Masters 1171. 

Pour les nomsdefemmeavecr/AÎrvingt-cinq environ se ren- 
contrent dans le nordique, dontpas un seul ne semble connu en 
irlandais, chose singulière. 

L'ancienne tradition populaire, en Irlande, Ecosse et Nor- 
mandie, montre aussi quelle immense influence le culte de 
Thor avait au temps des Vikings. Une version picarde d'une 
aventure appartenant au cycle de saint Eloi, et qui est connue 
de toute l'Europe, raconte qu'un jour Notre-Seigneur arriva 
à la forge dans une voiture attelée de deux chevaux. Elle s'ap- 
prochait à grande vitesse, avec un bruit de tonnerre, et dispa- 
rut dans un nuage de poussière et d'étincelles, après que 
Notre-Seigneur eut donné de pieux conseils au forgeron. La 
voix est celle de Notre-Seigneur, mais l'équipage est celui de 
Thor. Cette version vint du Nord en France, au temps des 
Vikings'. 

Le culte d'Odin était, comme on sait, à son déclin, au 
temps des Vikings . Quand un poème irlandais du x'' ou du 
xi= siècle appelle Thor l'Electeur (v. norv. Valkjôsandï)-, cela 
indique que Thor avait étendu sa domination au détriment de 
celle d'Odin. C'est à ce dernier qu'il appartenait d'envoyer les 
Valkyries sur les champs de bataille pour recueillir les héros 
morts et les conduire au Valhall. 

1. Miscellany présentée! to Kuno Mever, Halle, 1912, p. 474. 

2. Irl. ToDiair togaigh (gén. sg.), Leabhar Baile an Mhûta 292 a 8. 
Cependant toghaigh peut aussi être attaché au lir antécédent, cp. rig Thenira 
toehaige LL ip^é. im tirthe treblha togaidc, Eriu VII 8^ 7. 



252 C. Marstrander. 



* 
* * 



On ne peut encore fixer avec précision l'époque à laquelle 
les Scandinaves en Irlande abandonnèrent l'idolâtrie. La vieille 
opinion que ce serait sous le roi Gudrod, au milieu du x' 
siècle, n'est pas soutenable. Quoi qu'il en soit, la perte de l'in- 
dépendance politique, survenue en 1014, marque bien la 
chute définitive du culte de Thor. Les points d'appui sont 
néanmoins difficiles à trouver. Un poème du xi* siècle' parle 
des églises {celld) des Scandinaves à Dublin; l'abbaye de 
Sainte-Marie ainsi que les églises de Saint-Halvdan et du Christ 
leur sont généralement attribuées. Dignes de remarque sont 
les noms de lieux Circas, Circustûn^ en Meath. 

P. -S. Dans son traité explicatif « Sur la langue des inscrip- 
tions runiques de l'île de Man » (Christiania Videnskabs- 
selskabs Forhandlinger 1909, n'' i), le professeur Magnus 
Olsen traite d'un nom propre fairthur, qui, selon lui, 
rend un irlandais-norvégien *Fer Thôr 'homme de Thor'. 
Une objection capitale, et pour moi décisive, qui contredit 
cette interprétation, est que les modèles irlandais d'un pareil 
nom n'étaient plus en usage au début du temps des Vikings. 
M. Olsen veut lire l'inscription ainsi : 

fS]UN :SIN : IN: ANAN : RAITI : I[FT]: FAIRTUR 
:BR — 

Il faut remarquer que la fin de l'inscription à partir de 
I[FT] n'est connue que par la reproduction de Cumming 
'The runic and other monumental remains of the Isle of Man » 
(Lond. 1857), fig. II a. Commecette dernière repose sur un 
dessin à la main et que Cumming lui-même remarque que 
l'inscription « is imperfect at the beginning, middle, and 
end, and the letters are somewhat worn » (/. c.,p. 23), il 
semble probable que l'original portait : 



1. Lehabhar na gCeart, p. 230. 

2. Circistonii, Annals of Ulster III 494. Circustoun, Annalsofthe Four 
Masters VI 306. Criksion Hogan « Description ot" Ireland 1598 », p. 95. 
Baile Circais (Cunais), dans la baronic de Ratoath, est la même localité. 
Cirais, Cu(i)rcus rend bien le vieux norv. kyikju-hus. Le mot lûn a été ici 
comme dans d'innombrables cas, ajouté dans la suite. 



I 



Thor eu Irlande 2)3 

SUN : SIN : IN : ANAN : RAITI : AIFTIR (ou AFTIR) 
THURiBR... 

c.-à-d.- [N.N éleva cette croix après N. N.] son fils; mais il 
éleva une autre [croix] après Thur... 

La lecture pair de Cumming pour i-tir est certainement 
due à cette circonstance que le crochet du t a été abaissé 
pour ne pas rencontrer les branches montantes du f précé- 
dent. Dans THUR se trouve le premier élément d'un nom 
propre avec Thôr, dont, comme vestige du dernier élément, il 
ne reste que br. On penserait aussitôt au v. norv. Thor- 
brardr. L'inscription semble, cependant, avoir eu une lettre 
devant br, ce que je conclurai de la variation de lecture 
FAiRTHUR lAL, que douue P. A. Munch, qui avait connais- 
sance de l'inscription de Cumming et de Worsaae, v.' The 
Chronicle ofMan and the Sudreys',p. xx. 

Christiania. 

Cari Marstrander. 



IMSUWHT XAD R-AIRCHl 



0\\ se souvient de cet épisode du récit irlandais FJed Bricrend 
où Sencha cherche à apaiser la dispute des femmes contre les 
conséquences de leur conduite par une petite harangue mêlée 
de compliments et de reproches (LU 103 b 35) : 

Co-iob-sechaini, a lâichessn àna aûrdairce aireoda Ulad. 

Anat for m-brialhra bâgi, na banaiier fergiii'insi 

i -ccrnadaih comraicthib tria naJk a n-gloiid. 

Ar is tria chin vi-ban bit fcrnai fer dlochtai, 

fir i 11-irgalaib, immad indr galgat, cotnlud ferglunni. 

Ar is di-a m-brîgaib bksaib bés dôib : 

dofurcbat nad iccat, inisûidet nad r-airget. 

Co-tob-sccbû!iih a Jaicesa aiia urdairci. 

Le sens général de cette harangue est très clair : « Je vous 
corrige, ô héroïnes brillantes, illustres, nobles d'Ulster. 
Que vos paroles de querelle cessent, afin que les faces des 
hommes ne pâlissent pas dans les durs combats par l'orgueil 
de leurs exploits. Car c'est par la faute des femmes que les 
boucliers des hommes sont rompus, les hommes en luttes, une 
grande foule de héros, élan de rage courroucée. Car à cause 
de leurs graves caprices elles ont cette habitude : elles meuvent 
ce qu'elles ne peuvent pas redresser, elles... ce qu'elles ne 
peuvent pas... Je vous corrige, ô héroïnes brillantes, 
illustres. » 

Mais la dernière phrase ne semble pas avoir été traduite jus- 
qu'ici d'une manière convaincante. M. Windisch laisse le 
mot imsi'iidet sans traduction et pourvoit le mot -rairgct d'un 
point d'interrogation (Irische Texte p. 628, p. 730). 



hnsuiJcl iiuil R-Ainrel. 



■)) 



I 



M. Henderson, en Visam iiitsi'iidet nad raincet, traduit 'they 
attack what they hâve not attained to' (Irish Texts Society 
II 37). La leçon nad raincet esi en effet appuyée par le manu- 
scrit Eg. 93 (Windisch p. 267) et par le manuscrit de Leide 
(Zs. f. celt. Philologie IV 159) ,' mais néanmoins elle est tout 
à fait inadmissible ; il n'y a pas de mot irlandais de cette forme. 
En traduisant iinsûidet par 'they attack' M. Henderson a évi- 
demment pensé à imsuide, impsuide, impiiide 'siège'. Au pre- 
mier coup d'œil cette traduction peut séduire, et Ton pour- 
rait même être tenté de voir dans -r-airgci une forme appar- 
tenant à l'infinitif cr^o?; : 'elles assiègent ce qu'elles ne peu- 
vent pas conquérir' (littéralement 'détruire' ; on sait que 
orgon est souvent employé pour désigner l'acte de conquérir 
et de détruire une forteresse). Mais dans ce cas on serait 
obligé à supposer toute une série d'erreurs dans le texte irlan- 
dais : imsûidct pour imsedat, et -r-airgei pour -r-orgat. C'est 
chose très peu vraisemblable ; et en outre on ne s'attend guère 
à cette sorte d'expression allégorique. On doit donc chercher 
une autre interprétation. 

Dans les Tecosca Cormaic on trouve, dans le paragraphe trai- 
tant des femmes, un grand nombre de phrases de la même 
structure que les deux phrases qui terminent la harangue de 
Sencha. Je citerai d'abord ces phrases non pas d'après la 
o'.ôpStofftç de Kuno Meyer, mais d'après les deux manuscrits les 
plus anciens, LL(344C 51-52, d 41-50) et le Book of Bally- 
mote (63 b 42, 64 a 22-43) • 



LL 

i) considdei nad coniraicel 

2) ro-mairnet nad aincet 

3) forcoinat nad coniradat 

5) adgellat nad Jî rat 

6) do-r-airngerat nad choniallat 

8) ro-choUet nad iccat 



B. Bail. 
i) consuidid nad omraigid 

3) foravnad nad comradad 

4) ro-iallad nad f as lad 

5) adgeUad nad firad 

6) doaingcrraid nad coniaillid 

7) condreagaid nad fuashigid 

8) ro-coiUid nad icaid 

9) fri-r-oirged nad eirgcd 



25 e H. Veâerscn. 

10) fricomraiced nad coniaillcd 

11) forfodlat na ta-r-comlat 11) forodlad nad comailled 

12) ro-nertat na de-r-nat 12) ro-nertad na de-r-nad 

13) adsegat nad arget 13) adsaigead nad nad eirgead 

14) conscarât na ro-thinolat 14) conscarad na do-r-imlad 

15) adandad nad deirgad 

16) ni-ro-brad nad eascohrad 

17) ro-renat na tobget 17) ro-reandad nad toibgead 

18) ro-bronnat na ro-threbat 18) ro-brondad na ro-treabaid 

On s'apercevra aisément que ces adages sont, du moins dans 
une certaine étendue, arrangés par paires. Je crois même 
qu'on n'aurait qu'à placer le n° 14 immédiatement après le 
n° 1 1 pour avoir une série continue de telles paires, mais il 
faut ajouter que la connexion des deux adages formant une 
paire n'est pas toujours également étroite. 

Dans son édition des Tccosca Cormaic (Todd Lecture Séries, 
Vol. XV, Dublin 1909) M. Kuno Meyer a, pour des raisons 
que j'ignore, omis l'adage n° 15, qui est pourtant corroboré 
par la variante que M. Kuno Meyer donne au n° 13 d'après 
le manuscrit W : adsannaid nad tarccad ; c'est là une conta- 
mination des deux adages n° 13 et n° 15. En revanche, 
M. Kuno Meyer insère une paire d'adages qui manque dans 
les deux manuscrits les plus anciens (p. 32 1. 85-86): 

1 9) canait nàd coniaiUit 

20) triallait nàd forbait 

L'Instruction de Cormac n'est pas une production poétique 
proprement parlant, mais bien une collection artificielle, sorte 
de répertoire de locutions poétiques ou proverbiales. Des locu- 
tions réunies ici nous pourrons trouver des exemples épars 
dans la littérature épique, et les anciens Irlandais en savaient 
sans doute par cœur ; les scribes qui transcrivaient les Tecosca, 
n'avaient donc pas de peine à enrichir la collection. Cet enri- 
chissement peut avoir commencé longtemps avant la date des 
manuscrits les plus anciens, mais il s'est continué sans doute 
pendant des périodes plus modernes. Et c'est, je crois, d'une 



lnhiiidel iicul R-Ahgel. 257 

période plus moderne que date l'addition des deux adages 
n"' 19 et 20 qui évidemment forment une paire : 'elles pro- 
nonce)!! ce qiielks 7ie peuvent pas accomplir ; elles essaient 
ce qu'elles ne peuvent pas achever' ; le n° 19 est une variante 
du n" 6, et il fluit sans doute regarder toute la paire n° 19-20 
coniine une variante (d'un rythme diHerent) de la paire n" 5- 
6 : 'elles s'engagent à ce qu'elles ne peuvent pas effectuer, elles 
proincilent ce qu'elles ne peuvent pas \iccoinplir'. Cette variante 
en elle-même peut être ancienne, mais je ne crois pas que le 
compilateur de la collection originale ait agi comme un folk- 
loriste moderne qui enregistre toutes les variantes ; il s'est 
préoccupé plutôt de l'achèvement esthétique et de l'harmonie 
extérieure de sa collection. 

Pour nous ces adages peuvent être obsclirs, même dans les 
cas où nous connaissons ou croyons connaître les mots qui y 
entrent; ça dépend de la nature même des adages ; mais ils 
ont souvent été obscurs pour les scribes irlandais aussi, soit à 
cause de leurs archaïsmes, soit à cause de la distraction des 
scribes. Pour cette raison ils ont été maltraités de diverses 
manières, de sorte que la tâche de trouver la vraie leçon n'est 
pas toujours facile. La paire n" 15-16 est gravement altérée 
dans le Book of Ballymote; on peut aisément restituer le n° 16 
en comparant un manuscrit du xvii^ siècle qui, selon 
M. Kuno Meyer, « contains both the most complète and by 
far the best copy of the Tecosca » ; ce manuscrit nous fournit 
une leçon évidemment correcte : iui-ro-bhrad nad es-conih-rad 
'elles jouent des tours qu'ellent ne peuvent pas racheter'. Mais 
pour le n° 13 les matériaux qu'a réunis M. Kuno Meyer dans 
son édition, ne nous apportent aucun remède ; nous sommes 
renvoyés à des conjectures. C'est sans doute le dernier mot de 
la phrase -dcirgad qui a été altéré par les scribes par contami- 
nation avec n° 9 Ç-eirged^ et n° 13 {-eirgead, LL -arget). Il faut 
peut-être lire adandad nad de-r-b(a)dad 'elles alhinmit ce 
qu'elles ne peuvent pas éteindre' Çdi -\- bdid-). Une contamina- 
tion de la même sorte que celle qui a eu lieu pour le der- 
nier mot du n° 9, n° 13, n'- 15, est cause de la coïncidence de 
n° 6, n° 10, n° 11 dans le Book of Ballymote (-coniaillid, 

Revue Celtique, XXKVI. 17 



2 58 /-/. Pcdciscu. 

-comailled) ; dans n° 6 -couiaillid est correct (= -chomaUat de 
LL) ; dans n" 1 1 -cotnailled est une altération de -tarcomlat ; 
mais je ne puis deviner le sens original de n° lo qui peut-être 
contient plus d'une erreur. — Pour n° le 7 M. Kuno Meyer a 
imprimé iwiraniiat nad fûasiaigit sans préciser les manuscrits 
qui portent conrànnat ; mais la traduction ''they separate what 
they do not reddeem est très peu séduisante ; c'est évidemment 
le Book of Ballymote qui a conservé la version originale , 
con-d-reagaid est une forme de reg-, rig- 'lier' avec le préverbe 
coni' et le même J euphonique qui se rencontre dans con-d-recat, 
con-d-ricfea, cf. ma grammaire celtique II 556 ; ^elks lient ce 
qu'elles ne peuvent pas délier . — Dans n° 3 M. Kuno Meyer 
a rejeté la leçon -comradat de LL et B. Bail. ; en s'appuyantsur 
un manuscrit du xt^iii^ siècle, il Yitforcoinat nàd comraicet et 
traduit Uhey watch what they do not gel\ Je dois avouer que 
cette traduction ne m'a pas fait comprendre l'adage irlandais. Si 
M. Kuno Meyer a voulu dire 'elles guettent ce quelles ne 
peuvent pas saisit-', j'objecte que /o;To;»fl/ doit avoir le sens' 'elles 
gardent', non pas 'elles guettent', et que -comraicet ne peut guère 
signifier 'elles prennent, elles saisissent'. Pour moi la leçon 
-comraicet est suspecte; je suis enclin à y voir une pure réminis- 
cence d'un des autres adages. Je préfère la leçon -comradat des 
deux manuscrits les plus anciens; mais, à coup sûr, ce -comradat 
n'a rien à faire avec comrâd 'conversation . Je pense qu'il taut 
analyser -com-r-adat, mais quelle est la véritable signification de 
ce verbe, je l'ignore. On pourrait à la rigueur y voir une 
forme d'un verbe com-ithe 'manger, consumer' : 'elles gardent 
ce qu'elles ne peuvent pas consumer , 'elles réunissent des pro- 
visions qu'elles ne peuvent pas consumer . Mais -r- n'est pas le 
préverbe de parfait auquel on s'attendrait dans le verbe com-ithe 
(ni dans un autre composé de com-^. — N" 4 est lu et traduit 
par M. Kuno Meyer ro-diallaî nâd astat 'they iiirn asidezuhat 
they do not secure' ; il y ajoute la note : « rodiallat for Old- 
Irish doriallat. The verb is hère used in a transitive sensé ». 
Mais la forme v. irl. du verbe auquel M. Kuno Meyer fitit 
allusion, serait do-r-ellat, et dans les formes de la vraie com- 
position on s'attendrait non pas à -diallat, mais à -dillet, cf. 
ma grammaire II 510. La leçon ro-diallat est donc aussi peu 



I 

1 



Iniuliclet iiiul R-Airget. 259 

satisfaisante pour la forme que pour le sens, et il vaut mieux 
s'en tenir à la leçon de B. Bail, ro-iallad. On pourrait y voir 
un dénominatif de iall 'troupeau' : 'elles réunissent en troupeau 
ce quelles ne peuvent pas retenir', 'elles réunissent en troupeau 
un tel nombre de bestiaux qu elles ne peuvent pas les empêcher de 
se disperser . 

Quoi qu'il en soit, tous ces adages reprochent aux femmes 
de ne pas prévoir les conséquences de leurs actions ; et ce 
reproche se précise en deux manières : i) elles commencent 
une chose qu'elles ne peuventpas achever; 2)elles provoquent 
des dangers, des malheurs qu'elles ne peuvent pas conjurer. 

La phrase subordonnée commençant par nad- a toujours le 
sens de possibilité. Néanmoins, d'ordinaire, le verbe n'est pas 
muni d'un préverbe de parfait. C'est que ces préverbes n'ont 
pas été employés dès l'origine avec la négation, cf. ma gram- 
maire II 266 § 563 n. 3 et II 288 § 583, 2. Mais un préverbe 
de parfaitest quelquefois ajouté dans les manuscrits postérieurs. 
Ainsi, au lieu de dofurcbat nad iccat, de la harangue de Sencha, 
Eg. 93 et le manuscrit de Leide présentent nat r-iccait, nad 
r-iccad (Windisch, Irische Texte p. 267, Zs. f. celt. Philol. 
IV 159). Et même une partie des préverbes de parfait qui se 
trouvent dans les manuscrits les plus anciens, semblent être 
d'origine hystérogène. C'est ce que j'affirmerais du préverbe 
r 0,-r- de -ro-thinolat, do-r-imlad (c'est-à-dire do-r-in{o)lat) 
dans l'adage n° 14 ('elles dispersent ce qu'elles ne peuvent pas 
rassembler'); la leçon originale sera nâdtinôlat qui se rencontre 
dans l'adage synonyme n° 1 1 selon la version qu'a suivie 
M. Kuno Meyer p. 34 1. 93. Mais il ne faut pas nier qu'un 
préverbe de parfait puisse avoir été présent dans une partie 
des adages dès l'époque de la compilation des Tecosca: L'exemple 
le plus curieux est -es-comh-rad (n° 16). Dans cette forme et 
dans -forbait (n° 20) on notera aussi l'absence de Vn caracté- 
ristique des présents ben- et ren-, cf. ma grammaire II 264 
§ 562, n. 2 et II 286, Thurneysen, Handbuch des Altirischen 
p. 3 5 5,IF Anz. XXXIII 35. 

J'appellerai encore l'attention surune particularité très inté- 
ressante : dans une partie de ces adages un préverbe de parfait 
se rencontre dans la phrase principale. Ici sa présence est due 



26o H. Pederscii. 

à une sorte d'assimilation, la même assimilation dont nous 
avons des exemples en gallois dans de telles phrases que ny 
ry-decho ry-dygir *celui qui ne s'est pas enfui, on le porte', cf. 
ma grammaire II 280 § 575 n. 2. Mais bien entendu, cette 
assimilation est une assimilation d'idées qui ne dépend pas de 
la présence ou de l'absence d'un préverbe de parfait dans la 
phrase subordonnée. Dans les exemples de LL et B. Bail, le 
préverbe ro est toujours ajouté dans la phrase principale, si le 
verbe est simple et dissyllabe : 

n° 2 ro-mainiet nad aincei (lire -ainget) 'they betray what 
they do not save', ^edles compromettent ce qu'elles ne peuvent pas 
protéger ('elles exposent au danger les personnes qu'elles ne 
peuvent pas protéger dans ce danger'), 

n" 4 ro-iallad nad fastad. 

n" 8 ro-choUet nad iccat 'elles détruisent ce qu'elles ne peuvent 
pas rétablir' (variante de la phrase dofurchat nad iccat dans la 
harangue de Sencha). 

n° 12 ro-nertat na dc-r-iiat 'elles affirment ce qu'elles ne 
peuvent pas faire'. 

n° 17 ro-renat natohget 'they give away wliat they do not 
lev}^', 'elles vendent des choses qu'elles ne peuvent pas, ensuite, 
se procurer de nouveau'. 

n° 18 ro-bronnat na ro-threbat 'they lavish what they cannot 
husband', 'elles prodiguent ce qu'elles ne peuvent pas gagner 
de nouveau par leur économie'. 

Le préverbe de parfait se trouve en outre dans quelques 
formes composées ; mais les exemples de ce phénomène sont 
plus rares et plus douteux : 

n° 6 do-r-airhgerat nad chômai lat (LL ; mais B. Bail, doainger- 
raid). 

n° ^ fri-r-oirged nad elrged 'elles frappent contre ce qu'elles 
ne peuvent pas ériger de nouveau' (j'ai pris frilh — |- org- au 
sens littéral, et j'ai supposé que ess- -j- reg- est ici un verbe 
transitif; le sens intransitif ordinaire de ce verbe dépend, on 
le sait, d'un pronom réfléchi infixé; mais il faut noter que le 
préverbe ro est anormal pour frilh- -\- org-; on s'attendrait à 
-coin-^ 

n° II fo-rfo-dlat nata-r-comlat 'elles distribuent les mangers 



Jtnsuidel nad R-Airgct 261 

dont elles ne peuvent pas procurer une nouvelle provision' (il 
s'agit des deux verbes fo- -\- dàl- et to-ut-com- -f- ell- ; la leçon 
de B. Bail, fo-ro-dhnl est donc la plus correcte ; l'adage est 
synonyme de n° 14, mais avec cette différence que n° 11 
emploie deux verbes qui ont très souvent trait aux mangers, 
tandis que les verbes de n° 14 ont un sens plus général). 

Après tout ce qui précède, je n'hésite pas à affirmer que 
-r-airget dans la harangue de Sencha d'oit être la même chose 
que -arget dans le n° 13 des adages de LL. -arget est une forme 
tout à fait régulière de air- -f- icc-, comme je l'ai déjà dit dans 
ma grammaire II 606, et M. Kuno Meyera eu tort de préférer 
la leçon -tàircet. Il s'ensuit que inisûidet nad r-airget doit avoir 
le même sens que adsegat nad arget 'elles demandent ce 
qu'elles ne peuvent pas obtenir'. Mais si inisûidet est un syno- 
nyme de adsegat, nous ne pouvons y voir autre chose qu'une 
forme appartenant à inipide demande, prière'. C'est donc un 
des rares composés de siiid-, cf. ma grammaire II 637 § 

837. 

Chose curieuse, un des adages détracteurs des femmes nous 
fournit un autre composé de suid-. C'est le n° i : consuidet nâd 
comraicet; mais la traduction de M. Kuno Meyer 'they check 
what they do not attain' ne m'a pas donné une claire idée de 
ce que veut dire cet adage, et je n'ai pas pu tirer aucun profit 
delà variante consuidet na tàdet LU 81 b 40, consuidet nadadet 
YBL 34 a 26, ni du fait indiqué par M. Kuno Meyer, Contri- 
butions to Irish Lexicography p. 499, que le substantif très 
fréquent costud est l'infinitif decow + suid-. Mais j'espère qu'un 
autre interprétateur sera plus heureux que moi. 
Copenhague, mai 191 5. 

Holo;er Pedersex. 



A POEM ON CRIMTHANN 



[Rawl. B. 502 f. 49 r-50v.] 

1 Crimmthann clothri côicid Hêrenn | Hechtoir Elgga [?] 
drui?«ne dormor milib molta ' | bruidne bergga. 

2 Briathar fireàn | Hua Bresail Bèlaig meicc Fiachach 

\n bar ar bruinneib Breg mbrâthach | in scâl scîathach. 

3 In scêl scàilit bairdd baidc Banba | fon bith mbrîgach 
in bres bethrac/; in brêo bâgach | in glco gnîmach . 

4 In gnûis chorccra ôs Laignechaib | Liphi lerglôir 
in fiai forlaind nr czch fintoir | in slïab derggôir, 

5 In doss ditness drunggu Domnann | do chlâr cathbad 
in maidm for Mide mùad mifrech | in naidm nathrar/;. 

6 In nert na ntrenn | na fêtaider cosc na costud 

crûaid a threscul | . Crimthain» co mbûaid îs co coscur. 

7 Cosnamaid na Hêrenn huile. | hëchtach Aine 
atchess midach Maige Fine | hic Ess Maige. 

8 Macc Ennœ Cheind selaig comlâin | conn fonn fine 
rosnig Sûr im glûn = a graige | ic Dûn Sige. 

9 Secht cet dêc cen essbaid n-ôenfir | ni ràd râiHgo 
rosmarb Crimthann hi cath Oche | isind ôenlô. 

10 Dirsan flaith fîal forsa rôemid | rôcn atchonna/c 
Ailill Molt olcc nî darrinart 5 | ba ri Connacht . 

1 1 Cethri blïadna riasin cath sain | cen nach tuisled 
rothairngir Pàtraicc do Chriwtan | se nobrisfed. 

12 Robris Crimthan cetri catha | fo'dîderbaimm 

iar feis fri Meill n-imgil n-imgrinn | ingin Hernbraind. 

15 Robriss Enna dà phrimchath dêc | dâildis fuile 

for HuTb Nêill nî gairm cen chaire | a maidm '• huile. 



\ 



A poetn ou Crivilbnini. 265 

14 B' Ciaisliu Crimthann clunnaib Cathai/- | cëtaib ruathar 
rochrâid cricha clemna brathar | Medba Crùachan s, 

1 5 Crecli na Samaire far sodain | si rochossain 

robris in maidm hic Râith Bresail | i mMaig Mossaid. 

16 Môraim Mesten ocus Maistcn | ocus Mugnœ • 
mCraid co tî brâth na ndcrna | hic âth macc Lugnœ. 

17 Lagein ini Chrimthann mac n Endœ | nertait chalma 
iicbt muinter nime mo a ndûleni | nîmtha a samla. 

18 His ê Crimthan cinnes dar câch | fri fàth fuilech 
his ê oenfer as ferr do slCiag | Gàidel nguiwech. 

19 His c rochraite do Phàtraiç | ba dû dligid 

rongab d'anmcharait châid chredail | hic Râith Bilich. 

20 Bennaclit dorât Pàtraic Maclia | nocon hirchrand 
arMeill co lli | ar mulluch Dathï 's ar Crimthann. 

21 Adlaic damsa ech mail monggacA | nosaich siriud 
ar nomthaille | moaille lam chlai»d is romchiniud. 

22 Dombith fair co dered domuin | dùais mo dùaine 
coroph ech bas talam tire | alad hûaine. 

23 Ah- erbball hic Banna breccrûaid | ùi h-all n-airdde 
tenn in chrechmuirn | a chenn hic srebthui»d na fairrge. 

24 Fail tri bolgca fora sethnaig | trebthaig tolcduind 
Torchâil in tholc maith nostôimdiw | for mœl, for druimm. 

25 Dubthach mo ainm^ se mrtc Huî Lugair | lâidir? làntruit 
me rue in breith | et/r Làigaire is dreich Pâtrflic. 

26 His mè cêtduine atracht reme | îarna astur 
ba fâth filed | tarlacus minhed dond apstul. 

27 Hismé in cêtfer lasa ndernad dirthach | is croschloche 
lemw in timtach | robœ im Chrimlhan. hi cath Oche. 

28 Mo scîath lairn mo lûirech lumii | im chncs mo charat 
arrubairt fèin fer na n-airccht | sed ronànacht. 

29 [And asbert Dathï mac] Crimthaind | ar fonn forais 
hûaimse co lûath | rotbœ rotbîa in tùath rothogais. 



2 04 A. G. van Hamel 

30 Tucad Pâtruic inna dilsi | co brâth mbuidnech 
ocus Brigit Lîphi Laignech | is Mell Muimnech. 

5 1 Nô gràd nime in dechmad grâne | talnian tailchaich 
is hë dilsi lûaige lerthair | dûaine Crimthain. 

Crimth- *. 

The text of LL 45 a ^. 

In LL the stanzas 26 and 30 are wanting. On the other 
hand, LL has four additional stanzas, which are missing in 
Rawl., one after no. 25, two after no. 23, and one at the 

end. The first of thèse is. 

25 a. Mé rosfaisit is rosforgaill | fath cen dibdud 
mé rue innechad na sargud | dô y dilgud. 

The two others : 

23 a. Fintar lib lethet na criche | forsa ngebam 

Gluis in Ascail risndalam | co Mag Serge. 
23 ^. Sécha sair na saig Meisnech | cod... 
. fodess i tress trcoUa | co h Es nDima. 

The concluding stanza : 

Milliud Mide, môrad Lagen | léimudar lulchach 
Ni thânic ri | bad chommaith i cri ri Cnmthann. 

1. moltda (?) Ms. 

2. im glun a glun Ms. 
5. darrmart Ms. 

4. maid Ms. 

5. cruabân Ms. 

6. mo anse Ms. 

7. laidar Ms. 

8. Only a few necessary altérations were adopted in the text (see 
notes). For more important suggestions see p. 4 sqq. 

9. Printed by O'Curry, On the Ms. Materials, p. 484 sqq. His text 
déviâtes in a few détails from that in the facsimile. In the following I 
quote the variants from the latter, but perhaps O'Curry 's readings are 
nearer to the original. It should bc noticed, for instance, that in 23 a O' 
Curry has Mag Serad in stead of Mag Serge. But O'Curry may also hâve 
altered the text on his own account, on hehalf of the rhyme. 

10. Variants that are merely graphical are uot given. 

1 1 . The poem net belonging to the Old-Irish period, v.e hâve no right to 
put inva for na. 



t 



I 



A pocm ou Criwthamt 26$ 

The order of the stanzas is also différent in LL : 1-2-3-4-5- 
6-15-8-7-16-17-18-14-19-20-25- one additional stanza(25 a)- 
27-28-10-9-1 1-13-12-21-22-24-23- two additional stanzas 
(23 a, 23 b)-2^-}i- one additional stanza (31 a). 

Variants from LL'". 

1 b. drumne dôr niilib molta. bruidni. 

2 a. firén. Beôlaig. 

b. far brunnib. mBreg. 

3 a. baidg. fdn mbith. 

4 a. in gni'iis alaind ;is lagnechaib. Lifi lergmôir. 
b. in fiai fortail. ctch. fintôir. 

5 a. drongadon chldr cathbath. 
b. mùaid. 

6 a. na caemnacair. clôd na costod. 
b. a descol. 

7 il. na OUI. echtach Ane. 
b. sech Ess Mage. 

8 b. bassil Siùir dar glun, sech Di'm Sige. 

9 a. ni ran. rôengô. 

/'. romarb. sin sin ôenlô. 

10 a. dursan. réim atconnarc. 
b. intî farsnimmart. 

11 b. rothairngert. isé rosbrisfed. 

12 a. dobris fa do delbaim. 
b. iar feiss ri. 

13 a. dobriss. daltis fuli. 

b. ar. ba gairm. can chaire, a mmaidm uli. 

14 a. Isé Crimthann cinnes ar cach. 
b. a brathar. 

15 a'. cath na Samaire ar Samain isé rosfossaig. 
/'. da tue in maidm. ar maig. 

16 a. Morfind Mesnech. 

/'. co brdth. ac Ath mie Lugna. 

17 a. calmai. 

/'. nimi ma ndûlem. nimthâ samla. 

18 a. chinnes ar cach. co fath. 
/'. is ferr do sil. 

19 û. rochrciti. cen dur ndligid. 



266 A. G. van Hamcl. 

b. rosgab. Bilig. 

20 a. in bennachtu. Patraic Mâcha ow. noconurchrand. 
/;. muUach. is for. 

21 a. nach saig siliud. 

h. ardomthalla. in alli romchlanna. isromchiniud. 

22 a. coraib fôm co deired. dùas mo dùane. 
b. uane. 

23 a. Banna brechtruaid. ra hald. 
h. a crechmuirn na fairge. 

24 a. trifudbu. ara. trethnaig tolgmaill. 
b. torchair ni tondmaith ristomtim. 

25 a. Dubthach missi. mac do Lugaid. laidech. lantrait. 
b. in mbreith. 7 Patraic. 

27 a. lemsa cetna bâclas dirthach, 
b. issé mo thimthach. 

28 a. mo lûrech iairn, mo sciath uma. mo chnes. 
b. baroccalt fein. na nairech. issed. 

29 a. atbert. ind fond foraid. 

b. undseo colluath dotbia in tuath. 
31 a. nimi 7 in dechmad. tilchaig. 

b. isiat dilsi lûagi lemmghair. duani Crimthain. C. 
From a doser study it will appear that (in most instances 
Rawl. B 502 bas preserved the readings of the original text 
(O.). 

1 b. In LL a syllabe is wanting. But dor in LL shows that 
O had doruior, a corruption of dermar. Bruidni (for bruîd?ie) is 
gen. sing. of bruden ' a hostel '. 

2 a. Bresail Bélach (not Beolach) was the grandfather ot 
Enna Cennselach, see on him ZCP m 462. Monosyllabic hua 
makes it impossible that this poem should belong to the 
Old-Irish period. By mistake LL writes inBreg, cf. 7Nbith in the 
next stanza. 

3 a. Bai de = ? 

4 a. There is no reason to prefer corcra to âlaind, but Icr- 
glâir seems better than lergmâir in this poem with its accu- 
mulation of allitérations. 

b. Forlaind (gen. of /b;7fl«i;^ 'overwhelming') wasobviously 



J poevi oit Criiiilhaiiii. 26j 

supplanted by fortail ' able, strong, hardy ', as it is the more 
obscure word. 

5 âi. I take cathbad as a formation Vikc Jinnf ad, fidbad, etc. 
b. Muad is better than muaid, Mide being masc. 

6 a. In caetnnacair LL bas preserved an old form ; il allite- 
rates with tbe foUowing words, \v\\\\*i jelaider is a bad fabri- 
cation hom f et aim ' I can '. I could propose no reasonable 
choice betvveen clôd and cosc. 

b. Dcscol is obscure to me ; trescul for tress-gal * battle- 
power ' ? 

7 a. Na is necessary hère for the mètre. Aine = Cnoc 
Aine, Co. Limerick. 

b. Midach ' stalHon ' (see Tain B6 Cualgne, éd. Windisch 
s. V.). Sech or ic ? 

8 b. Rosnig is better than bassil (}) and provides another 
alHteration in the line ; and I should also prefer im glim to 
dar ghifi. Ic or sech} 

9 a. Râd, of course, not ran; but rôengo is an older spelHng 
than ràitigo. Notice thaï déc is monosyllabic. 

b. This line is better in R. 

10 a. Dirsan and rôen are préférable to dursan and réimm ; 
for râen provides a rhyme with rôcmid. 

b. Darinnart (thus K. Meyer) and farsnitnmart are both cor- 
ruptions of an original darimmart or danimmart (to-imb-orc 
' to compell '). 

1 1 b. The /- preterite rothairngert, preserved in LL, is an 
old form. In R nohrisfed is right, as no must hère hâve been 
prefixed tothe verb in order to infix a pronoun of the t,"^ pers. 
singular after it. 

12 a. Robriss, of course. Fo di ' twice '. Derbaini ' I prove', 
not delbaiin ' I form, shape '. 

1} a. Robriss cf. I2 a. Fuile may be ace. sing. oifuil, d. 
Wb. 31 b 21 fuili. 

b. Leg. for Huib Neill ba gairm cen chaire a maidni fmile. 

14 a. K. seems to hâve the original reading. Cathâir M6r 
was the father of Fiachu, father of Bresal. The scribe of LL 
probably did not understand the proper name and altered the 
line according to his own views. 



268 A. G. van Hnmel. 

h. The possessive pronoun a is not wanted hère. 

15 a. Crcch and iar sodain are better than.ra//; and ar 
smnhain. Rochossain is the preterite of com-sni (Pedersen, Vgl. 
Gramm, II, p. 634). 

b. Da f//r is certainly corrupt ; robris is the word. 

16 a. Leg. wilh R môraitn ' I praise '. 

b. In LL there is a syllable missing ', leg. coti. 

ij a. Leg. with LL calmai . 

b. Leg. nimthà a samJai. 

18 rt. Leg. cinges dar cach, cf. Serghge Conculaind § 37 
(Windisch Ir. I, 221) cingid dar fini. Ilere our two Mss. 
hâve a common mistake. Fri is doubtless better than co. 

b. SU or sJuag} 

i<) a. Leg. rochreiti (see Pedersen, VgL Gramm. II, 370, 
497). Dligid rhymes with BUig, but dû dJigid ' a place ot 
duty ' has no meaning hère. I suppose both LL and R hâve a 
corrupt text; the original may hâve read something like 
dure dligid ' inexorability of the law '. 

b. Leg. rongab (R) and Bilig (LL). 

20 a. This line is very corrupt in LL. 

/'. LL makes it probable that O had/or thrice in this line. 

21 a . Leg. with LL : nach saig siliiid Çsîriud is impossible is 
the rhyme). 

b. Leg. ar (or rather/or) nomtalla iiiailk la m chlaiina's lam 
chiniiid ' upon which there is room for me with my offspring 
and my race '. Clanna (LL) must be preferred hère to claind 
(R) because of the rhyme with talla. After clanna had been 
changed into claind R tried to establish a new rhyme (with 
maille^ by transforming talla into taille, 

22 a. Leg. condieid fôm. Cf. below, p. 7. LL borrows 
coraib from the next line. 

23 a. Leg. a erball (LL). Breccruaid or brechtniaid ? 

b. a is better than ///. But the second chrechnmirn is a mis- 
take in LL; srebthuind 'the streaming wave ' introduces a fine 
rhyme. 

24 a. Leg. /;/ bolgca ' three blisters '. Trethnaig (LL) gives 
a better rhyme than irebthaig, which, moreover, has a mean- 
ing that does not suit hère (see Atkinson, Gloss. p. 749). 
But tolcniaill (LL) must be a mistake for tolcditind (R). 



yl poeiii on Crimlhaini. 269 

b. Leg. for cùil (rhymcs with duvI^ ' upon the small of the 
back or wrist or ankle ' (see Meyer, Contr. p. 414). Leg. /;; 
tholc inailh iiostûimdim' thegoodbed 1 deem it' (see Atkinson, 
Gloss. s. V. tolc). Mœl cf. Tain Bô Cualgne, éd. Windisch, 
p. 143, co ndechaid a mœl asa gualaind. 

25 a. M' aiinii se or mise} Leg. mac U'i Lngair laidir. For 
Intit, cf. Tain B. C. éd. Windisch, p. 1063 ^- '^'- ''''^'^• 

/'. Dreich must be retained as It rhymes with hreith. 

26 h. What is miiihed (sic) ? The /; is not wanted, as it rhymes 
with fil éd. 

27 a. In R the Hne is too long, probably bccause it was 
influenced by the preceding one. Leg. partly with LL : Is 
km cetna foclass. 

b. Hère R is right. 

28 a. Hère, of course, O agreed with LL : the shield was 
copper and the coat of mail was iron. 

b. Arridmirt, of course. Leg. airecht. 

29 a. Leg. iiid fond forais ' the bottom of knowledge '. 

b. Leg. huaimsc. In R rotbœ does not fit well in the context, 
but without in the line lacks one syllable. Leg. rotbia. 

^i a. Leg. //7f/w/V, see Windisch Tain B. C, p. 1057 s. v. 
tilach. After nime the 7 of LL is indispensable. 

b. Lerthair appears to be a form of a verb Uraim, which, 
however, has not yet been found elsewhere. LL shows that 
the ancient scribes did not know it either. 

A few notes may follow as to the composition of the poem 
and its transmission. Metrical criteria make it impossible that 
Dubhthach, mentioned in stanza 25, should be the poet, and 
it must even be assigned to a date later than the tenth century 
(hûa'in st. 2 and dêc in st. 13 are both monosyllabic). An allite- 
rative ornament helps us in retracing the original form of the 
text. The last word of each stanza begins with the same con- 
sonant as the first accented syllable of the next, or both begin 
with a vowel. This rule has been observed so rigorously 
throughout the whole composition that the absence of this 
allitération in a few instances leads to the conclusion that either 
the order of the stanzas must hâve been upset, or that the 
words hâve not come down to us in their original form. When 



2 70 A. G. van Hamel. 

neither of thèse two possibilités atibrds a solution of the dif- 
ficulty, we must assume that one or more stanzas were 
lost. Atthc same time this system of allitération shows that in 
R the order of the stanzas has been preserved as it was esta- 
blished _by the poet, whereas in LL it was altered in a very 
awkward way, so that even the meaning of many stanzas 
became obscure in the context. 

St. 9-10. The allitération is wanting. Oenlô rhymes with 
râingô, dirsan corresponds with dursan in LL. A corruption of 
the text is not probable. A stanza seems to hâve been lost in O. 

St. 12-14. H ernbraind-robriss must he wrong. Hcrnbraind 
(i2)-^'n^z/j/w (14) w^ould be ail right. But huile Çî^yFiiaisliu 
(14) is also a good allitération. Still st. 13 seems to hâve been 
intercalated at a later period as it spoils the regular order ; 
there is no reason that in a poem on Crimthann, enumerating 
the exploits of this king, there should occur, in the midst 
ot them, one stanza on his father. The opening rohriss of. st. 
12 seems to hâve attracted another stanza beginning with 
rohriss from a différent poem. 

17-19. The beginning of 17 and the end of 19 are faultless 
but the rest of thèse stanzas does not fit in the alliterative 
System. St. 1.8, however, has a fine inner rhyme in ôeiifer- 
Gâidel. Thus the opening is i of st. 18 and 19 must be erro- 
neous and seems to hâve supplanted an older and better read- 
ing, owing to the is é in the second line of 18. 

20-21. After 20 the poem is concluded by its opening 
Word. Then st. 21 foUows without aUiteration. There is no 
reason to assume that adJaic was not the original beginnig of 
the stanza ; obviously a new section could be introduced 
without allitération. 

22-24. Thèse three stanzas form a good séquence in R. In 
LL two additional stanzas are found. Are thèse ancient ? 
They fit well after 23, not after 24, but 24 could not follow 
after 23 b. Consequently they do not belong to the original 
text. In LL 24 and 23 hâve changed places and then 23 a and 
23 b were intercalated. 

25-28. St. 2), containing the name of the alleged amhor, 
is secured by the allitérations druinim-Dubthach, but between 



A pocm 011 (Wimlhiiiiii. 171 

25 and 26 a stanza must liave fallen out. The same must 
hâve occurred between 27 and 28 ; hère it probably was an- 
other stanza beginning with is nié (after Oche), which easily 
could be overlooked as it followed after two others with the 
same opening words. 

30-31. St. 31 is impossible after 30. Yet 31 with its con- 
cluding Crimthann suppUes a satisfactory end. LL has an 
additional stanza after 31 (Milliud Mide, etc.), aiso ending in 
Criiiilhanii. This would fit vcry well after 30. Hence it seems 
probable that 31 a was the original end of the poem, but 
that in Oa new conclusions (3 r) was subjoined. This in-volved 
the omission of 3 i a in R, as the redactor of this recension 
felt the superfluousncss of two stanzas ending in Crinitbann. 

One question remains. Did the two sections 1-20 and 21- 
31 a originally belong togcther? Stanzas 1-20 form a unity, 
in which a logical order may be discerned, namely : 

1-6 gênerai eulogy of Cbrinihanii. 

7-16 his battles. 

17-20 his relations to the Church. 

The second part deal with the poet (21-29) ^^^^ besides 
contains a conclusion consisting of two stanzas (30-31 rt) . 
The impression, which the whole eulogy is supposed to 
make, is certainly spoiled by the elaborate treatment of the 
poet's private interests. The rigid style of the first section is 
contrarions to the allegorical conception of the poet's land as 
a horse. Thèse facts speak for a séparation of the two parts. 
The rhyme corroborâtes this view. In the first section dissyl- 
labic inner (rhyme is of rare occurrence (st. i, 12, 14, 18), 
whereas in the second it is quite common (st. 21, 22, 23, 26, 
27, 31). Thus the original poem seems to hâve consisted of 
only st. 1-20, white 21-31 a were added by a later redactor. 

The preceding considérations lead to the following conclu- 
sion as to the évolution of the poem : 

X st. 1-20. 

Y a copy of X ; 21-31 a added. 

O a copy of Y. Stanzas were lost after 25, 27 and 9. A 
new conclusions was added (31), and an additional stanza after 
12 as well (13). Minor altérations. 



2/2 J. G. van Hainel. 

R a copy of O. The original eiiding (31 a) was omitted, 
LL another copy of O. St. 26, 30 were omitted, but at 
the same time two additional stanzas were introduced (23 a, 
b), probably by a man who was well acquainted with the 
topography of Leinster. Moreover, the order of the stanzas 
was entirely upset. 



Or graphically : 



X 



O 

/ \ 
R LL. 

A. G. VAN Ha.mel. 



I 



I 



Revue Celtique, XXXVI. 



POEMS FROM BRUSSELS MS. 5100-4^ 



I. — P. 16 : Echtgus hila Cùanâin do muint/r Ruis Cre 
ce. hc. regulum. 

1 A dhuine nach creit îar côir 
fogébha breith ngairbh co ngail 

2 Mas ë do c[h]reitim iar fir 
mine téighi sécha soin 

3 Nà rup hï do thuiccsi a i[h]ruaig 
ai\ nî hedh chaithes do chri 

4 In mac rogênair on ôigh 

iar n-5ighe a chuirp co sœr slân 

5 Gurab hî so [t]h' iris an 

caith corp fo ghnê ruine in Rîgh 

6 In cùala in abhiainn 's in fïn 
tue da mhuintir, câin roscar, 

7 In cualai a ndebairt in Ri 

mine thomhlidh m' fuil's mo c[li]orp 

8 In cûala-sa in nî rorâidh • 
innum-sa a aitrebh- sumh an 

9 Mat ciiala sin ar Ghrîst creid 
is corp is fuil fir, a fhir, 

10 Airised rium do mhenma 
conidh corp is fuil Rîgh recht 

11 Cidh cruithneacht acus cidh fin 
iarna coisecrad sôêr slân 

12 Innisid augdarras câidh 

co tôcbait aingil leo in pars 

1 3 Dâ mbmat cên caithim re 

co hidhan, maras dâigh lem, 



I. See for Catalogue of contents of this Ms. Stokes, The Martyrology 
of Gorman, p. x. 



PoeniS jroin Bnissels. 275 



in fleidh caithe 'con altôir 

maircc do ghein do gheineamam. 

nach caithi acbt abhlainn is fin 

maircc dot churp, maircc dot anmain. 

a n-aicenn do c[h]êdfaidh crûaidh 

achl corp Cr/5^ îarna ôighi. 

isê chaithir 'con altôir 

■àmail nongebh nemh nœmiinâr. 

acîis do c[hjreidemh comhlân, 

i ndeilbh ' dûile cen dimbrîch. 

corp Crîst is a fhuil îar fîr 

dïa dardâin riana chésadh. 

ôenc[h]oimsigh in bhet[h]a bi : 

nocha ricfaidh nemh nœmhnocht. 

neach caithfes m' fuil 's mo c[h]orp câidh 

ann-sumh m'aitrebh-sa imlân. 

geibh ûaim in nï atlaigmit * 

cidh ablu is fin re fo/csin. 

mad àil duit gu raderbha 

in fin ût is in cruithnecht. 

ria coisecrad, is scêl fir, 

is fuil is corp côêmli comhlân. 

cen co n-airigh an fer gràidh 

co CrJst co a chorp comhadas, 

cen etarbaill aimsire 

d' ic cinadh câich cocoitc[hjenn. 



1. deibhMs. 

2. aslaigmit Ms. 



276 ^4. G. van Haiih'l. 

14 Jrêdha innises Grigbair : 
Crlst ag mes ar cridhe ar ccnn, 

15 Jimthirecht imâin is leis 
Dïa fodëin, ni bœghal dûn, 

16 Ma creiti co nd^rna in Ri 
cidh nâ creiti in dâ ni i fos, 

17 Ma dorigne cen adbar 
doghêna d' abhlainn is d' fin 

18 Amfl/ dorighne Dia dil 
am^/ dorighne in lieiscc fôill 

19 Ama/ dorighne don ûir, 
amrt/ roshâs ilar slûaigh 

20 Kmal dorighne i nGalail 
doni Cxist a chorp 's a ihuil 

21 Is aire nach clôêchmat dath 
ni budh dèoin le duine ndil 

22 Acus comad môiti a lôgh 
caithimh righda Righ nimhe 

23 Cidh idhan an sac^rt sœr, 
torbatu in caith righ caithir ann, 

24' In saa/rt is ferr fo nimh, 

tucc d' lûdas a chorp 's a thuil, 

25 lùdas, gerbh olc in fer grâidh, 
iar creidimh iar côi cinad 

26 Cretiuinh ràthrechas cech uilc, 
deghnimh drochgnimh in thir grâidh 

27 Ardi chena, is edh is côir 

cen ôentaidh phecaid ' fir grâidh, 

28 Tathmethaidh Eôin, is fir dûin, 
tir dighail don eclais aird 

29 Mon gênair ecclas a Dé, 

gos têcmaig cen grain cinad ^ 

30 Ar do chubus don Chôimdid 
creit caithemh ch/wVp De micbï 

31 Tabair do m[h]enmain fri araill 
cid dia cummaisct[h]er, fir fis, 

1 . phecaig Ms. 

2. cinaid Ms. 



Ppems front Brusseh. l'j'j 

fer gràidh oc iodhbairt idhain, 

aingil nimhe 'ga fo/rgell. ' 

lasin fer gràidh, gnîmh gan geis, 

dogni a œnarin comhsûdh. 

dûile in x.:x\man do nemnî, 

ni ô ni cen ingantos ? 

dûile nimhe acus izlman 

corp acus fuil cen anfir. 

do fleiscc Môysi dtv-bh-nat| h]raigh 

don nat[h]raigh sin fo chêdôir, 

dia tucc don mac dall a shûil 

don p[h]roinn bicc derôil dimbuain, 

fin don uiscci sctsamhail 

d' Un acus d'abhlainn amhiaidh. 

acus hhsacht, bîthi in biadh, 

fuil acus fêoil do châhhimh, 

don c[h]reitmech creites co hôgh : 

fo dheilbh fhina is abhlainne. 

cidh pecthach é acus cid cloên 

ni thormaigh isni dighbann. 

Crist fodêin, as deimhin hb, 

ûair rob olc, ni rofhogain. 

da tucad corp Crtst, d' fir ' châidh, 

ropad edbairt ôgh-idhan. 

nœmhnas càch la caithiumh cuirp, 

dô fëin a mhaith a mhôrphlâigh. 

don ecclais airmitnigh ôig, 

nachasti dighal no plâigh. 

tall i n-abculips na rûn, 

tria mïgnîmhaibh in tsacàird. 

da ngabhthar a conihairle 

fer grâidh êccnaid aird-idhan. 

nachastabair do demhnaibh 

do maithem th'uilc a dhuini. A. 

iarfaigh is nà tucc i failli 

usci ar in fin soimhilis ? 



I. do fhir Ms. 



278 A. G. van Hamel. 

32 Triasan uiscce, bîthe in breth, 
tuicther Cm^ cenn câich cen col 

33 Mar rohaccomlait mar ôên 
accomhlatar, sœr slàn fis ' , 

34 Is ïat na creitm/o'/j in corp 
diïbh ^ a n-dîs, ni fôill fis, 

35 Ma théit t' aire fri nemh nàr 

ar Christ rodhelbh bith mbuidhe 

36 Is zmhXaidh rochinset rîamh 
d'accobur fhir d'àentaidh mnà 

37 Ruccastar Muire mac mai th, 
cen accobur ina cri 

38 Ogh ria mbreith a mie, maith mod, 
ôgh îarna b[h]reith, bûan in bés, 

39 Ma creti gein Cxlst cen cleith 
creit a b[li]eith fo cleitli, ni clé, 

40 Ma creiti ' ctch mïrbuil môir 
creid mirbuil in chuirp rochin 

41 Nach cûala mar robôi thés 
lier Egipt acus muir 

42 Dia tairsedh Forann na slùagh 
da tucdais aighid ar muir-^, 

43 Robhûail Môysi co flesc fôill 

tue Muir Robuir, brîgh co mbâigh, 

44 Cingis treabh lùda re câch, 
dia fûair righi 'ga tigh tùaidh 

45 Ràncatar uile uile 

na trênuidhe dar in trâigh 

46 Môra na muire \ a Dé bî, 
fri tdêbh trâgha tiar is toir 

47 Mar rogabhsat caladh thûaidh 
do rîacht Forann caladh thés 

1 . sis Ms . 

2. dihh Ms. 

3. chreiti Ms. 

4. ar in muir Ms. 

5. t^iiiir Ms. 






Pocms froni Biusseh. 279 



tuicther pop«/ na creitmcch, 

trîasin fin mblâith ctn bœg^/. 

in t-uiscce is in fin fîrchcL-mh 

ICïïst mar œn risan eclais. 
is c Cm/ in ccnn côcmhdocht 
rofâs ôighi don ccclais. 
fri h-œntaidh aingel imlân 
^ crc'it sin co derbh a dfh]uine. 

r A. 

clanna Adaim co iiimcîan 
dia n-acconuil archcna. 
Cnst ar n-ab is ar n-ardfhlaith, 
cen accomhal a hôigi. 
ôgh ica b[h]rcith, nï bœghal, 
ôgh tria bithu ' do bithgr^s. 
on ôigh i n-aighid n-aicnidh 
i ndeilbh fhîna is abhlainne. 
zvaal innises canôin, 
co dilmain itcrdôinibh. 
popw/ De co dcrb dilcs 
in muintir n-cnirt n-inmain ? 
nicon ainsedh- tren na trùagh 
ropad aidim duinibaidh. 
* in muir ndifreccra ndîmôir 
cobair do shîl ard Abrâim. 
insét n-ingantach n-ingnâth, 
ar in trëoir sin fri h-ôenûair. 
lier mil aciis duine 
P cen en" duine dibh d' fâcbâil. 

bâtar dia ndeis is dia cli, 
don tsâile cên go ttorc[hJair. 
meic Israël, lin a slùaigh, 
dia tachai is dia n-aimhles. 



1. bithiu Ms. 

2. ni ainsedh Ms. 



2Sq 



A. G. van Haviel. 



48 Cingis Horand na ndcgha/^y 
in conaircètna cen cair 

49 Mar do sliuidigset a sois 
rocroithedh dôibli in muir miiid 

50 Robâite uile uile 
nioiuTar, rop cnirt ann sin 

51 Scscca mile doibh da ccoiss, 
tuile Mara Robuir rûaidii 

52 Ma creiti in mirbuil môir sin 
creit cû cabrann Cm/ do c[h]li 

53 Cech fîriân rochaith a fhir 

in dcilbh fhiugra in ch///>p atchî ' 

54 Is diâirinili danih-sa sin 
ar ni ihair i mbcthfl/t/ bil 

55 Cech mirbuil dorighnc Dia 

nr dâigh creidmi in cfh|uirp atchi 

56 Nach cùala ina nderna a bbus 
dia mboi oc oifrenn is tir thair 

57 Isair dorala a aire 

co n-aiced i n-ôigc ailt 
$8 Ni hedh robâi nâ rocreid 

adjt maith lais co cluinedh c.ich 

59 Slêchtais ar fud in talmr7>/ 
co n-cbairt in t-aing^/ fris : 

60 Am<;/ tuarcaibh suas a c[hjenn 
cvnmac altchôir Righ nimbe 

61 Ni raibh ê a cAshaiiih lor nimh 
ci atces ina c[hfôire côir 

62 lar sin robôi oc buidhe fris 
nnis rop ôc co ua [/. hn] tri 

63 lar sin dorad for in teisc, 

co ndechsadh 'na d[h]eilbh ng(n]âthaigh 

64 Uair rosiacht leis in guidhe, 
labraim na h-accai co côir 

65 Roedbair in corp fir fâth 

ro fp/rbhtigh sil crâb<7;V//.J cain 



I . airi Ms. 



Poems from BrusseU. 281 



in lin a raibhe d' feraibh 

co dëtla da tarrar/;/ain. 

mar nâr fôcsat nech da n-éis 

i cenn na slâgh is Forainn. 

iter each acus diune 

slûaghna hEgipt ' in ùairsin. 

cdêcca mile marcachais 

Tos{o\aigh ui!e i n-ôenùair. 

i robâite ^ na slôigh sin 

a ndeilbh abhiann a dhuini. 

anmhainn tall lâinicdo nimh 

rociiait[h]set uili a dhuini. 

mirbuile Dé d' innisin 

ce madh ail dona dàoinibh 

ô thùs domain cidh as sia, 

dorônta uilea dhuini. 

in t-airdespoc Flagellus, 

oc taisibh Nin nœmhaingil ? 

ba talchar in timgaire 

in macdorôine d'idhpairt. 

in rûin rognâith roordraic, 

in sccél n-ingantach n-ingnâth. 

ic atach Dé is 'ga adradh 

êrigh, fêch in rocuingis. 

atconnairc, ca ni hadh ferr, 

for in altôir n-2i\ng\idhc. 

in mac sin, is deimhin Hbh, 

na ôighe (or in altôir. 

rongabh re comair a chnis 

in macân ôc ainglidhi '. 

roghuid in Côimdhe co ceist, 

ar n-athair ar nderbràthair. 

ùair roataigh mac Muire, 

acht abhiainn ar in altôir. 



1. iluaigh E^ipt Ms. 

2. in robaiU Ms. 

3. ainglighi M5. 



A. G. van Hamcl. 

66 lar sin roatlaigh buidhe 
ûair nà rohèrigh (or nimh 

6j Ni her[r]annus in chuirp câidh 
acht corp mie Muire iar côir 

68 Acht cia gaibh in abhlu cimh 
ni gheibh co fir ô nach mudh 

69 Ni fhil iarann nâ teinidh, 
mâidhes anocht, a m[h]ic Dé, 

70 Dia ngabadh corp iar n-êirghe" 
nogébhad bas doridis, 

71 Blas, dath; rannugadh co rêil, 
do chuit-siu a Righ râitir ann, 

72 Cidh imdha pars iorsin teisc 
is lomnân cen locht cen lasc, 

73 O chonrângatar ' mar ôên 
lëmat a ràdh, ni co lace, 

74 Atât dâ charait cen chol 

ni bôês cen brigh cen bâigh mbil 

75 Indara fer is é a b[h]és 

die a chinadh, cidh as ferr, 

76 In fer nach caith is ê atbe/r 
ni hespach danih a râdha, 

77 Dà bhidbaidh aicci, derhh Hbh, 
fer noscaith cen ereitimh côir, 

78 Is âirithe a mbia de-sin 
fogëbha nemh, bùan in breath, 

79 Cib ë noscaithfe cen cair 
fogheibh œmaidh aingel an 

80 Cib ê noscaith co dâna, 
ni dibhadh a - uilc atâ 

8 1 Cib ë noseaithea co cair 
is môr a dulus in trôigh 

82 Comairle ùaim don ôês gràidh, 
nâ tabhrat dôibh in corp nglê 



1 . In Ms . / over first r of ràngaiar. 

2. Ms. omits. 



Poenis from Brussels. 283 

isin deilbh i n-edhbair ' câch 

do shîol Adaim in scêl sin. 

don Righ conic na huile 

d' kgadh mac Dé iter dôinibii. 

caithes nech ac dul 'na dâil 

caithmid uile 'con altôir. 

rannughadh ina deilbli féin 

corp in Righ a rannughudh. 

ni thuil nach dûil co deimhin 

scàiles corp na heisêirge. 

rannugaiih co rogêri, 

ropad tlâs don tréniris. 

trêdhi asdirdon abhhiinn êimh 

ni tormaigh is ni digbann \ 

creitit câch, nâ bid 'na ceist, 

is corp comhlân cech cênpars. 

ddên[n]acht is diadhacht nach dcër, 

ni scérat is ni scarfat. 

icon idhbairt si, maith mod, 

œs grâidh do Righ in richid. 

a sircait[h]imh do shirg;TS 

co hidhan dàigh noscaithenn. 

it onôir, a Ri in richid, 

ni dam lestar dingmhàla. 

maircc roghein an geinemhain, 

fer noscaith mar budh ëccôir . 

do âiritin in c[h]uirp sin 

no iîren ùar ainbhtenach. 

co creitim corp Crlst comhglain 

is les a chaingen comhlân. 

fo gné cech bidh immâna 

acht dighal cuirp is anma. 

cena c[h]reitim in chuirp sin 

on turus têid don altôir. 

madh at buirbh tisat 'na ndâil, 

co fagbat côir na creidme. 

1. ind edhbair Ms. 

2. m digaihh ni tormaigh Ms. Cf. however 23. 



284 A. G. van Hamel. 

83 A C[h]rw/ roches tar mo chenn 
maith mo chaire damh a Dhë, 

84 Ar in Côimdidh guidid lem, 
rochlechtas mo gairm gan grain, 

85 A m[h]ic rogënair on ôigh, 
tue àûondh damh ar Dhia ndil 

86 Bennack ar an ces ngràidh nglan 
mebraigsit si ar Dhia ndil, 

[t]h' atach nocon fhuil ni as ferr, 

a m[h]ic Maire ingine. 

co ris ôêntaidh Righ na renn, 

Echtgus m' ainm, im ùa Chûanâin. 

ma dubhart sunn ni nach côir, 

ria ndibhad her dâoinibh. 

ar dâigh Righ nimhe is vûman, 

derlaiccet dona dâoinibh. 

Aduine. 

Asan leabar do sccriobh Mtirchad o Cuinnhs .i. an leabar 
do scnohhadh gach a bfuil san ccathernœ so hi Cconveini 
bratar Chuinche hi Ttuadmum^m. 30 junij 1634. 



Poi'ms jroiii Brusseh. 285 

II. — P- 44 • Corbmac mac Cuilennâin ce '. 

This poem has a particular intcrcst. Cormac, who was king ofCashel 
Ironi 901 till 908, is rcpresontcd herc making love to Gormlaith, daughter 
ofFIann mac Maelse^lilainn, king of Tara from 879 till 916. She, howe- 
ver, prefers Cerball son of Muirccân to Cormac. It is impossible that the 
poem should belong to as early a period as the tenth ccntury ; in the 7''' 
couplet, for instance, monosvllabic côir stamps it at once as a later fabrica- 
tion. Yet the historical events alluded to, cannot be niere inventions of 
the poet, as thev are also recordcd by other authoritics. The Annals know 
ofa relation of Gormlaith witii both Cormac and Cerball, as she was suc- 
cessively married to thèse two kings. From the poem it might be inferred 
that eveu during Cormac's life Gormlaith was not indiffèrent towards 
Cerball. Of tiiis, however, there is no trace in the annals. The story is 
given circumstantially by the Annals of Clonmacnoise (A. D. 905) : 
« Nealc Glunduff was king three years and was married to the lady 
Gormphley, daughter to king Flann, who was a very faire, vertuous, and 
learned damozell, was first married to Cormack me O'Cuillennann king 
of Mounster, sccondly to king Neale, by whome she had issue a sonn 
called prince Donell who was drowned. upon whose death she made 
pittifull and learned dittyes in Irish, and lastly shee was married to Kervell 
me Moregan king of Leinster, after ail which royall marriages she begged 

I . This and the following are the only poems ascribed to Cormac that 
hâve not yet been edited. The other poems contained in the Brussels Ms. 
5100-4, which claim the king-bishop ofCashel for their author, are : Dia 
conialllis reiinm ndligid, edited by Kuno Mever (Sélections from Early 
Irish Poetry, p. 12), h imdha eccla ar niV anniaiii, edited by Kuno Mever 
(Arch. f. celt. Lexikogr. III, p. 216), and A Brighit a nomhingen, edited by 
Whitley Stokes (Zeitschr. f. vergl. Sprachf. XXXI, 252-3). 



286 



A. G. van Hamel. 



from doore to doore, forsakeh of ail lier friends and allies, and glad to be 
relicved by her inferiours .» The Annals of Clonmacnoise arc mistaken as 
to the succession of Gormlaith's husbands. According to the Annals of 
Ulster Cerball died in 909andNiall Glundubh in 919, so thatthe marriage 
with Cerball most hâve preceded that vvith Niall.] 



1 Erigh a ingen an righ 
atà ben ele it' âghaidb 

2 As i ben atâ 'gum cràdh : 
acus smûaintigte ele 

3 Rucc \eth fesi a inghen fïal 
bêra ùait an let[hj oile 

4 Do smûainius ' an mnâi tucc Eôin, 
dàr ling ôghi mo C[h]ruinne 

5 Do smûainius Bairre bûadach 
dâr ob an nogain renhaig, 

6 Do smûainius Ciarân Clûana, 
dâr obb Aillind ingin ^ Brain 

7 Do smûainius ' an crâbad côir 
luighed, grâd De fodera, 

8 Do smûainius Coluim Cille 
dàr ob se, ger môr a c[h]àil, 

9 Do smûainitis-sa Molaisi 
dâr chind Ettâin a hôigi 

10 Do smûainius Pâtraicc na bpend 
dâr ob an luchair lendglain, 

1 1 Do râdus-[s]a ingin ^ Floind 
tuccus tri cèd bô bendach 

12 Tuccus Jichit uingi ôir 
nochan fhettar a deimin 

13 Dâr in anmain atâ im curp 
acht madh ênpôcc ra n-ëirge 

14 Doghabus > tri côeclea psalm 
ticfa rim manbad m' ôioi 



1 . smuaincs Ms. 

2. ingen Ms. 

^. Docrhabus-sa Ms. 



Poems from Brussels. 287 



nâ biodh [t]h' a'iccncdh i n-imsnîomh 

a bêlc[h] orcra banamhail. 

ecclas De dà ndcntar dân 

ima ndênta Mrighe. 

mo b[hjen-sa isin ail-si tiar, 

m' firmhuinnter is m' firguidhe. 

do ctàaigh Dîa da dcgdeôin, 

ar aicsin ' na haislingi. 

'ga fuil an t-aigiW/; ûallach 

inghen Dùngail d' Uib Ennat/^. 

môr dâ crabadh atcûala 

is fo cïgibh rocodail. 

Scuitin Slêbe Maircce môir, 

se \Ur aindribh uic[h]tgeta. 

ar grâdh Rîgh na firinne, 

ingena aille ^dhâin. 

dô-somh ba môr in maisi, . 

tria coblid ^ na canôine. 

ardapstrt/ indsi Hérend, 

ingiii Milcon môirmenmn^/^o-, 

mic Maoil [sjechlainn mie Domnaill, 

'na co\-\\yi\xadh, 'na cëdchendach. 

ac H s fichu corn comhôil, 

in neoch rucc ûaim d'indel/^/;. 

nocha dërnus-[s]a ria d' ulc ' 

do dênam na hîarmêirge. 

i tiprait Locha na Tarbh 

adhalgi na hënpôigi. 



1. Jaicsin Ms. 

2. cohlig Ms. 



288 .-1. U. van Huiiicl. 

15 Dênas-[s] a do d[h]âil co bog 
as ris dogëntar ' do d[h]âil, 

16 Nocar cuhaidh d' ingin Floinn 
an corp 'ma fuil an t-inar 

17 Mithid duit-si feis ra fer, 
tuccus m' ôighi do Dîa - dil, 

ùair ni tusa riamh roob ' 
re Cerball mac Muiregâin. 
ra'ionar roindig-si fo coim t 
go nglana Dîa a cuid cinad. 
a ingen, luchair lâingeal, 
gab imat acus érigh. 

Erigh. 

Ag Drobhaois damh aniu. 27 Febru. 1630. 

III. — • P. 46 : Corbmac [marg. mac CuilennâinJ ce. 

This second poeni also contains a historical allusion. Cormac makes 
his testament as he feels that his death is approaching. He leaves Cashel 
and the banks of the Suir for ever, for he must go to Magh Ailbe (co. 
Kildare), on the other side of the Barrow (see the 4^11 couplet). In the 
Annals of Ulster his death is entered under 907, so the correct date would 
be 908. He was killed in the battle of Belach Mughna (Ballaghmoone), in 
the south of the county Kildare. The poet, no doubt, was thiuking of this 
battle, when he made Cormac go to meeta violent death (oiJed , couplet 2) 
in that county. According to the Annals of Ulster several other kings and 
illustrious persons were also killed there. An interesting account ot the 
battle may be found in the Fragments of Irish Annals, pp. 201-225. 

1 Mitlinf lecht tar mo timna 
deiredh festa dom aimsir, 

2 Timna deiridh mo betha, 
doghên, ôiris cdh dlighim, 

3 Mo chupa airgitt ôëingil, 

mo thimna, is lânmhôr n-ainmne, 

4 Mo shiothû/ airccitt âoingil 

1. dodêntar Ms. 

2. dia dia Ms. 
j. Margin .nt. 



Poi'iiis front Ërussels. 289 



mo laur ' derccôir dingna 

5 Mo c[h]orn ôir leccach ûaine 
do shâoradh m'anma ar olcaibh 

6 Mo b[h]achall is mo bharrâin 
timnuim-si do raith m'anma 

7 Mo choWcch aifrind àingel ^ 
beirùaim 'na caingin cinnte 

8 M' fâinne, mo mhicht, mo lêne, 
scaradh riu coidche o shâilmit, 

9 Beir mo bhachall ôwhiidhe 
sïs ûaim co Riiadân Lothra 

10 Mo psaltair bhallach bordbrec, 
brondach ar nach bîa aisecc 

1 1 Mo shibhal do Righ nemhdha 
damh -sa ô Clâr Maige hAilbe, 

T2 Ceilebrm//; ùaim do Chaisel, 

slân ûaim don Mumain maigrigh, 

1 3 Mé mac Cuilennâin Corbmac, 
slân ûaim don bith hudhdeme, 
cîan bas indsa mê i mbœghal, 
cîan ô tairnic mo sâoghal. 
dlegar dîm gidh dal do'ûigb, 
dol co hinnill dom o'ididh. 
a c[h]lenV/j hu'ûidlj bendglain, 
beir ûaim co iiAilbe Imligh. 
beir letûaim, ôs 'cum dula, 
mo t[h]iomna co Mo Chutta. 
timnaim 'ga iiùaisle arra 
sîar co Corcaigh do Barra, 
do charmais cusin seal-sa, 
do Brënainn Arda Ferta. 
do bl aguind re h^ihaigh 
do Senân indsi Cathaigh. 
tréde fa ttuitfit Mmmnigh, 

1 . Sic Ms. Leg. lebor, les ta r ? 

2. aiugil Ms. 

Revue Cclliiiuc. XXXn. 



±$0 A. G. van Hamel. 

beir ùaim [d]o Mainc[h]ind Luimnigh 
do bï ar altôir na Rômha 
ôs 'gar ndola don lô-so. 
coimhgeal ï i llô 's a n-oidhche 
bîdh ùaim hî Ccaisel coidhche. 
tar Berba ô brûach na Siûire 
nî hadbar gairdis dûin-ne. 
nach faicêbh co brâth itir 
dula i Llaignibh is mïthid. 
mac gràidh foghnamha dligtigh, 
la rîgh ngrêine ôs ' mith/W. 

lAiûiid. 
A. G. VAN Hamel. 

I. osa Ms. 



THE MID.-IR. i^-FUTURE IN -EBA, 



CZ III 486 f. John Strachan lias drawn attention to a curions 
Mid.-Ir. future formation in -éba. From tlie Leabhar na 
Huidhre the foUowing instances are mentioned : -aidUha 
{-aidJéhthai), taidlébat, aisnébat, -ainnébaind, dofiicébad, -thatncba 
Çtailnébtàit), aucb, and without mark of length : do-l-athlcba, 
cJaidbebtair, gainiiebtair, noainnebad. 

To thèse instances may be added from other MSS : docélut 
.1. dichlebaid, Yellow Book of Leacan 251'' 19. dofiisccba, 
Togal Trôi- 99, dofuisceba RC X 92. 12, duiscebatsa LL 218^ 
/\o;doaidhlebha, Livesof Saints 31. 1050 ; toirrmbhiis, ib. 789; 
tairgcba, E. Gwynn, Eriu III 192. On the whole the forma- 
tion is more common than Strachan seemed to think. 

According to Thurneysen (quoted by Strachan 1. ç., n. 2) 
the starting point of the formation « may be found in the 
analogy of compounds oî gab-, tiircéba- etc. » Now it is not 
easy to see how ainnéba (près, airmid^ could arise on the 
model tnrcéba (près, torcbaid). One expects airénia, a form fre- 
quently met with in Mid.-Ir. MSS ; compare mid.-Ir. teicénin, 
coitéla from tecmatd, cotlaid by analogy with dingbaid : dingéba, 
fagbaid :fogéba, imrid : iméra , fognaid : fogéna ; cosnaid : coiséna, 
fôcraid : jôcéra etc. 

The due to the éba- formation may be sought in the two 
compounds tôcbaim :ind fâcbaiiii, which, to judge from the pho- 
netic spellings dofôcat, Book of Leinster 126'' 19, raiogait 219'' 
32, rôjâcsat i^i^i, da fargais 4 j^ 20, already in the 12. cent, 
showed the présent pronunciation /ôo-- andfâg-. The inflexion 
taitnid : taitnêba, âirmid : àirmcba were accordingly modelled 
on lôcaid : ioicéba, fàcaid : faicéba. 



292 Cari Marstraiider. 

By the appearance of -éba in LU the pronunciation tôgaim, 
fàgaim seems well attested for thei i. century, in the course of 
which the -i'/;^ formation was développée!. In the preterite /ai- 
dâtes backto the !o. cent., as proved hyforfâcsam (: rochràdsani) 
SR 1485 (but co farcabsat Ann. of Ulster 901). 

Kristiania. Cari Marstrander. 



NOTES ÉTYMOLOGIQUES 
ET LEXICOGRAPHiaUES 



76. Breton agnen, nature ; gall. anian. J'ai rencontré ce 
mot pour la première fois dans : Imitasion Jesus-Krist, get en 
enini T.Belleca Velrand, mollet éti en eutru Normand a Henne- 
houl, 1905, p. 7 ' : Chetuperak hemh hêli nag é fanta^i nag c fal 
agnen, " c'est pourquoi sans suivre ni sa fantaisie, ni sa mau- 
vaise nature. » En note, au bas de la page : agnen, nature. 

Quoique le nom de l'auteur m'inspirât toute confiance, 
n'ayant jamais entendu ce mot, je m'en informai auprès d'amis 
compétents. M. Le Diberder, directeur de Brittia, m'assura 
qu'il était en plein usage à Melrand et dans les environs. 
Notre collaborateur, M. Thibaut, me confirma que le mot est 
très usité à Malguénac, Guern, Stival, communes à l'ouest 
de Pontivy; à Saint-Barthélémy, près Baud ; à Melrand, m'é- 
crit M. Thibaut, on prononce plutôt ognen ou ogneji. 

Il n'est pas douteux que ce mot soit identique au gallois 
ANIAN. C'est vraisemblablement le mouillement, régulier en 
breton, qui aura amené e pour a, à moins toutefois, ce qui 
est moins probable, que la racine ne soit à un degré diffé- 
rent. Anian =*ndhi-gnnà (Pedersen, Vergl. Gr. II, 533). En 
gallois, en pareil cas, / sortant de g ne produit pas épen- 
thèse (ibid.,I, 108). 

77. Vannetais AREifi; gallois areith, corn, areth. Le dic- 
tionnaire breton du dialecte de Vannes d'Ernault donne : 
« arreihy fureur, rage ; arreihein, areihein, se mettre en fureur 
bas-vannetais) ». Dans la région sud du bas-vannetais, au 

I. Imitation de Jésus-Christ, par le P. Bellec, de Melrand (près Pon- 
tivy), imprimé par M. Normand, de Hennebont. 



294 /• Lolh. 

moins dans le pays de Guéméné, ce mot me paraît inconnu. 
M. Thibaut a fait h ce sujet une enquête qui n'a rien donné 
« Il m'a été impossible, m'écrit-il, de trouver la moindre trace 
de ce mot ; tous les gens interrogés rectifiaient arreih en 
arraj {rage : arraj. vient de arrajein, enrager) ou faisaient les 
suppositions les plus fantaisistes. » Il me semble bien que la 
personne qui a fourni le mot à mon collègue Ernault a été 
également influencé par arraj : il y en a trace dans le double 
rr qui n'a rien d'étymologique comme on va le voir. Ce mot 
a été autrefois usité en haut-vannetais : je l'ai rencontré 
récemment dans un livre vannetais de 1785, p. 145 : Instriic- 
ioneii santell, E Guenett, é ty cnn Intanik'^ Galles hac i vab 
(Instructions saintes, à Vannes, chez la veuve Galles et son 
fils : sans nom d'auteur). Voici le passage : cleûein è-rerr 
...enn ainision etm disputt,éimA'REm, énn touyereah, ér blaspheme- 
reah, « on entend les amis... en dispute, en areih, en jure- 
ment, en blasphème ». Il est clair qu'ara/; ne signifie nulle- 
ment rage, mais quelque chose comme dispute violente, querelle 
de mots. L'orthographe -eih indique e ouvert ; la forme du 
vieux-breton serait évidemment areitb, identique au cor- 
nique-moyen ar^/^ '; gallois am/7/;. Il paraît difficile de séparer 
ces mots de Tirl. moy. airecht, assemblée ;v. irl. direct, gaël 
d'Ecosse, eireachd, irl . mod. oireachtas. Le sens de dispute violente 
du vannetais areih serait en faveur de l'étymologie de Stokes 
qui y voit la racine *reh, *req, v. slav. *reka, je parle, mais 
lit . rëkti, mugir, hurler ; latin racco, ou ranco, raccare, 
cri du tigre. 11 est très possible que dans l'irlandais, deux 
racines différentes se soient confondues. 

J. LOTH. 

(^A suivre.^ 

I. Dans P. D. 954, areth paraît avoir le sens de appel, interpellation vio- 
lente. 



LE SYSTÈME VERBAL 



DANS 



IN CATH CATHARDA 

(Suite.) 



Impératif de r actif. 



Sg. 2. 

§ 48. — Identique au vieil-irlandais. — Des formes 
du subjonctif comme déna et tair ' se trouvent, comme en 
vieil-irlandais, avec le sens impératif. De même roichi-siu. 

ahair ^'y 20 -y aisneid ^o^T, ; assiaigh 4054 ;/'m- (sic Ieg.)427i ; 
cetaig 4^'i6; coicill 4053 ; côirigbiiS} 4563 ; cuir SF 566 ; déna 
548, 4562 ; na dena-sa^ii^^; éiigh 1295, 2560 ; fdcaibh 1666 ; 
fulaing 4533; furail 4053, 4054, (jia) 1659; fiiirigh 2980; 
geib 4563; innis 1458, 2892, 4215; Uicc lééS, 4532, 4555 ; 
na hoh S 552 ; roichi-siu SF 549; roichi S (joithid- H) 1353; 
//a ^/r 4282; tabair 1350, }^o6, 421^; tabbair 1349, 1351, 
1352, 2561 ; /rtîV 1667; tinôil 1349; /o/7 2982. 

Sg. 3. -c^ : -rt^. 

§ 49. — ditned 4598; horlaicched F, hiirlaiceath C 5076; 
imbredh 2803; i)nr{ed) 2731 ; leiccedh 3688; «rt loccadh 5076; 
i/rt'rf 5486; slectad 3688; tabrad 3569; //V^^/? 584; //fc£^ 
3687. 

PI. 2. -/J : -rt/W. 

§ 50. — anaidh 415; ascnaid 241 1 ; beirid 3678; biiaidridh 
5162 ; coraigaid S^ coirgidh F 2183; cosnaidh 5183; cretidh 

1. Pour ces formes cf. ce qui a été dit sur-;/w/>- ci-dessus, 

2. -idh z= -I dans H. 



296 Alf SommerfeU. 

5557; cuiridh 3578, 4126; na damaidh 5092; na dec\n\aidh 
5187; décidh 5144, dedhlaidh 5067; denaidh 5053, 5056; 
5059; denaid 2096, 3578, 3677, 5065, 5070, 5093, 5167, 
5178; na denaidh ^iSy, cirgid 5092; na furnaidid 241 1; 
gabaidh 5164, ^^Sj; geibid 5163 ; imridh S 2803 ; wa' himridh- 
si 2491 ; ;/fl imridh 5158 ; innsaighidh (sic leg. ?) 549; innsai- 
gid 5 168 ; impaidh 273 i ; /ma/W 5 179 ; logaidh 5 129 ; mataidh- 
si (jnailhid-si C) 5129; «a saigidh 5173; scihaidh 2492; 5C?<- 
r/;^/û?/; 1784, 2802; tabraidh 3675, 5090, (-5/) 5142, (wrt) 
5 161, 5517; laid (taet C) 3678; tinoilid 1358; tôccbaidh éio; 
irascraidh 5093 ; irasccraid ')i']'j. 

PI. 3. -£/; -a/. 

§ 51. — fognat 6iî;gabat ijiy, leicet 1784; orJn?/ 599; 
/ai'ra^ S 598 ; /rt/r<'^ 1355; //rt^rt^ 4578. 

Impératif du passif. 

Sg. -//j^r ; -thar., -thur (-tar). 

§ 52. — Il n'y a pas d'exemples de -ar qui s'emplo3'ait en 
vieil-irlandais avec des verbes forts (à l'exception de la classe 
en -io). Par contre, un seul verbe resté thématique prend 
-thitr : taburthur 598. 

clanntâîr 51^5 ; dentâir 4768 ; leic[ther] (sic leg.?) S 1784 ; 
tahnrthur 598. 

PI. -ter : (-tar). 

§ 53. — arlaidht^T (arlaiccttT C) 4260; aithightcr 4260 ; 
daingnigkr 4257; géraigter 4258; glinnigtfr 4259; oslaict^r 
4261, 4263. 



CHAPITRE V 

Subjonctif. 

§ 54. — Le vieil-irlandais connaissait deux subjonctifs, le 
subjonctif sigmatique et le subjonctif en â. Le premier s'em- 
ployait avec les verbes forts dont le radical se terminait par 
une occlusive dentale ou vélaire, par une spirante ou en nn, 
le second avec le reste des verbes. 



Le Système Verbal dans lu Calh Calharda. 297 



A. Siihjonclij en -cl. 

§ 55. — Dans notre texte, le subjonctif en -^ a remplacé en 
grande partie le subjonctif sigmatique, puisque les verbes 
forts ont adopté la première formation par suite de leur 
passage à la flexion faible. Ex : 

subj. prêt. sg. 3 no lidnaiced 1090; cf. v.-irl. du-indainsed 
Ml. 75 b 18. ' 

subj. prêt. pi. 3 no cindis {cinctis FC) 3 114; mani cindis 
(cingtis FC) 3 1 1 6 ; lora cingtis 4478 ; cf. v.-irl. subj. préf. sg. 3 
no-chess{ed) LU. 84 b i. 

subj. prés. pi. 3 nuina reccat 4576; na teccat 5175 à côté 
du subjonctif sigmatique ordinaire, cf. infra § 76. 

subj. prêt. sg. 3 da lecmadhj^; giisa teannadh S i8éi; co 
tegmad^6oS; na leccnmdh C 5175; no iecmadh 5166; cf. subj. 
prêt. sg. 3 doecnioised Wb. 5 d 26. 

subj. prêt. sg. 3 na ro eirged 6164; muna eirgedh C 3202; 
cf. v.-irl. subj. prêt. pi. 3 niâni esersitis Ml. 1 5 c 7 et dans 
notre texte subj. prêt. sg. 3 acht con-eirsed F 357 et atn'isset¥, 
alreissed S 1655 employé comme fut. prés. pi. 3. 

subj. prêt. sg. 3 no fiiirged '4449; da fuirgedh (dia forgeadh 
S) 1266. 

subj. prêt. sg. 3 no iarfaigheadh 992 ; cf. v.-irl. subj. prêt, 
sg. 3 ianni-d-oised Ml. 32a 5. 

subj. prés. pi. 3 na ro scuc[b]at 4^6^ ; cf. v.-irl. subj. prés, 
sg. 3 con-roisc,noco-roisc S M. Gloss. 624. 

S 5 5 (^)- — cnirithir (dans notre texte cnirid) qui en vieil- 
irlandais avait au subjonctif le thème cora-, présente dans 
notre texte le thème de l'indic. cuir-. 

§ 55 (b)- — Le subjonctif de nrailid présente à la finale 
du thème du subjonctif une consonne de position moyenne 
dans les exemples suivants : subj. prés. sg. ijurâla 650 ; cf. 
subj. prés sg. 3 co ro-b-cr-ala-sc SR. i[59- 

§ 56. — Dans la classe A, III le vieil-irlandais distinguait 
rigoureusement entre l'indicatif dogni et le subjonctif dogné. 
Cette distinction subsiste dans notre texte : subj. prêt. sg. 3 
doneadh 3377; pi. 2 dognethe 5073; subj. prés. pass. sg. 



298 Alf Sommerfelt. 

dognether 5484. Il n'y a pas d'exemple d'un subjonctif analo- 
gique dogni. Mais la forme de l'indicatif pénètre au subjon- 
ctif — sous l'influence des verbes faibles en -à dont le thème 
du subjonctif présentait la même forme phonétique que le 
thème de l'indicatif — dans la composition avec corn- qui au 
présent avait été transformée d'après les verbes en -à : subj. 
prés. sg. 2 co ro ciingna 425; subj. prêt, co congnad 3235 ; cf. 
v.-irl. congné Ml. 114 b 18. 

§ 57. — Dans les verbes forts thématiques la consonne finale 
du thème du subjonctif était, par opposition à l'indicatif, de 
position movenne dans toutes les formes. De même dans notre 
texte : 

subj. prés. sg. i a n-abra-sa (na n- abru-sa C) 3340 ; sg. 2 
dia n-apra (n- aprae C) 4209; subj. prêt. sg. 2 doberta-sa 
4064, sg. 3 doberad 3452, 5474; pi. 3 no fobartais' 4545 ; no 
gel tais F do gel tais S 235 1 \ 

§ 57 (0- — M.2âs les verbes qui avaient adopté la flexion des 
verbes faibles en -i emploient au subjonctif, comme ces 
derniers verbes, le thème de l'indicatif : 

prêt. subj. sg. 3 da fuirghedh 1266; no fuirged 4449; muna 
eirgedh C 3202. 

§ 58. — La diâTérence entre le thème de l'indicatif et celui 
du subjonctif dans la classe B,III a disparu. Après le passage de 
ces verbes à la flexion des verbes faibles en -î, le thème du 
subjonctif a pénétré dans l'indicatif (cf. supra § 27-28), ou 
bien le thème de l'indicatif dans le subjonctif: subj. prés. sg. 3 
tni-na satire PH. 7722. 

§ 59- — Vieil-irlandais présentait au subjonctif le thème 
-beîa- opposé de l'indicatif -baill-. Dans notre texte le thème 
du présent a été généralisé : acht na hahaldais 2487. 

1. Mais sous l'influence des verbes faibles en i : subj. prêt. pass. sg. na 
tahairti 6164. 

2. De gelid : il porte sa forme dérivée geltaim : no geltadais. 



Le Système Verbal dans In Cath Catharda. 299 

Désinences personnelles. 

Présent de Factif. 

Sg. I. (i) -cv, -iur : -ar, -ur. 

§ 60. — Cette désinence originellement déponente' est la 
désinence ordinaire dans notre texte et s'emploie sans dis- 
tinction en position absolue et conjointe : 

co ro dibraicer 2184 ; da fagb//r 3341 ; da tcniar 4046 ; co ro 
tochaithcr Qocaithiiir S) 2184 ; no co tot^hlur 1690; co tMCCnr 

3687. 

(2) L'ancienne désinence absolue s'est conservée en position 
conjointe dans un exemple : 

an-ahra-sa (jia n-abrn-sa C) 1340. 

Sg. 2. -/ : -a, ac. 

§ 61. — niana aentiiighi -siii 4551 ; Jlo n-apra {n-aprac C) 
4209; co ro ciingna 425 ; da derna 3340; dccha-sii 3317 ;turàla 
. 650 ; da leicci-siu 4539. 

Sg. 3. (i) conj. -/', -ù7 : a. 

§ 62. — On ne rencontre pas la désinence absolue dans 
notre texte, par pur hasard. 

co ndcrna 1391 ; ntotia /a^hbha 1695 ; cor\o]isli^^}}ca 2493 ; co 
n-inuisi 4081 ; ccn co taidhli 5 1 17. 

(2) lel. -es •{-as). 

Identique à l'indicatif. 

résin thinoiles 549 ; manip nie cloes 5150; cloes 5 151. 

PI. 2. -//;/ (-//) : -tai. 

$6^. Identique à l'indicatif. 

mana cloiti-si 5526 ; coi co nderntai 3568; du derntai 2723 ; 
ach co bjagbaithi-si 5075. 

PI. 3. § 64. — Confusion de désinences absolues et con- 
jointes, comme à l'indicatif. 

I. Cf. Strachan, l^nbal System, p. >6o. 



300 Alf Sommerfeh. 



(i) -ci : -at = v.-irl. -et : -at. 

rot-beunachat 4036 ; na cuire[t] 2733 ; na denmt 2732; meni 
dinlîat 3349; ccn co fagbat 4275 ; mina fogbat S , mina fagbai F 
Çtniiia fagbbhuidH) 1696; mina fogbat SV (adh-bhuid H) 1698; 
wrt^fl reccd/ 4576; na ro scHc\b]at 4563 ; na teccat 5175. 

.(2) -rt// (-/«■/) = v.-irl. -<'//. 

mina faghbnid 1696; /«/w^ fadhbhnid 1698; minafaghbhait 
2501. 

PI. I. déponent. 

§ 65. Forme archaïque. 

cb cloamrtr452o. 

Présent du passif. 

Sg. -//;c;-. 

§ 66. — dognetkr 5484; co ndernt//r 1667; na rotfac- 
bait^^r 4564 ; co rotocbaither H 2184 ; noco io^XdMhcr SF 1690. 

PI. -ter. 

§ 67. — dà leictrr 563 ; ardâigh na scailkr 5 174; na tanai- 
ghter 5174. 

Prétérit de l'actif. 

Sg. I. -aifîd. 

§ 68. — jogabaind 2725. 

Sg. 2. -ta. 

§ 69. — dûbcrla-sa 4064. 

Sg. 3. -é'rf, -<W .■ -ad. 

§ 70. — wo ardadh 99 ; wô fàsadh 321 ; û'c/;/ co mbàidhedh 
2156; nobenadh 2170; flfc/?/ co cetaighedb 2533 ; «0 c/o^J/; SF 
2554; ^/fif r/o^J/; 3396; «0 cIocc[h]lodh 5474; co congnad ^2^y, 
meni creacadh 3201 ; co ndedladh 3455 ; /ti:/;/ ;;/a7/a dirged 4700; 
co nditned 5277; w/zn^/ dinltadh C 3202; doberad i^^i, 5474; 
doneadh 3377 ; ac/:;^ /;/m/ dernad 1323 ; rtc/;/ co n-erbad 3559 ; 
«fl! ro ézV^cfl! 6164; muua eirgedbC ^202 ; fogabad 1089, 3702 ; 



Le Syslèmc Verbal dans In Calh Cathnrda. 30 1 

no facbad S 392; iiiaiia fagbad 4014 ; no Jiiirged 4449 ; da 
fnirghedh {dia forgeadh S ') 1266; no fuinnedh 5978 ; no gabadh 
3473 ; arna gabhadh 73 ; no iarfaighead <)<)2;cor imcuiredh léo; 
no laccadh 5975; da Icicccd 3753; cia nos-linadh 3123; ni 
nietaigead 1089; meni niillcad 3201; co n-ordaighedh 5357 j 
resiiï nosiled 3991 ; resiu ron-suidighbeadh S 505 ; cen co taidhbred 
^^^'6;gurtairniitnorebnredh S ï6o\ni tairnead 10S8 ;datecmadh 
74; gnsa teacinadh S 1861 ; na teccmadh C 5175 ; no tecmadh 
5 166 ; co tegniad 4608 ; dia tencad 1 1 1 5 ; cia no tenn\T>h 5976 ; 
no tidnaiced 1090 ; cona tortroniadh 5277 ; mina treigeadh 3201 ; 
co tnicccd S 489 ; co tuicedh 493 ; co tuccad 40 1 6 ; J^ tiiccad 4094 ; 
co liiicidh 489, 491 ^. 

PI, I. -mais. 

§ 71. — dâ fétiiiais 642. 

PI. 2. -/k, -/«/. 

§ 72. — cenco nderntai 5070; dognethe 5073. 

PI. 3; -//5 Qis) : -tais Qais). 

§ 73. — acht na habaldais 2^87 ; no cindis (rio cinclis FC) 
3 114; mani cindis (jnani cingtis FC 3 116; fora cingtis 4778; 
niani clàilis 3 114; cô ndcrnadis 141 5; cinco dernadais {cid co 
nderntaisS) 175 i ; ar na faghbaidis 1380; no fobartais 4545; 
no jotaightis 3917; co ngabtis 2647 ; no geltadais (no gel tais F, 
dogcltais S) 235 ; muna gialîdais 1634 ; dâ saildis 2525 ; .f// ro 
(siu no F) scardais 1^2'] \ céin co scibtis 2646 ; ar be{s da) tair- 
ais {mnna tairgtis C) 2720; guro laistlitis (taislitis SC) 3093; 
no taspentais 4129 ; nianadictis 3 115; mana tucctais /[i^y, na 
met ai s 4010. 

Prétérit du passij. 

Sg. -the, tbi, thea : -iha. 

§ 74. — ro adhairthea 343; co ro cumscaigthi (no S) 1797; 
anial no cuirthea 306; no co ndeiligti (no co ndeadhailli C) 
5282; aniail no diciiirtc ¥ ^06 ; no diubraicte ^6oS; a ndiu 
braictc 5465; na tabairti 6149 ; da ndernta 2706 ; «0 doirtea 

1 . Diac bfraiged F. 

2. tuicciodh =: tuicedh. 



^Û2 Alf Soniitierfelt. 

2332; ni gabta 2698 ; gabl[h]ai 5159; ni hingabla FC 2698; 
no làt[)i\e 3731; cia do loiscthi 1679; mine hordaigthea 212; ar 
dâig co scailte 3467; da slutcti 1383; conach soiti 5719 ; co 
tanaighte 3467. 

PI; -tis : tais. 

§75. — no doirtidis S no doirtis ¥ 2532; re no loisctis 
S1679. 



B. Subjonctif sigmatique. 

§ 76 . — La seule formation du subjonctif qui est bien 
vivante dans notre texte est le subjonctif en -à. Le subjonc- 
tif sigmatique ne s'est conservé qu'avec quelques composés de 
-ic- et de -saig-, avec teigini, finnaim {ro-fetar) et tuit. En 
outre on trouve subj. prêt, co n-eirsed 357 F pL 3 atreistis 
1093 C^^ atreisset comme futur, cf. infra, § 132) en regard de 
sg. 3 na ro eirged 6164 ; cf. ci-dessus, § 

§ 77 . — L'alternance du vieil-irlandais entre -ia- et -é- au 
subjonctif sigmatique detiagn', subj. prés. sg. i tiasu, sg. 2 
tési, s'est aplanie dans notre texte. Ex. : subj. prêt. sg. 3 dia 
comliassad 808 en regard du vieil-irlandais no tésed Ml. 23 b 
12. Ce développement a été favorisé par la tendance qu'il 
y a en moyen-irlandais à généraliser la position moyenne 
dans la consonne finale du thème du subjonctif sous l'in- 
fluence du subjonctif en -à; cf. infra. 

§ 77 (^)- — Subj. prés. pi. 2 achtco tisaid-si 3301 ; prêt. sg. 
I tisaind-si 580; sg. 3 da tisadh 3393 en regard de vieil- 
irlandais *tisid, *iisind et tîsed ont la consonne moyenne sous 
l'influence du subjonctif en -à ^ 

§ 77 (b)- — Subj. prêt. sg. 3 rosoisedh 1680; pi. 3 ro sois- 
//.f 3054, en regard de vieil-irlandais roia^i^îi LU. 112 b6, rosais- 
sed LL 250 a 46, ont reçu leur voyelle -0- des formes proto- 
toniques ; ex. : prêt. sg. 3 co roisedh 1795 ; pi- 3 co roistis 1736. 

1. Cf. Thurneysea, Handh. § 51. 

2. Déjà en vieil-irhmdnis : b. ôsad Ml. 18 a 7 ; -orrad ih. 124 d 8 et 
sésàiitit ib. 41 c 5. 



Le Syslcme Verbal dans In Cal h Catharda. ^oj 

Le verbe simple soichid (avec la voyelle du composé -ro^V/;) peut 
aussi avoir eu quelque influence. 

§ 78. — La forme originaire du futur prêt. sg. 3 co laethsad 
5675 s'emploie dans notre texte comme subjonctif du prété- 
rit', cf. subj. prés. pi. 3 dotodsat Ml. 124 d 12. De même 
prêt. pass. sg. nofiasia 4581, cf. prêt. sg. 3 ni-n-fessed Wb. 16 
a 2^ 

Désinences personnelles. 

Présent de FactiJ. 

Sg. 3. conj. 

§ 79. — co ndeacha 5 (dig SF) ' 2492; nachit-tair SF 552 ; 
na li 4052. 

PI. 2. (r) conj. -aid =^vAr\. -id 

§ 80. — achl co tisaid-si 3301. 

(2) -lai = v,-irl. -id. 

co tistai 2412. 
PI. 3. conj. -at. 

§ 81. — co fesarat ^'^jS (y.-\û. fessatat-) ; cor-risat 5180. 

Prétérit de l'actif. 

Sg. r. -aind. 

§ 82. — tisaind-si 580. 

Sg. 2. -/dt. 

§ 83. — da festa-SH 4517. 

Sg. 3. -^J : . -rti. 

§ 84. — no coemsadh ^22^ ; dia comtiassad ^oS ; daroisedh 2^0^ ; 
acht co n- eirsed F 3 5 7 ; co roisedh 1795, {acht co\ 1 3 68 ; noco roi- 
sedsium 3067 ; cia rosoiscdh (ce no sossadh F, ce na sosed S) 

1. Le futur du prétérit paraît en moyen-irlandais se substituer assez 
souvent à l'ancien subjonctif du prétérit. 

2. Ci. festar comme futur Wb. 12 d27 et /a5/rtr comme subjonctif /V'- 
22 d 3. 

3. kg. co ndeacha a ferg foiciila. 



3Ô4 Jlf Sommerfell. 

léSo ; ro soised 3457; <:(? tairsedh 254, 5847; co tacthsad 5675 ; 
do ihisadh 1745 ; cidh menic tisadh 5096 ; ar nàch iisadh 359 
(^rt)3393; co iisadh (sic leg.) 3295, (niana) 3330, (niana) 
3962, (^^?) 4405. 

PI . 3 . -//.f ; -tais. 

§ 85. — L'accent sur IV paraît indiquer qu'il a été long. 

atreistis 1093 j co /estais 1094, 1099» 0'^^) 4^8S ; ara fiastais 
927 ; w^ remtiastais 4888, (fo?/^) 5699 ; ro m/w 1421 ; co ris- 
tais 3264; ristais SF 2304, (^^) 2409 ;rc ra/^Z/j- 1736; wr(7 
m5/ù SF 1421, (risi) 4807; ro soistis 3054. 

Prétérit du passif. 

Sg. -/« 

§ 86. — no fiasta 4581 (si non pi. 2 act.) 



CHAPITRE VI 

rUTUR. 

§ 87. — En vieil-irlandais les verbes faibles formaient leur 
futur par l'addition d'une /au radical, tandis que les verbes 
forts se servaient au futur du thème redoublé du subjonctif 
et employaient par conséquent partie un futur asigmatique en 
-à et partie un futur sigmatique. 

A. Futur en f. 

§ 88. — Déjà en vieil-irlandais le futur en/ s'était glissé 
dans quelques verbes forts, et dans notre texte cette forma- 
tion s'est étendue (à côté du futur en -f) à un bon nombre 
des verbes forts par suite de la régularisation au présent. Ex : 

atci ' : v.-irl. fut. prêt. pi. 3 ad chichitis Wb. 7 a 2. 

cingid : v.-irl. sg. 3 cicbis Rc. X 224. 

cuirid : v.-irl. fut. sg. i (du verbe supplétif /o-a-n/-) /o-r/- 
chur-sa LU. 70 a 4. 

I, La classe A, III. 



Le Syslhne Verbal dans lu Lalh Lathaiilu. 305 

genid : (v.-irl. gamithir): v.-irl. fut. prêt. sg. 3 no gigned 
Sg. 138 bi. 

gniid : v.-irl. fut. prcs. pi. 3 rel. geude Thés. II 714, 10. 

Iciiaid: v.-irl. fut. prés. sg. 3 lilith Er. V 242, 178. 

lingid: v.-irl. fut. prêt. sg. 3 co» 'ribiiilsed LU. 63 b 4 (n/'- 
= la syllabe de redoublement *///;- ; cf. Pedersen, Vgl. 
Gramm. II, § 765). 

relhid : v.-irl. fut. prés. sg. 2 larrais Fél.^ 252^ (composé 
avec to-air-). 

indsaigid : v.-irl. fut. prés. sg. 2 ;?/ rwV Thés. II 290, 13 
(composé avec ro-). 

iechid : v.-irl. fut. prés. sg. i ni theis YBL. 29 345. 

ttiiiid: fut. prêt. sg. 3 dofaetsad 4S 12. 

§ 89. — En vieil-irlandais / à la finale syllabique devient 
la spirante h ; de même dans notre texte (i ex.) : fut. prés, 
sg. I nàch léiciub-sa 587. Après consonne on rencontre excep- 
tionnellement en vieil-irlandais le b ; entre voyelles non accen- 
tuées/ et b alternent sans règle. Dans notre texte nous trouvons 
après consonne toujours / ; entre voyelles, ^ seulement dans 
ces quelques exemples : fut. prés. sg. 3 rel. taisealbabas 1125 ; 
prés. pass. sg. irebabtar S 604 ; prêt. pass. sg. ro scribabtha 
1152. 

§ 90 . — L'/ était en vieil-irlandais de position antérieure 
avec les verbes en -l et presque toujours avec les verbes en -à. 
Nous avons des restes de ce dernier usage dans fut. prés. sg. 3 
rel. mairbfis 4249 ; fut. prêt. sg. 3 / miiirfead i loi. Dans notre 
texte la règle est /moyenne avec les verbes en -a et/antérieure 
avec les verbes en -/' et ceux de la classe A, III '. 

En est excepté l'exemple suivant qui a Vf moyenne : fut. 
prés. pass. sg. legfaiter F en regard de leicfigter S 591. — tic 
et conic ont toujours 1'/ moyenne, cf. irl. mod. tiocfad. 



I . Y compris, bien entendu, les verbes forts qui avaient adopté la 
flexion faible. 



Rfvui- CellHiue, XXXn. 



^oé Alf Sommer jeli. 

Désinences personnelles. 

Trésent de l'actif 

Sg. I. (i) -et : (-«/). 

§ 91. — (I) nair toduiscfet-sae 4079. 

(2) L'ancienne forme conjointe sans 
suffixe 'avec -b final postérieur s'est conservée dans l'exemple 
suivante : 

(I) nàch [léiciub-sa 587. 

Sg. 2. -e. 

§ 92. — (I) cûso treôraigh\fe] 640. 

Sg. 3. I. =le futur en /du vieil-irlandais. 

§93. — (i) abs. {-id) : -aj/rf identique au vieil-irlandais. 

■ mellfaidh H 591 ; molfaid 3577. 

(2) conj. -ea : -a identique au vieil-irlandais. 

co na leicfea {leiccfe F leacfeaS) 1021; air dofor-ficfa 3579 ; 
ticfa 1668, 4041 (rel.). 

(3) rel. -es, -is : -as. 

a) identique au%'ieil-irlandais. 
clofes /\6o^ ; ferfas 1018; uiairhfis j[2/[<); taisealbabas 1125. 

b) dans les composés. 

airisfes ^16^ ; intaii dianscâillfles 298 \diiiltfas 1021 ; oslaic- 
fes ICI 5. 

II. = le futur fort du vieil-irlandais. 
(2) conj. -e, -i : -a. 

atchifi 3576 ; daig atchij'c 3579 ; alclninfe 3580; frisa fetfa 
2699. 



Le Système Verbal dans In Calh Calharda. ^07 

(3) rel. -es, lus- : (-(ts). 

"■ tetc[hyius, {teichfes C) $ï)8, 5160. 

PI. 2. -dhe, -ti, 

§ 94. — (J) co clofidhc 5120; colnicjaiii 2412. 

PI. 3. -//, -et: -ait (-iiit), -at. 

§ 95. — Confusion des désinences absolues et conjointes, 
comme à l'indicatif. 

I. = le futur en/ du vieil-irlandais. 

(i) -aity (-uit) identique au vieil-irlandais. 
geltfuit 603 ; triaUfa (Jt-siuni) 27 1 9. 

(2) -et : -at identique au vieil-irlandais. 
coluicfet (leg. c. ¥ cotnicfat) 634; gusa ngresfet 645. 

(3) -// = v.-irl. -et. 
ar comroînnfit 1460; taircfidit (jaircfit CF) 2719. 

II. = le futur fort du vieil-irlandais 

-//, -et : -///. 

not- lenfut-sa 638 ; i suidhfet 603 ; ar teichfit 5094 ; */«V[/;j/2/ 
5084; intan tnit[J]it {tuitfid S) 297. 

Présent du passif. 

Sg. ' -ther (-ter). 

§ 96. I. = le futur en / du vieil-irlandais, 

clofit^r 4605 ; inti clofit/V 5062; ni coimetfaither 1049 ; leig- 
figtfr S, legfait^r F 591 ; moljaither 1050; tathaeirfither (jataeir- 
fither F, tairfitijr S)Jio5 1 ; trebhfait/jér (trebabtar S) 604 ; trial l- 
faidter 4409. 

II. =: Ile futur fort du vieil-irlandais. 
cuirfithiv 1466; ;//■ faicfit/;tT 3783. 



3o8 ^If Soiniiicrjell. 

PL -kr. 

§ 97. — (I) conirainnfiter F 1461 ; co loefit/r S, laefiler F, 
/<?/fighttT H 302. 

Prélt'ril de Faclif. 

Sg. I. -/«?/ : -ai nu. 

§ 98. — (I) ro clofinn-si 4581 ; ni tiitcfainn 3785. 

Sg. 3 [-ed : -ad. 

§ 99. I. •= le futur en/ du vieil-irlandais. 

no adannfad 1030 ; ni airisfed 799 ; nacfj claefedlj 2965 ; 
^/o doidhfedl) 25 5 3 ; cotnicfadl? (sic. leg.) F 1 502, 1 182 ; doticfadh 
{dosficfad S dusfiucfad F) 342 ; dus inniusligfed]} 2705 ; rosn-iinl- 
naidfed 1 1 57 ; to lasfadh 5464 ; ;w Jàejcdh 1503; [con]nâch lécfedh 
272 ; f muirfead (i murfel F, imifnread S) i loi ; no ordaighfedh 
4759; wî sailfedh 4747 ; ^w sailfeadh 2700; «0 saerfadh iiji ; 
iar a snigbfedh 202^ ; i snigbfedh 3834; nô thairmiscfedh 271 ; 
/[;/] tainifed 2765 ; ?w tairnfead SF 1779; daticfad 1032; (m) 
4503; ^0 tnicjead S 1502 ; ;;^ tiucfad 3764; m'ro thraiccfedht 
3655 ; A)«fl' tréiccfedh 1644. 

II. :^ le futur fort en vieil-irlandais. 

atcifed ^j^y ; no cingfed 360, 5297, (////;//«') 4721 (sic. leg.); 
^zo cuirfead SF 1503 ; ro /é;7/(3^ 1502 , {frisi) 2699, (;/âf) 5576; 
J^ ngnifead 1370; gnifeadhS 1664; no innsaigfead 2G20; no ind- 
saigledh 3648; no lingfedh 3609, 5296 ; co tiiitfedh 341. 

PI. I. -mais. 

§ 100. — (I) ^0 licfàuiais 1682 ; ///rt5 ticfamais 2554. 

PI. 3. -/w. 

§ loi. — L'accent sur 1'/ peut accuser un / long, comme 
en irlandais moderne. 



I. ^ le futur en / du vieil-irlandais. 

no aithfidis 1793 ; amail no brelfatis 5 144 ; co coimelfatis 5497 ; 
inn gialfaidis 131 ; frisa laefidis 2683 ; co lasfatis 4153 ; frisa 
saefidis 2683 ; ni sailfidis 2721 ; no iailljitis 808 ; no tinoilfitis. 



Le Syslèiiie Verbal dans In Calb Calharda, 309 

II. = Le futur fort du vieil-irlandais. 

intan atchiinfilis 6165 ; no cingfidis 2669, (nà) 2399; co 
cîngfitis (cenccfitis FC) 5829, (for-a) C 4778 ; in fetfaidis 1650 ; 
cona félfadis 1745; i ngeinfitis 3850, 3872 ; co'reithfitis 5693 ; 
co reiifttis 2792. 

Prétérit du passif. 

Sg. -tijea : -tba 

§ 102. I. = le futur en / du vieil-irlandais. 
conach léiccfithea 390; no leicfithea Qeicecbi C, no kicfitea S) 
2766 ; ro scribabtha Çscribtha F) 11 52. 

II. = le futur fort du vieil-irlandais. 

ni cuirjidhli H 1664; do fetfaidthe {jio fetfaicchli C) 5764 ; ni 
gnifithe F 1664. 

B. Futur asigmatiqne (on en a). 
a) La formation ordinaire avec redoublement 

^ 103. — Les verbes forts formaient, comme il est rappelé 
plus haut, leurfutur àlaide du redoublementdu thème du sub- 
jonctif. La voyelle de redoublement était parfois i, gainithir: 
fut. gignithir, le plus souvent é\ canid : fut. cechnaid. Nous 
trouvons des traces de cet état de choses : — avec redouble- 
ment en -i : 

fut. prêt. pi. 3 no ibhdis 2533 ; nis ibhdis 2525; et avec 
redoublement en e : 

fut. prés. pi. I dogénum-ne b 53 ; etc. {gén <^ *g^V^-) ', mais 
le futur de ce verbe prend phonétiquement la forme du 

|j) Futur dit en è. 
§ 104. — Ce futur servait en vieil-irlandais pour les verbes 
I. Primitivement toujours en i. 



s 10 • . Al f Sorti nierfelt. 

forts avec voyelle radicale e ou a, bcrid : béra ; melid : mêla; 
gaibid : géba ; gairid : géra, etc. Déjà en vieil-irlandais cette 
formation avait gagné du terrain par l'analogie (ex. : fat. prés, 
sg. 3 ;;/ chossena LU. 107 b 44 de con-sni d'après do-gni : do- 
géna; fut. présrsg. i ingétWh. 9 d4 d'après gaibid: géba, etc.), 
et dans notre texte elle est très répandue. Elle se trouve 
notamment dans les verbes composés qui présentent syncope 
de la voyelle radicale au présent. Le point de départ de ce 
développement est à chercher dans les anciennes compositions 
de gab- et gar-, etc. 

fagbaid ifogéba . 
fognaid : fogéna 
focraid : focéra 
inibrid : imbéra 
coicUd : cocéla. 

Ces formes avaient en vieil-irlandais le futur en ê et 
entraînent après elles des verbes comme 

diglaid : digéla (aurait en v. irl. formé son futur en f). 

fuirgini : fniréga (v.-irl. fut. sigmatique). 

dedlaid : di'déla (v.-irl. lut. en/). 

airmid : airéma (v.-irl. fut. en /). 

fuilngid : fuilénga (v.-irl. fut. sigmatique). 

eirgim : eireocha (y. -ir\. fut. sigmatique). 

tecmaid itecéma (y. -ïrl. fut. sigmatique). 

fodmaid :fodéma (v.-irl. fut. asigmatique). 

§ 104 (a). — ^ A ces verbes s'est joint en outre inrisini, inni- 
sim:innésa. 

De même on formait : 

§ 104 (b). — Jamaid: léma (v.-irl. fut. asigmatique) d'après 
le modèle de gabaid : géba, etc. 

§ 104 (c). — De l'autre côté, des verbes comme eirgid et 
fuirgid ont été le point de départ d'un développement nouveau 
qui a connu une grande prospérité en moyen-irlandais et en 
irlandais moderne. 

De eirgid : eireocha 

fuirgid -.fniréga 



Le Système ['erhal dans lu Calb Catharda. 511 

Le futur en c s'étend à des verbes en -g- comme 

deligid : delécha, dekocha (PH.'), 
et à d'autres verbes en -g- "■ : 

ciiartaigid : cuairtéocha ' (aurait en v.-irl. formé son futur 
en/). 

indsaigid : indsécha (v.-irl. fut. sigmatique). 

cotidaigid : cuinmocha (\'.-irl. fut. sigmatique). 

§ 105. — Dans les gloses, les formes enclitiques gardaient 
d'ordinaire leur?; il y en a quelques exemples dans notre 
texte: fut. prêt. sg. 3 da ndingénad 3559; pi. i ina udingenmais 
l'jii ; pi. 3 co ndingéntais 3452; prés. sg. 3 na digéla 5152, 
etc. 

§ 106. — Dans d'autres textes du vieil-irlandais 1'^" est parfois 
tombé ; de même dans les exemples suivants de notre texte : 
fut. prés. pi. I samail in dmgniui-neV {diuginuin-ni S,diiigiiiiim 
-w C) 271 1 ; prêt. sg. 3 a ndingnedh 530; prêt. pi. 3 co tibra- 
tais 3454; prés. sg. 2 ni fiiighidh -^ H Gt,G; sg. 3 co faigbe 
2805 ; na fuigbhe 3689; prêt. sg. 3 co bfiiigbed 3238. 

§ 107. — Les syncopées de fâcbaid ont manifestement été 
rattachées au futur en /, et les formes suivantes sont transfor- 
mées d'après cette formation du futur : prêt. sg. 3 tio faicfed 
392; no fiiicfead 2620; pi.' 3 no faicfidis jjj ; cf. en outre 
prés. sg. I ni fiiicciub-sa ^oj/{. 

§ 108. — Une formation nouvelle, analogique au futur en/, 
qui est particulièrement fréquente dans les textes du LU >, se 
trouve attestée dans notre texte par l'exemple, prêt. sg. 3 no 
furmebad SF 1777 (doberad H). Le point de départ a pu être 

1. Cf. Strachan, CZ., III, p. 486. 

2. Et non pas dans le sens inverse, comme le dit M. Dottin (Manuel I, 
5 221, Rem.). 

3. Dans des verbes comme aiartaigim, condaigim, etc., avec groupe de 
consonnes devant V-i- du futur, ces consonnes sont palatalisées par analogie 
avec les verbes à consonne moyenne à l'indicatif du présent et consonne 
antérieure au futur : dcdlaid : dedcJa ; tecmaid : tecètua, etc. 

4. idh dans H = /. 

5. On trouve bon nombre des formes chez Strachan, CZ., III, p. 487 et 
ss. M. Thurnevsen a constaté l'influence sans en donner l'explication, cf. 
Strachan, //'. : the starting point of the formation may be found in the ana- 
logy of compounds of ^aZ) : iurcéba,^ic. (Thurnevsen). 



312 Jlf Sowmerfelt. 

facbaid prononcé facaid (cf. facaid LL). Le futur Jacéba du 
présent facaid a pu servir de modèle pour le futur airméba de 
airmid, etc. Toutefois il est possible que facaid soit une forme 
reiaite sur facmait, facsat, etc., et dans ce cas il faut chercher 
un autre point de départ. Je le vois dans le fait qu'à côté de 
facéba on avait des formes comme faicfe, etc., qui par les 
sujets parlants étaient prises comme des futurs en -/. On rap- 
prochait par ex. airiiife de faicfe et formait alors un airméba 
d'après facéba. 

§ 109. — La flexion du futur en 5 était la même que celle du 
subjonctif en à; la consonne finale du thème du futur était 
par conséquent de position moyenne dans toutes les formes. 
Par la syncope de Vê dans les formes enclitiques, le groupe 
de consonnes prend phonétiquement la position antérieure. 
Ex. : fut. prés. sg. 3 co faigbe 2805 ; pi. i samail in dingnim- 
WF2711 ; prêt. sg. 3 a ndingnedh 530, etc. 



Désinences personnelles. 
Présent de V actif. 

Sg. I. (i) -ai. 

§ iio. (II) innesat 4226. 

(2) Pas de désinence après des particules 

conjointes et dans les verbes composés qui maintiennent la 
distinction entre les formes deutérotoniques et les formes 
prototoniques. 

I. = le futur en e du vieil-irlandais. 

dobér 4081, 4210 ; dober-sa 1121, 4208; mi dingén-sa 3781 ; 
ni fuicciub-sa 4074. 

II. = d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

da 7i-airemh {n-airem F, n-airim S) 1353; nach cuairteoch 
^ojé; nachcuinnéoch-sa 12^^. 



Le Système Verbal dans lu Cath Calharda. 315 

L'ancienne désinence absolue -a n'existe donc plus. 
Sg. 2. a, (-('). 



I. = le futur en c du vieil-irlandais. 

§ m- 

atbéra 654, 4215; fogcba 3341, (ft>) 4282; / ngeba 6 557; 
gébhusa, (gebasa S) 55e; nifuighidb H 63e; ni fogheonaidh H 
636 '. 

II. zn d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

ni fodhenia-'su 636. 
Sg. 3- 

(2) -a, (-^) après les particules conjointes, etc. 

§ 112. I. ^ le futur en g' du vieil-irlandais. 
dobera 1122, 5050, 5054, 5056, 5059; co jaigbe 2805 ; na 
fiiigbhe 3689 ; da ngebha 1 370. 

IL = d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 
7îa digéla 5152; nod-fuirega 3349. 

(3) rel. -as, -us. 

I. =:le futur en ê du vieil-irlandais. 
a) = forme relative du vieil-irlandais. 

beras 562, 1125, 4056 ; gébhus 556. 

b) dans les verbes composés. 

cocelas 105 1 ; coisenas 5490. 

I . -idh dans H =: -r, -e. 



;i4 



Alf Sommer f elt . 



II. = d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

eireochus 1655 ; fiiilengus 4538; inâeôsus 69. 

PI. I. 

§ 113. aui, -nm{-jin^ a])rts les particules conjointes, etc. 

I. =: le futur en ê du vieil-irlandais. 

dogémmi-ne b 53 ; saniail in dinginmn-m S, dingnini-ne F, 
di7igmum-7je C 27 1 1 . 

II. = d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

lia dcdhelum Çdegbeoluiii H) 1703. 

PI. 2. tai. 

§ 114. (I) ar a ndingentai l'jiG. 

PL 3. — ait, -at. 

§115. (i) -at = \Ar\. -at. 



I. =1 le futur en ê du vieil-irlandais. 

atbelat {aihelal S) 889 ; go n-aibelat 1022; coingenat 5493 ; 
innas domelat Sc)0 ; fogebat SF 1702; 

II. — D'autres formations du futur en vieil-irlandais. 
conach kuiat 4211. 

(2) -ait = v.-irl. -at. 
(I) airbertait-siuni 4530; concccnait C 5493 ; dogebhait 1702. 

Présent du passif. 

Sg. thar, {-iar), ther, (-ter). 

§ 116. I. — le futur en <f du vieil-irlandais. 

dobertar 3797, 4127 ; / ndinginter (inndingéntar S) 605 ; 
fogebtar S, fogebter F 1653 ; faigebt^//' C 4404; ro gebhlhiir 
H 1653; ni fuighbither {fuigbthar S) 260. 



Le Svslriiir Verbal dans In Cath Catharda. 3 1 5 

IL — D'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

na lemhtar 5057. 

PI: -lar. 

§ 117. (I) / ndingenUïr iat 4216. 

Prétérit de Factif. 

Sg. I. ainn. 

§ 118. — I. =: Le futur en ê du vieil-irlandais. 
doberainn 4582; doge natnn-si 406 <). 

IL = d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

ro inneosainn (indisfeind Ed.) 2891. 
Sg. 3.§ 119- — -iid.{-ed). 

I. = Le futur en ê du vieil-irlandais. 

air adberad 754 ; atberad 75 5 ; dobéradh 403, 141 1 (jio beradh 
S), 1777» F272r;/rf tibredh iij8; conat coiingeonadb (cona- 
coimgeonathC) 4S00 ; dogénadh 40 ^y, 1501, 1802, 3423,4502; 
dogenad 3 778 ; a ndingnedh 5 30 ; dan dingenad 3 5 5 9 ; ni toigébad 
S 1360; fogebad SF 1479, 3060; no fnicjead 2620 ; co bfuig- 
bed 3238; no faicfedh (no facbad S) 392; no gébhadh 1479; 
ni gebad 782. 

PI. I. mais(-mis^. 

§ 120. — L'accent sur 1'/ paraît accuser un / long, comme 
en irlandais moderne. 

1. --= le futur en è du vieil-irlandais. 

dobermais 1683 ; ina ndingenmais 2722 ; co nditîgnimis 649 ; 
ro faenmiiais-ne 1682; roQ^foidenmais 1682; nô imbéramais 
2^<)4Çii)ibermais ¥y 

IL — D'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

no fodemmais F 1682 ; a fuilengmais-ne 5142. 
PI. 3. -tais. 



5ié 



Alf Sommerfclt . 



§ 121. — I. =le futur en e du vieil-irlandais. 

na berdais 2737; na bertais 2800 ; na coemtais F 2409; na 
cuingebtais 2409 \no cuingéntais 5502; conatcomgeontais {conacom 
geointis C) 4777; dobertais 5495; ^0 tihratais 3454; dogendais 
dogentais 130, 582,921, 1092, 1094, iit,'^,, 2^0'^; dogendaiss 
C 3778; dodendais S 131; dodentais S 921 ; co ndingéntais 
3452 ; no faicfidis 'j'j-j ; no fohertais 3394 ; fogebtais 3266 ; ??a 
(nach S) gébhdais 1232. 

II. = d'autres formations du futur en vieil-irlandais. 

na dcd chais 3880; no foidénitais {foi déniais S, fodenidaois F) ; 
no indsechlais 777. 

Prétérit du passij. 

Sg. tha (-ta). 

§ 122. — (I) atbertha 1 1 5 3 ; wo berta 5 1 44 ; doberta (dobreta F) 
1028 ; dobertai 4094; intan na tibirthi 1496; dogentae 4111 ; 
dogenta S 1802 ;rtm ndenta 558;/ ndingénta 3826. 

y) — Futur de teigid ^/ dotaet. 

§ 123. — Le futur de tiagaid se formait en vieil-irlandais par 
le thème non redoublé rega-, riga-, qui se fléchissait comme 
le subjonctif en â, et dans la composition avec to- comme le 
futur de dotéit. Notre texte présente le même thème dans la 
même fonction : raga et doraga, prototonique targa d'après 
raga en regard du vieil-irlandais terga d'après rega. 





Présent de l'actif. 


Sg. I. 


(i) -at. 


§ 124. 


rachad 1690. 




(2) conj. 




ni ragsa 3782. 


Sg. 2. 


-a. 


s 125. 


doragha- sa 1467. 



Le Système Verbal dans In Culh Catharda. )i/ 

Sg. 3. (2) conj. -d. 

§ 126. — doragha 1046, (intan) 1668, 4284; doraga 1019, 
(doragha C) 3580 ; }il ragha^^j} ; a targa^26^ ; ni targa 4264. 

(3) rel. -its. 

PI. I. — rachus 2208. Conj. -mn. 
§ 127. — leis a Casa S) raghain 1674. 

PI. 3. ail, -al. 

ragtait 4391, atragat 1047'. 

Présfiil du [massif. 

Sg. § 128. -at , -thaï. 

ragar Vjiûgthar 1690. 

§129. Prêter il de r actif. 

Sg. 3.— -ad. 

§ 130. — doraghadh ^6^ ; iiitaii dorachad 1232; no raccadhY, 
no.rachadh C 3403 ; nach rachadh 396. 

PI. 3. — -lais.' 

no raghdais 5418; no ragdais 5467. 

§131. C. Futur siginaîiqiie. 

§ 132. — Comme le subjonctif sigmatique, le futur sigmatique 
est en moyen-irlandais une formation morte. Il se formait en 
vieil-irlandais, comme il a été rappelé plus haut, par le thème 
redoublé dusubjonctif sigmatique. Certains verbes employaient 
pourtant le subjonctif sigmatique sans redoublement comme 
futur Çreth-, tech-, reg-, aing-, etc.-). Ainsi nous trouvons dans 
notre texte fut. prés. pi. 3 afreisset, F atreissed S (= eireochus 
H) 1655. Notre texte a cependant fait encore un pas en avant 
et emploie conime futur également les formes du subjonctif 
d'autres verbes. Ex. : fut. prés. sg. 3 roso (dosa F) 1460 ; prêt, 
sg. 3 rosoisedh 4096 en regard de prés. sg. 3 rosia 5086. Cela 
pouvait avoir lieu pour ce verbe d'autant plus facilement que 
la forme prototonique, d'accord avec le vieil-irlandais, était co 

1 . at z=: do. 

2. Cf. Thurnevscn, Handly. I, § 661. 



5iS Alf Sommer jcU, 

roiset 4276 (prés. pi. 3). Prés. sg. 3 a ria 144 est une forme 
prototonique analogique d'après le deutérotonique rosia'. De 
plus on trouve des subjonctifs sigmatiques de certaines com- 
positions de la racine -ic- employés comme des futurs dans 
des cas où le vieil-irlandais employait le futur en/. Ex. : fut. 
prés. sg. 3 noco tair 1053 ; co toir 462 ; pi. 2 ocns îisaidh 5098 ; 
prêt. sg. 3 tisadh 362; pi. 3 dus in caemgsitis S 1650. Enfin, 
le subj . prêt. sg. 3 dodiscedh 392 sert comme futur en regard 
du vieil-irlandais dorecrad, dorigad. 



Désinences personnelles. 

Sg. I . Présent de Vaclif. 

§ 133. — Conj. Comme en vieil-irlandais pas de dési- 
nence avec position postérieure de la consonne finale du thème 
du futur : 

ni nio ro faelnsa {saelusa S) 1 1 1 7 . 
Sg. 3. —Conj. 

§ 134- 

rosia 5086, 5172; a ria 1464; dofaeth 4245; dofaet-side 
4243 ; dofaeth-snm 4047; roso (dosa F) 1460; noco tair 1053; 
co toir ^62. PL 2. 

§ 135. — ocus tisaidh 5098 (sic Stokes). 

PI. 3. — -et. 

§ 13e. — co roiset 4276; atreisset F, atreissed S 1655 (= 
eircochusW). 

Prétérit de V actif. 

Sg. 3. ed, -ad. 

§ 137. — dodicsedh (no diccsedh F) 392 ; intan doroised F 1232 ; 
folilsadh 11 14, 5334; cusa roisedh i8éi; ro soisedh j[0<)G \ co 
taetsadSF 341; no taetsadh 1282; dofaetsàt 4812; tisadh ^62, 
664, 788, 1275, 5646 (sic leg.). 

I. Cf. au prétérit liacbt de rosiacht (Sarauvv, Irske Studler). 



Le Système Verbal dans In Culh Catbanla. }I9 

PI. 3.— -tis. 

§ 138. — dus in , caeinbsitis {cacmsalais F) 1650; coemsaitis 
{coemsalàisc C) 5691 ; avia cacmsilis S, coemsatais F 1745 ; no 
tae[th]satdis {ta^fh]sailis C taeisaitis F) 3170; ?/o ta^thjsaidis 
{toetsaitis F toetbsailis C) 3173. 



CHAPITRE VII 



Prétérit de l'actif. 

§ 139. — En vieil-irlandais on avait trois fornnations diffé- 
rentes du prétérit. Les verbes faibles formaient leur prétérit 
par l'addition du suffixe s au radical, les verbes forts en -/ et 
-/■ et quelques-uns en -m et -0^ par l'addition d'un /, et le 
reste des verbes forts formaient leur prétérit sans suffixe, c'est- 
à-dire que l'on n'intercalait pas de consonne entre le radical 
et la désinence. 

§ 140. — La distinction entre le prétérit parfait et le prétérit 
narratif n'existe plus, comme nous avons dit plus haut. Il y a 
toutefois quelques exemples de formes sans ro. 

A. Prétérit siginatique '. 

§ 141. — Le prétérit sigmatique est en moyen-irlandais la 
seule formation vivante du prétérit. Elle était en vieil-irlan- 
dais, comme nous avons déjà dit, limitée aux verbes faibles 
(-{-quelques verbes forts); mais dans notre texte, les verbes 
qui au présent étaient passés dans la flexion faible ont adopté 
les formes sigmatiques du prétérit. Il y avait en vieil-irlan- 
dais une tendance pour certains verbes à former le prété- 
rit en s dans les compositions en regard du prétérit fort du 
verbe simple. Ex. : pi. ^ fo-ro-rhsalsat M\ . 18 d 11 ; pi. i do- 

I. Cf. Quiggin : The s- Preterite in Middle-Irish, Er. IV, 191-207; 
Dottin, La formation du prétérit irlandais moderne, Mélanges de linguis- 
tique offerts à Ferdinand de Saussure, p. 191 ss. 



3^0 Alj Sominerjelt. 

fo-r-chsalsaiii Wb. 21 h/{{for-coiii-sel- et lo-for-coiii-sel-) en face 
du simple sg. 3 5//?/fl/5 LL 103 a 48, LU 39 b 5. Ce facteur n'a 
peut-être pas été sans influence. Ainsi SR. (première période 
du moyen-irlandais) présente des formes sigmatiques dans les 
composés : sg. 3 ro-dosn-airg 5415; do-r-imgair ^<)'^o ; ro-ih- 
itngair 2477 ; ro-th-airngair 3287 en regard du simple (seule- 
ment) ro-i//-or/ 4473 et passim, ro-gart 1181 et passim. Mais 
en même temps on trouve aussi les formes sigmatiques dans 
le verbe simple : ro-ben 5871; ni ro-chan 4804; ro-scing 545; 
co ro'slig 5655; etc. 

§ 142. — Dans notre texte les verbes forts suivants ont 
adopté le prétérit sigmatique. 

I. = le prétérit en t du vieil -irlandais. 

ro ctirg, cf. v.-irl. ro orl Ml. 48 c 8. 

— ûiriiiibir {air-iinb-ber^. 

— athraig, cf. v.-irl. ni-r-aitberracht LU. m a 71. 

— coicill, cf. v.-irl. con-cdt LL. 333 b 30. 

— chômai!, cf. v.-irl. con-a-iiielt, Trans. Phil. Soc. 1891-94, 

166, 14 (Cormac's Glossary). 

— comerig, cf. v.-irl. co-t-r-eracht LU. 1936. 

— comgair, cf. v.-irl. con-a-cart Wi: Woeterb. 445, 444. 

— comtnairg, cf. v.-irl. conio-chm-airt-siti Ml. 170 a 2. 

— cqndaig, cf. v.-irl. conaitecht Ml. 36 b 5. 

— erig, cf. v.-irl. atracht voy. ci-dessous. 

— fobair, cf. v.-irl. fo-rr-ôpart TBC (Wi.) 1408. 

— faeni {fo-cmy 

— foccair, cf. v.-irl. fo-s-r-ocurt Wb. 24 a 26. 

— forcongair, cf. \'.-ïr\. for- ro-cbongart Wh. 20 c. 9. 

— freccair, d. \\-ir\. friscart Thés. II, 241, 10. 

— fosaig^ (fo-snig). 

— iarfaig, cf. v.-irl. iarmi-foacht LU. 61 a 24. 

— imbir, cf. v. -ni. con-idii-imbert Thés. II 343, i. 

— inforbair (jber-^. 

— innsaig (ind-saig-). 

— saig, cf. rosiacht, ci-dessous. 

— iaidbir {to-aith-ber-'). 



Le Système Verbal âans In Caih Catharda. 32! 

ro tairbir (jo-dith-ber^. 

— lidnûic, cf. v.-irl. do-ecomnachl Ml. 54 c. 26. 

— tiniairc, cf. v.-irl. d-an-immart Ml. 14 b 14. 

— loniail, d. v.-irl, ni lo-r-mitlt Wb. 18 a 10. 

— Insiiii, cf. v.-irl. doivsal Sg. 31 b 2. 

— tnairCjd. v.-irl. do-com-art Ml. 45 a 11. 

II. - le prétérit sans suffixe du vieil-irlandais. 

a) Les formes redoublées du vieil-irlandais. 

ro asccna, d. v.-irl. ad-nt-choisséni, Ml. 69 d 4. 

— asiaig Çad-slig-). 

— aithgen, v.-irl. adgéii-sa Wb. 12 c 13. 

— caii, cf. v.-irl. ro cacbain Ml. 48 b 11, 

— ciiig, d. v.-irl. cechaingVéX. Jan. 25. 

— cJaid, cf. v.-irl. ro cechlatar Wb. 5 a 24. 

— cosain, cf. v.-irl. conséna Thés. II 315, 3. 

— ciinidaig, cf. v.-irl. conr-otacht Ml. 48 d 27. 

— dlntJnïmg (ding-, d dedaig Thés. II 322, 7). 

— faci, d: v.-ïrl.forsa-rroaF^r. II 224, 3. 

— fiiirig, d. fotroraig, fonroraig Rawl. B 512, fol. 24 b 2. 

— guin,d. v.-ïû. geguin Fél. Oct. 23. 

— len, cf. v.-irl. ro-leldar Ml. 69 c 13. 

— ling, cf. v.-irl, ro-leblaing Fél. Mardi S. 

— maid, cf. ro-mebaid, ci-dessous. 

— naisc, cf. v.-irl. nenaisc SM. IV 346, 5, 

— d^, cf. v.-irl. a-t-bobuid LM. 133 b i (?)'. 

— rig, cf. v.-irl. r^ra/V Thés. II 340, 2, 

— sceinu, cf. sescaind, ci-dessous. 

— sil, cf. ^//'/a/^ LL. 103 a 48, LU. 39 b 5 ^. 

— snig, cf. v,-irl. senaich Fél. Mai 15. 

— 5mVi, cf. v.-irl. siasair Thés. II 327, 13. 

— taitbmig (bo-n-g-, cf. con-bobig Rc XI 44e ^). 

— taifinn, cf. vAû.dosephainn Thés. II 341, 3. 

1. Cf. Pedersen, Vgl. Gramm. II, § 668, 2. 

2. Cf. Pedersen, Vgl. Gramm. II, § 663. 

Revue Celtique, XX KVl. ai 



^21 Àif Sommer jelt, 

ro teibrimi, cf. v.-irl. bcbarnatar LL ii6 a 17. 

— toVù, cf. v.-irl. tar-r-asair hh 121 b 6'. 

— tenc Q-ci-). 

— tircan, cf. v.-irl. du-nd-airchechainn Ml. 66 c 12. 

— tobhaig (bo-n-g-^. 

— ioo,d. \Aû. dorçigu Wb. 4 b 31. 

— comraic, cf. v.-irl. conranaic Ml. 52. 

— cumaing, cf. v.-irl. co-t-ânic Wb. 8 a 4. 

— concerna mg (^-ic-). 

— doeccaim, cî.tecmoncuir Monast. Tall. 153, 19. 

b) = les formes non redoublées du vieil-irlandais. 

ro ais?îeid, cf. v.-irl. as-r-indid Ml. 58 a 8. 

— beri) cf. v.-irl. bi LU. 48 a 8. 

— comrith (com-retjj-^. 

— fodaim, cf. v.-ïû. fo-n-damair M\. 54 b28. 

— foir, cf. \\-ir\. fur-rdith. 
forfcmid Çfo-ro-ess-mid-^ - . 

ro laig, cf. delligb, ci-dessous, qui peut cependant avoir perdu 
la syllabe de redoublement. 

— lâm, cf. v.-irl. ro-làmair LU. 112 a 37. 
— - mid, cf. v.-irl. rii-midair Ml. 72 b 21. 

— rdh, cf. v.-irl. m/7/;. Fél. sept. 19. 

— scuch, cf. ro scaigh, ci-dessous. 

— tech, cf. v.-irl. tàich Ml. 32 b 24. 

— timthir, cf. v.-irl. do-d-r-imthirid Wh. 32 c 15. 

— urnaig (air-ni-giiid, cf. rogaîd Sg. 209 b 20). 

§ 143. — En vieil-irlandais, les verbes de la classe du pré- 
sent A, III étaient à la y personne du singulier conjointe trai- 
tés de diverses manières. Les verbes en -0- avaient à la finale 
une diphtongue : ro-cloi, ro-soL Dans notre texte, ro clçi 276, 
ro sàe 201, imsac 2799 ; mais aussi ro so S 146 1 ; en enclise ro 
impô 1706, ro tinntô 146, v.-irl. -ôe (non diphtongue), ro 
aithni répond à un verbe faible en i aitbniiii, plus ancien 
prés. sg. 3 a-t-nôi Trip. Life 140, 3. Les verbes en -/ gar- 

1. to-air-siassaJr. 

2. Cf. Pedersen, Vgl. Gramni. II, f, 780, 4. 



Le Système Verbal dans In Calh Catharda. 323 

daient leur voyelle, ad-roilli (sli-) Ml. 124(17; dans notre 
texte cJoroini, doroine, doroighni S 1323, ro lui lit ^162. Ce der- 
nier verbe est en même temps traité comme un verbe faible 
régulier en î; ro iiiill-si 4136. De sni- se trouvent, ni tenta 
2845, connu terna 3197; (au présent verbe régulier en à, ter- 

naini). là- avait en vieil-irlandais la forme prototonique 

ro-lâ et la forme deutérotonique -ralae (sous l'influence des 
formes du prétérit fort). Notre texte présente sans distinction 
les graphies ro la, lae, laa 854 et passim. forar lai-[si\ 4163 
montre l'influence du reste des verbes de cette classe. 

§ 144. — En vieil-irlandais, 1'/ final des verbes de la classe 
précédente avait été introduit par analogie dans les verbes de 
la classe A, II -nidi, -léici, etc. Nous avons des restes de ces 
phénomènes dans les formes suivantes de notre texte ; ni ro 
Icicci 5567 ; ro ordni FS 1247, FS 15 10 ; dorailni 841 à côté de 
corne hic 31 ; dorai lin S 11 68; ro tait in 1199. 

§ 145. — Les verbes faibles en î présentent àla y personne 
du singulier conjointe régulièrement une consonne finale anté- 
rieure ; ex. : corus leic 3 1 ; rojoglnais 294 ; ro fortamlaig 221 5 ; 
etc. Les verbesfaibles en âontleplus souventla consonne finale 
moyenne dans cette position, «/ ro an 2449; ro att 977 ; ro fàs 
976 ; etc. Mais sous l'influence forte et du prétérit sans suffixe 
et de verbes faibles en l la consonne finale de ces verbes prend 
dans quelques cas la position antérieure. Ex. : ro coinieittV 
321 1 ; gorros-croith 5599 ' ; ros- dedait 2053 ':> ^^ tinnscain 4219; 
(seulement) ro fàcaibh 144 et ro tocaihh S 573 à côté de ro 
comét S 321 1 ; ro crolh 3000 ; ro tindscan 745 ; ro gabh 26. Le 
fait s'observe quelquefois au pluriel. Ex. : pi. i im[a] Inarc- 
caibsiiim 5045 ; pi. 3 ro ti)inscains[e]at 2372 ; ro tôgaibhset 660; 
en regard de tiiar gabsat 3096 ; ro gabhsal 89, etc. 

Désinences personnelles. 

Sg. I. Conj. -ius : -us. 

§ 14e. — (I) ro airdergiiissa 984 ; intan ro atcurins 5043 ; 
ro cinnius 2724; dà meus 1354; tnccus 5499, S>00j 5503' 

I. Cf. supra 5 16 (e). 



324 -^If Sommerfelt. 

Il n'y a plus aucun exemple de l'ancienne désinence abso- 
lue -sea : sa. 

Sg. 2. Conj. -is: -ais. 

§ 147. — (X) ro cloaisi (clôisi C) 4541 ; ro gabhais 563 ; ro 
tomaithissi 4062; tucais 1465 ; imma îairmisccisi 4558. 

Sg. 3. (i) Absol. -is: -ais. 

§ 148. — I. ^ le prétérit sigmatique du vieil-irlandais. 

a) dans les verbes non composés = v.-irl. 

fiiidis S, foidis F 385 ; fâidhis 2316; innsmais 2046 ; 7wchtais 
2o^<);sincs 2057, 2061 (^/«w SF) ; sochtais (sic. leg.) 2180, 
3 118 ; sreîhais 2177. 

b) dans les verbes composés : 

diuctrais SF (dûisces H) 1469; fuir mis SY, j'omis Yi 2063; 
frit[}i\iilis 2978 ; impôis 193 ; tinoilis 3735. 

IL = le prétérit en -/ du vieil-irlandais. 

a) dans les verbes non composés : 
saigis 2882 ; 

b) dans les verbes composés : 

dûisces H i ^69 ; foccrais 2937; frcccrais 2883; taidbris 
2931; 

III. = le prétérit sans suffixe du vieil-irlandais. 

a) Les formes redoublées du vieil-irlandais : 
(b) taifnes 194 ; tencais 6062 ; tincais 4037 ; 

^)Les formes non redoublées du vieil-irlandais : 

(a) benais 3326; scuchais 2943. 

(2) Conj. Radical un. 

L = le prétérit sigmatique du vieil-irlandais. 

ro aentaigh 283, 1128, 2565; ro faisnà^ 623; /// ro aw 

I. Dénom. de aisndis. 



J.e Système Verbal dans In Cath Calharda. 325 

2449, 3714; ^0 ainninigh-si 4174; ro airig, airigh : (F) 1196, 
1330, 2182, 2388, 2673, 2957, 2972, (;//) 3048, 3421, 3463, 
3742, 3771, 4124, {-siitm) 4573, 5007, 5015, 5712 ; rojai- 
righ r 169 ; ro fairigh 82070,2388; ro aithin 1 68 ; ro artraigh 
(nar) 827, (niro) 833, S^^,(gotiar^ 975. (;//' ro) 4414 ; ro as 
919, {ni ro) 3200; ro fas,fas : (cor) 84, (ilb) 230, 443, {gu 
ro) 862, 976, 1129, 2269, 2743, 2793, 2861, (gurro) 3486, 
{gor) 4338, (ciir) 4339 ; ro atnuaiiigh (athni'iaidh C) 2963 ; 
ro att 977; ro alhrigh 29; nar aithris ')6i2;gnr baidh 5028; 
coros-bertnaigh 5599; gurros-bocc 5599; ro bris 180, (cur) 
2038, (giir ro) 2960; ciirros-cass 5600; ro cbataigh 418; ro 
càtaigh (caidigh S) 2202; curros-certaig 5600: ro cetaigh iiéi, 
2567, 4612, 4623 ; ro cinn, cind : 396^ 564, 1412, 3055; ro 
dôi{cl6idh H, clae S) 27e ; roclandSÇclatni F) 2209 ; coro conibris 
2179; ro coiiiu't (comeiit F) 3211 ; ro comhfoicsigh 1949 ; ro 
comfoiccsi[s;^ 5 547? ro commaiscc 4161; ro comsoillsigh 2751 ; ro 
cougain 3494; ro ciingain 2597; rocoraigh, coirigh: 455, 3079, 
3420, 4109, 4115, 4119, 53 96, 5717; rocoiscc /[i 04; rocol[b]aig 
5720; ro creii 3681; euro crithnaigh 3 141; coros-cril[h]naigh 
5 600 ; gorros-croit[b] 5 699 ; rocroih : (coro) FS 22 5 7, (of///'o) 2 5 90, 
3000 ; rocruadbaig 41S, 2202 (ros-cruadbaig S), 2324; nir ciinis- 
caigb' 3384; {o)ro daingnigb 3262, 3413 ; ro decb ^008; noco 
ros-dedbail 2053 ; euro delà raigb C 3863 ; ro dclh-si (deblsi F) 
4084; nar delb 4822; ro derg 2327; ni ro derlaiee (C) 5572, 
{ro) 5593; ro dercsaigh 842 ; ro derrseaigb F 842, 3953; 
do derscnaig 4713; ros-diamJaig 5477; ro digbail 184, (w/ ro) 
2566 ; ;o fi^^V^â!^ 318e; curro diJàitbrigh 3863 ; ro dîrigb 2039, 
3522, 5597 ; ro dbirigb 2033 ; ni ro diubraie 5570; ro driucbtra 
(sic leg., diiictra F) 417 ; ^//rro dlûtbaigb 2959 ; dorala 182, 
1120, 1136, 1254, (0) 1444, 2084, 2167, 2190, 2191, 2333, 
2598, 2603, 3098, 3183, 3203, 3660, 3772, 4813, 5192; 
dorola 3057; dos-rala 2106, (SF) 2167, 3744; tarla, tarria : 
{forsa) 1378, {a) 1441, (atr a) 1756, (^0) 1926, (fo) 2026, 
{eo) 20_|0, (fo) 2178, (0 2608, 2863, {co) 2961, 2970, 3045, 
3340, {ni) 3347, {co) 3610, (fo) 3684, 5013, («0 5473, {co) 
5602, 6057, {ciisa) 61.56; ^or^/ i>25, 1693, 2024, 220^, 

I. Cf. con-r-oscaigis-siu Ml. 21 d 7. 



32é Alf Sommerfelt. 

2596 {dorel F), 2618, 4595, 48io;fâdard {tarât SF) 1795 ; fo 
tarât 4793; doraitm F 841, 966; doraitni 841, 966, 1168; 
doraiibni S : 834, 841; doraith-ue¥ 11 68; doraindni S 966; 
doraitin (sic leg.) Si 168; ro taitin 1199, 233^, 2370, 4059, 
4417 ; conar ihaitin 41 10: (o)ro taitneC 3094, 4168 ; rotaitni SF 
2334, F 2370, (oro) F 3094 ; ro taithne S 1199 ; ro //;«/«/ 
4848 ; ro thaithni 3094; doroni, doroini, doroine doroinne : 
282, (S) 544, 1138, 1323, 1345, 1389, 1394, HJO, 
(jsiuni) 1504, 173 1, 1737, 1756, 1967, 1983, 2550, 3049, 
3069, 3075, 3218, 3375, 3425, 3512, 3544.3552,3773. 
4002, 4297, 5154, 5395, 5717; dorighm 216; daroighni 
S 1323 ; dorîne 444 ; dorinne F 1 1 38 ; fo ndernai, nderni, nderna : 
977, (sic leg.) 1899,2056, 2638, 2839, 2985, 3072, 3136, 
3142, 3466, 3631, 5644; nogo ndernai 2477; noco nderna 
3714, (a) 5019; cacha ndernai 592; ni dernai 1170, 2550; 
ni dernae 2<)'>,^ ; ni dhernai 2201; dorinmcain 956; dorin- 
nscan 980; ro doirt (S¥) 2344, 3741, 4133; ro dûn 2030, 
{cor) 2058; ro duin 2957; ro eit 3055 ; ro crb 168; rofacaibhy 
fâcaibh : 144, 794, 804, 991, (///>) 13 18, {nâr) 1322, 1498, 
(^0/) 2041, (cor) 2061, 2089, 2589, 4300; roi-facaib (rot- 
acaibF) 1498; ro faidh, faidh : 176, 1271, 1272, 1479; ros- 
faidh 1757 ; d'faen (d'aen SF) 2310; ro fodail 968; ro fogliiais 
294; ro /"oo'/îwi5 769, 770, 4417, 4485, 5199, 6069 ; cor fahigh 
195 ; ro folaigh 1474; gnr ros-folaigh 3663; acht ros-folaig 
5477; «/V fulaing^ 3^93', nir folartnaigh 40; nàr foJortnaigh 
2212, {0 ro) 2j^j;ni ros-foilc 1 170; cwr ro fohnaigh 3863 ; ^«;'0 
forbtig }2'j6;co farcaib F 2041 ; forraccaibh {jorfaccaib C) 3004 ; 
ro fortamlaigh 2215, 2427, (a/r ro) 4432 ; «/ ros-fothraic 11 70; 
ro fursainn^ 3333; ro gab, gabh, ghabh : {do) 6, 26, Qwcor) 
68, 77, 125, 126, 143, 175, (cor) 199, 201, 307, (cor) 400, 
412, 419, 520, 539, 366, (S) 573, 843, 959, 965, 973, 1005, 
1060, 1148, 1196, 1216, (SF) 1287, {do) 1301, 1305, 1325, 
1343,1366. 1410, 1425, 1475, 1491, 1500, 1507, (ror) 1740, 
1781, 1841, 1981, 2023, 2025, 2043, 2047, 2072, 2119, 
2174, {cor) 2193, {cor) 2210, 2226, 2285, 2369, 2373, 

1. CLfollosat Ml. 69 a 7. 

2. Cf. Thurneysen, CZ., VIII, 81. 



Le Système Verbal dans lu Cal h Calharda. 327 

2447, Ce«r) 2608, {giir) 2616, 2637, 2646, 2677, 2695, 
2738, 2810, (gur) 2820, (s^ur) 2872, 2874, 2881, 2952, 
295 3> (^"0 2971. 2976, (i^rur) 3038, 3039, 3047, 3229, 
(gur) 3281, 3423, 3459, 3561, 3584, 3588, 359e, 3611, 
3643. 3^)9, 3670» C?"0 3684, ignr) 3793, 3800, 4060, 
(-j04io^4II5> 4132, 4i94> 4195^ 4387^4660, 4662, 4664, 
4665, 4667, 4668, 4670, 4671, 4674, 4675, 4677, 4680, 
4682, 4686, 4694, 4703, (gor) 4757, 4816, (-som) 5013, 
5205, (gur) 5399, 5479, 5787, 5951; gur giall 2586; ar ro 
ghnathaigh 2939; ro gni-sium 156; ro greiss 778, (SF) 1505, 
3893 ; ro imdhaigh 2004; giirc^s-i]mluaidh 1106; ro imluaidh 
1176; imsae, imsœ : 2799, 3362, 3406, 3408, 3732, 3775, 4085 ; 
ro impô 1706, 2098, (do) 3 144, 3743, 4125, 4132, (niro) 5428 ; 
ro iinpa S 512, F 4132; ro inhoilg 977; ro inbh(\il]cc 2329; 
ro [in]hholg 2030 ; mgurindcJand 2449 ; ros-infolaig (-imfolaig F) 
954, ro indill 3075; ro innill 3090; ros-inlamlaig 2427; ro 
isligh 2498; ni ro issligh C 3357; ro la, lae, laa : (gu ro) 854, 
2016, 2083, F 2439, (ni ro) 3337, 3643, 4569, 5018, (o-oro) 
^601; forarlai^si^ 4^63 ; ro labair 888, (ni ro) 4205 ; ro leic, 
leicc, Uicc : (corus) 31, 167, (co mm S) 266, 1477, (iiir\o^ 
2066, 2074, (w /w-)26i7, (niro) 2985, 3194, (nir 3546, (n/>) 
3729, 4753, (nir) 5566, (ni ro C) 5567, (gur) 6055; ni 
leicc-sium 5476; ni ro leicci 5 567 ; ro lethnaig 83 ; ro lin, lin (S) 
417, 431, (cor) 452, 499, (ros-) 976, (^«ro) 1035, 1223, (ar 
ro) 1328, 1 505, (row-) 2726, (ros-) 3534, 3745, (^«^^o) 3868, 
4015, 4123, 4193, (co ro) 4433, (ros-) C 5023, 5625, 5993 ; 
rus-lion 3041; gorluathaigh 2955; ro jualart 2^69 ; ro mair 
1188, 4203 ; ro wflr/' 961, (irwr ro) 3846; /wfan ros-marbh 43, 
(a^r) 3864; ro inarb-soDi 2941; «/ ro uiétaigh 1327; n/ ro w/7/ 
1 190, (ro) 4582 ; ro mol 2468; ro inor-dech 4752 ; ro mudhaigh 
2220, 5155; ro iniiin r8o2; ro «t^r/ 622; ro noct 3595; ro 
ordaigh 1247, 18 10, 1944, 3074, 3713, 3775, S^^^;nirordaigh- 
sium 1 5 10, (ro) 3080; ro ordni F, o/r^m S 1247 ; ni ro ordni-sium 
SF 15 10; ro oslaic 3333; ro raidh, ràidh 942, 1306, 13 13, 
1321, 1327, 1348, 1982, 2183, 2410, 2491, C 4314, 4485, 
4574; oro rathaigh 2070, (ro) 2676 ; ro roinn 2020, (co ros-) 
2088; ro ruamnaigh 2327; rue, rucc : (co) /[66, (go) 2041, 
2089, 2813, (gur) 3244, (co) 3715; rucc-som 3241; ro 5flOi7 



528 



Alf Sommerfeli. 



2965, (ntV) 3660; flrro5aî7 3900, (?nV) 4012"; onar sail 3763; 
ro sâil-sium 2165 ; ro sail-siumh 5998; ro scail 83, 968, (ni ro) 
2476, (gorro) 2964, (co ro) 41 18 ; roscar : («?V) 195, (m ro) 
1783, (f«r) 2816, 3698, 6071 ; nir scar-sen 3363; ro 5a^ 
2375; roscrut'ifTfii; air ro scn\a\p 3187; ro scuirF 2694 ; w/ 
ro scuir F 1783 ; ro seol 3417, 3792; ro seil S (ra F) 2329; 
ro sin 2202; o/^r ^fr 2905; ro smuain 3233; ro i^e 201; 
ro socht 5561; ro soilhigh 3186; ro 5/)r<7iV 5030; ro sraein H 
2217; ro stiur 2037; «â!c/; ro suidigh 505; û?o (ro C) suidhigh 
3286; ro 5//z^ 2962 ; û!r ro 5z</o-/; 4419 ; ro tadaill 2962, 
(fmr) 2980; «î ro tairic 4390; ro tairind S 266; ro tairinn 
3698, («/ ro) 5428 ; ro thairind 974; «/r' toirind {thairinn 
S, tairinn F) 1449 ; cor tairmccimnig (jarceimnigh) 397; ?flr- 
/azV 561 1; ro tairmisc, tairmesc : 266, (ni ro) 1471, 2320, 
2321; ro iarraing 2206, 4102, 4419; ^0 tarr[a]ing 2085; ro 
/flr/ S 2325 ; ro taisealb 969 ; ro /«o-^ 2329 ; ro tecluim 844 ; ro 
theclaim 952; ro teclaim i26y,do teglaim 3963 ; ro tecaisc 1802; 
ro thécht 2324; w/ /^r^zû! 2845; conna terna 3197; ^«r ro tesc 
2813 ; cor //;(^5C 2060; ro thinoil 1263, C 3024, (do) 3963 ; ro 
tinoil 844, (conar) 5504; ro iindscan J4<j •,ro tinnscainn 4219 ; 
ro tinntô 146, 166 ; ro tocdf/^ (S) 573, (intan ro[s\-) 2044, (nir) 
2167, 2204, 2734; ro thôcaibh 2204; «oo-^r tolg S (tolcc F) 
1957 ; ro toslQhost 0)2694; ^0 traig 974 ; ro/r^/V (rus-treig Œ) 
3203 ; ro /r/rt// 42, (cur) 2977, 3^44, 4787; ro thruin (îhriun 
F) 974 ; nir Uiargaibh SF 2 167 ; tnarccaib 281 1 ; tuargaib^i6^; 
co iuarcaibh 4199 ; conus-tuarccaibh 5598 ; co nduargaibh 2328; 
ro tuaslaic 30; /î/c /«ce: 207, (Jûî) 534, 627, (conas-) 1060, 
(na) 13 18, 1627, («;) 2104, 2299, (0) 2410, 2474, (co, -5om) 
2587, (co) 2960, 2961, 2963, 3056, 3280, 3400, 3465, 
(somh) 3683, (co) 3721, 3760, 41 17, 4195, 4199, 4204, 
4507, 5009, 5110, 6055; ro tuill-si ^i}6 ; ro tuilli 4162; ro 
tûir 3051; ro urail 3091; cor urchoidigh 2075; ro urmais 
2432. 

II. = le prétérit en '-/ du vieil-irlandais. 

ro airg 185; nirairimmir (i. e. airimbir) 1173 ; ro athraigh 
(atharraigh S) 133 1 ; nir coicill 356, (ni ro) 5146 ; ro chomail 
4134; ro comérigJ) 304 ; ro erig(h), eirig(!)) : (a/) 311, (acht 



Le Système Verbal dans In Calb Caiharda. 329 

gur) S 357, 86 r, 868, 1685, 2463, {resin ro) 2558, {guro) 
2749, 2852, 2964,^(^0^0) 2973, {gonar) 3190, 3583, 3685, 
3741, 4437, S030; ro fobair 3022, 6051 ; nir faem 127; ro 
forcongair 1418, 1775, 1803, 2394, 3094, ^26^;rofrecair 331; 
do fimcair 571; ro iarfaigh 3899; dosn-imairc 3369; ro //n/r, 
/mZ'/r: (<:or) 179, 958, 2504, (ro«-) F 2830, {ar[ros]n-) 3126, 
3570 ; ro inforbair 976, 2427, 2793 ; (intan) ro innsaigh 3571, 
4901; ni ro saigh 4205 ; ro tairbir 5032; ro tidhnaic 2591 
gnros-timairc 2/|75 ; /o /orna// 5200; ro tussim 113 5 ; ro tusitn 
1140; 

ni, = le prétérit sans suffixe du vieil-irlandais. 

a) Les formes redoublées du vieil-irlandais: 

ro asccna {ascnamh C) 3281 ; ro asJaigh 1291; ro can 953, 
4217; do cing 2641, (ro) 4738 ; ro cinn {do cing SF) 1489, 
3553; ro cosain 3544: do {ro S) cumdaigh ')02 ; rofuirigh- 
siiini 171; ro fiiirigh 220; ro fairigh (ro fuirigh C) 3291 ; ro 
ling 2073, 2210, 3608, 5027; ro niaidh ^218; cor muidh 
S 179 ; gor uiuid, (maidh C) 4219; ro ôb 3397; ro sceinn 
2344 ; guro scind S 2179 ; co ro sil F {gur S) 452 ; ro taithmigh 
2869;(o)ro tenc 2393, 2419,' 2488, 4204,4751; (pyoîhencç)-!^, 
1267 ; ro tir can 918 ; ro tobhaigh 126 ; ro /oo--«' 4098; 

doeccaim F, doecaim S 2178; dos-feccaim-si 3661; docccaiju 
4907, 5005; f///fl« conecmaing 1147; mïr ciimaing 4623: 
O'O 5477. 0"' '''O5572; 

3) Les formes non redoublées du vieil-irlandais: 

ro aisneadh S 623 ; ro aisneidh 1062, 1063, 2743, 461 1 ; {10 
innis 1062); ro ben : (cor FS) 2064, 2439, (^«r) 2944, 3825 ; 
co nos-dercai 1007; ro fodaim S, ro fodhaimh F 2495 ; forfemid 
5048; »ir /im/; 515, 4187; ;//r /rtm 4295 ; ro mid 4751 ; 
ro reith 2079 ; ro reth 4197; ro ir/^r/; 4217 ; tarrus H 47, F 
1964; ro tairis 3706, 5802; do leach S, (ro toV F, ro teith H) 
1284; ro teich 5764; ro thinitbir 2129. 

IV. — Prétérit sigmatique formé du radical du présent 
dans les verbes supplétifs du vieil-irlandais. 



53° 



Alf Sommerfelt . 



ro cuir : (cor) 2179, 2473, 2801, 2863, 2940, (^oro) 2960, 
{gur) 2985, 3077, 3088, 3262, 3333, {guro) 3360, 3390, 
3395, 4247, 4298, 4570, 5239; do chtiir ^k) ; ro chuir 456, 
(co ro) 1783, 5722; gH rus-cuir S (goros-¥) 1783 ; dofaeth r8i ; 
ro tuit 2216, 3199,3485; ni testa 4141, 4148, 4154, 4155, 

4157- 

PI. I. Conj. -sium, -sem : -sum, -sam. 

I. = le prétérit sigmatique du vieil-irlandais : 

§ 149- 

doratsum 541, 1683 ; ro fâcsum ne 545 ; ro fétsiim ' 540; ro 
forbthigsium-ni 4585 ; ro gabhsum 541 ; inar gabsam 5044 ; 
ro giaïlsum-ne 2560 ; nàr gnathaigsiiim S i6éo ; ro maidhsem 
1656 (v.-irl. niâidid) ; ro muinsium SF1656; ro rainnsiiim 
3315 ; ro tairmis(\s^ium 542; im[a\tuarccaibsiuni 5045; ro 
furailsium. 

III. = le prétérit sans suffixe du vieil-irlandais. 

a) Les formes redoublées 'du vieil-irlandais : 
ro as laighsiwnh 4587. 

[i) Les formes non redoublées du vieil-irlandais : 
ro bensam /^')86 ; frisi n-iirnaigsium-ni 5047. 
PL 2. -sid : -said. 

(I) ro dligsid S 573 ; i ndernsaidh 3675 ; doronsaidh 5065 ; 
ro toc[h\aidsid 573. 

§ ISO- 
PI. 3. (i) Conj. -et, -eat : -at. 

I. =le prétérit sigmatique du vieil-irlandais : 

ro adhainsel 1897 ; ro aentaighset 545 ; ro fl^zi^/ : (jii ro) 813, 
(mV) 1284, (m r) 1957, 2516, 3627, 4362, 5544, 5805; 
ro airighsel 2663 (0 ro) 4434 ; na ro fairighset S «/co 
airighsett F 473; ro artraigset 826, 827, 848, 929, 3852; ro 

I. Cf. aJcoiatsal Ml. 67 b 10. 



Le Système Verbal dans lu Cath Catharâa. 331 

artraiccsdt 2823 ; ro bansat 4632 ; ro bidhgsat^<^8; ro blosccnuaîl- 
sat 4335 \ro boccsat 4198; ro boccbertnaighset 5554; ro cathaigh- 
[sc't\ 1850; ro cinnset, cindsct : 132, 137, 921, 3224, 3259, 
3796, 4067; ro chinnticcsel C 5)58; intan ro clannsal 5728; ro 
comaeritai^hsct 658 ; ro coiindilsighset (coimdilsiticchset F, conidil- 
siccset C) 5751 ; ro coindoirtsel 4327; ro anufoicsigl^syt 2649; ro 
conifoiccsigset 3535, {nogor) 5545 ; ro comgabsal 1068; ro 
co'uiqhset 5786 ; ro côraigset 1938; ro cois[c\sel 2798 ; ro 
coisccset 4364; con-uargaibhsett 5636; ro crithnaigselt 4198; 
ro croiiisatt 5816 ; ro cruadhaighsct 2536 ; ni ro cuimnigh- 
set 5748; ni ro cuniscaighseat 2777'; ro daingnighset 2568, 
3622; ;// ro dcchsat 2786; ro dercsat 2654; ro dîcennsat SF 
2223; ro dicleil\h]set 5663 ; ro [di^ttirscat 1071 ; ro diciiirset 
2401 ; ro dilsigseai 807 ; co ro dirighset 5425 ; ro dhirighset 5 5 5 5 ; 
ro dligset S 2367 ; ni ro dluitbighset 5696 ; ro dliit[h\aigsetl 
3623 ; doratsat , doradsai : (air^ 1066, (0) 1236, SF 1765, 

1881, 3 184 ; ro iartsat S 2536 ; na tardsat 5 1 19 \ ar ni tartstit 
'yi'}^; doronsat, dorônsai, daronsat : 1362, 1648, 1709, 1885, 
1906, 2250, 2402, 2468, 2505, SF 2519,2546, 2632, 2669, 
2675, 2684, 2779, 2882, C. 3029, 3118, 3622, 3749, 4461, 
4861, 5687, 5800, 5906; dorigniset 971; ni dernsat : 971, 
2685, {jia) 2710; co ndernsat S 1415, 1721, 2458, (imms 
a) 2686, 5421 ; ro doirtset 5726 ; cor dûnsal 1285 ; ro eterde- 
lighset iii") ; ros-eitseat' Çrosn-ctset F) 1073 ; ro eidsed 2402; 
roeitsiiit 5337 ; ro facsat , farcsat, fagsat Ç-â-) : Çgu ro) 771, 815, 
(gu ro) 899, 1494, 2389, 288e, («/■ ro) 3509, 3696, 6159, 
6162; corfâcsat 135 ; ro fagsat 1249; ro facsat 131 5 ; nir fét- 
5âf/2349; ni ro \f\étsat 3503 ; nir foghainsel 1993 ; cur ro 
foglitaisset 4341 ; ro forlaniîaighset H 22i<) ; do frithchalhaidhset 
H 2368; ro gabhsat, gabsat, gapsat : 89, F 481, 499, 778, 913, 
F 1068, F 1070, 1082, 1233, 1287, 1364, 1446, 1472, 1873, 

1882, {cor') ï^ij, 1929, 1950, 1996, F 2oié, 2087, 2222, 
2233, (cor) 2279, (co H') 2306, 2371, 2459, 2534, 2644, 
2651, 2681, (giir) 2736, 2759, 3104, 3351, 3368, (gur) 
3370, 3469, 3529, 3593,4007,(^0)4445, 4630,4646,4770, 
4843,4887, 4630, 4646,4770,4843,4887,4998,5538, 5544, 

I. « They armed themselves. » 



332 Alf Sommerfelt. 

5653, (ciii-) 5709, 5856; ar ro ghabsat 5753 ; ro gellset 661 ; 
nirogellsat 13 28; nogur giallsat 3353 ; roguataicchset¥, ro gnai- 
thigseat S i_| 13 ; ro gniset 5808 ; cur îadhsal 2019 ; imsaiset SF 
2306 ; ro inipaisçtF 1647 ; ro impaiscat 2465 ; iiiiridaiseal 2653 ; 
ircuirseat 2798 ; ro /âîc^af 1273 ; a)r /rt/i^/ H 668 ; ro laiset 1278, 
2252; dar laeiset i^S') ; ro laesett 3625; ro /ûwa;/ 2547; ro 
laeseal 2769; fornar laessat 1086; ;w- /t^«^/ 1070; ro leiccset 
F 191 5, (n/r) 2255 ; nirleigset 4381; ro linsat, linsat: {gu ro) 
748, F 869, (gu ro) 985, (cor) 2323, 2671, (go ro) 2831, 
(0 ro) 3 188, 3484, (intan ro) 6070 (lingset F) ; ro îobhsatt 3483 ; 
ro lùaidsetî 3869 ; ro ///^5û!? 5816; ro marhhsat 1438, (0 ro) 
1589 ; ro niarbsat 2482; ro mudhaiccset C 6020; ro ordaighset 
47, 98, 3225 (oro) 3877, 4488; roraidhset, raidset (-à) : 1653, 
1687, SF 1700, 2853, 3391 ; co ro rainset 5646 ; intan ro (do C) 
rathaigsel 3740; <:o ro riarsat 3252 ; r//r.^fl/ : S 573, (-5^/7 S, -^/d'^ 
F) 2226, (gnr) 3383, (^/«') 5419; ruccsat 5794; cor sàidhset 
472; ^i^i'on^r sailseat 851 ; (cowar) 3050; &(roF) sàilsat 1777, 
(/zûJ ro) 5 7 2 4 ; ro scailseî scà'd set 1 08 1 , 1 3 6 3 , (co ro) 207 7 , 2 3 3 8 ; 
ar ro scarsat 1875 ; ^/o (ro S) ^a/'jc^ 2579 ; ro scuahsat 3495 ; 
ro scnirset 1872; ro scuirsead 2694 ; ro sciirset 2827; ro 5/775^/ 
2946 ; ro sinset 1437, 2390; ro soisd 4631 ; ro suidigsiot 
2994; talhat 1905 ; ro tairimiset 4363; ro tarlaicset F 1961 ; 
77or7n' tairniiscsel 3063 ; ro teascsat 2668 ; ro tennsat 2472, 
5553 : a^r tercaighseît2<)^<y ; ro ihinôilset 129 ; ro tinnscams[e]at 
2372 ; (ro F) tintoiseat S, tintaiset F 1902; ro tirmsat 2535 ; 
ro lôgaibhset 6éo; ro iôcaithset H 2258; rom-tochuirseat (roin- 
tocairseat S) 983 ; cor tolgsat 1957; ro /oc/5û!^ F, to^/iiï? C 2763 ; 
ro traigset 3135; ro traighsett 3533 ; ro treiccseît $747, gé ro 
ihreghtaisett 3654 ; mV thriallsat 3120 ; ar ro Iriallsat 3256; ro 
truinset (ro traingset S) 3 1 3 5 ; ro truinset (ro thurnsai C) 3533 ; 
tnargabsat 3096 ; tiiargaibset 5621; tucsat, tuccsat : 485, («/) 
1326, (rt) 1765, 1896, 1931, 1939, 1940, 1953, 2251, 2464, 
2573, H 2579, 2760, 2763, 3351, 3623, 3880, (co) 5009, 
5203 C 5210, 5413, 5557, (ni) 5748, 5750, 5788; ro tuicset 
2421 ; ro tuillsett F, ro toillset S 2332 ; ro tuilset 4365. 

II. = le prétérit en / du vieil-irlandais. 

ro coniérighset 2275; ro comgairset 3140; ro comtuairgset 



Le Système Verbal dans In Caih Caiharda. 53^ 

1958, 4329 ; amail conaighset 2568; ro fosaigset 5704; ro imir- 
scal 2789 ; ro indsaighsat 2018 ; ro innsaigselt 5701 ; ro innsaigh- 
^^^ 5715 J gusa[r]saigseat 2415 ; ni ro saigset 5698; ro timairg- 
set 5804; ro tuaircset 108 1, F 1958, {co ro) 3062. 

III. = le prétérit sans suffixe du vieil-irlandais, 
a) les formes redoublées du vieil-irlandais : 

ro aichensat 5558 ; ro ailhgensat 5560 ; ro cingsel 1277, 
2573, 2657, {darar) 4994; ro (\})\insett 6042 ; ro cinni[seat\ 
{ro cinccset F, ro chincsel C) 3143; cor claidset 2298 ; ro cum- 
daighset 1819; ro dlnlhdiiigscl ^ij^; co ro giiinsetÇgéoguinsat, S) 
163; rol-lensai 640, {uî ro) 1646, (cor) 2121; ro lingset 2222 ; 
ro naiscset 2946; [ro] righset 21 18 ; ro scendset 203 i ; ro silset 
2435 ; cor silset 2336 ; ro snigsel 963, Çainail ro) 5897; ro ^«/o-/;- 
5('/ 2322, (cor) 2340 ; giir snidseat S 573 ; ro laifnigseat 2667 ; ro 
taithmighset FC 2667, 3366; ro taithmhighset 1363; ro ^g/^- 
[nV;«]5^/ 2343 ;ro tircansal 928, 4804; ro /o^ja/ 4488 ; (0) ro 
lencsat 497, 2850 ; 

[m]«r comraicset 2105, (m ro) 3288; o-oro comraiccset ; F, 
^;/ro comruicscat S 2028; ;z/r' ciimciset ¥ Çcuimgidset S, ciiimni- 
ghset H) 2099; m'r cumcciset F 2314 (ciimgiset S); n/ ro cmw- 
ciset2^^i; 

3) *= les formes non redoublées du vieil-irlandais : 
ro bensat 3703; cor coinrithset 202S ; uair ro foirset 2368; 
ro laiiisaf, lamhsat: (jiar) 1237 (jiir) ijjS, (ni ro) 2471, (ar 
nir) 3222; roreithset (rethseat 3)2^6^^ ; ro scuchsat 1864, 21 10, 
2117, 2668, (ni ro) 2689, 3140, 5726; ro laighset 26S8 ; ro 
teichsct 1249, 4090 ; ro tecsat F 2473. 

IV. — Prétérit sigmatique formé du thème du présent dans 
les verbes supplétifs du vieil-irlandais : 

rocuirset, cuirseat: (ni ro) 1076; F 1896; (cor) 1958, 2658, 
2788, F 2797, (nz ro) 5565, (giir) 5576 ;ro tuitset, tuitseat : 
(guro) 865, (co[r]) 1280, 1790, (gur) 2770, 3757, 4323 ; ro 
thuitset 209 . 

(2) -// : -ait — v.-irl. -et : -at. 



554 ^^f Sommer jet t. 

I. — Le prétérit sigmatique du vieil-irlandais. 

ro coirigsit 5551 ;ro dicuirsit ¥ 1071 ; ro dlnithigsit 5687; 
ni ro fiicaibsit 3509; ro gahsait 573 ; ro tûrsit 3891. 

II. — Le prétérit en / du vieil-irlandais. 
curro comhgaîrsit 4344. 

IV. — Prétérit sigmatique formé du thème du présent dans 
les verbes supplétifs du vieil-irlandais : 
ro cuirsit 5 1 1 3 . 

Influence des déponents et du prétérit fort. 

§ 152. — La flexion déponente était, comme nous avons 
dit, déjà au x^ siècle une formation mourante, mais certaines 
formes déponentes s'étaient avant cette époque introduites dans 
par exemple le prétérit sigmatique, où il y a une série d'exemples 
pour la y personne du singulier et quelques-uns pour la 3' 
personne du pluriel. A la 3* personne du singulier on trouve 
en position conjointe -5/flf/r, -star généralisé, et dans les verbes 
en â et dans ceux en ï. Ces formes pouvaient s'établir d'autant 
plus facilement que la formation ordinaire était sans désinence 
et qu'il y a une tendance nettement accusée à marquer les 
différentes personnes par des désinences particulières. A la 
3^ personne du pluriel -satar était appuyé du -atar du prétérit 
fort sans suffixe. 



REMARQUES SUR LES « ZUR KELTISCHEN 
WORTKUNDE I-VI»' DE KUNO MEYER 

Irl. ait, alte héros [Meyer n° 2 | 



De Tain Bô Cuailnge 3270 et Airec Menman Uraird meic 
Coisse §§ 12, 15 (Anecdota from Irish Manuscripts II 50, 54), 
Meyer a conclu à un irl. aill qu'il traduit par héros, et qui 
serait emprunté à l'ags. hàle'f>. 

Pour des raisons linguistiques et positives, l'explication de 
Meyer doit être entièrement rejetée. On ne comprend pas 
facilement pourquoi les Irlandais, dont la propre langue four- 
mille de mots synonymes de hàJe^, aient précisément pris un 
mot anglo-saxon de signification si générale. Au point de vue 
de Meyer, il aurait été plus raisonnable de supposer un 
emprunt au v. norv. hôldr (ou encore à l'ags. hauld, 
emprunté au norvégien). En effet, hôldr désigne un homme 
libre, rangé entre le fermier (bondi) et le feudataire du roi 
(Jendr madr) ; il a ainsi la signification spécifique et étroite- 
ment limitée qu'exige un emprunt d'une famille de langue à 
une autre. Mais encore au point de vue purement linguis- 
tique, la comparaison de Meyer est à rejeter, car l'ags. hàle<^ 
deviendrait, dans l'irlandais *ailed, nom. pi. ailid. De même on 
ne doit pas supposer que des formes syncopées comme dat. 
pi. *ailtib, ace. pi. ailtiu aient produit un nom. sg. ailt ou ait. 

Il est de règle d'examiner scrupuleusement les éléments 
propres d'une langue avant de recourir à des vocabulaires 
étrangers. Il faut d'abord envisager clairement la forme du 
mot. La forme alti, dit Meyer, est due au passage aux thèmes 

I . Sitiungsberichte der kôniglicheii Preussischen Akademie der Wissenschaf- 
ten, 1912, XXXVIII (p. 790-80?), LI (p. 1144-1157); 1915, XXV 
(p. 445-45$), XLIX(p. 950-959); 1914, XXI (p. 630-642), XXXV (p. 939- 
958). 



33^ Marsirander. 

en i. Comme au temps historique, il n'est pas question d'un 
mélange des thèmes en o et en /, Meyer pense donc que hàle^ 
fut pris sous deux formes : ait et ailt ; mais aucune d'elles ne 
peut être rapportée à l'ags. hàlef. 

La flexion du gén. sg. ailt, gén. pi. ait et alti indiquent 
deux paradigmes : un thème en o {ait), Tâin Bô Cuailnge 
3270, et un thème en io (alte), Airec Menm. 1. c, participes 
substantifs de alid (nourrit), synonymes de dalte : 

ait o, m, éytmologiquement = prêt. pass. ait, ro'alt, 
lat. altus, [ad-]ultus, germ. *alda-. Un neutre de ce thème 
se trouve dans ait « espèce, sorte », et dans com-alt « éle- 
vage », qui apparaît dans le texte original de Senchus Môr, 
Brehon Laws 1 214. 2 infra : athgabâil eistig aslûi cornait. 
Un féminin de cet ait se rencontre dans in-ailt « servante, 
esclave », mais à présent les matériaux me manquent pour 
décider si c'est un ancien thème en l, ou bien en à on 
qui, dans la composition avec in-, ont eu leur consonne 
finale de position antérieure. 

alte io, m, proprement identique au prêt. pass. alte (CZ 
VIII 311. 17, alta LU 59^6), et à l'élément dernier (jusqu'ici 
inconnu en dehors du composé) decom-alte « frère adoptif ' » ; 
comparer peut-être aussi le nom propre Altae, qui se trouve 
dans des textes remontant au vieil-irlandais -. La forme ailti de 
Airec Menman à côté de alti (c'est-à-dire altai) est due au 
copiste. Le mot lui a été incompréhensible ; donc il rend alti 
de l'original tout naturellement par ailti d'après la règle caol 
le caol. 

Comment s'accorde maintenant la signification que nous 
avons donnée à altÇe) avec les textes ? Ferdiad s'arme pour le 
combat contre Cûchulinn et ordonne à son cocher d'atteler; 
mais celui-ci essaie de détourner son maître d'un combat 
dont l'issue malheureuse ne lui laisse aucun doute : 



1. Le bizarre daltae s'explique mieux comme une abstraction de com-daltae, 
qui a dû être primitivement un participe substantif d'un verbe *con-adail 
(cf. lat. ad-ulttis), comme le synonyme com-altae de *con-ail. La relation 
com-altae : altae produisit alors daltae comme la forme simple de com-daltae. 

2. Moccu Allai (cp. Alt-rige), Hûi Alta. 



kemarqUes sur les Zur Kellischen Worlkuude. 537 

techt i ndùil aill Ulad 
is dàl dia mbia pûdar 

« Marcher contre le fils adoptif d'Ulster (c'est-à-dire Cûchu- 
linn) est une rencontre de laquelle il ne peut résulter que 
malheur » (TBC 1. c). 

Si l'on compare maintenant ce passage avec TBC 6058, où 
Cûchulinn est précisément app<ilé daltac Ulad, il ne peut 
guère y avoir de doute que dallae et ait sont des mots syno- 
nymes. Quand le Yellow Book of Lecan, à ce passage, a le 
gén. pi. ait nUlad, cette lecture suppose un emploi transposé 
et facilement reconnaissable de ailt concernant les meilleurs 
hommes de la tribu ■, ses plus éminents alumni. Ainsi la 
signification du mot peut en quelque sorte se rapprocher de 
annid, avec lequel la forme parallèle alte est liée Airec 
Menm. § II : piad imiuidhcdb 7 imaorad nalti 7 nanradh, et 
§ 15 : môr nanrud 7 iiailti forsa tardus on 7 ainim. 

Irl. aithben f. ancienne épouse [Meyer, n° 3] 

Meyer a pris ce substantif de Esnada Tige Buchet CZ VIII 
264 str. 17. Il est certainement exact que Medb Lethderg était 
la femme de Art; il est dit textuehement dans la version en 
prose RC XXV 24 : i Jail Ain robôi in Medb Lelhder^ {y. l. 
robai ben Airt in M. L.). Mais aith-ben, tout simplement, est 
le féminin correspondant à aitb-Jer (gall. adwr) « homme 
mauvais, poltron». Comme Meyer lui-même cite un aith- 
ben « Unweib » du Book of Leinstcr et que, dans Hsnaua Tige 
Buchet, les mauvaises qualités de Medb se laissent clairement 
apercevoir, la traduction de Meyer, par conséquence, manque 
complètement de base. 

Irl. ecrae ennemie [Meyer, n° 6j. 

Il est parfaitement exact, comme dit Meyer, que ëciae suit 
une forme plus vieille que écrae. C'i-st évident surtout par le 
gall. yscarant et du corn, eskar. Mais 1 accentuation ordinaire 

I. Cp. Amlaib Muman... dalta iit chinid H. 2. 17, 198''. 
Revue Celtique, XXXVl. 23 



3^8 Marslrainîet'. 

de é dans les textes du moyen-irlandais montre suffisamment 
qu'un écrae (gall. anngharanl , aun^har) a aussi existé à côté 
de ëcrae. La syncope de la voyelle médiale indique que écrae 
remonte à la période du vieil-irlandais, car, si c'était une 
nouvelle formation du moyen-irlandais, on s'attendrait à 
écara; comparer É^icara^ (restitution v. irl. de ess-'). Il semble 
bien aussi que ce soit là l'opinion de Meyer, de sorte que la 
note de Holger Pedersen Vgl. Gram. Il 667 est quelque peu 
erronée. 

Chez de vieux grammairiens Olleilly cite eagradha (led. 
éagrada) À. easgairde, et éagraideas À. easgairdeas. O'Clery a 
éccradach. Ces sortes de sources ne donnent cependant aucune 
certitude. 

Irl. omungnath dorognad [Meyer, n° 7]. 

Irl. Fuidbech, Suidbech. 

Omungnath dorognad damnais jiiil Fuidbech 
athgein hùi Luire làmair sluagii Suidbech. 

Meyer veut lire ainsi Rawl. B 502, 115'' 27, alors qu'il 
voit dans dorognad l'ancêtre du v. irl. dorànad, et, se basant 
essentiellement sur cette forme, place le poème au viii* siècle 
(Ueber die alteste irische Dichtung, p. 38). Dans un poème, 
dont l'orthographe est, d'ailleurs, ordinaire du premier jus- 
qu'au dernier vers, le g de dorognad doit immédiatement 
éveiller le soupçon. On doit pouvoir avancer, que, même si 
cette forme se rencontrait dans les vieux manuscrits du vu* 
siècle (au viii^ siècle la chose est tout à fait inadmissible), il 
faudrait, dans ce cas, comme dans d'innombrables autres cas 
analogues, qu'il prît dans la longue file des copies la torme 
normale du vieil-irlandais dorànad. Un examen attentif du fac- 
similé me confirme dans l'opinion que le manuscrit porte 
dorograd, prêt. pass. de do'gair (do-rograd Wb 10^ 12, 22). La 
différence entre le premiers et le dernier est faible. Si le bâton 
de gauche ne descend pas sous la ligne, la cause en est sim- 
plement à l'effacement ultérieur de l'encre. Le même cas se 
présente aussi pour une partie de la boucle du g qui se trouve 



Remarques sur les Ziir Keltischcn IFortkutide. 359 

oblitérée. D'ailleurs dans I. 27 et 28 de la colonne b, les 
lignes du milieu apparaissent moins marquées que dans les 
autres parties. 

En ce qui concerne d'ailleurs la strophe, la traduction de 
Meyer doit éveiller le soupçon sur plusieurs points. Meyer a 
d'abord évidemment compris Fuidbecb et Snidbech comme des 
génitifs sg. des noms de lieu *Fuidb&, Siiidbe. Dans son tra- 
vail, paru ultérieurement, « Ucber die àlteste irische Dichtung 
I » (Berlin 19 13) p. 49 il les déclare comme noms de tribu 
au gén. pi. La relation Fuidbecb : Suidbecb me rappelle beau- 
coup celle de Fnihne, Suibiie {Duibiie, Ruibiie, Druibnc). Ces 
mots sont probablement des noms de personne basés sur 
dibecb « parcimonieux, mesquin », subst. « avare ». Comme 
nom propre ce dernier se trouve BBéS'' 12. 146''^^ (comme 
surnom 176M4), Kawl. B 502, 151^23. Lee. 237=23. Plus 
fréquents sont les diminutifs Dibchén : LL387''28. BBi77*^32. 
191^45 etc. Lee. 4 14'' 23. 419'= 15. Dibchénc, Dibechene : LL 
3i7'35. 392'54,'*2. BBi32''28. 134» 17. Lee. 204^45. 208'' 
10. 4i4''5o. 4i9'2i. Dibecbâfi : LL3i3'=i7. 3 16'' 3 9. 389*33. 
392*= 38. Rawl. B502, i2i''25. 151^30. BBi77'=32. 220'^ 51. 
Lee. I07'^i2. i9é'^45. D/^c/;m^ : BB54''48. I25''i7, 22. Rawl. 
B502, i5i''29. 

Dans damnais fiiil on voit plutôt une tournure poétique 
comme lâmair sluagu ; fiiil, dans la signification « Geschlecht », 
est singulier devant un nom de tribu. Omiingnath ne me 
semble pas clair. L'explication de Meyer (qui traduit « Furcht- 
zustand ») est bien admissible au point de vue linguistique, 
mais très improbable, si Fuidbecb, Suidbecb sont des noms 
propres et si dorograd, comme je crois, est la lecture correcte. 
Je cite comme une possibilité — mais cependant sous toute 
réserve — que Omungnalb soit un nom propre (ou appellatit) 
de même nature que Smirgnath (str. 38 du même poème), 
Faelgnalh, Domungnatb ' (BB 1 5 8" 27) etc. L'appréciation critique 

I . Il est moins vraisemblable que Oniungnalk soit au lieu de Domun- 
gnatb, même si la forme provenait de cette circonstance que le D-, dans 
l'original, comme le fait se rencontre si souvent dans les MSS irl., a été 
omis par le copiste, pour être plus tard rempli par une lettre ornementée 
ou d'une autre encre. 



340 Maislraiidcr. 

du passage est rendue plus difficile en ce que les strophes 
32, 33, 34, autant que je sache, n'appartenaient pas origi- 
nairement à ce poème. Les deux dernières sont, en somme, 
principalement une répétition d'une autre forme des strophes 
17-20. 

Aith^ein hûi Luire ne doit pas être rendu par « Er in dem 
sein Ahnherr Lorc wiedergcboren war » (Ueber die âlteste 
irische Dichtung, p. 45). 

Irl. lunnta manche d' aviron [Meyer, n° 8]. 

A Rawl. B 512 fo. 76*^2 répond Book of Ballymote 22'' 12 : 
se lunwta in reaiha dochuaidh a tarbh a sliasta, ce qui signifie 
clairement « le manche de l'aviron lui pénétra dans la cuisse». 
L'aviron avait, au temps de l'Irlande des Vikings, sans doute 
à peu près la même forme qu'en Norvège. Le bateau trouvé 
dans les fouilles de Oseberg et qui date de l'an 850 environ 
contient, entre autres choses de valeur, tout un jeu d'avirons 
extraordinairement bien conservés dont Hjalmar Falk a donné 
une reproduction dans « Altnordisches Seewesen » p. 74 
(z=Wôrter und SachenlV). La poignée de l'aviron est formée 
par une extrémité conique, aiguë qui commence un peu plus 
haut que son point d'appui dans le hàbora (« trou d'aviron», 
irl. âbor) où l'aviron a sa plus grande épaisseur, 

L'I. Innjita ne peut évidemment pas être séparé de l'écossais 
lunn « la partie médiale de la poignée de l'aviron, poignée 
d'aviron, rouleau de navire»'). La dernière signification est 
aussi celle de l'irlandais lonn. Les formes doubles lunn et 
Innnla (pron. luntS) proviennent d'emprunts faits à différentes 
époques au vieux norvégien /;/M«^/r (primitif norrois *hhin^aR)- 
Lunnta doit être emprunté avant 950, car -n^-, à cette époque, 
était devenu -nn- en Scandinave ; comparez l'emprunt anglo- 
saxon Guiiner et vo3^ez Noreen « Altislândische und Altnor- 
wegische Grammatik » § 265. La forme singulière lunnta 
s'appuie sur le pluriel *hlun^aK (^hlun^ôR) ; une finale -;// 
{*lunt) n'existe pas en irlandais. Comme explication pour les 

I . Cf. aussi gaël. lunnacb : ràt'nan m\n lunnach « aviron à poignée 
lisse ». 



Remarques sur les Zur Keltischen Worthunde. h^ 

non-celtisants, j'ajouterai que le //; devait être déaspiré après n. 

Les formes doubles Utnn et lunnta montrent donc qu'il y a deux 
couches de mots norvégiens empruntés de Virlandais, une plus 
ancienne et une plus récente, ce que je me propose de développer 
et d'illustrer prochainement dans une étude sur la langue 
norvégienne en Irlande'. 

La signification « poignée d'aviron », qui est étrangère au 
V. norv. hlumir, est due à un mélange avec le v. norv. hlumr 
{hlumnir). Ce mélange très probablement doit être attribué 
aux Scandinaves eux-mêmes, alors que hlumr d'après Fritzner 
(Dictionnaire de la vieille langue norvégienne II 15) était 
également usité dans la signification de hlunnr (irl. lunnta). 

Irl. mi-, miss-imbert [Meyer, n" 9]. 

Les remarques de Meyer ne contredisent pas l'explication 
de mi que donne Holger Pedersen Vgl. Gram. § 358 d. En 
effet, mis- peut s'être étendu de mots où s se place devant k, 
t, s, comme miscais, miscerd, miscath (.i. mi-insce Bodl, 
Cormac), miscél etc. 

Missimbert se trouve, d'ailleurs, chez O'Clery, où il est 
rendu par droichimirt. 

Irl. -mar, -mâr [Meyer, n°' 11, 51]. 

La déclaration de Meyer « die âlteste Form ist, wie sich 
erwarten lâsst dermar » est correcte autant qu'elle se limite à 
la poésie. Jusqu'au moment où l'accent fit sentir son effet sur 
les syllabes inaccentuées, cennmàr, dermâr étaient les seules 
formes irlandaises (comme gaul. â^o-mâros). D'après la doc- 
trine de Meyer, cennmar aurait dû alors disparaître durant 
quelques siècles de la langue pour reparaître ensuite à la fin 
du X' siècle. Mais selon moi, j'estime que les deux types ont 
existé côte à côte jusque dans la période du moyen-irlandais. 
Un exemple de dermâr, datant du viii<= siècle, se trouve Wb. 
17^11. 

Déjà dans le vieil-irlandais -mâr (particulièrement dans les 

I. Bidrag til det norske sprogs historié i Irland, Videnskapsselskapets 
SkrifterlI. Hist.-Filos. Klasse 1915, n" 5. 



342 Marstrander. 

cas où la signification corporelle s'effaçait) était descendu au 
rôle de suffixe, dont la signification s'approchait de très près 
de -ach. Dans l'irlandais moderne la voyelle brève {-màr) 
règne souvera.nement. Je cite au hasard : àgh'nar (=gaul. 
âgo-màros), bronnmar («généreux»), brûinar, ceolmar, ciaUinar 
(p. ex. BodI. Dinds. 31, rapporté par Meyer à ciallamail. 
Contributions to Irish Lexicography ^64\^, féarmar, feolmar, 
fonnwar, glônhar, gràdhfnur, greannniar, Jîonnar luachmar, lût- 
hmar neartmar (==gaul. nerto-mâros), saolhmar, scàthmar. La 
plus grande partie de ces mots se rencontrent aussi dans le 
moyen-irlandais, d'où on peut citer encore : bronnmar « ven- 
triosus », Ir. Gl. 647. gh'mmair (: cahï) RC XVI 273. bJadmar 
(: samrad) SR 975. (: raglan') 315. holadmair (: sain) io8é. 

Le type srôn-mar « nasutus » est supplanté dans l'irlandais 
moderne par des adjectifs en -ach dérivés de composés sub- 
stantifs avec uiôr comme premier élément : môr-srôn-ach, môr- 
ghlinn-each, môr-sùil-each. Comparer avec ces derniers des 
dérivés allemands comme : gross-nas-art-ig {jnôr-dhàl-adi), 
gross-iiiâiil-ig (^)jiâr-bbéal-ach, mais m. irl. bélniar), grossig (jnôr- 
srônach), etc. 

Peu plausible est aussi l'explication de Meyer de ciamail. 
On ne comprend guère pourquoi un ciamail soit plus facile à 
prononcer qu'un ciamar. Il y a plutôt influence du suffixe 
-amail ; dans bien des cas, ces suffixes marchèrent parallèle- 
ment, cf. ciallamail en regard de ciallmar. 

Meyer, n°' 12, 28. 

Pour truit lire trniteoc (Donegal, Monaghan). Sur ngeig, 
Meyer remarque : « Das anlautende ng hat Keine Bedeutung. » 
11 convient de s'abstenir d'une semblable manière de s'exprimer. 
L'auteur du traité Oghamique s'efîbrce ici comme pour ngend 
(Meyer n° 13), de donner un exemple de g éclipsé (jig) pour 
lequel, comme on sait, l'alphabet oghamique, comme le vieil 
alphabet runique, avait introduit un signe particulier. 

Il est inexact de dire que droen tient lieu de dreén, dreân. Il 
est identique à dreoén (Birth and Life of St. Moling § 73), 
cf. irl. moderne dreoilin. 



Rcinarquea sur les Ziir Keltischen Worlkunde. 543 

niait est bien un diminutif en -nat comme rocnat, dergnat, 
hreccnat . 

Oscrach, dernier élément de odor-oscrach existe comme 
adjectif en gaël. 

Adirclcoc est une forme diminutive' de adircliu Sg. 69 a 8, 
ce qui s'accorde aussi avec le groupe palatal de consonnes. 
Adircliu \\Qn\. àç adarc comme le nom propre Bicliu des bec; 
cL aussi imbliu « nombril «. Le suftîxe est un diminutif -ilio-^ 
extrêmement commun en gaulois. Etendu aux thèmes en n 
(jilion-), ce suffixe prend une signification plus individuelle. 

Irl. huartan, machad, epit, ùsca [Meyer, n°' 13, 31]. 

Dans une liste de mots BB31 0*^46, appelée Ogam Tirda, se 
trouvent entre autres, les substantifs huartan, machad, cpit. 
« Sie bezeichnen aile Handwerkzeug und Gerâte zum 
Ackerbau » d'après Meyer. En ce qui concerne machad c'est 
absolument inexact, czr machad, qui est un mot très ordinaire 
dans l'irlandais moderne, désigne, d'après Dinneen « a lawn, 
a milking place, a field where cows are kept at night, a herd 
of cattle ». En West-Kerry, où j'ai eu moi-même maintes fois 
l'occasion de l'entendre, ce mot est à peu* près synonyme de 
paire (une plaine où les animaux pâturent, p. e. machadh 
caorach). On le trouve déjà, d'ailleurs, dans le commentaire 
sur Senchus Môr : eu lias 7 mâcha Brehon Laws I 841 infra. Je 
l'expliquerais de *mago-kdo-n, dont le dernier élément est 
identique au germ. *seta- : àgs. sel « camp ; écurie ; parc », v. 
norv. set, gaul. -sedon ; comparer aussi v. norv. setr « chalet », 
*mago-sedon exprimerait donc un sedon ou « parc», où le bétail 
couchait à la belle étoile, contrairement à l'écurie couverte 
du dûn ou du tech. 

Huartan se voit aussi dans les lois (V 260. 9) dans une 
note sur uairtnech du texte original : .i. in bô blegar risin 
uartan. À. risin salann nô risin mbalgum ; cf. Senchus Môr, 
Brehon Laws II 366-8. Ce uartan serait-il lié à fuaràn (de 
uarmi) de Dinneen « a pool where cattle stand to cool them- 
selves » ?. Si la comparaison du commentaire avec uairtnech est 
juste, -tan est toutefois bref. 

I. Un suffixe de même nature montre truitla^, île de Man, dùmin. de 
truil. 



344 Marstrander. 

J'ai trouvé epit dans Crith Gablach, Brehon Laws IV 310. 
12, dans la combinaison suivante : lomna, tâl, tarathar, hiiresc, 
dias, fidchrann, eipit, aicced fognama cacha ràithe. C'est indubi- 
tablement un vieux participe prés. fém. de as'ben, inf. eipe, 
forme primitive *eks-bhiintî ; cf. beirit « truie » qui rappelle 
particulièrement le v. norv. berendi « femelle » (étendu au 
thème en io, germ. m), et aussi cingit, f ; d'autres exemples 
encore CZ VIT 386. Le suffixe a dû, à une certaine époque, 
être très abondant en celtique et en germanique. Un excellent 
tableau des thèmes norvégiens en «/ est donné par Alf Torp 
« Gamalnorsk Ordavleiding » § 26. 

Au gothique appartiennent des formations analogues 
comme huhmdi « caverne». 

La traduction « Hippe, bill-hook » de Meyer est tout à fait 
arbitraire. De desuper petit de O'Mulconry, on ne peut rien 
conclure ; on peut tout aussi bien appliquer desuper petit à 
hache, pioche, fourche, serpe. 

C'est ici sans aucune importance que bi en gallois s'emploie 
de la taille des arbres, alors que la détermination du sens de 
eipit doit nécessairement se baser sur as'ben, qui, au sens 
propre, semble principalement être emplo3^é pour désigner 
les travaux aux champs et dans les forêts. 

Avec usca (c'est-à-dire nsca^ il faut comparer l'irlandais 
moderne use ' dans l'ouest de Kerry employé pour désigner 
huile à graisser. Dans Vogam tîrda le mot indique certaine- 
ment un corps graisseux destiné au même usage. Il se trouve 
déjà dans Senchus Môr, Brehon Laws II 252. 3 : tiiniud na 
cainnell a geir 7 nscca in carnar. Etymologiquement, il appar- 
tient à lat. jus, skr. yus-, germ. *justa- ^ 

Ir. glicar, glegrach [Meyer, n°' 14, 58]. 

Meyer réunit ici plusieurs formes de mots qui doivent 
provisoirement être strictement séparées les unes des autres. 
De même qu'il existe une différence de forme bien accusée 
entre glicer, glicar (c'est-à-dire gliggar),glicarda, gUcrani, d'un 

1. Cf. use con, O'Grady Catalogue ot Ir. MSS. 184. 

2. Cf. usgtia quasi susge .i. geir suis ./. lui niuici, Corm. St.-D"D. 167. 



Remarques sur les Zur Kellischeu IVortkuude. 545 

côté, ei glegrach (c'est-à-dire gleghrach) de l'autre; de même, 
il existe une non moins grande différence dans leur usage. 
Les deux groupes appartiennent à deux mondes différents. 
Tandis que la forme -c- appartient à la haute poésie, la forme 
-i- a toujours été typique des mots populaires qui ont — il 
me semble — une certaine tournure vulgaire. Celle-là se perdit 
déjà dans le moyen-irlandais ; mais la forme -i- fleurit encore 
dans la langue parlée moderne. Toutefois, dans quelques 
endroits, glioganiach, sous l'influence de niiogarnach, a pris la 
signification « cligner vivement des yeux, s'assoupir » (là mo 
sialc ^liogarnaich, West-Kerry). Gliogairc, que Meyer (n° 58) 
mentionne d'Ecosse, est aussi très répandu en irlandais, 
toutefois on le prononce glns^'h (du moins en West-Kerry), 
bien que s^liogarnach soit prononce g l'ig^rtPx. Cf. aussi l'ortho- 
graphe de ghigaire. Une dérivation de glicar apparaît dans gJi- 
carda CCarh. 4032: dâ glûn g. aici. 

Ogam. mailaguro [Meyer, n° 15]. 

Dans ses remarques a Notes on Irish Ogam Inscriptions » 
Macneill a identifié ce nom avec le vieil-irlandais Mad Augro, 
Mael Ugra ', « was aile von ihm selbst erkannten Regeln der 
Schreibung ûber den Haufen wirft ». «mailaguro», dit 
Meyer, « est le gén. sing. d'un nom propre vieil-irl. Mael Gor, 
un nom de même type que Mael Odor. » Deux choses auraient 
dû éveiller le soupçon du professeur Meyer. D'abord, le fait 
que dans le vieil-irlandais, le gén. fém. sing. des adjectifs en 
u se termine en -e ; ensuite, que gor a un primitif de sorte 
que, en toute vraisemblance, le gén. sing. serait maila- 
GORO, si l'on admet que les adjectifs en u formaient, à 
l'époque des inscriptions oghamiques, leur gén. fém. sg. en 
ds, ce que, d'ailleurs, je regarde comme inadmissible, même 
en ce qui concerne les plus anciennes inscriptions ogha- 
miques, en considération de l'ordinaire transformation des 
anciens adjectifs en -u que nous rencontrons dans les plus 
vieilles périodes de la plupart des langues indo-européennes. 

I. Entre autres dans Clann Mailugra, Cencl Maoilu^ra, v. Hogan, Onom, 
Goidelicum. Mael AiigraLL2<)'/^26. Rawl. B502 ; 123». 



Ué 



Marsti anâer. 



Le gén. sing. d'un nom propre v. irl. Mael Gor serait dans les 
inscriptions oghamiques maila gorias (ou encore gurias). 

Il y a deux groupes de noms propres avec Mael. Dans le 
premier, Mael est suivi d'un adjectif : Mael dub, Mael Ocior; 
dans le second, d'un substantif au génitif: Mael Dùin, Mael 
Celtair, Mael Brigte, Mael Isu. Au dernier groupe appartient 
Mael Augro, et mailaguro de l'inscription oghamique est 
pour MAILA AGURO. S'il est écrit avec un seul a, je suppose 
que cela est fiiit .intentionnellement pour la raison que 
deux AA (• •) se liraient flicilement O. 

Après cela, Meyer ne s'étonnera plus « dass er augenblick- 
lich ein air. Mael Gor nicht belegen kann ». 

Irl. celt manteau. Geit dans les noms propres irlandais. 



[Meyer, n° i6]. 

Dans cet article, Meyer a traité d'un sujet très difficile. Ses 
conclusions sont, dans mon opinion, erronées par suite d'un 
approfondissement trop superficiel des sources. 

D'après lui, tous les noms de personne composés avec Celt 
devraient contenir un neutre Celt (le genre est probablement 
déterminé d'après deichelt !), auquel il donne la signification 
de manteau. 

Contrairement à Meyer, je soutiendrais que celt, dans ce 
sens, n'est guère constaté en irlandais. Meyer dit bien que ce 
mot est « gut belegt » et renvoie à ses Contributions to Irish 
Lexicography. Les exemples qu'il en cite sont tirés : 

A Des vieux lexicographes : celt nestis .i. étach, Cormac 
Trad. 47 (YBL). 

Celt .i. cecb diliu, unde dicitiir degcelt .i. de [^] ditiu H. 
2. 15- 

B De la littérature, les deux exemples suivants sont tirés de 
Bruiden Dd Derga : imdainigethar celt clithargarb finna... cen 
étaige imtuige co certsâla sis, et plus loin : issed étach fil impu celt 
âsas treu. 

Meyer disjoint les deux exemples ci-dessus. Il traduit, dans 
le premier cas, « dress, raiment », dans le second « hair ». 
La signification dans les deux cas est la même : Enveloppe de 



Remarques sur les Zur Keliischen Worthiden. 347 

poih, tout à fait comme pour celîchair, Silva Gadelica 345. 27 : 
dojàsad cehchair cli'iim tré ^ach non no ithed. 

En ce qui concerne le brave Cormac, la traduction ueslis, 
Ùach est due à sa tentative d'expliquer dechelt, ce que la suite, 
non citée par Me ver, montre bien : decelt À. brat 7 leine. Le 
grammairien dans H. 2. 15 (ou ses sources) se fonde très pro- 
bablement sur les deux endroits cités de Bruiden Dd Dcrga. 
Les celtisants doivent, de façon générale, rejeter au plus tôt la 
confiance naïve qu'ils ont eue jusqu'ici dans les grammairiens 
irlandais. Leur science a à peu près la même valeur que celle 
du maître d'école irlandais, dans West-Kerry, qui m'assurait 
sérieusement que le nom du Rhin provient de Ri na hahhann 
<( Roi des fleuves ». 

La présence d'un cell « manteau » dans la littérature irlan- 
daise ne peut conséquemment pas être admise '. Le sens pri- 
mitif du mot est « enveloppe », mais il est particulièrement 
employé des poils et du duvet recouvrant et protégeant le 
corps ^. Et c'est peut-être bien la signification qu'il a dans 
Moeth-chelt, que Meyer traduit par « Weichman tel ». — Cel- 
tar ne doit pas, Ix l'instar de Meyer, être regardé comme un 
dérivé de celt. Il vient plutôt directement de celid, comme 
briathar de bria-. Cf. spécialement le goth. hulistr, ags. 
helustr. 

Meyer a cependant raison de rejeter l'explication de Zupitza 
de Celtchar comme «ami des Celtes». Mais l'explication, 
qu'il propose lui-même, est-elle bien meilleure ? Meyer passe 
sous silence l'élément de Celtchar '. Je suppose qu'il pense 
comme moi qu'il ne peut être séparé de -car « amans » dans 
Fer-char (gall. Gzvr-gar), Fael-char, etc. En considération de 
l'étonnante concordance existant entre les nomenclatures cel- 
tique et germanique, je préférerais rattacher Celt- au germ. 
*hilfi- (de *celtî-\ si commun dans les noms propres germa- 
niques. Celt-char serait alors une formation comme l'alle- 

1. Le gaël. kilt n'est pas non plus, comme Stokes le pensait (Cormac 
1. c), une continuation du celt de Meyer et de Cormac, mais bien 
emprunté au nordique. 

2. Cf. norv. hetta (i) capuchon, couverture, (ii) cheveu (=htolr). 

3. Gén. sg, Celtchair LL 118^4. 



34^ Marstrander. 

mande Hildi-f^ar, Hildi-gern, Hildi-trut. Pour Celtar (*felto- 
t'/ro.f ?2;én. s^. Celtair LL 204'' 8. 349'' 19) cf. Hildc-iiiann. Le 
nom. pi. Celtri LU 75^6 peut désigner un thème en io (Celtre). 
A cette explication, on peut, il est vrai, opposer que des 
noms semblables ne semblent pas se rencontrer en gaulois, à 
moins, toutefois, comme le pense Rhvs, que le nom celtique 
lui-même n'y ait son origine. 

Irl. dergnat/^//r^[Meyer, n° 17]. 

L'étymologie que donne Meyer est évidente. Elle se trouve 
d'ailleurs chez Cormac : dergnat A. derga iat (Corm. Trad. 
57). Au deargân de Meyer correspond le diargàn de l'île de 
Man. 

Pour la signification et la dérivation, cf. brecuat, Saltair na 
Rann 3934, originairement ^ la petite bigarrée ». 

Irl. fael, Falbe [Meyer, n° 18]. 

De la forme de composition /«('/-, de l'ogh. valubi et du 
gén. V. irl.faelad, Meyer conclut aux deux thèmes originaire- 
ment différents en -7/et en d (/). 

Meyer à mon avis a raison en cela, mais je doute qu'il 
ait envisagé la question dans son ensemble grammatical 
exact. Il s'agit ici d'une amalgamation de deux thèmes. J'estime 
qu'il faut comparer la ûexion fael : Jaelad (compos. fael-) à 
celle des thèmes dentaux comme cin : cinad, caur : caurad, 
dont la forme oghamique de composition se terminerait, je 
suppose, en -11 (*cinu). Autrement dit, je crois que ces 
trois mots étaient primitivement des thèmes en u (ace. pi. 
curu Tochmarc Etaine ; mais ciiradu Serglige Conc. 30), et 
qu'ils se maintinrent ainsi dans la composition, tandis que, 
séparés, ils passèrent par accroissement aux thèmes dentaux. 
C est une évolution que Ton peut suivre à l'époque histo- 
rique en ce qui concerne mug : gén. sg. mogo, dont le génitif 

I. Comparez aussi la représentation de Aedacdn par athakan, dans 
une inscription runique de l'île de Man (Kermode « Manx Crosses », 2e éd. 
74), et de V. irl. Mdel Muire par v. norv. Mahnuru. Mais aoirde de lirl. 
mod. à côté de dirde (v. irl. ard^ie) doit être jugé autrement. 



Remarques sur les Zuv Kcliischcn ïVortkunâe. 349 

en moyen-irlandais est mogad. La forme de composition ainsi 
appelée brève, qui est bien la plus ancienne, reflète de la sorte dans 
plusieurs paradigmes, un degré de flexion antérieur. 

L'ogham. valubi correspond au v. irl. Fàlbi ', une ortho- 
graphe qui n'est pas si rare dans les manuscrits moyen-irlan- 
dais. L'orthographe de Fàilbi est équivoque en ce sens qu'elle 
contient certainement aussi vailubi (avec diphtongue). 
C'est une permutation de voyelles dont je connais seulement 
un parallèle : /^///(^ : /i2t'///t' (irl. mod. Jâilte : faoille). Des ins- 
criptions oghamiques Macneill cite battigni, gattigni, 
qu'il identifie avec Baethiu, Gaethin (Notes on Ir. ogh. Inscr, 
p. 353) '. De ces exemples il suit que l'ancienne diphtongue ai, 
dans certaines conditions, perdit son élément palatal dés avant 
l'époque du vieil-irlandais. Que fael ait eu primitivement ai, 
l'arménien gail « loup ^> que je ne puis séparer de fael, le 
montre bien. 

Le développement de valubi en v. irl. Fàilbi est en con- 
formité avec la règle émise par Thurneysen Handbuch § 155, 
qu'une consonne postérieure -|- consonne antérieure donnent 
un groupe de consonnes antérieures. Cette règle de Thurney- 
sen est absolument exacte quand il s'agit d'une syncope dans 
des mots non composés et dans des compositions dont le 
premier élément est une particule accentuée : tuicse Wb 4''i5, 
Luigne, foigde, digde; 'fuilng-, ' eillg (de flrloing, in'loing). 
Mais dans plusieurs anciens composés tels que *Lugu-bio-,. 
*Vidu-bio- (v. irl. Lugbae {Lugbeus, Adamn. Vita Se. 
Columbae p. 43. 44. 53. 56. 57. 77. 81. 82. 83.) Fidbae), 
b change la position antérieure en la position moyenne ; cf. 
fubae, liibae. La palatale -Ib- de Fàilbe est probablement due à 
la diphtongue antécédente. 

Irl. ten arbre, buisson [Meyer, n° 19J. 

En se basant sur câirtbeiijintan, rôstau, Crinithan, Dergthenn 
Lerthan, Samthann, Subthan et Càichthangen, Meyer construit 
un substantif irlandais ten, tan, auquel il attribue le sens de 
« arbre, buisson »^ 

I. Fdlhe : ùirme LL 205^'9, poeni m. irl. 



350 Marslrandcr, 

C'est tout à fait arbitraire, et sa manière de voir est rejetée 
par Holger Pedersen Vgl. Gram. Il 659. D'après ce dernier, 
tan serait identique à tan « temps » qui, de même que ed, 
aurait eu primitivement une signification locale. D'abord, les 
formations avec -tan ci-dessus sont prétérablement des thèmes 
en '. Ensuite, rien n'indique que tan, en celtique, ait jamais 
eu une signification locale. On trouve ici le même sens tem- 
poraire que dans lat. diatinus, crastiniis, prolinus, skr. divata- 
nah, nutanah etc., cf. irl. suthain, duthain. Entièrement incom- 
patible avec l'enseignement de Pedersen est finalement le 
génitif oghamique cairatini. 

Avant de donner mon opinion sur l'origine de ce -ten, -tan, 
je tiens à citer divers mots qui trouveront leur place ici : 

(i) omthann (v. 1, otnthund) A. tind he frisin om, Cormac 
Trad. I ^2. 

O'Donovan et Stokes s'égarent en ce qui concerne le sens 
de ce mot. Néanmoins, c'est incontestablement l'équivalent 
vieil-irlandais de l'irl. mod. jobtlmn, fothannàn {ouuanc, île de 
Man), g2ié\. fôthannan « chardon » ^ Le mot semble un dérivé 
de l'adjectif ow «cru, amer». 

(il) aittenn genièvre, v. ci-dessous. 

(iii) dristenach dumetiun Sg 53*5, supposant un dristen, 
dérivé de driss « vêpres » Sg 47*8 (driside « dumosa », Philarg. 

(iv) nentanân (dérivé de nenaid, irl. mod. neannta), irl. 
mod. neannlanâ)i « buisson d'orties », et comme nom de lieu, 
un village proche de Killorglin, comté de Kerry. 

(v) Colltanâii, Book of Lismore i8r% une forêt au centre 
de Munster, qui s'étendait de Druim Eogobuil à Claire 
(Hogan, Onom. Goid. 285). Certainement dérivé de coll 
« coudrier » . 

Sehdann {fiJia Cuire) Ann. d'Ulster 731 est par contre à 

1. Gén. sg. CaiKt[h]in, Livre d'Armagh lia., Côerthin Annales d'Ulster 
446, Craumthainn, Cremthainn ib. 485. Dat. sg. Caerthiuud, Fled Bricrenn 
§ 36. La flexion des noms propres fém. Lerthan, Samtljann, Sublhan ne 
m'est pas connue. 

2. foltmnnan bre.ac,f. Muire, f. beannaichte « Marys thistle » ; /. 50î7/«jV 
« Curline thistle», Macdonald Gaelic Dict. 'II 452 b. 



keinarqiies sur les Ziir Keltischeii ÏVortkiinâe. 551 

peine dérivé de sep « haricot « et ne se rapporte certainement 
pas ici. Il semble être identique au gaul. Scbodda {Rémi Ji lia) 
CIL xni 3204. Flexion origin, Sebdu : gén. Sebdan{n). 

Sailchedan, Saichelhan dans n. 1. Loch Sailcedain (: dil) Ann. 
d'Ulster 742 semble dérivé de sail, gén. sailcch « saule » 
(cf. Loch S. =: Loch Sailech, Hogan Onom. 504). 

Il n'importe pour le moment de décider si Sailten 
(Hogan 1. c. 590) peut être aussi rangé ici et si sa signification 
primitive est salicelum. Le génitif, dans le Book of Leinster, 
est Sailtine, dans les annales des Four Masters et Chronicum 
Scotorum, Sailtin, dat. Sailten. 

(vi) Smérthan (« mûrier sauvage ») dérivé de smér « mûre 
sauvage » : ar Muigh Smerthuin, Anecdota I 33. 

(vii) Dubthan nom propre masc, Dubtan Rawl. B 502, 
9i')2; gén. Dubthai)i Lee. ioi''46, '8. Dubîain LL2i3''3i. 
352^39, 47. BB 223'-'26. Rawl. B 502, 9i''54. 123^8. 

Alors il se recommande de dériver Dergthenn de derg 
« rouge». Meyer le tait dériver de dcrc « haie», bien que rk, 
comme on sait, ne s^écrive jamais rg en irlandais. 

(viii) Finten, Findten nom propre masc, plus tard Fintan, 
Fiudian, dérivé dcjiful. Eu égard à Dubthan, Dergthenn, cette 
explication me paraît plus plausible que celle de Meyer 
(^vindo-senos ff Zur keltischen Wortkunde » , n° i.). 

milten, « ruche, alvearius campestris » ' doit à peine être 
regardé comme une dérivation de mil (forme fondamentale 
*melu-tino-ni). En conhidération de bech-din « ruche » Brehon 
Lawsl 166. 27 (im ttiiorgain dobechdin, expliqué par ingait na 
cesach bech, ib 170. 19), milten sans doute vient d'un plus V'cux 
inil-din. Ce din est identique à din « couvert^ toit de chaume, 
abri, protection » et comme je suppose, apparenté avec germ. 
*ti-<f>la- « ruche » (v. h. a. :(idal-iveide), lett. dêjnms. 

Dans -tan, -ten se trouve le neutre d'un suffixe primitive- 
ment adjectif, dont la forme ancienne était -tino (ogh. caira- 
tini). Sam-than, Ler-than désignent d'après Meyer, « plante 
d'été, plante maritime », proprement aestivus, niaritinuis. En 
cela Meyer a peut-être raison, quoique je sois porté à croire 

I. doheirtis iiieic... mil asna miltenaib, Trip. Life I 14. 12. 



55^ Marilranàet'. 

que Sa}nlhann doit être lié avec sama « saure ». Dans les 
gloses, le suffixe rend 'trois fois le lat. -ctum : fîntan vinctuin, 
rôstan rosetum, dristenach dumetum. Il a, en somme, une signi- 
fication fortement collective ; pour cette raison, il forme, de 
préférence, des mots de plantes buissonnières. 

Sur l'origine de ce suffixe, il est difficile de se prononcer 
avec certitude. Toutefois, la signification ferait pencher pour 
le suffixe bien connu -ino, sur la présence duquel en irlandais 
v. CZ VII 377-380: Le -/-du suffixe peut, par analogie, s'être 
étendu de mots tels que aittaui, que je n'hésite pas à placer 
ici. Les formes britanniques (gall. eithiii, v. bret. elbiii « rusci ») 
indiquent un *attino-, dérivé de *atti-, gall. aith. Si ce dernier 
comme on l'a présumé, appartient, à ak « pointu, aigu », // 
s'en suivrait que l'irl. aitlenn est emprunté du gallois. L'étymo- 
logie en est très acceptable ; pour aith : eitbin, cf. particuliè- 
rement lit. akstis « pointe, bâton pointu » ; ahstinas <■<■ pointe, 
épine, aiguillon » (= v. slav, ost-hiiu^. Viennent aussi ici le 
grec ày.av6o; chardon, et v. slav. osht-h (plante épineuse). 

En ce qui concerne l'emprunt fait au gallois, il faut se rap- 
peler que l'irlandais càirthen « sorbier » est aussi un emprunt 
au kymrique à une époque très ancienne. Ainsi que Hol- 
ger Pedersen (Vgl. Gram. II 659) l'a déjà avancé, cette expli- 
cation lève toutes les difficultés. La supposition de Meyer 
que cerdin est emprunté à l'irlandais, vient de Rhys. Au point 
de vue linguistique, ehe est tout à fait msoutenable et peu 
probable au point des vue historique. Des mois coxnwie ai llenn, 
càirthen (à côté de daintech,dantniir, gor-niac etc.) montrent de 
façon évidente la grande influence que l'Angleterre britan- 
nique a exercée sur l'Irlande aux temps anciens. L'emprunt de 
ces mots doit être avant tout imputé au rôle prépondérant que, 
précisément, jouent ces plantes dans tout le culte païen et 
dans toutes les vieilles superstitions. Il est aussi possible que 
aittenn, primitivement, ait désigné une plante spéciale étran- 
gère, introduite du pays de Galles, en Irlande. Aujourd'hui 
encore on fait une différence entre aiteann Gallda (^Franncacb) 
et aiteann Gaedhealach. 

Le suffixe -t-ino paraît être commun celtique. Je croirais 
volontiers que c'est le même qu'on trouve dans rumpotinum 



Remarques sur les 'Z.ur Keîtischen iFortkuiidc. 555 

de Columella et de Pline, désigné là comme une plante gau- 
loise, originaire de la Gallia Cisalpina : getuis arbusti Gallici 
quod vocatnr rumpolinutn... Hoc genus arbusti fieqiiens est in agro 
Mediolanensi ubi eliam hodie nomen servat {ColumeWa). Rumpo- 
tiiiuin arborctn deiuonstravimus inler arbusta (Plinius, v. Holder 
Altkclt. Sprachschat/. II, 1245). Le lat. rumpotinetum (Colu- 
mella) est dérivé du même mot. Le mot fondamental est 
rumpus de Varro (Holder II, 124e), que Walde, par erreur, 
regarde comme emprunté ci po;j.5£';; de Hesychius ('.[^.âvteç s'ç 
pa-teTat Stl u-sCYjjj.a-ra). 

Irl. menmarc, mathmarc [Meyer, n° 20]. Irl. Matho, 
Mathgen. Germ. Matha-. 

« Dats Ictztere Wor kann ich nicht deuten, aber uicnuiarc 
ist aus menm-serc entstanden, wie es LB 74'' 45 tatsàchlich 
geschrieben wird. » 

Cette supposition n'est pas nouvelle. On la trouve en effet 
chez Stokes Cath Catharda, p. 529. Avec tout autant de raison 
on aurait pu expliquer Danar et Dàirine de Danfer et Dàirfine, 
puisque cette orthographe est très ordinaire dans les manu- 
scrits plus récents. 

Une analyse des exemples rapportes par Meyer lui-même 
prouve que menmarc est un thème en 0. Il n'a donc rien de 
commun avec 5^;r, mais contient le vieil infinitif de arcu « je 
demande, j'aspire à ». Pour plus de détails, v. l'auteur « Fest- 
skrift til Alf Torp», p. 247. 

Une difficulté plus grande surgit avec mathmarc. Ce mot est 
certainement un composé très ancien. Au point de vue de 
l'irlandais, il convient de rapporter le charactéristique -arc à 
arcu « je prie, j'invoque », infin. arc. Si cela est exact il fau- 
drait que le premier membre ait la signification générale de 
« dieu » ou qu'il contienne le nom d'une divinité déterminée. 
Il m'est venu aussitôt à l'esprit une glose dans YBL, O Mul- 
conry 665, où Mathu est désigné comme l'un des trois fdithi 
fis la geinnti '. Cette glose mérite d'être prise en considération, 

I. Gohx y goibenn .t. Gûibhninn .iii. fdithi fis lageinti .i. Mathu Nuada 
Goibnend. 

Kmuc CeUiqiif, XXXV l. 23 



^54 Marstraiider. 

si on la compare avec mailheas .i. draoidheacht de O'Clery. Dans 
mathinarc (« qui invoque Mathous ») il se cache une vieille 
composition de même nature que le skr. dhayain-jayah, jalam- 
dharah, astam-yan {astam-gacchati), gr. vouv-sy/iç etc., v. Brug- 
mann Grundriss II. Pour la signification, comparer le gr. 
Oso-irpô-oç « devin mathmarc », proprement « qui consulte les 
dieux », dont le dernier élément est un proche parent de 
-arc \ 

Dans cet ordre d'idées, j'attirerai l'attention sur le curieux 
épisode contenu dans la vieille biographie de saint Patrice 
par l'évêque Tirechan, où il est dit que Patrice convertit les 
deux filles du roi Loeguire, Ethne et Fedelm, près de la source 
Clcbach. Après avoir reçu la bénédiction de Dieu, elles s'en- 
dormirent dans la mort. Le livre d'Armag continue ainsi 
(fo. ]2^ i) : [et umi\t [ina\^us Caplit qui nutriuit alteram et 
fleiiit. et illi Patricius praedicauit et credidit... et f rater illiiis uenit 
M[ael] et ipse dixit : frater meus credidit Patricia et non eril ita 
sed reuertam eum in genlilitalem et ad mathoum et ad Patricium 
uerba dura dicit (Thésaurus Palàohib. II, 265). 

Les éditeurs du Thésaurus changent maintenant, sans rai- 
son apparente, mathoum in Matho[n'\um, peut-être parce que, 
un peu plus loin (Arma^î 13'' i), ils ont trouvé un nom de 
femme, Mathona (sœur de saint Benén, Trip. Life 98. 4), 
dans un rapport tout difîérent. Le changement, selon moi, 
est tout à fait inconsidéré, attendu qu'aucune personne de ce 
nom ne figure nulle part ailleurs dans l'abondante littérature 
sur saint Patrice. En outre, l'introduction dans ce milieu 
d'une personne inconnue, non nommée jusqu'alors, est très 
remarquable chez un narrateur aussi clair et logique que Tire- 
chan. j'unirai ad mathoum à rejiertam : « Mon frère a donné sa 
foi à Patrice. . . mais je le ferai retourner de nouveau à V idolâtrie 



1. L'irl. arc est précisément employé pour les prières des liommes a 
Dieu comme dans la tournure arcu fuin im (i/o) Din, orig. « je demande 
une faveur à Dieu » (peut-être = scr. va dm prccliàmi). Comme nom d'un 
des trois druides chez les trois Dé Danand un vieux texte mentionne FocJi- 
marc {Fis 7 Focljiiiarc 7 Eotus, Ir. Texte III 58), orig. l'infinitif de fo-comairc, 
•fochmairc. 



Remarques sur les Zur Keltischen IVortkunde. 355 

et à Mathous, et il prononça des mots durs contre Patrice '. » 

Dans les adaptations m. irl. de la vie de Patrice, basées sur 
la version d'Armag, l'incompréhensible Mathoiiin est complè- 
tement oublié des commentateurs. Rawl. B 512 (fo. 12^ i)a 
ainsi au passage correspondant simplement : doiirbérsa dorithisi 
hi nggentkcht 7 ro'bôi ic athaisiugnd Palraic. 

A l'époque de l'introduction du christianisme, Mathous 
partagea le sort des autres dieux domestiques. La lumière du 
Christ les rejette dans l'ombre et la puissante figure de Patrice 
les domine. Leurs contours pâlissent, mais l'imagination 
populaire s'empare néanmoins de ces fantômes d'un temps 
depuis longtemps révolu et, instinctivement, cherche à les 
grouper dans les nouvelles ambiances. Mathous, qui présidait 
aux énigmes de l'avenir, devient ainsi, dans la croyance du 
peuple, un druide lucide qui annonce la venue du Christ et 
la chute de l'idolâtrie, à Laegaire mac Néill de Tara. Je m'en 
réfère cà un très vieux passage du Senchus M6r qui dit : 

fris'briiig Laegaire fri Patraic dâig in driiad Malba iiioccu 
Môir {tnac umoir MS^ do'rarngarl saide in drài do Laegaire 
gétad Patraic biu 7 marbii aire. 

« Laegaire opposa de la résistance à Patrice à cause du druide 
Matho moccu Môir, qui avait prédit à Laegaire que Patrice 
lui prendrait les vivants et les morts » [Brehon Laws III 28]. 

Il fut aussi associé avec les Tuatha Dé Danan et les Fir Bolg 
comme dans le commentaire sur Senchus Môr l. c. : Malha 
moccu Môir ./. do Tuathaib DeDonand no do Fearaib Bolg. 

Sur la puissance et la sphère d'action de ce Malbous, on ne 
peut, malheureusement, rien dire. Le mot, étymologique- 
ment, appartient très vraisemblablement à l'ensemble des 
mots gaulois en Matu- ^ ; il peut, d'ailleurs, tout aussi bien être 
identifié avec le nom propre gaul. Matuiis. Legaul. Matu-genos 
est identique à l'irl. Mathgen, qui, dans l'ancien te.Kte Cath 

1. A peine « contre Mathous et Patrice ». On devait donc supposer que 
le druide Mathous de Laegaire avait, ainsi que le poète Cairid mac Find- 
chaim, embrassé le christianisme et errait maintenant avec Patrice, ce que, 
d'ailleurs, Tirechàn ne mentionne nulle part . 

2. Dans les nombreux noms gaulois en Mail- doit-on être tenté de cher- 
cher des noms de tendresse en Matu- 



3 56 Marstmnder, 

Maige Tuired (RC XII 80), est précisément le nom d'un sor- 
cier. 

Du germanique je comparerai des noms propres comme 
Mafii-svin^ô, M.afa-svin^ô, noin d'une princesse gothique, et 
Mapa-môda:( comme celui d'une divinité, Ephemeris Epigra- 
phica V éoi (gén. sg. Mathainodis). Cela fait de suite surgir 
de nouvelles questions d'une grande portée en ce qu'elles 
touchent aux relations entre les Celtes et les Germains et sur 
lesquelles j'espère révenir plus tard à l'occasion. 

Irl. mvge testiaiie[M.eyer, n° 22]. 

Je suis d'accord avec Meyer pour rejeter la comparaison de 
uirge avec lat. iiirga. Le mot ne doit pas être séparé du gr. 
ïp-/i;, arm. orjikb, zend. ef^i (ci. Stokes, Irish Glosses 192). 
Oui peut prétendre que uirghe (d'un plus ancien *oirge) ne 
peut rendre un précelt. *oreghiâ- ? 

Noms en -bio, irl. -be [Meyer, n" 23]. 

Meyer s'est occupé ici d'un sujet très difficile. Ses matériaux 
sont rassemblés au hasard et de façon fort incomplète. La 
comparaison Latohins : Laithhe rencontre des difficultés pho- 
nétiques. Pour Airtbe (BB I55''5), on voudrait Artbae\ 

A la fin de son article, Meyer cite divers noms de lieu en 
-be, -bac, dans lesquels il voit l'infinitif debenaid {-be « Schlag, 
Lichtung »). Ses exemples ne sont pas judicieusement choisis. 
Etarbae, p. ex., ne contient certainement pas -bae dans le sens 
de « Lichtung », mais il est probablement identique à etarbe 
.i. erke etir éit « barrière séparant le bétail » de O'Mulconry; 
cf. combongat etarba À. cia coimmbristcr inbabis etarru .i. ailedha 
j airbedha, O'Davoren 281. Le dernier élément du mot est 
d'ailleurs identique à celui du synonyme ^/r-Z'^, et le mot lui- 
même semble être proprement l'infinitif de eiar-ben, comme 
air-be de ar-hen-. Pareillement, les synonymes àir-e, imh-e 

1 . Un nouveau nom propre en -hc semble être Altbae (H in Althai LL 
512 cq). 

2. 11 parait improbable que airhe et «•/ar/'t; contiennent le verbe substantif ; 
de même que etarbae vienne, par haplologie, de *etar-arhe. 



Remarques sur les Zur Kellischen Wortkunde. 557 

appartiennent à ar'fen, inrfcn, v. l'auteur « Festskrift til Alf 
Torp » p. 24e . 

Meyer cite encore Tethba, mais comme ce mot est un thème 
en in, il ne peut pas contenir l'infinitif de benaid. Le tableau 
ci-après montre la flexion de Tethba dans les Annales d'Ulster : 
gén. sg. Tethbae. Année 664. 770. 790. 822. 823. 825 (deux 

fois). 827.833. 

— Tethbai. '> 840. 879. 893. 950. 

— Tethba. » 588.740.926.955.991.992.1002. 

1036. 1043. 1068. 1070. 1087. 
1161. 
dat. sg. Tethbai. » 561. 699. 798. 839. 953. 

— ^ Tethba. » 1024. 11 86. 

Comparer, déplus, l'accusatif plur. latinisé Tethbias, Livre 
d'Armag 11^ i, qui suffit seul pour trancher le genre du 
mot. 

De ce qui précède, il s'ensuit que les noms de lieux en -ba, 
-be se partagent en deux group. s, un groupe en io, et un 
groupe en ià. Au dernier appartient ainsi Odba, dont le gén. 
sg., dans les Annales d'Ulster, est Odbae à^ins les années 
611. 700, Odhbha en 1072; dat. sg. Odbai (i nFodbai^ tn 1017. 
Au premier appartient, par contre, Cnodba, dont le gén. sg. 
est Cnodbai dans les années 788. 817. 862. 917. 934'. 

Sur l'origine de cet élément -ba, -be, je ne désire pas me 
prononcer pour le moment. 

Il est certain, toutefois, que seul le groupe en -iù peut être 
uni directement à l'infinitif de benaid. Après r, l et d moyens 
et postérieurs, b peut rendre le v primitif. Une analyse appro- 

I. D'autres noms de lieu en -be sont : Ailbe, Ercba, Ollarba, Sithbe (Etb 
de Hogan doit être aboli). Ollarba et Ailbe doivent être des thèmes en iâ 
(gén. sg. Ailbe, dans Cath Ailbe, Mag n-Ailbe, qui, à tort, sont supposés 
de contenir un nom propre Ailbe. Les Annales d'Ulster ont le gén. Ailbe 
dans les années 552. 902. 907. 998). Sithbe est un thème en -io, gén. Sithbi, 
dat. Sithbiu, v. Hogan Onom. Goid. ; de même probablement aussi Etar- 
bae, nommé ci-dessus (/ uEdarbu Lee. 57s). Ercba ne m'est connu que de 
Hogan Onom. 400 a. D'après l'exposé de Hogan il ne résulte pas clairement 
que Ercba doive être nécessairement considéré comme nom de lieu. Comme 
nom propre il est bien attesté. 



358 Marstravder. 

fondie de tous les noms irlandais de personne et de lieu en -be 
est nécessaire. 

Un groupe moins nombreux de noms de lieu irlandais ont 
la finale en -fe. Il est bien possible que -fe soit dû, en partie 
du moins, à un vieux -ih-bhe. Ainsi que je me réserve de le 
montrer ultérieurement, une orthographe Liffe, dans un si 
vieux manuscrit que le Livre d'Armag, n'est nullement en 
désaccord avec une forme primitive Lithhe. Autrement dit, le 
mot peut être rapporté à un *Liîn-bio-n (c'est, ainsi qu'on sait, 
un thème en -io, désignant originairement la plaine de Liffe, 
Maf^ Lifii) ; je le comparerais avec Liiubium de Holder. Il 
contient bien dans le premier membre le nom propre Litu-', 
bien connu du gaulois, de même, je crois, du plus vieil irlan- 
dais; comparer le gén. ogh, litos (mucoi litos, Drum- 
laghan, Macalister « Irish Epigraphy » III 185) ; de plus 
l'ogh. LiTUBiRi (Glèbe, Macalister III 156) du nom sg. 
*LiTO-viROS (b et V tous les deux rendent la spirante 
labiale, cf. valuvi, lu&uvve) dovalesci = Litovir, Protêt, 
Haute-Garonne « l'homme de Litus » (Cf. Lugar, Fer Logo) ; 
et finalement Lithgen = gauV. Litu-genos. Cf. Macalister 1. c. 

Gaul. Lugenicus. Irl. Luignech [Meyer, n° 26]. 

Cette comparaison, si elle était juste, serait de grande 
importance historique. Mais, comme on pouvait s'y attendre, 
elle ne résiste pas à un examen approfondi. Meyer regarde 
comme convenu que l'irlandais Luignech^ a perdu une voyelle 
antérieure entre g et n. Il voit évidemment dans Luignech un 
dérivé d'un collectif L?//^«^ '^ ce qui est certainement faux. Il 
n'est pas admissible de séparer le nom de tribu Liiigni de 
l'oghamique luguni (mucoi luguni, Windgap, comté 
de Waterford, Macalister « Irish Epigraphy » III 228 ; 
"luguni, Droumatouk, comté de Kerry, Macalister 1. c. II 

I . Un nom propre se contient aussi probablement dans Tetbae, cf. Teth 
iiidc Dedad, Aes Teth etc. 

?.. Qui, naturellement, existe, v. par ex., Annales d'Ulster II, 200. 
40H. 

-,. c Luigne », Index to Généalogies, Rawl. B 502, éd. Meyer. 



Remarques sur les Ztir Kellischeu JVortkunde. 359 

121). Ce LUGUNi (gén. de l'éponyme) peut impliquer un 
nom. sg. * Lugipiios ou ^Lugnnos. Le premier semble préfé- 
rable considérant le gén. Luigni, Expulsion of the Déssi 148 
(Éaiu III 139 d'Uih Luigni LeithJuib). Luigne nieic Rime 
Rawl. B 502, 128^26, Luigne ib. 160 b, et le dériv. luig- 
nech (cp. gaul. Luguniacnni). Le nom de tribu {Luigni) 
devient donc form^^llement le pluriel de l'éponyme (cf. 
là-Jessus le gén. sg. FeUubxir rimant avec glendaniain , Livre 
de Leinster 23^ 17, tandis que le nom de tribu est cependant 
Vellabori, Velabri chez Ptolémée et Orosius, v. Macneill 
« Population Croups » p. 62). Il faut remarquer particuliè- 
rement le nom de lieu gaulois Luguniacnni qui peut faire sup- 
poser un nom propre *Lugumos = irl. Luigne. 

Relativement au nom de tribu Luigni, je donne ici d'après 
les Annales d'Ulster un tableau instructif de la flexion : 

Nom. ubi Luigni prostrati su nt, année 7^/. 

Ace. bellum ' Atho Rois re noaib Ailello for Luighniu, 789. 

Dat. Luignib 746. 809. 900. 1283. 

Cén. Luigne 733. 770. 788. 846. 847. 878. 992. looi. 
1012. 1018. 1023. 1059. 1063. 1202. 1225. 1231. 
1234. 1264. 1265. 1294. 1302. 1308. 1316. 
1342. 1358. 1390. 

Avec Mucoi LUGUNI Macneill compare Dàl Luigni, Pop. 
Croups p. 73. 

Irl. bruthen f. chaleur, courage [Meyer, n° 30]. 

Dans le Yellow Book ofLecan 165'' 45 Meyer a rencontré 
un mot bruthen dans la combinaison gabais tesbach 7 bruithin 
an bantracht, et croit avoir trouvé un nouveau mot irlandais. 
Le mot est cependant une vieille connaissance pour quiconque 
a lu ou entendu un peu l'irlandais moderne. Il est encore 
aujourd'hui usité dans le comté de Mayo exactement dans le 
même rapport que celui du passage cité plus haut. Dinneen le 
traduit par spirit, spunk, courage. 

La même formation en n est évidemment la base de bruith- 
nim « je bous, je fonds », infin. bruiihneadh (Three Shafts 
of Death) ; et de bruithneach « a batch of roasted potatoes hot 



3éo Marstrauâer. 

from the fire »; c'est pourquoi dans West-Kerry on dit luhôg, 
lôJjôg (Julhôcr'^, par contamination de hrnihôg et de luathôg. 

C'est une supposition tout arbitraire que brutljcn soit par 
analogie de ruthen. 



'&' 



Termes de tendresse irlandais [Meyer, n° 33]. 

J'ai parcouru rapidement cet article. Vouloir le contrôler 
dans tous ses détails exigerait trop de temps. Je m'arrête tou- 
tefois à cette étrange expression : « Die [femininen Bildun- 
gen] auf -sech sind wohl mit der adjektivischen Endung -ech 
von Femininen wie Jâiches ausgegangen und haben sich an 
Bildungen wie gaïUsech « Vikingerweib » angelehnt ». 
Me^^er voudrait-il bien nous dire en quoi consiste la différence 
formelle entre les noms propres en -sech et gaillsech ? En quoi 
Bicsech, Brocsech se séparent- ils du gaillsech ? Tous les deux 
viennent du suffixe lat. -issa ÇSaxonissa, Livre d'Armag), v. 
l'auteur CZ VII 384, Holger Pedersen Vgl. Gram. II. 

La fin de l'article manque de clarté : « Schliesslich fàllt 
unter Koseformen auch die bekannteErscheinung derVerdop- 
pelung der Auslauts, wie sie meiner Ansicht nach in 7nacc 
gegenûber dem kymr, map vorliegt (cette manière de voir a 
déjà été avancée par Holger Pedersen Vgl. Gram. I 477). 
Wir haben sie wohl in Conn aus einem mit Con- anlauten- 
den Vollnamen, in Fiacc aus Fiacb-, und sicher in dem oben 
angefiihrten Dimma aus Diannait. » 

On peut remarquer d'abord que Meyer donne injustement 
Hong à Dimma (p. 1148. 1149. 1150). La constatation 
de / bref n'est pas d'un mince intérêt pour la philologie his- 
torique, en ce sens, qu'elle peut faire soupçonner que Dimma 
est apparu à une époque où Di-formait, suivant les règles de 
l'hiatus, était devenu Dt-armail. 

Les lecteurs peu avertis (et Meyer écrit aussi pour eux) 
doivent penser que Diarmaii, d'après son opinion, a un m 
aspiré, tandis qu'il croit, naturellement, que Vm non aspiré a 
été redoublé dans un terme de tendresse. En cela, j'estime 
qu'il a raison, mais la preuve doit en être fournie principale- 



Rc nuire] lies sur Ifs Znr Kellischen Wortkunde. 361 

ment par des exemples analogues ; l'orthographe Dimma \ 
qui se trouve deux fois dans le livre de Dimma Thésaurus 
Palaeohib. H 257, n'est pas du tout une preuve absolue ^ 

Irl. esarn vin d'un an [Meyer n" 34]. Ce mot que Meyer 
a pris chez O'Mulconry était jusqu'ici inconnu dans la litté- 
rature. Je le retrouve dans les Triads of Ireland § 231 : cenéle 
dàileman Hiôrmenmnach meda bolcsrônach hrocôiti itla eserni (v. 

I. cserué). Le mot est probablement féminin en irl. 

Irl. ambracht Gewahspnich [Meyer, n° 35]. 

Dans Immathchor Aiîello y Airt, Anecdota III 28. 13, 
Meyer a trouvé un à-, aey. ambracht auquel il attribue le sens 
de « Gewaltspruch », et qu'il explique comme un composé 
de an privatif et hricht. Il nous dit que hricht signifie « Aus- 
sage und Vortrag mancherlei Art », mais il oublie de nous 
informer où cette signification se rencontre. Je ne me trompe 
guère en supposant qu'elle est construite sur la base d'un 
verbe brlgaini, auquel Meyer attribue le sens de « dire, décla- 
rer », et sur l'origine et la forme duquel je m'expliquerai 

1. Au sujet d'une remarque sur la permutation -ae > a dans Thésaurus 

II, XXIX, je saisis l'occasion d'observer que la flexion nom. sg. Dimma : 
dat. sg. Dimmu ne prouve nullement une modification de -ae en -a, an 800 
env., même si le mot, dans des manuscrits moyen-irl., a la flexion d'un 
thème régulier en io. Il n'est pas du tout certain que Dimma ait jamais eu 
la désinence en -e. 

2. La liste ci-après est un aperçu des diff"érentes orthographes qui se ren- 
contrent dans les textes généalogiques de LL, BB et Rawl. B 502. Du Book 
of Lecan j'ai environ 65 examples sur Dima, mais seulement 5 de 
Dimma. 

Dima LL 38239, b^ô. 48; 385t'i6. 22; 384b5i ; 391*42; 392^22. 24. BB 
68^12. 84^36. 86^6 ; 107^9; i2i''22. 26. 27. 29 ; I23''i ; 125*23 ; 137''- 
19. 22; I4id43 ; i43':30; ijobj; I561'I2; 2I3''3; 16; 2i9'i26. Rawl. 
91^48; 120*11 ; 126*44 ; I4ibi5 ; 151*41 ; 1 53^19 ; i55bi8. 

Dimma LL 43^42 ; 312^57 ; cj. 35; 314*2; 316 note; 3i7b34. 35. 58. 
39, '=52. 61. BB 124*2, ^44 ; 125*10.27.38; I43'-"I2; 156^10; 186*16, 
''13, 38; i87bi. Rawl. 90*7, 35;9ib7, «=19, =24 ; 92* 35, 52; ii9b39; 
120*25, 36 ; 122^27; 123^18; 126^3,37; I28b5, 13, b8, 38; i45'"53 ; 
I49b3l ; I5ib42; I55b25, 27; I59b2I. 



362 Marslrander. 

peut-être plus amplement dans une critique des « Contribu- 
tions to Irish Lexicography » de Meyer. 

Des passages comme Acallam naSenôrach 2589 n. et bricht, 
dans le sens de « huit syllabes », ne doivent pas être cités à 
l'appui de la signification que suppose Meyer. 

thch > ch [Meyer, n° 37]. 

Meyer a fait cette découverte que ailhchiied, dans une 
bouche irlandaise, sonne comme ^/r/w^'J « déjà au xii^ siècle». 
Mon plus jeune élève me demande pourquoi Meytr cite des 
exemples tirés du xii'' siècle à l'appui d'une règle phonétique 
qui remonte au viii^ ? Je renvoie la question. 

Irl. Cruthen, Cruthne [Meyer, n° 39]. 

Les recherches sur les noms de lieu et de personne exigent, 
plus que tout autre chose, la plus consciencieuse exactitude 
dans l'examen critique des sources. Les matériaux doivent être 
soumis à l'ordre chronologique. 

Dans les Annales d'Ulster, Meyer a rencontré un dat. plur. 
Cruithnib et un ace. plur. Cruithnm, qu'il s'empresse aussitôt 
d'associer avec le sing. Cniithen. Il avance, en conséquence, 
que le mot dans ces annales, a la flexion d'un thème en 0. 

Le tableau suivant donne un aperçu de la flexion dans 
les Annales d'Ulster. Les formes du singuUer n'y figurent pas : 
Nom. Cruithni année 730. 
Gén. Cruithm » 562.573.628.644.645.680.681.707. 

726. 748, 773. 
Dat. Cruiihnib » 446. 665. 807. 
Ace. Cridthniu » 562 (deux fois). 607. 690. 740. 
Cruithne » 667. 709. 

Le mot a donc, dans les Annales d'Ulster, la flexion d'un 
thème régulier en io. Sur ce point, il y a accord parfait avec la 
forme latinisée Cruithniomm d'Adamnan (deregeCruithniorum 
p. 331, correspondant à ri Cruithne, si commun dans les 
Annales d'Ulster), etTigernach 561 : cath Cruithe niiile. Ces 
dernières formes, qui ne s'accordent pas avec sa supposition 
d'un thème en 0, Meyer les écarte comme des cas pluriels 



Remarques sur les Zur KeUischen ll'nrtkuiule. ^63 

d'un collectif Cniilhuc, qu'il fiiit dériver dcCrulhen « un Picte » 
avec le suffixe collectif ne. A cela on peut tout d'abord objec- 
ter qu'il est impossible, comme chacun sait, de faire descendre 
Cniilhne de *Cniliniiuo-n. Ensuite, le nom. plur. d'un pareil 
Cniithue, s'il se rencontrait, s'écrirait très vraisemblablement 
Cniilhne dans les Annales d'Ulster de l'année 730. Enfin, le 
nom. sing. du thème en io se rencontre en effet dans le nom 
propre Cniilhne LL 134^' ^8, Ir. Nennius p. 50. 52. 142. 

On doit donc regarder comme entendu qu'il y avait un 
thème masc. en ioCruilhne, constaté dans les Annales d'Ulster 
446-807, dont le pluriel désignait le pays et le peuple des 
Pietés. Il y avait, toutefois, à côté de celui-ci, un thème en 
Cruilheu (très probablement plus ancien) ', que Stokes a iden- 
tifié avec le gallois Prydyn, et qui semble s'être tout particu- 
lièrement maintenu dans la composition. Il se rencontre, 
peut-être, comme Meyer le soutie.nt, dans Cniilheii-lnalh, 
Cruithen-chlàr, et tout certainement 'dans le nom propre Cniit- 
hen ; comparer aussi legén. pi. {celhri rig) CrnlhenLL ^i^ 12. 

En l'absence de matériaux je dois laisser à d'autres le soin 
de décider s'il y a également un neutre en -io Cniilhne de *Cni- 
linio-n .1 Cruithniu LL 3 iS"" 54 (sinon = / Cniilhnib^ fait peut- 
être soupçonner un tel thème. Au lieu de (n) Cruilhne 
(^Ulad), Tigernach 629, il faut certainement lire Cruithne n-. 
Aussi dans les Annales d'Ulster des années 667 et 709 l'accu- 
satif plur. Cruithne doit être corrigé en Cniithniu pour la rai- 
son que l'orthographe peut être due à cette circonstance que 
dans tous les deux cas le mot suivant commence parm, resp. 
Il- Çagnlalus, ubi). D'ailleurs les différentes orthographes du 
moyen-irlandais doivent être utilisées avec la plus grande pru- 
dence, ainsi que le démontre suffisamment Qex) Cruilhniu 
pour Cniilhne, Tigernach 629. 

Très singulière est lidentification de Meyer de Pniene, 
Tigernach année 624, avec l'irl. Cniilhne, après que lui- 



I. Dans ce cas le thème en io est probablement dû à l'influence de 
noms de tribu tels que ^«i^o'w/, Féni, Arai, Aidni, Uaith)ii et autres, v. 
Macneill « Population Groups >>, p. 60. 



364 Marslnuider. 

même — faussement d'ailleurs — à la page précédente, vient 
d'expliquer ce dernier par *Crntiiiinio- \ 

Irl. Aird Echdae jiMeyer, n° 41]. 

La belle comparaison de Aird Echdae avec 'Etticisv 'Ay.pov 
de Ptolémée fiiit beaucoup d'honneur à Meyer. Mais malheu- 
reusement il se trompe sur l'analyse linguistique. 'E-iàîoc, en 
effet, est bien identique au nom propre Eichdc, mais non à 
l'adjectif t'^M' « equinus », dont la forme la plus ancienne a 
un d moyen (echdae^. Comme le prouve le nom de personne 
Ei(\]]\dc (orig. = Epidius) dans l'Aided Conrôi, Aird Eichde 
a été la forme primitive irlandaise. Echdae est dû à la confu- 
sion avec V:[d]ecn{ echdae « equinus ». 

Dans 'E-ic',oç et echdae se trouvent donc, à mon avis, deux 
difiFérents dérivés de *ekvos. En gaulois -idios est très ordinaire; 
il rappelle beaucoup les dérivations grecques en -icioç, venues 
des thèmes en -d (àj-isiov, à-j-ptoicv, àoîXîBcov, çiçioiov etc.). 

Je ne nie point qu'il existe aussi un adjectif irlandais eichde, 
mais, dans ce cas, comme dans d'autres cas semblables, la pala- 
talisation est secondaire. 

Irl. ar-cridethar [Meyer, n° 43]. 
L'étymologie est correcte, mais la traduction est douteuse. 

Irl. Cathàir nompr. masc. [Meyer, n°44]. 

Ce nom propre serait d'une très grande importance, au 
point de vue de la culture historique, si l'opinion de Meyer, 
qu'il est emprunté au gall. *Calair, était fondée. Il n'en est 
cependant pas ainsi — même pour un critique superficiel. 
D'abord le celtique -agros n'avait pas encore pris la forme air 

I. En ce qui concerne Bicoir Prcteiie (gén. sg.), c'est probablement un 
nom propre de même nature que Benne Britt, Acallam na Senôrach. 
Aedgen Britt k\J 2)6t,. Je regarde comme une possibilité que Pretene (au 
lieu de Preteni) soit le gén. du nom propre latinisé Pretenus ^=. gall. Pry- 
dyyi\ comparer Coisenniech nepos Présent rex repotmu Echdae AU783. Le 
nom tut, à coup sûr, associé pur le copiste klcne, ainsi que l'indique l'ortho- 
graphe dcraisonniible bi coirpre feue. 



Remarques sur les Zur Kellischen ÏVorlkundc. 36$ 

dans le gallois au w" siècle. Ensuite un gall. *Catii-agros, 
*Calair ne peut être démontré. Là où agros apparaît dans les 
composés britanniques, il se place le premier. 

Pour rendre son explication plus plausible Meyer explique 
que le nom est indéclinable et comme preuve à l'appui, il cite 
un certain nombre de lieux qui ne prouvent absolument rien. 
Le fait que le géimii Cathâir rime avec le datif fém. rachâhn, 
Metrical Dinds. III 20, ne prouve qu'une chose : c'est que 
Cathàir, au gén. sing., a un /' antérieur. Cela s'accorde par- 
faitement avec ma propre supposition que le mot se décline 
comme un thème en 0, ce que les particularités suivantes 
montrent bien : 

(i). L'orthographe Gjf.//;fl(6'r au nom. sing., p. ex. LL 321g. 

(ii). La rime nom. Cathaer \ raen CZ viii 372 st. 65, com- 
parée à celle du gén. Caihàir : inàin ib. 264 st. 14, gén. Cathàir: 
tathàir (ace.) 264 st. 16, gén. Cathàir : àib (dat.) 272 st. 

Dans ce dernier cas, le manuscrit a bien Cathaer : âeb mais 
comme û!f^(v. irl. ôiph^, au dat. sing. a un h antérieur, la cor- 
rection ne fait pas de doute -. 

Tous ces exemples sont tirés de la version poétique de 
Esnada Tige Buchet, qui semble dater du commencement du 
xP siècle. Elle est composée d'après une vieille version en prose, 
publiée par W. Stokes RC XXV 20 sq. 

Je ne connais aucune rime dans la poésie tant en vieil qu'en 
moyen-irlandais qui rende nécessaire la supposition d'un nom. 
Cathàir. Dans le poème bien connu de Gilla Coemâin Hériu 
ard inis na rrig il y a bien la demi-strophe suivante : 
a séjichit cen tathàir Irait 
rochailh Cathàir hua Cormaic [LL 129'' 9J. 

Mais bien que cette lecture soit peut-être correcte le passage 
n'est pas tout à fait décisif, puisque la forme nom. tathaer, 
dans la seconde moitié du x* siècle, pouvait déjcà faire fonc- 

1. De plus gén. Cathdir : raclmim Cnat. sg. fém.), cité plus haut. 

2. Egalement dans Ravvl. B 502, i)6'')5, i62<:4o se rencontre le gén. 
Catliœr. L'orthographe fait supposer que le copiste, dans des vieux manus- 
crits, a trouvé une forme Catlhier (nom. ace. dat.). 



5bé • Marstmitdcr . 

tion d'ace, et, par conséquence^ l'original peut bien avoir eu 
îatbaer : Catbaer. La même remarque peut s'appliquer à la 
demi-strophe : 

dorigne Cathàir ckmnach 
feis rachâiin na rig Temrach 

dans le poème de Eochaid Eolach Ua Ccirin sur Loch Gar- 
man (xi^ siècle; E. Gwynn Metr. Dinds. III 172. i). 

Même si aujourd'hui on pouvait produire des exemples 
irrécusables, tirés de la poésie du xi^ siècle, d'un nom. sg. 
Cathdir (i. e. Cathchùr) — ce que je tiens bien pour possible, 
étant donnée l'orthographe constante Cathàir dans la prose 
moyen-irl., on ne serait pas justifié d'en conclure que le nom 
était indéclinable à l'époque où il était encore couramment 
usité. Si Cathàir se décimait originairement comme un thème 
en — ce qui ne laisse guère de doute — on s'explique en 
même temps comment le nom a pu passer dans les manu- 
scrits m. irl. avec un r antérieur. Autant que j'ai pu m'en 
rendre compte, Cathàir n'était plus en usage longtemps avant 
que fût accomplie, dans le viel-irlandais, la séparation entre 
de et ai. Le m. irl. Cathàir (^Caihaoir) provient par conséquent 
d'anciennes transmissions écriteset, enfin décompte, remonte 
à l'époque où Cathàir était la seule orthographe possible du 
nom. comme du gén. De plus, le nom fut probablement 
associé par les copistes du vieil et du moyen-irlandais avec 
calhâir « chaise » dont le r est de position antérieure. 

Sur l'origine de ce Calhàir, je ne puis m'expliqui r avec 
certitude. Meyer dit bien « dass er sich ausdem Irischen nicht 
erklâren l.ïsst ». Il est certain, toutefois, que Cathdir vient 
d'un vieux *Catu-airos, dont j'mclinerais à identifier le der- 
nier élément avec le nom propre v; irl. Aer,. que j'ai trouvé 
dans les passages suivants : 

LL la'' I) nom. y£r, un des quatre fils d'Eber. 
BB 154^ 5 gén. j^ir: meic Fiachrach mt^/c mc/c ^Eir. Ce 
texte se trouve aussi dans le Livre de Lecan, que je n'ai pas 
eu l'occasion d'examiner. 

Comme Calh-aer, Aer appartient aussi à la plus vieille couche 



kemarqties sur tes Zur Kcliischen ÎForikunde. 



50/ 



des noms irlandais de personne. Etymologiquement le nom 
peut être lié avec àir, aér « pasquinade, satire ». 

Irl. Diugurnach nom. pr. masc. [Meyer, n^ 45]. 

Des listes irlandaises généalogiques mentionnent quatre 
personnes de ce nom : 

(i) [Connmac mac\ DigoDiaig meic Fianachtaig BB 146^2 3. 
Lee. 236''45. 

(ii) Digornacb mac CninJinail BB i)4''52. Lee. 254-'34. 

(iii) Digernach mac Lachtnai Lee. 26o''20. 

(iv) \mac]DingOTnaich meic Fircbatae Kawl. B 502, loé" 
48. Hi'ii Dingortiaich, ib. 47. 

Irl. esclae [Meyer, n° 46]. 

Je présume que ce substantif est contenu dans cuinscle de 
*com-esclae, Bruiden Da Dergga § 143 : lo'fuitet dano se chét lais 
iar saigid a airm inna chélcumsclin, § 150 : //V Cor mac 7 a nôi 
céli malle fris J do'berdt a cnmscUn forsna diberga ; de même 
dans ainfiscle.i.gleo is innsa nô asannsa de O'Davoren 171, de 
*an{d)-escJae (an emphatique). De *com-di-e.sclae vient évidem- 
ment le mot bien connu ciiiidsclc qui dans la version de Ezer- 
ton de Bmiden Da Dergga § 143 répond à citmscle dans LU. 
La signification s'accorde parfaitement. 

Irl. etrâin, -etraigim [Meyer, n° 49]. 

Etrâin serait, d après Meyer, une métaphore empruntée à la 
langue des paysans en rapport avec imbiiarach, ainder, lôig. 
La signification primitive est, dit-il, « zwischen-(hinein-) 
treiben, nainlich in eine fremde Herde ». 

Une analyse exacte des sens d'etrâin et du verbe ag- en 
irlandais, l'aurait certainement convaincu combien mal fondée 
est sa supposition. La signification fondamentale d'etrâin est 
« pénétrer dans, se mêler de (d'une querelle pour séparer les 
deux adversaires) », de plus « séparer, faire la paix entre » 
(syn. etirdeliitgud, etirgleod). Suivi à^ar, for, il suit les traces 
des verbes de protection ordinaires {saerad, imditiu, anacol 
ar). Dans des textes moins anciens, il est parfois remplacé 



^6S Marstrander. 

par aingiin. Instructif à ce sujet est Fled Dûin na nGéd 1. 
323: nach fédjaidis Ulaid heachâin fornisa, où le h-eadrâin du 
Yellow Book of Lecan, dans les plus récents manuscrits de 
Stowe, est remplacé par th-anacal. 

Etrâin est naturellement l'infinitif de ctar.aig (comme im- 
niâm, tâin de im'aig, do'aig.^ Ce verbe se trouve dans Saltair 
na Rann et dans d'autres textes cités par Meyer, mais, mal- 
heureusement, seulement en position enclitique (»/ hetraigim, 
nà etraiged), ce qui a conduit Meyer à le faire dériver direc- 
tement de la préposition. 

Le dérivé de etrâin, etrânim est le nom 'd'agent etrânaid, 
probablement identique à eadarghAnaidhc « a mediator » (Din- 
neen) qui apparaît dans les manuscrits irlandais modernes. 

Eterâin fut, avec etargaire, dans le moyen-irlandais, sup- 
planté par etargabâil. Au lieu de fer elrâna, fer etargaire 
des Brelîon Laws, on dit maintenant /^«r eadarghahhâla, fear 
na headarghabhâla comme dans le proverbe : ni théidheann fear 
na headarghabhâla as « celui qui se mêle de quelque chose 
(pour faire la paix) ne sort pas indemne »'. En West-Kerry, 
où j'ai souvent entendu le mot (il se prononce eadaragàla^, 
la signification semble de préférence être « querelleur » : fear 
cadaragâla agas cros iseadh igcomnaidhe thu « un querelleur et 
un homme difficile tu as toujours été »-. 

Irl. ail f. salle, vestibule [Meyer, n° 50]. 

A l'appui d'un irl. ail = v. norv. hôll, Meyer cite le très 
douteux passage du Livre de Fenagh 224. 28 : 

Longsech lam 

mo chen sa tan tic domniall. 
Je partage entièrement le doute de Hennessy que ail soit ici 
le mot propre. Le génitif d'après Meyer, serait alla. Mais 
sur quel modèle ce génitif est-il formé ? Pourquoi n'est-il pas 
aille ? 

1. Correspondant au gacl. bithidh ilorii aij fear na lieadraiginii Corig. 
etar-ic- ? 

2. Outre les passages, cités par Meyer, on trouve Aussi etrâin Uà 121» 
53 : in torad tresa idnic elrdin 7 etargleod in popuil hraJllai. 



kemafqtiei sur les Zur Rellischen Wortkniidc. 569 

La seule forme certaine que l'on puisse indiquer en irlan- 
dais est alla (ail de O'Reilly vient du gaël.). 11 est féminin 
dans le vieux moyen-irlandais et masculin dans le moyen-ir- 
landais plus récent ainsi que dans l'irl. mod. (alla, pi. allai 
dhe). Un très vieil exemple est Irische Texte III 98 § 162 : a 
dràith na halla ; cf. Rawl. 502, 84''4 : go bAiigaim na halla, que 
Meyer cite. 

Quant à savoir si le mot vient du nordique, c'est une ques- 
tion extrêmement douteuse. 

Irl. cnatarbarc, cnaplong [Meyer, n° 54]. 

L'irl. cnaturbarc, cnalarbarc peut rendre un v. norv. *knalar- 
barki, qui n'est pas, d'ailleurs, constaté. En eHet, il n'est 
pas nécessaire qu'il se soit trouvé jamais dans le v. norv., at- 
tendu qu'il peut avoir pris naissance dans les colonies norvé- 
giennes ou danoises en Irlande, où il désignait un t\pe de 
navire particulièrement en usage dans les eaux irlandaises et 
anglo-saxonnes. 

L'explication de Meyer de i:«a/fl:r^û!rf: comme « ein mit ball- 
oder kugelanigen Nagelkôpfen beschlagenes Schiff » est totale- 
ment inexacte. Le nom s'inspire sans doute, dans ce cas, 
comme dans bien d'autres, de la torme de hi proue. Il désigne, 
en conséquence, un type de navire dont l'éirave se termine 
en manière de boule ou d'anneau à son extrémité. Comparer 
les figures sur les pierres de Tjiingvide et d'Ardre, en Gutland 
(Falk « Altnordisches Seewesen » p. 38) et rcn^'arquer les 
termes du v. norv. hringa skûta, hiingr, ags. hriiiged-stefua, 
hring-naca etc. 

L'explication que Meyer donne de cnap-long est également 
erronée. Le mot apparut dans les colonies bilingues norvé- 
giennes d'Irlande, — où long supplanta, peu à peu, le norv. 
shp. ', — et rend, par conséquence, un v. norv. *knapp-skip, 
lequel, d'après Meyer, désigne « ein mit Knaufen verschenes 

I. Comme Jdideiig, cnarr et autres types de navire, cnap-hug est aussi, 
dans des textes irlandais, considéré comme un navire norvégien, cf. p. 
ex. Irische Texte III 75 : gall a cnapluing. 

Revut Celtique, XXXV l. 24 



370 \tarslraiidet'. 

Fahrzeug ». De même que le v. norv. knapptjald désigne une 
tente dont la boule du sommet (le « bouton ») fixé au piquet, 
est visible de loin, knapp-skip désigne ainsi un navire dont 
la proue se termine en pointe arrondie, affectant la forme d'un 
bouton. Knappr désigne tout corps épais ou noueux, et il est 
souvent synonyme de knôttr et . de hiùlr. Cnatarbarc et cnap- 
long désignaient donc peut-être essentiellement le même type 
de navire. 

Quant à la signification, comparer v. danois Hnub-skib 
« caudicaria navis », qui, pour des raisons phonétiques, ne 
peut cependant pas être comparé à cnap-long. Knub désigne 
« nœud, billot, bloc ». Le v. norv. hiôrr (irl. cnarr) a un 
pareil sens fondamental ; il doit certainement être rapproché 
du moyen anglais knarre, anglais knar, « nœud », v. Hjal- 
mar Falk l. c. 109. 

Irl. facht [Meyer, n° 55]. 

La détermination du sens et la comparaison au gall. gwaeth 
sont l'une et l'autre également arbitraires. 

Irl. inellgim je lie, je compose [Meyer, n° 56]. 

Le verbe inellgim mentionné ici par Meyer était depuis long- 
temps connu. Sa rectification concernant le sens donné par 
Stokes au vers inellaig ollam a)iamain O'Mulconry § 37, est 
certainement juste ; mais on se demande : à quoi bon prendre, 
au hasard, une faute élémentaire parmi les milliers dont four- 
millent les trois volumes de « Archiv fur Celtische Lexico- 
graphie » et d'en faire en pure perte le sujet de commentaires 
qui n'apportent guère rien de positif à ce que nous savons 
déjà ?. 

Meyer pense évidemment que, dans le vers de O'Mulconry 
cité plus haut, itrellaig est une meilleure manière de lire que 
iirloiiig. Il V a cependant diverses raisons qui auraient dû pré- 
cisément le convaincre du contraire; entre autres que in'loing 
semble un plus vieux verbe que /;/v//<z//;o' et particulièrement 
ce fait que in'loing se rencontre, non seulement chez 0"Da- 
voren 1072. mais encore dans le même vers, chez Cormac s. 



Remarques sur les Zttr Keltisiheii ll'ortktincic. 371 

V. anomain, où le YcUow Book of Lecan 2 56-' 10 lit : inloing 
ollam anaiiiain, Lebar Brec : itiloing anonian ollam (Three Olcl 
Irish Glossaries p. 3). Il est évident que inellaig deO'Mulcon- 
ry était, primitivement, une glose sur inloing de l'original, 
laquelle peu à peu, a pénétré dans le vers, alors que in'loin^i 
céda la place à iirellaing, ce qui s'accorde parfaitement avec le 
fait que dans les commentaires des Brehon Laws in'loing se 
trouve constamment glosé par uvellaing : inJolaig (sicleg.). . r. 
roineillgistar IV '16. 2i (de là vient O'Dav. 11 30). inlongad 
s. ineillgiter IV 38. 9. 

Que inelJaig au lieu de inellaing ne soit pas une faute ma- 
nuscrite, l'important passage suivant chez Cormac s. v. deach 
le montre bien : isê deach is airegdaf'^ dib indi nellagar nath 
YBL (v. 1. inîe innelkgar nath, Three Glossaries). Autrement 
dit, on voit ici un exemple très ancien de la dénasalisation 
dialectique de ng, si ordinaire dans l'irlandais actuel de Muns- 
ter, où, pour citer deux exemples entre plusieurs, le vieux 
fcvloing (cf. in-îoing) est représenté par folaig-, fuilig- (prêt. 
d/olog, dfolaig, dfuilig, West-Kerry) et do'srenga par tar- 
raig \ Chez Cormac on rencontre aussi d'autres particularités 
dialectales s'accordant avec les patois actuels de Munster ^. 
Cormac était, comme on sait, un habitant de Munster. Si 
Hy-Maine a aussi ellagar, la forme appartiendrait évidemment 
à l'original, à en juger par le stemma donné par Thurneysen 
« Zu Cormacs Glossar » (Festschrift fur Ernst Windisch) 

Le prétérit tirlolaig est pour ancien *in-lelaig (^in-leloig), la 
voyelle de redoublement se réglant sur la voyelle verbale, 

i. Souvent tairig-, et coïncide de la sorte avec m.-irl. taire- « donner, 
offrir », cf. Bergin Eriu I 149. Son avis sur la coïncidence de ces deux 
verbes ne peut pas concerner tout Munster. Tarraiiig se sépare souvent de 
tairçr- « ollrir » par un. /■ m03'en. A l'infinitif, les verbes ne se confondent 
jamais en West-Kerrv et probablement non plus dans d'autres parties de 
Munster. 

2. Remarquer par exemple l'orthographe laniiiul de Cormac au lieu 
de l'ordinaire lanntnd « gant » qui, à l'opinion de Stokes, serait faite par 
Cormac à l'appui de son explication étvmologique du mot (comme hun -\- 
ind), tandis qu'au contraire, c'est la forme de Munster laimind{y. Dinneen) 
quia donné naissance à l'étymologie de Cormac. 



372 



Manlruiidcr» 



comme dans bohig de bongid, at'hobnid de afboind ; d, Thurney- 
sen Handbuch p. 394. 

Alors que ce verbe n'est pas ordinaire je prends l'occasion 
de donner ci-après wn tableau des formes de irrloiiig, que j'ai 
remontrées. 

in'ioing : près. ind. 3 sg. i ir loing O'Dâw 1072, Cormac 
s. V. deach. 'cllaing, Corm. 1. c. (deux fois), 3 pi. in'lougad 
Laws IV 38. 9, gl. eillgil 38. 21 ; rel. m'doloingal ib. IV 6. 7. 
— passif: 3 sg. 0- n'ellagar Cormac 1. c. YBL (v. I. innel- 
legar LB). in'lougathar Laws IV 378. 7 (ainsi aussi Pedersen 
Vgl. Gram. II 570), darinnî ellcither Cormac 1. c. 

PRES. suBj. ? 2 sg. ellgi-si (et UiUgi-sï), glose sur ellaing 
Qdlaing) O'Dav. 802. 

IMPER, 2 Sg. ellaing Qellaing) O'Dav. 802. 

PRET. 3 Sg. (a) in'lolaid (graphiquement pour in'loJaig). 
Laws IV ré. 21 = iirlolaigh, O'Dav, 11 30. (b) nreillgeslnr 
(glose sur iirlola-d) Laws IV 16. 21. — pass, ro'beillged. 
Amra Coluini Chille § 61 l^odl. (glose) O'Dav. 1130 (glose 
sur itrlolaighy 

PART, passé et d'oblig, ellachtae Wb., Mil. — inf, ellach, 
Incertain en ce qui concerne ro'ellacht Saltair na Rann, ellacht 
J. roellged acce. LM 11 "''9, ro'ellacht Rawl. B 502, 54''2. 

inellaing : près. 3 sg, m'dlaig O'Mulc. 537. — 3 pi. 
hreillgiler Laws [V 6. 16 (commentaire), 38, 22 (comm,). 

PRET. 3 sg. ro'ineillgisiar, gl. sur ivcillgeslur Laws IV 
16. 21 (commentaire) := ro'inellgeslar O'Dax . 1 130. 

do'ellaing : v. in'ioing (sub). prés, et impér.). suhj. 
PRi-:s. 2 sg. U'ilùis Laws IV 18. 22, 26. VI 711. — iMi-, Icl- 
lach. 

Pas ici {Jorsa 11) 'ellgnr ./. (Jorsa) 'larntslar O'Dav. 1006, 
à la place de dellechiir, cf. dclkcbiiir Trip. Life 240. 20, dcllio- 
«■Z;^//;' Three Fragm. 65. 9^ forme dépon. de dci II ii^ (prés, lai- 
gid). 



Noms d'agent en -em |Me}er, n" 3 9). 
Suffixe pass. -iher, imper, -éd. 

L'explication de Thurneysen de la syncope manquant dans 



Remarques sur les Ziir Kellischen JVorlkunde. ^7^ 

les paradigmes du type hrethciii : gén. sing. bretheiiian {Hand- 
buch p. 2or), n'est pas complètement convaincante. J'ai, pour 
ma part, toujours enseigné qu'il fallait en chercher la cause 
dans le suffixe, sans, toutefois, avoir été en état d'en fixer la 
forme préhistorique. Meyer, par son renvoi à l'ogham. vla- 
TiAMi =; V. irl, Flailhiiii et à \à fôidiaini^— fôideni) de l'Am- 
ra Coluim Chille, a définitivement résolu la question. Il a 
ainsi fait une heureuse découverte. Mais il est regrettable qu'il 
abandonne le sujet à mi-chemin en même temps que son rai- 
sonnement philologique lui joue un mauvais tour. La question, 
entre autres choses, se présente ainsi: Quelle importance a sa 
découverte pour l'interprétation des noms d'agent en -mu ? 
Le suffixe de ces derniers peut après certains groupes de con- 
sonnes, être venu de -iani, ainsi o;/)^;// (cf. orpr^. Néanmoins, 
cela est impossible dans deux cas : ollain gén. ollaruan, *Seoain 
gén. *Se^auuin, Sei^aviain. Ce dernier correspond au gaul. 
Sc^oiuon-. Le premier est probablement un dérivé de oll. I.e 
gén. ogham. segamonas, comparé avec v. irl. Sci^iuuain 
(pour *Segfua}i) indique un fait important : que Iti syncope nian- 
(juanl dans les ihèuies eu -aman u\-sl pas due à une dislr.iclion 
des cas forts cl des cas faibles ', cl que la flexion vieil-irlandaise 
de ces ihèuies provient, en conséquence, de Hn/luence exercée sur eux 
par les thèmes en -iaman. Relativement à talani on peut dire, 
pour de bonnes raisons, que l'exception confirme la règle ; car 
lés thèmes en -ittuiaii, qui sont tous des noms d'agent % 
devaient attirer de préférence les thèmes en -aman désignant 
des personnes. En talman je verrais ainsi un résidu de la 
flexion originaire des thèmes en -aman. 

Très singulier est le jugement de Meyer co icernant l'ogam. 
VLATiAMr (v. irl. Flaithim) dans son rapport avec le v. irl. 
flathenian ; le thème en -0 vient, dit-il, du thème en -;/ par le 
rejet de n\ Les formes génitives comme Set^mmain, Dedaid 

1. C'cst-à-dirc : les gcii. *Sei^itmini, olhtinun ne proviennent pas ilc 
"Segawnas, *iillainuas. 

2. fâidem, cldllem, aircm, cdhi'iii, fl(iitl)eni, tliiileiii, fiicl}cni, oifuiiii, luiim, 
mraithcm, hiilljeni, stianem. 

3. « VLATIAMI... wo das als Pcrsonenname gelirauchte Wort in die c- 
Deklination iibergetreten ist )•. 



374 



Marsirandcr 



et bien d'autres montrent que, dans les thèmes consonnan- 
tiques, passant à des thèmes en o, cet o se jouit à la consonne 
désinentielle. On est donc justifié à conclure que à côté de -ia- 
man, il y avait parallèlement un suffixe -iamo. A côté de dàk- 
man- se trouve ainsi un nom propre Dàikm, gén. DàiVun. On 
pourrait croire, que -iaman, du moins en partie, soit venu de 
-iamo, peut-être sous l'influence des très vieux noms d'agent 
en -mon. Il est très intéressant qu'une semblable dualité existe 
également en germanique, où -nian (fém. -mon) se rencontre 
côte à côte avec -m^ (fém. -mo). Du vieux norvégien, je cite- 
rais, d'après Gamalnorsk Onlavkiding d'Alf Torp p. 33 : blômi : 
blôfn, eimi : eimr,hohni : hoJmr, skimi : skim, simi : sim, hrimi: 
hrim . 

Ces particularités m'ont conduit à croire que le singulier 
nom. sing. des thèmes en -iaman avec m moyen est venu de vieux 
thèmes parallèles en -iamo. Le thème en peut aussi se voir 
dans la forme de composition breithem-, flaithem-\ et dans les 
dérivés adjectifs tels que braithemda, flaithemda, v. p... (sous 
fàel). 



En raison de l'orthographe de fôidiam, j'ai revu entière- 
ment le texte principal de l'Amra Coluim Chille ainsi que les 
poèmes insérés dans l'introduction et les commentaires pour 
élucider si ia est tout simplement une orthographe archaïque 
pour e, ou bien s'il est justifié au point de vue étymolo- 
gique. A part fôidiam, un ia qui diffère du vieil-irlandais 
apparaît en Amra Coluim Chille dans les formes suivantes : 

(i) Dans les passifs présents molthiar, aerthiar dans le vers : 
genmair molthiar niairg aerthiar a Aed (poème dédié a Aed mac 
Ainmirech et attribué à Colum Cille, RC XX 44). — Les 
manuscrits donnent : molthiar LU, molthar YBL, mohair Rawl. 
B 502, moltar LE. ^rthiar LU, aerthiar Rawl., œrthar LE, 
ivrtar YBL. Je n'ai pas eu l'occasion d'examiner les autres 
manuscrits. 



I. Le remplacement des thèmes en on par d'autres en dans la compo- 
siti )n. est d'ailleurs, comme on sait, un phénomène indo-européen. 



Remarques sur 1rs Zur Kcllisiheii ll'orlkutiJe. 575 

De plus dans les passifs présents sûglhiar, âirlhiar dans la 
demi-strophe 

cain sng a saeraiglhib sûs^thiar 
niairo in ialh ccnaircc âirthiar 

du même poème. Les manuscrits ont : suglhiar, âirthiar LU, 
su^thiar, xrthiar Rawl., sugter (j superscriptum), \a^rthar 
YBL, suigth-, œrad LB. 

(ii) Dans les passifs présents ci-après du texte principal : 

'egthiar § 3, Rawl. *eigtbiarL\J. 'ichthiair YBL. 

rigthiar § 70 YBL. rigtiar Laud 615. rigthier Rawl. LU. 

dringlhiar § 68 YBL, Rawl., Eg. dringiiar Laud 615. dring- 
thier LU. Lib. Hymn., que, à tort, Stokes fait déponent 

(RCXX33). 

(iii) Dans la forme rtiidiath dans la combinaison : /;/ jaith 
de de deis Sioi siiidialb^ 10 (texte principal). Les leçons sont 
ici : suidiath Rawl., YBL, Eg. suidbiatb Laud. 615. suidiat 
Stowe. sudioth LU. suidiolh Lib. Hymn. 

Ethcr § 135 est, par contre, plus ancien que eithiar (YBL) 
et n'entre pas ici . 

Des passifs présents en -ther, -thar n existent pas du tout dans 
VAmra Coluini Chille, la désinence constante étant -thiar. Stokes, 
il est vrai, entend niarthar § 11 a : ni marthar /«/«, comme le 
passif présent de w^?m/W, alors qu'il traduit « there is no remain- 
ing with us » ; mais comme aucun manuscrit n'a niarîhiar, il 
ne peut être douteux qu'on ne doit pour l'explication de ce 
passage, chercher autre part. 

Nous devons donc conclure que ia dans ce cas, comme en 
ce qui conœrne fôidiani, est étymologiquement autorisé et que 
les formes du vieil-irlandais en -ther et -tbar sont venues de 
-thiar selon que la voyelle syncopée précédente était de posi- 
tion antérieure ou moyenne ; ce qui devient de la plus grande 
importance pour l'histoire des formes passives irlandaises et, 
même celtiques. Il v a ici une preuve indiscutable de ce que 
le suffixe passif -tbar- ne vient pas de -tro, mais qu'il y a eu 
jadis une voyelle médiale entre la désinence personnelle / et 
le suffixe passif -rt), ce que la syncope manquante de la voyelle 
précédente a déjà fait supposer. Il est étrange que ces impor- 



576 Mnrsfravder. 

tantes formes passives de l'Anira Coluim Chille n'aient jamais 
été traitées dans les mémoires historiques sur les suffixes passifs. 
On ne doit plus à présent, à l'instar de J. Lloyd-Jones (pas 
plus tard qu'en 19 12), faire venir 'carthar, 'môrthar, 'léicther 
àt*carâtàro, *>nôratclro, *lenkJth'o (Miscellany presented to Kuno 
Meyer p. 205), alors que ces formes, vers l'année 600, étaient 
'carthiar, 'mârthiar, *léicthiar. Quant à l'origine de ce-thiar, 
j'y reviendrai probablement plus tard dans une plus large dis- 
cussion des suffixes passifs celtiques. 

Suidiath, cité plus haut, serait, suivant Stokes, « a facti- 
tious t-preterite, X\kQ condiath^ 12 and aUiath § 133, modelled 
on balh^ 13 ». C'est complètement inexact. AUiath n'est nul- 
lement 'une forme verbale. Ardoncondiath § 12 (ni less annia 
ar sni ardoncondiath, v. 1. ardonchondiath, ardoncoinniaih) peut 
être 3 sg. perf. de *ar-di-fed-, perf. *ar-con-di-fàith \ propre- 
ment = dochuaid âwec ar-. La signification est « nous a quitté » 
comme le atrullai hnain du commentaire. Pour fâth au lieu 
àe fâith, cf. râth = râith § 50 (YBL, Laud 615, Eg,). 

Suidiath serait en v. irl. suided, 3 sg. de l'imparfait ou de 
l'impératif. Le premier cas est impossible dans l'Amra Coluim 
Chille, où la 3 p. sing. de l'imparfait se termine, comme 
dans le v. irl. en -ed, -ad Çdoshiiiined § 17, fîched § 10, oened 
§ 97,forcanad § 18, nocbesad^ 86). La forme serait, en consé- 
quence, celle de la 3 sg. impér. Elle semble, étymologique- 
ment, devoir être expliquée comme un subjonctif en -a. Alors 
se pose l'importante question de savoir si hcrad,cauad ne con- 
tiennent pas aussi, proprement, le a subjonctif. Les limites 
entre l'impératif et le subjonctif sont peu fixes, ainsi que le 
montrent de nombreux exemples en vieil-irlandais. Dans le 
présent exemple, la signification de suidiath semble être sur- 
tout celle d'un subjonctif. 

Irl. accrich district limitrophe [Meyer, n° éo]. 

Meyer reproche à Stokes de ne pas avoir cité ce mot dans 
son vocabulaire de Saltair na Rann. La demi-strophe 5187-88 
es dans l'édition de Stokes ainsi : 

I. Cf. *ar-com-f('nlI} Contrih. to Irish Lexico^raphv s. v. arcuad. 



Remarques sur les Ziir Keliisehcn IVorthunde. 377 

frislatbrig slaidi sluaig sréin 
icaccrich itaig Israhéii. 
L'éditeur a certainement trouvé qu'il n'était pas nécessaire 
d'expliquer que le mot en question est caccrich « pays limi- 
trophe ». *accrich n'existe que dans les collections particulières 
de Meyer. La rime double slatbrig ...sluaig: cacrich uaig s ne- 
corde tout à fait avec crulh rognisset: sruth rosinset 5175-76, 
dans le même poème. De semblables rimes doubles ne sont 
pas rares dans Saltair na Rann. Une rime slat-brig{t =:dd) ; 
*acrich (c= kk) est possible, mais moins bonne que slatbrig : 
cacrich, où les consonnes sont de même classe. 

Cacrich, au lieu de cacrich, est un exemple significatif d'un 
cas très ordinaire dans la poésie irlandaise, où accentué (= 
precelt. 0) devient a à cause de la rime. De pareilles rimes, 
qu'on rencontre aussi dans des poèmes écrits avant 800, 
accusent une prononciation très ouverte de Vo v. irlandais. 
De même on trouve à pour ô. On pourrait mentionner des 
centaines d'exemples de rimes du même genre. De Saltair na 
Rann, je cite au hasard. 

cacart : sacart 5463. cacairt : sacairt ^i()<), de cocert tout à fait 
comme cacrich de cocrich. — 'chaitrcb : 'aitfreb 6562. 'cailchen- 
nani:'aittrebam 8^Sj. rachàin: tathàir 7732. Comparer de plus 
rodauinad, rodonwad dans les passages parallèles 2675. 2679. 

Très commun dans la poésie m. irl. est raglan pour raglan 
(-.bladiiiar SK 316). De très vieux exemples sont caslud : astiul, 
Fursundud Find Filed meic Rossa, st. 6 . cabraid : Labraid ib. st. 30. 

Voux ce =^ gg dans Saltair na Rann, cf. rucctha j2o6, phoicc 
JJ^i, rodeccai io6<) , ettraig 6018, éitti)n ^Sij. 4840 etc. 

Irl. accal grand courage [Meyer, n° 61 1. 

« Auch dies seltene Wort findet sich im Index zum Saltair 
nicht verzeichnet.» Cette expression semble indiquer que 
Meyer a en effet rencontré un *acal de *ad-gal, bien que l'exis- 
tence d'un tel mot ne puisse pas être démontrée. Il a tout à 
fait mal compris le passage s'y rapprochant dans Saltair na 
Rann. 

Il s'agit ici d'une rimaillerie ayant trait au Livre premier de 
Moïse, chap. 44, où Joseph ordonne à son intendant de cacher 



57^ Marsiraiider. 

sa coupe dans le sac de Benjamin avec l'argent du blé que ce 
dernier a acheté en Egypte : 

gabais loseph escra m'iag 

atnaig i llàim fir dia sluag : 

îabair tria haccail dia inbrath 

i saccaib na Cannanach. [SR 3545-48] 

Sur quoi Meyer donne cette traduction incolore : « Leg ihn 
(den Bêcher) durch deinen grossen Mut (dreist) um sie zu 
verraten in die Sàcke der Kanaaniter. » Il vient immédiate- 
ment à l'esprit du lecteur que le premier soin de cet intendant 
doit être : prudence <ti finesse. Il s'en suit donc que accal est 
une composition de ad et de ciall qui, aussi bien en moyen 
irlandais qu'en irlandais moderne, peut avoir le sens de 
« finesse, madrerie ». Comparer la glose céill À. celg LU 73 
b 38. ciall À. celg H. 3. 18, 651. J'ai trouvé un dérivé de 
accal dans Tirl. mod. aiccillidhe « skilful, cautious, dexterous » 
(ad -\- céillide) : chuir se lâni go haiciUidhe uirthi (i. t. an 
hathaoii-) (f. il prit prudemment la chaise », O'Leary « Séadna », 
éd. 1907, p. 24,16. Le mot est très ordinaire. Je l'ai entendu 
en West-Kerry dans des combinaisons telles que : do bhîos 
dhà innsint do go haicillidbe go raibh a mâthair cailhe « je lui ai 
appris prudemment que sa mère est morte ». is aicillidhe deas 
àhalta anfearsan, etc. De même dérivation est aicillidheacht : 
tabhair a. do 'sara mbriseadh é «■ sois prudent de telle sorte 
qu'elle (i. e. la corde) ne rompe ». 

Pour / de //, dans les finales inaccentuées, comparer tuai- 
chil « madré » de *to-fo-chéill (à côté de tùachall Mil. 103*^ 
23), acal LL 172^ 47 = accill, forme plus récente, LL 172* 
48. 

Une rime *agoail : saccaib. dans Saltair na Rann, aurait 
due, d'ailleurs, éveiller les soupçons de Meyer. Sans toutefois 
nier catégoriquement la possibilité d'une pareille rime dans 
SR, je regarde néanmoins très improbable que gg, dd, bb 
intervocaliques dans SR puissent, après une voyelle accen- 
tuée, rimer avec ce, tt, pp intervocaliques. Les matériaux que 
j'ai rassemblés sur ce point ne sont pas, toutefois, complets. 



Remarques sur les Zur Kellisebeii îVorthunde. ^79 

Des rimes comme Iricce : glicce 1140, treltel, : hettih 21 31, 
attach : haccach 6705 semblent être la règle. 

Gaul. Gorobilium. Irl. Corrbile [Meyer, n° 62]. 

Douuchad mac Murchadha romarbhsat Fergal Jodesin 7 Bile 
mac Bitain ri Alban as uaidh aininmot\J]\er Corrbile i uAlmainc, 
Three Fragments 40. 6. 

Autant que je sache, ce Corrbile est un a-, asy- Meyer 
l'identifie avec gaul. Corobilium, et en cela il s'appuie sur une 
ressemblance de lettre et ne mentionne pas la discordance des 
formes. En effet, les deux noms n'ont aucun rapport l'un 
avec l'autre. Corobilium semble devoir être rattaché aux noms 
propres Corobns, Corobilla. Il n'a, comme ces derniers, qu'un 
seul r (contrairement à irl. corr) et contient très probable- 
ment rélément Coro-, si habituel dans les noms propres gau- 
lois. 

D'après Meyer Corrbile serait un nom composé. Peut-être 
en cela a-t-il raison. En ce cas, ce nom appartiendrait au 
même groupe que Corr-chloch, Corr-fôt, Corr-'sliab, Corr-chnoc, 
etc. Mais, jusqu'à ce qu'il en soit fournie une preuve, soit 
métrique ou autre, l'hypothèse ne peut pas être regardée 
comme prouvée; car Corr peut être un substantif régissant le 
gén. sing. du nom propre Bile '. 

Corr-bile devrait, selon Meyer, désigner « un arbre qui se 
dresse isolé », mais désigne plutôt, un arbre dont la cime est 
élancée et pointue . 

Irl. Athlunkard [Meyer, n° 64]. 

Ce nom de lieu du comté de Limerick, Joyce l'a fait venir 
de 'Alh Longphiiirt « Ford cf Encampment », ce que Meyer 
déclare catégoriquement faux. Pense-t-il sérieusement soute- 
nir que l'existence d'un âtb-loiigpbori LL I5i''2 soit péremp- 
toire pour infirmer l'opinion de Joyce? 

I. Ce nom est bien connu. Outre Bile mac Biiain, il est cité un Bile 
mac Bregoin LL 4344- 12*51. Que le nom de lieu Mag viBili contienne le 
nom propre ou bile « arbre sacré » il est impossible d'en décider. La tra- 
dition locale est ici de peu de secours, car souvent le mythe n'a été créé 
que pour l'explication du nom. La ressemblance avec le gaul. Billio-magos 
est frappante. 



380 Marstraitder. 

En ce qui concerne le gén. longphuirt rendu par loncart, 
comparer Gorlataggart = Gori in tsagairt, Gortatoheir = 
Gort in topair, etc. Pour l'omission de l'article, comparer AtJ) 
Carpait, Cind, Clochair, Droichit, Diiiiia, Liac, Clialh, etc. 

Irl. Alpe Grande-Bretagne [Meyer, n" 6j\. 

Dans la version Rawl. B 512 de Tochmarc Emire RC XI 
444, Meyer a trouvé les exemples suivants de cas obliques du 
thème Alban-, qui omettent le ;/ final : ar Alpi 1. 18 \AJpi\ 
fri hAlpai 34 [^ //)/]. tar Alpi 36 [Albo], 41 [Al pie]' . 

J'ai mis entre crochets les différentes manières de lire de 
Harleian 5280 (CZ III 246 sq,). 

Ces formes, suivant Meyer, désigneraient un thème fémi- 
nin en id (*Albiâ-), quoiqu'elles soient extraites d'un texte qui 
est comme le prototype de l'inconstante orthographe du moyen 
irlandais. Si une fois on s'est rendu compte des mutations qui 
les voyelles finales ont subis dans le moyen irlandais, on doit 
être extrêmement prudent avant d'établir des distinctions sub- 
tiles sur la base des différentes variations orthographiques du 
moyen irlandais, particulièrement quand il s'agit d'un manus- 
crit où on trouve des nom. sg. comme amrai 1. 17, giallnai 
126; des gén. sg.'cethrae i, Eninai Machae 12, maigi 54 (jnaige 
52), Scathchai 76; dat. sg. aithgne 48; nom. pi. doine 52, huile 
87; ace. p\. gninia 153; comparatif rt/«;ï7 18; prêt. pass. pi. 
molta 1 6, etc . 

Les formes citées ci-dessus, d'après Tochmarc Emire, sont 
toutes en faveur d'un ancien Alpe, originairement le dat. sg. ^ 
(faisant fonction de dat. et d'ace.) du môme thème que le gén. 
Alban, l'ace. Alpain et le nom. Alpn {Eriu 7 Albn, Annales 
d'Ulster ; année 462). Le nom. Albu, faisant fonction d'ace, se 
trouve peut-être dans tar Albol. 36, Harl. 

Il n'y a donc aucune différence entre Alpai du Tochmarc 
Emire et Albe (iar nAlbe\ rimant âyecanine\ cité par Meyer 

1. Au § 59, Harl. a, en outre, çro Alpi . 

2. Les Annales d'Ulster n'ont seulement que AUniiii. Félire Oengusso a 
cependant les deux formes. 

5. Comme iar iiEre, Ann. d'Ulster, année 857. 



Rciiuinitiès sur les Zur Keltischcii Worikinule. 581 

d'après LU i29"39. Par un raisonnement incompréhensible, 
Meyer déclare ce dernier un thème neutre en io. Il est juste de 
dire que la forme ne s'accorde pas avec le thème en iâ qu'il 
a supposé ci-dessus ; mais le datif sg. d'un thème en io Albe 
dans la signification « derrière, à l'ouest de » devrait alors 
être Albii. Meyer pense en conséquence que lar (« hinter 
Alba») se construit avec l'accusatif! Cette explication, quoique 
surprenante, est cependant la seule possible'. 

Sa dernière proposition tendant à regarder Albe comme 
indéclinable et emprunté à Albion doit être totalement repous- 
sée. Elle vient comme un effort suprême, et désespéré pour 
trouver une cohésion dans les formes qu'il n'a pas été capable 
d'expliquer. 

Dialektisches ini àlteren Irisch [Meyer, n" 68]. 

L'article ne contient rien de nouveau. Meyer parle ici de 
« die bekannte Besonderheit des heutigcn Dialekts von Mun- 
ster, dass palatales irn zu ng geworden ist », ce qui n'est pas 
exact en ce qui concerne les patois de l'ouest. Dans l'ouest de 
Kerry, on dit ainsi b"jh (boinn), Jd"ïti (cloinn), t"lh (toinn), 
kr"lii (crainn), JHh (cinn ; mais en Dese : Icimr''it9), l'îh (linn); 
k"ih3 (coinne), k"inJl (coinneal ; mais en Dese : k^iml), kûnd 
(cûinne), rruh (ruainne), /'mc'(finne), gUtu (glinne), etc. 

La transition mverse de ng >> nn ne se fit sentir dans l'ouest 
de Kerry que dans le cas de -ng inaccentué : akf"ih ( cfaing, 
m. irl. acntaiig; de là akjHk'xi) jaH'fi (fliirsing; de Wfai's'ni), 
fal"ih (falaing). Mais dans la position accentuée : k"thg 
(cuing), J'îM pi. d'ihk^x^ Çd'mg). 

Digne de remarque est la différence entre //«o-';1 (pinginn) 
et l'afitui (leath-phinginn). 

Gaul. Conginna. Irl. Congend [Meyer, n° 72]. 

La comparaison de Congend {ingen Brônaig) LL 349' marg. 
in f. avec le gaul. Conginna esta rejeter. Congend n'est nulle- 

I. La note de Meyer, dans le n"' 1 30, montre qu'on lui a déjà fait obser- 
ver l'impossibilité de sa manière de voir. Sa rectification n'en est pas moins 
incertaine et embrouillée. 



382 Marstrandcv. 

ment une évolution phonétique de Conginna, mais sans aucun 
doute une simple variante graphique de l'ordinaire nom 
propre fém. Conchend (p. ex. LL 316^, gén. Conchiniii,\h.). 
Comparer Dibgene Lee. 211^ \i =■ Dibchéne, toUf^ind, Ériu III 
156 -^z toilchiii!^, serorend log. Trôi =zserchendet très habituel- 
lement dans des listes généalogiques Diiibgenn = Duibchenn . 

Irl. riched, n. [Meyer, n" 74]. 

Ce mot ne provient pas de *)îgo-scdou (on aurait *rjgad, 
dihi-ad, gén. diliiaid de*diiii-ed 7-px-b-zzoo ,), mais plutôt de 
*rigio-sedon (irl. rige, n). Comparer v. norv. rlkis-stôll 
« trône ». Le dernier élément répond, non comme le dit 
Meyer, au v. norv. setr, où r appartient au thème, mais bien 
au V. norv. set « demeure, séjour » (pi. sjôl « domicile »), 
ags. set « camp ». Il y a aussi en gaul. -sedom (essedum). Com- 
parer déplus fjiachad de *inago-sedon, ci-dessus, p. 

Je ne nierai pas d'ailleurs que liched puisse contenir ri; 
mais la composition doit alors être créée au temps chrétien, ce 
que l'usage du mot semble faire présumer. 

Irl. rétaire lecteur [Meyer, n° 76]. 

L'article n'a rien de nouveau, car la comparaison avec ags. 
réiere a été faite par Stokes, il y a déjà longtemps. 

La plus ancienne forme irlandaise est, suivant Meyer, 
rétere (non pas rétaire). Cette forme, dit-il, se trouve dans 
Rawl. B 502. 92'^25. Mais si l'on consulte ce passage, on 
s'aperçoit que le mot est écrit rete avec un trait horizontal au- 
dessus du t, ce qu'on transcrira couramment par retaire. 
* Rétere manque en conséquence de tout fondement. 

Irl. reccaire récitateur [Meyer, n° 77]. 

Cet article n'apporte rien de nouveau. La comparaison avec 
l'ags. reccere est de Stokes, Metrical Glossaries 90, où précisé- 
ment la même source (Ossian V 1 12) est citée avec la même 
traduction . 

D'entre les formes de l'irlandais moderne racaim, reacaini 
« I cry out, mention, count, enumerate », la dernière serait, 



Remarques uir les ^iir Kellischeii ll\)rlliunde. 585 

d'après Meyer, la plus ancienne; il fait sans doute allusion à 
des cas tels que rainar = m. irl. revior. C'est tout à fait 
erroné, attendu que les formes modernes comprennent deux 
mots anglo-saxons : 

(i) reccan « raconter, dire, interpréter ». 

(ii) raca « histoire, conte, explication, énumération, 
compte ». 

Ce dernier se trouve dans le vieux passage de O'Davoren 
1395 : rac ./'. àirem ut est : ar cia racaiter (v. 1. racaither) Irl 
cait aili ann .i. ar cia âirmither tri cait aili ann .i. iach foîiiin 
glas neannla « quoiqu'il soit compté, trois autres chats » ; de 
mémeStokes a pensé ici à l'anglo-s. racii. Le même passage est 
cité par Meyer; mais son jugement sur la forme est entière- 
ment erroné. D'après ce qu'il dit auparavant, rac serait la 
forme nouvel-irlandaise. Mais comment s'en expliquerait-on 
la présence dans le vieux passage chez O'Davoren, Meyer n'en 
dit rien. 

Irl . gic goc [Meyer, n'' 78]. 

L'irl. gib gah constate dans Airec Menman Uraird meic 
Coissi qui date de la fin du x" siècle, est, certainement, ainsi 
que le croit Meyer, un emprunt fait à l'anglo-saxon. Dans le 
même texte, gic goc est employé comme terme de mépris à 
l'égard de la langue mêlée des Gall-Gôidil en Irlande (///r^n 
gic goc Gallgôidel, Anecdota, II 72, 6). On a donc toutes les 
raisons d'admettre que ce gic goc (prononcer gig gog) est un 
échantillon pris à cette langue, une tournure qui par sa modi- 
fication phonétique a paru étrange ou comique aux Irlandais. 
Il correspond certainement au norv. gigga[ok] gogga. Gogga 
{gugga) signifie encore aujourd'hui « mâcher longtemps et 
péniblement, répéter ses paroles d'une manière fatiguante, 
marmonner, mâchonner », comparer gngla « bégayer ». 
Gigga n'est maintenant usité que pour désigner la marche 
pédestre : « M.ircher en chancelant, se balancer », etc., ce 
qui doit être son acception ici. Gigga et gugga sont en effet 
des synonymes; seulement l'un a trait à la manière de mar- 
cher et l'autre à la façon de parler. 

Dans des poèmes m. irlandais, got « bégavant » est un 



3^4 Marslranâet. 

attribut ordinaire de gall, gaiUsech, ce qui se concilie bien 
avec le sens originaire que nous avons supposé pour le pré- 
sent gic goc. 

Irl. speroc f. épervier [Meyer, n° 79]. 

La comparaison avec le moyen anglais sperhaiik est juste, 
mais elle a toutefois le malheur de ne pas appartenir à Meyer. 
On la trouve par exemple chez Macbain, Etym. Dict. s, v. 

speireag . 

Irl. grefel. Imr. Mâile Dûin § 130 [Meyer, n° 83]. 

Meyer, en dépit de toutes les lois phonétiques, explique ce 
mot par *greg-svd. Il renvoie à grajand que, délibérément, il 
fait venir de *greg-svend. On se demande alors, pourquoi ce 
mot n'est-il pas devenu *f'rfl/(7/ ? Il est bien inutile de renvoyer 
au gén. grego, puisque la forme de la composition doit être 
la même et que de deux thèmes le plus faible entre dans le 
composé. 

Irl. cubail. Lat. cubile [Meyer, n° 89 J. 

Dans la récente romance Tochmarc Fearbhlaide, qui nous 
a été transmise dans des manuscrits des xvii^ et xviii^ siècles, 
Meyer a trouvé le mot cubail, qu'il nous dit être emprunté au 
lat. ciihilc. N'est-ce pas fort bizarre qu'un mot, qui a une 
signification si générale, ne se soit pas déjà rencontré dans 
l'ancienne littérature et qu'il ait apparu soudainement comme 
un à'-. Asy dans un manuscrit du xvii^ siècle } Le b aspiré 
devait bien montrer que ce mot ne peut appartenir aux plus 
récents emprunts latins. 

Le passage est ainsi conçu : A inbaoi ann co ccualaidh focchar 
na cruite ara ci'il a ccubhail iiaignig a Itigh diph dia ndca- 
chtiidh, Ériu IV 51 § 11. Ciibhail est ici indubitablement l'or- 
thographe moderne au lieu de cûil « coin, Heu écarté, cache ». 
Par contre, on trouve dans l'irlandais moderne le vieux -ubhu-, 
-ubha- souvent écrit avec ii {cogiis, De imitatione Christi 36, 9, 
= cocubus). Si Meyer veut bien consulter un des autres manu- 
scrits, il trouvera à coup sûr, une variation orthographique 
cûil. 



keiiiarques sur les Zur Keltischeti Worlhiimlc. 583 

L'orthographe cubhail ne peut le moins du monde étonner 
dans un manuscrit qui écrit robacchas pour robaghas (jbadhas, 
-baas), faoicchlighe pour faoilidhe etc. 

Svarabhakti en irlandais [Meyer, n° 90]. 

Cet article comme bien d'autres, aurait pu sans dommage 
ne pas avoir été écrit. C'est une investigation superficielle, 
faite au hasard, sur un sujet très étendu qui exige le traitement 
rigoureux et systématique d'un philologue éclairé. Il faut ici, 
par-dessus tout, une connaissance approfondie de l'irlandais 
moderne, lequel est et continuera d'être, pour le Dr. Meyer, 
un pays inconnu. Son explication de baiaca (au lieu debarca^, 
furrosaidhi (au lieu de farrsaidhe) comme orthographe phoné- 
tique est insoutenable. 

Gaul. Inaepius [Meyer, n° 91]. 

Ce nom, qui nous est transmis par le livre d'Armag, Meyer, 
pour des raisons inconnues, veut le changer en *In-epios. Ce 
qu'il désigne, Meyer omet de nous le dire. Inaepius peut 
rendre un gaul. *In-aibios. Comparer les nom^ propres Aebios, 
Aiharos, Aebro et quant à la formation, Eni-boudios, In-dâtniôs, 
etc. Il ne faut, toutefois, accepter même cettv.' explication que 
sous reserve. 

Métathèse en irlandais [Meyer, n° 100]. 

On peut porter sur cet article le même jugement que sur 
le numéro 90, ci-dessus. Il ne convient nullement de s'excuser 
parce que les choses bien connues dont il parle ne sont que 
partiellement mentionnées par Ihurneysen et Pedersen. 

cuidhbiîis, dethfa et taimsenann doivent être biffés. 

Irl. septais soufflait [Meyer, n° loi]. 

En consultant l'index du Glossaire de O'Mulconry de 
Stokes, Meyer peut trouver exactement la même explication 
de septais. Imr. Snedg. 22 : esnadh gàitbe rodo'sérte co hindsi 
naird. 

Revue Celtique, XXXVI. 2$ 



586 Marstratider . 

Relativement au passage cité, comparer YBL 83*30 : ethar 
la ntrt gàithi aca séted. 

Irl. cet. Lat. licel [Meyer, n° 102]. 

Sans m'expliquer sur l'origine tant discutée de l'irl. cet, je 
tiens de la manière la plus absolue à repousser l'explication de 
Meyer faisant naître ce mot d'une espèce de mutilation du 
latin 'icet. On sait de façon indéniable que ce sont seulement 
les syllabes inaccentuées qui s'affaiblissent et disparaissent. 
Les Irlandais prononçaient Uht (-J) en appuyant sur lik-. 
Meyer veut néanmoins nous faire croire que licet devint cet, 
parce que la dernière syllabe inaccentuée muette « doch wie 
beim Echo mehr ins Ohr fâllt und festgehalten wird ». A 
l'appui de son opinion, il cite chuni de dochum, dm de didiu. 
Ces exemples ne prouvent rien. La première syllabe àç didiu 
étant accentuée, on doit en conclure que diii est dû à ce que 
le dh intervocalique est devenu muet. Comparer l'explica- 
tion donnée par Pedersen de sçn de sodi)i en position encli- 
tique Vgl. Gr. I 275. 

Il est absolument inadmissible, en se basant sur Armag 
18* I, où cet glose fiât sicut vis, d'attribuer à ce mot une 
signification primitive verbale de « il est permis » ; de même 
il est inexcusable, en regard du matériel existant, de soutenir 
que cet ne fut pas employé substantivement avant Tépoque du 
moyen-irlandais. De la fin du ix^ siècle date la tournure is 
cet duit ô Dia Cod. Sangall. A. C. 23 (Thésaurus II 258. 5) 
qu'un moine ignorant rendit par licet tihi a Deo. A cette 
époque, cet devait déjà avoir perdu la signification verbnle que 
Meyer lui attribue. En somme, il n'est pas fondé à croire 
que l'usage du mot en vieil-irlandais soit autre qu'en moyen- 
irlandais. Lorsque cet se rencontre seul il s'agit, très vraisem- 
blablement, d'une expression elliptique avec copule élidée. 

Irl. Bauber (gén. sg.). Gaul. Bahrinius [Meyer, n° 104]. 

De pareilles comparaisons non fondées n'ont pas de raison 
d'être. D'abord, les mots ne s'accordent pas entre eux aussi 
bien que Meyer le dit; ensuite, Bauber (gén.) montre une 



kcmarquci sur les 2.ur Kelliuheii IVortkunde. 387 

forme phonétique si singulière que l'on a toutes les raisons 
du monde de douter de l'exactitude de la transmission '. 

Irl. gelit, f. sangsue [Mty^x, n° 108]. 

La démonstration de la si,^nification de gelit chez O'Mulconry 
634 est nouvelle. Déjà Stokes, dans Corm. Tr. 83 (cp. Urkel- 
tischer Sprachschatz 112), avait fait dériver le synonyme ^f/, 
que Meyer ne cite pas, avec ses équivalents britanniques, de 
gelid 'consumit'. 

L'irl. gel, de même que le gall. gel étant féminin (^fri gil 
Corm. s. v. gilldae), la forme celtique primitive du mot était 
conséquemment *gelà. 

Irl. genit f. Lachgeist [Meyer, n° 109]. 

Meyer fait dériver ce mot bien connu de gen- « rire » ; il 
a parfaitement raison, ainsi que les passages ci-après le 
démontrent. 

noscrechat na geniti do. Fled Bricrend § 67. 

ragairestar iiiniie boccânaig 7 banànaig 7 geniti glinne 7 demna 
aeoir LL 57^3. 

roérig ém Badh discir... co bai io sgrechaid ar luamain osa cen- 
naib. roéirgeîar âm banànaig j boccànaig-jgelitiglinne... ysiabra... 
co mbâtar [a]c comgrésacht 7 i\c] commôrad âig 7 irgaili ko, Cog. 
Gaed. re Gall. p. 174. 

Scuit À. genaide ./. is cai faitchessai forammbii no cai fait- 
biuda do chàch, Corm. Tr. 154. 

Cp. le cri plaintif de la fée (Ih^an sidhe) de la colline de 
l'ogre : an duit do scread go dùbhach an bhean sighe Hard. II 
244. 

La forme parallèle o'^/zV dans Cog. l. c, ne peut guère être 
fortuite, mais est venue, par assimilation régressive, dans la 
fréquente combinaison geniti glinne. 

Composés avec secht [Meyer, n° 113]. 

Meyer énumère ici trois ou quatre composés avec secht, on 

I. Le mot rappelle le n. pr. Bubure LL 322^5 ; mais de telles comparaisons 
n'ont pas de valeur, alors que les matériaux sont si rares. 



388 Marstrander. 

ne sait vraiment pourquoi. Ces composés sont, comme on 
sait, très ordinaires. Je me rappelle en ce moment avoir ren- 
contré sechlndelbach, sechtfilliud, sechlfilUech, sechlfillte, sechtmais- 
sech, secbtlegtha etc. etc. 

Irl. tre-mùr mur triple [Nieyer, n° 147]. 

iarsin rogab iechl for cûl 
in diliu iroeta treniûr. 

Saltair na Rann 254)--|é. Stokes a imprudemment traduit 
tremt'ir par « very récent » {*treni-i'ir), ce dont Meyer le cri- 
tique avec véhémence : « er kann nur geraten und die Stelle 
ini Zusammenhang nicht verstanden haben. » Ici, comme 
ailleurs, Meyer prétend avoir trouvé la seule et unique expli- 
cation juste : tre-mûr signifie « mur triple » ! 

Usera, sans doute, agréable à Meyer d'apprendre que troiiur 
dans Rawl. B 502, 37''45, provient de ce que le copiste, au- 
dessus de e (ou sous la boucle supérieure de Ye louga), a omis 
le signe abréviatif de n et que, par conséquent, la vraie lec- 
ture est trénmiir : « Le déluge, qui faisait crouler les plus 
forts murs, commença à se retirer. » Trén est dans SR un 
attribut très ordinaire de mûr, comp. par ex. secht mnir tréna 
dermara 5060 ; mûr... co trén im cach nairjortach 963. Pour la 
composition cf. trén-brat SR et pour toute la combinaison : 
diliu throinm trôeta trénsluag 2627. 

Irl. dein, din [Meyer, n° 115]. 

L'article n'a pas atteint le but que Meyer s'est proposé. 
L'adjectif (/('/n, qu'il postule, n'existe pas. 

Comme le mot est peu connu, je donne ci-après un aperçu 
détaillé de son usage : 

den 0-à, adj. (0 subst.) alternatif avec dein. La forme 
exacte est den. • Les exemples sur dein, qui pour des raisons 
linguistiques, ne peuvent être expliqués comme des cas obliques 
de l'adjectif ^6'«, se rencontrent tous dans la poésie (et cons- 
tamment à la césure) et contiennent le gén. sg. du substan- 
tif den, faisant fonction d'adjectif. Comparer le même usage 
du gén. pi. : ardrl for drongaltaib den \ mac trén Tommallaich 



Remarques sur les Ziir KeUisrhen Worlkumle. 589 

Jailllen Rawl. B 502, i65''22. Sur l'emploi synonyme de 
(h'ii et dein remarquer particulièrement monar nden (: hécoi) SR 
445, comparé avec jnonar ndein Ç: sein) -\6 ; Dé dein ■ Meyer- 
Miscellany 136 1. 128, comparé au dat. sg. Dia dein(^: ainisir) 
SR 1471. Le nom. pi. dent Fél.-Gorm. Apr. 16., qui semble 
l'unique appui d'un thème en /, est une formation ultérieure, 
basée sur le gén. sg. du substantif, qui dans la fonction d'at- 
tribut fut naturellement regardé comme un adjectif. 

Déjà, à l'époque plus récente du vieil-irlandais, denétàh un 
mot uniquement poétique. La prose n'en offre aucun exemple 
certain (sinon Laws IV 360. 19, Crith Gablach). Les exemples 
les plus récents dans la poésie moyen-irlandaise, dont on peut 
fixer l'époque, se trouvent Eriu IV- 96. 6 (poème de Cuan 
O'Lothchâin j 1024); Rawl. B 502, 16^^22 (vers rioo). 
Comparer de plus Acallam na Senôvach 535. 2677. Meyer- 
Misc. 156 1. 128. Fél. Gorm. 1. c. 

La signification du mot n'est pas tout à fait claire. Il par- 
tage en cela le sort commun de tant d'autres mots irlandais 
de l'ancienne poésie sur le sens desquels nous sommes réduits 
aux conjectures des lexicologues irlandais, depuis Cormac 
jusqu'à Meyer. O'Davoren a dein .1. glan (^ut est : doeim dos 
dein iar nach ndein 598 ; de la dein .i. glan de O'Clery prend 
son origine ainsi que dein « clean, neat » de O' Brian, et dén 
{sic) « pure, clean, neat » de P. O'Connell). Mais O'Davoren 
s'appuyait probablement sur la glose deine .i. glaine CZ V 
489 § 10 (Bérla na filed) qui ne semble être qu'une conjec- 
ture ou bien provient d'une association erronée avec denmae 
./. glaine. — La signification paraît évoluer dans la même 
sphère que daingen, dian, dli'iit]}, derb, cniaid, dermar avec 
lesquels elle se joint à l'occasion. La traduction en serait : 
fort, solide, ferme, épais (au propre comme au figuré), bien bâti 
OH composé. Il s'emploie pour les personnes; les actions et les 
choses. 

A ADj. (a) den : dellig in fidbad for lâr... rostairbir addûire 
den: ar airmitiu a Dûleman SR 1391. den : archaiigel 2075, 
monar nden (: hécen) 145 1. deich turba derb na ridrong 

I. Peut en principe venir également de diati. 



390 Marsimvder. 

nden (: agmen) 77^. — adv. co derbden 78e. — do Denna 
den ./. Denna dimôr LU 119*15. Cithram.ich den (: filed), 
Acall. 535. câi eruaid den(: fochen), Four Songs § 2. in corp 
den snaisse, Laud. 610,99^. a cruth dean, Ossian V lé. 20. 
im drumnichlâr nden (: Taillten), Eriu IV, 96. 6. mar rosded- 
laig degrann den (: ingen), Rawl. 72''33. 

(b) dein, cas oblique de l'adjectif ou gén. sing. du substan- 
tif ace. j^cr. fém. roidpart Dia cach ndùil dein : tri biihu frit 
airmitein SR 1803. sechtmoga mac la dis dein (: ingenaib) 
1971. gréni fri turcbâil toebdein 4434. gén. sg. m. fudomnai 
domuin dein 8082. 8298. truagh deired in domain dein (: ind), 
Acall. 2677. lin a teglaig dein (: nâimteib) SR 5597. dat . sg. 
fém. fiad cach druing deiji (: tuiridein) SR 4519. don tuaith 
dein (: thalmannaib) 7159. i nainbthine dein dermôir76i4 
(sinon de diaii). co ndruine dein (: Chaeïn, sic leg.) 19^13. 

(A suivre). Cari Marstrander. 



REMARQUES ET ADDITIONS 

A LA GRAMMAIRE GALLOISE HISTORIQUE 

ET COMPARÉE 
DE John Morris Jones '. 



P. 175. iio (3). Guirion signifierait vierge àzns un passage 
du Livre Noir et viendrait de *virgones. Comme c'est le seul pas- 
sage où ce sens se présenterait, il eût été nécessaire de donner 
le passage in extenso : le voici (5/. B,. Ed. G. Evans, 70) : 

Heb coffau Dtiu — daun diffrid ^ : 

guirion — ac egilion hevid 

gormot cam sybeniid 

« Ne pas penser à Dieu — don de protection 

Véritable — et aux anges aussi 

C'est trop de pernicieux orgueil... ». 

Daun diffrid gwirion forme une de ces parenthèses habi- 
tuelles en poésie galloise ; gvij'ion est gair cyrch. 
Plus bas dans le texte, on trouve : 

Naut nieir guiri ar gueriton. 

L'auteur a raison de séparer gweryâ, plur. gwerydon de 
giuyry, et à cause de e et parce que gweryd compte toujours 
pour deux syllabes et gwerydon pour trois. En revanche gwe- 

I . A Welsh Grammar historical and comparative, I. Phouology and Accidence 
Oxford, Clarendon Press, i^ij, XXVII-4yy p., 8, i) sh. 6 d, 
3. La parenthèse est de moi. 



392 /. Loth. 

ryd ne saurait venir de *^uheriô qui exxx. à.or\x\é gyryâ. Gweryd 
est identifié avec l'irlandais gérait, qui signifierait vierge. L'au- 
teur a dû prendre ce sens dans le Wort. de Windisch, qui 
renvoie à O'Reilly. En réalité le mot ne signifie pas vierge 
mais s'applique à des vierges et tout serviteur zélé, champion 
du Christ, par exemple dans \e FdireOengusso: (éd. crit., 1905 
p. 58. 5). 

Crochthae corp Agaiha 
in gérât co nglaini 

« Crucifié fut le corps d'Agathe, le pur champion ». 

Gérait a le sens de champion, et aussi de petit garçon ÇO'Mul- 
conry, 642, Archiv f. CL. ; id. ap. O'Davoren, Archiv II, 4, 
n° 1040. O'Davoren lui donne également, ce qui précise la 
signification, le sens de vigoureux, vif, guerrier (ibid.). Aussi 
Whitley Stokes le tire-t-il de gér, sharp. Gérait est aussi écrit 
sans le signe de la longueur, mais les meilleurs textes le 
donnent. La graphie moderne géarait (O'Reilly) démontre 
la longueur de Ve. 

Giveryd peut-il être rapproché de gérait dont la dérivation 
est entièrement différente ? Il me semble qu'en parlant de 
gcgr-, on arriverai! à givyryâ (gegriio-). Il me semble plus 
probable qu'il faut rzpprochtr gweryd du gallois gicery^zcùf, de 
^ergiio . (C{ . , ] . Loth, Revue Celt., 1912, p.' 21-22 : gwery<); 
givery ^= uergo-, D'après certaines citations d'Owen Pughe, 
gwerydd paraît avoir le sens de vigoureux, jeune et actif. Ilexiste 
un verbe gweryddu. 

Pour la valeur syllabique de y, a dans les groupes -Ig, -rg, 
cf.J. Loth, Métr.gall., IL 2. p. 114-115. 

P. 179. no. Pour hydref, hydfref. v. la note plus basa la 
page 185. 

P. 180. 110(5). G/az/ ne signifie pas sivord mais lance, 
etest d'origine française (J. Loth, Mahin.,l, p. 249, note i). 

Ibid. IV (2). Il n'est pas du tout sûr ni mêmeprobable que 
ofyd dans des composés comme cred-ofyd, Duiv Ofydd soit pour 
dovyd (J. Loth, Mab. I, p. 498 ; Rev. Cell., IX, 274). C'est 
vrai dans certains cas. 

Pour gwybed, il eût fallu tenir compte du comique gwe- 
hesen (J. Loth, Mélanges d' Artois, p. 219). 



Rctminiiies et (uhiitums. 393 

P. i8i, iio, V. (i). Il n'est pas exact de dire d'une façon 
générale que r disparaît après une consonne : brawd pour 
hniirdr s'explique par la présence de deux groupes de con- 
sonnes avec r dans un monosyllabe. Je ne sache que gwydr, 
verre, ait jamais perdu son -r : il s'y dégage une voyelle de 
résonnance {gicycUr). 

Ibid. (2). On a toujours cru jusquici que dans kyfa, kyfan ; 
yma, yinan, de même que dans les composés en -fa, -/rt«, la 
dérivation était différente. L'auteur, lui, faittomber-» ou -nii, 
final, parce qu'il est en syllabe atone. L'exemple qu'il cite de 
la chute de ;/// dans kynn, si, tellement, devant une consonne, 
ne prouve rien : -;/ ici est en contact direct et en réalité en 
composition avec le mot suivant. Il n'en est pas de même 
pour -an à la fin réelle du. mot. Dans les composés en -va, on 
a affaire à ma- =--- niaoos (aerfa, Uaâfa etc.), tandis que pour 
-van, -vain, -ven, on a sûrement affaire à des suffixes -inan-' 
-nianiù, -nicn (àouhlQi -mon-), largement représentés en irlan- 
dais (pour le breton, cf. Ernault, G/o.ç.j., p. 528-529): sur ces 
suffixes, cf. Pedersen, Fergl. Gr. II, p. 61-62. 

P. i8[-i82 : / serait palatalisé et deviendrait // : i" après 
ei, latin ê ; 2" entre deux /. Le premier cas ne s'appuie 
que sur un exemple, en apparence plausible : cannivyll 
= candêla. Il se peut qu'il y ait là un tait d'analogie ou 
même (comme je l'aï supposé), que le mot gallois sorte de 
candêVla pour catnielula qui existe. Quant à tyiuyJl il est 
bien invraisemblable qu'il vienne du *tenies-eI-o-^ : gwyll 
existe seul (J. Loth, Rev. Cell . , 1899, p. 95-96). Tiuyll, 
tromperie, viendrait du latin tcla, sans doute, comme le 
breton tonella, tromper, corn. iiiUe : je ne crois pas que 
l'auteur lui-même tienne à cette trouvaille, et je passe. Il est 



1 . Dans certains cas, comme peulvan, pilier de pierre, peurvan, pâturage 
(gdll. /)or/rt), suivant la remarque d'Ernault, il y a influence ou introduc- 
tion de man, lieu. Dans d'autres cas, inan a été évincé par tua : esirenva 
action horrible. 

2. L'auteur cite un mot comique tiuiul, qui n'existe pas. 11 n'y a que le 
dérivé, texuhii'r, tiwui^ou (Voc. corn.). Lhwyd donne iéu'al. Le haut vann. a 
tihoel qui est fort important, bas-vann. tâwèl . 



394 /• Loth. 

sûr que et, latin ê n'a aucun effet sur la nature de / qui suit : 
il y a des exemples très clairs du contraire : giuy}, modeste 
(verecundus), \r\. fîal = *veilo-. 

Pour le deuxième cas (/ entre deux /), l'auteur ne cite que: 
ebrill et pebyll, tente. Or, il tire lui-même pehyll de papilio '. 
Quant à ebrill, j'a1 déjà indiqué (^Mots latins) qu'il venait 
d'apnlius (mensis)^, 

Pedersen {Fergl. Gr. I, 149) est d'avis que /, en gallois, 
devant un ancien i final, en syllabe atone devient //. Aucun 
exemple n'est probant . — Ufyll, v. gall. humil est encore uiyl en 
gallois moyen, par exemple dans le Livre Noir. (JF.a B., ir, 
9, 22 ; 8 1 5 ; 5.8): uffil, uivil, uffildaud. Cf. M\v. Arch. 
232. I : uveltaïud. Il me paraît probable que c'est le contact 
avec la dentale qui a d'abord amené ufylltawd puis ufyll. Pour 
brithyll^, le corn, breithil mugil, ne'prouverien : / peut représen- 
ter parfaitement deux //. Ytiiiill, ennil, gagner, s'il est identique 
à l'irl. indile, bétail, a / devant jod. Pour gweddill, reste, 
Pedersen l'identifie à l'irl. fedil, durable : l'irlandaii fuidell, 
serait emprunté au gallois : pour le sens fedil paraît loin de 
gwedill. Le breton sevel à côté de sefyll suppose une terminai- 
son en -io : une forme 5/^!/»///- n'expliquerait pas l'infection de 
â en breton. Biuyell, cognée, vieux-gall. bahell, lan-bael peut ne 
pas avoir la même dérivation que biail; cf. breton bouchai 
corn, boell (Gwreans, 2282). Contrairement à ce que croit 
Pedersen, on a, non pas une /, mais deux // en breton dans : 
gue:(ell', sevell, bre^ell, ebrell, quoique dans l'orthographe, il n')' 
ait souvent qu'une seule /. 

Ibid, (2). Pour la prétendue règle ch = -gg- (spirants) voir 
•la note à la page 374 pour dichon. 

De la page. 181 à 185, il y a de bonnes remarques sur l'in- 
fluence des finales sur les initiales, en composition et en pho- 
nétique de phrase (cL J. Loth, Remarques, p. 24-32). 

P. 185. III. VIL Hydref, octobre, serait pour byddfref, 

1. Il est essentiel, pour comprendre l'évolution de / final, devant -lO- 
duns pebyll, de se rappeler que II ou / sourd, en gallois, est un son palatal. 

2. Cf. irl. mod. breac. 

3 Gueiell, enfant nouveau-né, enfant abandonné . Gevell, jumeau (et 
nom propre) est souvent écrit Guével {Le). 



Remarques et additions. 595 

qui se trouve en effet, déjà dans les Lois ; mais dans une poé- 
sie du XI' siècle {^Myv. arch. 172. 2), c'est hydrej que l'on 
trouve. Hyâfrcf, appel, rut des daims, repose vraisem- 
blablement sur une étymolo<2;ie populaire et n'est qu'une 
forme locale. Une pareille appellation ne convient guère à un 
nom de mois brittonique. Ce qui tranche la question en fa- 
veur de bydref, ce sont les formes corn iques et bretonnes : corn. 
ht'dra régulièrement pour hedrev (donné par Lhwyd) ; moyen- 
bret. heirejj, hcyre', auj. hère: en breton, le groupe -tr- inter- 
vocalique donne -d''- en moyen-breton. 

Dedfryd, \crd\ci, viendrait dcdedf-fryd. Le mot est évidem- 
ment composé de ded- (det-) et de bryt (irl. breth f. et brith, 
jugement). Les graphies seules suffisent à le prouver. La 
forme ordinaire en gallois-moyen est det-vryt, qui se 
trouve sous la forme dcdryi, comme et-vryt sous la forme 
edryt (T. Lewis, Gloss. ; cf. Silvan Evans, Dict. ded-fryd). 

P. 187. m. (2). pour hao^r, voir plus haut la note à la 
page 86. 

A propos de bonedd, voir la note à bon à la page 89. La 
forme bonhed, que ne cite pas l'auteur, paraît dans le Livre de 
Taliessin (F. a. B. II, 124, 8; 124, 27; 175, 6 ; 210, 21), 
à côté de boned (ibid. 112, 28). Il est probable que bonhed a 
été amené par des formes dérivées comme bonhedic. Elle est, 
en effet, relativement rare ; de plus, elle ne peut guère être 
séparée de \'îr].bufiadh, origine. 

P. 188. 112 (3) : ^ serait perdu dans elor, bière, qui serait 
pour *geJor ; gelor serait aussi pour gerol, lequel viendrait du 
'^ùngenda. Le breton o^«^/dr(^^^/^r), bière, civière pour les morts, 
corn, geler (féminin comme le breton), auraient dû être cités 
et ne s'accommodent nullement d'une forme geroL De plus, 
la forme gelor se trouve également en moyen-gallois ; geloraur 
figure dans l'élégie de Gereint du Black Book et du Livre Ronge. 
Au XII' siècle, dans une poésie de Cyndelw ÇMyv. arch. 167. 
2) je relève: geloreu. 

Euog, coupable, serait pour getioc, menteur. Il n'est évi- 



I. Heire, vieux-breton, dans le nom propre Kalan-hedre (Chrest,, p. 
1 13) ne doit pas en être rapproché. 



396 /. Loth. 

demment pas impossible de concilier les deux sens. Mais ce 
qu'il faudrait savoir, c'est si geitazvc se trouve avec le sens de 
coupable. Or dans l'exemple cité par l'auteur il traduit men- 
daces . 

P. 189. 113 (i) gJanach no, plus pur que, serait V)0\ir gJa- 
nachn 0, et l'auteur, pour cet étonnant exemple de -n final 
indo-européen conservé renvoie au §§ 106. 11 (2) où nous 
apprenons que le suffixe -ach est pour -aks-, lequel est pour 
âkson =*û-kisô}i ! Il est de toute évidence que n appartient à la 
particule iio, noc. Pour namen, v. la note plus bas à la page 
442. 

Ibid. (2). Pour le suffixe -gar qui sortirait de l'étonnant 
suffixe -âkaros, v. la note à la page 256-257. 

P. 190. 113 (2). Goi'sedd, siège élevé, viendrait de uor-en- 
sed- ; il perdrait son -^-; il est impossible de dire pourquoi, car 
l'auteur lui-même est obligé de supposer *iioresseâ, qu'il décom- 
pose en uore-ssed. Il est évident que l'auteur a voulu expliquer 
le maintien de -s dans -sed, quoique précédé de r. Il oublie 
ici encore qu'il a affaire à la composition par préfixe. L'irlan- 
dais aussi change dans l'intérieur du mot -rs- en -rr- ; ce qui 
ne l'empêche pas d'avoir avec /or- bon nombre de composés 
avec ^ initial : yb/T// (*for-su = iior-sons) \ mais: for-seng ' 
très svelte, for-suidigthe gl, superimpositum (sur les com- 
posés avec préverbes, v. Pedersen, Vergl. Gr. Il, 242-304, 
et passim). En gallois, comme en breton, avec gor-, le mot 
qui a s initial, quelle que soit son origine, le conserve: bret. 
goîir-se^, délai. Si s a évolué en h, c'est h que l'on trouve : gor- 
hen. Dans des composés nominaux relativement récents ou 
refaits, on a l'adoucissement avec gor- au lieu de l'aspiration : 
gorphen, mais, gor-biuylJ. Cela tient en partie à l'analogie, par- 
fois à l'influence du composé no-ro-, et aussi à la loi des com- 
posés propres et impropres dont il y a des restes importants 
en gallois (J. Loth, Rouarqiies, p. 73-83). 

(3) La forme a de Cata-mauns serait goidélique. C'est tout 



I. En irl. moderne, on trouve l'adoucissement avec for-: for-shuidhitn 
je préside. Cela se présente déjà en irl. ancien, cf. en vieil-irl. Jorcheun, 
régul. forcenn -.gorphen. 



Remarques et additioui . 397 

aussi brittonique. Assez longtemps après la chute des voyelles 
finales du mot, la voyelle finale du premier terme des com- 
posés nominaux s'est conservée sous une forme atténuée, 
surtout dans certains groupes consonantiques. La voyelle de 
la syllabe précédente a influé parfois : Fidiinaglus, chez Gré- 
goire de Tours au vr' siècle est pour Fidn-niaghs; cf. Venne- 
uiagli {Vindo-viagli) dans les inscriptions chrétiennes de 
Grande-Bretagne. 

Dans les composés en hrigo-, rigo-, a est la règle: Bria- 
vael =^ Brigo-inaglo-, Rialaiii (vieux-bret.) = Rigo-tamo-s. 
On peut citer dans les anciennes généalogie galloises : Tuta- 
giial, Diiiacat, Diiniiiagiial, (et Dunnigual). En vieux-breton, 
de même : Ciinaniialt\ Conataui, Ciinatan. 

P. 191. 113. (4) Pour la date de la disparition des voyelles 
finales que l'auteur semble placer au début du viii*^ siècle, v. 
plus haut, p. 6, 7. 

Ibid. (5) Huan, soleil, est un mot propre au gallois. Il vien- 
drait de sâuano-s, ^^ sâneno-s (e réduit), c'est-a-dire de la 
même racine que haul, avec un suffixe -n. L'auteur pour ex- 
pliquer il renvoie au §§ 76. iii, ())(la note §§ 76. v, à la- 
quelle il est également renvoyé contient une grosse erreur). 
L'exemple cité est hii, fut, qui viendrait de (he^bâue = bhe- 
bhôije: bu suppose une tout autre formation : v. plus haut la 
note à la page 105. L'étymologie proposée est impossible. 
L'auteur parait ignorer l'existence de formation avec -n en 
celtique : Cal. de Coligny : sonno-cingos (marche du soleil, 
vraisemblablement"^ ; vieil-irl. fur-sundiid (for-ud-s-), briller. 

iii (2). Mocb, tôt, viendrait de moks. Ce n'est pas impos- 
sible, si on part de nioks en composition : irl. iiws-riccub-sa, je 
viendrai bientôt. On trouve, en effet, moch composé avec 
certains verbes en gallois. Indépendante, en irlandais, la 
forme est mô. Moch, gallois, vient de *moq-su, comme l'a 
proposé Whitley Stokes : skr. mak-sn. 

P. 193. L'irl. ind-ala ne peut se comparer directement à 
yn ail ni an eil : c'est une forme proclitique qui a perdu toute 
flexion. 

L'article en breton moyen serait û//. Le vieux breton a en, 
ei, construit avec des prépositions terminées par une voyelle 



598 ;. Loth. 

-n (don roch). En moyen breton, dans les chartes, on a 
jusqu'au xV siècle plutôt en; dans les textes, on trouve encore 
en ÇChrest. br., p. 117, 203, 259). Dans une bonne partie de 
la Bretagne ûi/î se prononce on (a bref). C'est la prononciation 
de l'article comique écrit an. Dans les chartes en m jyen cor- 
nique, c'est en, parfois an. 

L'article irlandais, d'après l'auteur, est ind, devant les pré- 
positions, sinil ! lud est la forme du nom. fém. sg. et aussi du 
génitif masc. et neutre. L'article a des formes autrement 
variées. Il fallait au moins signaler la forme neutre. Il eût été 
correct, et admissible de dire que la forme ancienne de l'ar- 
ticle était *siiid. 

Ce qui est plus surprenanr, c'est ce qu'avance l'auteur au 
sujet de la forme sind, qui serait de règle après les préposi- 
tions, sans autre restriction. Il est regrettable qu'on soit 
obligé de rappeler à l'auteur que s de sind ne se trouve 
qu'après les prépositions terminées primitivement parunecon- 
sonne. 

La forme ind existe nettement en gallois, comique et bre- 
ton dans la construction avec l'adjectif anciennement au datif, 
pour former des adverbes comme en irlandais. Il est remar- 
quable qu'en comique, on n'a jamais dans ce cas an : ynweth, 
ynfa, yn fas (ynd-mat). En breton', on n'a jamais a non plus: 
en vat (mod. erval), ent lenn, enndeenn {end eetin^ = gall. yn 
iawn : cf. irl. in biiicc, paulum ; ind laigiu {yn llai^. Sur cette 
formation, v. J. Loth, Rev. Celt.,XV, p. 105). 

P. 194. 115. ii. La formation dite du duei en gallois (type 
deurudd), est commune aux trois langues brittoniques : sur 
son origine et soi évolution, ci. PeJer-.en, Vergl. Gr. II, 
p. 131-132; pour le gallois, l'essentiel est dit très clairement 
par Stradian, Infrod., §§. 25, 42). La question est traitée 
d'une façon incomplète et inexacte par J. M. J. 

En citant le nom. ace. duel/tv de l'irlandais, il eût été bon 



I. Aussi le vieux-breton annaor gl. qiiando qiiidem ne renferme sûre- 
ment pas la forme ind. Il doit être comparé à l'irl. moy . ond uair, o'n uair. 
Aifiaor renferme la prépo-'ition a -{- l'article auciennctnent au datif, 
-;;« = -iid-. 



1 



Remanjues et (uUitioiis. 599 

d'ajouter que le substantif au duel est toujours précédé du nombre 
deux. Fer ne peut sans doute sortir de uirô ; mais supposer 
?,*//'(> est par trop coinniode. L'auteur s'appuie, dit-il, sur le voc. 
védique -a. Or, au duel conune au pluriel, ce sont les formes 
du nominatif qui reiuplissent le rôle de vocatif. Veut-il parler 
de la forme du vocatif des thèmes en -o: v'rka ? mais^ repré- 
sente ^ : ajxî (Pour fer, d. Tliurncysen, Gr. p. 176 ; Brug- 
mann, Grundriss, II, p. 642). 

P. 197. 118, iii (2). Pour biw, v. note ,à la page 130, plus 
haut. 

Ibid. IV. L'auteur semble mettre en doute (\ntauiius soit un 
singuliercréésur^w}'.?- qui avait la tournure d'un pluriel (cf. esyn 
amenant un sg. â!.f)7/). Cette création n'est pasd'une haute anti- 
quité, car dans Mah. on trouve un personnage du nom de 
Llygat-rud Einys ; mais il n'y a p:is d'autre moyen — l'auteur 
n'en indique pas — d'expliquer amws. 

P. 200, 121. iii ([). Pour l'explication de deig r ^ar dakrû, 
où, cela va sans dire, je ne suis pas cité, v. Revue Celt., XV, 

P- 95- . .* . . 

P. 201-202. 121. y^^vzW;// devrait son infection à un -i qui 

serait le suffixe du neutre duel : *squmen -ï (e réduit), étymo- 
logied'ailleurs impossible. Cemot n'aurait pas desingulier. 11 en 
a un en irl. : irl. moy. scamân, irl. mod. sgatnhân. Ysgyfaint 
est un pluriel refait comme cereint; pour l'idée, cf. le terme 
anglais lights. Il y a eu échange de suffixe également. Il eût 
fallu ici encore citer la forme bretonne skevcnt, corn, skevens. 
Pour les thèmes neutres en -«, il eût fallu citer les formes 
comiques heniuyn, noms, lymmyn, morceaux, breuimyn, bommyn^ 
c.olnienn. 

Gof, gofaint, et l'irl. goba, gén. goband présentent sûrement 
une déclinaison hétéroclite. 

P. 202-121. Le pluriel -eies donne -/, -ydd, -oedd suivant 
X accentuation ; le plur. neutre -iia donne -edd ou -oedd sn'wznt 
|e même principe. Rien de plus arbitraire que l'accentuation 
de l'auteur. Pour expliquer //■/, trois, il invente, contre toute 
vraisemblance et toute autorité, un indo-eur. trei-és. Le mas- 
culin aurait suivi l'analogie du féminin : tisor-és ! Au contraire 
viôroid zzz nioria. En réalité, l'origine de -ocd reste douteuse. 



400 /. Loth. 

Pedersen qui part de -ejes, a dû, pour les besoins de la 
théorie, tirer l'irl. /n = irts, non de tréi-es mais de l'acccusatif 
*tnns. Il eût fallu ici encore interroger les langues parentes. 
A en juger par l'accord du gA\o\s porthoedd, et du breton Port- 
hoed, ce suffixe serait un collectif dérivé de thèmes en -?/- 
-ou- : -OHÎiâ, et qui, de là, serait passé aux thèmes en /-'. 
Quant à un neutre -iià donnant -eâ, c'est impossible : 1'^/ bref 
brittonique, comme toutes les voyelles brèves finales, apparaît 
atteint dès l'époquede l'occupation romaine et n'exerce aucune 
influence sur la voyelle de la syllabe précédente (cf. J. Loth, 
Mémoires de la Soc. de ling. de Paris, XVIII, 34). 

P. 204, 122. A l'appui du moy. gall. tiret (tired), il fallait 
citer le comique tyrelh Qired). 

P. 205. 122 (2). A côté du plur. danned. et du moyen- 
gallois deint^, il fallait citer le corn, dyns, bret. dent. 

Ibid. l\. 2. Blyneâ sQr2\\. le pluriel régulier de hlwyddyn ; 
or cette forme ne se trouve qu'avec les numéraux. Ce fait 
est indiscutable, et il est déjà significatif, surtout si on le 
rapproche deyllytiedd, breton zvarleiie, bas-vann. ar-idne, où il 
ne peut y avoir qu'un singulier. Il eût fallu étudier les textes 
de plus près. Dans le Livre de Taliessin {F. a B. 11. 107, 
18) : on a 

ar un hlyned. 

Dans le Livre d'Aneurin {Ibid. 64, 12) : 

hyrr vlyned en hed yd ynt endaw. 

Il existe dans le Livre «wV (Ibid. 23. 24) un pluriel hlui- 
tinet. 

Le breton hli:;en, bli:{ten, corn. bJythcn, eût été intéressant 
à signaler. D'une façon générale, il eût été nécessaire pour 
l'histoire des divers pluriels d'étudier et de citer les formes 
comiques et bretonnes. 



1. Dans cafftioe~, lamentation, deuil, corn, ctivou-, le thème a dû être 
*cai}iu-, caniOU-. L'irl. moy. cuina tst un dérivé en 0- de ce thème. 

2. Il semblerait d'après l'auteur que ileiiit, comme plur., fût plutôt rare. 
C'est inexact : cf. F. a B. 11. 260, 15 (Livre Rouge); 1 1, 22 (Livre Noir); 
Black Book of Chirk {P . Lewis, Glossary). 



kemarques cl addition!:, 40 1 

P. 208. 123. IV (i). Il fallait dire que niaccyzv{f) est un 
emprunt fait au vieil irlandais iiiacc côini, irl. moy. maccotni, 
adolescent, irl. mod. macaomh. 

P. 209. 124.1 : broder semble bien, comme le dit l'auteur, 
remonter à *brâkres, mais il eût fiiUu expliquer le maintien 
de -er, d'autant plus qu'il apparaît comme pan-brittonique . 
breton breiider {hreiideur, par assimilation), corn, bredereth. On 
peut supposer que ce mot passé à la déclinaison des noms de 
parenté en -ter, a pris l'accentuation de patér-es. Car 
brâtr-es eût donné *brûtr, et le nom. plur. eût été scmblableau 
nom. sg. Ce n'est pas cependant sans difficulté'. Brodyr, vrai- 
semblablement, doit son j au recul de l'accent (voir plus haut, 
note à la page 49). Brodçr-ion, trèrts (aus-i gens de même 
pays, de même association) répond au grec Z'pi-zp-, et rap- 
pelle la formation cbwior-yd : il a dû exister un pluriel *brodor, 
comme un pluriel *chwior-yd. Il est remarquable que le singu- 
lier brodaïur est très rare et ne paraît pas ancien. Il a été tait 
sur le type commun : -orion: awr. 

P. 212, note. Aden, aile, serait tiré de adetiydd, le nomin. 
étant adein en moyen gallois. La forme adeti se trouve dans le 
Livre noir (éd. G. Evàns, 14,2; Skene, 6, 23). Mais comme la 
rime finale est variée dans ce poème, et (\uadcn se trouve à la 
fin du vers, on ne peut pas être très atnrmatih 

Ibid . V. L'éiymologie de nioriuyn, est des plus douteuses 
(cf. Stokes, Urk.Spr., p. 211 ; Pedersen, Fergl. Gr. 23, 10^). 
Le corn, moten, voc. corn, nioroin est passé sous silence. Le 
pluriel morynyon viendrait de tuorinion-es. L'absence de 
diphtongue n'est nullement une preuve de ditlcrenc». de 
thème avec le sg. morvjyn ; c'est un lait de dérivation : cf. 
magwyr, muraille : plur. macyrou dans le Book of Llandav, 
p. 143. 

Pour bhuyddyn, b}uydd,\\ plus haut. L'auteur se livre ici à 
toute son imagination : bhuydd vient de blei-der, souffler, 
Tâc'me bhlèi-, extension de bhelê bheld, d'où vha. bliioian, gall. 
blawt, flos ; donc blwydyn, c'est budding season . 

V. (3). VouT achosion, cf. J. Loth, Remarques, p. 10. 

I. S\xr broder, hrodorion, ci. J. Loth, Archiv . f. c. L. 
Revue Celtique, XXXFl. 26 



401 J. Lolh. 

P. 213. 126. L'auteura vraiment des façons assez inattendues 
de s'expriiîier. Q.uand on rencontre des formes comme plu, 
pliien, plume; plant, plenlyn, on dit que -en -yn est un suffixe 
singuLuif, suitixe s'ajoutant au mot : plu, plant. D'après 
l'auteur pour plu-, c'est la terminaison du sing. qui tombe, 
$ans changemant de voyelle ! Pour plant, plenlyn, comme -yn 
cause infection, lorsque yn tombe, la voyelle revient à son son 
original. Le paragraphe porte le titre de Reversion I Conyn est 
une nmtation de cawn, roseaux. 

Il y a reversion aussi dans galon, vieux pluriel de gelyn. 
Galon est le pluriel de gai qui se trouve (L. Rouge, ap. Skene, 
F. a, B. II. 264. 4; 267. 19). Sur gelyn, galon, gelynyon, cf. 
J. Loth, Remarques, p. 54. 

P. 216. 129. Pour les pluriels doubles la comparaison 
avec les formes bretonnes et comiques s'imposait. Il y a deux 
pluriels pour gwialen, verge : giuial et giuiail. Il est intéressant 
de savoir qu'en breton, c'est giuial. Pour onnen, frêne, plur. 
onn, ynn, le breton n'a que onn. Il est évident que ynn, syr 
(ser) sont des pluriels relativement récents. 

P. 218. 130.4. Paret, ])a.roi ; parwyl (ce dernier est hors 
d'usage): pour expliquer paret, il fallait donner la forme inter- 
médiaire des Ane. Laws. paraet : cf. niaharaen, v.-gall. inaha- 
ruin (J. Loth, Mots lat. p. 193). 

P. 222. 3 |. La question du genre était impossible à traiter, 
sans la comparaison avec le breton, le comique, et autant que 
possible l'irlandais. Même avec cet appoint, dans le détail, 
c'est une question délicate. 

P. 224. 127 .ii. cefnderw, représenterait a'//'« derw ; ceifn = 
kôni-niôs = kônt-nepût-s : ceifn a le sens de cousin éloigné. 
Ocelle que s )it l'origine Je ceifn, il eût été nécessaire pour 
tous ces termes de parenté d'avoir recours au breton. Pour 
cefnder{iu), cf. breton kmâerv; pour cyfnilher{iu), cf. kenilerv; 
les formes du \'\:\i\-b':eton conmiddcr, gl. consobrinis; coniiiider 
vel nit, prouvent que les formes galloises en -er ne sont pas 
toutes pour -ént/, que le suffixe -/tv (cf. matertera ; cf. Ernault, 
Gl. i qmnderuyeO a pu exister à côté de -derw = *deruo-, irl. 
derb {derb-brâtbir, derb-siur; m], dearbhrâlhair , deirbh-shiur^. 
A cyfyrder (p. 223) correspond le moyen breton quevenderu, 



Reniarquei ei additions. 403 

petit cousin, pour keverderw (Ernault, G/.). Il semble 
qu'ici on soit bien en présence de suffixe -teru- tt non de derw, 
et qu'il y a eu échange entre -tero- ou -deiuo-. 

Derwyâ-on, devins, viendrait de deniiies (avec e réduit don- 
nant à). L'auteur oublie encore de consulter les formes bre- 
tonnes anciennes : v.-bret. dorauid, gl. pilhoniciis, qui n'ad- 
met pas une pareille orii^ine {d. darccnneticioii, daikber , doro- 
manlorion, toriiisiolion). A côté de chiue^r, belle-mère, il fal- 
lait placer le corn, hive^er, avect' de résonnancc (For. corn.) 

Le breton présente aussi la forme très intéressante kefniant 
(et kefiniant), moyen-breton qaejfnyand. petit-cousin : cf. gal- 
lois moy. keywneint (pour kezm-o\i keivneyeynt. 

P. 226. 139 .i. Comme exemple de masculin pour -edd, 
amynedd est discutable. Il fallait fliire entrer en ligne de compte 
le vieil-irl. auime, gén. ainmnet (cf. Pedcrson, Vergl. Gr. II, 
p. 104, Aniii.ï). Il y a eu confusion, en gallois, entre les suf- 
fixes -iiâ. -liant- (nominatif iids) et la terminaison -ed- : (cf. 
boned, irl. biinadh). 

P. 227. 140.11. Il fallait faire remarquer que^o/ïfi et ^tt'/i<^/; 
bordd et bwrdd, sont simplement des emprunts d'époque et 
peut-être de source différente. Bwrddse trouve anciennement, 
mais ffwrdd, à ma connaissance, ne se trouve dans aucun 
texte poétique ancien : ff'ordd (fort) se trouve dans le Livre 
Noir et dans les noms du lieu du Book of Llandav. 

P. 241-249: Comparaison. Ce chapitre, quoique intéressant, 
est remarquable par un bon nombre de lacunes, comme on 
pourra s'en assurer en comparant avec mes Remarques pp. 54- 
60. L'auteur m'a emprunté ma théorie sur les équatifs en 
-/;('/ (=r is-eto-) p. 243. 147. -i) et combat celle de Zimmer 
avec mes arguments, naturellement sans le dire (Revue Celt., 
XVIII, 392). J'ai complété et rectifié mon exposition dans 
Retnarques, p. 58). 

P. 243. 147. (3). Le comparatif gallois -ach viendrait de 
*-aks-., pour -àks- (atone), lequel viendrait de -âk'sôn = -àk- 
isôn (grec -iîov), [nutile, je crois, de discuter. La terminaison 
bretonne -oc'h que donne l'auteur est la plus commune, 
mais -ach existe aussi dialectalement. 

ues, plus près, comme haies, aurait perdu / et viendrait de 



404 /• Loth. 

ned-son pour ned'sôn. Ce suffixe -son, -isôn, on le trouverait 
aussi : dans trech, (p. 249), dans uch — *upson (avec û, semble- 
t-il). Vn da no min Atii -son est resté dans la préposition no 
qui suit le comparatif: -n o\ 

p. 245. 148. Cyn-, cynn-, dans la comparaison, viendrait 
de *koin-dhi (latin qiiamdè) : l'adoucissement après cynn, selon 
l'auteur, indiquant une voyelle finale ancienne. L'auteur ne 
s'est pas inquiété de savoir si cet adoucissement n'est pas 
récent ; si cette particule ne prend pas d'autres formes dans 
des composés anciens fixant sa provenance. Or, non seule- 
ment la comparaison avec le breton et le comique montre 
que l'adoucissement est relativement récent, mais il y en a 
aussi des preuves en gallois, par exemple dans cynna, aussi 
bon (\\iQ(^con-dago-^, cité par l'auteur lui-même (breton kenan, 
avec à nasal). Quant à la forme, les preuves abondent que cyn 
est une variante de *kom : kyflet ac, aussi large que ; kanbras- 
set, aussi gros que {Ane. Laws, p. 299); cymmaint ag, autant 
que. Cy- s'explique facilement par des composés où il appa- 
raît régulièrement, comme cywir 1= *kom-ulro- ; cywiîv, aussi 
digne que (cf. Strachan, Inlrod., p. 29, 39). Le double nn de 
cynn- n'a pas plus de valeur étymologique quecelui de/;c;/dans 
Henn-rit du Book of Llandav. 

P. 246. 148. (2). Goreu, le meilleur, serait tiré de ^cr- 
plas *eiisen, bon, d'où sortirait aussi gwiw = uèsu-. Tout 
cela ne repose sur rien ; ni esu-, ni eiiseu-, ne peuvent 
aboutir à -eu. 

Ibid. (3). Gwaeth, pis, serait tiré de gwaethaf, lequel 
viendrait de *upo-ped-isemo- (e réduit), par guoeâ-haf. 

Le breton gwa^, vann . goach prouverait qu'on ne peut 
partir de wac- mais de woc . 

L'auteur a oublie de donnerses raisons. La forme ^o^f'/;, qui 
semble l'avoir ému, n'est pas commune à tout le vannetais : 
c'est gwech en bas-vannetais. Il ne faudrait pas invoquer des 
formes comme lech, lait, lacté : dans goacl? il y a un gw- initial. 
De plus le mot est souvent en construction syntactique {goac'h 
aveit-i, pire qu'elle). Le comique gweth prouve, au con- 
traire, qu'il ne faut pas partir de woe, comme le montre 
goks, golas = gall . gwaelod, le fond, vieux-gall. guoilaud ; bret. 



I 



1 



Remarque.'; et inlditions. .}0 5 

gouelet : on eût eu en comique *^oth. La (orme gîudth, que donne 
l'auteur, est un fâcheux emprunt à Williams : elle nexisle 
pas. De plus, le signe de l'allongement est de l'invention de 
Williams. La forme comique est gweth. Williams (p. 198) a 
confondu ivhath, encore, avec omath ex a commis, en plus 
d'un erreur de sens, un énorme solécisme {The Passion of 
oiir Lord, éd. Stokes : p. 62, str. 205, vers 4). 

ha whath gwath a wre an pren 
« et pis encore faisait l'arbre ». 

Le texte de Williams ne porte que whath, ce qui donne une 
syllabe de moins, car wre ne compte que pour une syllabe. 
L'étymologie de givaeth me paraît tranchée par l'irlandais /(7c/;/, 
méchanceté, mal (Kuno Meyer, Zur Kelt. Worthnide. Sit- 
-^imgsb. d. K.P. A. d. W., XXV, p. 445-455 • 5))- 

Il va de soi que l'étymologie de givael venant de *upo-ped- 
lo-s, dérivé givael au't ne vaut pas mieux que celle de gwaeth. 

P. 247, 148(6), Four hawdd, v. plus haut la note à la 
p. 135. 

P. 248. 148 (8). Hwy, irl, -sia viendrait de seison pour *sei- 
isôn : pourquoi et comment? L'auteur s'en tait (cf. Pedersen, 
Fergl. Gl. IL 120; Thurneysen, Gr. 226-228). 

P. 249.148(12) maint serait un nom équatif. Maint existe 
sans cette valeur ; le breton ment également, de même que 
Vir\.77iéit gén. me'ite. Maint, méit sont des nominatifs en -/. Le 
génitif irlandais meite indique l'alternance avec les thèmes en 
-iâ : cî. celain, celaneâ '. rhiain, rhiaueâ . L'auteur préfère vio- 
ler une des lois les plus connues et les plus essentielles : 
celle de l'absence d'infection vocalique par les voyelles brèves 
finales en brittonique, et cela sans aucun profit, en supposant 
mâ-nti-s, avec voyelle brève finale, c'est-à-dire la composition 
avec le suffixe ti- qui entre dans la formation de substantifs 
numéraux : skr. daçati-s, décade. Il va de soi que l'accentua- 
tion indo-européenne de la voyelle brève finale, accentuation 
qui sûrement, dès l'époque historique, avait depuis long- 
temps disparu en brittonique, ne pouvait avoir aucun 
eff'et : 

P. 250. 148.11 (2). y^/;;o-t^«, autre, mieux, donne encore occasion 



4oé ]. Loth. 

à l'auteur de montrer sa riche imagination et son absence de 
méthode : anigen viendrait de n-siii-âk-is-en qui donnerait omgjen, 
aiiigcn ; comme -âk disparaît (pourquoi ?), -/j- reste et donne 
i et non h\ Il estclair que (^wc^m, contient avec le préfixe am- 
= ambi, cen, breton ^m, autrement : corn, ken; autre : ken 
loi, un autre trou : pour les formes irlandaises correspon- 
dantes, cf. Pederstn, Vergl. Gr. II, 197-198. 

P. 251 . 139. La forme diwaeihaf, dernier, en dernier lieu, 
ne se présente pas, à ma connaissance, avant le xvr siècle. 
Elle vient évidemment d'une contamination de âiweihaf, qui 
est la forme régulière, avec -waethaf. L'auteur préfère sup- 
poser dkuoeâ-haf, de di-ijo-(u)ed-isanw-, tandis que gwaethaf 
vient de îipo-(p)ed-îsamo- ! 

P. 252. 149. 2. Cyfref, aussi épais, est probablement pour 
cyf-refr; rhef, épais, est vraisemblablement influencé par 
cyf-ref\ comme l'a supposé Pedersen {Vergl. Gr., I, 467) : 
cf. irl. remor, épais, irl. mod, reamhar =■ rem-ro- ; cyf-rej{r) 
=^ *kom-reutro-. 

P. 253. 151. i. L'auteur se demande si mor, employé 
comme équatif (et exclamatif) avec l'adjectif (inor da ag, 
aussi bon que) est bien mowr non accentué. Là-dessus aucun 
doute, si on compare, sans parler du sens, les autres langues cel- 
tiques : ce que l'auteur s'est gardé de faire. Le comique mar, 
breton mar, jouent le même rôle et ont la même origine. Ce 
sont des formes atones de nwr-, affaiblie de môr = mâro-. Il y 
a eu affaiblissement dans la quantité seule en gallois (vieux- 
gall. tnorliaus) et, de plus, changement de timbre en comique 
et en breton (cf. Notolicti nadolyg). 

P. 253. 151 (6). m de mor (équatif) n'est jamais changé 
et reste intact même après un nom fém. sing. : gyflavan 
mor aniuedus, un meurtre si horrible. Ce serait dû à son origine 
exclamative. C'est dû à ce que mor est traité comme un 
adverbe et forme un composé syntactique étroit, non avec 
gyflavan, mais avec cinwedus. 

P. 255. 153. (i). Le suffixe -awdyr serait -awd avec -r 



I . Ce qui semble l'indiquer, c'est la conservation de rheft\ anus (qui n'a 
rien j faire avec notre mot). 



Remarques et additions. 407 

excrescent . Nous sommes renvoyés au § 1 18 i (i), où on lit 
que -r reste dans ymhemwdr = iinperâlor, mais disparaît à la 
finale dans des mots communs comme braivd ! 

La chute de r dans braivd (bret. moy. breu-^r, corn, bntder, 
broder) est clairement dû à la présence d'un groupe co/w. -|- r 
à l'initiale et à la finale (cf. plus haut nfref). L'auteur 
semble s'appuyer sur le sens de trois mots empruntés à des 
textes du xvi^ siècle : annyodeivyaiudyr, qu'il traduit par inlolc- 
rable ; teiinlyaiudyr, sensible, rcolawdyr, régulier. L'évolution de 
sens dans ces mots est facile à comprendre. Il eût fallu, en 
tout cas citer le contexte. Quoi qu'il en soit, il est bien sûr 
que nous avons affaire là, pour l'origine, au suffixe latin -âlor 
bien connu aussi en breton et en comique. Il a été créé sur 
le modèle de mots comme creawdr = creator, bon nombre 
de mots avec la valeur ordinairement de noms d'agent. Beau- 
coup sont des mots savants. On a moJaudir (j de résonance) 
dans le Livre Noir. Je relève chez un poète du xiv^ siècle 
(^Myv. Arch., p. 352, i) : cartrefiaivdr,rybiiddiaiudr, Uyuiawdr 
(d'un usage plus courant), rhagoriaivdr, arweddiaivdr, gole- 
iiawdr, crogiazvdr, gîuarediaiudr^ caethaïudr, cynhaUawdr, araivdr, 
uchelyaivdr, cynghoriawdr, dyscçiwdr, edrychiaiudr . 

P. 256. 153 (2). L'auteur identifie les adjectifs gallois en 
-eii, -nid, avec les participes irlandais en -the . c'est un emprunt 
fait à Pedersen {Vergl. Gr., Il, 30), qui y ajoute le participe 
comique en -ys et le participe breton en -et. Pour le comique, 
cette origine est possible, parce que les voyelles précédant -vi- 
subissent l'infection ; mais, en revanche, c'est impossible pour 
le breton. L'infection s'y serait fait sentir. Cf. sevell, se lever, 
leveret, livirit, 2'' pers. du plur. de l'impératif. Le partie, bret. 
en -et remonte à -e-to- : cf. ganet. L'origine est la même que 
celle du prêter, passif en -to. 

Ibid. (7). -Jaserait un suffixe emprunté à l'irlandais. Pedersen 
{Vergl. G., ri. 373, ^////z.) est plus prudent: il se demande s'il 
s'agit d'un suffixe emprunté à l'irlandais ou si on a affaire à 
un composé dont l'origine est perdue. J. Morris Jones ajoute 
également, sans la moindre preuve, que cet emprunta été fait 
au xii*" siècle; s'il y a empruntai est antérieur à cette épcque, 
c in il y a plusieurs mots en -de dans le Livre d'Aneurin et 



4o8 /. Loth. 

même dans le Gorchan Maelderw, dont la composition remonte 
sûrement à la période du vieux gallois : 

F. a. B. giurymde (gweilch) 84. 4; 105, 13 ; haearnde 86, 
6; tandeS^. i ; giuibde 97. 13, 

Cf. L. de Taliessin, ibid. : tande 163. 19; Uncde 151. 30'. 

L. Rouge, ibid. : m^e (perchyll) 265. 9. Il y a des substantifs 
en -de, comme brodyr-de (L. Rouge 286. 2). Tande aussi est 
substantif dans ce passage de la Myv.Arch. 207. i : 

Klywafvyg callon tonn, val tande 
ynllosgi yrdi. 

« Je sens mon cœur brisé, comme un bûcher brûlant pour 
elle ». Mais ce sens est dérivé du sens adjectif et employé 
poétiquement, comme semble l'indiquer ce passage du Livre 
d'Aneurin (84. i) : 

Bu bwlch bu tiuJch tande ^ 

« Il y eut une brèche, un bûcher enflammé ». On trouve 
encore tande avec le sens substantif chez un poète du com- 
mencement du xiii^ siècle (Myi'. arch., 204. 2) : Ibid. llu 
agde {angde). 

p. 258.(8) : Pour -o-^r dans lequel tout le monde a vu le suf- 
fixe nominal -car, qui aime, l'auteur, lui, imagine une dériva- 
tion fantastique -âk-aro-s ! Des mets comme epilgar, prolifique, 
dengar, attirant, séduisant, ne sauraient selon, lui, s'ac- 
commoder de -car au point de vue du sens. Il saute aux 
yeux, au contraire, qu'ils s'en accommodent fort bien. Du 
sens de qui aime à, qui réw^sit à, propre à, l'évolution est des 
plus simples et des plus naturelles. Le sgil^ar moderne, avec 
son sens de skilful en est une illustration. Trugar que Stokes 
(Urk. Sf)r., i>8) explique par aimant le malheureux, est une 
explication fanciful ! Trocaire et trugared ne trouvent pas 
grâce devant lui : ils remontent à trougàkariià ! Il serait cruel 
d'insister. 



1 . A signaler un composé en -le, dont le sens n'est malheureusement 
pas clair (m, 31): gtuyr llacharle : c'est peut-être un nom propre. 

2. Twlclj paraît avoir le sens de monceau, colline. Cf. irl. tolc- dans le 
dcnvé tûli^ihi, hautain (O' Duvoren , 1570, dans Archiv . f. CL. 11. \\ 
toljiliie, id. : Fclire Oengusso, Prol. 125). 



' Reninrfjiies et adilitiotis. 4^9 

p. 258-260. Le chapiirc du numéraux est incomplet (Cf. 
Remarques, p. 60-61). 

p. 2)8. 154 .i (i). L'auteur traite en note d'une forme 
intéressante pymwnt tiré du Livre irAnenrin et qui signifierait 
cinquante. Pyniiunt viendrait de quelque chose comme {from 
someîhi}!^ like...) *pcnipontes = v. ceh. *quenqu-onta (Irl. : côica). 
Mais côica, gén. -coicat remonte à quenque-kont- et aurait pour 
équivalent brittojiique *penip-kont- : cf. bret. tregont, trente : 
supposer -ont, sans autre explication, ne signifie rien. Le sens 
de pymivnt n'est d'ailleurs pas bien établi ; voici les passages 
où je l'ai relevé : 

L. d'Aneurin (F. a B.) ri, 64, 2 ; id. 73, 17) : 

Kiuydei pyni pymiuni rac y lavnaivr 
L. Taliessin (jF. a B. ii, 142, 17 ; 143, 21 ; léo, 6): 

pytnppumini'nt kelvydon ^ 

— pynip peinhvnt aghell 
aynital am kyllell 

— a hevyd yssyd hyn 

Pet ponbwnt vhuydyn (il s'agit du vent). 

Le sens exact, surtout d'après ce dernier passage, paraît 
perdu. Il semble bien cependant que la terminaison apporte 
au mot un sens indéterminé Faudrait-il partir de -/^iw?/ {-pont) 
et supposer une parenté avec la particule sanskrite de l'indéter- 
mination : canâ ; got. -hun (ains-hun), avec élargissement par / 
(ail. ir-gen-d)} 

p. 261. 155. III (2). L'auteur donne avec raison, dans la 
prononciation, la longueur à la voyelle de he'n, vieux, et même 
dans des composés comme hén ffordd. Mais sûrement, c'est là 
un effet de la conscience étymologique. Régulièrement ben, 
en composition, a la voyelle brève, comme le montrent les 
graphies Hcnn-lann, Hennpont, Hennrit du Book of Llandav 
(p. 275,80; 208; 73). 

p. 262. 155. IV (i). Lied, moitié. L'auteur ignore le sens 
péjoratif de lied dans les composés et eût dû signaler son rôle 
en irlandais (cf. J. Loth, Revue Celt., 191 1, p. 16 ; Remarques, 
p. 29). Pour le vieux-gallois let-einepp g\. pagina, v. plus 
haut, p. 39. 



410 /. Loth. 

p. 263-269. le chapitre si important des préfixes est faussé 
par I Ignorance de 1 auteur, en ce qui concerne les composés 
propres et mipropres, les composés à valeur relative et les 
composes à pronom infixe {dichon, digon ■ dybyd, dyfyd, rybu 
ryfu- dyfiortin, dyborfhi etc.). Sur ce point essent/el/ cf 
J. Loth Arcnv.f. cdt. Lexic. \, 146; Remarques, p. 7,-8^' 
V. plus bas, la note à la page 374. ^ ^- ^' 

^^^ '""''■^•) • I. Loth. 









di^ ^''^ fol.^tiT'iut'eiiAn^itft^ûiftJLnAt-r^rtane- 
pf-; ^teumr.a^rftrur'rr-^' n p.«rï «m? Ajfexiulcro 
'jcÀl ut;- <rïm Jim at <*^ i" U>ti<n ^ NdÉTu id^fTptec^a 






xixr tlr^-^rïemor>oc:fTA^>rrttifrr%(r^-j A"5^^ 
'^C*4t- ^f-Jn'cîTf<<e^U^cl^fm^«fi'Artf»c<'ftyclr 

^n^' ^cJ^ir-^TnT.x57tiruJtnifft^-^'NchutriïU 



UnIv GLOSl- BRlTTOXiaUE DU X^ SIÈCLK 

(Coinriobtphologrnphby J. Rnssell 6- Sons, Baker St., Londou, IV.) 



UNE GLOSE BRITTONIQUF DU X*^ SIÈCLE 



Le professeur W. M. Lindsay, de St. Andrews, l'infatigable 
et surtout heureux chasseur de gloses, me communique une 
nouvelle lecture, confirmée par le fac-similé ci-joint, d'une 
glose publiée par le Rev, H. M. Bannister dans son exposé 
du ms. vat. Reg. 49 dans Palœografia musicale vaticana. 
Ce manuscrit est de la dernière partie du x^ siècle. 
Bannister a lu qnorcher glosant smnmilas, et il donne la glose 
comme irlandaise, ce qui est manifestement faux. W. M. 
Lindsay y a vu sans hésitation une glose brittonique, mais ne 
peut décider à quelle branche du groupe elle appartient : 
si elle est galloise, comique ou bretonne. Les caractères sont 
du type de la minuscule continentale qui était aussi en usage 
dans les Iles Britajiniqiies au x'' siècle. Les abréviations sont 
bien insulaires mais on sait que ces abréviations étaient aussi 
en usage chez les scribes Bretons. 

Le passage où se trouve la glose, se trouve au fol. 21 du 
Vat. Reg. (Homélies sur les Evangiles^. Le fac-similé photo- 
graphique a les dimensions de l'original. Giiorcher glose 
siimmitas dans cette phrase ' : ita tfrre moins (actus est ici 
est fracta est su///mitas inferni cttm resurgt^rent mortui vincto 
rege illi//.î ut dicitur -. 

Le sens de giiorcher est précisé par le comique gorhery, 
couvrir {Passio Domiiii 26^^), et le gallois gwerchyr, cou- 

I. Mon ami M. Teulic, directeur de la Bibliothèque universitaire de 
Rennes, a bien voulu me prêter son expérience de paléographe pour 
la lecture de ce texte très copieusement abrégé. 



412 



/. Lot h. 



vercle'. Le mot n'existe pas en breton. Il est donc probable 
que la glose est plutôt comique, probable mais non sûr, car 
le mot a pu disparaître. A priori, on décomposerait le mot 
en guor -{- cer, la racine ker- apparaît dans le breton hem 
tonsure, sommet de la tête, mais cette racine dont le sens 
primitif paraît être se dresser en haut (Fick I 423) n'est guère 
productive en celtique. Il est probable qu'il faut décomposer 
le mot en ^uorch-er. Le gallois présente gorch- avec un sens 
approprié dans gorch-fant the upper jaw, gorcb-fanned, même 
sens ; gorch-fygu, soumettre. Gorch-' correspond exactement 
à l'irlandais fore, le sommet, donné par O' Reilly, gaélique 
d'Ecosse fore avec le même sens, d'après le dictionnaire 
d'Armstrong. Fore, adjectif a le sens de fort, solide, et se 
trouve dans plusieurs glossaires du moyen-irlandais : Lecan 
glossary , T)0^ (Arch. f. C. L. II, p. 82) fore. i. daitigean. Stowe 
Glossaries(^r^/7/î/. /. C. Z. III 365). Stokes rapproche /orc de 
è'p-/,o;,5pxivrj clôture, ce qui est phonétiquement possible. Du 
sens de qui enferme, défend, on a pu arriver au sens àt solide et à 
celui de qui couvre, couvercle et par extension, sommet. Pour le 
suffixe, cf grec uTCcpo-; formé sur û-sp. Pour l'évolution de 
sens, cf. *dunos, dont le sens propre esi enceinte, enclos, comme 
le montre l'irlandais actuel dûnaim, je ferme, et qui est 
arrivé au sens à' acropole. 

J. LOTH. 

I. Williams rapproche gorhery du gallois giuarchaur, couvercle. Il l'a pris 
dans Pughe qui donne gwardmvr, a coverer, formé sur gu'ar-chau : eau 
fermer. 



CHRONIQUE 



Nos lecteurs apprendront avec plaisir que notre secrétaire de 
rédaction M. Vendiycs, capitaine 31188"= territorial de marche, aété 
cité à l'ordre du régiment et a mérité, en conséquence, la croix 
de guerre. 

Notre éditeur, M. Edouard Champion, sous-lieutenant au iG" 
bataillon de chasseurs à pied, a été cité à l'ordre de l'armée dans 
les termes suivants : 

«Le 19 mai, au cours d'une attaque ennemie par les gaz, a donné 
«à ses chasseurs le plus bel exemple de sang-froid en faisant des 
«rondes incessantes sans se soucier des graves dangers qu'il cou- 
« rait. A assuré le tir de barrage ininterrompu de toutes les pièces 
« sous ses ordres. » Cette citation lui vaut de droit la croix de 
guerre. 

Nous leur adressons à tous deux nos cordiales félicitations. 



Sommaire. — Les morts de l'étranger: Sir Edward Anwyl ; D. Mackin- 
non ; Sir John Rhys. — M. Kuno Me)er. 

Sans vouloir reprendre cette chronique, interrompue depuis tant 
de mois, qu'il nous soit permis d'évoquer aujourd'hui le souvenir 
de ceux de nos collègues que nous ne verrons plus. Mais nous ne 
dirons rien encore des celtistes français tombés au champ d'hon- 
neur. Pour célébrer dignement leur mort glorieuse, il convient 
d'attendre la fin de Tabominable épreuve. Nous parlerons seulement 
de ceux de nos collègues de l'étranger qui nous ont quittés pour 
toujours. 



414 Chronique. 



Sir Edward Anwyl est mort le 7 août 1914. Mais il n'est pas 
trop t;ird, il ne sera jamais trop tard pour parler de lui. Le souve- 
nir de cet être exquis restera éternellement gravé dans le cœur de 
tous ceux qui l'ont connu. A la distance des longs jours qui nous 
séparent de sa mort, notre juste chagrin s'apaise et s'adoucit. Nous 
contemplons son image avec sérénité. En le retirant du monde 
au début de la tourmente que l'Allemagne se plaisait à y déchaîner, 
il semble que son bon génie lui ait accordé une suprême faveur. Il 
était toute sagesse et toute bonté. Sa place n'était plus dans une 
société où tentaient de prévaloir, par un déploiement inouï de 
force brutale, la barbarie et la cruauté. Le sort lui fut clément. Ne 
troublons pas aujourd'hui son repos par de vains regrets. Envions- 
le plutôt d'avoir bien terminé une belle vie, seulement trop 
courte. 

II était né à Chester le 5 août 1866, d'une famille où le culte 
des bonnes lettres s'alliait à un goût très vif pour les questions 
religieuses. Son père, John Anwyl, aujourd'hui retiré à Pontypridd, 
s'est fait connaître comme poète ; et son frère cadet, le Révérend 
Bodvan Anwyl. dont nous avons naguère signalé une réédition du 
dictionnaire de Spurrell, a également publié des vers appréciés. 
Sir Edward ne démentait pas les traditions de sa famille. Elevé 
d'abord au St John's Collège, puis au King's Collège de Ches- 
ter, il alla continuer ses études à Oxford, à l'Oriel Collège, puis au 
Mansfield Collège, où il se livra aux études classiques avec une 
ardeur qui lui valut de rapides et brillants succès. Il conserva toute 
sa vie la passion des humanités, occupant ses loisirs à relire les 
poètes grecs et latins, dont il savait par cœur des passages entiers, 
composant lui-même à l'occasion dans les ueux Ir.ngues classiques 
des vers fort joliment tournés. Pendant son séjour à Oxford il se 
perfectionna aussi dans 1 étude des langues celtiques sous la direc- 
tion de sir John Rhys. Aussi cinq ans après avoir quitté l'Univer- 
sité, en 1892, était-il désigné pour occuper à Aberystwyth la 
chaire Je philologie celtique que laissait vacante le dép.u't du 
professeur Lloyd pour Bangor;peude temps après il ajoutait à son 
enseignement du celtique celui de la grammaire comparée. 

Ce qu'a été son enseignement, on ne l'oubliera pas de si tôt au 
pays de Galles, où les écoles et les collèges sont peuplés d'anciens 
élèves de sir Edward. Parmi ces df^rniers, il en est qui ont eux- 
mêmes contribué au progrès de nos études, par exemple 



I 



chronique. 415 

MM. Samuel J. Evans, M. H. Jones, Timothy Lewis, T. Parry 
Williams sans oublier miss Mary R. Williams. Sir Edward était 
un remarquable professeur, d'une éloquence grave et abondante ; 
il savait donner un tour oratoire aux exposés les plus techniques. 
Il a lui-même publié une IVelsh Gratnmar (en deux parties 
Accidence et Syntax, 1897-1899, cf. Rev. Celt., XIX, 82) et un 
recueil d'exercices, Firsl îTelsh Reader and IVriler (1909), pour 
l'usage des collèges. En rééditant la partie de la Myfyrian Archaeo- 
logy relative aux Gog\'nfeirdd (Denbigh, 1909), il a mis en tête une 
Grammar ofOid IFelsh Poeirv, dont la Revue Celtique z parlé t. XXX, 
p. 199'. 

Son bagage scientifique est en somme moins gros quon ne 
pouvait l'attendre de son érudition et de son labeur. C'est sans 
doute que sa piété très profonde dédaignait un peu les œuvres pro- 
fanes. Il s'était tourné de bonne heure vers l'étude de la théologie, 
dès ses années d'Oxford, où il fut l'élève du théologien l'airbain. 
II se laissa de plus en plus absorber par elle. 11 faisait autorité dans 
sa secte, celle des Indépendants (Annibynwyr), une des plus 
importantes du pays; et à l'église son talent de prédicateur était 
fort apprécié. Toute sa vie, il s'intéressa aux controverses religieuses. 
Mais, acceptant toutes les opinions, du moment qu'elles étaient 

I. Ses autres travaux sont disséminés dans divers recueils ou périodiques. 
Ce sont, pour citer les principaux : dans la Celtic Rcvinv, Aucient Celtic God- 
desses, t. III, p. 2b-^î (cf. R. CelL, XXVIII, loi) et Meules and the Britons 
of IheNorlh, t. IV, p. 125-152 et 219-273 (cf. R. Celt., XXIX, 98 et 263); 
dans les Transactions of the Hon. Society of the Cymmrodorion, 1903-1904, 
Prolegomena to the Study of OUI IVelsh Poelry (cf. R. Celt., XXVI, 270 et 
XXVII, 199), et 1909-1910, Tlje book of Aneirin, with translation (cf. 
R. Celt., XXXIV, 90); dans V Archaeologia Cambrensis, oct. 1902, une 
recherche sur les premiers habitants du Breconshire (cf. R. Celt., XXIV, 
228) et dins les Transactions of the Gaelic Society of Inverness, 1906, une 
étude sur les divinités celtiques (cf. R. Cit., XXXI, 400); dans la Zeii- 
schrijt fiir Celtisclje Philologie, une étymologie des mots gallois aches et reges, 
V, 566-571 (cf. R. Celt., XXVII, 184) et une série d'articles sur the four 
branches of the Mahiuogi. I, 277-295, II 124-133 et III 123-134 (cf. Rev. 
Celt., XIX. 89 et XXI, 125); dans le Miscellany presented to Kuno Meyer, 
p. 79-90, the Verbal forms in the White Book Text of the four branches of 
the Mabinogt ; enfin, dans la Revue Celtique elle-même, des Corrigenda to 
Skene'<: Text ofthe Book of Taliesnn, t. XXXII, 3 32- 342, des Notes on Kullnuch 
and Okuen. t. XXXIV, 152-1 56 et 406-417, et trois comptes rendus aux 
tomes XXXI, p. 381, XXXII, p. 557 et XXXIV, p. 455. 



4ié Chronique. 

sincères, il discutait avec une bonne grâce toujours égale, avec un 
rare souci de tolérance et d'impartialité. D'allure sacerdotale, grave 
et modeste à la fois, il unissait l'onction du prêtre à la sérénité du 
sage. Sa physionomie, sérieuse et douce, rayonnante de bonté, 
restée fine malgré l'obésité précoce qui avait épaissi ses traits, rap- 
pelait assez celle de Renan, mais d'un Renan sans ironie, dont 
aucun scepticisme n'aurait effleuré les convictions. Et parfois il 
donnait en parlant l'impression solennelle et mystérieuse de quel- 
qu'un qui aurait pénétré les grands secrets de l'autre monde et qui 
aurait eu la vision de. Dieu. 

Ce mystique toutefois ne restait pas enfermé dans l'extase. II 
aimait l'action, le mouvement, les voyages. II avait visité la France 
et l'Allemagne, il connaissait la Suisse, l'Italie, la Grèce. Mais 
c'était à son pays natal que s'attachaient ses plus chères pensées. 
Grand promeneur, il en avait parcouru tous les détours, il en con- 
naissait par le menu les aspects si pittoresques. Son patriotisme 
ardent s'affirmait dans le zèle qu'il déployait en toutes circonstances 
pour faire mieux connaître et aimer son pays ; dans son ardeur à 
étudier le passé, à interpréter les vieux textes, à rechercher sur 
place les antiquités ; mais aussi, à mesure qu'il avançait en âge, 
dans la préoccupation du développement de l'instruction et de 
l'amélioration dés méthodes pédagogiques. II était depuis de 
longues années membre, puis devint président du Central Welsh 
Board of Education. Dans ces fonctions délicates, où il dépensa 
ses forces sans compter, il acquit une considération que consacra 
en 1911 letitre de knight. Au moment où la maladie l'a terrassé, il 
s'apprêtait à aller prendre la direction du Training Collège de Caer- 
Ileon sur Wysg, poste de confiance où il se réjouissait de pouvoir 
exercer dans l'ombre son action efficace d'éducateur et de directeur 
de conscience. 

Ainsi sa belle vie aura été jusqu'au dernier souffle consacrée à 
répandre autour de lui les bienfaits de la science et de la charité. 

Pour tous ceux qui l'ont approché il aura été vraiment, selon 
l'expression d'un de ces poètes grecs qu'il aimait tant, le flambeau 
qui éclaire et auquel on se chauff'e à la fois, 



L'année 19 14 a vu mourir également le principal représentant 
des études celtiques en Ecosse, Donald Mackinnon, professeur 



Chronique. 417 

honoraire à l'Universitc d'Edimbourg. Il avait quitté sa chaire 
quelques mois auparavant, pour se retirer dans la petite île de 
Colonsay, où il était né en 1859 ; c'est là qu'il est mort le 
25 décembre 1914- 

Entre ces deux dates s'enferme une vie de savant très simple et 
très calme. D'origine modeste, Mackinnon avait commencé ses 
études dans une humble parishschool de son île natale ;il ne la quitta 
qu'à l'âge de dix-huit ans pour aller au Training Collège de la Church 
of Scotland, et de là à l'Université, oij il étudia surtout la philo- 
sophie. En 1868, il gagna le Macpherson Bursary et l'année sui- 
vante l'Hamilton Fellowship. Puis il entra dan^. l'administration 
universitaire. D'abord secrétaire à la v^ommission de^ programmes 
(Educational Schcme), il passa trois ans aprè^ (1872) tn la même 
qualité aux Ecoles et Hospices subventionnés ; et lors de la fonda- 
tion du School Board à Edimbourg, il en fut nommé secrétaire- 
trésorier. Il enseigna ensuite pendant trois ans àLochinver (Suther- 
landshire). C'est là qu'il eut l'occasion d'étudier minutieusement 
les dialectes et la littérature du Nord de l'Ecosse. Aussi, lors de 
la création d'une chaire de celtique à l'Université d'Edimbourg, 
en 1882, il en fut le premier titulaire ; il y a été remplacé en 19 14 
par M. W, j. Watson. 

II laisse derrière lui une œuvre assez maigre, et qui ne donne 
pas une idée complète de ses qualités de savant. Son principal 
ouvrage, le catalogue des manuscrits gaéliques de l'Ecosse, dont 
\a Revue Celtique a. parlé (t. XXXIII, p. 362) est un répertoire 
estimable et utile, qui manque toutefois d'originalité. En dehors 
de quelques articles, publiés dans le Scolsnuin ou dans les Transac- 
tions of the Gaelic Society of Inverness, sa production scientifique est 
contenue presque entièrement dans la Ceîtic Review, qu'il avait 
fondée en 1904 et à laquelle il collabora régulièrement jusqu'à son 
dernier jour. Nous avons signalé en leur temps ses études sur 
diverses questions de grammaire et d'orthographe (A!. Celt., t. XXXI, 
120. 262 et 535, XXXII, 229), son édition avec traduction anglaise 
du GlenmasanMS. (t. XXV 374, XXVI 275, XXVII 120 et 188, 
XXVIII 100, 219 et 360, XXIX 98 et 262) et celle, qu'il laisse 
inachevée, de la Thébaide de Stace (t. XXXIII 395, XXXIV 113, 
256 et 479, XXXV 125, 260 et 396). 

Avec Alex. Cameron (mort en 1888), Alex. Carmichael (1832- 
1912) et Alex. Macbain (1855-1907), Mackinnon représente une 
période de transition dans l'histoire de la philologie écossaise. Par 
ses origines et son éducation, il appartenait à l'ancienne école des 
sholars, celle oij l'imagination primait le sens critique, où la préoc- 

Revue Celtiq ue X XX VI. 2 7 



4i8 Chronique. 

cupation littéraire, soutenue d'un patriotisme un peu étroit, 
l'emportait sur le souci de la science. Mais plus tard il essaya de 
se discipliner, de se soumettre à la méthode. Et, le peu qu'il a 
laissé de travaux philologiques montre les services qu'il aurait pu 
rendre à ce genre d'études. Ses compatriotes admiraient en lui une 
connaissance approfondie du gaélique, qu'il maniait, dit-on, avec 
une élégance et une correction parfaites. Il a laissé dans le Gaidhea] 
des pages qui sont considérées comme des modèles de la langue 
des Highlands. « As a writer of correct and idiomatic Gaelic he has 
hardly anyequals », dit de lui un de ses élèves, le révérend Donald 
Maclean. C'est par là sans doute que son souvenir se maintiendra 
dans l'esprit des celtistes d'bcosse. Mais il faut espérer que ceux-ci 
n'oublieront pas non plus les louables efforts qu'il a faits pour 
suivre les progrès de la science et adapter son érudition aux exi- 
gences de la philologie moderne. Par ses connaissances, il eût été 
capable d'asseoir l'étude du gaélique sur une doctrine ferme et 
méthodique. Néanmoins, après lui, l'Ecosse attend encore son phi- 
lologue. Il en a esquissé l'ébauche. Souhaitons qu'un autre vienne 
achever le portrait. 



La mort de Sir John Rhys, survenue en décembre 191 5, fait 
perdre à l'Angleterre son meilleur celtiste et au pays de Galles un 
de ses plus illustres enfants. Avec lui s'éteint un des scholars les 
plus représentatifs de la Grande-Bretagne; pendant plus de qua- 
rante ans, il a servi de lien entre le pays de Galles et la glorieuse 
Université d'Oxford, à laquelle il appartenait depuis 1877, dont il 
fellow fut en 1881, Hibbert lecturer en i88é, et principal of Jésus 
Collège depuis 1895. Le titre de « knight », qui lui fut décerné en 
1907, ne fit que couronner dignement une carrière toute marquée 
d'honneurs. 

C'était un vrai gallois et un enfant du peuple. Il était né en 1840 
au pied du Plinlimmon, dans une pauvre maison de paysans du 
Cardiganshire. Jamais il ne rougit de cette origine modeste ; et la 
fortune qui le favorisa n'éveilla aucune jalousie chez ses compa- 
triotes ; tellement, dans ce pays démocratique, on sait estimer à 
leur prix le mérite personnel et le travail . Il fallait voir aux grandes 
réunions des eisteddfodau la foule acclamer ce robuste vieillard 
quand il s'avançait sur l'estrade, pour comprendre combien profonde 
et sincère était la popularité dont il jouissait. Rien ne pouvait 



Si K Joii X K 11 V s 



chronique. 419 

mieux donner l'idée de ces manifestations de reconnaissance que 
la Grèce antique prodiguait parfois à ses meilleurs citoyens, à ceux 
quiavaient bien méritédela patrie. C'estque Sir John Rhys avait ap- 
pris à ses compatriotes à se connaître eux-mêmes. Son livre sur le 
IVelsh People est plus et mieux qu'un ouvrage historique, d'ailleurs 
impartial et complet. C'est un hommage rendu aux qualités fon- 
cières de la race, à son industrie, à son génie; c'est une sorte de 
panégyrique à la louange de tout ce qui a fait dans le passé la 
noblesse et la grandeur du pays. Le peuple y était intéressé tout 
entier ; il fit bien vite le plus franc succès à ce monument dressé 
à sa gloire. 

Ce IVelsh People, publié en 1900', et plusieurs fois réédité, est 
probablement de tous les livres de Rhys celui qui restera le plus 
longtemps. Ce qui fait la valeur du livre et qui décida de sa popu- 
larité, c'est qu'on y voit l'épanouissement complet d'un talent qui 
s'était préparé dans l'érudition. Avant de rayonner sur les masses, 
'activité de ilhys s'était en effet paliemmentappliquée à dtlon.'ues 
et minutieuses recherches. Il présentait à son pays le résultat dune 
vie consacrée tout entière à la science. Mais il ne resta jinais 
confiné à 1 oinbre des bibliothèques, dans la poussière des vieux 
livres et des manuscrits. C'était un savant de plein air, un esprit 
ouvert à tout ce qui était humain. Dès sa jeunesse, au sortir du 
Norrnal Collège de Bangor, il n'avait pas cru suffisant de suivre 
les leçons des maîtres d'Oxford. Pour élargir ses connaissanc s et 
leur donner une base plus solide, il était venu entendre les meil- 
leurs philologues du continent: à Paris, il suivit les cours delà 
Sorbonne et du Collège de France; puis il fit la tournée d'Alle- 
magne, s'arrêtant successivement à Heidelberg, à Leipzig, à Gôt- 
tingen. Il fut un exemple éclatant de ce qu'on gagne à s'initier 
aux méthodes des pays voisins. Nul ne tut plus gallois que lui ; 
mais c'est sans doute au contact des milieux étrangers qu'il prit le 
mieux conscience des propres vertus de sa race, qu'il acquit la 
qualité la plus précieuse du savant et de l'historien, le sens des 
valeurs et des proportions. Tant il est vrai que la science doit 
savoir se déga^^er des traditions locales et dominer les intérêts 
nationaux pour conteinpier les faits de plus haut et les juger avec 
équité. Sir John Rhys a gardé de son éducation une ampleur de 
vues dont son œuvre entière bénéficia. 

Cette oeuvre est fort variée et comprend un nombre considérable 

I. Avec la collaboration de M. D. Brvnmor Jones, député au Parlement. 



420 Chronique. 

de publications'. Comme elles ont toutes fait l'objet de comptes 
rendus dans cette revue, il suffira de les rappeler ici en les classant 
sommairement par matières. La philologie galloise proprement 
dite tient naturellement dans la liste une place prépondérante. Le 
premier ouvrage de Rhys, Lectures of Welsh Philology, publié en 
1877 et qui eut une rééJition moins de deux ans après (cf. Rev. 
CelL, IIL 280, IV, 116) abordait et résolvait pour la première fois 
les plus ardus problèmes de l'histoire du gallois. L'auteur l'empor- 
tait du premier coup sur ses devanciers, les scholars gallois des 
siècles passés, par la simple application des règles de la méthode ; 
un bon nombre de ses conclusions sont aujourd'hui acquises à la 
science. Tout au plus y remarquait-on en quelques passages les 
effets fâcheux d'une imagination trop hardie et trop prompte. Ce 
défaut est souvent la rançon de la virtuosité, soutenue d'une éru- 
dition abondante et facile. Il apparaît plus net encore dans cer- 
taines publications ultérieures, et notamment dans les études de 
mythologie et de folklore, auxquelles Rhys portait un intérêt par- 
ticulier. En 1886, il réunit ses Hibbert Lectures en un volume, 
Ceîllc Heatheiidotn, nourri de faits et d'idées, mais où il sacrifie un 
peu trop aux théories solaires alors en faveur (v. Rev. Celt.. VIII 
392 et X 484). Au folklore proprement dit il consacra plusieurs 
articles isolés (v. R. Celt., XIII 413, XIV 216, XXII 146) et en 
1901, un volume d'ensemble {Cellic Folklore, Wehh and Maux; 
v.R. Celt., XXII, 134). 

La littérature galloise, qu'il avait étudiée à fond, lui doit quelques 
travaux de grand mérite, à commencer par des éditions de textes 
qu'il encouragea et aida de son autorité : VEluciJariuiii publié en 
1895 avec la collaboration de M. J. Morris Jones (v. R. Celt., XVI, 
106 et 247) et surtout, avec la collaboration de M. J. Gwenog- 
vryn Evans, le Liber Landavensis (v. R. Celt., XIV, 205) et les 
deux volumes du Red Book of Hergest (v. R. Celt., VIII 192, IX 
290, XI 504, XII 294). Il connaissait particulièrement bien tout 

I . Rhys a donné à la Reime Celtique les articles originaux suivants : The 
Luxetnburg folio, t. I, p. 346 et 503, t. II, p. 119 ; Elymological Scraps, t. 
II, p. IIS <-'t 1^8, t- Iil> P- 86 ; Ti}e loss of Indo-European p in the Celtic 
Languages, t. II, p. 321 et t. III, p. 88; Notes on the language of Old Welsh 
poetry, t. VI, p. 14 ; a Note on sonie of the words for fiax, t. VII, p. 241 ; the 
Luxi-mburg jragment, t. XIII, p. 248; et en outre deux comptes rendus 
détaillés, ceux de Kochwitz, Ueberliejenaig und Sprache der Chanson du 
Voyage de Clmilemagne à Jérusalem et à Comlantinople, t. III, p. 287, et de 
R. A. Macalister, 5/w(/w in Irish Epigraphy, t. XIX, p. 337. 



Chronique. 421 

ce qui se rapportait à la légende d'Arthur, le héros national ; et en 
1891 il publiait ses Sltidies on the arlhurian legend (v. R. Cell., 
XII 289), œuvre d'érudition précise et d'élégante vulgarisation. 11 
devait quelques années plus tard contribuer encore à faire con- 
naître le moyen Age gallois par son étude sur le Tivvch Tiicyth (v, 
R. CelL, XVll, 100), publiée dans le Cyvitnrodor (189s). C'est au 
Cymmrodor également qu'il donna en 1905 un intéressant travail, 
à la fois de métrique et de littérature, sur l'origine et le dévelop- 
pement de VEiiglyii (v. R. CelL, XXVI, 177). 

La préhistoire, surtout celle du pays de Galles, mais aussi de la 
Grande-Bretagne en général, avait dès le début attiré son attention. 
En 1882, il publia Earh Brilaiv, Cellic Briluin, livre qui fut réé- 
dité en 1885 et en 1904 (v. R. CelL, VII 37e et XXVI 1S9). Il y 
résumait avec beaucoup de talent l'état de la science sur cette 
question difficile, sur laquelle il exprimait lui-même à mainte 
reprise des idées originales et fécondes. Une des dernières études 
qu'il donna au Cvmmrodor, intitulée AU Around the IVreciu est 
encore sous une forme aimable et piquante une revue des ques- 
tions que soulève l'histoire de Galles aux premiers siècles de notre 
ère (v. R. CelL, XXXI 112). Il s'intéressa particulièrement à fixer 
la part des diverses races dans la formation de l'anglais moderne, 
de là son étude, Enrly Ethnology of the British Isles, dans la Scoltish 
Review de 1890-1891 (v. R. CelL, XIII 291), de là les études qu'il 
consacra à plusieurs reprises au problème des Pietés (^Inscriptions 
and Langîiage of the Northern Picts, 1892; v. R. CelL, XIV 214 et 
XX 390) et à la question des Irlandais en Galles (premières con- 
quêtes irlandaises en Galles, Joiirn. of the Society oj Antiquaries of 
Jreland, 1892, v. R. CelL, XIII 288 ; et les Goidels en Galles, 
Arch.Camhr., 1895, p. 18-39; v. R. CelL,W\\ 102). 

Sa passion pour l'archéologie le conduisit naturellement aux 
études épigraphiques. Rhvs fut un épigraphiste fort distingué, 
dont les mérites pâlissent un peu à côté de ceux du littérateur et 
du folk-loriste. Mais c'est dommage. On ne doit pas oublier qu'en 
ce qui concerne les inscriptions oghamiques notamment, il fut un 
initiateur et qu'il resta longtemps un spécialiste unique. Ses théo- 
ries sur l'origine des oghams de Grande Bretagne, un peu aven- 
tureuses et généralement condamnées, lui firent tort dans l'esprit 
du monde savant; mais il conservera le mérite d'avoir été dans ce 
champ ingrat un chercheur infatigable, auquel on doit plus d'une 
découverte (v. R. CelL, XIII 290, XIV 89, XV 144, XVI 364, 
XVII 105, 311, 35e, XIX 97, 355, XX III, 588, XXI 128, XXII 
255, 360, XXIII 219, XXV 102, 366, XXVni 360). En ces dernières 



422 Chronique. 

années il s'était pris de passion pour les inscriptions gauloises. Il 
en avait entrepris une étude minutieuse et complète, revoyant 
lui-môme sur place toutes les inscriptions, rectifiant à l'occasion 
les lectures anciennes et proposant des interprétations personnelles. 
Ce long travail a été condensé en cinq brochures qu'il a données 
successivement aux Proceedings of the Rritisb Academy, de 1906 à 
19 14 '. La doctrine y apparaît moins sûre et moins ferme, noyée 
dans une érudition un peu confuse et gâtée par une recherche 
excessive de l'originalité et de la fantaisie. Mais il y a, il y aura 
toujours beaucoup à prendre dans cette vaste étude, la plus 
copieuse dont les inscriptions gauloises aient été l'objet. Déjà dans 
les Proceedings of the British Academy, Rhys avait étudié la préhis- 
toire des Celtes en général (Cellae and Galli, 1905 ; v. R. CelL, 
XXVn 107) ; et auparavant encore, toujours dans les mêmes Proceed- 
ings il avait abordé l'histoire ancienne de l'Irlande {Siudies in 
Early Irish History ; v. R. Celt., XXVI, 184). 

C'est là, croyons- nous, avec un travail purement linguistique 
sur le dialecte de l'île de Man (Outlines of the Phonology of the Manx 
dialect, 1894; v. R. Celt., XVI 113, 240), la seule contribution 
qu'il ait fournie à l'étude de la province gaélique du monde cel- 
tique. Nous touchons ici au côté faible de l'œuvre de Rhys. Il a 
trop négligé l'Irlande, ou n'y a touché qu'en passant. Il est pour- 
tant hors de doute qu'au triple point de vue linguistique, histo- 
rique et littéraire, l'Irlande offre des horizons autrement vastes, 
des aspects autrement variés et pittoresques que les autres terres 
celtiques, si intéressantes qu'elles soient. C'est par l'Irlande que la 
plupart des autres celtistes ont conquis leur réputation. Il n'en 
reste pas moins que l'œuvre de Rhys mérite la plus sincère admi- 
ration, que sa perte sera vivement ressentie dans tous les pays où 
les études celtiques sont en honneur et que c'est en somme un des 
meilleurs celtistes qui disparaît, le plus grand même que l'Angle- 
terre eût jamais produit, s'il n'y avait pas eu Whitley Stokes. 



I. The Celtic îiiscriblion^ of France and Italy, v. R. Celt., XXVIII 209; 
Note'! on the Coli^ny Catendar, v. R. Celt., XXXII 205; The Celtic Inscrip- 
tions of Gaiil (Adiliti ins and Corrections), v. A'. Celt., XXXIII 366 ; Tlie 
Celtic [nscripi ions of Cisalpine Gdiil, V. R. Celt., XXXV 370; Gleanings 
in the Italian fidd of Celtic Epigraphy. 



Chronique. 423 



On pourra s'étonner qu'à cette liste de morts nous ajoutions 
M. Kuno Meyer. Le celtiste de l'Université de Berlin est toujours 
vivant, et même bien vivant, si l'on en juge par l'activité qu'il a 
déployée en ces derniers mois. Mais imaginons qu'il soit descendu 
dans la tombe vers la mi-juillet 1914, à une époque où personne, 
en France du moins ou en Angleterre, ne soupçonnait l'abomi- 
nable attentat qui se préparait contre la paix du monde. Chacun 
eût été unanime à déplorer la perte d'un philologue de grand 
mérite, dont l'urbanité rehaussait Térudition. Quelle différence 
aujourd'hui! La guerre a fait tomber le masque et découvert le 
visage. Les celtistes étrangers ont reconnu avec stupeur le vrai 
caractère de leur collègue de Berlin. Ce prétendu apôtre des études 
celtiques n'était qu'un commis voyageur en pangermanisme. 11 
paraissait humain et loyal, dévoué, uniquement, et de toutes 
ses forces, au service désintéressé de la science. En fait, sous 
le couvert de la science, il travaillait au triomphe de l'hégémo- 
nie germanique; à la faveur de 1 hospitalité anglaise, il prépa- 
rait les voies aux hordes casquées qui devaient conquérir Liverpool 
et Londres, en passant par Dublin. Il avait sa place marquée 
dans le plan de mobilisation de l'Etat-Major prussien, il était 
enrôlé d'avance ; il a rejoint son poste dès le premier jour 
auprès des Irlandais d'Amérique. Ainsi, il s'est rendu complice du 
crime le plus monstrueux qui ait été perpétré contre l'humanité. 
Il a accepté les odieuses maximes des Clausewitz et des Treit- 
schke, et jusqu'à l'hypocrisie de la « guerre défensive » déclarée 
par l'Allemagne au monde, de cette « guerre de vie et de mort » 
comme on l'a appelée outre Rhin, entendez de vie pour l'Alle- 
magne et de mort pour les autres. « La civilisation humaine sera 
allemande ou elle ne sera plus », tel était apparemment le mot 
d'ordre des barbares qui ont répandu à plaisir sur les régions les 
mieux policées de l'univers la dévastation et l'incendie, le pillage 
et l'assassinat. Herr Professor Kuno Meyer a trouvé cela juste et 
beau. On dira qu'il a suivi le mouvement imprimé à toute la 
nation, qu'il a marché d'accord avec ses collègues des universités 
allemandes. Cela n'excuse pas son attitude à nos yeux et ne doit 
rien changer à celle que nous prendrons à son égard. L'homme 
que nous regardions comme un confrère s'est dévoilé un ennemi. 
Il le restera. Nous ne voulons plus le connaître, ni avoir aucun 
rapport avec lui. Pour ceux d'entre nous qui se faisaient jadis un 



424 Chronique. 

honneur et un plaisir de le recevoir à leur table et dans leur 
loyer, il est désormais mort et bien mort. 

M.iis nous continuerons à traiter sa production scientifique avec 
l'attention qu'elle mérite. Nous ne croyons pas qu'il y ait une 
science allemande, pas plus qu'il n'y a une vertu ou une morale 
allemande. Les efforts communs de toutes les intelligences ne 
doivent servir qu'à la réalisation d'un idéal humain de beauté, 
de vérité, de justice. Mais l'accès du laboratoire reste ouvert à 
tous. Nous examinerons toujours avec la même impartialité, 
quelle qu'en soit la provenance, toute oeuvre qui contribuera aux 
progrès de la science, de la science tout court, de celle dont les 
victoires sont toutes pacifiques et qui ne connaît pas de frontières. 



COMPTES RENDUS 



Rev. John C. Mac Erlran, S. J., Duanaire Dhàihhidh Ui Bhrua- 
dair (The poems of David O' Bruadair). Part II containing 
poems from the year 1667 till 1682, edited with introduction, 
translation and notes, London, 1913 (Irish texts Society vol. 
XIII). 

Cette seconde partie des poèm :s de O'Bruadair fait suite au 
volume publié en 19 10 et dont il a été question dans la Revue 
Celtique, XXXII, p. 345-347. Elle comprend, comme la première 
partie, des élégies, des épithalames, des panégyriques, des satires 
et des parodies. L'éditeur s'est non seulement préoccupé d'établir 
un texte critique et de donner en note les principales variantes, 
mais il a multiplié les notes biographiques et géographiques qui 
permettent d'identifier les nombreux noms d'hommes et de lieux 
contenus dans les poèmes. Dans une longue introduction (p. xiii- 
xxxix), il étudie le prétendu complot papiste de 1678 (dont 
aucune histoire complète n'a été écrite) en donnant des extraits de 
la correspondance du marquis d'Ormonde avec Sir Robert South- 
well, puis du récit de David Fitz Gerald, enfin des principales 
informations et dépositions relatives à ce procès. Deux poèmes de 
O' Bruadair concernent les événements de cette époque : l'un 
(p. 218) est un quatrain écrit en 1680 à l'occasion de l'arrestation 
d'un des patrons du poète, Sir John Fitz Gerald de Claonghlais; 
l'autre (p. 264) est un long poème en l'honneur de John Keating 
lord chief Justice d'Irlande devant qui avaient comparu, en 1682, 
plusieurs gentilshommes catholiques accusés de complicité dans 
le complot. A la manière de Pindare, O' Bruadair associe à John 
Keating son glorieux parent, l'historien, théologien et poète 
Geotfrey Keating (15 59-1644). 

G. D. 



42 é Comptes rendus. 

Maura Power, An îrish aslronomkal Iracl, based in part on a meâiae- 
val latin version of a zuork bv Messabalab, edited with préface, 
translation and glossary, London, 1914 (Irish texts societv, vol. 
XIV). 

Les traités d'astronomie et de cosmographie en irlandais ont été 
signalés par H. d'Arbois de Jubainville, Essai d' un catalooiie de la 
littérature épique de l'Irlande, p. cxlii. Celui que publie Miss 
Power a été l'objet d'une communication du Rev. Maxwel Close à 
l'Académie royale d'Irlande en juin 1901 (Proceedings, VI, p. 457- 
464) et une traduction anglaise du texte irlandais est conservée à 
la bibliothèque de l'Académie royale d'Irlande. Un article sur le 
même sujet a été publié par J.-E. Gore àâns Knowledge, février 
1909, et quelques chapitres du texte ont été publiés avec la même 
traduction anglaise dans Celtia, XI, p. 54-56, 90-92, 101-103. 

La source principale du traité irlandais a été découverte par 
Maxwell Close. C'est la traduction latine d'un traité en arabe com- 
posé vers 800 après J.-C. par un astronome juif d'Alexandrie 
Messahalah. Elle a été imprimée à Nuremberg en 1504 par J. Sta- 
bius sous le titre de De scieniia motus orhis, et réimprimée en 1549 
sous le titre de De elemeniis et orbihus celestibus. Ce n'est ni le texte 
de 1504 ni celui de 1549 qu'a utilisé le traducteur irlandais. 

Comme les autres textes irlandais empruntés au latin, celui-ci 
est une adaptation plutôt qu'une transcription littérale. Outre les 
passages adaptés du livre latin que nous venons de citer et qui 
forment les deux tiers de l'ouvrage, quelques parties de l'intro- 
duction et une douzaine de chapitres proviennent d'un texte diffé- 
rent de celui de Stabius. 

Trois manuscrits ont servi à l'établissement du texte : 1° Stowe 
B. II, I (R. I. A.); 2" Z. 2. 2. [ (ou V. 3. I. 58) de la biblio- 
thèque Marsh, Dublin; 3° 23. F. ij (R. I. A.). La langue est 
l'irlandais moderne ; on n'y rencontre point les pronoms infixes 
caractéristiques de l'irlandais moyen ; elle ne peut remonter plus 
haut que la fin du xiv= siècle et représente sans doute l'irlandais 
parlé de cette époque. C'est surtout à ce point de vue que l'édition 
critique de Miss Power intéressera les linguistes, mais elle ren- 
seigne aussi sur l'enseignement de la cosmographie dans l'Irlande 
du xv« siècle. Un glossaire des mots rares et de nombreux dessins 
aident à comprendre les expressions et les idées de ce curieux 
ouvrage. 

G. D. 



Comptes rendu!:. 42J 

Rev. P. Power, Life of St. Declun of A rdnwre (cdhed from ms. in 
Bibliothèque royale, Bru^-sels) and Life of St. Mochuda of Lis- 
more (edited from ms. in Library of royal Irish Acadcmy) with 
introduction, translation and notes, London, 1914 (Irish texts 

' Society, XVI). 

L' s deux vies de saints irlandais publ ées par M. P. Powell 
sont de valeur ditlérente. Le yrand intérêt que présente la vie de 
saint Declan est que ce saint est souvent donné ainsi que Ailbé,lbar 
et Ciaran comme ayant précédé saint Patrice en Irlande. L'œuvre 
de saint Patrice semble avoir été limitée au nord et à l'ouest de l'Ir- 
lande ; on en a conclu que le sud de l'Irlande avait dû être évan- 
gélisé par 'd'autres saints. En ce qui concerne Declan d'Ardmore, 
les arguments en laveur de sa mission prépatricienne sont, outre 
le fait que Patrice semble éviter le pays de Decies et que le culte 
de Declan est particulièrement répandu et persistant dans ce pays, 
les affirmations positives non seulement de la Vie de notre saint, 
mais encore celles des Vies d'Ailbé et de Ciaran. 

La Vie de Declan (ch. 10) nous apprend qu'au temps du pape 
Hilaire, il y avait à Rome un évêque irlandais nommé Ailbé. Ce 
fut lui qui reçut Declan lors de son voyage en Italie. Comme 
Declan, qui avait été consacré évêque par le pape Hilaire, traver- 
sait l'Italie pour retourner en Irlande, il rencontra Patrice, qui 
n'était pas encore évêque (il devait être consacré par le pape 
Célestin) ; les deux saints s'engagèrent à une mutuelle fraternité et 
se donnèrent le baiser de paix. 

Contre ces arguments on a fait valoir d'abord les contradictions 
que présentent les Vies; ainsi la Vie de saint Declan donne 
comme contemporains de saint D^iclan, saint Patrice mort en 461 
et saint David mort au vi»^ siècle, et les deux généalogies de saint 
Declan sont mutuellement inconciliables. On a remarqué aussi 
qu'il n'est jamais fait allusion à Declan dans les Vies de saint 
Patrice et qu'il est possible que la mission de saint Declan anté- 
rieurement à saint Patrice ait été inventée pour repousser des pré- 
tentions de juridiction, de tribut ou d'inspection mises en avant par 
le siège d'Armagh, quelques siècles après. 

Ces questions qui se posent sous une forme ou sous l'autre 
pour la plupart des Vies de saints irlandais sont insolubles ; car 
l'histoire et la légende sont mélangées dans des proportions que 
nous ne pouvons déterminer, faute de documents provenant 
d'autres sources. 

La Vie de saint Mochuda, qui vivait au vu" siècle, et est sou- 



428 Comptes rendus. 

vent mis en rapport avec Colman mac Luachain, a une valeur his- 
torique moins sujette à discussion que celle de saint Declan; la 
géographie en est exacte ; nous y trouvons des détails intéressants 
sur l'organisation de l'église celtique. Mochuda est à la fois abbé 
de Rahen et curé de nombreuses paroisses dans le Kerry et le pays 
de Cork. 

Le texte irlandais des deux Vies est avec le texte latin en rapport 
plus ou moins étroit. M. Power penche à croire que le texte irlan- 
dais est le plus ancien, qu'il date du renouveau religieux qui se 
produisit après les guerres avec les Danois, au xi« siècle, et qu'il 
fut mis en latin un îiècle et demi plus tard, lors de l'introduction 
des grands ordres religieux, pour être lu au réfectoire ou au choeur. 
Le manuscrit irlandais qui a servi à établir le texte "de la Vie de 
saint Declan appartient à la bibliothèque royale de Bruxelles et fut 
copié en 1629 par Michel O'Clery sur un manuscrit plus ancien 
daté de 1582. Pour la Vie de saint Mochuda, M. Powell a utilisé 
un manuscrit de la Royal Irish Academy, M. 23. 50, transcrit vers 
1740 par John Murphy, maître d'école et poète de Cork ; ce texte 
est plus important du point de vue historique que les deux autres 
contenus dans un manuscrit de Bruxelles. 

L'édition de M. Power, abondamment pourvue de notes histo- 
riques et géographiques et munie d'un index utile aux folkloristes, 
n'est point spécialement à l'usage des philologues qui n'y trouve- 
ront ni variantes, ni notes grammaticales, ni glossaire. L'introduc- 
tion traite avec autorité et compétence de la composition des Vies 
de saints irlandais, des collections en latin ou en gaélique qui en 
ont été faites, de leur caractéristique et des renseignements qu'elles 
nous fournissent sur les usages de l'église celtique. On aimerait à 
y trouver une bibliographie des questions traitées et des renvois 
aux livres et aux articles du savant qui s'est depuis longtemps 
spécialisé en cette matière, le P. Gougaud. 

G. D. 



TABLE DES MATIERES 

CONTliNUES DANS LE TOME XXXV 



ARTICLES DE FOND 

Pages 
Notes sur le parler breton de Cléguérec (Morbihan), par E. Thi- 
bault I, 169,451 

The breaking of ë in Scotch Gaelic, par John Fraser 29 

Some Points ofsimilarity in the phonology of Welsh and Breton, 

par T. Parry-Williams 40, 517 

Étymologies, par J. Vendryes 85 

Notes sur les textes d'Ivonet Omnes, par Em. Ernault 129 

Questions de grammaire et de linguistique brittonique (suite), par 

J. LoTH 145, 450 

Sur les présents irlandais du type g-uidim . par A. Meillet 165 

The monastery bishoprics of Cornwall, par le Rev. Th. Taylor. 195 

L'aventure de Maelsuthain, par J. Vendryes 205 

Un rapprochement celto-ombrien, par J. Vendryes 212 

Cornoviana (suite), par ]. Loth 215 

La Vie la plus ancienne de saint Samson de Dol, par J. Loth .... 269 
Evolution of the diocesan bishcpric from the monastcrv bishoprics 

of Cornwall, par le Rev. Th. Taylor 301 

L'épisode du chien ressuscité dans l'hagiographie irlandaise, par J. 

Vendryes 357 

Accent and Svarabhakii in a dialect of Scotch Gaelic, par J . Fra- 
ser 40 1 

A propos de la coiffure des Gaulois et des Germains, par Ad. Rhi- 

nach 410 

Répertoire des fac-similés des manuscrits irlandais (suite), par L. 

GouGAUD 415 

Notes étymologiques et lexicographiques (suite), par J. Loth. . . . 441 
L, R, M, N en initiale et en construction syntactique dans le breton 

de l'île Molèncs (Finistère), par J. Loth 468 

Sur quelques textes franco-bretons (suite), par Em. Ernault. ... 471 

Le Mirouer de la Mort (suite), par Em. Ernault 506 



45<3 Tahh (iei malicres. 



NECROLOGIE 

J . Dé:helette 5 28 

P. W. Joyce (J. Vendrj^es) 267 



BIBLIOGRAPHIE 

Bellevue (Marquis de), Le Camp de CoetquiJan (J. Loih) 107 

— Paimpont, 2^ éd. (J. Loth) 109 

Best (R. L), Bibliography of Irish Philology anJ Literature (J. 

Vend-yes) 225 

DoTTiN (G.). Manuel d'irlandais nioxen (J. Vendryes) 92 

DuHAMFL (M.), Musiques breto: nés (J. Vendryes) 368 

Ebe\ Fardd, Awdl Diiiistr Jerusakm (J. Vendrves) 233 

Essays and Studies presented to WiUiam Ridgeway (J. Loth) 375 

Fynes-Clin'TON (O. h.) The Welsh Vocabulary of the Bangor 

district (J. V.ndryes) . . 231 

Grôhler [Vi.), Ueber Ur-^prung und Be :eiitung der frauzôsibchen 

Ortsnamen (J. Vendryes) 100 

GwYNN' (Ed.), The Metrical Dindshcnchas, 111 (J V.ndrves). ... 98 
Jones (J. Morris), a Comparative Welsh Grammar, I (J. Ven- 
dryes) 217 

Joyce (P. W.), Irish Names of Places, III (J. Vendryes) 224 

Loth (J.), Les Mabinogion, 2^ éditio.i (J. Vendryes) 105 

Mackay (J. C), Gille a' bhuidseir (J. Vendryes) 367 

Marstrander, Dictioiiaryof the Irish language, I (J. Vendryes).. 36 
Meyek (Kuno), Ueber die atteste iri-che Dichtung, I et II (J. Ven- 
dryes) ■ . . 96, 366 

Pedersen (Holger), Vergkichende Grammatik der keltischen 

Sprachen, II, 2 (J. Vindryes) 361 

Rhys (Sir John), The Celtic inscripti >ns of Cisalpine Gaul (J. 

Loth) 370 

Sagot (F.), La Bretagne romaine (J. I oih) 109 

ScHŒPPF.RLE (G.), Tristan and Iscldc (J . L'-th) 379 

Schumacher (Karl), Verzcichniss der Abgùsse und wichtigeren Pho- 

togra-hien mit G^rmanendarstcUungen (Ad. Reinachi 255 

Steinberger (H.), Untersuchungen zur Entstehung der Saue von 
Hirlanda vcn Bretagne sowie zu den an ihr am nachsten ver- 

wandten Sagen (J. Vendryes) 104 

Thurneysen (R.), Die Kelten in ihrer Sprache und Literatur 

(J. Vendryes). 227 



Table des tnatièrei. 4î^ 



CHRONIQ.UH 



Abbott (Rcv. 'l'ii.; ; sa mort • 238 

Anwyl (Bodvan); sa rcédition du SpurrclPs Wdsh English Dic- 

tionary 248 

Anwyl (sir Edward); sa nomination à Caerlleon sur Wysg 238 

Arbois de JuBAiNViLLE (notices sur H. d') 115 

Bloch (J.), Formation de la langue marathe 39^ 

Brugman'n (K.) : suite de son Gnindriss 118 

Cambriaii Gleanings 39° 

DivERRÈs (P.) ; ses travaux 240 

DussAUD (R.), Les civilisations préhistoriques de la mer Egée 394 

Ephemens Epigraphica, t. IX 240 

Ernout (A.), Traité de morphologie latine 388 

FoucHER (A.), Le couple tutélaire dans la Grèce et dans l'Inde. . . 121 

GwYXN Jones (T.); sa romination à Aberystwyth 117 

Haltek (E.), Die Indogcrmanen 5^9 

Hekrieu(L.) et Duhamel (M.), Chansons populaires du pays de 

Vannes, 2'^ série 121 

Holder (A.), Altceltischer Sprachschatz, fasc. 21 587 

Indogermanisches Jahrbuch, 1 245 

Livres nouveaux 122 

Lyon (Étvmologie du nom de la ville de) 3^4 

Mansion (J ), Celtes et Germains 587 

Marstrander (C.) ; son article des Mélanges Torp 119 

Muret (Ernest); son édition du Roman de Tristan par Béroul. . . 391 

Notennou diwar benn ar Gelted Koz (suite) 242 

Ouvrages reçus 250 

Parry-Willlams (T.) ; son doctorat en philosophie 118 

Pedersen (H.) ; sa promotion à l'ordinariat 116 

PoKORNY (J.), Concise Old Irish Grammar 247 

Ri ODER (A. de), Notice sommaire des bronzes du Louvre 120 

School of Irish Learning 250 

Vallée (F.), La langue bretonne en 40 leçons, 3<: éd 241 

Vettermann (Miss Ella) ; ses travaux 240 

Walsh (P.), The Flight of the Earls 245 

Welsh National Library (contributions populaires à la) 391 

— (rapport sur les progrès de la) 244 

Welsh Outlook (The) 39° 

PÉRIODIQUES 

Analecta Bollandiana 263 

Annales de Bretagne 1 26 

Beitràge zur Anthropologie und Urgeschichte Bayerns 264 



452 Table des matières. 

Berichte der rômisch-germanischen Kommission 265 

Bibliothèque Pro Alesia 265 

Boletin de la Real Acadumia de la Historia 266 

Bulletin du Musée historique de Mulhouse 265 

Celtic Revievv(The) 125, 260, 596 

Comptes rendus des Séances de l'Académie des Inscriptions et 

Belles-Lettres 127 

Ecclesiastical Review (The) 255 

Ériu 258 

Folklore •. 262 

Gadelica 26 1 

Indogermanische Forschungen 127 

Journal of the Society of Antiquaries of Ireland 266 

Journal of the Welsh Bibliographical Society 399 

Mémoires de la Société de Linguistique 128, 397 

Mittheilungendcr pràhistorischen Kommission der kais. Akademie 

der Wissenschaften zu Wien 263 

Revue de Bretagne 126 

Revue de phonétique 395 

Revue des bibliothèques 598 

Revue des traditions populaires 262 

Revue du Bas- Poitou 264 

Revue historique vaudoise 264 

Revue m irbihaimaise 398 

Rocznik Slawistyczny 256 

Romania 262 

Sitzungsberichte der kôniglichen preussischen Akademie der Wis- 

senschaften 254, 399 

Studies 400 

Zeitschritt fur romanische Philologie 123 

Zeitschrift fur vergieichende Sprachforschung 252 

CORRESPONDANCE 

Le théâtre populaire de Sainte-Anne d'Auray, par J . Le Bayok. . . 514 



Le Proprictciire-Ge'ratit, EDOUARD CHAMPION. 



MAÇON, PROTAT FHERES, IMPKIMELRS. 



TABLE DES MATIEF<ES 

CONTENUKS DANS LE TOME XXXVl 



ARTICLES DE FOND 

Pages 
The foreign notes in the thrce Fragments of Irish Annals, par A. G. 

van Hamel i 

Le système verbal dans In Qilb Cathuda, par Alf Sommerff.lt. . . 25, 295 

Les Dnsii gaulois ; le comique Dm, Di^, par J. Loth 63 

Notes et remarques concernant le « Petit Larousse Breton », par René 

Le Roux 65 

Notes étvmologiques et lexicographiques (suite), parj. Loth 102 

Remarques et additions à la Grammaire galloise historique et com- 
parée de John Morris Jones, par J. Loth 108, 591 , 

Le Mirouer de la Mort (suite), par E. Ernault 186 

Thor en Irlande, par C. Marstrander 241 

Imsuidet iiad r-airget, par H . Pedersen 254 

A Poem on Crimthann, par A. G. van Hamel 262 

Poems from Brussels, par le même 274 

The Middle-Irish b-Future in -èba, par C. Marstrander 291 

Notes étvmologiques et lexicographiques, par J. Loth 295 

Remarques sur les Zur keltischen Wortkunde, I-VI, de Kuno Meyer, 

par C. Marstr.\nder 335 

Une glose brittonique du x^ siècle, par J . Loth 411 

NÉCROLOGIE 

Anwyl (Sir Edward) 1 1 4 

Mackinnon (D.) 416 

Rhvs (Sir John) • 418 

BIBLIOGRAPHIE 

Mac Erlean (Rev. Jolin C). Duanaire Dhiibhidh Ui Bhruadair, 

Part II (G. Dottin) 425 

Power (Miss M.). An Irish Astronomical tract (G. Dottin) 426 

Power (Rev. P.). Lives of S. S. Declan of Ardmorc and Mochuda 

of Lismore (G. Dottin) 427 

Revue Celtique, XXXVII. —Table. i. 



Table des matières 



CHRONIQUE 



Citations et décorations 413 

M . Kuno Meyer 423 

PÉRIODIQUES 

Analecta Bollandiana 237 

Annales de Bretagne . . . , 229 

Anthropologie (L') 238 

Archaeologia Cambrensis 230 

' Celtic Review (The) 228 

Ériu 222 

Indogermanische Forschungen 232 

Revue archéologique 239 

Romania 233 

Scottish Geographical Magazine (The) 237 

Zeitschrift fur vergleichende Sprachforschung 230 



TABLE 

DES PRINCIPAUX MOTS ÉTUDIÉS 

AU TOME XXXVl 
DE LA REVUE CELTIQUE ' 



I . Gaulois où vieux celtique et ogamique. 



Acbaros, 385. 
Aebios, 585. 
Aebro, 385. 
Agomaros, 341, 342. 
-agros, 364, 365. 
Albion, 123, 381 . 
ambi-, 107, 108, 147, 148. 
andc-, 118, 148. 
Ardbinna, Arduenna, 180. 
are-, 147, 148. 
ate-, 118, 148. 
AVITTORIGES, 231. 

Babrinius, 386. 
BATTIGNI, 349. 
Billiomagos, 379. 
Britannia, 122, 123. 
Bp'.T-ia, 123. 
Brittones, 122, 125. 
-brox, 123. 

CAIRATINI, 350, 351. 
Catanianus, 396. 
catu-, bataille, 366. 
Cebenna, Ceuenna, 180. 
com-, 123. 

Conginna, 381, 382. 
Cornovia, 154. 
coro-, 579. 
Corobilium, 370. 



Corobilla, 379. 

Corobus, 379. 

Cuneglase, « lanio fulve », 143. 

DOVALESCI, 358. 

-dunum, 174. 

Dusii, dénions incubes, 65, 64. 

Eniboudios, 385. 

'E~î6tov "Azcov, 364. 

ERCIAS, 231. 

essedum, char de guerre, 382. 



GATTIGNI, 549. 
GOSUCTTJAS , 
231. 



GOSOCTEAS , 



-idios, 364. 
-ilio-, 343. 
Inaepius, 385. 
Indamios, 585. 
isarno-, fer, 151, 230. 

Latobius, 356. 
LITOS, 358. 
Litovir, 558. 
litu-, 358 
LITUBI.RI, 358. 
Litubium, 358. 
Litugenos, 358. 



I. Cette table a été faite par M. Ernauit. 



IV 



Louocatus, 157. 
Lugenicus, 358. 
LUGUNI, 358, 359. 
Lugiiniacum, 359. 
LUGUVVE, 558. 

-magos, plaine, 393 . 
MAILAGURO, 345, 546. 
Mathona, 354. 
Mathoum, 354, 355. 
matt-, 355. 
matu-, 355. 
Matugenos, 355. 
Matuus, 355. 
more, mer, 147, 148. 
MUCOI, 358, 359. 

Nertomaros, 342. 
NETTASAGRL 160. 

Pretania, 122, 123. 

rumpotinum, sorte d'arbuste, 
353- 



Table des principaux mois cludiés 
rumpus, id. 353. 



352, 



Sabrina, 172. 

SAGRAMNI, 160. 

(s)asia, seigle, 170. 

Seboddu, 351. 

-sedon, séjour, demeure, parc, 343, 

382. 
SEGAMONAS, 373. 
Segomon-, 373. 
sonnocingos, marche du soleil ? 397. 

Tanaros, 178. 
Taranis, 178. 
-t-ino, 351, 352. 

Uurtigerno, 129. 

Valci, 129. 

VALUBI, VALUVI, 348, 349, 358. 

Vellabori, Velabri, 359. 

Velvor, 129. 

Vendumagli, Vennemagli, 129, 397. 

Vidimaglus, 397. 

VLATIAMI, 373. 



II. Irlandais. 

(Voir pp. 24-62, 139, 140, 181, 223, 231, 252, 242, 245, 246, 2>i, 
254-261, 264, 266-271, 275-292, 294-334, 538-342, 344, 349, 350, 
352, 367, 369, 371, 373, 377, 381, 383-385-) 



âbor, trou d'aviron, 340. 

accal, finesse, prudence, 377, 378. 

-ach, adj. 342. 

adarc, corne, 343. 

adba, adhbha, demeure, 162. 

adircleoc, vanneau, 343. 

adircliu, gl. cornix, 345. 

adsegat, ils demandent, 261. 

aed, feu, 142. 

Aedacân, 348. 

Aer, 366. 

âghmhar, heureux, 342. 

aicillidhe, habile, prudent, 378. 

aicillidheacht, prudence, 378. 

aicme, race, 162. 

Aidni, 363. 

Ailbe, 357. 

ainmne, patience, 403. 



air, pasquinade, satire, 367. 

Aird Echdae, 364. 

airdam, vestibule, 131. 

airecht, réunion, assemblée, 141, 

294. 
aithben, femme mauvaise, 357. 
aithchned, aichned, lourd chagrin. 

362. 
aithfer, méchant, poltron, 337. 
aithgne, connaissance, 152. 
aittenn, aiteann, genièvre, 350, 352. 
alla, salle, vestibule, 368, 369. 
Alpe, Grande-Bretagne, 380, 381. 
ait, espèce^ sorte, 336. 
ait, alte, filsadoptif, 335-337. 
Altae, 336. 
Altbae, 356. 
am, je suis, 163. 



iiu tome XXX\'I. 



-am, noms d'agent, ^75. 
-amail, adj., 342. 

ambracht, « Gewaltspruch » ? 561. 
ammi, ammin, âmminn, nous 

sommes, nous, 163. 
-an, diminutifs, 180. 
anfoil, mauvais désir, 225. 
angaire, ionghuire, action de garder 

le bétail, 155. 
Arai, 563 . 
ârani, nombre, 183. 
arcridethar « ans Herz drûckt » ? 

364. 
arcu, je demande, j'aspire à, 353, 

354. 
ardae, âirde, aoirde, hauteur, 348. 
ardoncondiath, nous a quittés, 376. 
arget, ils peuvent obtenir, 261. 
Artbae, 356. 
asben-, couper, 344. 
Asscaill Gall, 247. 
Ath Carpait, 380. 
Ath Cind, 380. 
Ath Cliath, 380. 
Ath Clochait, 380. 
Ath Droichit, 380. 
Ath Duma, 380. 
Ath Liac, 380. 
Athlunkard, 379, 380. 
athre, parents du côté paternel, 162. 
augaire, aoghaire, berger, 154, iji). 

-ba, -be, -bae, couper, 3)6-358. 

Baethin, 349. 

Baile Balldair, 250. 

Balldair, 249, 250. 

Bau'oer, 386. 

becân, petit, 180. 

bechdin, ruche, 331. 

beirit, truie, 344. 

bélmar, à la grande bouche, 342. 

benaid, il frappe, 356, 357. 

Benne Britt, 564. 

Bicliu, 343. 

Bicoir Pretene, 364. 

Bicsech, 360. 

bil, bord, 177. 

bile, arbre sacré, 579. 

Bile, 379. 

bô, vaches, 160. 

Bôand, 225,226. 

bond, honn, base, 148. 



breac, truite, 394. 

brecnat, « la petite bigarrée », 348. 
breithemda, judiciaire, 374. 
Bresail Bélach, 266. 
Brctain, Bretons; Saxons, 17, 18. 
breth, brith, jugement. 595. 
brethem, juge, 373. 
bri, colline, 180. 
brig, honneur, 180. 
brô, moulin à bras, 152. 
Brocsech, 360. 

bronnmar, gl. ventriosus, 342. 
bronnmhar, généreux, 342. 
bruithneach, fournée de pommes de 
terre rôties tirées du feu, 360,361. 
bruithnim, je bous, je fonds, 359. 
bruthen, chaleur, courage, 359,360. 
Buburc, 387. 
bun, base, 148. 
bunadh, origine, 395,403. 

Caill Tomair, forêt de Thor, 247, 

248. 
câirthen, sorbier, 350-352. 
Cairt(h)in, Côerthin, 350. 
ccar, qui aime, 347. 
ccarus, j'aimai, 1 56. 
-ath, combat, 366. 
-athâir, chaise, 366. 
Cathiiir, Cathaer, 364-366. 
caur, héros, 348. 
ceis, chaussée à travers un ruisseau 

ou marais, 159. 
cèle, compagnon, 184. 
celt, enveloppe (de poils, de duvet), 

346, 347- 
Celtar, 348. 
Celtchar, 347. 
Celtri, 548. 
cenn, tête, 159. 
cet, permission, 386. 
cialimhar, sensé, 342. 
ciamail, sombre, 342. 
cin, faute, 348. 
cingim, je marche, 184. 
cip, civette, 149. 
Circas, Circustùn, 252. 
cis, taxe, 149. 
Clann, 249. 
Clanna Tomair, 249. 
Clann Baldair, 249. 
cioor. j'entends. 166. 



VI 



Table des principaux mots étudiés 



cloth, renommée, 142. 

cluas, oreille, 166. 
cnaplong, navire dont la proue se 
termine en pointe arrondie, affec- 
tant la forme d'un bouton, 369, 
570. 

cnarr, sorte de navire, 370. 

cnaturharc, cnatarbarc, navire dont 
l'étrave se termine en manière de 
boule ou d'anneau à son extré- 
mité, 569, 370. 

Cnodba, 357. 

cobrith, secours, 174. 

cocrich, cacrich, pays limitrophe, 
376. 377- 

cocubus, cogûs, conscience, 384. 

coibnes, parenté, 172. 

côica, cinquante, 409. 

côimhneas, voisinage, 172. 

coirce, avoine, 176. 

coU, coudrier, 350. 

ColUanàn, 350. 

cornait, élevage, 336. 

comalte, frère adoptif, 336. 

comnessam, voisin, 172. 

comrâd, conversation, 258. 

Con-, 360. 

Conchend, Congend, 381, 382. 

condud, connad, bois de chauffage, 
184. 

Conn, 360. 

consâdu, gl. compono, 162. 

corgas, carême, 160. 

corr, pointe, 379. 

Corrbile, 379. 

Corrchloch, 379. 

Corrchnoc, 379. 

Corrfhôt, 379. 

Corrshliab, 379. 

ccrapaim, j'enchaîne, je lie étroite- 
ment, 169. 

cré, argile, 123. 

crib, rapide, 169. 

crich, limite, 177. 

crip, rapide, 169. 

crocenn, peau, 181. 

Cruithen, Cruthen, 362, 363. 

Cruithne, 363. 

Cruithni, 562, 363. 

cruth, forme, 120, 159. 

Cruthenchlâr, 363. 

Cruthentiiath, 363. 



cû, chien, 224. 

Cùchulinn, 224, 22^, 234. 

ciiil, cubhail, coin, lieu écarté, cache, 

384, 385- 
Cummine, 222. 
Cùrôi, 225, 224. 

dag, deg-, bon, 142. 

dail ? 227. 

Dâilem, 374. 

daingen,daingin, solide, ferme, 182. 

dâl, partie, 170. 

daltae, fils adoptif, 336, 337. 

damliac, maison de pierres, 131. 

damnae, damhna, matière, 172. 

dâu, dô, deux, 153. 

dech, le meilleur, 142. 

ded-, dépérir, 172. 

Dedaid, 573. 

den, dein, fort, solide, ferme, épais, 

bien bâti ou composé, 388-390. 
derbbràthir,dearbhrâthair, frère, 402. 
derbsiur, deirbhshiur, sœur, 402. 
derc, baie, fruit, 351. 
derg, rouge, 351. 
dergnat, puce, 348. 
Dergthenn, 351. 
Diarmait, 360. 
Dibchén, 339. 
Dibchine, 339. 
dibech, parcimonieux, mesquin ; 

un avare, 339. 
Dibech, 339. 
Dibechdn, 339. 
Dibechéne, Dibchéne, Dibgene, 

339, 382. 
didiu, diu, donc, 386. 
Dimma, Dima, 360, 361. 
din, couvert, toit de chaume, abri, 

protection, 351. 
dind, colline, cour, 171. 
dinge, denge, oppression, 182. 
dingim, j'oppresse, 182. 
Diugurnach, 567. 
dochum, chum, vers, à, 386. 
dofuairg, écrase, 36. 
Domungnath, 339. 
dondathir, au père, 105. 
draigen, prunellier, 148. 
drcoén, roitelet, 342. 
dreoilin, roitelet, 342. 
driside, gl. dumosa, 350. 



au hmie XXXVI. 



VU 



driss, gl. vêpres, 350. 

dristenach, gl. dumetuni, 550, 352. 

drong, troupe, 182. 

diib, noir ; profond, complet, 150, 

223, 5)i- 
Dubthan, Dubtan, 351. 
dubthroscud, jeune rigoureux, 223. 
Duibchenn, Duibgcnn, 382. 
duille, feuille, folio, 102, 146. 
duine, homme, 171. 
dÙD, forteresse, 174, 343. 
dùnad, camp, 382. 
dûnaim, je ferme, 174, 412. 

eadaragàla : fear —, querelleur, 
368. 

-éba, fut. , 291, 292. 

echdae, echde, de cheval, 364. 

ecrae, écrae, ennemi, 337, 338. 

-ed, impér., 372, 376. 

edocht, audacht, idacht, uadhacht, 
udhacht, ughacht, testament, 
155- 

Eichde, 364. 

ela, cygne, 140. 

-em, nous sommes, 163. 

-em, noms d'agent, 572-374. 

enech, ainech, einech, eineach, face, 
102, 146, 147. 

eochair, clef, 174. 

epit, eipit, sorte d'instrument, 343, 
344- 

Ercba, 357. 

Eriu, gén. £,renn, Irlande, 139. 

-es, fém. 360. 

esarn, vin d'un an, 361. 

esclae ? 367. 

ésgid, escith, éasgaidh, infatigable, 
rapide, 179. 

étach, vêtement, 181. 

Etarbae, 356, 3)7. 

etarbe, barrière séparant le bétail, 
356. 

étrdin, pénétrer dans, se mêler (d'u- 
ne querelle pour séparer les deux 
adversaires) ; séparer, faire la paix 
entre, 367, 368. 

etranaid, médiateur, 368. 

Etulbh, 16. 

facht, méchanceté, mal ? 370, 405. 
fael, loup, 348, 349. 



fâel, 171. 
Faelchar, 347. 
Faeignath, 339. 
l'Ail be, 349. 
fâir, orient, 164. 
l'âlbi, Fâilbi, 349. 

fôlte, faeilte, hiilte, faoilte, saluta- 
tion, 340. 

fi'ui, pente, 181. 

farr, colonne de lit, 164. 

-ff, 358. 

fedil, durable, 394. 

Fellubair, 359. 

Féni, 363. 

fer (deux) iiommes, 398, 399. 

Ferchar, 347. 

Fer Logo, 358. 

Fiacc, 360. 

Fiach-, 360. 

fiai, modeste, 394. 

fiche, vingt, 147. 

Fidbae, 349. 

find, blanc, 351. 

fi'ntan, gl. vinetum, 352. 

Finten, Findten, Fintan, Findtan, 
351- 

flaithemda, de maître, 374. 

Flaithim, 373. 

fiatheman, du maître, 373. 

fobthan, fothannân, chardon, 350. 

Fochmarc, 354. 

fôidiam, fôidem, en\'oyé, 373, 374. 

fore, sonmiet ; fort, solide, 412. 

forcenn, forchenn, la fin, 396. 

forru, sur eux, 396. 

forseng, très svelte, 396. 

forshuidhim, je préside, 396. 

forsuidigthe, gl. superimpositum, 
396. 

foss, rester, 165. 

fuarân. mare où les bestiaux se 
tiennent pour se refroidir, 343. 

Fuidbech, 338, 339. 

tuidell, restes, 394. 

fursundud, briller, 397. 

Gaethi'n, 349. 

gaillsech, étrangère, 360. 

gairri, jambes, 143. 

Gall, Norvégien, Danois, 247. 

gart, tête, 174. 

geilt, sauvage, 161. 



VIII 



Table des principaux mots étudiés 



gel, sangsue, 587. 

gelid, gl. consumit, 387. 

gelit, sangsue, 387. 

genit, esprit follet, 387. 

gér, pointu, 392 . 

gérait, champion ; petit garçon ; 

vigoureux, vif, guerrier, 392. 
gic goc, patois des Gall-Gôidil, 

383, 384. 
glegrach, bruyant, 344, 345 . 
glicar, glicer, vain bruit, 344. 
gliogaire, glugaire, fanfaron, 345. 
gliogarnach, cligner vivement des 

yeux, s'assoupir, 345. 
goba, forgeron, 178. 
goet, blessure, 170. 
goite, blessé, 170. 
gonim, je blesse, 160. 
gort, champ, jardin, 174. 
Gort in topair, Gortatobeir, 380. 
Gort in tshagairt, Gortataggart, 380. 
got, bégayant, 583. 
grân, grain, 139. 
grefel, brèche, 384. 
guasachtae, du danger, 231. 

hi-talam, en terre, 127. 
huartan, 343. 

iall, troupeau, 259. 
illait, sorte d'oiseau, 343. 
imbel, bord, 177. 
imhliu, nombril, 343. 
impide, demande, prière, 261. 
imsuide, impsuide, impuide, siège, 

255. 
imsùidet, ils demandent, 254-261. 
inailt, servante, esclave, ^36. 
in biucc, gl. paulum, 398. 
ind, la, 398. 
indala, l'un, 397. 
indhe, hier, 151. 
indile, bétail, 394. 
ind laigiu, moins, 398. 
inellgim, je lie, je compose, 370- 

572. 
-it, part. prés, f., 344. 

Idichcs, femme de héros, 560. 
lâir, jument, 103. 

lâir, anlâirbhân, la lune, 103, 104. 
Laithbe, 356. 



lamand, laimind, lamind, gant, 

371. 
laréne, gl. equula, 104. 
leathshûil, un œil, 147. 
léir, visible, 232. 
lemlacht, lemnacht, leamhnacht,, 

lait doux, 177. 
1er, mer, 331. 
Lerthan, 350. 
leth., leath, un (des deux), 102, 

147, 409. 
kthenech, (une) page, 102, 146, 

147- 
liacht, leçon, 149. 
Liffe, 358. 
lige, couche, 144. 
ligim, je lèche, 161. 
Lithgen, 358. 

lonn, rouleau de navire, 340. 
Lorcan ûa Tuathail, 237. 
loss, bout, queue, 166. 
luascaim, je berce, 166. 
lubgort, jardin, 174. 
Lugar, 358. 
Lugbae, 349. 
luige, serment, 181 . 
Luigne, 358, 359. 
Luignech, 358, 359, 
Luigni, 363 . 
lunnta, manche d'aviron, 340, 341. 

macc, fils, 159, 360. 

macc côim, maccoem, adolescent, 
401. 

machad, plaine où les animaux pâ- 
turent, 343, 382. 

mactire, machtire, loup, 159. 

Mael Augro, Mael Ugra, 345, 346. 

Mael Brigte, 346. 

Mael Celtair, 346. 

Mael Dub, 346. 

Mael Dùin. 346. 

Mael Isu, 346. 

Mael Muire, 348. 

Mael Odor, 346. 

Mag mBili, 379. 

maitheas, magie, 354. 

-mar, -mâr, grand ; adj., 341, 342. 

Mathgen, 355. 

mathmarc, « qui invoque Mathous » 

3S3, 554. 
Mathu, Matha, 355, 355. 



(in lonir XXXVI. 



IX 



mcit, grandeur, 405 . 

mcmbur, mcamar, parcelle, mem- 
bre, 164. 

menmarc, désir, 355. 

mî, mois, 164. 

mi-, mis-, mauvais, faux, vi'- 

milten, ruche, 551. 

mir, morceau de viande, 164. 

missimbert, mauvais tour, 341. 

mlàith, mou, 139. 

mnà, de la femme, 232. 

ma, bientôt, 397. 

Moethchelt, 347. 

mogad, du serviteur, 349. 

mogu, du serviteur, 348. 

môrbhéalach, à la grande bouche, 
342. 

môrshrônach, au grand nez, 342 . 

mosriccubsa, je viendrai bientôt, 

397- 
-muinither, il vient (de la rouille, 
autour), 175. 

-nat, dim., 343, 348. 
nathir, serpent, 156. 
nau, navire, 157. 
neartmhar, vigoureux, 342. 
nenaid, neannta, ortie, 350. 
nentanân, neanntanân, buisson 

d'orties, 350. 
ngeig, oie? 342. 
niae, neveu, 151. 
notlaig, noël, 1 36. 

ochtach, pin, 227. 

odb, protubérance, 168. 

Odba, 357. 

odbrann, cheville du pied, 168. 

og, œuf, 1)4, 155- 

oireachtas, assemblée, 294. 

oU, grand, 373. 

ollam, savant, 373. 

Ollarba, 357. 

om, cru, amer, 350. 

Omungnath ? 339. 

ônd uair, o'n uair, depuis que, 105, 

398. 
orc, porc, 1 59. 
ôre, uare, parce que, 105. 
orgon, conquérir, détruire, 255. 
orpam, héritier, 373 . 
orpe, héritage, 373. 



-oscrach, nageur, 343. 

othad, uathad, petit nombre, 151. 

Pretene, 363, 364. 

racaim, reacaim, je crie, je men- 
tionne, je compte, j'énumére, 
382. 

-r-airget, ils peuvent obtenir, 254- 
261. 

reccaire, récitateur, 382. 

reg-, rig-, lier, 258. 

réil, clair, 232. 

remor, reamhar, épais, 406. 

rétaire, lecteur, 382. 

ri, roi, 347, 382. 

rige, royaume, 382. 

ro-, préverbe de parf. 259, 260. 

robria, qu'il détruise, 152, 

rôstan, gl. rosetum, 352. 

Sabrann, 172. 

sail, saule, 351. 

Sailchedan, 351 . 

Sailten, 351. 

sam, été, 351. 

sama, saure, 352. 

Samthann, 351 . 

sàr-, très, 160. 

scâilim, sgaoilim, je répands, 167. 

scamân, sgamhân, poumon, 118, 

157-399- 
scé, aubépine, 168. 
scith, fatigué, 179. 
scoiltim, sgoiltim, je fonds, 167. 
scuchim, je m'éloigne, 167. 
Sebdann, 351. 
-sech, 360. 
secht, six, 387, 388. 
Segamain, 373. 
sep, haricot, 351. 
septais, soufflait, 385. 
sescon, lèche, 168. 
séta, long, 169. 
Setanta, 225 . 
sia, plus lon^, 405. 
sîd, paix, 162. 
Sinand, Sinon, Shannon, 126, 

226. 
siobhall, attache, 143. 
Sithbe, 357. 
slaidim, je frappe, 178. 



Table des principaux wols l'Iiidiés 



slemun, sleamhain, uni, lisse, 172. 

smér, mûre sauvage, 351. 

Smérthan, mûrier sauvage, 351. 

Smirgnath, 359. 

sodin, son, ceci, 386. 

speroc, épervier, 384. 

srôn, nez, 163. 

srônnar, au long nez, 342. 

sruth, fleuve, 137, 138, 

sûan, sommeil, 157. 

Subthan, 351. 

sûgim, je suce, 182. 

suid-, tenir, 261. 

Suidbech, 338, 339. 

suide, suithe, si'igha, sùitche, suie, 

176. 
suidiath, il s'est assis, 375, 376. 
suthain, éternel, 350. 

tailm, gén. telma, fronde, 164. 

taire, donner, oft'rir, 371. 

tais, mou, 144. 

talam, terre, 373. 

talmaide, soudain, 164. 

talmga, de production ? 227. 

tan, temps, 350. 

-tan, -ten, 349-352. 

tanae, tana, mince, 141. 

techim, je fuis, 161. 

tenge, langue, 161.. 

tess, chaleur, 167. 

Tetbae, 358. 

Teth, 358. 

Tethba, 357. 

-the, part., 407. 

-thiar, -ther, -thar, passif prés.. 372, 

374-376. 
Thorfind, 251. 
Ti'r Tomair, 248. 
tiug, épais, 157, 161. 



tô, silencieux, tranquille, 226, 227. 

Tolb, Tob, 250. 

tolcda, tolgdac, hautain, 408. 

Tomair, de Thor, 245-249, 251. 

Tomair togaigh, de Thor l'Elec- 
teur ? 2 5 1 . 

Tomralt, 251 . 

Tomrir, Tomrair, 250. 

torann, tonnerre, 178. 

Torbend, 250. 

tore, sanglier, 120, 158, 159. 

Torcaduil, 251. 

Torcall, 251. 

Torchair, Torgair, 251. 

Torgesli, 251. 

Torolb, Torulb, 250. 

Torstain, Torstan, 251. 

tort, tourte de pain, 165. 

traig, pied, 143. 

tré(n)miir, mur solide, 388. 

tress, treas. escarmouche, bataille, 
coup, 168. 

tresse, vigueur, 168. 

tri, trois, 151. . 

trocaire, miséricorde, 119. 

truiteoc, étourneau, 342. 

tuaichil, madré, 378. 

tûaithe, du peuple, 231. 

tuige, toit, 181. 

Tulach Tomair, 248. 

Turgéis, 250. 

Turmod, 250. 

Turmun, Tormun, 250. 

Uaithni, 365. 

uar, hôr, heure, 105. 

uirge, testicule, 356. 

lise, huile à graisser, 344. 

l'isca, corps graisseux, 343, 344. 



III. Gaélique d'Ecosse. 



aiteal, brise, 173. 
aitheamh, toise, 140. 

eireachd, assemblée, 141, 294. 

fore, sommet, 412. 
fôthannan, chardon, 350. 



kilt, manteau, 347. 

lunn, la partie médiale de la poignée 
de l'aviron, poignée d'aviron, 
rouleau de navire, 340. 

machlag, utérus, 159. 



au tome XXX\'I. 



XI 



oscrach, nageur, 343. 
stalla-phosta, « mariage à l'autel », 



244. 
sùilli, suie. 



IV. Mannois. 



diargdn, puce, 548. 
onnane, chardon, 350. 



truitlag, petit étourncau, 343. 



V. Gallois. 

(Voir pp. 110-112, 114, 115, 117, 118, 124, 125, 127, 129, 130, 134-137, 
142, 150-152,166,183,410.) 



ach, généalogie, 162. 

-ach, compar., 396, 403. 

achfen, aine ; achmonou, gl. iugui- 

nibus, 162. 
achre, origine, 183. 
achreawdyr, créateur ? 183. 
achub, occuper, sauver, 143, 150. 
adar, oiseaux, 140. 
addef, demeure, 162. 
adein, aden, pi. adanedd, aile, 140, 

401. 
adwr, lâche, misérable, 337. 
aelod, ilod, membre, iii. 
aelwyd, ihvd, foyer, m, 142, 183. 
ael, al, sourcil, 1 10, m. 
aerfa, champ de bataille, 393. 
acthnen, tremble, 173. 
agor, egor, ouvrir, 173, 174. 
ail, second, 118, 148, 397. 
aith, arbuste épineux, 552. 
alarch, cygne, 140. 
allwedd, clef, 173. 
am, autour, 147. 
am-, 406. 

amal, fal, comme, 127. 
amcibret, action d'embrasser, de 

comprendre, 172. 
andwvo, mettre en désordre, 153. 
amgen, autre, mieux, 405, 406. 
amhorthwy, sans secours, 180. 
amporthwn, ptésentons, opposons? 

179. 
amus, étalon, 399. 



amynedd, patience, 403. 

-an, dimin., 180. 

anbiic guell, gl. aue, 128. 

ancwyn, dessert, 145. 

andaw, écouter, 152. 

anngharant,annghar, discorde, 338. 

annycddeivyawdyr, intolérable, 407. 

anian, nature, 293. 

anorthwe, qui ne peut être sup- 
porté, 180. 

ansawdd, situation, 162. 

anter-, demi-, 127. 

archen, chaussure, 178. 

archfa, puanteur, 120. 

arcibrenou, gl. sepulti, 134. 

areith, araith, discours, 141, 293, 
294. 

armel, armael, le second lait, 139. 

arogleu, odeurs, 120. 

Artbodgu, 129. 

asgwrn, os, 145. 

asyn, âne, 399. 

athref, demeure, 175. 

athrugar, sans pitié ; effrayant, 
énorme, 173. 

-awdr, -awdyr, -audir, noms d'a- 
gent, 183, 406, 407. 

-awr, pi. -orion, 401. 

awst, août, 1 56. 

bach, petit, 120. 

bahell, bwyell, cognée, 394. 

bai, faute, 177. 



XII 



Table des principaux mots étudiés 



baiol, cuvier, 157. 

barn, jugement, 120, 177. 

baw, boue, 120. 

beirw, il bout,, 1 34. 

bidio, tailler les arbres, 344. 

biw, vaches, 160. 

blawd, farine, 139. 

biawt, fleur, 401. 

bluitinet, années, 400. 

blwyddyn, année, 400, 401. 

blynedd, année, 400. 

blys, désir violent, 166. ■ 

blysig, délicat sur la nourriture, 166. 

bon, base, 148. 

bonedd, bonhedd, lignage, 395,403. 

bonheddig, noble, 395. 

bordd, bwrdd, bord, table, 403. 

brau, meule, 157. 

brawd, frère, 139, 393, 407. 

brawd, jugement, 177. 

bre, colline, 180. 

breenhin, prince, 144, 181. 

breuan, moulin à main, 152. 

bri, honneur, dignité, 180. 

brig, sommet, extrémité, 177. 

briwo, broyer, 152. 

Broceniauc, 128. 

Brocmail, 128. 

brodawr, frère, 401. 

broder, brodyr, frères, 135,401. 

brodorion, frères; gens de même 

pays, de même association, 401. 
brith, bigarré, 120. 
brj'ch, bigarré, 120. 
bu, fut, 152, 397. 
buan, rapide, vite, 143, 158. 
buch, vache, 160. 
buchedd, vie, 160. 
bwrw glaw, pleuvoir, 120. 
bwyd, nourriture, 120, 177. 
bychan, petit, 120, 180. 
by], bord, 177. 
byrr, court, 120. 

Caerdydd, Caerdyv, Cardiff, 162. 

cahel, caflfel, prendre, 169. 

Cairlegion, Caerllion, 180, )8i. 

caled, dur, 120. 

calon, callon, cœur, 137. 

cam, pas, 184. 

camhawn, camawn, combat, 184. 

camhwr, champion, 184. 



canhorthwy, secours, 179. 
canhwvU, cannwvll, chandelle, 131, 

393-" 
cann, blanc, 184. 
carawys, carême, 160. 
Catguare, 155. 
eau, fermer, 412. 
cawad, ondée, 120. 
cawl, chou, 154. 
cawn, roseaux, 402. 
cefnderw, cousin, 402. 
cegin, cuisine, 160. 
ceifn, cousin éloigné, 402. 
ceirch, avoine, 176. 
celain, pi. celanedd, cadavre, 405. 
cellt, silex, 173. 
cemn, cefn, dos, 180. 
cerais, j'aimai, 1 56. 
cerdin, sorbier, 552. 
cereint, amis, 399. 
cerenhydd, amitié, 149. 
Cernyw, Cornouaille, 122. 
ceroenhou, gl. dolea, 132. 
chwalu, éparpiller, 120, 167. 
chwarthawr, quartier, 160. 
chwegr, belle-mère, 403. 
chwiorydd, sœurs, 401. 
chwydu, vomir, 168. 
chwyl, tour, 167. 
chwynn, mauvaises herbes, 168. 
chwyrn, rapide, 120. 
chwyrnu, ronfler, 120. 
ciyldd, compagnon, 184. 
cimmaeticion, gl. conquestos, 132. 
Cinmarc, 128. 
cleddyf, épée, 178. 
clod, gloire, 141, 148. 
clust, oreille, 166. 
Cocboy, 132. 
Conguoy, 152. 
Convoi, Genvei, 180. 
conyn, roseau, 402 . 
cor, cercle, 120. 
Cornou, 154. 

Corotic, Ceretic, Ceredig, 1 36. 
corruui, carrai, lacet, 145, 180. 
Coyl, 132. 
crach, gale, 169. 
crach-hwyad, sarcelle, 169. 
craff^, rapide, prompt : qui tient 

ferme, 169. 
crafu, gratter, 169. 



ait lomc XXW'I. 



Mil 



craig, rocher, 164. 

cread, action de créer, 183. 

crcawdr, créateur, 407. 

creu, créer, 183. 

crib, crête, 177. 

cristawn, chrétien, 134. 

croen, peau, 181. 

crvdd, cordonnier, 178. 

cryt', fort, 169. 

cudd, cacher, 1 50. 

cwsg, sommeil, 160. 

cwys, sillon, 1 59. 

cy-, aussi..., 404. 

cychwyfan, flotter (au gré de la 

bise), 120. 
cyfansoddi, composer, 162. 
cyfnessaf, voisin, 172. 
cvfnither(\v), cousine, 402. 
cyfref, aussi épais, 406, 407. 
cyfyl, bord, voisinage, 177. 
cyfyrder, petit-cousin, 402. 
cvmeraf, je prends, 141. 
cymher, confluent, 131. 
cvmhorth, secours, 179. 
cymhorthwy, secours, 179. 
cymmaint ag, autant que, 404. 
cymmydog, voisin, 147. 
Cymro, pi. Cymry, 123, 143. 
cymryd, prendre, 141, 174. 
cyn-, cynn-, aussi... que, 404. 
cyngre, rassemblement, 183, 184. 
cyngreawdyr, qui rassemble? 183. 
cynna, aussi bon que, 404. 
cynnefin, cynefin, familier avec, 

habitué à 131, 132. 
cynneu, allumer, 184. 
cynnorthwy, cynhorthwy, secours, 

' 179- 
cynnud, bois de chauffage, 184. 

cyntefin, printemps, 164. 
cystadylhau, partager en parties 

égales, 165. 
cystal, aussi bon, 165, 166. 
cyssefin, qui se tient le premier, 

164. 
cywir, aussi vrai, 404. 
cywiw, aussi digne, 404. 

da, bon, 142. 

dagreuo, dagru, pleurer, 215. 
dannedd, dents, 400. 
darfod, périr, dépérir, 172. 



-de, adj. et noms, 407, 408. 
dedfryd, detvryd, dedryt, verdict, 

>95- 
dedwvdd, sage, qui réfléchit et sait, 

174,175- 
deffreu, deffro, il s'éveille, 169. 
defnydd, matière, 172. 
deifio, brûle*-, 184. 
deigr, larme, 148, 399. 
deigro, deigrio, pleurer, 215. 
deigrynu, tomber en larmes, 215. 
deint, dents, 400. 
dengar, attirant, séduisant, 408. 
dengyn, obstiné, inflexible, 182. 
-derw, 402, 403. 
derwyddon, devins, 403. 
deryw, il advient, 172. 
deuaf, je viens, 1 50. 
deurr, gl. acri, 132. 
deurudd, joues, 398. 
devvr, brave, 132. 
didoli, séparer, 170. 
didwy, sans ordre, 153. 
dilen, feuille, m. 
dilyw, déluge, 154. 
dim, rien, 118. 
din, un fort, 174. 
dissuncnetic, gl. exanclata, 182. 
distrvw, détruire, 153. 
diwethaf, diwaethaf, dernier, en 

dernier lieu, 406. 
doe, hier, 151. 
dofydd, maitre, arbitre, 392. 
dou, dau, deu, deux, 153, 156. 
draen, pi. drein, ronce, 148. 
duw, dieu, 141. 

dychwelaf, je retourne, 120, 167. 
dyddfu, dépérir, 172. 
dygn, pénible, dur, 182. 
dygnedd, peine, 182. 
dymchwelaf, je renverse, 167. 
dj^n, homme, 171. 

ebrill, avril, 394. 

-edd, m., noms abstraits, 403. 

edrvd, edrvdd, edrvv, descendance 

par le père? 118, 162. 
edvryt, edfryd, rapporter, rendre, 

162. 
effro, éveillé, 117, 168. 
egni, effort, 184. 
eiddil, fiiible, 178. 



Table des principaux mots étudiés 



eirif, nombre, 183. 

-eit, -aid, adj. 407. 

eithin, ajoncs, 352. 

Elbodgu, 129. 

Elguarui, 155. 

elinn, cUyn, rasoir, 129. 

Elissed, Èlized, Elitet, Eliseg, Eli- 

set, 150. 
elor, bière, civière pour les morts, 

395- 
emys, étalon, 399. 
enep, visage, 102, 103, 147. 
epilgar, prolifique, 119, 408. 
erch, brun, sombre, 120. 
esgud, rapide, 179. 
Essyllt, Etthil, Ethellt, Etil, 130. 
es3'n, ânes, 399. 
etem, edaf, fil, trame, 140. 
ethol, choisir, 170. 
euog, coupable, 39$. 
ewythr, oncle, 152. 

-fa, lieu, place, 393. 

-fan, 393. 

ffer, cheville du pied, 168, 175. 

fifer, solide, fort, 163, 164. 

fferdod, congélation, 163. 

fferu, ff'erru, geler, 163, 164. 

fiîochen, éclat de bois, 120. 

ff"ordd, ffwrdd, chemin, 403. 

ffraeth, éloquent, 120. 

ffroen, narine, 120, 163. 

ffrwd, torrent, 137. 

ft'rwst, agitation, 137. 

freu, courant, courant d'air, 138, 

139, 176. 
fry, en haut, au-dessus, 180. 
fual, huai, entraves, 143. 
fy, mon, 185. 

gai, pi. on, ennemi, 402. 

-gar, qui aime ; adj., 1 19, 596, 408. 

garr, jambe, 143. 

garth, enclos, 105, 174. 

gast, chienne, 166. 

gebel, gl. dolabra, 129. 

gefail, pinces, 129. 

gel, sangsue, 387. 

gcloraur, geloreu, bières pour les 

morts, 395. 
gelyn, pi. yon, ennemi, 402. 
geuawc, menteur, 595, 396. 



glaif, lance, 392. 

glanach no, plus pur que, 396. 

glas, vert, fauve, 143. 

glin, genou, 143. 

Gnawan, 156. 

gnawd, habituel, 156. 

gnaws, nature, 1 56. 

gof, pi. aint, forgeron, 178, 399. 

goleu, lumière, 1 57. 

gor-, 396, 404. 

gorbwyll, indication, 396. 

gorchfanned, gorchfant, mâchoire, 

supérieure, 412. 
gordderch, concubinaire, concubine 

165. 
goreu, le meilleur, 404. 
gorhen, très vieux, 396. 
gorphen, (la) fin, 396. 
gorsedd, siège élevé, 396. 
grawn, grains, 139. 
gre, troupeau, 184. 
Gronwy, Gronw, 155, 156, 158. 
guarai, gwarwy, jeu, 151. 
guelitin, gwelyddyn, terre basse, 

bas-fond, 171. 
Guennonoe, Guinnonui, 155. 
Guerngalui, Guerngale, 155. 
Guiddneu, 155. 
guo-, go-, 134. 
guoilaut, 8, gwaelod, fond, 171, 

404, 405. 
guoin, gwaun, bas- fond, 149, 181. 
guor-, gor-, 134. 
Guorhaboe, Guorabui, 155. 
Guronui, Guorgonui, 158. 
gwaed, gwad, sang, 110. 
gwael, bas, vil, 167, 405. 
gwaeledd, misère, 171. 
gwaelodion, sédiment, 171. 
gwaeth, pire, 130, 370, 404, 405. 
gwaethaf, le pire, 404, 406. 
gwanu, piquer, percer, 160. 
gwarchawr, couvercle, 412. 
gwared, délivrer, 146. 
gwarr, nuque, 164. 
gwarthaf, sommet, 164. 
gwartheg, bétail, 117, 120, 159. 
gvvas, serviteur, 146, 165. 
gwawr, aurore, 164. 
gwayw, lance, 158. 
gwddf, gwddwf, gwddw, gwddwg, 

cou, 170. 



au tome XXXVI. 



XV 



Gweithgno, 155. 

gwcddill, reste, 394. 

gwellt, herbe, 144. 

gwely, lit, 144. 

gwenynen, abeille, 160. 

gwerchyr, couvercle, 411, 412. 

gwery, gwerydd, vigoureux, jeune 

et actif, ^91, 392. 
gwialen, pi. gwial, gwiail, verge, 

402. 
gwiw, digne, 404. 
gwnio, coudre, 174. 
Gwrgar, 347. 
gwrtaith, fumier, 144. 
gwrteithio, assouplir (des souliers 

avec de l'huile), 144. 
gwybed, moucherons, 392. 
gwyddyat, il savait, 146. 
gwydr, gwydyr, verre, 595. 
gwyl, modeste, 394. 
gwyllt, sauvage, 144, 161. 
gwyth, colère, 170. 

ha hir etem, gl. instita longa ! 127. 
haeddel. manche de charrue, 160. 
haer, ferme, fort, 160. 
haeru, attirmer, maintenir, 160. 
hagr, laid, vil, 142. 
haidd, orge, 170. 
haul, soleil, 155, 397. 
hawdd, facile, 162. 
haws, plus facile, 404. 
hedd, paix, 162. 
hegl, jambe, 167. 
hen, henn-, vieux, 137, 40^, 409. 
Hennlann, 409. 
Hennpont, 137, 409. 
Hennrit, 409. 

heno, cette nuit, 158, 167. 
hesg, lèche, 168. 
-het, équatif, 403. 
heu, semer, 144. 
hi hestaur, gl. in sextario, 127. 
hol, tout, 129. 
hollt, fente, 167. 
hoUti, fendre, I20. 
huan, soleil, 397. 
huddygl, suie, 176. 
humil, uvyl, ufyll, humble, 394. 
hun, sommeil, 159. 
Invrdd, heurt, poussée violente, 
120, 175. 



hvvy, plus long, 405. 

hydfdfref, appel, rut des daims, 592, 

394, 395- 
hydref, octobre, 592, 394, 595. 
hysp, à sec, 168. 
hywr, vaillant, 132 . 

-i, plur., 399. 
iau, joug, 153. 
iawn, juste, 134. 
int, yn, en, 127. 
ioli, louer, 202. 
Ion, seigneur, 174. 
lor, seigneur, 174. 
louan, leuan, 152. 
louanaul, loguanaul, 152. 
ithr, entre, 173. 
ludnoe, ludnou, 155. 
iurgchell, gl. caprea, 128. 
iwd, uwd, bouillie, 134. 
iwrch, chevreuil, 145. 

Kei, 234. 

keimhat, keimhyat, keimat, pi. 

keimhyeit, compagnon, 184. 
keinhauc", ceiniog, penny, 133. 
kembrasset, aussi gros que, 404. 
keywneint, petits-cousins, 403. 
kwmwd, kymwd, canton, 147. 
kyfa, kyfan, entier, 393. 
kyflet ac, aussi large que, 404. 
kymyrth, kymerth, il prit, 144, 
kynhi, cyni, trouble, 184. 
kynn, ky-, si, tellement, 593. 
kvstedlyd, (son) égal, 166. 

let-, lied, moitié ; mauvais, 102, 

147,409. 
leteinepp, gl. pagina, 102, 103,119, 

146, 147, 176,409. 
liaus, nombreux, 143. 
lladd, tuer, 178. 
Uadron, voleurs, 181. 
llefrith, lait, nouveau, 177. ' 

iliaws, nombreux, 150. 
Llinon, 126. 
llith, leçon, 148. 
lloer, lune, 103, 104. 
llost, queue, 166. 
Uuman, bannière, 120, 157. 
lluossawc, Uuosog, abondant, 143, 

150. 



XVI 



Tabh des principaux mots étudiés 



llusgo, traîner, i66. 

llw, serment, i8i. 

llwgr, corruption, dommage, 184 

llyaw, lécher, 161. 

llyfn, lisse, 172. 

llyfu, lécher, 161 . 

llygru, corrompre, 184. 

llyntawd, disparition, 63. 

llyswen, yslywen, anguille, 163. 



mab, fils, 159. 

macc\vy(f), jeune homme, 401. 
maendy, maison de pierre, 131. 
magwyr, pi. macyrou, muraille, 

401. 
maharuin, maharaen, bélier, 132, 

402. 
man, lieu, 395. 
manach, moine, 125. 
marchockaaf, je vais à cheval, 119. 
marchogaeth, action d'aller à cheval, 

119. 
mawl, louange, 149. 
mawr, grand, 406. 
meddyliwvd, il fut pensé, 133. 
meindydd, midi, 149. 
meinoeth, meinyoeth, minuit, 149. 
mel, miel, 166. 
menestvr, menestr, menestir, échan- 

son, 205. 
mepion, meibon, meibion, des fils, 

133, 149. 
Merciaun, 128. 
merc Loumarc, 128. 
mis, mois, 164. 
moch, tôt, 397. 
modryb, tante, 139, 141. 
molaf, je loue, 149. 
mor, pi. oedd, mer, 147, 150, 399. 
mor, aussi, combien, 406. 
Morcant Bulc, 128. 
Morceniu, Morcenoui, Morcenou, 

156. 
mordwy, naviguer, 179. 
morliaus, gl. quam multos, 406. 
Mormarh, 128. 
morwyn, pi. morynyon, jeune fille, 

146, 401. 
Mouric, Mcuric, 152,154. 
mymryn, petit morceau, 164. 
myned, aller, 118, 141, 146, 



nadolyg, noél, 136, 406. 175. 

namyn, namuin, sinon, 136. 

Nantnimer, Nanhvver, 131. 

nei, neveu, 151. 

neidr, serpent, 1 56. 

neithawr, neiihiawr, neithwyr, nei- 
thiwyr, hier au soir, la nuit der- 
nière, 133, 151, 170. 

nerth, force, 144. 

nés, plus près, 403. 

newyd, nouveau, 152. 

nith, nièce, 148. 

niwed, dommage, 153. 

no, (plus) que, 396, 404. 

noe, auge, 157. 

Noe, Nouy, Nogui, Nougui, 156. 

nos, nuit, 166, 167. 

Nougoy, 132. 

-o, subj., 158. 

ochr, bord, 142. 

oddf, protubérance, 168, 232. 

odid, rareté, 151. 

-oedd, plur., 15O1 173, 399. 

oes, hoes, vie, 140. 

ofydd, maître, arbitre, 392. 

olwyn, roue, 120. 

onnen, pi. onn, ynn, frêne, 402. 

ord, gordd, maillet, 175. 

-ou, -eu, -au, plur., 156. 

our-, eur, aur, or, 153, 154. 

Ourdeguein, 153. 

Ourdolat, 153. 

Padarn, 145. 

parabl, parole, 145. 

paratoaf, je prépare, 119. 

parawt, prêt, 136. 

parchell, petit pourceau, 145. 

paret, paraet, parwyt, paroi, 402. 

pebyll, tente, 594. 

penn, tête, 159. 

perth, buisson, 173. 

perthyn, appartenir, 144. 

plant, enfants, 402. 

plentvn, enlant, 402. 

plu, plumes, sing. pluen, 402. 

pont, pont, 144. 

Popdelgu, 129. 

porfa, pâturage, 393. 

porth, assistance, 179. 

porthocd j, ports, 400. 



iiu loiiif XX.W'I. 



XVII 



Poul, Pawl, Paul, Pol, 152, 154. 
praff, corpulent, 169. 
pressuir, gl. adfixa, 13J. 
pridd, argile, 123 . 
pryd, forme, 120, 159. 
Prydyn, 363, 364. 
pydew, puits, 161 . 
pymwnt? 409. 

pvthefnos, pythewnos, quinzaine, 
172. 

rei, biens, 133. 

relyvv, reste, 160. 

reolawdyr, régulier, 407. 

rhann, partie, 120, 177. 

rhech, crepitus ventris, 200. 

rhef, épais, 406. 

rhefr, anus, 406. 

rhid, semence, 162. 

rhoch, ronflement, 121, 163. 

rhodd, don, 133. 

rhoddi, donner, 133. 

rhoi, donner, i 32, 133 . 

rhuo, rugir, 121. 

rhwd, sédiment, rouille, 137, 138. 

rh'vygo, déchirer, 107. 

rhwvll, réseau, 232. 

rhych, sillon, 107. 

rhyvelgar, belliqueux, 119. 

ro, donne ! 133. 

ry-, 260. 

rywr, héros, 1 52. 

saethu, sithi, lancer des flèches, m. 
safn, bouche, 157, 165. 
sarflf, serpent, 145. 
sarn, chaussée, 145. 
scipaur, gl. horrea, 124. 
sefyll, être debout, 394. 
seint, saints, î 34. 
ser, syr, étoiles, 402. 
sgilgar, habile, 408. 
sugno, sucer, téter, 182. 
sumpi, swmwl, aiguillon, 147. 
swyn, charme, 135. 
svnnwvr, synhwyr, sens, 135. 
syth, droit, dressé, raide, rigide, 
140, 169. 

tade, lada, père, 131. 
tafarn, taverne, 145. 
tafaw, tâter, essayer, 161. 

Revue Cltique, XXXVII. — Table. 



tafod, langue, 1 56, 161. 

tai, maisons, 180. 

tail, fumier, 144. 

tal, front, 137. 

talch, fragment, morceau, 120, 159, 

176, 177. 
tanc, paix, 120, 159. 
tande, bûcher, 408. 
taran, tonnerre, 178. 
tarawaf, trawaf, je frappe, 121, 

157, 170, 176. 
tau, il se tait, 153. 
taw, silencieux, 226. 
-te, 408. 
lechu, fuir, se retirer, se cacher, 

161. 
teg, beau, 120, 159. 
teimlyawdyr, sensible, 407. 
teirw, taureaux, 134. 
telm, piège, 164. 
teneu, mince, 141, 153. 
-ter, 402, 403. 
tes, chaleur, 166, 167. 
teulu, famille, 144. 
tew, épais, 157, 161. 
teyrn, souverain, 144. 
tipyn, un peu, menu objet, 118. 
tiret, terres, 400. 
to, toit, 181. 
toddi, fondre, 63. 
toli, écourter, 170. 
torth, tourte de pain, 165. 
trais, oppression, 168. 
trech, supérieur, 404. 
tri, trois, 118, 151, 179,599- 
triugeint, soixante, 147. 
troed, pi. traed, pied, 143. 
trugar, compatissant, 119,408. 
trugaredd, pitié, 119,408. 
trvvyn, nez, 121, 170, 176. 
luth, trot, 159. 
twlch, monceau, colline, 408. 
twU, trou, 120, 159. 
twrch, porc, 120, 158, 177. 
Iwyll, tromperie, 393. 
twyllo, tromper, 160. 
ty, maison, 144, 171. 
tygdyn, tytin, tyddyn, habitation 

avec une pièce de terre plus ou 

moins étendue, 171. 
tyst, pi. ou, témoin, 14s, 146. 
tywyll, sombre, 393. 



XVIIl 



Table des pri}icipiiux mots étudiés 



uch, plus haut, 404. 
ucheldad, patriarche, 87. 
ucher, soir, 147. 
uffarn, cheville du pied, 168. 
ugeint, vingt, 147. 
-us, adj., 253 . 

uveltawd, ufylltawd, humilité, 394. 

uynep, wyneb, wvnab-, gwvnep-, 

visage, 103, 119, 146, 147,176. 

-va, lieu, 393. 

-vain, 393. 

-van, 393. 

-ven, 393. 

-wch, 26 pi. impér., 149. 

wy, œuf, 154, 155. 

yd, blé, 120, 177. 
-ydd, noms abstr., 149. 
-ydd, plur., 399. 
y llynedd, l'année dernière, 400. 
ym, nous sommes, 165. 
yma, ici, 395. 
ymherawdr, empereur, 407. 
ymladd, se fatiguer, 178. 
ymyl, bord, 120, 177. 



vn, dans, 184, 185. 

ynad, ygnat, pi. eneyt, yneyt, 

egneyt, juge, 140. 
yn iawn, justement, 398. 
ynnill, ennil, gagner, 394. 
ys, il est, 145. 
ys, il mange, 145. 
j-sbyddad, aubépine, 168. 
yscarant, ennemi, 337. 
yscawin, yscawn, vsgafn, léger, 

120, 157, 158. 
yscwn, yscun, fier, fièrement, 157, 

158. 
ysglyfio, ravir, enlever, 120. 
ysgogi, remuer, 167. 
ysgubo, balayer, 124. 
ysgubor, grange, 124. 
ysgyfaint, ysgyveint, poumons, 118, 

120, 157, 399. 
yslath, baguette, 163. 
ysnoden, ruban, 163. 
vspeil, dépouilles, 176. 
yssu, manger, 145. 
ystadyl? 165, 166. 
vstwng, abaisser, 182. 
vstvr, signification, 80. 



VI. CoRNiaUE. 



(Voir pp. 130, 134.) 



agores, ouvrit, 174. 
aidlen, gl. abies, 173. 
an nur, l'heure, 105. 
areth, appel, interpellation violente, 
294. 

beghan, byhan, byan, petit, 176. 

biw, vaches, 160. 

blot, farine, 139. 

blythen, année, 400. 

boell, cognée, 394. 

bolongeth, volonté, 128. 

bredereth, brudereth, frères, 139, 

401. 
breithil, gl. mugil, 394. 
broder, bruder, frère, 139, 407. 
brou, moulin à main, 152, 153. 
bry, valeur, 180. 
Buorthetel, 174. 



cantulbren, chandelier, 131. 

cavow, deuil, 400. 

cen, autre, 406. 

Cernew, Kernow, Cornouaille, 122. 

chev, maison, 144. 

colmenn, nœuds, 399. 

colon, cœur, 137. 

cruyth, béquille, 130. 

da, bon, 142. 
destrewy, détruire, 155. 
dewy, brûler, 184. 
dor, terre, 106. 
doy, hier, 151. 
dry, apporter, 133. 
Dus, 64. 
dyns, dents, 400. 

egory, ygery, ouvrir, 174. 



an loine XXXV'I. 



XIX 



elerhc, cygne, 140. 

en, an, le, 105, 398. 

eskar, ennemi, 357. 

eth, souffle, exhalaison, 173. 

eunhinsic, gl. justus, 1 34. 

feldja, fendre, 167. 
frot, gl. alveus, 137. 
frow, courant, 138. 

geler, bière, civière pour les morts, 

395- 
godhvos, savoir, 189. 
goen, gon, goon, plaine, 149, 181 . 
goles, golas, fond, 404. 
gorhery, ouvrir, 411, 412. 
goyf, hiver, 151. 
gO}-s, gos, sang, 158. 
guorcher, gl. summitas (inferni), 

411,412. 
gvvartha, sommet, 164. 
gwebesen, moucheron, 392. 
gweth, pis, 404,405. 
gwrv, point de couture, 174. 

hager, laid, 142. 

haloin, halen, sel, 132. 

hedra, octobre, 395. 

henwvn, noms, 399. 

hueth, tranquille, 162. 

huihyc, satisfait, joyeux, 162. 

huthj's, rendu tranquille, paisible, 

162. 
hweger, belle-mère, 403. 

Kernùak, Curnooack, le comique, 

122. 
kerys, j'aimai, 156. 
kunys, bois de chaufiage, 184. 
kyniaf, automne, 151. 

Lansalwys, Lanthalwvs, 130. 
lathye, clouer, 1 50. 
leverid, lait doux, 177. 
luir, lor, lune, 104. 
luworth, jardin, 174. 

mar, aussi, 406. 

mistiriol, gl. caupo, 205. 

modereb, tante, 139. 

moren, moroin, jeune fille, 401. 



nader, serpent, 1 jb. 
noi, neveu, 151. 

oilet, olas, foyer, 142, 183. 

Polandiz, « le trou du diable » ? 64. 

pont, pont, 144. 

porhal, porc, 145. 

preytha, preythv, praytha, je te prie, 

je te le demande, 106, 107. 
pry, argile, 123. 

ro, don, 153. 
ry, donner, 133. 

scaf, léger, 157. 

scuUye, scollve, verser, répandre, 

167. 
selli, gl. anguilla, 163. 
skevens, poumons, 399. 
skyber, hangar, chambre spacieuse, 

124. 
spath, espace de temps, 130. 

talch, gl. furfures, 177. 

tanow, mince, 141. 

tava, tàter, 161. 

terw, taureaux, 134. 

tewlder, obscurité, 393. 

tha, toi, 106, 107. 

then dor, à la terre, 106. 

tist, témoin, 146. 

tistuni, témoignage, 146. 

tiwulgou, ténèbres, 393. 

torch, porc. 145. 

Trevendus, « le village du diable » ? 

64. 
treys, pieds, 143. 
tri, trois, 151. 
tulle, tromper, 160, 393. 
tymmvn, morceaux, 399. 
tyreth, terres, 400. 

whath, encore, 405. 
wonon, un, 147. 

yn fas, bien, 398. 

yn nascra, dans le sein, 105. 

ynta, bien, 398. 

ynweth, aussi, 398. 

yorch, chevreuil, 145. 

-ys, participe, 407. 

zen nezyn, aux oiseaux, 105. 



XX 



Table des principaux mois étudiés 



VIL Breton armoricain. 

(Voir pp. 63,67-71, 73-99, 182, 186-189, 192-196, 199-201,214-217.) 



a vezaff, d'être, (répondre) qu'il v a, 

198. 
a : col a grez, tu perds^ 207 ; an 

hanter ara, la moitié. de ce que 

fait, 220. 
abati, abbaye, 70. 
abenn-vreman, abenn-neuze, déjà, 

74- 
-abl, adj., 69, 81. 
abondance, abundance, abundanç, 

abondance, 196, 197. 
abretaat, avancer, 90. 
-ach, noms abstr., 81, 82. 
ad-, second, 90. 
-ad, réunion, 86. 
-ad, (hommec), 67, 86. 
adan, sorte d'oiseau, 140. 
-adeg, action collective, 67, 85, 86, 

-adenn, action particulière, isolée, 
67, 85, 87, 97. 

adnevezi, renouveler, 71. 

adskriva, copier (un écrit), 96. 

-adur. résultat d'une action, 68, 82, 
85-87,89, 90. 

-adurez, n. abstr., 82, 88, 90. 

Aernouue, 155, 156. 

aet, allé, devenu, 72, 75. 

aezen, ezen, vent doux, 173. 

-aff, inf., 214, 215. 

agnen, ognen, nature, 293. 

ahel, axe, 94. 

alîoel, du moins, 167. 

alc'houez, clef, 173. 

aloubaden, conquête (déterminée), 
67. 

alouberez, conquête, action de con- 
quérir en général, 67, 68. 

aloubidigez, la conquête (effectuée, 
de), 68. 

am-, 90. 

-amant, abstr., 81, 82, 87. 

ambreg, la décharge, l'endroit en 
mer où le courant est le plus vio- 
lent, 107. 



amzervez, durée, 70. 

anazl, haleine, 1 56. 

anezy, d'aller, explétif, 192. 

annaor, gl. quandoquidem, 105, 

398. 
-ans, abstr., 81, 82, 87. 
-ant, 81, 82, 87. 
aonik, peureux, 70. 
aoza, disposer, se disposer ; (une) 

préparation, 71, 76, 77. 
Arab, pi. ed, Arabe, 92. 
araokaat, (le) progrès, 71. 
arc'hanter, liquidateur, 79. 
archenaff, arc'henat, chausser, 178. 
-ard, 81, 82, 88, 233. 
ardameziou, armoiries, 74. 
areih, arreih, dispute violente, 293, 

294. 
areihein, arreihein, se mettre en 

fureur, 293. 
argas, expulser, 78. 
argasaden, pi. -nnou, expulsion, 78. 
arlanné, l'année dernière, 400. 
arocrion, gl. atroces, 142. 
arouezia, figurer, représenter par un 

signe conventionnel, 97, 98. 
arraj, rage, 294. 
arrajein, enrager, 294. 
-arth, -ard, 233. 
askourn, os, 143. 
atestabl, qu'on peut attester, 190. 
attanoc, gl. (musca) uolitans, 140. 
attribuet, atribuet, attribué, 212, 

213. 
auanç : ho — , (je désire) leur être 

utile, 190. 
audiuv (2^ syl. r. eff), autorité, 204. 
aùenannein, pacifier, 195. 
avu, foie, 70, 71. 
azr, aer, couleuvre, i )6. 

banna, lancer, 98. 

bargedenn, petit nuage devant le 

soleil, 92. 
beatitud, béatitude, 218.. 



an htm XXXVI. 



XXI 



bed, monde, 87. 

belost, bilost, pénuhicinc, yo. 

bena, tailler (la pierre _), 80, 93. 

beol, envier, 1 57. 

berz, fortune, succès, 78. 

beurevez, matinée, durée d'un ma- 
tin, 70. 

bez,'il est ChabitucUement;, 207. 108. 

beza, être ; beza da, devoir, lalloir ; 
b. dindan, être sous l'empire de 
(la peur); b. diouz, être en ac- 
cord, harmonie, rapport; b. di- 
v^-ar, provenir; b. en tu-all da, 
l'emporter sur ; b. evit, être ca- 
pable de ; b..gant, être occupé de; 
b. ouz, convenir ; b. war, être sur 
le point de, avoir l'intention, de- 
voir, 72. 

bezez, tu es (habitucllementj, 208. 

bilian, bian, petit, 176. 

bihauaat, réduire, diminuer de vo- 
lume, 79. 

biw, bétail à cornes, 160. 

bleud, farine, 1 59. 

lilizen, blizien, année 460. 

blizic, difficile sur la nourriture, 
166. 

boe, fut, 1 52. 

bolontez, volonté, 128. 

bolz, plur. io, dôme, 76. 

bonteziou, faveurs, 212, 213. 

bouc'hal, cognée, 394. 

brasderiou, grandeurs (d'une charge), 
68. 

brasoni, orgueil, 68. 

bre, colline, 180. 

breauvaff, brevi, breùein, broyer, 
152. 

brein-krign, gangrène, 95. 

Breiz, Breh, Bretagne, 123. 

breo. meule, 152, 155. 157. 

breuzr, breudeur, frères, pi. breuder, 
159,401,407. 

brezéll, maquereau, 394. 

bezonec, brehonec, breton : bezo- 
nec beleien, b. tudjentil, du bre- 
ton de prêtres ou de gentilshom- 
mes, 80, 122. 

bri, fîanc (de la falaise), 78. 

bri, honneur, égard, i 80. 

brientinion, gl. ingenuis, 144. 181 . 

buan, pi. buenion, rapide, 143. 



Huorth, 174. 

ca(faouatr, caff(o)uifr, déplorer, 215. 
cafuoez, lamentations, deuil, 151, 

.400 
campgur, champion, 184. 
cantoel, chandelle, 131. 
caoudet, esprit, 192. 
C^aouennec, 206. 
caouhen, avare, 206. 
(2arantnou, 155. 
carguet, plein : quarguet tenn, 

rempli entièrement, 196, 197, 
Cavan, 206. 
certen {v^ syl. r. arl-'), certain, 210, 

211. 
choas, choiss, choix, 197. 
c'houeda, vomir, 168. 
c'houenna, sarcler, 168. 
c'houervderiou, amertumes (de la 

vie;, 68. 
c'houervoni, amertume (ressentie), 

68. 
c'houil, scarabée, 87. 
c'houita, échouer, ne pas réussir, 

97- 
c'hwi. fi, vous, 167. 
clôt, gl. rumoris, 141. 
coantys, beauté, 203. 
collocquet, placé, 200. 
comairde, gl. collegam, 103. 
Combodec « voisin », 147. 
combout, m.iison à une chambre, 

147. 
comendafF, je loue ; comandet (2° 

s. r. <■«/-), exalté, 196. 
comnidder, gl. consobrinis, 402. 
comnider uel nit, gl. amite, 402. 
compot, division territoriale, 147. 
compret, prendre, 147, 174. 
Conatam, 397. 
conscianç, conscience, 204. 
contafï, conter, 188. 
couhenn, caouen, caoùan, etc., 

chat-huant, hibou, 206. 
cousent, soutïrir, 212, 213. 
crafF, prise, action d'agripper, 169. 
crcd, cret, il croit ; cret, crois! 203. 
cren-, 233. 
Crenarth. 233. 
cristal, cristal, 212. 
cristalin, de cristal, 212. 



Table des priucipaux mots étudiés 



cristen, chrétien, 134. 
Cunauualt, 397. 

da, joie, 142. 

dacrlon, gl. uvidus, 142. 

daczon, dasson, écho, 1 30. 

daczorch, dassorc'h, ressusciter, 130. 

danvez, matière, 79 : fortune, ri- 
chesse, 78 : aptitude, disposition, 
76. 

danzen, disposer : se disposer 
(mont, à aller), 76. 

daou, deux, 156. 

daougementi, doubler (un nombre). 

76, 93- 

dar-, 403 . 

darein, pleurer, 214, 215. 

darennein, larmoyer, 215. 

dareo, dare, prêt, cuit, 172. 

darvoud, fortune, cas fortuit, ha- 
sard, destin, événement, circon- 
stance, 78. 

darvout, advenir, 172. 

dastum diwar, conclure, 72. 

dazlaouaff, pleurer, 214. 

dazrou, larmes, 142. 

dazrouiff, dazlouiff, darhouyff", de- 
laoui, dareùein, pleurer, 214, 
215. 

deboner, debonner, debouner, dé- 
bonnaire, 214. 

dec'h, hier, 151. 

-ded, n. abstr., 68,82,89. 

defiaf, tarir, manquer, fut. defio, 
diffigo ; part, diffiet, vacant, 198, 
199. 

delicius, délicieux, 218. 

deliciussat, délecter, 218. 

deliçou, délices, 218. 

delicyusded, pi. ou, délice, 218. 

dén, homme, 192. 

dent, dents, 400. 

-der, m. pi. iou, n. abstr., 68, 82. 

devi, brûler, 184. 

derc'hel, occuper (un lieu), 99. 

Detuuidhael, 175. 

dewi, brûler, 184. 

dez (r. eiz), deiz, jour, 190, 191. 

-di, maison, 84. 

di-, privatif, 81, 82, 85, 38, 90, 
96. 

diarc'hen, pieds nus. 178, 



diaveas, diavïes, dianvaes, le dehors, 
l'extérieur ; diaues, au dehors, 
216, 217. 

diavesiat, étranger, 216, 217. 

diazczer, fondateur, 78. 

dibab, choix, élite, 197. 

dic'hracius, disgracieux, qui n'est 
pas gracieux, incivil, 219. 

didalvez, nul, 79. 

didalvoud, nul, 79. 

didalvoudegez, nullité, 79. 

dievezted, étourderie, 77. 

difaccon, méchant : diflfaeczon, sans 
égards, violemment ; difîeçon, 
diffaeçon, odieux, difforme ; di- 
fsençzon, défiguré, 218-220. 

difiççzouni, diféeçzonein, défigurer, 
219, 220. 

diforc'hidigez, séparation, 69. 

digas yac'h, guérir, 98. 

digemm, égal, toujours le même, 

97- 
digerbenna, (la) décentralisation, 

.71- . 
digraç, digracc, dic'hraçz, dic'hras, 

disgracieux, de mauvaise humeur, 

218, 219. 
digreiza, digreizenna, (la) décentra- 
lisation, 71. 
digor, ouvert, 174. 
digouez, fortune, cas fortuit, hasard, 

destin, 78. 
digresk, rabais, 79. 
dihewerz, difficile à vendre, 81. 
dihuiguein, dehuiguein, déchoir, 

dépérir, 199. 
dilontegez, tempérance, 80. 
dilontek, sobre, 80. 
dimelconv, sans tristesse, 202, 

203. 
dinaozia, déborder, 96. 
diparaig, incomparable, 214. 
dirolla, dérouler, 75 . 
diroudenna, -nni, dérailler, 75. 
discandal, sans défaut, 210, 211. 
disention, dissenscion, dissension, 

208, 209. 
diskenn a briz, diskenn-priz, rabais, 

79- 
diskogella, ébranler, 167. 
diskriva, copier (un écrit), 96, 
diskuiz, dispos, 75. 



(111 lome XXXVI. 



XXIII 



dismegansi, offenser, 79. 

displega, exprimer, 77. 

disprisshe, mcpriscrait. 192, 195. 

distaga, prononcer, 99. 

dibleurel, distaol, renvover (comme 
un réflecteur qui repousse la lu- 
mière j, 99. 

distreùein, éparpiller, 155. 

diuin (le s, r. c), divin, 20.4. 

divroad, étranger, 77. 

dizuQvanded, diversité, 76. 

donet : è d. sa venue, 202. 

dont yac'h, guérir, 98. 

dorguid, gl. pithonicus, 405. 

douar, terre, 87. 

douara, enterrer, renverser, se terrer 
(comme un lièvre), 77, 99. 

douele/, divinité, nature divine, 69. 

dourgi, loutre, 94 . 

dreizy, par elle: par cela? 190, 
ig'i. 

drogn, gl . caetus, 182. 

Dronuualoe, Drongualae, Droaloi, 
182. 

droug-eur, mauvaise fortune, 78. 

drouk-kemeret, confondu (avec) 
90. 

du, -duff, superl. dufa, dusa. noir, 
150. 

Duzigou, petits esprits follets, 65. 

dvouzvt, diouzit, -zid, duzit, de toi, 
208. 

dvus : a d., de choix, distingué, ex- 
cellent, 196, 197. 

è bro (ire s. r. eff), son pays, 208, 
209. 

c cleuet, l'entendre, elle, 188. 

ebrell, avril, 394. 

eeun, droit, 154. 

ell, il : cela, 196. 

effezo, il sera, 168. 

-eg, 86. 

-egez. n. abstr., 69, 79. 

eil, second, 397. 

eiz, huit, 156. 

-ek, adj., de qualité, possession, 

67, 69, 70, 74, 84-86, 88, 89. 
-el, adj., 71, 74. 
-elez, n. abstr., 69, 70, 82, 88. 
embregcr, dresser (un animal), 77. 
çmbregerçz, pi. iou, entreprise, 77. 



emouestla (la) consécration (de soi- 
même), ~i. 

en, e, dans, 218. 219. 

en. an, -n, n, le, 105, 186, 397, 
598. 

-en. 84, 86. 

eiiefl", pi. anaffon, ànie, 156. 

enep, visage, 146. 

eiirtn. anfin, infinité, multitude in- 
nombrable, 220. 

enndeeun, précisément, 398. 

-entez, -ente, n. abstr., 81, 82. 

ent glorifie!, glorieusement, 202, 
205. 

entre, être, tre, itre, entre, 175. 

ent tenn, fortement, 398. 

envat, ervat, bien, 397. 

eontr, oncle, 152. 

eost, est, août, 152, 156. 

-er, n. d'agent et d'instrument, 
adj., 67, 82, 84-89. 

-erez, m. action en général ; f. des 
n. d'agent ; machines, 67-69, 77, 
79, 82, 84-88, 90, 96. 

Erispoe, 155. 

esfreizaff, s'effrayer, 208, 209. 

eskemm, échange, 77. 

eskemma. échanger, 74. 

eskuit, agile, 179. 

estrenva, action horrible, 595. 

-et, participes, 407. 

eternalement, r. ant, éternellement, 
204. 

ethin, pi. rusci, 352. 

eu, il est, 190. 

euelhenn, 2^ s. r. al-, 196, 197. 

eùna, dresser, dégauchir, 77. 

eur, eurvad, bonne fortune, bon- 
heur, 78. 

eurvez, durée d'une heure, 70. 

-ez, n. abstr., 69, 82, 84. 

ezlen. tremble. 173. 

fabi :. hep f. a quen, sans un mot 

d'autre ? 190, 206. 
Fasz (r. eiz), feiz, foi, 190, 191. 
fallaç, -ace, tromperie, 218, 219. 
faout, fente, 167. 
fier, certes, 218. 
foet-boutik, dissipé, 89. 
forban, forban ; banni, corsaire, 

186. 



Table des principaux mots éludiés. 



forbanisset, banni, i86. 
forbanna, -nnein, forbany, forbanni- 
za, -nnizein, bannir, exiler, i86. 
fraez, freaz, distinctement, 99. 
froen, froan, frenn, narine, 163. . 
Frou, 138. 
froud, torrent, 157. 
frouden-avel, vent impétueux, 137. 
frut, trot, ruisseau, 137. 

ganet, né, 407. 

garth, garz,garhr, haie, talus plan- 
té, 174. _ 
gast, prostituée, 166. 
geler, bière, civière pour les morts, 

395- 
geun, yeun, marais, 149, 181. 
gevell, Guével, jumeau, 394. 
gevred, sud-est, 93. 
gloar, f. (et m.), gloére, m. gloire, 

186. 
glorius, glorieux, 190, 191. 
gneuiff, apparaître, 156. 
gnou, manifeste, 156. 
gnouet, évident, public, 247. 
Gnuoumael, 156. 
goacz, pire, 130. 
goed, sang, 158. 
goffe, saurait, 189. . 
goelezenn, lie, sédiment, dépôt, 

171. 
goret, préserver, 146. 
Gorserch, 165 . 
gouelet, fond, 171, 405. 
goufenn, je saurais, 168. 
Gounidec, An Gonidec, cultivateur, 

189. 
gour-, 396. 
goursez, délai, 396. 
gouzaff, gozaff, souffrir, 189. 
gouzouc, cou, 170. 
gouzouguec. Le Gouzoguec, Goze- 

gec, qui a un grand cou, 189. 
gouzout, le s. r.o, savoir, 188, 

189. 
graç, grâce, 210. 
gracy, grâce, 210. 
greun, grains, 139. 
grez, gré, (au) temps de, 207. 
gri, gouri, couture, 174. ' 
grouiat, griat, gouriat, coudre, 174. 
gruiam, gl. suo, 174. 



gueldenes, gl. insula indomita, 

161. 
gueltiocion, gl. fenosa, 144. 
Guenserch, 165 . 
guenuet an den, heureux l'homme, 

210. 
guezell, enfant nouveau-né, enfant 

abandonné, 394. 
guir caret, aimer vraiment ; guir 

vella, le mieux du monde, 214, 

215. 
guirionez, -ounc/, vérité, 210. 
gurclut, gl. evidentis, 141. 
Gurgnou, 155. 
guugoiuou, gl. spicula, 158. 
gwall-ober : e g., (prendre) sur le 

fait, 78. 
gwallvruderez, diffamation, 75. 
gwanded, faiblesse, 68. 
gwanderiou, infirmités, 68. 
gwaz, goac'h, gwec'h, pis, 404. 
gwelc'hi, laver, 134. 
gwele, lit, 92, 144. 
gwellaat, aller mieux, 98 
gwenanen, abeille, 160. 
gwial, verges, 402. 
gw/iblen, girouette, 78. 
gwinver, gwiber, écureuil, 89. 

ha, hag, et, 127, 208, 209. 

Haeldetuuid, 175 . 

Haerc(h)omarch, 160. 

Haermael, 160. 

Haeruuiu, 160. 

Haerveu, 160. 

liœtus, agréable, 190, 191. 

hagr, (Le) Hagre, laid, 142. 

hano, nom, 127. 

hanter-briz, prix réduit, 79. 

he-, bien, 69, 81 . 

Heirguor, 160. 

heiz, orge, 170. 

Henbont, 137. 

heol, hiol, soleil, 153, 156, IS7- 

hép, hep, sans, 192, 206. 

hesc, lèche, 168. 

hesp, hesk, à sec, 168. 

heur, r. ur, heure, 192, 193 . 

hevelep, égal, semblable, 97. 

hevverz, vendable, facile à vendre, 

81. 
hezreff, hezre, hère, octobre, 395. 



au lome XXXVI. 



XXV 



hoant, dcsir, 202. 

hoantay, 2 s., 2e r. a et i, désirera, 

198, 199. 
hoiarn, fer, 151. 
Iu)ll, tout, 95, 94 . 
luial, entrave, 143. 
Inicldad, patriarche, 84, 87. 
Iiune<i;an, loir, 95. 

i, dans, 185 . 

-iach, 81, 82. 

-iad, 7